Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Yetsa, Dhalahi, Shasta & Soto

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Adrian von Ziegler Law of the Jungle

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Le Sable Rouge [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - KWADHIRAA


À mon sujet

Age : 20 Féminin
Nb de Messages : 558
En savoir +
MessageSujet: Le Sable Rouge [OS]   Ven 2 Nov - 22:08

    ATTENTION /!\
    Dans cet OS et surtout vers la fin, il y a des passages susceptible de choqué un publique plus jeune. Si vous êtes sûr de ne pas le supporter veuillez à ne pas le lire.


    Le temps semblait être raisonnable aujourd'hui. Il n'y avait pas de signe d'une éventuelle averse et très peu de nuage dans le ciel, juste l'astre solaire qui baignait de sa lumière les dunes du Grand Désert, lui donnant ce bel éclat doré qu'aucun lion sur terre n'aurait jamais, et sa, le lion cendré en était persuadé. Aujourd'hui il n'avait pas vu le seul être qui lui restait, sa fille. Il ne se posait même pas la question de savoir où elle était, car la réponse n'était que trop évidente ! Elle était partie s'entraîner tout simplement. Le vieux mâle était fière de sa fille, il ne lui avait jamais avouer très clairement, trouvant cela inutile dans ses débuts de responsable parentale et encore même maintenant qu'elle soit devenue une jeune lionne. Kiburi avait toujours détester dire ce qu'il ressentait, pas qu'il en avait honte ! Non, ça le gênait tout simplement. Pourtant depuis quelques temps il rêvait de pouvoir dire tout ce qu'il ressentais pour sa fille car il savait. Il savait qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps, il en ignorait combien, mais son corps devenait de plus en plus lourd à chacun de ses pas. Des maux de tête l'assaillaient beaucoup trop, comme si on n'avait de cesse de le frapper à coup de sabot et encore pire que cela, il n'arrivait plus à se retenir de s'en dormir. La fatigue était très intense et présente, parfois quand il s'endormait il se disait à chaque fois qu'il ne se réveillerai pas le lendemain, il n'ignorait pas cependant que sa fille prenait soin de lui, elle lui devait bien ça après tout ! Dans son habitude elle passerait son temps à ce plaindre en lui disant qu'il était chiant et que si il pouvait mourir plus vite ça lui ferai le plus grand bien, mais étrangement depuis le début de son agonie, elle n'avait pas dit un mot, se contentant de lui ramener de la nourriture, de marcher à ses côtés lentement réduisant ainsi leur distance avec le groupe quand celui-ci ce mettait de nouveau en marche, de le défendre quand il y avait du danger, sachant que dans le Désert les dangers comme ailleurs étaient toujours bien présent tapis dans l'ombre. Oui, il avait bien former sa fille, il savait qu'il ne lui arriverait jamais rien...enfin qu'elle ne laisserait jamais rien lui arriver ! A cette pensé le cendré ce mit à rire doucement, la brise fraîche du nord passant dans sa crinière encore brunâtre, il n'avait pas remarquer que Adjani le suivait. Cet vieil canaille. Il le suivait pour reprendre sa revanche sur une vieille querelle qu'il y avait eu entre eux il y a maintenant des décennies. Kiburi lui avait déjà oublié, ne se prenant pas la tête pour de pareille futilité, seulement la rancune que portais son congénère était bien plus tenace que cela malheureusement.

