Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Yetsa, Dhalahi, Shasta & Soto

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Adrian von Ziegler Law of the Jungle

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Reflets des ancêtres (HOTARU)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Ven 22 Déc 2017 - 11:36


Ahva revenait d’une patrouille le pas tranquille, prenant le temps d’apprécier les environs. Rien n’avait changé ou presque. Là où avait eu lieu l’incendie quand elle était petite, la végétation reprenait peu à peu ses droits bien que l’herbe demeurait plus sèche qu’autrefois. Une marque qui perdurerait encore longtemps. L’aube pointait le bout de nez. S’accordant un instant, la princesse observa le ciel orangé. Un spectacle plutôt réjouissant.

Sa gorge se faisant sèche, la lionne entreprit de se rendre à l’étang pour se désaltérer. Il était encore bien tôt et le lieu promettait d’être calme et réjouissant. Une fois arrivée au lieu de prédilection, Ahva s’approcha de la surface claire pour laper plusieurs gorgées d’eau. Que c’était bon. Ses oreilles pivotèrent, attentive à ce qui l’entourait. Quelqu’un était là. Elle se redressa et aperçu son cousin, Hotaru. Ces deux-là n’avaient jamais proches, uniquement liés par des liens familiaux mais se retrouvant seuls en ces lieux, Ahva ne pouvait simplement s’en aller sans lui adresser quelques mots, ç’aurait été affreusement malpoli. Depuis qu’elle était rentrée, la lionne s’évertuait à renouer les liens avec sa famille proche, se focalisant particulièrement sur ses neveux et nièces. Peut-être pouvait-elle également donné sa chance au fils de Damu. Lapant encore quelques gorgées d’eau, la lionne se résolut et alla à sa rencontre.

Arrivant à sa hauteur, elle l’interpella :

« Salut, Hota. »

Elle s’assit non loin de lui, l’observant quelques instants. Des dires du roi, Hotaru ressemblait beaucoup à son grand-père, le feu monarque Farao. Ahva quant à elle et à la surprise générale, avait beaucoup hérité de son arrière-grand-mère. Les deux cousins étaient donc liés par les gênes de leurs ancêtres. Sans passer par divers chemin, Ahva alla droit au but, attentive aux rumeurs qui circulaient.

« J’ai appris qu’Inuwa avait quitté le clan. Est-ce vrai ? »

Oh elle ne doutait pas de la véracité de l’information mais sûrement Hotaru serait à même de lui en dire plus. Ahva n’avait jamais non plus été très proche de sa cousine. A vrai dire, de toute leur fratrie, il n’y avait qu’avec Ijin que la princesse avait noué une réelle amitié durable et sincère mais cela ne l’empêchait pas d’être curieuse et de chercher à comprendre la raison qui avait pousser Inuwa à partir.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 98 Féminin
Nb de Messages : 177
Localisation : Sur le plus merveilleux royaume qui soit : Le Mien.

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Jeu 28 Déc 2017 - 2:36




Reflets des Ancêtres

Feat Ahva



Tandis que les rayons du soleil berçaient la Terre des Lions...

Levé à l'aurore, Hotaru s'était rendu, comme à son habitude, au sommet du Rocher en attendant de voir le Cercle de Lumière apparaître au lointain. Il aimait ces moments de solitude, de paix, où il pouvait savourer les spectacles de la nature à son aise, sans avoir un masque de lion désagréable à assumer, et sans qu'une présence ne lui pèse sur la conscience et ne l'agace. Il pouvait être lui, et ressentait, dans ces moments-là, une intense sérénité. Aucune mauvaise pensée ne venait le troubler, la quiétude l'envahissait, et il s'en délectait. Les lions dormaient encore, en majorité, alors il pouvait profiter sans craindre qu'on ne vienne l'importuner. Il était toujours le premier levé et le dernier couché, et si certains prenaient sans peine ce prétexte pour le taquiner sur son mauvais caractère, d'autres avaient compris qu'il valait mieux ignorer le lion à la crinière sombre. Leur simple présence parvenait parfois à l'énerver. C'était dire s'il aimait la compagnie celui-là !

