Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Uasi, Yetsa, Shasta and Jehara

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © This land TLK

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    Conséquences. Z7dyConséquences. PvviConséquences. Y4ziConséquences. J3l9
Partagez
 

 Conséquences.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zar'roc
MEMBRE - Zar'roc


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 164
En savoir +
MessageSujet: Conséquences.   Conséquences. EmptyDim 2 Sep - 14:29



« Braves petiots. »
Comme à son habitude, Zar’roc pensait simple et court. Qu’y avait-il de plus à dire sur ses cadets ? Quelques semaines à la dure avaient permis à ces jeunes adolescents d’acquérir la force qu’ils n’avaient pas, l’esprit dur qui leur manquait. Parmi cette dizaine de disciples, deux sortaient du lot : Esteb, une femelle brune, et Mifu, à contrario, un mâle tacheté.

Naturellement, la première avait un net avantage de carrure : chacun de ses coups pouvaient être dévastateurs lorsqu’elle frappait. L’un de ses plus faibles camarades avait d’ailleurs failli se faire briser une patte. Heureusement pour tous, elle connaissait à présent sa force et en tenait compte. Elle n’était pas bien partie au départ. Peu investie, désinvolte, son Lieutenant avait dû lui faire comprendre dans la douleur à qui elle devait obéissance. Assister à l’exécution du lion brun lui avait donné un gain de motivation et de respect incroyable ! Comme quoi ces félins n’étaient pas totalement inutiles, au final. Quant au second. Depuis le début, sa volonté de fer lui avait permis de progresser, d’apprendre à utiliser sa taille plus svelte contre ses plus gros adversaires. De plus, son endurance venait à bout de chacun de ses acolytes. Il serait un soldat précieux en cas d’escarmouche, et cela contre n’importe quel ennemi.

C’étaient eux que Zar’roc avait choisi pour l’accompagner en patrouille, ce jour là. Cette pratique devenait systématique, maintenant que ses cadets avaient bien progressé : apprendre à mettre au tapis son adversaire, c’était une chose. Apprendre à surveiller les frontières en était une autre. Trois autres guerriers et guerrières complétaient le groupe. L’un d’eux formait un duo d’éclaireur avec Mifu, précédant le reste de la troupe de quelques centaines de mètres. Ces deux blocs était à la limite de visibilité l’un de l’autre.


Aussi, lorsque le cadet vint seul au rapport en courant, Zar’roc senti son poil se hérisser. Y avait-il eu un problème ? Aucun son, rugissement, grognement, jappement ne leur était parvenu, encore moins de signes visibles. Hormis le souffle assez court de Mifu -une chose inhabituelle-, rien ne trahissait un cas d’attaque. L’adolescent tacheté avait plus l’air inquiet qu’alarmé ou paniqué.

« Mon Lieutenant, s’exclama-t-il après s’être assis, poitrail gonflé, le regard en l’air, face à ce dernier. »

« Pas la peine eud’gueuler, j’suis d’vant toi, grogna le rayé en retour. Son ton était asséché par l’idée d’avoir affaire à du grabuge. . Qu’est-c’qu’i’ s’passe ? Où est Jeami ? »


« M’sieur, nous pensons avoir découvert des hyènes blessées. Jeami est parti à leur rencontre, et m’a ordonné de venir vous prévenir. »

Y avait-il vraiment eu une attaque contre la meute ? Outland avait-il violé les frontières ? Il ne perdit pas de temps pour se remettre en marche, presque au pas de course.

« Bien, cadet. Tout le monde, on se grouille. Préparez-vous à mordre s’il le faut ! »


La distance fut rapide à couvrir, ils avisèrent bien vite ce dont parlait la jeune recrue. Jeami, un beau et fier guerrier à rayures, les attendait, veillant sur un triste spectacle. D’après la taille, ils étaient un mâle, et une femelle. De terribles lacérations parcourait leurs corps. Derrière eux, l’herbe était à certains endroit écrasée, partout éclaboussée de sang.

« Mon Lieutenant, aucune trace des agresseurs, se présenta-t-il au garde à vous. Mais les traces ont l’air d’aller droit vers Outland. »

Le commandant eut une mine de dégoût. Qu’avait-il pu se passer ? Ces deux malheureux s’étaient-ils aventurés hors des frontières ? Pour oser une telle aventure, ils devaient soit être très stupides, soit des voyageurs aléatoires. Dans les rangs, Esteb semblait mal à l’aise. Elle avait la tête baissée, les yeux rivés sur les cadavres.

« Jeami, vas avec Mifu, r’montez leurs.. traces, ordonna Zar’roc après un court soupir. Au moindre danger, vous rappliquez. Et restez à bonne distance des frontières, prenez pas d’risque. »

Si l’attaque avait eu lieu sur le territoire des hyènes, c’était un acte de guerre qui venait d’être commis. Inversement, si ça s’était passé sur Outland, la meute ne pourrait rien faire. Les deux mâles opinèrent du chef et se mirent en route sans traîner : Zar’roc était strict dans ses ordres, mieux valait ne pas le faire attendre. Son regard d’or se posa pensivement sur les victimes. Jusqu’à ce que.


« Humpf.. s’il vous plaît.. prenez.. »

La fourrure collée de partout par son sang séché, la chair apparente par endroits, le mâle agonisant essayait de se relever. Ses yeux ne voyaient rien de précis. Seul son odorat lui indiquait que ceux qui l’entouraient étaient de la même que lui. Lorsqu’il fut assez haut sur ses deux pattes antérieures, il poussa la petite boule qu’il cachait entre le corps sans vie de sa compagne et le sien. Le poil ras, gris, parsemé de rayures, elle ne bougeait presque pas ; seule une courte respiration soulevait de temps à autres ses côtes. Plus que de la fatigue, c’était le choc émotionnel qui l’avait endormi.