    Le lion de couleur blé, s'approcha à grande vitesse du lion cendré, qui était dans ses illustres pensés, et qui n'avais pas senti son odeur. Il la sentira quand le lion ce postera devant lui le regardant de yeux déterminer avec une lueur sauvage au fond de ces prunelles orangé. Comme à son humble habitude le mâle cendré se contenta de lui lancer un sourire sarcastique don lui seul avait le secret, lui demandant par la même occasion que lui valait sa charmante visite et, quel ne fut as la surprise de celui-ci quand il sut la raison ! Il écarquilla les yeux subitement avant de levé les yeux au ciel en lui affirmant que cette querelle n'avais plus lieu d'être et qu'en plus il ne s'en souvenait même pas de la raison. En faite la vérité était que son esprit lui sans souvenait, seulement son cerveau lui, se contentait de flouté voir même supprimer ce souvenir que son fort intérieur voulait oublier. Les vieux mâles se regardaient comme des hyènes en faïence, Kiburi c'était dit que cette journée ne serait pas des plus radieuse et Adjani en était l'élément potentiel. Le mâle cendré ce doutait bien que celui-ci voulait un combat, mais il savait que l'un deux perdrait la vie : Lui. Il n'avait plus sa force d'antan, ses yeux ne voyant plus très bien la clarté, ce combat ne serait qu'un véritable fiasco. Il aurait préféré mourir sans devoir se battre, mais n'étant pas du genre à se défiler même à moitié mort, il accepta pour son honneur de Jangowas mais surtout pour sa fille, pour lui prouver une toute dernière fois qu'il est bel et bien un digne fils du Désert et espérait au fond de lui qu'elle soit fière de lui. Sans plus attendre les deux lions se jettèrent l'un sur l'autre et commença la valse sanglante.

    ~~~~~~~~~~

    J'ignorais qu'en ce moment même, mon père jouait les dernières minutes de sa vie contre un de ses rival. Moi j'étais en train de m'entraîner avec Rinji, au départ j'étais à fond dans ce que je faisais, pourtant une sensation désagréable me parcourut en moins de temps qu'il n'en fallait, réussissant à me déstabilisé, me prenant une mandale monumental par le lion fauve, m'envoyant littéralement valser, mon visage heurtant fortement le sable compacté. Je me releva à moitié, toussotant légèrement, secouant doucement la tête pour me remettre les idées en place, une nouvelle égratignure se fut voir sur l'une de mes joues mais je m'en fichais royalement. Mon cœur battait de manière rapide dans ma poitrine, si bien que le stresse me monta à la tête, provoquant un maux de tête naissant. Je finis par me relever complètement m'ébrouant pour remettre mes poils en place et faire voler tout les grains de sable qui s'y étaient logé. Une voix forte me fit sortir de ma torpeur

    « _ Qu'es-ce qui se passe Kwadhiraa ? D'ordinaire tu aurais réussi sans mal à esquiver mon attaque, mais là tu te l'ais pris en pleine face. »

    M'avait-il dit d'une voix qui semblait être celui du reproche, mais d'une petite inquiétude de l'autre. Je perdis mon regard de jade sur l'horizon désertique, avant de baisser les oreilles et de pousser mon fameux « Tcht » d'une manière assez allonger, comme si je n'avais fais qu'un soupire au final de compte ! J'encrais mes yeux de jade dans ceux grisâtre du jeune mâle. Il me regarda d'un air perplexe attendant une réponse certainement, et que pouvais-je bien lui dire ? J'inspirais l'air frais à me glacé les poumons avant de l'extirper doucement par mes narines. D'une voix détaché et pensive je lui répondit

    « _ Ce n'est rien. Je...Je pensais simplement à mon père et une étrange sensation ma parcourut, ce qui a provoqué mon manque soudain de concentration. »

    « _...Je vois...Mais tu ne devrais pas y penser même si son état t'inquiète et c'est ce qu'il te dirai certainement Dit-il d'une voix ferme avant de reprendre en s'approchant plus près de moi Je ne t'apprends rien, mais tout le monde meurt bien un jour. Si tu as sentie cette sensation, c'est qu'au fond de toi tu sais qu'aujourd'hui est son dernier jour à vivre. »