Après de longues minutes de contemplation silencieuse, le mâle se redressa pour s'étirer, et une sensation de soif lui rappela qu'il avait passé une mauvaise nuit. Il avait fait de nombreux cauchemars consécutifs, se réveillant à maintes reprises... Et maintenant, il s'échappait du Rocher sans plus se souvenir de rien concernant ces scénarios inventés. Il descendit, bondissant par dessus les rochers avec l'élégance de celui dont les muscles dorment encore, et se dirigea tranquillement vers l'étang pour laper l'eau claire qu'offrait Prideland. Toujours fraîche, aux reflets bleutés captivants, elle avait su le fasciner plus d'une fois ! Et au matin, elle était encore plus belle, car se dessinaient dans son miroir d'azur, les mêmes arabesques colorées que celles du ciel, qui à cette heure, se teintait de jaune, d'orange et d'un bleu pastel qui promettait de devenir plus étincelant dans la journée.

Le liquide hydrata l'aîné de Damu et Asahi, et fit un bien fou à sa gorge sèche. Il se redressa, le regard sage et loin, et prit finalement position assise en soupirant paisiblement. Il aimait tout simplement fixer droit devant lui, comme si rien ne pouvait arriver, ou comme si, au contraire, il attendait quelqu'un ou quelque chose. Sans savoir quoi, parce que de toute manière, ça n'était pas le cas. Hotaru n'attendait ni rien ni personne. Et pourtant...


- Salut, Hota.



Face à ce timbre de voix qui ne lui était pas inconnu et qui l'interpellait, il tourna la tête, et posa son regard bleu nuit sur sa cousine, Ahva. Tous deux ne se connaissaient pas beaucoup en fin de compte, en dépit de leur lien de sang. Ils se côtoyaient, mais on ne pouvait pas dire qu'entre eux, ça avait particulièrement accroché. Ni avec elle, ni avec son frère Azaan ou sa sœur Awena d'ailleurs. En même temps, ça vous aurait étonné, n'est-ce pas ? Ses cousins s'entendaient mieux avec Ijin, qui était plus sociable et naïf que son aîné et qui captivait les autres de son âge avec ses histoires qui, selon Hotaru, étaient plutôt des contes à dormir debout. Forcément, le plus âgé de la portée était aussi le plus mâture, et donc, inévitablement, catégorisé « coincé » par ceux qui adulait son frangin. Nuru aussi était très appréciée, mais pour le grand à la crinière sombre, c'était uniquement dû à la pitié qu'inspirait sa santé fragile. L'empathie, pour Hotaru, était une qualité (qu'il possédait sans même le savoir d'ailleurs), mais la pitié n'était rien d'autre qu'un sentiment aussi humiliant qu'inutile. Ainsi, il refusait qu'on le ressente à son égard.

Après s'être demandé ce que pouvait lui vouloir Ahva, ce qui motivait sa visite de la journée alors que tous deux ne s'adressaient pas vraiment la parole de façon quotidienne autrement que pour s'échanger quelques banales politesses entre cousins, Hotaru lui répondit, sans détacher son regard d'elle et avec un signe de tête appuyé et respectueux :


- Bonjour, Princesse.



Elle vint se poser près de lui, mais à distance raisonnable. Le mâle le nota, et ce détail lui plût d'ailleurs. Il n'aimait pas qu'on le colle, même sous prétexte de famille ou Dieu sait quoi. Mais s'adresser à lui en demeurant à plusieurs mètres était également quelque chose qui pouvait l'ennuyer. Qu'est-ce qui ne l'ennuyait pas, lui, de toute manière ?


- Bien dormi, chère cousine ? , demanda-t-il poliment en levant un sourcil.



Oh, c'était sans doute de la politesse, ou une simple marque de respect, mais il s'était motivé à tenter un peu de conversation. Après tout, puisqu'elle était de parenté avec lui, il pouvait se contraindre à faire quelques efforts de sociabilité, au moins pour ça. D'autant que s'ils ne se fréquentaient que peu, mieux valait que les infimes échanges qu'ils pouvaient avoir restent cordiaux. Question d'intelligence et de bon sens. Et puis, cela n'était pas vraiment compliqué puisque des deux, Hotaru était sans doute celui qui était le plus compliqué à côtoyer.


- J'ai appris qu'Inuwa avait quitté le clan. Est-ce vrai ?



Instantanément, au simple nom d'Inuwa, le visage du mâle se ferma, et ses traits se tirèrent tandis que sa queue balayait le sol de la savane. Tics d'agacement qu'il avait toujours quand on l'évoquait. Sans même le contrôler, sa voix s'éleva légèrement alors qu'il soupira :


- Ainsi, vous êtes venue de bon matin pour aborder les sujets qui fâchent.



Au fond de sa gorge, il y avait ce grondement sourd. Il n'était bien sûr, pas dirigé vers la femelle, mais c'était aussi une caractéristique qu'il ne contrôlait pas toujours et qui s'imposait à chaque fois que son irritation se faisait sentir. Il eut un sourire cynique en ajoutant, le regard perdu dans les reflets de l'eau devant eux :


- Je vois que les rumeurs voyagent au moins plus vite qu'elle.



