Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannières dessinées par Uasi, Jehara, Shagan et Kwilu

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Great Canyon (PMD Blue Rescue Team OST)

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    Une faveur d'ordre particulier  Z7dyUne faveur d'ordre particulier  Y4ziUne faveur d'ordre particulier  J3l9
Le deal à ne pas rater :
NIKE Chaussures de running REVOLUTION 5 – Homme – Noir et Gris
34.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une faveur d'ordre particulier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shomari
Shomari
MEMBRE - SHOMARI


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 5299
En savoir +
MessageSujet: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptySam 11 Avr - 17:41



Une faveur d'ordre particulier  O5t210 Une faveur d'ordre particulier  20040411


Shomari était rentré la veille au Baobab et ses congénères avaient été surpris de le retrouver en compagnie d’une mandrill. L’apprenti Gardien leur avait très vite rapporté son échange avec son oncle ainsi que l’accord de la chaman de Prideland pour leur confier sa protégée. Après une longue discussion, les Gardiens avaient décidé que dès le lendemain, Rahisi s’en irait au Kasoto accompagné de Shomari et Karanga pour solliciter l’aide des lions de la Jungle quant à la situation plus que délicate des Nordiques. Rien ne les assurait que les Mositus accepteraient de porter secours aux lions blancs mais il l’espérait de tout cœur.

Ce jour venu, le petit trio s’était mis en route vers le cratère devenu foyer des anciens réfugiés. Shomari ne s’y était encore jamais rendu, ni même la mandrill, mais fort heureusement, Rahisi semblait connaître le chemin. Les deux compagnons en provenance de Freeland étaient encore fatigués de leur route mais ils avaient suffisamment eu de temps pour se reposer et les Nordiques eux ne pouvait s’offrir ce luxe. Il fallait agir au plus vite et leurs muscles endoloris n’étaient rien en comparaison de la souffrance des lions blancs. Arrivés à la lisière du Kasoto, les deux félins et la mandrill firent face à un immense tunnel creusé sous la terre. D’abord intimidé et incertain, le groupe s’y engouffra pour rejoindre la nouvelle terre des Mositus. Le passage n’était en rien une mince affaire et ils trébuchèrent de nombreuses fois. Heureusement, Karanga éprouvait moins de difficulté grâce à sa dextérité et aida Shomari à se redresser plusieurs fois. Leur petit voyage en tête à tête leur avait permis d’apprendre à se connaître et à nouer un début d’amitié. Le jeune lion doré était un peu peiné à l’idée de la laisser ici mais c’était aussi l’idée de la mandrill.

Lorsqu’ils s’extirpèrent finalement du tunnel non sans avoir rencontrer des difficultés, le trio ne tarda guère à être rejoint par des gardes-frontières. A leurs interrogations quant à leur présence ici, ce fut l’aîné qui répondit :

« Mon nom est Rahisi, gardien du Cycle de la vie, et voici Shomari et Karanga. Nous souhaiterions nous entretenir avec votre clan d’une affaire des plus pressantes. »

Sans demander plus d’explication, les gardes opinèrent et conduisirent le trio au travers de la végétation luxuriante du cratère. Si sa curiosité enfantine attardait ses yeux sur ces paysages qu’il ne connaissait pas, Shomari ne pouvait se permettre d’être distrait et se reconcentra bien vite sur la mission. Après un certain temps de marche, le petit groupa arriva aux pieds d’un arbre singulièrement gigantesque et dont les branches flamboyantes dépassaient en tout point toutes les étrangetés que l’apprenti avait pu observer jusqu’ici. C’était un lieu magnifique.

« Attendez ici, nous allons chercher quelqu’un. »
« Merci. Pouvez-vous également faire quérir un guérisseur ?»

Un peu étonnés, les gardes opinèrent et se dispersèrent. Malgré la beauté des lieux, Rahisi ne se laissait en rien distraire et son air sérieux ne semblait se décoller de son visage. Il appréhendait quelque peu la discussion qui allait suivre, ne sachant comme les Mositus allaient réagir à leur demande. Ils semblaient prospères ici et les miaulements des lionceaux étaient nombreux, nul doute que les lions de jungle s’étaient refait une santé mais accepteraient-ils de se confronter à un nouveau problème ?

_________________
Une faveur d'ordre particulier  I0ok


Couleur de RP : saddlebrown



Images (c) Hecate
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5623-e-n-y-e-t-o-the-son-of-wa
Kazi
Kazi
PLAYER05


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 927
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyMer 15 Avr - 13:42




Les élections étaient passées depuis peu de temps et pourtant Kazi avait toujours autant à faire et il ne doutât pas un seul instant que le nouveau Consul en aurait tout autant sur les épaules. Le guérisseur s’afférait une fois de plus à vérifier l’état de santé des nouveau-nés – dernièrement, d’autres petites boules de poils avaient fait leur apparition et encore plus récemment, un vieux grincheux du clan était finalement devenu papa. Kazi s’était réjoui de cette nouvelle – ce Mositu méritait autant que les autres de pouvoir enfin vivre normalement, si ce n’est pas plus… Les cicatrices qui marquaient son corps fatigué par le poids des années ne manquaient pas de rappeler au guérisseur la tragédie qui avait secoué le clan dans la Jungle des Gorilles.

La plupart des lionceaux étaient en pleine santé – comme la quasi-totalité du clan en vérité et Kazi s’en félicita. Alors qu’il triait ses plantes et achevait de faire l’inventaire, une sentinelle se précipita vers lui si bien que le premier réflexe du lion tacheté fut de fermer les yeux et de rentrer la tête dans sa crinière.

