Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Yetsa, Shasta, Wimbo and Jehara

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Great Canyon (PMD Blue Rescue Team OST)

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    La fin de Bonnie & Clyde Z7dyLa fin de Bonnie & Clyde Y4ziLa fin de Bonnie & Clyde J3l9

Partagez
 

 La fin de Bonnie & Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adana
MEMBRE - ADANA


À mon sujet

Age : 99 Féminin
Nb de Messages : 840
Localisation : Prideland.

En savoir +
MessageSujet: La fin de Bonnie & Clyde   La fin de Bonnie & Clyde EmptyDim 8 Sep - 12:37

    PERSONNAGES JOUES : TALASI & KIMIRIA
    Le RP se déroule dans la nuit qui suit la mort d'Adana et Vita.

    Les larmes brûlantes de haine, Talasi daigna toutefois accomplir sa charge de tante, de tutrice, bien que son cœur criât mille horreurs pour ces satanés Outlanders, eux qui lui avaient pris sa grande sœur, une jeune mère qui n'aurait jamais dû partir de cette façon, et pour ces Mositus, eux qui les avaient vues naître, eux qui avaient préférés sauver leurs peaux plutôt que protéger l'une des leurs en détresse !
    Talasi ne pardonnerait pas. Elle ne le pouvait pas. Elle se savait bien moins rancunière et immature qu'Adana, il était vrai... Mais la femelle aux yeux bleus était présentement dans l'incapacité de voir autre chose que du sang souillé sur les pattes de ses anciens confrères. Les approuver et vivre avec eux, ce serait trahir la mémoire d'Adana, ce serait la tuer une deuxième fois, à son tour – et par sa faute ...

    Tandis que la lionne au pelage sombre, vive, filait dans les hautes herbes à toute allure dans l'espoir de rattraper sa mère au Rocher de la Fierté – quand bien même celle-ci, en raison de son âge, n'aurait pas pu aller bien loin avec trois frêles lionceaux -, elle songea à ce qu'elle lui dirait, à elle, à ses neveux et nièces qui ne connaissaient pas encore la vérité. Comment le leur dire sans leur briser le cœur ? Le sien était déjà fendu ; qu'en serait-il pour de pauvres enfants qui n'avaient rien demandé au Ciel sauf le souhait que de vivre simplement aux côtés de leurs parents ? Kimiria, au cœur et au corps fragile depuis que son vieil âge faisait effet – tiendrait-elle tête à l'accablante nouveauté ? Saurait-elle, une fois encore, supporter la perte d'une autre personne chère à ses yeux, après le départ de son compagnon ? Talasi réprima un soupir irrité par la tristesse. De toute évidence, les heures qui suivraient leurs retrouvailles seront les plus dures à supporter de leur vie ...

    Ses pattes diminuèrent la cadence lorsque l'ombre d'un immense Rocher fit son apparition dans le lointain. Lorsque Talasi ne fut plus très loin du nouveau lieu de résidence de ses petits protégés, ses yeux remarquèrent une grande silhouette recroquevillée autour de trois petites boules de poils, malgré l'ombre du promontoire qui les plongeait dans une obscurité conséquente. Doucement, la féline à masque se joigna à sa petite famille et s'apprêta à réveiller, du bout d'une patte, sa mère ... quand celle-ci releva brusquement la tête vers sa fille cadette, les yeux pleins de fatigue. Talasi prit une grande inspiration. Elle s'en voulait encore de devoir annoncer à sa mère la nouvelle ... elle qui s'était refusée au sommeil tant qu'Adana et Vita ne seraient pas rentrés au bercail.

    « Maman ... J'ai eu des nouvelles concernant Adana et Vita. J'aimerais que nous nous éloignions des enfants quelques instants, s'il te plaît ... Je ne veux pas qu'ils ne nous entendent. Pas tout de suite. »

    Les yeux chargés d'un espoir insolent, Kimiria hocha doucement la tête, se retira du petit regroupement de corps et s'éloigna avec Talasi, non sans avoir jeter un dernier regard à ses petits enfants, qu'elle craignait tant de voir disparaître à la moindre distraction qui se dresserait devant elle.
    Le verdict tomba comme une pierre dans l'eau. Dénué de saveur. Un pique de glace dans le cœur, un blizzard sans issue, une plaie qui ne cicatriserait jamais ...

