AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 28 Féminin
Nb de Messages : 386
En savoir +
MessageSujet: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Sam 21 Juin - 17:19

Dhoruba s'étira de tout son long avant de s'ébrouer vivement. Pourtant ça ne partait pas, non décidément, c'était même pire car sa tête lui lançait. Pour ce qu'il y a dedans lui aurait jeté son frère fut un temps sans qu'elle ne s'en rende compte s'il avait été là. Mais le fait était là, sans se sentir spécialement malade, son crâne lui paraissait plus lourd à porter que d'habitude, mais le pire c'était son ventre. Dhoruba voulait aller chasser, elle détestait qu'on la voit allongée sans rien faire, craignant les reproches ou les moqueries. Au moins quand elle ramenait de la nourriture, on ne la traitait pas d'imbécile, et de la viande, ça la femelle savait en ramener. Se distinguant dès le début pour ramener d'énormes morceaux de gnous suite à ses chasses solitaires, la lionne donnait à manger aux vieux lions ou aux mères qui allaitaient-en faisant attention de ne pas s'approcher des bébés car s'il y avait bien un point commun avec son ancien clan, c'était ces femelles surprotectrices qui la rejetaient systématiquement. Ici elles étaiet un peu plus gentilles mais Dhoruba les voyaient bien ramener leurs petits contre leur corps pour que la géante ne les touche pas.- Mais aujourd'hui elle se sentait mal. Pas mal comme sur le point de mourir ou de tomber par terre, pourtant bel et bien vaseuse. Or pour aller chasser le gnous, même une tête de mule-stupide en plus- comme Dhoruba savait qu'il fallait être totalement en forme. Hésitant sur la marche à suivre, la femelle décida d'aider autrement. Pendant toute la matinée, sa grande carcasse fit le tour des lieux pour aider au patrouillage dans le territoire ou porter des messages -pas trop longs ou complexes, sinon elle oubliait.-entre les plus vieux et leur famille, ou traquer des petits perdus, toujours sans pouvoir s'en approcher.

Vers midi, la lionne dû toutefois se rendre à l'évidence, elle ne pouvait plus s'activer comme avant. La chaleur intense lui avait fait ouvrir la gueule, dévoilant ses énormes crocs d'un blanc immaculé. Ces derniers révélaient sa grande jeunesse, et pourtant elle se sentait aussi meurtrie qu'un petit vieux. Même si elle n'avait jamais été vieille, donc c'était difficile de faire la comparaison. Son échine ployait sous un poids qu'elle s'ignorait et son ventre n'avait de cesse de la gratouiller, la harcelant d'invisibles petites piqûres désagréables. La géante avait fait fi de sa peur de l'eau pour rentrer dedans, espérant appaiser son dérangement mais rien n'y fit. S'ébrouant, elle fit gicler une tonne d'eau aux alentours du lac, se faisant du coup chasser par les femelles qui y prenaient le soleil. Le pas pesant, Dhoruba se dirigea donc vers le baobab, l'ultime remède parmi le peu qu'elle connaissait était le repos. S'asseyant sur une grosse pierre plate, elle hésita un bon moment avant de s'allonger, comme si son esprit refusait de se coordiner avec son corps. Ce fut une vieille lionne qui l'engagea à se reposer un peu après tout son travail, lui certifiant que, non, personne n'allait la gronder pour cela, qu'elle faisait bien plus que sa part et devrait d'ailleurs veiller à rester un peu plus tranquille les prochains temps. Contente de trouver une "gentille" qui ne se moquait pas de sa bêtise, Dhoruba lui avait exposé son mal, l'ancienne s'était contentée de sourire avant de s'enfuir à l'ombre du baobab et de fermer les yeux. Soupirant, Dhoruba avait posé sa bonne grosse tête entre ses pattes avant, elle mourrait d'envie d'aller parler à la vieille mais même elle savait qu'on ne devait surtout pas embêter un fauve âgé dans sa sieste, question de respect élémentaire. C'était dans la liste de règles que la lionne suivait assiduement.

