Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Yetsa, Dhalahi, Shasta & Soto

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Adrian von Ziegler Law of the Jungle

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 When the Desert challenge you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - HATASA


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 308
Localisation : Dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: When the Desert challenge you   Sam 30 Juin - 23:05

Les Jangowas étaient des lions nomades et ne restaient que quelques semaines au même endroit avant de se remettre en route pour en changer. Ce chemin était toujours le même et faisait partie intégrante de l’héritage que les adultes transmettaient à leurs enfants. Et aujourd’hui, c’était moi qui guidais les miens. Je pouvais donc choisir d’allonger ou d’écourter certaines de nos pauses et c’est exactement ce que j’avais fait pour arriver dans les temps à cet endroit si spécial à mes yeux.

Infranchissable dans un sens comme dans l’autre, le Mur de Roche formait notre frontière avec Freeland mais au-delà de ça, il signifiait tout autre chose pour moi. Cet endroit était le lieu où ma vie avait changée lorsque j’y avais mis au monde mes enfants. Cela remontait maintenant à deux ans mais je me souvenais de ce jour comme s’il avait eu lieu la veille. Lahira avait été la première à pointer le bout de son museau, rapidement suivie par Hiari. Kumani m’avait donné du fil à retordre mais j’avais finalement gagné ce combat avant que Jenkaa ne vienne compléter la fratrie.

Ils avaient fait ma fierté au fil des jours et voilà qu’aujourd’hui, ils avaient deux ans. Bien qu’encore légèrement plus petits que moi, ils étaient désormais de fiers adolescents. Lahira et Jenkaa dépassaient Hiari et Kumani en taille et la crinière de Jenkaa était plus développée que celle de son frère mais malgré leurs différences, j’étais toujours aussi fière de mes enfants et de ce qu’ils devenaient jour après jour.

Sachant ce qui attendait mes fils dès le lendemain, je n’avais pas dormi de la nuit. J’avais passé les heures sombres à les regarder dormir, gravant dans ma mémoire cet instant à l’aube de leur nouvelle vie. J’avais ensuite réveillé toute la fratrie dès les premières lueurs du jour et sans un mot, je les avais invités à me suivre. C’est ainsi que nous nous retrouvions tous les cinq à l’endroit exact qui avait vu naître mes enfants. Je n’avais pas peur de ce qui attendait mes fils car je savais que j’avais fait tout ce que je pouvais pour les préparer à cette épreuve. Cela ne m’empêchais cependant pas de ressentir un poids sur mon cœur. Depuis leur naissance, ils avaient toujours vécu à mes côtés et voilà qu’ils allaient passer un an en tête à tête avec le Désert. Une année pendant laquelle je ne verrais pas leur silhouette en me réveillant. Une année à me demander où ils pouvaient se trouver et ce qu’ils étaient en train de faire. Une année de déchirement.

Les mots étaient superflus et pourtant, Jenkaa brisa le silence qui s’était installé.

Une année… Allez les filles, elle passera tellement vite que vous ne remarquerez même pas notre absence !

Avait-il lu dans mes pensées et cherchait-il à nous rassurer ? Cela ne m’étonnerait pas étant donné notre proximité et je ne pus retenir un léger sourire. Moins enclin que son frère pour blaguer, Kumani rebondit cependant sur les propos de Jenkaa et s’exprima à son tour.

Il a raison ! Je suis même sûr que lorsqu’on reviendra, on vous embêtera tellement que vous demanderez à ce qu’on reparte !

Bien que je gardais le silence, mon sourire s’agrandit pour de bon. Si même à quelques minutes de la plus grande épreuve qu’ils ont eu à affronter jusqu’à ce jour ils pouvaient faire des blagues, alors je pouvais leur sourire. Je laissais encore quelques instants à mes yeux pour observer leurs visage avant de me rapprocher de Kumani qui était le plus près de moi. Je vins frotter ma joue contre la sienne tout en prononçant des mots que seul lui pourrait entendre.

Tu as toutes les clefs en patte pour réussir et je suis certaine que tu reviendras. Tu es un fils du Désert mais au-delà de ça, tu es mon fils. Si un jour tu viens à douter de toi-même alors souviens-toi de ces mots : le doute est une belle et grande force. Veille simplement à ce qu’elle te pousse toujours en avant car moi je crois en toi. Je t’aime, Kumani.