    ***

    Plusieurs idées vinrent se bousculer dans la tête de Kimiria lorsqu'elle sut. Hurler. Pleurer. Se ruer sur Outland pour saccager la figure des Outlanders et leur hurler de lui rendre ce qu'on lui avait pris. Elle ne leur avait jamais rien fait, et pourtant ils lui avaient tellement pris ! Son compagnon, sa fille, et puis quoi d'autre ? Ses petits enfants ? Les yeux de la vieille lionne s'humidifièrent et elle manqua de chanceler sur place. Ses pattes étaient comme faites en coton. Elles n'étaient plus en mesure de porter le moindre poids. Sa voix, pareille à une pluie de cristaux incapables de se matérialiser en flocon de neige, retentit dans la nuit comme un murmure fantômatique.

    « T-Tu mens ... Ce n'est p-pas .... poss-possible ... »

    Talasi resta de marbre face au désespoir de sa mère. Elle aussi essayait de contenir ses émotions, ses larmes et les cris de son cœur. Mais ce qui avait été fait était fait. Adana ne reviendrait pas. On l'avait tuée de façon indigne et désormais, ses enfants n'avaient plus personne vers qui se tourner. Vita lui-même n'avait pas su protéger sa compagne des Outlanders et avait connu, au même prix, une terrible tragédie. Désormais, il ne restait plus que la grand-mère et la tante pour tenter de ressouder les piliers brisés de leur famille...

    « Et les Mositus ... » déglutit difficilement Kimiria. Malgré la douleur, elle essaya de forcer sur la cohésion de ses phrases. « Ils étaient au courant, n'est-ce pas ? Ils … Ils ont été gravement blessés, eux aussi, pas vrai ? Ils n'auraient jamais laissé Adana se faire emmener aussi facilement ! Elle faisait partie de leur Clan, malgré son sale caractère … Parce que nous sommes unis … Pacifistes et et solidaires ! »

    Talasi eut un petit sourire moqueur. Le cœur de la jeune adulte se serra douloureusement lorsqu'elle répondit, prenant conscience de la réalité par la même occasion :

    « A d'autres ! Ils n'ont absolument rien fait. D'après ce que j'ai entendu, ils l'ont laissée se débrouiller avec les Outlanders. Ce n'était pas leur bataille. Ils n'ont jamais voulu tuer qui que ce soit. Adana a agi seule et la menace des Outlanders était trop importante pour qu'ils ne se risquent dans une nouvelle bataille. Alors … Tu t'en doutes, maman, mais défendre l'un des leurs n'était pas leur priorité. »

    Il fallu quelques temps à Kimiria pour répondre. Les sourcils de la vieille femelle se froncèrent. Alors comme ça, on n'avait pas défendu sa fille ? Son propre Clan, sa propre « famille » n'avait pas daignée lever la griffe pour enfin s'imposer parmi leurs comparses claniques ? L'histoire ne changerait donc jamais ? Parce qu'ils étaient pacifistes, ça ne leur donnait pas le droit de donner des baffes de temps en temps à ceux qui le méritaient ? Ils avaient plié face aux Jangowas ! Puis face aux Lamasus ! Et maintenant … face aux Outlanders. C'en était trop … beaucoup trop pour elle. Au fil du temps, elle sembla reprendre des couleurs. Un peu trop vives. Et tout cela … D'une façon qui ne lui aurait jamais sied par le passé. Mais une mère restait une mère. Et aujourd'hui, elle sut qu'elle avait failli à sa mission. Elle n'avait pas su protéger sa fille aînée.

    « Et Athar ?! Il a été tué par un Outlander ! La raison d'agir d'Adana n'était pas mauvaise ! Elle a simplement vengé son père en retrouvant son meurtrier, voilà tout ! Ce sont les Outlanders qui ont commencé ! Tu es en train de me dire … Que les Mositus ont laissé repartir des lions … qui ont tué deux membres de leur groupe ?
    - Affirmatif. J'ignore où se trouve Amon mais en tout cas, je sais qu'Asani était présent lors du procès. Il a témoigné en faveur d'Adana – j'imagine qu'il ne voulait pas voir mourir l'une de ses sources de distraction aussi prématurément – mais ça n'a rien changé du tout. On n'a pas accordé de crédits à ce volatile et … si tu te demandes désormais où il se trouve … Il est allé rejoindre son frère. C'est lui qui m'a averti avant de partir …
    - Talasi, ma fille … Est-ce que je crois est la vérité ? Adana n'est vraiment … plus là ? Elle ne reviendra jamais ? Tu ne pourras plus lui tenir tête ? Ses enfants ne pourront plus jamais la voir ? Je ne pourrais plus jamais contempler les traits de son père à travers elle ?
    - Maman … Je suis tellement désolée ... »