« Kazi, cesse donc de faire l’enfant. Des étrangers demandent à te voir toi et le Consul. Ils sont au Nyekundu, ils t’attendent. »

Le guérisseur tenta de sortir de son mutisme en balbutiant des remerciements avant de jeter un regard vers le lieu de vie des Mositus. Des étrangers ? Voir le Consul était une chose normale, mais vouloir voir Kazi ? Qu’est ce que le lion brun pouvait bien apporter à … Ses yeux s’écarquillèrent soudainement et la panique se saisit de lui, si bien qu’il manqua de trébucher en voulant entamer sa marche vers le Grand Nyekundu. Quelqu’un était très probablement gravement blessé. Ce que le garde n’avait pas précisé c’est qu’ils avaient demandé un guérisseur et non pas Kazi en personne. Le lion tacheté se maudit de ne pas y avoir pensé plus tôt et intérieurement il grommela contre la sentinelle. Un peu de précision n’avait jamais tué personne.

Les lionceaux s’amusèrent de l’empressement de Kazi – eux qui ne manquaient pas de jouer avec sa maladresse, ce n’était clairement pas le moment de vouloir faire tomber le guérisseur en pleine course. Les étrangers furent faciles à repérer – en réalité le pelage de l’un d’eux était si solaire qu’il n’aurait pu le manquer sous aucun prétexte. Mais ce que le guérisseur remarqua, c’est qu’il ne semblait y avoir aucune blessure parmi ce groupe étrangement constitué. Un mandrill semblait les accompagner et la curiosité de Kazi le poussa à s’avancer. Bien sûr il n’était pas rassuré de devoir entamer une conversation tout seul, il déglutit trop fortement à son goût avant de se présenter – et se ravisa bien vite en voyant l’un des lions qu’il connaissait. Certes de plus ou moins loin mais un mince sourire étira ses babines :

« Oh, Gardien Rahisi, c’est un réel plaisir de vous voir ! J’espère que les Pridelanders se portent bien. » - il laissa par la suite son enthousiasme de côté et se présenta au mandrill et à l’autre lion : « Je suis Kazi, guérisseur des Mositus. Euh… Vous avez demandé à me voir ?Vous êtes blessé ? Le consul ne devrait pas tarder. »

_________________
©️ Hecate
Revenir en haut Aller en bas
Wimbo
Wimbo
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Masculin
Nb de Messages : 580
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyMer 22 Avr - 13:38



Jusqu’à présent, tout se passait plutôt bien pour Wimbo et le clan. Les élections s’étaient parfaitement déroulées, il avait gagné avec une large avance. Mieux encore, son adversaire avait accepté avec grande joie d’être l’Œil du Kasoto, de veiller à la sécurité des mositus, et personne n’avait contesté la nomination de sa compagne comme Empreinte. Et depuis, tout glissait naturellement comme un oiseau planant dans le ciel. Surpris de n’avoir pas tant de choses à faire dans le temps entre-deux, le nouveau Consul prenait quotidiennement le temps de rendre visite à chaque famille du clan. ‘Famille’ n’avait jamais autant été le bon terme, car les naissances se succédaient toujours plus.

Alors qu’il visitait justement un vieil ami devenu père, une Sentinelle vint demander Wimbo. Des étrangers étaient de visite et souhaitaient s’entretenir avec lui. Pas que lui, d’ailleurs, car le messager avait précisé que Kazi avait été demandé également. Qui pouvait bien avoir d’eux deux en même temps ? Alors qu’ils étaient en chemin -bien peu, en vérité, car les mositus vivaient aux abords du Nyekundu, d’autant plus les nouvelles familles aux enfants très jeunes-, l’émissaire précisa que ces étrangers n’étaient autres que des Gardiens. Voilà qui expliquait pas mal de choses !

Trois lions qu’il était impossible de confondre avec les habitants de la jungle attendaient au pied du grand arbre rouge. Plus étonnant, une mandrill les accompagnait. L’une des silhouettes avait vaguement rappelé d’anciens souvenirs à Wimbo sans qu’il ne puisse exactement poser la griffe dessus. Ce ne fut que lorsqu’il distingua des rayures aux oreilles de l’individu en question qu’il réussit à l’identifier. La distraction passée, le petit lion remarqua que Kazi était déjà sur place et que donc, il était en retard. Voilà qui commençait à tourner à la désagréable habitude !

« Messieurs, dame, interpella Wimbo dans une courbette de salutations, soyez les bienvenus au Kasoto. Je suis Wimbo, Premier Consul. L’on m’a dit que vous souhaitiez nous rencontrer, Kazi et moi ? »

Il était un peu décontenancé face au trio, tentant de ne pas le laisser paraître… mais déjà que les mositus n’étaient pas de grands lions de base, mais lui était en prime un petit spécimen ! Difficile de garder la tête haute quand vos interlocuteurs vous dépassaient à ce point en taille. Voilà un point qui serait à travailler, car niveau prestance, il était encore loin de son modèle, Sierra.