« Olà vieux, s’exclama Zar’roc en se précipitant vers l’inconnu ! Vas doucement, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Ces mots n’étaient que des bruits sourds, un charabia incompréhensible à l’oreille du blessé, qui rassembla toutes ses forces pour articuler une nouvelle supplique.

« ..p-prenez soin de.. Kuji.. je vous en s-sup-plie ! »

Une coulée de larmes impuissantes longèrent ses joues tandis que ses faibles membres se dérobèrent sous son poids. Il s’effondra sur le corps de celle qui avait été sa compagne, murmurant une fois de plus.

« S’il.. vous plaît..pardon.. »

Et il rendit son dernier souffle.

Le silence se fit. Ils étaient quatre puissants guerriers, deux apprentis. Et un gosse, d’à peine.. quoi, deux, ou trois mois ? La première idée qui vint à l’esprit du commandant de la troupe fut simplement de l’abandonner, voire de le tuer tout de suite. Il la rejeta instantanément : ils avaient affaire à l’un des leurs, dont la famille avait à priori été massacrée par des lions. Le temps que deux neurones se connectent plus tard, l’image de son frère disparu lui fit écho dans le cœur.

« Qu’est-ce qu’on fait, Lieutenant ? »

Zar’roc resta silencieux. Il devait le faire. De quel droit ? Une vague d’hésitation le submergea. Penser à adopter ce petit était étrange. Mais envisageable. Il ne serait pas un père, oh non. Quoique. Le guerrier de sable se revit, enfant. Petit. Faiblard. Mais avec Tamérlein. Son protecteur. Jusqu’à ce que ce dernier ne se fasse tuer par des lions. En le protégeant.

« Lieuten.. »

« Ta gueule, j’suis pas sourd. J’le prends. »

Son ton avait été sec : demander des précision sur les trois derniers mots était exclu d’office, ce qui n’empêcha pas l’assemblée d’échanger des regards interrogateurs. C’était vrai que l’idée d’un Zar’roc prenant soin d’un chiot semblait invraisemblable. Mais s’il s’était débrouillé pour mettre du plomb dans le crâne d’une dizaine de jeunes fragiles, pourquoi l’étape supérieure serait-elle à exclure ?

Les deux éclaireurs revinrent à ce moment, confirmant que les malheureux s’étaient traînés depuis Outland jusqu’ici. Les lions n’avaient donc pas violé leurs frontières, mais avaient quand même massacré un couple de hyènes. Pouvait-on suppose que la limite avec ce territoire félin devrait être surveillée plus intensément à l’avenir ? Ce ne serait pas à lui que reviendrai ce genre de décision.

Il balaya ses subordonnés du regard.

« J’vois. On rentre mettre euc’petiot à l’abri. Et faire mon rapport à Shasta. »



*** *** ***



Zar’roc marchait, entouré de ses soldats. Pour transporter le petit Kuji, il n’avait eut d’autre choix que de le hisser sur son dos : ce gamin était déjà trop grand pour prendre le risque de le blesser sous son propre poids en le tenant dans sa gueule. Il avait passé tout ce temps à réfléchir sous quel angle aborder la chose quand le désormais orphelin se réveillerait. Le tact n’était pas un point fort du gradé, loin de là.

De grands yeux de saphir s’ouvrirent enfin. Sa respiration, pourtant si paisible quand il était assoupi, devint tout à coup saccadée, comme si tout le stress de ce qu’il avait vécu était revenu à la charge. Alerté, Zar’roc s’arrêta net : l’enfant tenta alors de se débattre dans le vide. Le Lieutenant le choppa entre ses mâchoires pour le poser à terre avant qu’il ne tombe tout seul, et écopa en échange d’une griffure sur le coté du museau. Le petit noiraud se mit alors à tourner sur lui-même, paniqué par ses souvenirs.

« Eh gamin ! Calme-toi, t’es en sécurité ici, annonça-t-il aussi délicatement qu’il le pouvait. Tes parents t’ont confié à nous, Kuji. »

Quand son prénom retentit, le rescapé s’arrêta net, le regard droit dans celui du grand rayé. Ses souvenirs défilaient dans sa petite mémoire d’enfant, alors que l’odeur de ceux qui l’entouraient lui était parfaitement inconnue. Ses parents n’étaient pas de la partie. Où étaient-ils ? Le rustre qui lui avait parlé connaissait son nom. C’était donc qu’il le connaissait, même si l’inverse n’était pas forcément vrai. Était-il un ami, ou quelqu’un de la famille ?

Le manque de réponse agaça Zar’roc, qui fit de son mieux pour être le plus doux possible dans ses mots.

« Viens là gamin. T’es avec nous maintenant. »

Sans grand succès, la douceur. Le Lieutenant prit une nouvelle fois Kuji entre ses mâchoires pour le poser sur son dos. Il ne se débattit pas, et se laissa porter. Sa tête tomba entre deux rayures. Ses yeux vides étaient perdus entre le pelage du sablé et l’herbe au sol. Aucune force n’émanait plus de lui.Il ne vit même pas Esteb lui adresser un sourire de sympathie.

Kuji est présenté comme Personnage Pré-Créé ici : http://www.the-lion-king-rpg.com/t5977-hyenes-3-mois-male-kuji-libre

_________________
L'amour, c'est se friter ensemble dans la même direction ! Hiéhéhé !
Merci d'engager tout message privé sur le compte de Wimbo
Conséquences. 3_sign11
Avatar (c) Captain Mantis (Shasta)
Zar'roc scream en #2F4F4F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t5389-zar-roc
 
Conséquences.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: CHAPITRE VIII
-