Il tourna à nouveau son visage vers sa cousine et répondit enfin :


- Eh bien oui. Elle s'est décidée à partir retrouver ses semblables sans doute. Et si vous voulez une preuve que son départ est définitif et qu'elle est bel et bien devenue cette sauvage que j'ai toujours vue en elle, vous n'avez qu'à regarder ma joue.



Il pencha sensiblement la tête au-dessus de son épaule, pour accompagner le geste à la parole, et acheva enfin en clamant :


- La voilà, la preuve de sa trahison.









To be continued ...


©️ Halloween














_________________
« Il n'y a rien de plus flamboyant que le pelage fauve d'un Pridelander ayant le sang pur. Sachez-le. »


Avatar ©️ Gahiji
Signature ©️
Yetsa
MERCI !


Dernière édition par Hotaru le Jeu 8 Fév 2018 - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Lun 1 Jan 2018 - 18:03


A la simple évocation du nom de sa sœur, le guerrier changea totalement d’attitude, prenant l’air agacé. Ahva avait toujours eu plus ou moins connaissance de la mauvaise entente entre Inuwa et Hotaru mais elle espérait qu’avec le temps, la situation se serait apaisé entre eux. Visiblement, elle s’était trompé. Hotaru lui répondit d’abord d’un air maussade. Malgré ses mots teintés d’agacement, Ahva releva que son cousin la vouvoyait et cela la surpris.

« Navrée mais cette nouvelle a retenu mon intention. » répondit-elle d’un haussement d’épaule avant d’ajouter : « Oh et tutoie moi, nous sommes de la même famille après tout. »

Frappé d’un rire cynique, Hotaru commenta simplement que les rumeurs voyageaient au moins plus vite que sa sœur. La princesse guerrière haussa un sourcil. Tant d’amertumes dans sa voix. Se détournant de la surface claire de l’eau, il posa son regard bleuté sur la lionne et lui expliqua enfin l’affaire. Ahva hocha de la tête. Inuwa avait donc décider de partir, « retrouver ses semblables » selon l’avis d’Hotaru. Elle tiqua à ces mots. Quels semblables ? Ses lointains parents Mositus ? Peut-être étaient-ce d’eux dont il parlait. La suite empira. Hotaru qualifia sa sœur de sauvage, chose qu’il avait toujours vu en elle, et pour appuyer ses mots, pencha sa joue vers la princesse pour y dévoiler une joue fraîchement marquée. Ahva fronça les sourcils. Elle ne faisait pas vraiment preuve de compassion à l’égard de son cousin, elle considérait même qu’il l’avait tout simplement mérité pour tout ce qu’il avait fait subir à sa sœur. Il conclut ses mots en affirmant que c’était la preuve de sa trahison. Ahva soupira.

« Ce n’est pas une trahison Inuwa a fait son choix, c’est tout. Certains d’entre nous sont davantage attiré spar le voyage et la découverte de nouveaux horizons, d’autant plus quand on est mal accueilli dans son propre chez soi. Je comprends son choix ainsi que son geste. »

Elle dardait son cousin d’un regard puissant.

« Vois la vérité en face, Hotaru. Tu l’as toujours méprisé et humilié. A force de frapper le petit animal, celui-ci fini par montrer les crocs. Je trouve qu’elle a bien été patiente avec toi. »

Ahva n’avait jamais porté Hotaru dans son cœur, c’était un fait et elle ne s’en cachait pas. Pour autant, il demeurait un membre de sa famille aussi n’avait-elle jamais fermé le dialogue mais s’il cherchait de la compassion de sa part, c’était peine perdue. Elle soupira, cherchant à comprendre les songes de son cousin bien que cela lui demeurait difficile à concevoir. Elle finit par lui demander d’une voix calme :

« Pourquoi l’as-tu toujours détesté ? »

Elle n’avait jamais réellement compris les raisons de cette colère devenue haine au fils des années. Les frères et sœurs étaient censés s’aimer et se protéger. Certes les disputes pouvaient les écorchés mais ils finissaient toujours par se rabibocher car leur amour était plus fort que cette colère fugace. Pourquoi eux ne l’avaient-il jamais pu ?

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 98 Féminin
Nb de Messages : 177
Localisation : Sur le plus merveilleux royaume qui soit : Le Mien.