_________________
Nous sommes la somme des erreurs de nos pères.
Une faveur d'ordre particulier  Chibi_10

Avatar (c) Hecate
Signature (c) Nix
Wimbo négocie en #990000
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5100-wimbo-fils-de-son-pere
Shomari
Shomari
MEMBRE - SHOMARI


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 5299
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyJeu 23 Avr - 12:55



Une faveur d'ordre particulier  O5t210 Une faveur d'ordre particulier  20040411

Attendant sagement l’arrivée des protagonistes, le petit trio observait la vie qui se déroulait sous leurs yeux ébahis et pour sûr, ils n’étaient les seuls à parcourir les environs du regard. Les Mositus semblaient intrigués de leur présence et s’ils s’efforçaient de couler des œillades discrètes, les lionceaux se fichaient bien de la discrétion et se montraient très curieux de cet étrange attroupement au Nyekundu. Shomari ignorait ce qui les intriguait le plus, son pelage solaire ou la mandrill ? Les deux amis se sentaient bien dévisageaient et se regardèrent du même drôle d’air avant de pouffer de rire. Leurs éclats de voix furent toutefois stoppés par le regard sévère de Rahisi. Ils n’étaient pas ici pour plaisanter et avaient intérêt à mieux se tenir.

Un lion s’avança finalement vers eux, l’air un peu maladroit avant de se ressaisir. Shomari ignorait à qui ils avaient à faire mais s’étonna de cette étrange tâche claire sur son museau. Il n’avait jamais rien vu de pareil. Sourire aux babines, le Mositus les interpella.

« Plaisir partagé. » répondit noblement le Gardien en abaissant sa tête en guise de salut. « Les Pridelanders se portent bien au regard des circonstances et ce grâce à la générosité du roi Kama. Quant à votre clan, je constate qu’il se porte à merveille. »

Les Gardiens n’étaient guère habitués à ces échos de lionceaux par dizaine mais c’était pour sûr très apaisant. Au travers de toutes les difficultés auxquelles ils faisaient face, c’était un véritable soulagement de constater qu’un peuple autrefois aux abois se reconstruisait peu à peu. Cela donnait du sens à leur existence. Se tournant face à l’apprenti et à la mandrill, le lion brun se présenta sous le nom de Kazi, guérisseur des Mositus avant de partager son étonnement quant à leur présence.

« Je suis Shomari, apprenti Gardien, et voici Karanga, apprentie guérisseuse. »
« C’est un plaisir de vous rencontrer. »

Les deux apprentis avaient intégré le sermon silencieux du Gardien et adoptaient désormais une posture noble et respectueuse, Kazandi s’y prêtait avec plus d’entrain tant elle était conscience de faire face à son futur mentor si tout se déroulait comme ils l’espéraient.

« Aucun de nous n’est blessé non mais quelqu’un d’autre a besoin de votre aide, c’est pour cette raison que nous sommes ici. Si cela ne vous dérange pas, nous allons attendre la présence du Consul pour vous exposez la situation. »

Rahisi gratifiait le guérisseur d’un sourire, conscient qu’il ne semblait guère à son aise. Il aurait pu lui exposer la situation mais le Consul était tout autant concerné par l’affaire alors mieux valait-il l’attendre et heureusement, ce dernier ne tarda guère à les rejoindre. C’était un petit lion brun, comme tous ceux présents ici, et si son visage était inconnu au porte-parole de Fedha, Shomari lui était plus troublé. Il avait l’impression de l’avoir déjà vu quelque part, mais où ? Ce ne fut qu’en entendant sa voix chaude qu’il se rappela de leur rencontre. Wimbo ! Il avait joué avec les deux frères quand ils étaient petits et leur avait même proposé de leur construire un hamac. Pas sûr que cette offre tienne toujours compte tenu de leur nouveau gabarit … Enfin, Shomari laissa ses souvenirs de côté, il était ici en tant que représentant de l’Ordre et n’avait pas à se laisser distraire. Chaque membre du petit trio lui rendit sa courbette de salutation avant que Rahisi ne prenne la parole.

« Toutes mes félicitations pour votre élection, Wimbo. Je vous remercie de nous accueillir malgré notre venue soudaine. C’est une affaire délicate qui nous amène et nous voulions effectivement nous entretenir avec vous à ce sujet. Shomari ? »

L’apprenti Gardien se racla la gorge, un peu intimidé de prendre la parole mais ayant connu Wimbo dans le passé, il parvint à se défaire de son angoisse et poursuivit : « J’enquêtais dans les marécages quand je suis tombé sur trois nordiques grandement affaiblis. L’un d’eux m’a confié que, suite à la disparition du gibier, le clan a dû descendre de la montagne pour chasser mais hélas les proies n’étaient guère plus abondantes au pied des monts blancs et voilà près d’un an qu’ils pataugent dans la boue, souffrant de malnutrition mais pas que, une mystérieuse épidémie les a tous frappé et ils en souffrent énormément. Les origines de cette maladie ne sont pas très claires mais ils sont secoués de quinte de toux virulentes et sont extrêmement épuisés. »

Il se souvenait encore des trois lions blancs qui n’étaient plus que l’ombre de leur légende et déglutit. Les Gardiens n’avaient pas traîné pour se rendre au Kasoto mais cette rencontre avec les nordiques datait déjà de plusieurs jours et Shomari espérait qu’entre temps, la situation n’avait pas empiré.

« Nous savons que vous avez traversé beaucoup de souffrances et de difficultés mais en tant que représentant de Fedha, je vous demande humblement de venir en aide aux Nordiques. Nous avons espoir que vous pourriez peut-être partager un peu de votre gibier avec ces affamés et leur faire profiter de vos guérisseurs. Prideland et Freeland étant eux-mêmes en difficultés et à des lieux d’ici, nous ne pouvions leur demander assistance efficacement mais Kuzaida, la chaman et guérisseuse de Prideland, a accepté de nous confier son apprentie, Karanga. »

« Je n’ai sûrement pas une connaissance aussi étendue que vous en la matière mais si vous l’acceptez, je pourrais vous épauler et, du mieux que je peux, tenter de vous faciliter la tâche. » précisait la mandrill à l’attention de Wimbo mais plus particulièrement de Kazi.