Fermant à demi les yeux, la jeune femelle expérimentait pour l'une des premières fois le saint graal des lions: la sieste. Plus de Rava pour la faire courir à droite et à gauche pour se battre, plus de mégères dans son ancien clan pour profiter d'elle, mais également et malheureusement, plus de papa pour lui ordonner de patrouiller avec lui. Soupirant, la géante se dit qu'elle avait drôlement vécu, si intensément que cela lui paraissait bien long. Peut-être était-ce pour ça qu'elle était fatiguée ? Elle devenait vieille, déjà ? Un peu inquiète, la femelle compta dans sa tête, ayant un air si pensif, si concentré et si authentique qu'on pourrait croire qu'elle philosophait sur le grand cyle de la vie. En réalité, Dhoruba tentait de calculer son âge. Elle n'avait jamais eu le temps d'y penser vraiment et ses parents ne le lui répétaient évidemment pas sans arrêt, pour ne pas dire jamais. Quelle famille ferait ça ? Ce serait stupide. Avec bien des efforts, levant les yeux au ciel-la tête toujours couchée sur ses pattes cependant- la féline calcula les lunes, mais elles étaient trop nombreuses, en plus Dhoruba ne savait jamais si l'astre était totalement plein ou pas... Avec les deux saisons -humides et sèches- c'était bien plus simple. 3 fois elle avait connu la soif, la faim et 3 fois l'abondance, elle avait donc 3 ans. Fière d'elle, la femelle eut un petit sourire avant de se souvenir de sa préoccupation. Est-ce qu'on est vieux à 3 ans ? Il faudrait qu'elle demande à l'ancienne, mais sans la froisser et ça, ça faisait encore un questionnement à ajouter. Trop pour la géante qui sentait ses yeux clignoter dangereusement. Ses pérégrinations mentales avaient fini de l'achever, redressant la tête à grande peine pour gratouiller son ventre qui semblait se révolter contre sa position actuelle-depuis quand le ventre se révoltait-il ainsi ? Ca se révoltait le ventre des vieux ?- la femelle se coucha ensuite sur le flanc. C'était bien plus agréable comme ça. Bien que d'aspect et de taille normale, celui qui lui causait des misères semblait avoir des tétines un peu plus grosses. Bah, c'était sûrement un truc d'ancien ça aussi. Soupirant, Dhoruba ferma les yeux, sombrant dans un semi sommeil sur sa pierre plate bien chaude. Finalement, si c'était ça être vieux, ça n'était pas si désagréable. S'arrêter de temps en temps; ça faisait du bien.

[HJ: Dhoruba n'en est qu'au début de sa grossesse, donc je pense que oui ça peut se voir sur les mamelles un peu, mais son ventre reste plat, voir un peu efflanqué vu sa carrure de géante. Elle n'a jamais pu nourrir convenablement tout ça (même si son cerveau demande peu d'énergie  Rolling Eyes quoique ! Une imbécile qui pense, ça consumme aussi^^.) Donc à toi de voir si ton expérience de vieux lion ou l'odeur peut te le faire savoir ou ne serait-ce que si ça l'intéresse. Sinon pour la réputation: Dhoruba a déjà celle d'imbécile heureuse, on sait qu'elle n'est pas finaud mais elle est plutôt bien acceptée car très travailleuse et honnête, respectueuse des règles. Si Samekh ne chasse pas, elle aurait pu éventuellement lui fournir de la viande dans le groupe des "vieux à nourrir.". Et désolé pour le pâté.]

_________________
Avatar: © Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso
avatar
De Feu et de Sang


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 3548
Localisation : France (78)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Lun 23 Juin - 13:03

Citation :
... vieux à nourrir

Pardon ? C’est moi le « vieux à nourrir » ? Razz Razz Razz


La Saison des Pluies avait eu beau s'être installé sur la Terre des Lions, cela n'empêchait pas la chaleur d'étouffer ses habitants, bien au contraire. Il faisait lourd, très lourd, trop lourd ; c'était le genre de chaleur que Samekh détestait, car il faisait humide et à tout moment un terrible orage était susceptible d'éclater. Dans la savane Africaine, ce genre de choses allaient tellement vite ... un peu comme le feu d'ailleurs, et les ravages qui s'en suivait n'étaient jamais de bon augure. Désormais libre de circuler sur Prideland, Samekh ne se gêna pas (il le faisait déjà même quand il n'en avait pas encore le droit) et chercha un endroit où cette maudite chaleur ne l'atteindrait pas - ou du moins le moins possible - Au loin, il avait déjà eu l'occasion d'apercevoir un immense Baobab qui, jour et nuit, perçait l'horizon, pointant sans cesse le nord du royaume. On lui avait dit que c'était non loin de ses pieds que s'arrêtait Prideland, au profil d'un autre royaume encore plus mystérieux : Apeland, la Terre des Singes. N'ayant, pour ainsi dire, que ça à faire, le mâle à la crinière brune décida de s'y rendre ... peut-être que les branches du Baobab lui offrirait une ombre digne de ce nom.