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Sam 13 Jan 2018 - 0:12




Reflets des Ancêtres

Feat Ahva


Deux fauves face à l'étang, que rien ne reliait excepté un lien de sang. Mais ils étaient si différents... Qui aurait pu deviner qu'ils étaient cousins pourtant... ?

Ahva sembla, de prime abord, presque désintéressée de la situation. Hotaru ne lui en voulait pas d'aborder le sujet, du moins pas directement, mais il en avait surtout marre qu'on vienne lui parler seulement pour aborder la chose. Qui donc, aujourd'hui, l'approchait pour le connaître ? On avait plus que le nom d'Inuwa à la bouche, et lui alors ? Il était l'aîné, et il était toujours transparent. Qu'on aime pas son caractère, il pourrait s'y accommoder, et il le comprenait, mais qu'on ne parle toujours que de la même chose alors que sa haine envers sa frangine n'était plus un secret pour personne, c'en était limite de la provocation.


- V-Vous... Vous tutoyer ?



Il arqua un sourcil, perplexe. Lui ? Tutoyer un emblème royal ? Vraiment ? Il hésitait entre trouver l'idée stupide ou la saluer. Finalement, suite à la justification de la fille de Kumpa qui s'expliqua en employant leur lien de parenté, il eut un sourire un peu narquois :


- Hum, nous sommes de la même famille, certes, mais nous n'en sommes pas proches pour autant. Vous n'avez tous qu'Inuwa aux babines, et, Princesse, sans vouloir vous offenser, je pense que le vouvoiement est plus approprié si vous souhaitez poursuivre en parlant d'elle. Ce sera, au moins, la preuve que bien qu'énervé, je vous respecte encore.



Il regarda à nouveau devant lui, sans perdre son rictus légèrement forcé. Oh oui, il voulait sourire, mais plutôt d'un air un peu triste, mélancolique peut-être. Il prenait conscience qu'il ne vivait pour les autres qu'au travers de cette relation avec celle devenue voyageuse. Finalement quand on parlait d'Hotaru, la première chose qu'on disait, c'était qu'il était désagréable (ce qui n'était pas faux, il le reconnaissait lui-même), et qu'il n'était qu'un tortionnaire parce qu'oh la la ! Il fallait voir comment il traitait sa sœur ! Vous rendez-vous compte ?


- Tche.



Ahva venait de terminer sa tirade sur le fait qu'Inuwa avait pris sa décision, et ce petit mot de quatre lettres fut la seule réponse qu'Hotaru lui donna. S'il s'étendait sur le sujet, il deviendrait très méchant, aussi se contentait-il de fournir une réponse qui n'en était pas une. Sans tourner la tête vers elle, il accentua son sourire, qu'on devinait pas uniquement cynique, un instant, avant de reprendre son sérieux. Il la considéra en déplaçant seulement ses prunelles bleues pour les poser dans les siens :


- Ne vous méprenez pas, je n'ai rien contre vous, mais il me semble que les relations que j'entretiens me concernent. Et vous savez, chère cousine, si j'étais vous, je ne m'aventurerais pas plus loin sur ce sujet. Ce n'est qu'un conseil, vous ferez bien ce que vous voulez, mais ne vous étonnez pas ensuite d'en venir à me haïr. Je vous aurai prévenu.



Elle était mise en garde au moins. Il pouvait maintenant retourner à sa contemplation de l'horizon un moment, comme s'il le captivait alors qu'il était agacé à présent. Il voulait soupirer, s'énerver, marcher en long, en large et en travers sans même forcément comprendre pourquoi une telle rage le saisissait aussi soudainement. Puis, il y songea un peu. Ce n'était pas si soudain finalement. Cette rage, il l'avait depuis son plus jeune âge. Il l'avait refrénée c'est tout. Voilà pourquoi elle surgissait aussi vite parfois...


- Ah ! Comme je vois, j'ai toujours le rôle du bourreau, pas vrai ? Puis-je savoir pourquoi, dans ce cas, vous vous risquez à approcher votre « cousin » ? Pour mieux me faire comprendre à quel point vous ne m'estimez pas ?



Il ne se plaignait pas, il ne faisait que poser une question, qu'énoncer des faits. Il ne cherchait de compassion de personne. Il savait que si personne n'aimait l'approcher, et qu'il en était lui-même venu à ne vouloir approcher personne, c'était uniquement parce qu'il représentait le problème. Mais à quoi bon larmoyer ? Cela n'aurait rien changé. Il s'était adapté, rien de plus. Dans sa voix, il y avait ce timbre un peu moqueur, mais vrai. Faussement moqueur. Il était soulagé au moins, même si sa gorge était sèche, sa voix ne s'était pas cassée. Cependant, lors qu'Ahva lui demanda la raison de cette haine, il devint plus taciturne encore qu'à l'accoutumée.