La situation étant ainsi exposée dans les moindres détails, Rahisi attendait une réponse des représentants sollicités, espérant que celle-ci leur soit favorable. Ils comptaient sur eux, maintenant plus que jamais. Shomari ajouta d’un faible murmure :

« Les Nordiques ont besoin de vous … s’il vous plait. »


_________________
Une faveur d'ordre particulier  I0ok


Couleur de RP : saddlebrown



Images (c) Hecate
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5623-e-n-y-e-t-o-the-son-of-wa
Kazi
Kazi
PLAYER05


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 927
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyDim 26 Avr - 11:54




Le lion brun se montra enchanté de faire ces nouvelles connaissances quoiqu’un peu réservé, il n’en montra pas moins d’intérêt. Ce devait être terriblement important pour lui et le Consul soit demandé mais la patience était de mise bien qu’il était dévoré par l’envie de discuter davantage et plus particulièrement avec la mandrill – il afficha d’ailleurs un large sourire à cette dernière. Afin de répondre à Rahisi, le guérisseur se tourna davantage vers lui tout en montrant le Nyekundu d’un signe de tête :

« Je suis content d’apprendre que les Pridelanders se remettent. Et oui, vous avez raison, les Mositus se portent particulièrement bien ! Nous avons un record de naissances depuis quelques temps et c’est un grand soulagement pour nous tous. »

Kazi ne faisait pas preuve de la même rigueur que les Gardiens – à dire vrai rien ne l’y obligeait, il se tenait plus ou moins droit mais rien de solennelle pour autant. La présence de Wimbo ne se fit pas attendre plus longtemps et Kazi le salua promptement en le gratifiant d’un sourire et d’un signe de tête. Le guérisseur n’arrivait pas à faire preuve de … Non pas de respect – puisqu’il était bien conscient du rôle de Wimbo – mais il n’arrivait pas à se montrer plus cérémonial. Après tout, il connaissait Wimbo bien avant qu’il soit devenu chef et un peu de familiarité et d’amitié ne l’empêchait pas de le considérer en tant que tel.

Le discours des Gardiens commença et bientôt la mine joviale de Kazi laissa place à un froncement de sourcil des plus alarmants. Ce qui se disait ne lui plaisait pas et le manque d’information le laissa sur sa faim si bien qu’il ne se priva pas d’enchaîner rapidement :

« Pardonnez-moi mais il me faut en savoir beaucoup plus que cela. »

Cela serait probablement étonnant venant de Kazi mais la timidité et la réserve venait de laisser place à un air sérieux et grave. Le lion tacheté était bien placé pour savoir combien le périple des Mositus avait été long et terriblement éprouvant pour la plupart d’entre eux mais il était encore mieux placé pour savoir que les lions de la Jungle n’avaient guère besoin d’un problème supplémentaire. Kazi était profondément contrarié par le manque de réflexion dont venait de faire preuve ces Gardiens. Il éprouvait énormément de respect pour ce qu’ils défendaient – protecteur du Cycle de la Vie mais en venant ici, avec le lion qui avait été en contact direct avec les lions des monts enneigés, c’était de la pure folie.

C’est avec un empressement tout particulier que Kazi se mit à interroger le lion au pelage semblable à celui du soleil :

« Est-ce que vous présentez des symptômes de cette maladie ? Quelque chose a changé depuis votre rencontre avec les Nordiques ? »

Et même s’il ne présentait rien pour le moment, qu’est-ce qui pouvait bien garantir à Kazi que cette maladie ne se développait pas sur plusieurs jours ou plusieurs semaines ? Voilà que le lion tacheté était bien embêté. Néanmoins il ne souhaitait pas que son comportement soit mal interprété aussi un baissa légèrement la tête tentant de se faire comprendre du mieux qu’il pouvait :

« Comprenez ma réticence, je me ferai une immense joie d’aider ces lions blancs mais il faut aussi que vous compreniez votre imprudence et votre inconscience. Venir en ce lieu, alors que vous pouvez très bien être porteur de cette maladie dont nous ne savons rien alors que la plupart des nôtres viennent d’avoir des enfants… »

Et les Grands Esprits ou peu importe ce en quoi chacun pouvait croire, savaient à quel point les enfants représentaient tout : ils étaient la nouvelle génération, là où la prospérité des Mositus se plaçait. Mais ils étaient aussi fragiles pour la plupart, parce que beaucoup trop jeunes pour avoir développé un système immunitaire parfait.

Néanmoins l’appel de détresse du Gardien lui arracha le cœur – bien sûr que le guérisseur souhaitait aider – il ne demandait que ça. La madrill acheva même de le convaincre totalement, malheureusement la décision ne lui revenait pas à lui seul et c’est bien là la raison de la présence du Consul. Il lui jeta un regard désolé :

« Il faut être réalise, si je pars, je risque de ne pas pouvoir revenir. »

Kazi ne se disait pas irremplaçable mais était-ce vraiment le bon moment pour cela ?