Malgré les nuages qui moutonnaient le ciel, le soleil cognait fort sur le dos de Samekh. Le vieux mâle mit un petit moment avant d'atteindre l'arbre, et marchant d'un pas lent il mit une bonne partie de la matinée avant de l'atteindre. Longeant la Rivière aux Crocodiles jusqu'au grand arbre, midi était déjà passé lorsque le mâle atteignit les zones ombragées tant désirée. Le seul problème était qu'il y avait déjà quelqu'un, et ce n'était pas n'importe qui. C'était cette grosse lionne à l'intelligence limitée, celle que tout le monde qualifiait de débile mais qui n'en demeurait pas moins très utile aux yeux de tout à chacun. L'hypocrisie des gens n'avaient aucune limite ...

Le pelage orangé de cette grosse lionne aurait pu laisser croire qu'elle était née sur Prideland, mais ce n'était pas le cas : tout comme lui, elle venait d'ailleurs. Elle était aussi grosse qu'un mâle - si ce n'était pas plus - et, bien que jolie de pelage, elle n'avait aucunement la grâce des lionnes habituelles. En réalité, Samekh se fichait bien de son histoire. De cette Dhoruba, le vieux mâle ne connaissait qu'une chose : ce qu'on lui en avait dit. Il ne la connaissait pas personnellement, dû moins pas encore. Tout en s'approchant de l'arbre, Samekh la regarda dormir. Elle avait beau être incroyablement grande et imposante, elle n'en demeurait pas moins terriblement maigre, ou peu s'en fallait. Sa grande carcasse gisait là, sur le sol, se soulevant au rythme de sa respiration bruyante. Malgré cela, un combat contre elle ne le tentait pas plus que cela ... il avait beau être rusé et agile, un seul coup de cette grosse lionne l'enverrait valdinguer à l'autre bout de la savane, avec des dents en moins et quelques os brisés. Sans faire de bruit, Samekh s'approcha tout de même de ce monstre, gardant cependant un certaine distante ... si elle était aussi maligne que les rumeurs le disaient, il avait une chance sur deux pour l'effrayer et éveiller en lui ses instincts défensifs, et le vieux mâle ne tenait pas à se prendre un coup perdu.

— Alors, on se délasse à l'ombre du baobab ... est-ce que tu as eu l'idée toute seule, où est-ce que tu t'es contenté de copier les autres lionnes ? demanda Samekh, un sourire moqueur sur le coin des babines.

Le vieux mâle était fourbe et n'en manquait pas une, et celle-ci était trop belle pour la laisser passer. Samekh n'était pas foncièrement méchant, seulement il était toujours plus facile de haïr une personne plutôt que d'apprendre à la connaître, et en ce jour Dhoruba ne faisait pas exception à la règle.

— Alors c'est toi, Dhoruba ... les gens disent que tu es stupide, est-ce que c'est vrai ?

Demanda le vieux mâle. Samekh n'avait pas besoin de sa réponse pour le savoir, mais en vérité il tenait surtout à savoir ce que cette jeune et grosse lionne pensait de tout cela ... il était toujours amusant de savoir ce que les autres pensaient d'eux-même.

_________________


We want war
Look at me, darling, and tell me what do you see. I was prince and soon I will be king. Some tried to break us, but we come from the fire dynasty. We are the thunder into the storm, we are the sun burning the day, we are the moon upon the night. We never give up. We do not forgive, we do not forget, and we gladly feast upon thos who would subdue us.If we burn you burn with us.

Image © Prince Voldy
Anciennement Samekh


Dernière édition par Samekh le Jeu 26 Juin - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3117-t-a-d-j-i-the-crowned-one
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 28 Féminin
Nb de Messages : 386
En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Lun 23 Juin - 13:47

Samekh a écrit:

grosse lionne


[HJ: Pardon, c'est moi la grosse ?  On commence bien ^^ Razz Et... Samekh quoi xD, juste  I love you Par contre ça t'embêterais de modifier pour Alois ? Je pense que ton perso peut s'en douter évidemment mais ne pas en être certain (non pas qu'elle soit enceinte, mais que ce soit lui.) Petit message interposé du lion à fleur lol Razz ]

Dhoruba émit un baîllement à s'en décrocher la mâchoire, dévoilant d'impressionnantes canines contre lesquelles peu se risqueraient à se frotter, y compris certains mâles. La majorité la pensaient effectivement stupides, mais parmi eux, il y en avait qui la devinaient très fine niveau combat. Oui, elle savait analyser, ne bondissant pas comme une idiote sur l'ennemi mais cherchant la faille, et cela se remarquait quand elle chassait le gnou. En revanche, ils continuaient de largement sous-estimer son intelligence, certes pas brillante, mais pas totalement nulle non plus. Pour preuve, la lionne savait parfaitement qu'elle n'était pas très maligne, en revanche elle pensait toujours réussir à le cacher en ne parlant pas ou peu aux autres, ne sachant pas que l'expression de l'esprit passait aussi par le corps et les actions.