Il était désormais trop grand pour que je le prenne entre mes pattes alors je me contentais de rompre notre contact pour venir poser mon front contre le sien dans une dernière marque d’affection avant le grand départ. Cet instant ne serait jamais suffisant à mes yeux mais je n’étais pas seule à avoir des aurevoirs à faire alors je reculais pour laisser la place à mes filles. Et pendant qu’elles étaient avec Kumani, je me rapprochais de Jenkaa avec qui je recommençais les mêmes gestes et la même confession, utilisant toutefois des mots différents.

Tu t’es toujours montré fort mais tu vas devoir l’être encore plus pendant cette année. Veille cependant à ne pas devenir trop confiant, le Désert peut se montrer vicieux alors sois toujours prudent. L’année qui s’annonce va être difficile mais tu es un fils du Désert et mon fils. Je sais que tu reviendras. Je t’aime, Jenkaa.

Encore une fois, j’éloignais ma joue de celle de mon fils avant de poser mon front contre le sien. Et encore une fois, je reculais pour laisser la place à mes filles après un instant que je jugeais trop court.

Le soleil avait complétement franchi la ligne de l’horizon et tandis que les dernières étreintes se finissaient et que les derniers mots étaient dits, je prenais une dernière fois la parole.

Il est temps.

Inutile d’en dire plus, nous savions tous les cinq de quoi il était temps. Désormais aux côtés de mes filles, je faisais face à mes fils et après un dernier regard, ceux-ci se retournèrent avant de se mettre en route.

Tandis que je regardais la chaire de ma chaire s’éloigner, j’adressais des paroles silencieuses au Désert. Ne t’avise surtout pas de me les prendre ou je te jure que je ferais de cet endroit un enfer en invitant ces pourritures de sang d’encre à revenir vivre dans l’Oasis. Cette menace pouvait sembler futile car si mes fils devaient trépasser, c’est qu’ils n’étaient pas dignes d’être des Jangowas. J’étais cependant persuadée du contraire et je ne supporterais pas de ne pas les voir revenir. Alors oui, je faisais du chantage au Désert et cela me soulagea quelque peu.

Cette année serait sans doute la plus dure qu’ils aient eu à affronter depuis leur naissance et plus que de devoir survivre un an dans le Désert, ils devraient le faire seuls. De ce fait, après une dernière concertation, les deux frères prirent des chemins différents et c’est de cette façon que commença leur Exil.

Hors rp:
 

_________________

Hatasa grogne en PeachPuff
Présentation - Rapport du matin - RPs & Liens
Pour tout MP, me contacter sur compte d'Ukarimu

Kit ©️ Ocylan merci  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4399-hatasa-daughter-of-the-de
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 242
En savoir +
MessageSujet: Re: When the Desert challenge you   Lun 2 Juil - 20:39


Lahira marchait plutôt à l'arrière du Clan, un peu en retrait, aimant observer les mouvements de chacun. Elle aimait découvrir les affinités des uns et des autres, les relations qui changeaient, les manières d'avancer, les manières de découvrir. Le camp en mouvement était une petit source de richesse et Lahira aimait en apprendre plus de ses confrères ainsi. Pourtant quelque chose la faisait tiquer : leur marche était rapide, les pauses plus courtes. Et au fil du temps, les paysages avaient changés pour devenir plus rocheux : pourquoi leur mère se pressait tant pour arriver au Mur de Roches ? Lahira, après réflexion, fit un certain rapprochement. Ce lieu était, pour sa mère et pour eux, plein de significations : ils y étaient nés. Le début de leur vie et le début d'une nouvelle étape pour Hatasa. Souhaitait-elle y faire quelque chose en particulier ? Après tout, l'Exil pour Kumani et Jenkaa approchait.

La nuit fut bonne et la veille, Lahira s'était un peu chamaillée avec sa fratrie. A vrai dire, elle avait fait exprès de rassembler sa sœur et ses frères pour quelques derniers jeux et discussions, pour leur faire un peu oublier que demain, ils se quitteraient. L'aînée s'était ensuite endormie aux côtés de sa mère, de sa sœur, de ses frères. Elle les avait couvé d'un regard aimant, un fin sourire aux babines avant de plonger dans les bras de Morphée.