- Je n'en sais rien.



C'est tout ce qu'il avait grommelé, la tête rentrée dans les épaules et à demi-mots. C'était malgré lui. Parfois, lui aussi, il se demandait pourquoi. Mais la réponse à la question, s'il l'avait, pensaient-ils vraiment, les autres, qu'il aurait poursuivi dans cette voie ? Alors ils le voyaient vraiment aussi mal ? Eh bien... Cela ne le blessait même plus pour tout dire. Tout ce qu'il savait, c'était qu'Inuwa l'insupportait. Il ne s'expliquait pas pourquoi. Cette naïveté... Cette stupidité... Cette insouciance. Comme si tout était simple, beau et doux. Mais dans la savane, rien ne l'était, et s'il avait tenté de la mettre en garde, en vain, elle allait bien finir par l'apprendre à ses dépens.


- Inutile de vouloir jouer les médiatrices. Elle est partie de toute façon, donc si vous souhaitiez arranger les choses, j'ai le « regret » de vous dire qu'il est un peu tard !



Tout, dans sa voix, sonnait un peu faux. Il y avait cette rancœur qu'on sentait, et cette envie qu'il avait de ne pas répondre et s'en aller. Pourtant il répondait, et il restait. Mais pourquoi diable est-ce qu'il restait ?







To be continued ...


©️ Halloween



_________________
« Il n'y a rien de plus flamboyant que le pelage fauve d'un Pridelander ayant le sang pur. Sachez-le. »


Avatar ©️ Gahiji
Signature ©️
Yetsa
MERCI !


Dernière édition par Hotaru le Jeu 8 Fév 2018 - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Mar 23 Jan 2018 - 12:20


A la demande de la princesse de la tutoyer, Hotaru eut un sourire narquois. Hmm, elle ignorait qu’il y avait matière à rire mais en entendant les mots du lion, elle comprit mieux son raisonnement. Finalement, lui aussi n’avait qu’Inuwa aux babines mais sûrement était-il orgueilleux pour le remarquer.

« Comme tu voudras. » répondit-elle d’un haussement d’épaule.

Le sujet revenant bien vite à la sœur du guerrier, celui-ci argua que ses relations ne concernaient que lui et menaca presque Ahva de ne pas trop s’aventurer sur ce sujet. Elle fronça légèrement les sourcils. Elle n’aimait guère être bridée, Ahva avait toujours fait ce qu’elle avait envie de faire et si elle souhaitait parler d’Inuwa alors elle parlerait d’elle. Elle était bien trop curieuse pour lâcher l’affaire.

« En venir à te haïr ? Non, je ne pense pas. Je ne dédie ma haine qu’à mes véritables ennemis et à ce que je sache, tu n’en es pas un. Cela ne nous empêche pas pour autant d’avoir des différends. »

Elle accentua ses derniers mots d’un léger sourire narquois. Ahva et Hotaru n’avaient jamais été de grands amis, c’était un fait connu mais pour autant ils ne se détestaient pas. Malgré sa désapprobation, elle avait toujours été intrigué par ce point de vue si radical mais elle n’avait jamais su le comprendre. Leurs idées étaient trop différentes.

Hotaru semblait agacé, c'était palpable malgré sa contemplation silencieuse. Ahva ne pipa mot, laissant le temps au lion de reprendre ses esprits. De toute façon elle n’arriverait pas à le calmer alors autant attendre. Finalement, il sembla reprendre ses esprits. Enfin le croyait-elle. Hotaru explosa, s’indignant d’avoir toujours été considéré comme le bourreau et s’attaqua à Ahva. Du moins le prenait-elle de la sorte mais, étonnamment, elle garda son calme. Ahva avait eu sa dose de haine et d’aigreur.

« Je ne t’estime pas beaucoup, c’est vrai. Tu es colérique, orgueilleux et raciste. Je n’ai jamais compris et ne comprendrai probablement jamais ta haine pour Inuwa. Pour autant tu es son bourreau, pas le mien. Je ne crains rien de toi. »

Une franchise presque brutale mais Ahva n’empruntait jamais quatre chemins. Hotaru avait une haine de sa sœur mais au moins avait-il toujours été fidèle à la couronne, il ne ferait jamais de mal à la princesse. C’était traîtrise et ça, il ne se le permettrait pas. Certains lions auraient probablement craint la colère du guerrier mais pas elle. Ahva était une forte tête, elle était difficile à intimider et puis, peut-être qu’aujourd’hui elle obtiendrait la réponse à sa fameuse question, l’origine de cette haine.