_________________
©️ Hecate
Revenir en haut Aller en bas
Wimbo
Wimbo
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Masculin
Nb de Messages : 580
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyMar 5 Mai - 13:15



Les invités avaient rendu la politesse à Wimbo, qui, malgré son inconfort de taille, était plutôt heureux de voir des Gardiens ici. Après tout, c’était involontairement grâce à eux qu’il avait fait la rencontre de Kuzaidia, elle-même ayant conté à l’ancien vagabond le mythe du Kasoto. Hélas, cet effet fut de courte durée, car le leader du trio laissa Shomari enchainer avec la raison de leur présence. Le lion d’or narra une rencontre avec quelques Nordiques, loin de leurs montagnes légendaires. Affamés, vivant dans la boue, ils auraient de surcroît développé une étrange maladie qui, d’après le fils de Ahva, était particulièrement éprouvante pour les infectés. Lorsque le leader du groupe repris la parole, ce fut pour croquer directement dans le gibier : les Gardiens étaient là pour demander aux Mositus d’offrir leur aide aux Nordiques.

La mandrill, Karanga, se montra déterminée à aider malgré le fait que son apprentissage ne soit sans doute pas terminé, alors que Shomari acheva la demande de son collègue par une dernière supplique.

Si l’affaire n’avait concerné que Wimbo, il aurait sans doute accepté. Lui et les Mositus avaient tant reçu au cours des dernières années qu’il était presque inconcevable de refuser de tendre à leur tour la patte à qui en avait besoin. Question de logique et d’honneur. Cependant, il avait repéré le visage de Kazi se décomposant au fur et à mesure des paroles de leurs hôtes. Le Consul ne pu allonger le moindre mot que son compère, alarmé, assaillait déjà les Gardiens de questions. Wimbo se rendit compte que le problème était en dehors de son champ de compétence lorsqu’il comprit à travers le guérisseur les risques. Les maladies avaient le don de se propager comme le feu pouvait s’étendre de brin d’herbe en brin d’herbe. Lorsque Kazi évoqua les nombreux lionceaux nés depuis peu, ce fut une goutte de panique en trop.

« Si vous ne savez rien de la propagation de cette maladie, alors éloignons-nous du Nyekundu, si vous le voulez bien. »

Ne rien laisser paraître de son inquiétude devant le trio se révélait plus difficile que de montrer son assurance devant le clan électeurs, quelques jours plus tôt. Il s’agissait de direct, et non pas d’un discours répété des centaines de fois. Mais Wimbo faisait de son mieux pour sembler moins inquiet que ce qu’il était réellement. Il prit les devants pour mener le petit groupe à l’écart, dans des bois où personne ne vivait. Le jeune père prenait d’ailleurs garde à ne pas approcher ses invités. Tandis qu’ils marchaient, le Consul pensait à la dernière réplique de Kazi : s’il partait, il y avait des chances pour qu’il ne puisse pas revenir.

« Ici sera parfait, annonça le petit lion dans un petit espace délaissé par les arbres. Voyez m’en navré mais il est préférable de prendre nos précautions. »

Il espérait de tout cœur que les Gardiens ne voient pas en ces deux foulées de distance une offense… ni en ce qu’il allait dire.

« Mon clan et moi serions déshonorés de refuser de l’aide après tout ce qui a pu nous arriver. Cependant, nous ne pouvons pas nous séparer de Kazi, ni prendre le risque qu’il soit infecté. Comme il l’a souligné, beaucoup d’entre nous venons d’avoir une portée. Ces lionceaux sont très jeunes, et quelqu’un doit surveiller leur santé, et savoir les guérir. A ce titre, je ne peux pas le laisser partir. »

Durant la marche, une idée plus conciliante qu’un refus lui était cependant venue.

« Karanga pourrait-elle apporter aux Nordiques plantes, remèdes et instructions, tout en restant à bonne distance d’eux ? Si Kazi valide cette idée, ce serait un compromis sécuritaire. »

Il restait la question de leur apporter de la nourriture… mais ils verraient cet aspect du problème une fois le premier résolu.


_________________
Nous sommes la somme des erreurs de nos pères.
Une faveur d'ordre particulier  Chibi_10

Avatar (c) Hecate
Signature (c) Nix
Wimbo négocie en #990000
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5100-wimbo-fils-de-son-pere
Shomari
Shomari
MEMBRE - SHOMARI


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 5299
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyMer 6 Mai - 18:14



Une faveur d'ordre particulier  O5t210 Une faveur d'ordre particulier  20040411

Le Gardien n'avait pas perdu de temps pour rentrer dans le vif sujet, sans doute parce que le temps courait depuis trop longtemps pour les Nordiques, mais les envoyés de Fedha avaient été naïfs de penser qu'un simple exposé de la situation suffirait à convaincre les Mositus. Peut-être l'avaient-ils tout de même espéré. L'exposé de la situation semblait bien maigre aux yeux du guérisseur qui s'empressa de demander plus d'informations aux Gardiens, ce à quoi la réponse de Shomari ne fut toutefois pas plus porteuse de réponse :

« Je n’ai malheureusement pas plus d’information sur la situation, le Nordique que j’ai rencontré m’a seulement confié que tout le clan était touché, leurs leaders y compris. De ce que j’ai vu, ils toussent beaucoup et ce d’une toux très sèche mais aucun de nous n’a les compétences nécessaire pour mieux comprendre leur mal, c’est pourquoi nous comptions sur votre aide. »