Le lendemain, la jeune lionne rouvrit les yeux, éveillée par sa mère qui, sans un mot, leur somma de la suivre. Lahira leur offrit un petit regard entendu avant de les pousser vers l'avant, fermant la marche. Cette-dernière se fit jusqu'au Mur de Roche, lieu de leur naissance. Le soleil s'éveillait à peine tandis que les silhouettes sombres de la petite famille se stoppait finalement. Fièrement debout, Lahira avait le menton haut, observant chaque membre de sa famille, aimante. Bon sang que le temps était passé. Hatasa était plus noble et splendide que jamais, Kumani et Jenkaa avaient bien grandit, leurs crinières avaient poussé, ils étaient finement musclés et tout en longueur, véritables fils du Désert. Hiari était belle, élégante et taillée dans la délicatesse. Le cœur léger, Lahira ne pouvait s'empêcher de sourire, son visage était tout détendu.

Les mots de Jenkaa brisèrent le silence et Lahira lui offrit un petit sourire amusé, coulant ensuite ses prunelles dorées vers Kumani qui renchérit, visiblement aussi assuré que son frère. Bien, elle préférait les voir ainsi que les mines fermées et l'air sombre comme beaucoup d'adolescents partant en Exil. Non, ses frères n'étaient pas comme ces autres adolescents, ils étaient bien plus vaillants ! Lahira laissa sa mère s'approcher de Kumani, frottant son front contre le sien et et lui glissant un discours digne de ce nom. Quand elle en eut terminé, Lahira s'approcha de lui. Pendant quelques secondes, ils s'observèrent avant de sourire, se serrant l'un contre l'autre.

- Tu as bien changé, petit frère, tu es un magnifique Fils du Grand Désert. Fit-elle en se décollant de lui. Tu reviendras fier et plus brillant que jamais, je serais à tes côtés, comme Hiari ou mère. Nos cœurs battront avec le tien au fil de tes pas et n'oublie jamais nos précieux conseils. Nous croyons en toi.

Kumani eut un fin sourire au babines.

- Tu es aussi solennelle que mère, Lahira. Tes mots me touchent, grande soeur, prends soin de Hiari et mère, je compte sur toi pour que rien en leur arrive durant notre absence.

Lahira hocha la tête et vint poser son front contre celui de son frère, soufflant d'aise. Pendant un an, elle n'aurait guère la possibilité de pouvoir lui offrir d'accolade, elle souhaitait en profiter sur ce départ. Ceci fait, elle se décolla pour laisser la place à Hiari, approchant plutôt de Jenkaa. Son frère, s'il était le dernier né, était légèrement plus grand qu'elle, sa santé était aussi bonne que la sienne, ils étaient les plus forts de leur portée. Pour autant, ils s'étaient toujours parfaitement entendus, Jenkaa n'avait jamais rejeté l'autorité de grande sœur de Lahira et souvent, à eux deux, ils avaient terrassé les autres lionceaux de leur âge. La lionne lui sourit tendrement, passant sa tête par-dessus la nuque de Jenkaa pour une douce étreinte avant de reculer légèrement.

- Je prierais pour toi aussi, mon frère. Mais je sais que tu es un Enfant du Désert. Je sais que je te verrais revenir à l'aube de notre âge adulte, que tu surviras à tout cela avec brio et qu'ensuite, tu nous montreras quel véritable Fils des dunes tu es.

Jenkaa eut un petit sourire en coin, l'air terriblement fier, le poitrail bombé. Lahira l'observa, toute aussi fière.

- Et continue sur ta voie, ma sœur ! T'as pas intérêt à te reposer sur tes lauriers pendant mon absence, déjà que je suis meilleur que toi, je risque d'encore plus creuser la distance !
- C'est ce que verra à toi retour, demi-portion.

Répliqua l'adolescente en lui lançant un petit regard mutin avant de lever sa patte pour lui donner un petit coup sur le bout du museau. Jenkaa ricana légèrement et Lahira recula auprès de sa mère. Pouvoir ainsi faire ses aux-revoirs lui mettait du baume au cœur, elle était heureuse de les voir partir sur une note si positive. Après tout cela, Hatasa rappela tout le petit monde à l'ordre : ils devaient finalement partir. Lahira garda la tête haute, un fin sourire aux babines. Sur le côté droit de sa mère, elle observait ses frères les saluer puis tourner les talons, s'éloignant d'abord côte à côte. Gravant leur image dans son esprit, Lahira ferma ses prunelles dorées, leur accordant une prière silencieuse. La tête un peu basse, la fidèle Jangowa pria pour ses frères avant de rouvrir ses mirettes d'or.