Etirant ses grands pattes, la femelle poussa un petit grognement de contentement, mais alors qu'elle sombrait dans un semi sommeil, profitant que son étourdissement s'amenuise-comme quoi ça n'était pas si terrible d'être vieux, on fatiguait un peu, on s'allongeait et pfiuit plus rien. Pourquoi est-ce qu'ils ne venaient pas chasser ceux-là ?- quelque chose ou plutôt quelqu'un la surpris. Dhoruba se redressa à moitié d'un coup de rein souple qu'on ne lui aurait pas imaginée vu sa taille. Pourtant c'était la rapidité qui faisait défaut à la géante, pas la souplesse largement travaillée au cours de ses sauts par-dessus la croupe des gnous. A demi relevée donc, les pattes de devant entre terre et air, la femelle choisit finalement de relaisser tomber son corps sur le sol. Comme n'importe qui ici, Dhoruba jugeait vite, elle n'échappait pas à la règle, or ce lion malingre ne lui ferait rien de son point de vue mais surtout, elle avait remarqué qu'être "âgée" n'était pas aussi simple en fait parce que les tournoiements reprenaient dès qu'elle bougeait de trop. Le temps n'aidait pas non plus il faut dire.

-Ben toute seule évidemment. Et bonjour aussi...

Répondit la lionne en se mordant la langue pour ne pas traiter ce mâle d'idiot avec ses questions. Sur le coup il avait une drôle d'attitude celui-là et Dhoruba se permit même le luxe de le croire un peu niais car bien sûr, elle n'avait pas compris l'ironie. Mais en tout cas elle était fière de lui "apprendre" qu'il fallait dire bonjour avant de débuter une conversation. Il ne savait vraiment rien celui là ou il ne voulait rien savoir, au choix. La seconde remarque lui fit cependant retrousser les babines pour montrer ses crocs en silence. Elle lui trouvait soudainement un air chafouin avec ses petits yeux étirés et sa silhouette malingre, un peu comme Rava d'ailleurs mis à part que celui-ci était plus sombre de poils et plus vieux. Car oui, bien qu'incapable de déterminer son état, par instinct, la femelle savait à l'odeur qui était ancien ou non autour de sa personne. Sans en être encore à quémander de la viande car il ne pouvait plus se déplacer, encore en âge de se battre même, le lion n'était plus aussi fringant qu'il avait pu l'être certainement, si sa faible silhouette lui l'avait un jour permis.

-J'suis peut-être pas la plus maligne, c'est vrai-Concéda la géante toujours honnête d'un ton bourrue dans un premier temps.-Mais tu dois pas être beaucoup plus finaud pour venir embêter une inconnue de la sorte, surtout quand elle fait deux fois ta taille de microbe.

Acheva la lionne en lui jetant un regard courroucé, ayant abandonné le vouvoiement poli sur le coup. Elle n'avait pas envie de respecter ceux qui ne le faisaient pas avec elle. Bizarrement Dhoruba pouvait avoir du répondant, une logique implacable, presque mathématique comme les enfants, défiant parfois toute logique mais correspondant cette fois à la situation. Sans aller jusqu'à agresser l'inconnu toutefois car elle n'était pas aussi brute que ça, ni suffisamment bête pour s'en prendre à lui physiquement devant tout le clan alors que ses paroles ne s'entendaient pas. Enfin... Jusqu'à ce qu'il abuse réellement, qu'elle fasse en sorte que tout le monde le sache et là, paf, se venge. (super plan hein !)  En revanche, les aveux lui faisaient plus mal que prévu, les autres disaient qu'elle était stupide ? Ca voulait dire qu'ils avaient deviné, allait-elle être rejetée à cause de ce fait, elle qui pensait l'avoir bien caché ? Dhoruba était en colère contre sa personne, où avait-elle fauté ?

-Et puis t'es qui d'abord ? Parce que moi je ne te connais pas hein.