    Talasi recula d'un pas, baissant un peu la tête. Kimiria regarda ses pattes, le regard vide. Depuis tout à l'heure, elle vacillait entre la vérité et le déni. Il lui était tellement compliqué de s'imaginer qu'Adana n'était plus là. Qu'elle était partie. Qu'elle était partie rejoindre son père, loin d'elle …
    Malgré elle, la vieille Mositu sentit les souvenirs remonter à la surface. Adana avait été son premier enfant, le premier lionceau dont elle s'était occupée, sa petite aventurière … Elle lui en avait tellement fait bavé, quand elle était jeune. Enfant, elle s'était tellement enfuie, elle avait tellement bravé les règles par ennui et s'était tellement comportée avec insolence vis-à-vis d'autres enfants ! Adolescente, elle ne s'était pas arrangée : solitaire et au fort tempérament, Kimiria avait dû lui courir derrière de nombreuses fois pour qu'elle daigne enfin rentrer dans les rangs de leur Clan … ce clan traître qui avait finalement causé la mort indirecte de sa petite fille … Qu'elle avait été bête, tout ce temps … Et si finalement, Adana avait toujours eu raison de vouloir se détacher des siens ? Elle aurait dû … Elle aurait dû lui dire tout ce qu'elle avait sur le cœur depuis longtemps … Lui dire qu'elle était fière d'elle … Profiter de sa présence le plus possible, parce que le temps était précieux.

    « Talasi … Promets-moi qu'on ne remettra plus jamais les pattes chez les Mositus. Ils ont tué ma fille, et je ne leur pardonnerai pas. C'est vrai que je suis très vieille … Que mes chances de survivre sont réduites si je ne fais pas partie d'un grand groupe … mais quel est l'honneur de suivre des lions qui ont laissé la mort de ma fille et de mon mari impunis … ? Est-ce que tu penses qu'Athar et Adana me pardonneront un jour une telle décision ? » souffla-t-elle, indignée.

    Talasi dodelina de la tête, le visage un peu fermé.

    « Non. Je ne pense pas. Tu connais leurs tempéraments … »

    Kimiria poussa un soupir.

    « Et maintenant, mes petits-enfants. Comment va-t-on leur expliquer ce qui est advenu de leur mère … ? Et de leur père, de surcroît. Ils sont tellement jeunes, fragiles, candides … Aucun enfant ne devrait vivre une telle chose sur la Terre des Lions. Je dis bien personne …!
    - Il va bien falloir le faire. Maman, pourrais-tu prendre cette charge à ta personne ? Tu es leur grand-mère, après tout. Moi, je pourrais, mais … J'imagine qu'une figure maternelle comme la tienne les rassurera davantage. Je t'attends ici, d'accord ? »

    Kimiria hocha la tête, un peu dépitée. Aucune d'elles ne voulait prendre cette charge, c'était une évidence. Talasi avait grandement peur de briser de nouveaux cœurs et elle le comprenait plutôt bien. A défaut d'avoir pu sauver sa fille aînée … Elle pouvait au moins seconder sa fille cadette. Quant à Shaka … Elle ignorait où elle se trouvait, mais il lui faudrait la retrouver. Rapidement. Pour lui expliquer ce qui était arrivé à Adana. Elle devait être au courant que les Mositus n'étaient plus ce qu'ils étaient depuis un bon moment maintenant. A force, les événements les avaient rendus lâches et trop mous.

    Kimiria retourna auprès de ses petits-enfants. D'une patte se voulant délicate – et tremblante aussi, sans qu'elle ne puisse s'en empêcher -, elle essaya de réveiller les trois boules de poils qui dormaient les unes contre les autres sans se douter de la terrible vérité. Kimiria se força à afficher un sourire conciliant, rassurant, comme s'il n'y avait jamais été question d'un deuil, comme si Adana et Vita étaient toujours vivants, dissimulés quelque part dans les hautes herbes afin de faire une surprise à leurs petits. Tout cela … appartenait au passé, désormais.

    « Les enfants … Je suis désolée de devoir vous réveiller à cette heure, mais Grand-mère aimerait discuter de quelque chose avec vous. Alors vous allez être attentifs et sages, n'est-ce pas ? C'est moi qui vous le demande sincèrement. » articula-t-elle malgré la nausée qui menaçait de lui prendre la gorge à tout moment.

    Elle regarda les trois lionceaux qui émergeaient du sommeil, ses yeux bleus bienveillants mais pas moins rendus ternes les dévisageant silencieusement. Elle attendit qu'ils réagissent une dernière fois, avec toute la naïveté dont ils pouvaient faire preuve, avant d'essayer de leur annoncer la nouvelle.