- Ils reviendront.

Déclara t-elle sur un ton assuré, tournant sa tête vers sa mère et sa sœur avant de s'approcher d'elles, venant leur offrir une étreinte à trois pour se réconforter. Elles resteraient un an toutes les trois, entre filles. Lahira comptait bien veiller autant sur l'une que sur l'autre.

HRP:
 


_________________
"Daughter of the Great Desert,
She looks for the absolute Knowledge."


Personnage ©️ Rinkisha
Kit ©️ Kuona
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t5212-lahira-sang-bleu-despote-
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 16 Féminin
Nb de Messages : 126
En savoir +
MessageSujet: Re: When the Desert challenge you   Jeu 5 Juil - 19:57

When the Desert Chalenge
You

Ce soir, c'était le dernier soir, le dernier soir que je passerai avec mes frères. Jenkaa, aussi fier qu'à son habitude n'avait pas une seconde montré la moindre inquiétude, un digne fils du Désert. A moins que ce soit juste parce que j'avais l'habitude de le voir en un grand Jangowas grand et fort. Après quelques minutes d'hésitations, j'allai voir Kumani. Il me regardait avec un air soucieux et autant lui que moi savions que c'était peut-être nos derniers instants ensembles. Il posa sa tête sur mon épaule :

«  Grande Sœur... N'ai pas peur pour moi... On se reverra, je te le promets, je me battrai de toutes mes forces pour pouvoir revoir un jour la lumière de ton pelage... »

J'avais les yeux ronds, jamais il ne m'avait appelé grande sœur. D'ailleurs, bien que je sois plus âgée que lui, je ne m'étais jamais considérée comme sa « grande sœur ». Je compris donc qu'il avait dit cela dans un seul et unique but, me montrer son amour et l'estime qu'il me portait à travers ces mots. D'abord écarquillés, mes yeux devinrent humides, j'avais si mal que j'aurais pu verser des torrents. J'enfouis mon museau dans sa crinière blonde qui venait tout juste de naître. Je humai un instant son parfum, m'en imprégnant totalement. En temps normal, j'aurais sans doute laisser libre court à mes émotions, mais là, l'heure n'était pas aux jérémiades, mais à la tendresse et au début des adieux. Je léchai tendrement son pelage, la gorge serrée.

« Kumani... »

Je me collai à lui, incapable de l'abandonner, je ne pouvais pas me défaire de son odeur rassurante. Pendant un instant, je haïs le Grand Désert pour la douleur qu'il me faisait subir. Mon frère me donna un coup de museau et dit :

« J'ignore si je m'en sortirais alors je voulais te dire... »

«  Kumani je t'interdis de dire ça... Tu n'as pas le droit de mourir tu m'entends ? Tu es mon sang et je refuse d'être privée de toi plus d'un an ! Tu... Tu ne peux pas faire comme Papa ! »

Kumani fit alors quelque chose que je n'aurais pas cru possible, il me donna une puissante gifle, sans pour autant planter ses griffes dans ma chair. Mais le coup était si fort et inattendu que je tombai à la renverse sans rien pouvoir faire pour stopper ma chute. Je tombai donc, face contre sable avant de me redresser :

« Kumani ? Pourquoi as-tu fais ça ? »

Mon frère me toisait avec un air empli de colère, les crocs sortis, à cet instant, je me rendis compte à quel point mon frère avait changé, à quel point il était devenu puissant. Il s'approcha de moi et dit simplement.

«  Ne me compare plus jamais à ce traître Hiari. Parce que je ne lui ressemble en aucun cas contrairement à toi ! »

Je plantai mes griffes dans le sol, je savais bien que je lui ressemblais en tout point et cela me pesait ! Mais pire encore, je venais de me disputer avec mon frère. Mon Kumani... Mon compagnon de galère, ma lumière, mon compère. Je baissai la tête puis m'éloignai simplement, cette fois, mes larmes étaient restées à leur place, je marchai le plus loin possible de mon fraternel, les crocs serrés, je me décidai donc à rentrer au camp. Quand ma famille me posa des questions, je les ignorai royalement, je n'étais pas d'humeur à discuter. Je ne mangeai même pas ce soir là. Jenkaa m'avait regardé allongée sur le ventre puis se décida à me parler. Je ne levai même pas la tête lorsque je le sentis s'allonger près de moi.
« Bon, qu'est-ce qui se passe ? »

Je levai les yeux au ciel et laissai échapper un « rien » énervé. Jenkaa me donna un coup de patte assuré avant de dire.