Les Gardiens étaient porteurs de paix mais de bien piètre soigneurs et leurs compétences se limitaient aux apprentissages de base de la vie courante qui étaient bien loin de satisfaire les connaissances que nécessitait une telle situation. Rendu très inquiet par cette évidente lacune, Kazi questionna vivement l'apprenti Gardien sur d'éventuels symptômes similaires à ceux des Nordiques. Son empressement et son regard inquiet troublait Shomari qui ne voyait pas bien où il souhaitait en venir … pourquoi serait-il malade ? Et alors qu’il coulait un regard inquiet à son ami et mentor de seconde patte, le guérisseur des Mositus confia combien l’imprudence couplée à l’inconscience de Shomari pouvait mettre les lions de la Jungle en danger et notamment tous ces enfants. Sentant le poids de ces accusations, Shomari abaissa piteusement ses oreilles. A vrai dire, aucun d’eux n’avaient pensé à cette possibilité et une énorme culpabilité le prit à l’idée de propager la maladie. Un peu sonné de ces accusations, l'apprenti Gardien ne trouvait les mots et ce fut Rahisi qui s'exprima :

« Je m'excuse sincèrement pour notre manque de discernement. A notre connaissance, Shomari n’a pas été en contact direct avec les Nordiques, n'est-ce pas ? »

« Non. Ils étaient assez méfiants quand je les ai trouvés alors je ne les ai pas vraiment approché de près et encore moins touché mais je comprends votre inquiétude et je suis profondément désolé de ne pas avoir songé à cela plus tôt. Je … je ne me suis aperçu d’aucun changement, je ne crois pas être malade. »

Il se sentait piteux et abruti mais remerciait toutefois l’intervention de Rahisi qui semblait le défendre. Le Gardien était toutefois lui-même bien embêté de leurs manque de sagesse tant ils avaient agi précipitamment sans même attendre de découvrir si Shomari avait développé des symptômes. Bien sûr l’apprenti se portait comme un charme aussi aucun d’entre eux n’avaient eu de soupçons mais Kazi avait soulevé là un point très important que les Gardiens avaient négligés et qui maintenant mettait en péril leur crédibilité.

Ce problème épineux mit sur la table, le nouveau leader des Mositus proposa au petit groupe de se réunir à l’écart afin de limiter tout risque.

« Bien entendu, nous vous suivons. » répondit Rahisi très compréhensif et surtout bien embêté d’avoir causé cette situation.

Guidé par le Premier consul suivi de près par son guérisseur, les envoyés de Fedha prirent leur suite bien que Shomari trainait volontairement de la patte pour mettre de la distance entre eux. Il ne se pensait pas malade mais et si Kazi avait raison, et s’ils avaient contaminés ses compagnons ? Consciente du trouble qui se jouait dans sa tête, Karanga ralentit pour arriver à son niveau et posa une main rassurante sur son épaule. Shomari avait été en contact avec les malades il y a de cela plus d’une semaine, les symptômes se seraient sûrement déclarés s’il était malade or ce n’était pas le cas et la mandrill s’efforçait de le rassurer à ce sujet devant son air piteux.

Arrivés à l’ombre des feuillages et à l’écart tant des yeux que des oreilles indiscrètes, Wimbo reprit la parole, s’excusant d’abord de ses précautions prises avant de confier que si son clan serait déshonoré de refuser leur aide après toute celle qu’ils avaient reçu, il ne pouvait toutefois se résoudre à se séparer de Kazi qui avait lui-même souligné que s’il partait, il risquait de ne pas pouvoir revenir. Les deux gardiens s’efforcèrent de masquer leur déception évidente. Alors ils ne les aideraient pas ? C’était … inattendu mais avant qu’ils ne tombent des nues, Wimbo leur proposa une solution intermédiaire : que Karanga se charge de faire la passerelle entre le guérisseur et les malades. Cela pourrait peut-être fonctionner.

« Karanga est le seul renfort que le Roi Azaan a pu nous accorder compte tenu de la situation des Pridelanders, elle était l’apprentie de Kuzaida leur chaman mais ses connaissances dans l’art guérison sont encore très limitées. Elle possède toutefois certaines bases et avec l'enseignement d'un guérriseur expérimenté, elle pourrait effectivement en mesure d’aider les Nordiques. » répondait-il avant de couler un regard vers la mandrill, cette dernière étant la plus apte à répondre de ses capacités.

« Ma présence n’a pour autre but que celui d’aider et si vous êtes dans l’impossibilité de vous déplacer, ce que je comprends au regard de vos responsabilités ici, je pourrais effectivement soigner les Nordiques selon vosinstructions et avec les remèdes que vous me fournirez. Nous pourrions trouver un système efficace et limitant tout risque d’infection. »

Karanga n’était pas une experte il était vrai mais la mandrill apprenait vite et était dotée d’une excellente mémoire et si Kazi acceptait, elle se sentait à la hauteur de la tâche. Ces avis entendus, la petite brigade improvisée attendait avec impatience la parole de celui sur qui reposaient maintenant tous leurs espoirs. Les Mositus étaient les seuls en pouvoir de soulager les Nordiques et sans leur aide, les Gardiens n’avaient pas la moindre idée de comment sauver les lions blancs. A ce propos, Rahisi gardait à l’esprit que Wimbo n’avait pas encore évoqué la possibilité de partager un peu de leur gibier avec les malades. Cela aussi serait sous condition ? Le Gardien était un peu déçu que les Mositus ne se montre pas plus conciliants après toute l’aide qu’ils avaient reçu des années durant mais il s’efforçait de contenir sa frustration par la situation évidente d’un clan en plein renouveau et qui, vraisemblablement, ne disposait que d’un unique guérisseur dont l’importance était vitale pour le clan.