    Mes yeux étaient maintenant ronde comme des soucoupes à cet affirmation. Mon cœur lui s'acélèrait encore plus, des sueurs froide perlant sur mon front. A ce moment-là mon cerveau se déconnecta de la réalité, je détourna machinalement mon regard du lion fauve pour les posé de nouveaux sur l'horizon, qui me semblait bien laid à présent. Je ne voyais aucune beauté, juste du sable à perte de vue, remplit d'une odeur humide. Sa couleur doré était devenu fade à mes yeux, étrange que sa puisse paraître le Désert ne m'intérressait plus, tellement que l'envie de partir germa rapidement dans mon esprit. Soufflant un bon coup, je me mis en marche, passant à côté du mâle frôlant sa fourrure soyeuse, lui faisant lâcher un petit ronronnement que je m'abstiens de relevé. De toute manière c'était dans ses habitudes alors à quoi bon lui en touché un mot ? Une fois dans une distance raisonnable, je m'arrêta, le corps droit laissant le vent souffler dans mes mèches sablé j'entre ouvris la bouche

    « _ Tu as raison, c'est sûrement son dernier jour de vie, mais je ne le laisserait pas mourir tout seul. J'ai vu toute ma famille mourir devant mes yeux, alors même mon propre père n'échappera pas à mon regard de jade. »

    Sur mes dernières paroles, je m'élança dans le Désert à la recherche de l'être qui m'étais le plus cher, laissant Rinji seul et ne lui laissant pas le temps de me répondre. Tient ça me rappelais ma précédente situation avec l'Impur, qui m'avait donner un semblant d'explication avant de fuir comme une lâche..Mais moi je n'en étais pas une, le contexte est complètement différent pour le coup. Courant toujours à travers champ, coupant par ici et par là, j'arrivais bientôt au jardin des os, où je me stoppa quelques secondes pour reprendre mon souffle qui était maintenant saccadé. Je zieutais de droite à gauche, pour repérer le patriarche , quand un rugissement de douleur se entra dans le creux de mes oreilles. Ce rugissement je ne le connaissais que trop bien, sans attendre plus que ça je repris ma course de plus belle, courant aussi vite que je le pouvais, quand je pus apercevoir deux silhouette, l'un étant debout et l'autre couché, semblant être raide mort. Accélérant la cadence je m'arrêta brusquement une fois à la hauteur des deux, me figeant sur place. Je voyais mon père dans le sable, son sang coulant de par ses multiples blessures, tâchant le sable doré, la rendant rougeoyante sur une superficie étendue, là, je m'approcha du corps du lion brunâtre, poussant doucement sa tête de mon museau, elle retomba d'ailleurs lourdement sur le sol, faisant virevolter un peu de grain de sable. Ma gorge était comme noué, mes yeux voyaient trouble, les larmes menaçant de perler sur mes joues. Je ne pus simplement posé l'une de mes pattes sur la crinière brune du lion cendré le secouant doucement pour qu'il puisse se réveiller,et pourtant aucune réaction. Au fond de moi je le savais. Je savais que son âme avait déjà quitter son corps, ses yeux me le disaient car il n'y avait plus aucune lueur, une voix à moitié cassé se fit entendre alors

    « _ Ce...C'était un accident.. Je ne voulais pas le tuer, simplement régler une de nos vieille querelle ..Je... »

    « _ Un accident...UN ACCIDENT ?? TU TE FOUE DE LA GUEULE DE QUI ESPECE DE COUILLES MOLLE ? Avais-je crier de tout mon être, me redressant brusquement. Un lueur dévastatrice se fit voir dans mes prunelles de jade, accompagner d'une pointe de folie, de colère et autre émotions négative. Une chose était sûr c'est qu'il allait le payer très cher, je me tourna en sa direction et marcha vers lui de pas lourd, griffes toutes dehors et babine retroussé laissant voir mes puissant crocs ivoire.