Si la féline avait eu un esprit plus vif, sans doute aurait-elle sous-entendu qu'au moins son idiotie la rendait plus populaire que lui, le mâle au pelage étrangement sombre parmi les autres si clairs. Mais heureusement la simplicité d'esprit avait parfois du bon, car elle se serait retrouvé confrontée à un mâle qui avait effectivement une sacré réputation ici, mauvaise certes mais tout de même, une réputation qui dépassait la sienne et de loin. Tout le monde ou presque connaissait Samekh, mais elle ne savait pas qui il était, nouvelle arrivée et s'intéressant peu aux rumeurs. Elle aurait pu également lui rétorquer qu'écouter les mensonges des gens était tout aussi stupide, mais pour elle ils étaient trop intelligents pour dire quoique ce soit de faux ou juger à tort. S'ils disaient qu'elle était bête, ils avaient raison et cela lui faisait d'autant plus mal. Bon gré mal gré la "coupable" le reconnaissait, mais non sans garder la tête haute, juste histoire de.

Ramenant ses pattes arrières contre son ventre efflanqué mais autour duquel on devinait toutefois des muscles finement dessinés -et peut-être pas si disgracieux que cela malgré sa taille, son allure de garçonne étant surtout du à son attitude et non sa nature. La pauvre n'avait déjà pas été gâtée question cerveau, concédons-lui une certaine beauté exotique dirons-nous.- Fixant l'horizon, les yeux mi-clos et la gueule entrouverte, la lionne semblait soudain pensive, ignorant presque le mâle, le laissant s'allonger là ou partir au choix. En fait elle se demandait où était passé la pluie et si c'était dur pour les nuages de la retenir, et pourquoi ils le faisaient aussi. Oui ! Dhoruba avait réussi à comprendre que la pluie venait de ces gros moutons noirs ou blancs, qu'elle était intelligente !


Quant à la conversation totalement décalée, elle ne semblait pas déranger Dhoruba tant que ça, comme si elle était plus capable qu'une autre d'accepter et mieux d'y participer. Le décalage, une norme chez la féline.

_________________
Avatar: © Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso
avatar
De Feu et de Sang


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 3548
Localisation : France (78)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Jeu 26 Juin - 11:16

[Pas de soucis, j’édite de suite !]


Samekh fut bien forcé de l'admettre : il fut quelque peu déçu de voir que cette Dhoruba n'était pas vraiment ce à quoi il s'attendait. Le vieux mâle s'attendait à voir un monstre incapable de s'exprimer, alors qu'en réalité elle n'était rien d'autre qu'une lionne différente des autres - certes pas très maligne - mais points dénué de bon sens. Lui qui était venu pour s'en délecter - il n'avait que ça à faire - il se retrouvait face à un mastodonte quelque peu courroucé et bien assez intelligent pour se rendre compte qu'on se moquait de sa personne. Le caractère belliqueux de Samekh s'évanouit soudainement, non pas par peur, mais simplement parce qu'il ne se heurta à aucune résistance digne de ce nom. Bien que les intentions du vieux lion changèrent, son attitude resta intacte, cachant comme il savait si bien le faire tous changements d'humeur.

— Oh, ne t'inquiète pas pour moi : je ne suis pas stupide, j'ai juste du temps à perdre. Et puis, tu ne m'es pas tout à fait inconnu, la preuve, je connais ton nom et ta réputation ... affirma Samekh. Réputation qui semble surfaite de tout évidence. Tu ne m'as pas attaqué et tu réponds à mes questions, sans compter ton certain sens de la répartie. Je suis presque déçu, car tu n'es pas aussi bête que certain le prétendent ...

Si Samekh avait la réputation d'être un menteur - merci Malkia - sa franchise en revanche était légendaire. Sam n'était pas lion à tourner autour du trou : lorsqu'il voulait dire quelque chose, il le disait ... enfin, presque tout le temps. Le vieux lion s'allongea à l'ombre du Baobab (puisque c'était pour ça qu'il était venu), gardant une certaine distance avec l'immense lionne au pelage orangé.

— Mon nom est Samekh. Je suis nouveau ici, mais tout le monde me connait déjà. Dû moins, c'est ce qu'ils croient.

Dhoruba ne l'avait peut-être pas encore remarqué - ou elle n'était peut-être pas assez avisée pour le voir - mais les tensions à ce sujet étaient palpables. Depuis la mort de Farao, Prideland avait vu son clan se diviser en deux groupes. L'un était clairement supérieur à l'autre, mais les faits n'en demeuraient pas moins présents : certains ne croyaient pas les mensonges de Misaada et remettaient donc en question la présence de Samekh et des soi-disant sauveurs que le majordome avait fait entrer dans le clan. Dans les deux cas, personne ne savait grand-chose au sujet du mystérieux Samekh : semblable à un iceberg, le vieux lion était bien plus qu'il ne voulait bien le laisser paraître.