_________________
GROSSE BAISSE D’ACTIVITÉ à partir de Septembre, je ne répondrais aux RPs que pendant les week-end.
La fin de Bonnie & Clyde Exbs
Crédits : Kuona.
Adana se rebelle en SeaGreen.

Amon conseille en GoldenRod.
Imani s'émerveille en Orchid.
Asani se rebelle en LightSlateGray.
Kito panique en #000000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3968-adana-je-ne-reve-que-de-l
Ashanti
PLAYER01


À mon sujet

Age : 20 Féminin
Nb de Messages : 21
En savoir +
MessageSujet: Re: La fin de Bonnie & Clyde   La fin de Bonnie & Clyde EmptyDim 8 Sep - 13:09


La journée avait été forte en émotions et Ashanti n'avait toujours pas saisit pourquoi ses parents avaient dû partir rejoindre les Mositus. Son papa avait eut une mine sérieuse en leur disant qu'il les aimait, à tous personnellement, il avait même dit de gentils mots à Hasara pour une fois. Adana aussi avait été douce envers eux et la petite lionne rouge ne savait pas pourquoi l'ambiance avait été aussi... bizarre. Ashanti avait voulu filer en douce suivre ses parents et ces étranges Mositus venus les chercher mais Kimiria l'avait retenu et elle n'avait pas voulu embêter encore plus sa grand-mère qui lui avait semblé déjà très inquiète. Alors la petite rouge avait décidé de s'occuper l'esprit le reste de la journée avec les énigmes d'Hasara, les histoires de Kimiria et puis... Et puis la vieille lionne les avait emmené au niveau du Grand Rocher. Comment s'appelait-il déjà ? Le Rocher de la Fierté ! Son père lui avait toujours dit que cela en disait long sur la mentalité des Pridelanders. De toute façon son papa n'aimait pas du tout les Clans et Ashanti n'avait pas du tout envie de faire parti un jour d'un Clan ! D'après ce que disait Adana et Vita, c'était vraiment ennuyeux.

La nuit était venue et leurs parents n'étaient pas encore rentrés, Ashanti n'avait eu aucune réponse de la part de Kimiria ; Elle-même ne savait pas où ils étaient, ce qu'ils faisaient. La petite rouge s'était endormie avec toute son émotion, ses questions, ses doutes et ses peurs. Que faisaient ses parents ? Ils ne s'absentaient jamais autant ! Même Papa qui aimait partir se promener tout seul souvent ne les quittait pas si longtemps ! Le coeur lourd, Ashanti dormait contre ses frères, la tête enfouie dans la fourrure brune d'Hasara.

Elle sentit alors une patte large la réveiller en douceur. Les prunelles dorées de la fille du Feu clignèrent plusieurs fois, elle attendit que sa vision se stabilise sur le visage de sa grand-mère qui leur souriait tendrement. Ashanti ouvrit soudainement grand ses yeux et comme éléctrifié, elle bondit sur ses petites pattes en bousculant ses deux frères sans ménagement.

— Papa et maman sont revenus ?! Ils sont où ?! PAPAAAAA ! MAMAAAAN !

Elle s'était exclamée avec toute sa joie et son innocence, ne remarquant pas vraiment le regard morne de sa grand-mère. Le poil hérissé, le sourire immense, elle cherchait autour d'eux les présences réconfortantes de ses parents. Où étaient-ils alors ? Pourquoi elle ne les voyait pas ? Ashanti fronça ses sourcils, la moue boudeuse. Pourquoi Kimiria les réveillait s'ils n'étaient pas encore rentrés ? Incompréhensive, la fille de la Jungle et des Flammes se retourna vers sa grand-mère, l'air interrogatif. Où étaient ses parents ?

_________________
Ashanti parle en brown
La fin de Bonnie & Clyde Ashantisigna2
Kit par Dyami !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t6825-ashanti_petite-flamme
Jakko
PLAYER05


À mon sujet

Age : 25 Féminin
Nb de Messages : 586
En savoir +
MessageSujet: Re: La fin de Bonnie & Clyde   La fin de Bonnie & Clyde EmptyLun 9 Sep - 10:00

Le sommeil était léger, agité. Jakko voyait son père le regarder dans les yeux, plonger son âme aux travers. Le cœur du fils du feu avait battu trop fort. Les mots tendres voulaient apaiser les cœurs, mais son regard l'avait trahi. Quelque chose n'allait pas. Sa mère avait eu le même filet au creu des yeux, un filet imperceptible, vague, qui voulait dire qu'elle savait. Non, tout ça n'était pas normal. Ses parents s'en étaient allés et, pour la première fois de leur vie, ils avaient dû partir, quitter leur logis, leur foyer. Peu de choses reliaient les animaux sans clans, et cette petite grotte sans prétention en était une, tout comme avait été celle de son père auparavant, celle qu'il lui avait montré sur la Lande. Ils n'avaient besoin que de peu pour se rassurer, il ne s'agissait pas de sacrifice pour la masse ni de dormir à cinquante dans un antre de pierre défiant les lois de la gravité pour avoir l'impression d'appartenir à quelque chose de fort, de grand. Et pourtant, leur grotte, leur pilier, semblait s'effondrer petit à petit au fur et à mesure qu'ils s'en éloignaient.