Pourtant, la réponse du lion la surprit. Il n’en savait rien, disait-il. Tiens donc, c’était fort décevant. Une colère si forte n’était pas sans origine, surtout si elle perdurait depuis la naissance. La lionne avait-elle un seul souvenir de ses cousins jouant ensemble ? Non, aucun. Cette fissure avait toujours été là sans qu’elle ne puisse à l’expliquer. Personne d’ailleurs. Inuwa le savait-elle au moins ?

Retrouvant du poil de la bête, il lui reproche un rôle de médiatrice. Ahva roula des yeux, presque amusée. Oh elle n’était le vassal de personne et n’espérait en rien réconcilier le frère et la sœur, c’était peine perdue.

« Oh je ne cherche rien à arranger, c’est entre toi et elle. Moi je ne cherche qu’à comprendre. » Elle sourit brièvement avant de reprendre, le ton plus inquisiteur : « Toi n’as-tu jamais eu le regret de ne pas avoir arranger les choses ? Enfin, elle est partie maintenant c’est un peu tard mais ça ne te fait rien, pas une once de culpabilité ? »

Hotaru avait été odieux avec sa benjamine, il ne pouvait nier cela. C’était cette haine entre fratrie qui surprenait le plus Ahva. Les frères et sœurs devaient se serrer les coudes, pas se mettre des bâtons dans les roues. Pourquoi Hotaru échappait à la règle ?


_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 98 Féminin
Nb de Messages : 177
Localisation : Sur le plus merveilleux royaume qui soit : Le Mien.

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Dim 28 Jan 2018 - 15:25




Reflets des Ancêtres

Feat Ahva


Incompréhensible...

Ahva correspondait plutôt bien à l'image qu'on lui avait toujours donnée. Hotaru le constatait au fur et à mesure de leur conversation, et cela ne faisait que mettre plus en lumière encore le fait que tous deux ne deviendraient jamais les plus grands amis du monde. D'ailleurs, s'ils n'avaient pas été cousins, sans doute que le mâle lui aurait parlé au détour d'un rocher, quelques minutes, avant de s'en aller et de ne plus jamais la revoir. L'un et l'autre ne se connaissaient pas vraiment finalement. Leur relation de cousins était platonique, sans complicité, sans vie. Ahva était très occupée ailleurs, certainement, avec tous les fauves qui l'admiraient, et Hotaru... Hotaru lui, il était toujours à rôder sans faire grand chose d'autre que surveiller les frontières, même s'il n'était pas formé pour ça. C'était un passe-temps, de défendre Prideland, qu'il s'était toujours donné. Et puis, s'il pouvait fuir le plus de Mositus possible... Il n'allait pas s'en priver !

La princesse sembla surprise lorsqu'elle comprit que le fauve avait émis l'idée d'une haine qu'elle pourrait avoir envers lui à l'avenir. Elle faisait preuve d'une certaine sagesse lorsqu'elle certifiait ne vouer ses mauvais sentiments qu'à ceux qu'elle désignait comme ses véritables ennemis. Certes, l'aîné de la portée de Damu et Asahi savait bien que parler de haine était un bien grand mot, mais une rancœur pouvait bien se développer entre eux si elle continuait à traiter du sujet. Sa sœur était partie, alors pourquoi diable fallait-il encore n'avoir que son horrible nom sur les babines ? Qu'ils l'oublient tous, tiens ! La chose n'avait pas été si dure à faire avec lui non ? Alors pourquoi est-ce qu'avec elle c'était si dur ? Hum ?


- Ah, des différends ? Mais à qui le dîtes-vous !



Cette exclamation n'était pas faite sur un ton arrogant ou insolent, mais sur un ton plutôt cynique, un peu rieur. Quand on savait à quel point lui et sa chère cousine étaient l'équivalent du jour et de la nuit, on pouvait aisément deviner combien de similitudes ils avaient. Presque aucune. Leur raisonnement ne serait jamais le même. Mais la variété, n'était-ce pas ce qui faisait la richesse d'un royaume après tout ?