— Alors, dit-moi, que fait une lionne comme toi ici ? Ton ancien chez-toi ne te plaisait plus ?

Demanda Samekh, un tant soit peu curieux. La géante était arrivée sur Prideland quelque temps après lui, mais personne ne savait vraiment pourquoi. Si Samekh se fichait bien de connaître personnellement chacun des membres du clan, il portait en revanche une intention toute particulière à leur passé et leur histoire car, qui sait, cela pouvait lui servir un jour.

_________________


We want war
Look at me, darling, and tell me what do you see. I was prince and soon I will be king. Some tried to break us, but we come from the fire dynasty. We are the thunder into the storm, we are the sun burning the day, we are the moon upon the night. We never give up. We do not forgive, we do not forget, and we gladly feast upon thos who would subdue us.If we burn you burn with us.

Image © Prince Voldy
Anciennement Samekh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3117-t-a-d-j-i-the-crowned-one
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 28 Féminin
Nb de Messages : 386
En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Mar 1 Juil - 19:21

[HJ: Merciii]

Dhoruba ne s'était pas rendue compte du changement du lion. Premièrement il le cachait très bien, ensuite ce n'était pas le genre de chose qu'elle valorisait. La lionne avait déjà "oublié" ses paroles précédentes vu qu'il se rattrapait désormais en se montrant plus agréable. A son avis, le mâle avait surtout réfléchi aux conséquences de sa grande patte sur son visage émacié, d'ailleurs si la femelle était capable d'ironie, elle l'aurait félicité avant de lui demander si ses cicatrices à l'oeil l'avaient fait penser à deux fois avant de continuer dans le registre. "Alors t'en as embêté une autre ?" Aurait-elle fait, profitant de son nouveau "pouvoir", mais Dhoruba n'était pas ainsi, elle n'eut même pas l'ébauche de ce type de pensées, se contentant d'écouter le vieux lion lui dire une espèce de compliment bizarre. Là franchement la femelle ne comprenait pas. Il était déçu qu'elle ne soit pas plus stupide ? N'avait-elle pas saisi parce que justement elle l'était de trop en fin de compte, ou était-ce le vieil animal qui devenait sénile ? Dhoruba pencha pour un mélange des deux, le mâle sombre avait l'air très intelligent mais un peu trop fou à ses yeux. A l'égal de ces grands sages qui se creusent trop le crâne pour tout, se posent des questions complexes au point que leur cerveau boue et qu'ils ne profitent jamais de la vie. Entre les deux, la stupidité et l'introspection trop profonde il y avait quand même un milieu à avoir. Pourraient-ils y arriver en mélangeant leurs caractéristiques si différentes au cours de cette discussion ?

-En même temps j'vois pas pourquoi je t'aurais attaqué direct, je ne te connais pas comme tu le dit si bien. En plus, si t'avais continué, j'aurais eu du mal à te faire quoique ce soit, tout le monde nous regarde mais personne n'entend alors... J'aurais encore tout prix.

Fit la lionne en abaissant sa garde, dévoilant donc son handicap face au vieux lion. Si ce dernier souhaitait recommencer à la harceler, il le pouvait puisqu'elle venait de lui signifier que son seul moyen de défense -sa grande carcasse l'écrasant- était invalide ici. Tout en faisant preuve d'une certaine intelligence car elle savait ce qu'elle pouvait décemment faire ou pas, la lionne montrait aussi son manque de finesse; clairement, elle dévoilait à son potentiel adversaire ses faiblesses. En revanche son esprit limité n'était pas l'unique coupable à blâmer, particulièrement grande Dhoruba n'avait jamais eu à craindre quoique ce soit de physique réellement. Le vieux félin ne pouvait pas lui sauter à la gorge et espérer la tuer, de plus la lionne avait l'habitude que bon nombre de fauves s'écartaient sur son chemin sans pour autant se montrer agressive. L'amalgame avait poussé certains à la traiter de monstre sans cervelle quand elle était juste une géante un peu déficiente mais gentille. Dhoruba avait une tendance un peu brute de décoffrage certes, surtout quand elle se méfiait mais en ce qui concernait sa force, elle savait parfaitement la contrôler. Tant pour faire peur que pour tuer.