_________________
Une faveur d'ordre particulier  I0ok


Couleur de RP : saddlebrown



Images (c) Hecate
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5623-e-n-y-e-t-o-the-son-of-wa
Kazi
Kazi
PLAYER05


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 927
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyJeu 7 Mai - 12:30





Une fois éloignés du Nyekundu, le guérisseur écouta attentivement la suite et quand ce fut son tour de parler il commença, en demandant toujours plus, même si le jeune Gardien lui avait offert une précieuse description des symptômes, cela pouvait encore être beaucoup trop d’autres choses. Aussi il se demanda si une hypothèse avait déjà surgie dans la tête du guérisseur de Prideland :

« Je crois savoir que Kuzaidia est une grande guérisseuse. Meilleure que je ne le suis en tout cas. A-t-elle une idée de ce qui pourrait toucher les lions blancs ? »

Était-elle seulement allée voir de quoi il en retournait ? Avait-elle seulement émis une hypothèse mais sans aller les voir ? Les Gardiens évoquaient la situation des Pridelanders qui était certes précaires mais que devait-on dire de celle des Mositus qui se remettait doucement de plusieurs années d’errances ? Le guérisseur ne manqua pas de froncer des sourcils à cette pensée. Le Roi Azaan préférait risquer la vie de Kazi plutôt que celle de Kuzaidia ? Ce serait logique d’un certain point de vue, surtout compte tenu de l’âge du mandrill, mais alors comment Kazi devait-il considérer la valeur de sa propre vie ? S’il réfléchissait davantage il se sentirait probablement insulté plus qu’autre chose mais décida de se concentrer sur ce qui semblait être le plus important : les Nordiques.

Aussi, il adressa un signe de tête reconnaissant à Karanga quand elle se propose de jouer les intermèdes afin que les lions blancs puissent recevoir les meilleurs soins mais la situation faisait quand même froncer le museau de Kazi. Dans un soupir il concéda à accepter la situation, mais il fallait aussi être lucide quant à l’issue potentielle de tout ceci :

« Je suis ne pas vraiment ravi de devoir les soigner sans les voir mais je ne pense pas que d’autres choix s’offrent à nous… Malgré tout, je tiens à être franc avec vous : de cette manière, impossible de dire si nous pouvons éradiquer la maladie. La ralentir peut-être, mais n’en sachant que trop peu, je préfère ne rien promettre. »

Kazi était seulement un guérisseur, pas un faiseur de miracles. De plus, aucun guérisseur n’était capable de prévenir la mort ni même de l’arrêter. Peut-être que c’était ainsi que devait s’éteindre un grand clan. Kazi ferait bien sûr tout ce qu’il faudrait pour pouvoir les soigner, mais il préférait d’avance se montrer honnête. Il ajoute, un peu penaud :

« La mort, malheureusement, est un élément naturel de la vie. »

Ainsi allait le cycle de la vie. Kazi se sentirait profondément triste d’assister à l’extinction de tout un clan – surtout un clan aussi noble que celui des lions blancs, mais que pouvait-il contre ça si ses remèdes ne suffisaient pas ? Les oreilles de Kazi tressaillirent alors qu’il se souvint subitement des paroles de l’apprenti Gardien. Il appuya dessus :

« Vous avez dit qu’ils étaient méfiants… Savent-ils que vous êtes ici ? Acceptent-ils d’être soignés ? »

Kazi savait aussi qu’un être vivant qui ne souhaitait pas être guéri, ne le serait jamais. Si les Nordiques – par fierté ou orgueil ou peu importe – refusait les soins du Mositus et du jeune mandrill, il serait difficile de leur venir en aide.

_________________
©️ Hecate
Revenir en haut Aller en bas
Wimbo
Wimbo
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Masculin
Nb de Messages : 580
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyLun 11 Mai - 21:14



Face aux agacements de Kazi, les Gardiens avaient marqué un temps de regrets avant de formuler quelques excuses. Wimbo, malgré les inquiétudes soulevées par son ami, n’avait rien ajouté de plus à ce sujet, et pour cause : il aurait sans doute agi avec la même précipitation que les fautifs. Les lions du Nord en si grand danger, le Consul se demanda si l’Histoire avait déjà été témoin d’un tel évènement, tant les légendes à leur sujet faisaient d’eux des êtres quasiment immortels.

Le guérisseur des Mositus, lui, commentait la solution trouvée par son chef. Elle n’était pas parfaite, loin de là, mais avec les connaissances qu’il avait, c’était la seule que Wimbo avait trouvé. La sécurité des lions de la jungle et de leurs enfants était une priorité absolue, et prendre le risque de se faire envahir par un ennemi plus sournois qu’un jangowa ou qu’une hyène n’était pas négociable. L’instant de philosophie de Kazi concernant la mort dans le cercle de la vie interpella le petit élu qui réagit instantanément.

« Peu importe le Cercle de la Vie et de la Mort, nous devons essayer de les soigner tout de même, du moins autant que faire se peut. »

Était-ce une part d’égo insoupçonnée du Consul qui venait de se manifester ? Peut-être bien, il ne voulait pas que son clan soient des ingrats et des récalcitrants aux yeux du monde. Peut-être aussi était-ce une forme de réticence à ce fameux principe qu'il comprenait de moins en moins. L’exercice d’équilibre qui s’était présenté à lui aujourd’hui se montrait délicat. Un point de détail qui lui avait échappé -mais pas à Kazi- fit surface comme une branche pour l’extirper du bourbier : le lion au pelage d’or avait mentionné de la méfiance chez ceux qu’il avait croisés. Cela impliquait beaucoup de choses, voire même la totalité du sauvetage qu’avaient imaginé les Gardiens en venant au Kasoto. Qu’importe les efforts, si les lions blancs refusaient de l’aide ?C’était un point sur lequel Wimbo devint extrêmement curieux. Mais au lieu de rajouter une couche, il tourna simplement sa tête, de Kazi vers leurs hôtes.

