Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannières dessinées par Uasi, Oren, Upya & Wawa

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Great Canyon (PMD Blue Rescue Team OST)

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    Don't Forget the Past Z7dyDon't Forget the Past Y4ziDon't Forget the Past J3l9

Partagez
 

 Don't Forget the Past

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wissel
Wissel
MEMBRE - WISSEL


À mon sujet

Age : 100 Féminin
Nb de Messages : 1211
Localisation : PRIDELAND.

En savoir +
MessageSujet: Don't Forget the Past   Don't Forget the Past EmptyVen 16 Fév - 14:32

DON'T FORGET THE PASTALIBI & SUKI
« A friend is someone who is there for you when he’d rather be anywhere else. » - Len Wein

Le sifflement du serpent des sables retentit. La silhouette frêle et innocente d'une adolescente s'éloigne et s'apprête à se faire attaquer par la bête. Les prunelles dorées et bleutées d'Alibi s'écarquillent, alors que le guerrier se jette brusquement sur sa fille pour l'écarter du monstre sifflant. Furieux, le serpent s'enroule autour de sa patte arrière et plante ses armes aiguisées et venimeuses dans la chair du mâle.
Le Jangowa n'a pas le temps d'esquiver le coup bas, ni de se rendre compte de ce qui lui arrive. Le venin se propage dans ses veines. Son destin est scellé, sa mort est prochaine.
Quelques heures après, il meurt. Sous les yeux larmoyants de sa petite famille. On prie pour lui, on pense qu'il ne se réveillera jamais et qu'il a rejoint les Dieux du Désert. Plus jamais il n'ouvrira les yeux et se déplacera comme il l'eut fait de sa vie passée. Chez les Jangowas, la mort signifie « disparaître pour toujours ».

Sachez que cette légende est plus ou moins fausse. Ou du moins, c'est ce que pense Alibi, qui ne comprend pas pourquoi il se réveille régulièrement sans qu'il ait demandé quoi que ce soit à quiconque. Il ne demande qu'à dormir, qu'à oublier ce qu'il était jadis, pourtant le sort s'acharne et le mâle sablé voit divers visages ; ceux des vivants, et ceux des morts. Il n'a envie de voir aucun visage, ni ceux de sa petite famille, ni ceux qui constituaient son entourage mais qui ont, hélas, connu la mort bien avant lui. En vérité, Alibi ne veut voir personne parce qu'il sent, au fond de lui, qu'une épine est plantée dans ses coussinets. Il a l'impression de souffrir sans souffrir. Normalement il ne devrait plus avoir de cœur mais quelque chose le ronge précisément à l'emplacement de celui-ci. Il ne saurait dire quoi, il a juste envie de s'endormir et de taire à tout jamais ce mal qui l'habite. Cette blessure qui cicatrise. Quand il a mal, le lion aux yeux vairons ne réagit jamais comme les autres : au lieu d'accepter de l'aide, il rugit, il s'énerve, il distribue les moqueries et les piques à tous ceux qui entretiennent sa douleur. Depuis tout petit, il n'aime pas montrer ses faiblesses. Voilà pourquoi Alibi refuse de voir des visages familiers et d'accepter la dure réalité qui fait de lui une âme « en peine » depuis déjà un bon moment. Quelle époque ? Il ne sait pas. Ce n'est plus trop son problème, à présent.

Why does my heart cry ?*

Lorsque, dans une ènieme tentative, l'esprit des sables se réveille, il grommelle et regarde tout autour de lui ; les paysages changent en fonction de ce qui le tracasse. Un jour, il a vu le Grand Désert, il a vu ses enfants, Kaya et Hassun, et eux aussi l'ont vu. Aujourd'hui, croisera-t-il le chemin d'un autre vivant ? D'un vivant qui a toute sa vie devant lui, qui a tant de choses à faire et qu'il peut facilement réparer en cas d'échec ? Ce n'est plus le cas d'Alibi. Son esprit est rongé de regrets. Malgré lui. Il décide de se balader dans ce nouveau décor qui lui est offert.