«  N'essaie pas de me mentir ! Je sais que quelque chose s'est passé : ni toi ni Kumani ne sont dans un état convenable aujourd'hui. Je suis ton frère, même si parfois tu sembles l'oublier. »

« Quoi ? Non ! Jenkaa ! Je t'aime ! Tu es mon frère ! »

«  Alors parle-moi, dit-il avec un air assuré, tu peux me faire confiance. »

Je regardai le sable un instant, silencieuse, je savais que je pouvais faire confiance à Jenkaa mais... Il s'agissait d'une dispute avec Kumani et je ne voulais pas l'accabler d'avantage. Malgré la rancœur que je portais désormais envers mon frère, je ne pouvais réellement lui en vouloir. J'avais été maladroite au moment où je voulais lui montrer mon amour. C'était juste un malheureux quiproquo. Je lâchai donc finalement avec amertume :

«  Je me suis disputée avec Kumani, rien de grave, pas de quoi friser ta crinière. »

Jenkaa fit alors quelque chose qui m'étonna profondément, il enfouit son museau dans mon cou. Je battis des cils un instant. Cela faisait si longtemps qu'on ne s'était pas câlinés ainsi. Cela remontait facilement à notre époque de jeunes lionceaux. Soudain, il se détacha de mon cou et regarda le ciel avec un sourire narquois :

«  Ne l'écoute pas, il a juste un peu le trac à cause de l'exil ! »

Je baissai le regard, si seulement il savait... C'était moi qui l'avait provoqué en voulant me rapprocher de lui. Je gémis légèrement que c'était ma faute et que je ne pouvais en vouloir qu'à moi même. Jenkaa leva les yeux au ciel :

«  N'en fais pas toute une histoire, ce n'est qu'une petite querelle d'adolescents ! Cela passera ! »

« Mais il m'a giflée, le coupai-je, ce n'est pas une simple dispute ! »

Jenkaa fronça les sourcils, il est vrai que Kumani n'était pas du genre violent avec les membres de sa famille. Pendant ce temps, j'attrapai du sable dans ma patte et le malaxa avec mes coussinets, histoire de me détendre. Je baissai la tête avec un air afligé. Jenkaa reprit avec un air sérieux :

« Qu'est-ce que tu lui as dis, Hiari ? »

Je grimaçai, je n'étais pas ravie de devoir lui dire ce que j'avais fais et dis... Mais il semblait bien que j'y étais obligée ! J'écartai mes coussinets et laissai le sable se libérer de mon emprise. Je regardai ensuite mon frère avec mes yeux embués :

«  Je l'ai comparé à Wivu... »

« Tu as quoi ? S'exclama-t-il. Hiari ! »

«  Je sais ! Je ne voulais pas être mauvaise langue quand je lui ai dis ça, crois-moi ! »

« Je ne peine pas à le croire mais quand même ! Tu as vraiment cru que c'était la meilleure idée du monde que de comparer un Jangowas à un lâche ? » dit-il, à moitié amusé.

«  Non ! Je voulais justement... Non rien... Tu comprends rien ! »

« C'est sûr que je ne risque pas de comprendre si tu ne prends même pas la peine de m'expliquer ! Je sais que tout le monde a remarqué mon intelligence mais quand même, je ne suis pas devin ! Seul le Grand Désert peut voir dans tes pensées ! » me fit-il remarquer avec un sourire en coin.

