Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannières dessinées par Uasi & Sayidi

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Great Canyon (PMD Blue Rescue Team OST)

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
A ne pas manquer en ce moment ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    Reprendre et donner : telle est la loi du Désert Z7dyReprendre et donner : telle est la loi du Désert Y4ziReprendre et donner : telle est la loi du Désert J3l9
-28%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus – 13000 BTU/H
394 € 549 €
Voir le deal

Partagez
 

 Reprendre et donner : telle est la loi du Désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sikhà
Sikhà
MEMBRE - SIKHA


À mon sujet

Age : 25 Féminin
Nb de Messages : 950
Localisation : Tu as regardé derrière toi ? ^^

En savoir +
MessageSujet: Reprendre et donner : telle est la loi du Désert   Reprendre et donner : telle est la loi du Désert EmptyVen 24 Juil - 17:37

Reprendre et donner : telle est la loi du Désert 200724065000155620
Sikhà joue Lahira
*****

Morts. Elle s’était battue toute la nuit pour les mettre au monde mais ils n’avaient jamais montrés le moindre signe de vie. Lahira était épuisée mais ce n’était pas cela qui la maintenait éveillée. Non, ce qui l’empêchait de fermer l’œil, c’étaient les deux petites boules de poils lovées entre ses pattes antérieures et qui étaient aussi froide que la mort.

Lorsque Hatasa était morte, Lahira avait compris à quel point elle avait été chanceuse de pouvoir bénéficier d’une mère aimante et présente pendant autant d’années malgré son statut d’Impératrice. Son âge lui était ensuite venu à l’esprit et elle avait rapidement compris qu’elle ne pourrait jamais être aussi présente pour ses propres enfants car le Désert la rappellerait sans doute avant qu’ils n’atteignent l’âge adulte.

Elle s’était alors refusé de faire vivre à son éventuel fils un retour d’Exil où sa mère ne l’accueillerait pas car sa vieillesse l’avait rattrapée. Elle avait donc pris la décision de faire ce que l’on attendait de toutes les femelles jangowas et qu’elle avait repoussé jusqu’à présent au profit de son statut d’Elite.

L’Échide avait retrouvé son compagnon et si celui-ci avait paru surpris au premier abord que ce soit elle qui fasse cette proposition, il était très rapidement passé à l’action et si Hatasa avait été très fertile au point d’avoir six enfants, Lahira ne semblait pas avoir les mêmes dispositions... Shen et elle avait dû s’y prendre à de nombreuses reprises et Lahira avait presque perdu espoir d’être mère un jour. Elle l’avait d’ailleurs confié à son compagnon et ils avaient tous deux convenu de faire une dernière tentative quand, après neuf mois d’essais infructueux, son ventre avait commencé à s’arrondir.

Cela l’avait remplie de joie et cette heureuse nouvelle n’était pas arrivée seule. Makan, son plus jeune frère, avait pris une lionne du nom d’Easifa comme compagne dès son retour d’Exil et celle-ci était déjà gestante. Et comme on ne dit jamais deux sans trois, Anaya, leur sœur, attendait également des petits avec son jeune compagnon du nom d’Ohanzee.

La famille allait s’agrandir et cela ravissait Lahira après toutes les morts auxquelles ils avaient dû faire face récemment. Hiari, qui s’était laissé mourir lorsque Daren avait été tué par Hatasa. Hatasa elle-même qui avait été défiée pour son titre. Puis Hazina un mois après qui a succombée à une piqure de scorpion, Akyr qui a trépassé durant son Exil et enfin Ellyn qui s’était brisé la nuque au Champ Rocheux alors qu’elle y cherchait des plantes. Le Désert avait besoin de sang neuf et cela arriverait avec ces trois naissances à venir.

Sauf que le Désert semblait s’acharner sur les descendants d’Hatasa. Lahira se faisait cette réflexion alors qu’elle repensait à sa gestation. Celle-ci s’était très mal passée. Peut-être que cela était dû à son âge avancé pour une lionne du Désert pour porter des enfants mais la douleur ne l’avait que rarement quittée. Elle avait des crampes horribles mais elle avait tenu bon, cachant ses douleurs à tous, y compris Shen qui ne se doutait de rien. Seule Anaya été au courant de cela. En effet, les deux sœurs s’étaient rapprochées depuis la mort de leur mère et Lahira s’était montré un soutien sans faille lorsque Hazina était morte, laissant Anaya « seule ».

La gestation de cette dernière se passait mieux mais ni l’une ni l’autre des deux filles d’Hatasa n’avaient une gestation aussi calme et sereine que celle d’Easifa. Tout s’était très bien passé pour elle et elle avait donné naissance quelques jours plus tôt à un fils et deux filles. Dans son état, Lahira n’était pas encore allée les voir et elle ne connaissait même pas leurs noms.

Il fallait qu’elle y remédie mais elle n’avait pas la force de quitter les corps froids de son fils et de sa fille. Ils étaient si petits qu’elle avait peur de les briser si elle bougeait. Elle savait pourtant qu’ils ne sentiraient jamais rien mais son esprit se refusait à les laisser. Pourquoi devait-elle déjà les abandonner au Désert ? Elle avait tant souffert pour les mettre au monde alors pourquoi devait-elle encore souffrir en sachant que le Désert ne voulait pas de ses enfants ? Ils n’avaient même pas eu le temps de vivre… Qu’avait-elle fait pour mériter ça ? N’avait-elle pas fait tout ce qu’il fallait ? Ou au contraire, était-ce le fait qu’elle ne soit pas une femelle soumise qui lui valait cette punition ? Lahira ne savait plus ce qu’elle devait faire et les corps froids de ses enfants lui rappelaient sans cesse qu’elle avait échoué.