Lors qu'Ahva lui confirma ne pas vraiment l'estimer, il ne perdit pas son sourire. Pourtant, quelque part, il se sentait blessé, et il s'en voulait de l'être. Je sais oui, que beaucoup diront que c'était sa faute, et qu'il avait cherché à ce que personne ne l'apprécie vraiment, et s'il s'en fichait à présent, il y avait toujours cette part de lui qui disait le contraire... Mais comment devait-on gérer, seul, une colère dont nous-même ne pouvions comprendre l'origine ? Lui-même ne savait pas ce qui l'avait fait devenir le lion qu'il était. La situation était complexe. Très complexe. Enfermé dans une tension permanente, le fauve s'était lui-même isolé et aveuglé. Quand bien même, une famille n'était-elle pas censée s'entraider ? Laissons de côté le fait qu'Hotaru rejette encore sa mère et sa sœur, qui ne font pour lui, plus partie de la sienne. Il avait toujours porté secours à Ijin et Nuru. Toujours. Sans faiblir, et même quand ils semblaient n'avoir besoin de rien. Et durant les tous premiers mois de sa vie, il avait joué avec Inuwa comme il aurait toujours dû le faire. C'était après que tout s'était dégradé.


- Vous ne m'estimez pas, alors pourquoi venir me parler ? Pour entretenir une fausse relation entre cousins ? Parce que ça fait bien de voir un membre de la couronne proche de sa famille ? Si c'est pour lustrer votre image, alors je suis fier de ne pas être un hypocrite avec ma « très chère sœur ». Je ne lui ai peut-être pas appris beaucoup de choses, mais les leçons que je lui ai données, je suis au moins sûr qu'elles vont lui servir.



Même s'il on peut penser qu'il se montrait méchant, il ne l'était pas. Il était franc, comme elle finalement, et ses questions étaient posées sur le ton de celui qui cherche à comprendre, pas sur le ton de celui qui agresse. S'il s'était permis de ne pas chercher plus longtemps comment les formuler, c'était bien parce qu'ils étaient seuls. Sinon, il aurait fait comprendre à Ahva qu'il s'interrogeait avec plus de tact. Là, personne ne risquait d'être choqué par la tournure de ses phrases, sinon elle. Et si elle l'était, alors elle ne ferait que descendre davantage dans son estime. Estime qui de toute façon, sur Prideland, ne valait pas grand-chose me direz-vous.

La princesse lui avait demandé s'il ne ressentait pas de culpabilité vis-à-vis de la situation avec sa frangine partie en voyage. Le mâle fut tenté de répondre un « non » vif et catégorique, mais quelque chose lui fit prendre le temps de la réflexion. Il se mura dans un silence lourd, regardant l'horizon comme s'il en cherchait la réponse, et prit le temps de se demander si la voir revenir au loin, maintenant, lui ferait quelque chose. Mais la douleur de leur dernière altercation, et la marque qu'elle lui laissait sur la joue revinrent dans ses souvenirs.


- De la culpabilité, j'en ai eue. Mais je l'ai affrontée seul. Dans la vie, nous sommes toujours seuls, Princesse. Vous voulez la vérité ? La voilà la vérité : nous sommes nés, même si ce fut le même jour, seuls. L'un après l'autre. Nous avons du souffrir de passer d'un état liquide et chaud à un environnement empli d'air et frais. Nous avons subi la première inspiration, la plus douloureuse de toutes les respirations. Et ensuite, si entre elle et moi au début, tout allait bien, la chose s'est dégradée. Je n'ai jamais su pourquoi. Je me suis comporté avec elle comme vous tous m'avez connu en sa compagnie. Vous le savez. Je ne m'en empêchais pas, mais après, je regrettais. Pensiez-vous que j'étais fier ? Qu'aucun sentiment amer ne venait me tourmenter ensuite ? Ah ! Vous aviez tort si tel était le cas.



Il se tût un instant, mais reprit vite la parole pour qu'elle ne s'exprime pas encore. Il n'avait pas terminé.


- Maintenant, de deux choses l'une : il m'est impossible de remonter le temps, et quand bien je le ferais, je ne changerais pas mon attitude. Si j'ai agi de la sorte, je l'aurais fait de toute façon. Sinon, les regrets ne seraient pas. Ensuite, elle est partie. Et le jour de son départ fut celui de l'enterrement de notre lien. Elle et moi, ça n'a jamais été, et ça ne sera jamais. C'est terminé. Et de la culpabilité, ou des regrets, depuis ce jour-là, je n'en éprouve plus.



Se sentait-elle coupable, elle, de lui avoir entaillé la joue ? Non. Hotaru s'en était sans cesse voulu après chaque mauvais traitement qu'il lui infligeait, d'être aussi mesquin et mauvais, mais le jour où elle l'avait giflé, elle lui avait montré que la plus méprisable et inoffensive des victimes était capable de devenir la plus sauvage et meurtrière des créatures. Alors pourquoi aurait-il des regrets ? Et de la culpabilité ? Non. Il avait enfoui tout ça. Peut-être était-ce cela qui le rendait aussi taciturne et amer ?