Le paysage ne ressemble pas vraiment à quelque chose qu'il aurait déjà connu par le passé. Ou plutôt, si, mais il est assez bizarre. Des couches scintillantes de sable s'éparpillent à l'horizon, là où se dressent des dunes de sable, puis des sapins enneigés. Alibi continue d'avancer, le visage impassible, se disant qu'il ne sert à rien de lutter contre les voix divines. Plus il approche, plus les couches scintillantes de sable se muent en des couches de neige aux reflets bleutés, pas moins scintillants grâce à la luminosité de la lune qui prend petit à petit place dans le paysage où se perd progressivement Alibi. La nuit tombe au bout de quelques minutes, et révèle au centre même du croisement sable et neige un petit lac, étrangement transparent, où la moindre silhouette voit immédiatement son reflet se former dans l'eau claire. Alibi s'arrête en plein chemin, perplexe. Ce paysage ressemble étrangement à la frontière Jangowa et Nordique qu'il a connus par le passé, mais sans les plateformes qui séparent les deux territoires. Seul le lac semble délimiter la zone « neigeuse » à la zone « sablée ».
Le mâle à la crinière blonde réfléchit quelques instants puis, dans un grondement sourd, s'approche du lac. Sa queue fouette furieusement l'air.

Feeling I can't fight ...*

« Génial. Un lac, du sable et de la neige. On pouvait pas faire pire en matière de paysage raté ! » grogne-t-il au lac. Le lac ne répond pas. Il s'agace encore plus. La douleur s'immisce petit à petit au niveau de son poitrail, à croire qu'une patte lui a lacéré les poumons et le cœur. Il grogne encore plus, mais cette fois-ci, c'est plus par douleur que par rage. Ses prunelles vairons parcourent la surface de l'eau, à la recherche d'un indice qui pourrait lui permettre de comprendre ce que l'on veut vraiment de lui ici. Une silhouette déformée finit par apparaître et, intrigué, Alibi se penche pour mieux la distinguer.
Au bout de quelques secondes, c'est un lionceau qui apparaît. Un lionceau sablé, petit, encore frêle et inconscient, mais dont le sourire à la fois rayonnant et malicieux laisse à comprendre qu'il est heureux. Le lionceau n'a pas encore une mèche de crinière sur la tête. Malgré cela, malgré sa jeunesse, l'enfant est heureux. Ses prunelles vairons expriment un contentement insouciant qu'Alibi ne connaîtra plus jamais de sa vie.

Poussant un soupir de désolement, le guerrier Jangowa exprime d'une voix clairement froide :

« Ce lionceau-là n'existe plus. Il est … mort. »

Le lac ne parle pas. Seul le reflet de l'eau s'agite et fait apparaître plusieurs formes déformées. A mesure que celles-ci se précisent, Alibi reconnaît ses amis d'enfance, la petite Suki, le chanceux Jenkaa, le loyal Jua, la timide Wema et tant d'autres qui se sont éloignés de lui avec le temps. Les silhouettes disparaissent. Alibi soupire une nouvelle fois, et la douleur continue de s'amplifier.
Quand il se rend compte qu'il ne les reverra plus jamais, pas même sa propre compagne, Wema, Alibi ne peut s'empêcher de se démoraliser de plus en plus. Seulement, la douleur demeure.

You're free to leave me …*

La surface de l'eau s'agite de nouveau. Deux nouvelles silhouettes déformées apparaissent. Alibi sait qu'il s'agit d'une silhouette qu'il a déjà vue précédemment, parce que la teinte des silhouettes déformées ne lui est pas inconnue. Ça se précise.
Suki et lui apparaissent. Enfants. Ils semblent rire et s'amuser comme des petits fous. Innocents. Comme des enfants. Ils se disputent la place de l'Empereur en toute amitié, alors que tous deux ignorent que ni l'un ni l'autre n'aura jamais cette place. Leurs destins ne prennent pas la même direction. Parmi toutes les femelles qui ont été les amies d'Alibi, Alibi sait qu'aucune ne rivalisera jamais avec Suki. Il y a quelque chose chez elle qui diffère des autres, il y a ce quelque chose chez elle qui apaise Alibi en même temps de lui labourer le cœur à coup de griffes invisibles. C'est une vraie guerrière rebelle. Voilà ce qui la différencie des autres demoiselles du Désert.