-Tout le monde te connaîs ou pas alors au final ? Comment on peut croire connaître quelqu'un ? Tu ressembles à un autre lion ?... Ah non j'vois... Oui comme moi quoi en fait, sans me parler ils disent que je suis comme ça ou comme ci. C'est de ça dont tu parles ?

Peu sûre mais tâchant de faire des efforts, la féline applatit légèrement les oreilles de honte, elle ne voulait pas paraître idiote mais son cerveau avait tendance à tout prendre au premier degré. Et encore, sur le coup la femelle avait de la chance d'avoir pensé à cette éventualité de connaître sans connaître -quoiqu'en fait ça semblait l'embrouiller d'avantage.- parce qu'elle l'avait vécue. Toute situation non connue exprimée avec des métaphores ou de l'ironie était un calvaire pour elle.

-Bah je ne me m'entendais plus avec ma famille. Mon frère m'a menti et s'est moqué de moi pendant longtemps. Quand je l'ai découvert, j'ai voulu lui faire payer, là oui je l'ai attaqué, tu aurais vu son état... Mais comme je t'ai dis tout à l'heure, les lions voient mais n'entendent pas. Du coup on a cru que c'était moi la méchante et j'ai été chassée alors qu'il se fichait de moi depuis au moins trois semaines. Désolé je suis nulle pour raconter, mais bon si tu as compris, c'est ce qui s'est passé.

Expliqua-t-elle simplement, ignorant évidement que Rava se gaussait de sa personne depuis 3 ans en réalité. Dans son récit court, on ne sentait aucune volonté de cacher quoique ce soit mais sans tout dévoiler non plus. On pouvait être stupide et pudique ou tout du moins secrète. A vrai dire Dhoruba n'était pas le genre de lionne qui s'aimait assez pour apprécier s'écouter ou décortiquer sa vie. Les autres lui semblaient nettement plus intéressants. A l'égal des enfants c'était une grande curieuse, elle adorait écouter les lionnes intelligentes -en fait surtout des pimbêches philosophant qui croyaient tout savoir de la vie et ne parvenaient qu'à tromper des idiotes comme Dhoruba avec leur air de "je-sais-tout" et "je-psychanalyse-tout."-, elle posait sa grosse tête sur une pierre plate, deux pattes pendant dans le vides, yeux mi-clos et oreilles grandes ouvertes dans l'espoir que ça la rende un peu plus maligne. Mais elle appréciait encore plus écouter les vieux sages lui parler de leurs périples. Avec elle, les anciens de Pridelanders avaient enfin trouvé une oreille patiente qui les écouter répéter à chaque fois la même chose en étant toujours d'accord. Si l'un contredisait l'autre au cours d'une autre discussion, aucun souci, Dhoruba n'avait pas suffisamment saisi pour se faire une idée personnelle et était également d'accord avec le dernier vieux grinchon.

-Et toi, tu viens d'où si tu dis que t'es nouveau ? Tu ressembles à mon frère mais lui il est plus clair. Il était aussi comme toi, mes parents supposaient qu'il était malade, il avait encore moins de forces que tu ne sembles en avoir.

Lança-t-elle comme un simple constat, sans aucune pudeur cette fois. C'était un fait, Dhoruba n'avait aucun tact mais n'était pas méchante. Loin d'insulter Samekh, elle ne faisait qu'observer et dire la vérité, enfin de toutes façons, comment pourrait-il lui en vouloir ? Avec ses théories sur sa bêtise, le vétéran n'était pas spécialement doué questions pincettes non plus. Observant le corps longiline de son vis-à-vis, la lionne très occupée à le détailler nota que la crinière de Samekh était quand même plus touffue que celle de Rava, et il avait aussi l'air plus vif, avec des mouvements moins sacadés. Il faut dire que le vieux lion avait apparemment traversé le territoire pour venir ici, or Rava lui ne bougeait quasiment pas. Ou alors il allait s'améliorer en grandissant. A cette pensée la femelle émit un léger grognement, elle avait conscience de sa "vilénie" mais ne voulait pas que Rava recouvre la santé. Il était en fait et ironiquement, le seul fauve qu'elle craignait réellement malgré son physique détérioré.

_________________
Avatar: © Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso
avatar
De Feu et de Sang


À mon sujet

Age : 24 Féminin
Nb de Messages : 3548
Localisation : France (78)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   Mar 29 Juil - 19:25

La grande lionne ne semblait pas avoir suffisamment d'expérience pour comprendre que tout le monde n'avait pas son sens aiguë de la logique. Elle avait la naïveté de croire que tous les lions réfléchissaient avant d'agir, et cela fit sourire Samekh. Si tel était le cas, le monde se porterait ô combien mieux.