C'était le cœur lourd que Jakko avait suivi sa grand-mère et ses frères et sœurs. Cette fois, il n'avait pas envie d'être devant, d'être le premier. Il était au même rythme qu'Hasara, il traînait de la patte. Il s'était rapproché de son frère, sans rien dire. Il avait beau avoir toute la rage du monde contre le handicap et le pelage de son cadet, aujourd'hui, ils devaient être uni, et ça, Jakko le savait. Famille, devoir, honneur, jamais il n'avait autant compri ce mentra, ni ne l'avait si fidèlement appliqué. Il avait posé un œil sur Hasara, puis il avait esquissé l'ombre d'un sourire. Le danger était proche, mais ils étaient là, saints et saufs, et ensemble.

Jakko se tournait dans son sommeil, les crocs parfois apparents ; il n'était pas paisible, les images continuaient de danser dans sa tête.

Pourtant, il avait toujours su que ses parents étaient les plus forts, oui, c'était les plus forts ! Qu'est-ce qui les avaient tant effrayés ? Quelle force avait ôté l'espoir et la rage de vivre chez ses parents chéris ? Sa grand-mère avait été apeurée, ils l'avaient bien senti, que ça soit lui comme les autres membres de sa fratrie. Jamais ils ne l'avaient vu s'activer autant. Lors de leur voyage, elle marchait de bon pas, l'air hagard. Ses oreilles se plaquaient ou se relevaient à leur paroxysme, sans juste milieu.

Ils étaient arrivés au rocher, édifice tapageur et prétentieux. De quoi rappeler aux lions qu'ils ne sont rien et que le roi est tout. L'enfant si petit en avait presque été étourdi. Il n'avait pas voulu s'éloigner de sa grand-mère, ni d'Hasara et d'Ashanti. Lui d'habitude si solitaire se sentait incapable de bouger tant que ses parents n'étaient pas de retour. Le monde vivait paisible autour d'eux, comme si personne n'était au courant que, dans leur dos, les ombres dévoraient des lions. Puis la nuit était tombée, glaciale. Jakko avait la gorge nouée et il s'était blotti contre sa grand-mère, plus faible que jamais. La chaleur était agréable, mais il la sentait parfois trembler. Elle aussi était inquiète, tout le monde l'était...

Lorsqu'il entendit murmurer, ses yeux s'ouvrir subito. Il ne fallait pas lui dire deux fois. La sortie de ce calvaire qu'était la nuit, cette nuit, était pareille à une bénédiction. Les images s'étaient arrêté de tourner, face à lui, sa grand-mère. Ashanti était même debout, droite comme un piquet. Sa voix se mit à résonner comme un glas après les paroles de Kimira. Elle était piquante. Papa, Maman. Pourquoi parlait-elle aussi fort ? Ce cri rebondissait comme un écho au fond de lui, il le sentait résonner partout dans son corps, comme tapant chaque parcelle de son intérieur, le détruisant lentement.

Il ne dit rien, il ne pouvait pas. Il regarda simplement sa grand-mère, contenant ses angoisses, empêchant les larmes de se déverser à flots. Jakko était fort, le plus fort, mais la nuit était lourde et ses parents n'étaient pas là. Une voix criait en lui, une voix qui lui disait que ça ne faisait que commencer...

_________________
La fin de Bonnie & Clyde 1563836792-signa1
Speach: #53231b | Rapport du Matin | Présentation

Avatar, base (c)Disney, image (c)L.
Signature, base (c)Disney, fond (c)PrinceVoldy, image (c)L.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t6746-jakko

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: La fin de Bonnie & Clyde   La fin de Bonnie & Clyde Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin de Bonnie & Clyde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» SPLEEN ∑ COMME SI BONNIE FUMAIT CLYDE POUR PARTIR AVEC LE CASH
» Noble voleuse /Bonnie Clyde/
» (clyde) devil may cry
» 123456789... Déclaration !
» Seraphine E. Jamery-Clyde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Glorieux Royaume — Prideland
 :: Le Rocher de la Fierté
-