Dans l’intervalle, il réfléchissait à comment apporter du gibier aux malades sans prendre le moindre risque, car rien n’assurait que cette maladie ne pouvait pas se propager via les herbivores. Rien ne lui venait à ce sujet.


_________________
Nous sommes la somme des erreurs de nos pères.
Une faveur d'ordre particulier  Chibi_10

Avatar (c) Hecate
Signature (c) Nix
Wimbo négocie en #990000
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5100-wimbo-fils-de-son-pere
Shomari
Shomari
MEMBRE - SHOMARI


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 5299
En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  EmptyJeu 14 Mai - 11:34



Une faveur d'ordre particulier  O5t210 Une faveur d'ordre particulier  20040411

S’estimant moins compétent la chaman des Pridelanders, Kazi demandait si cette dernière n’avait pu établir de diagnostique quant aux lions blancs. Shomari était un peu étonné de cette question puisque la réponse lui semblait évidente mais répondit tout de même :

« Non aucune, sans possibilité de s’approcher des malades elle n’a pu poser de diagnostic sur mes seules indications. »

D’où la nécessité pour les Gardiens et plus encore les Nordiques de bénéficier de l’expertise du guérisseur brun. Kuzaida n’en avait appris que trop peu et Freeland était à des journées de marche, plus encore pour une mandrill qui avait déjà servi trois rois. Kazi était en tout point désigné comme le lion de la situation mais cela ne semblait guère le convaincre pour autant. Heureusement, Karanga s’efforçait au mieux de plaidoyer en faveur de la conciliation offerte par le Premier Consul et Kazi sembla céder dans un soupir las, ajoutant toutefois qu’il ne pouvait affirmer si cette façon de procéder pourrait éradiquer la maladie, la ralentir peut-être mais la mort était un élément naturel de la vie. Cette dernière constatation choqua profondément les Gardiens. S’il ne consentait pas à se déplacer pour établir un diagnostic que lui seul était en mesure de poser, bien évidemment que Karanga serait peu efficace. Kazi souhaitait peut-être se montrer réaliste mais ses paroles crues semblaient davantage défaitistes aux yeux des envoyés de Fedha. Les Gardiens étaient venus en espérant trouver de l’aide et on ne leur offrait rien de plus que des remèdes à transmettre. Ils s’étaient préparés à ne pas recevoir la lune mais avaient tout de même aspiré à plus que ce qu’on leur proposait. Wimbo sembla lui aussi réagir aux paroles du guérisseurs et affirma que importe les chances de réussite, il fallait tenter le coup. Heureux de son soutien, Rahisi lui adressa un discret signe de tête.

Kazi n’en avait toutefois pas fini et partagea ses doutes, demandant à l’apprenti Gardien si les Nordiques savaient seulement qu’ils étaient ici et s’ils acceptaient d’être soigné.

« Bien entendu qu’ils savent que nous sommes ici, ils comptent sur nous pour les sauver de cette épidémie qui les décime. Certains seront peut-être récalcitrants de recevoir l’aide d’étrangers tant ils sont fiers mais l’orgueil ne justifie pas de se laisser mourir et beaucoup comme Wetiko accepteront l’aide qui leur sera donné, les autres suivront si les résultats sont là. »

Shomari songeait notamment aux deux jumeaux qui avaient fulminé devant l’aveu de faiblesse de leur camarade. Sûrement d’autres Nordiques se montreront méfiants mais l’apprenti Gardien tout comme ses mentors avaient foi la volonté de survie des lions blancs. Si les remèdes de Kazi étaient efficaces, ils n’auraient aucune raison de les refuser.

« Nous avons conscience que notre demande n’est pas ordinaire et qu’avec tous ces lionceaux vous avez déjà beaucoup de travail mais les lions ont besoin de se serrer les coudes dans de telles difficultés et si nous laissons les Nordiques seuls, ils périront tous. Nous n’avons malheureusement pas les capacités de les aider, sans cela nous ne serions pas venus quérir votre aide. »

Rahisi avait balayer son agacement précédent, conscient que cela n’arrangerait rien et surtout que Fedha n’aurait pas aimé que les discussions se portent de la sorte quoi que le chef des Gardiens se sentaient le plus concerné par ce problème, les malades étant ses pairs qu’ils avaient quittés pour rejoindre l’Ordre.

« L’éradication de l’épidémie est incertaine, c’est vrai, mais au moins aurons-nous essayé de les aider. » Aucun des Gardiens ne pouvait supporter d’avoir sur la conscience l’extinction d’un clan sans avoir tout fait tenté pour les aider. Dirigeant son regard vers le Premier Consul, Rahisi s’adressa tout particulièrement à lui sur un point qui n'avait pas encore été étudié : « Nous ignorons l’abondance des proies sur votre territoire mais serait-il envisageable pour vous de partager un peu avec les Nordiques ? Ils pourraient chasser les proies environnantes sans jamais pénétrer le Kasoto. »

Cela limiterait les risques que l’épidémie se propage et surtout redonnerait des forces aux Nordiques qui étaient tant abattu par la maladie que par la famine.

_________________
Une faveur d'ordre particulier  I0ok


Couleur de RP : saddlebrown



Images (c) Hecate
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t5623-e-n-y-e-t-o-the-son-of-wa

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Une faveur d'ordre particulier    Une faveur d'ordre particulier  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une faveur d'ordre particulier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Cratère Kasoto
 :: Le Grand Nyekundu
-