But just don't deceive me ...*

Alibi baisse honteusement la tête. Comment a-t-il pu ? Comment a-t-il pu la laisser partir ? Elle comptait pour lui. Mais il a préféré écouter son orgueil et ses ambitions. Maintenant, elle est loin de lui. Elle est au sein du Royaume du Nord, blottie contre son mâle Nordique.
Le simple fait de penser à ce fameux mâle du Nord agace fortement Alibi. Il serre les crocs, ses prunelles vairons lancent des éclairs au lac. Il a envie de rugir sa colère et de tuer ce Nordique qui a anéanti celle de Suki. Ce Nordique n'est qu'un putain d'imbécile. Que croyait-il gagner en emmenant une lionne du Désert dans le Nord, hein ? A part pour la tuer, Alibi ne voit pas vraiment ce que le Nordique gagnerait dans cette histoire. Il se force à souffler, à prendre sur lui pour évanouir sa colère. C'est fou. Même dans la mort, les émotions les plus vives peuvent surgir.
Après la colère, un goût amer picote la langue du guerrier. Il est complètement dégoûté. Il est furieux contre le Nordique, mais il se dit que Suki était certainement amoureuse elle aussi de lui pour accepter un tel « sacrifice » et ainsi de le rejoindre dans ses montagnes lointaines. Malgré cette évidence, Alibi ne parvient pas à s'en accoutumer. Il n'arrive pas à accepter ce fait. Qu'on lui ait arraché Suki de la sorte. Il trouve cet attachement un peu trop bizarre, pourtant, c'est son corps qui s'exprime à sa place. La douleur s'amplifie davantage au creux de son cœur. Il décide de fermer les yeux et de réfléchir au passé pour le comprendre. Assis devant le lac, le guerrier des sables semble s'apaiser, bien que ce ne soit qu'en partie le cas. Il se souvient de la frontière Nordique, de ses retrouvailles avec Suki, de la « gentillesse » de la femelle à son égard avant qu'il ne la rejette par colère. Cette colère, cette colère continue de le poursuivre. A la frontière Nordique, Alibi ne supporte pas que Suki ait abandonné les siens pour son compagnon du nord. Un sentiment de jalousie le saisit, il n'arrive pas à en définir les provenances. Les deux lions se disputent. Alibi s'en souvient et soupire profondément. Suki doit le détester, à l'heure actuelle.
La douleur continue de s'amplifier, toujours plus. Ça en devient difficilement supportable, il aimerait bien s'endormir, là, maintenant. Pour ne plus que cette douleur lui fasse souvenir de tous les regrets qui l'ont habité avant sa mort.
Il remonte le temps à quelques années en arrière, et là, la note devient un peu plus douce. Enfants, Alibi et Suki jouent ensemble, Alibi se souvient que la jeune femelle l'a frôlé et qu'il a rougi. Il a préféré l'oublier avec le temps, mais ce moment est resté gravé à tout jamais dans sa mémoire. Son cœur s'est emballé, ses joues se sont empourprées, son ventre s'est noué et il a ressenti pour la première fois un sentiment bien compliqué : l'amour. Petit, Alibi était amoureux de Suki. Que ce soit dans les ressentis ou dans son comportement, le petit Alibi n'a jamais cessé d'aimer Suki pour sa personnalité si semblable à la sienne. Les autres s'en rendaient compte, comme Jango et Akin, mais le fils de Mafunzo n'a jamais voulu se l'avouer. Il s'est contenté de jouer avec son amie et de faire taire son affection pour elle avant que l'exil ne le contraigne à partir du Clan. Il appréciait notamment Wema, mais désormais, il se rend compte que son « affection » pour Wema n'est pas semblable à celle qu'il ressent envers sa première amie d'enfance. Quand il voit Wema, malgré son sale caractère, Alibi arrive à s'apaiser devant sa bouille toute mignonne. La flamme d'ardeur qui l'habite s'atténue grâce à elle. Quand il voit Suki, celle-ci, contrairement à Wema, entretient cette flamme et le rend plus courageux et inconscient que jamais.