    « _ Att...Attends !! Réfléchis bien !! Si tu me tue, tu te fera exilée du Grand Désert c'est vraiment ce que tu veux ? Et puis tu ne vas pas attaqué un vieux lion comme moi.. ? Le combat ne serai pas équitable et tu... »

    « _ FERME LA IVROGNE !! Criais-je dans un rugissement avant de reprendre d'une voix malsaine qui ferai pâlir n'importe qui Pour un vieux lion tu as réussi à tuer mon père et pourtant vous n'avez pas une si grande différence d'âge. Me faire exilé ? Je m'en contre fou royalement. Vous pouvez garder votre bac à sable, plus rien ne me retiens ici à présent et devine quoi ? Je partirais même satisfaite ! Dis-je toujours dans la même tonalité de voix, faisant un sourire narquois, me mettant en position d'attaque prête à bondir et à ne lui laisser aucune chance de m'échapper, ni même de vivre Tu vas simplement regretter d'avoir respirer l'air du Désert à ce jour et tu en paiera de ta vie. »

    Sans attendre plus longtemps que ça, je sauta sur le vieux mâle le faisant basculer en arrière. Son poids s'écrasant lourdement sur le sable, nous faisons un espèce de rouler-bouler sur une dune et le bougre me propulsa un peu plus loin avec ses pattes arrière, se relevant difficilement, car mon père l'avais pas mal amoché aussi faut dire ! Me relevant à mon tour, je fonça sur lui, lui sautant sur le dos, plantant mes griffes dans ses épaules, les y enfonçant le plus profondément possible, avant de planter mes crocs violemment dans sa nuque, mordant de toute mes forces. Un rugissement de douleur s'arracha de sa gorge et essaya tant bien que mal à me faire perdre prise sur son dos, il aggripa l'une de mes pattes avant avec ses crocs, la mordant fortement, m'obligeant ainsi à lâcher prise et me plaqua avec brutalité sur le sable, posant l'une de ses pattes sous mon coup, coupant presque mon souffle. La vive douleur que je ressentais sur l'une de mes pattes, me fit grincer des crocs, mais je ne perdit pas espoir pour autant. De mon autre patte valide je lui envoya une multitude de grain de sable dans ses yeux orangé, en plus de lui asséner une coup de griffes violent sur son museau. Le mâle blé, lâcha toute prise, le sang sur son visage et museau se mêlant aux grains de sable, qu'il essayait d'enlever car cela devait certainement lui piquer et lui gratter. Je me releva de nouveau, mais cette fois-ci avec difficulté, mais étant toujours animé par ces sentiments de négations, je voyais rouge. Je m'élança de nouveau sur lui, oubliant de peu la douleur, pour lui crever un œil.

    Le goût métallique du liquide rougeâtre, se déversa dans mon gosier, que j'avalais sans dégoût. Mordant plus fort que jamais le lion rugit de nouveau, j'eus le temps de m'écarter, de justesse pour éviter un coup qui m'aurait mise dans une certaine difficulté... Passant à côté de celui-ci, je le bouscula avec force et violence pour le faire tomber, ce qui eu l'effet escompté, car le lion tomba sur le dos, montrant ainsi la partie visible de son ventre et de son intimité. Je me posta au dessus de lui lui griffant de nouveau le museau, répétant le geste inlassablement et de plus en plus fort, pour réussir à défigurer son nez rose. Une nouvelle fois il me projeta plus loin, profitant de ce petit moment pour enlever tout le sang qui lui barrait la vu de son seul œil valide. Revenant à la charge, je mordit sauvagement son ventre encore à l'air pour lui arracher un gros bout de chair, laissant entre-voir ses intestins, le sang à présent coulant à flot. Un énième rugissement de douleur retentit, mais il n'avais pas finit de rugir que je lui envoya une mandale en plein dans la bouche lui faisant cracher une canine au passage. Le regard toujours fou, je posa l'une de mes pattes sur son ventre dodu, pour le mordre une nouvelle fois, à l'endroit ou le une grande partie de chair avait été enlever, là je tira de toute mes forces pour que la peau s'étire et se craque et sa ne prit pas quelques minutes pour cela ! L'odeur du sang emplissait mes narines et ce n'était pas pour me déplaire bien au contraire ! Continuant de faire souffrir le vieux mâle, je fis entrer mon museau en pleins dans ses entrailles, prenant ses intestins et les tirant un à un. Ce fut après le tour de son ventre que je perça avec mes griffes pour l'écraser au sol et ainsi en faire de la purée.