« Il a peur de ne pas revenir... » lâchai-je enfin.  «  Et je lui ai dis qu'il ne pouvait pas m'abandonner... Pas comme Wivu l'avait fait. »

«  Alors je t'arrête tout de suite. Wivu c'est un cas à part ! Wivu, malgré le fait qu'il ai battu Shabel, n'était rien d'autre qu'un couard qui n'a pas hésité à abandonner son Impératrice. Avec des lionceaux à charge par dessus le marché ! Kumani, il ne t'abandonnera pas ! Parce qu'il est un vrai Jangowas ! Et parce qu'il t'aime ! Et s'il meurt, dis-toi tout simplement que c'était parce qu'il n'était pas digne d'être un fils des Sables. Mais même s'il meurt, n'oublie jamais ceci : il nous aime. Et nous l'aimons. »

Si ses premières phrases m'avaient touchées, celles de la fin m'avaient donné une profonde envie de lui faire fermer son clapet. Kumani était un vrai fils du désert ! Et il reviendrait, peut importe les difficultés. Je ne voulais pas me dire qu'il y avait un risque qu'il meurt seul, dans ses dunes de sables. Parce qu'il était mon frère. Jenkaa se leva finalement et me fit signe de le suivre :

« Aller, viens dormir. »

Je le suivis à contre cœur, refusant de passer cette nuit sans ma famille. Je me couchai donc contre Lahira et me laissai emportée par le sommeil, tel le vent emporte le sable.


La voix de Maman me réveilla et je levai mon museau avec des yeux fatigués, sans même que je m'en sois rendue compte, j'avais collé mon pelage à celui de Jenkaa. La conversation, bien que brève que nous avions partagés nous avait rapprochés plus que je ne l'aurai cru. Comme s'il avait lu dans mes pensées, il me donna un coup de tête énergique avant de se lever avec son air fier habituel. Je me hissai donc, prenant appuie sur mes pattes pour me lever. Par le Grand Désert, ce que j'étais fatiguée ! Je suivis ma famille avec un pas lent, songeuse. Lahira avait sans doute dû sentir mon désarroi, de toute façon, elle sentait toujours tout. Nous arrivâmes au Mur de Roches, l'endroit de ma naissance, de notre naissance. Jenkaa fut le premier à briser le silence :

« Une année… Allez les filles, elle passera tellement vite que vous ne remarquerez même pas notre absence ! »

Mon cœur se serra à cette remarque, moi qui venait de me rapprocher de mon frère, j'en étais arrachée pour un an. Je regardai Kumani, il me lorgnait avec un air indifférent, m'ignorant presque.

Il a raison ! Je suis même sûr que lorsqu’on reviendra, on vous embêtera tellement que vous demanderez à ce qu’on reparte !

Kumani... pensai-je lorsque je vis mère s'approcher de lui pour lui parler. Je me collai donc au poitrail de Jenkaa qui me donna une petite caresse de sa queue. Il me regarda puis me dit :
« Lahira est entrain de lui parler, après, c'est ton tour... Tu n'auras pas d'autres jours pour remettre à flots votre relation. »

Je léchai le museau de Jenkaa et lui dis, le cœur lourd.

«  Je regrette de ne pas avoir été là pour passer du temps avec toi, Petit Frère. »

«  Petit? Je suis plus grand que toi ! » rit-il. «  Mais... Moi aussi je regrette... Mais ne t'en fais pas vas ! Je serai de retour avant que tu aies eus le temps de dire « Sable » ! »

Je ris un instant puis je vis Kumani et Lahira achever leur conversation. Je m'avançai vers Kumani avec une boule dans la gorge.

«  Kumani... »

Il regarda sur le côté, m'ignorant, exactement comme il aurait fait avec une étrangère.

«  Ce que j'essayais maladroitement de dire c'est que... C'est que... »

Il posa ses yeux orangés sur moi et je me jetai contre son poitrail.

« C'est que je t'aime ! Je t'aime à un point inimaginable et je ne veux pas te perdre comme j'ai perdu notre père ! Je ne t'ai jamais comparé à Wivu car tu lui es supérieur en tout point ! JE T'AIME KUMANI ! »

« Shhhuuttttt » Siffla-t-il en collant son front au mien. Nous restâmes un instant ainsi jusqu'à ce que j'entende l'ultime phrase qui scellerait à jamais nos destins.

Il est temps....


Codage by Lunny pour Epicode

_________________
Kit ©️ Lyrou

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t5500-hiari#112216

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: When the Desert challenge you   

Revenir en haut Aller en bas
 
When the Desert challenge you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Challenge Elite, descriptif et explications : à lire !
» Challenge Cup Dragons vs BPA
» so desert....
» The Big Challenge Règlement
» Challenge Volat Ciclista a Mallorca (2.1) => Karsten Kroon (BMC Racing Team) MAJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: CHAPITRE VIII
-