Elle resta ainsi durant des heures et ce n’est que l’arrivée rapide et l’air inquiet de Shen qui la fit sortir de sa torpeur.

« Lahira, il y a quelque chose qui ne va pas avec Anaya. Je crois que ça se passe mal… »

L’aînée de la fratrie réagit immédiatement à ces propos. Elle avait déjà assez souffert pour que sa jeune sœur souffre également. A regret, elle jeta un dernier coup d’œil à ses enfants mort-nés avant que sa voix ne s’élève.

« Pourrais-tu t’occuper d’eux, s’il te plait ? Je ne veux pas les abandonner aux vautours et autres charognards… »

Un regard entendu de Shen et un mouvement de tête assurèrent Lahira du sort de ses enfants et lentement, elle desserra l’emprise qu’elle avait sur eux et se leva. La tête lui tourna un instant et elle se sentit vaciller – elle n’avait en effet pas mangé ni dormi depuis la veille au matin et le soir approchait déjà – mais une fois de plus, elle tint bon et après quelques pas pour assurer sa démarche, elle s’élança à la recherche de sa sœur. Shen lui avait donné une direction à suivre pour la trouver et il ne fallut que quelques minutes pour que Lahira n’arrive auprès d’Anaya.

La situation n’était pas glorieuse et Lahira sentit son cœur se serrer en comprenant ce qui allait se passer. Trois lionceaux poussaient des miaulements entre les pattes de leur mère mais la quantité de sang rougissant le sable du désert n’était pas normale si elle en jugeait par sa propre expérience. Et ce qui était encore moins normal, c’est que cette quantité de sang ne cessait de s’accroitre. L’aînée des deux sœurs savait que sa cadette ne s’en sortirait pas et apparemment, Anaya le savait aussi.

« La…hira… » La nommée fut surprise de la faible voix de sa sœur et de l’effort que cela lui demandait de parler. La respiration d’Anaya était saccadée et Lahira fut tentée de lui dire de ne pas parler mais elle voyait dans son regard bicolore que la jeune mère avait des choses à dire. Elle ne pipa mot et posa simplement sa patte sur celle de sa sœur en un geste de soutien.

« Pourrais-tu… t’occu…per d’eux … à ma… place… s’il te plait ?... Je sais que… ça ne sera… pas fa…cile avec… les tiens… en plus mais… au moins,… ils ne seront pas… seuls. »

Lahira ne se sentit pas le courage ni le cœur d’annoncer à sa sœur que son neveu et sa nièce ne vivraient jamais et elle se contenta d’un simple mouvement de tête pour accepter.

« Merci… J’aurais juste… une… faveur à te de…mander : la première… femelle,… je voud…rais qu’elle… s’appelle… Kyne. Tu pourras… nommer… la cadette… et leur frère… aîné… à ma place ? »

Le cœur de Lahira se serrait de plus en plus à mesure que les forces d’Anaya s’amenuisaient et encore une fois, elle ne put faire entendre sa voix et se contenta d’un simple hochement de tête.

« Veille bien… sur eux… pour moi. Je vais… rejoindre… Maman… et Hazina… »

Ce furent les derniers mots que prononça Anaya avant que Lahira ne voit sa cage thoracique arrêter de se soulever. Elle venait de donner sa vie en la donnant à ses enfants et voilà que Lahira se retrouvait l’unique fille d’Hatasa encore en vie. Oh bien sûr, elle avait ses belles-sœurs mais cela n’était pas vraiment pareil…

Des miaulements se firent alors entendre et Lahira s’approcha des trois petits. Un mâle donc, et deux femelles. La fille aînée d’Hatasa entreprit de les déplacer un à un pour les éloigner du corps sans vie de leur mère. Trois vies perdues et trois vies qui commençaient à peine. L’équilibre était parfait mais Lahira ne put s’empêcher de penser que le Désert était décidemment bien durs envers elle.

De nouveaux miaulements s’échappèrent des trois petits corps et l’instinct maternel de Lahira s’activa. Elle nettoya les trois enfants de sa sœur avant de les amener contre son flanc pour qu’ils puissent téter. La sensation lui arracha un hoquet de surprise mais elle les laissa faire et lorsqu’ils furent repus, elle les ramena entre ses pattes antérieures. Ils dormaient déjà d’un sommeil satisfait lorsque la voix de Lahira s’éleva faiblement.

« Vous n’êtes pas mes enfants biologiques et je ne vous la cacherai pas mais je vais vous élever comme si c’était le cas. C’est pourquoi je vais nommer ton frère et ta sœur comme j’aurais appelé mes enfants s’ils avaient survécus... Kyne, je te présente donc ton frère Kaï et ta sœur Kasiya. »

Lahira pensait encore le matin même qu’elle ne serait jamais mère et voilà qu’après un coup du sort, elle était devenue la mère des trois petits qui dormaient contre elle. Elle devait encore annoncer la nouvelle à Ohanzee et à Shen ainsi qu’au reste de la famille et elle devrait aussi s’occuper du corps de sa sœur mais elle avait avant tout besoin de repos et de force pour ce qui l’attendait. Elle ferma donc les yeux et fut rapidement emportée par le sommeil.

_________________
Sikhà taquine Lenora en #BB0B0B
Reprendre et donner : telle est la loi du Désert 200619073002170040
Présentation - Rapport du Matin - RP & Liens

Avatar et Signa ©️ ShadowWalker (me)
Pour tout MP, me contacter sur compte de Sikhà

Anciennement Ukarimu
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t6972-sikha-descendante-du-feu
 
Reprendre et donner : telle est la loi du Désert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Grand Désert
 :: Le Désert
-