And please believe me when I say …

Suki ignore certainement cela et doit croire que son ami a vraiment changé. D'une certaine manière, c'est la vérité, mais Alibi l'apprécie tant qu'il n'aurait jamais daigné lui lever la patte dessus, même si elle avait commis le pire crime au monde. Leur bonne entente lui manque, malgré lui, il aimerait tout effacer et repartir à zéro avec elle. La douleur s'atténue, mais un horrible pressentiment saisit le mâle : et si elle ne le croit pas ? Et si elle le rejette ?
De toute manière … Il est mort. Pas Suki. Il ne voit pas comment il pourrait lui dire ce qu'il a sur le cœur. Et même s'il réussit à lui parler … il sait bien que Suki ne partagera jamais ses sentiments. Et il n'en a pas besoin. Wema reste sa compagne et, bien qu'il ne lui ait rarement montré – ou alors, de la pire des façons -, le guerrier des sables a appris à s'accoutumer à sa présence dans sa vie quotidienne et à l'affectionner comme il se doit.
Ce qu'il veut juste, c'est le pardon de Suki.
Ce qu'il veut juste, c'est qu'elle sache pour leur enfance. Peut-être comprendra-t-elle ? Le Jangowa n'y croit pas trop. Au moins, il aura libéré son âme.

I love you.*

La surface du lac ne montre plus aucune silhouette. Elle est redevenue la surface d'un lac normal. Alibi sent une légère brise Nordique jouer dans sa crinière. Il se tourne en direction du Nord, avant de se figer.

© 2981 12289 0

Traduction*:
 

_________________

W I S S E L
Don't Forget the Past Wissel
Don't Forget the Past Islb
Kit ©️ Dhalahi I love you
Wissel s'amuse en Teal. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t4598-w-i-s-s-e-l
Upya
Upya
MEMBRE - UPYA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1301
Localisation : Tu voudrais bien le savoir, pas vrai ?

En savoir +
MessageSujet: Re: Don't Forget the Past   Don't Forget the Past EmptyLun 16 Juil - 16:57

Don't Forget the Past 460563Sukisigna

C'était étrange... Mais Suki commençait presque à s'habituer à cette errance perpétuel. Ce n'était pas désagréable, ni même ennuyeux. Le temps s'écoulait-il seulement ? Elle n'en avait aucune idée. La seule chose qu'elle savait, c'était que son voyage, même après sa mort, n'était pas finit. Comment ? Pourquoi ? Où l'emmenait-il ? Aucune idée. Elle le savait, c'était tout.

Elle arrêta soudain sa marche aux abords d'un lac enneigé. ... A chaque fois, elle espère revoir le chaleureux Désert... Et à chaque fois, c'est le nord qui lui apparait. Un nord qui l'a pourtant tué. Elle retint un petit rire jaune. Quelle douce ironie. En longeant le lac, elle a perçoit une silhouette... Une silhouette qu'elle ne reconnait que trop bien. Ses muscles se tendent, ses oreilles se plaquent en arrière et sa mâchoire se crispe.

- Alibi.

Elle le salua froidement, ne cherchant même pas à masqué son mépris. Leur dernière rencontre fut loin d'être agréable... Alors pourquoi, de tout ceux sur lesquels elle aurait pu tomber, fallait-il qu'elle tombe sur lui ? Pendant un instant, elle songea à faire demi-tour mais dans ce lieu étrange, elle était sur de tourner en rond pour lui revenir droit dessus. Aussi ne bougea-t-elle pas. Restant face à lui, l'air digne, aussi immobile et froide qu'une statue de glace.


_________________

Avatar (c) Kiowara
Anciennement - Papy Fleck
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-lion-king-rpg.com/t7211-upya-regard-de-ciel-et-te
 
Don't Forget the Past
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Gestion du jeu & des personnages
 :: 
♦♦♦ Zone Spéciale : Retour des défunts ♦♦♦
-