— Dans la vie, il y a des gens vraiment stupides. Ils font des choses sans réfléchir aux conséquences, ils agissent avant de penser. Ce n'est pas très malin, mais la jugeote n'est pas une qualité que tout le monde possède ... affirma Samekh

Si Dhoruba n'avait pas encore eu l'occasion de le constater, Samekh lui en avait été témoin à de nombreuses reprises. Certain appelait ça de la bravoure, d'autre de l'héroïsme, mais aux yeux de Samekh ça n'était rien d'autre que de la stupidité à l'état pur. Quel intérêt y avait-il à faire quelque chose si on ne pouvait y survivre ? Ce n'était pas une question de courage, c'était une question de bon sens.

En écoutant le pseudo récit de Dhoruba, le vieux mâle ne put s'empêcher de constater qu'au sein de ce royaume rien n'était simple. Tous les lions qui y vivaient semblaient avoir une histoire sordide et tâchée par le sang. Le mâle à la crinière brune y était coutumier, car cela faisait des années qu'il écoutait les histoires des autres, toutes plus tragiques les une que les autres. Les lions avaient cette prétention de croire que leur histoire personnelle était toujours plus tragique que celle des autres, qu'ils étaient les seuls à souffrir et que personne ne pouvait jamais les comprendre. Samekh ne pouvait s'empêcher de s'en amuser. Une tragédie était une tragédie ...

— Aaahh ... les histoires de familles sont toujours terribles et tragiques, toute à leur façon.

Les choses les plus terribles avaient toujours lieu au sein des familles. Inceste, fratricide, parricide, c'était elles qui touchaient le plus les coeurs et les esprits ... et personne ne faisait exception à la règle, ni lui, ni cette grande lionne au pelage orangé.

Par la suite, Dhoruba le questionna sur ses origines, et il s'étonna de la voir s'intéresser à ce genre de choses. Était-ce par pur politesse ou cela l'intéressait-elle vraiment ? Samekh n'était pas en mesure de le savoir, mais si cette femelle était bien élevée et connaissait les bonnes manières, ils risquaient tous deux de bien s'entendre.

— Moi ? Oh ... je viens de loin, très loin, et j'ai beaucoup voyagé. Les lions là d'où je viens sont tous comme ça : nous n'avions pas beaucoup de nourriture là où j'étais, alors au fil du temps nos corps se sont, comment dire ... transformer ... expliqua Samekh. Mais il existe des maladies qui affaiblissent les lions dès leur naissance ... peut-être que ta mère a donné naissance à ton frère avant qu'il ne soit près. Certain lionceaux ont besoin de rester plus longtemps que les autres dans le ventre de leur mère. Ou peut-être est-il sortis trop tôt.

Il n'était pas rare de voir les femelles mettre bas avant l'heure, et il n'en résultait, souvent, rien de bon pour leurs petits. Samekh en avait même déjà vu mourir à cause de cela ...

— Dis-moi, en parlant de petits ... n'y aurait-t-il pas une petite surprise à l'intérieur de cette grande carcasse ?

Demanda Samekh, un léger sourire sur le coin des babines. Physiquement, il aurait été difficile de dire si Dhoruba était effectivement pleine ou non, mais il y avait des attitudes et des odeurs qui ne trompaient pas. Si Dhoruba n'avait pas eut l'occasion de véritablement bouger depuis son arrivée, elle ne pouvait empêcher les odeurs et les phéromones de s'échapper de son corps, sans compter que Samekh était un finob servateur, et ses sens étaient aiguisés.

Citation :
Quand Sam dit "grand carcasse", ce n'est pas méchant hein Wink

_________________


We want war
Look at me, darling, and tell me what do you see. I was prince and soon I will be king. Some tried to break us, but we come from the fire dynasty. We are the thunder into the storm, we are the sun burning the day, we are the moon upon the night. We never give up. We do not forgive, we do not forget, and we gladly feast upon thos who would subdue us.If we burn you burn with us.

Image © Prince Voldy
Anciennement Samekh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3117-t-a-d-j-i-the-crowned-one

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand frisson sans l'aventure: La fièvre [PV Samekh]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ce n'est qu'un petit flirt..
» Rp de combat ? Voir, sanglant ? Grand combattant, passez par là !
» « L’aventure est dans chaque souffle de vent. »
» Un pokémon pour une nouvelle aventure !
» Grand Envol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: CHAPITRE IV
-