    Le vieux mâle semblait énormément souffrir et c'est tout ce que je voulais. Qu'il souffre. Qu'il souffre autant que mon père à souffert et qu'il souffre autant que je souffre actuellement. Je pourrais m'arrêter la et le laisser agoniser, mais je n'en avais pas finit. Je m'approcha donc de son visage meurtrie, le regardant de yeux fou et sauvage, je posa brutalement pas patte sur l'un de côté de son visage et avec mon autre patte valide enfonça l'une de mes griffes dans son globe oculaire ou subsistait toujours son œil orangé, l'arrachant lentement, sous le crie de douleur toujours plus intense du lion, son crie à mes oreilles était la plus douce des mélodies actuellement. Une fois son œil arracher, je me contenta de le jeter derrière moi de manière totalement indifférent. J'aurai aimé dire quelque chose mais je n'en avais pas l'envie, et puis il ne méritait pas non plus qu'on lui adresse un dernier mot d'adieu ! Il était à moitié mort maintenant, crachant du sang par la bouche, coulant par les yeux et le ventre. Dans une ultime « attaque » je m'approcha de son intimité pour lui arracher sauvagement ce qui faisait de lui un lion. Je n'avais jamais sentie des burnes qui puaient autant ! Je les crachais donc un peu plus loin finissant d'achever le mâle qui ne ressemblait plus à rien déjà, mes des coups de griffes se perdirent ici et là, arrachant un bout de crinière par devant par dessous. Je répéta cette formation pendant une dizaine de minutes tout au plus ! Mais perdant un peu plus de force, je finis par m'arrêter et regarder mon chef-d'oeuvre. Le mâle était maintenant en charcute et méconnaissable. Je cracha son sang sur le sol sableux, qui avait pris une jolie teinte rougeâtre ! Je n'avais pas remarquer que le temps c'était assombris et que des éclairs menaçaient d'éclater.

    Mon regard n'avais plus aucune émotions positive, n'avait plus de pitié. Juste un regard froid et meurtrier. Mon museau étant devenu plus que rouge, on ne voyait même plus les couleurs de mon pelage habituel. Une rage sans nom m'avait envahit, et bien sûr elle resterait assez longtemps pour que je puisse étriper n'importe qui d'autre qui oserait m'approcher avec ou sans mauvaise intention. Même l'impératrice n'y échapperai pas et d'ailleurs quel Impératrice ? Elle n'était comme nous tous de misérable grain de sable dans le mécanisme. Je n'avais plus de père, plus de mère, plus de grand-père. Plus rien. Rien ici bas ne me ferait rester dans le Désert et ce n'est sans aucune peine que je quitterai ce misérable bac à sable où ici tout le monde faisait ce qu'ils voulaient sans se soucier des autres. Si Hatasa avait le droit de chasser les ordures et Impurs, je chasserai moi aussi, mais à ma manière. Machinalement je retourna sur mes pas pour revoir le visage sans vie de mon père. Je le passa en dessous de lui pour le placer sur mon dos et aller l'enterrer près de papy moujot. C'était un grand guerrier et il méritait bien ça. Il était de toute manière impossible que je laisse sa carcasse pourrir dans le désert. Ce jour là, quelque chose se brisa en moi. Je n'étais plus la même et je le savais. J'ai tuer l'ancienne Kwadhirra. Maintenant c'est dans mon credo en lui seul que je crois. J'agirai dans la lumière pour faire émaner l'ombre. Je serai celle qu'on ne voit pas.

OS A SUIVRE DANS - "Rien n'est vrai, Tout es permis."

_________________
« _Quand les lions suivent la vérité aveuglement, rappelle toi que rien n’est vrai ; quand la morale ou les lois bâillonne l’esprit des lions, rappelle toi que tous est permis. »




Kit (c)Khamunrah


Kwadhiraa vous manipule et se moque de vous en #96233a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4999-kwadhiraa-le-rapport-d-un
 
Le Sable Rouge [OS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Grand Désert
 :: Le Jardin des Os
-