Il eut un sourire faible, un peu lointain :


- Le Cycle de La Vie fait bien les choses. Elle est à sa place maintenant. (il regarda Ahva avec conviction) Et moi à la mienne.
acheva-t-il sur un ton sec comme pour affirmer son serment de ne jamais quitter Prideland.








To be continued ...


©️ Halloween



_________________
« Il n'y a rien de plus flamboyant que le pelage fauve d'un Pridelander ayant le sang pur. Sachez-le. »


Avatar ©️ Gahiji
Signature ©️
Yetsa
MERCI !


Dernière édition par Hotaru le Jeu 8 Fév 2018 - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Sam 3 Fév 2018 - 17:06


Ahva avait été la première à tendre le bâton et pourtant, elle ne s’était pas attendu à un retour si violent. La princesse n’était pas une lionne susceptible mais son tempérament lui était volcanique et son sang ne tardait jamais à monter en pression. Elle se sentait insulter par les paroles du lion mais rien de son faciès ne semblait exprimait une quelconque hargne, Hotaru n’était pas dans le conflit mais dans la sincérité, tout comme elle. Néanmoins, Ahva ne put s’empêcher de rectifier ses propos :

« Que les choses soient claires Hotaru, je ne cherche pas à lustrer mon image et même si tel était le cas, crois-tu vraiment que tu serais le lion adéquat pour cela ? Non. Ce n’est que politesse, je n’allais pas te tourner le dos alors que sommes seuls ici. »

Elle souffla. Sa queue s’agita quelques instants, signe d’agacement, puis la princesse calma ses ardeurs. Elle était venue lui parler en connaissance de cause, elle savait que supporter son cousin lui était difficile mais pourtant, elle s’était présentée armée d’un drapeau blanc. Ils avaient su tenir quelques minutes sans grogner, cela pouvait bien encore durer.

Un léger silence entoura les deux descendants de Farao. Ahva songeait à ce qu’elle était véritablement venu chercher en s’adressant à son cousin tandis que ce dernier regardait l’horizon, lui aussi en proie à une réflexion dont elle ignorait la teneur. Trouvant le premier réponse à ses questions, Hotaru répondit à la précédente interrogation de la lionne et se confia avec une sincérité qui surprit la princesse. Il avait donc eu des regrets. Elle bascula son regard vers le lion, l’observant tandis que ses confessions croulaient. Est-ce qu’un cœur se cacherait sous son épaisse peau ? Elle y cru quelques instants mais tandis qu’Hotaru évoquait l’hypothèse de remonter le temps, il décréta qu’il ne changerait rien à ses agissements et pour marquer le tout, il ajouta que le départ de sa sœur avait marqué la fin définitive de tout lien les unissant. Hmm, quel lien au juste ? Il ne lui avait jamais rien apporté de bon, l’abaissant sans cesse six pattes sous terre et la traitant comme une moins que rien. Ahva elle regrettait une chose, de ne pas être venue en aide à sa cousine.

Dans un bref sourire, Hotaru conclu ses mots en ce que le Cycle de la vie faisait bien les choses et que tous deux étaient désormais à leur place. Elle soupira.

« Si tu le dis. »

Ahva haussa brièvement des épaules et observa la surface de l’eau. Était-ce vraiment de cette façon que les choses allaient se finir ? Ce n’était pas juste selon elle. Hotaru avait participé au départ de sa sœur. Certes cette décision avait été la sienne mais oh… Ahva se perdait dans tout cela. D’un air las, elle reprit :

« Je crois que je ne vous comprendrai jamais. Notre vision des choses est à des années lumières l’une de l’autre… » Les tensions entre frères et sœurs n’étaient pas anodines mais tout cela était aller beaucoup trop loin à son goût. « Je trouve ça dommage, c’est tout. »

Le sujet Inuwa semblait être clos, la princesse avait une fois de plus essayer de comprendre mais en ressortait bredouille. Enfin, pas totalement, certaines avaient été éclairées mais cette relation demeurait toujours un mystère. Le Soleil s’élevant davantage dans le ciel, ses rayons surplombèrent les arbres environnants l’étang pour venir trouver les deux lions. La chaleur des rayons solaires était un doux nectar dont Ahva s’enivrait avec joie. La lionne se coucha posément face au soleil, les yeux à demi-clos tandis que son visage se réchauffait.

Elle se remémora les dernières paroles du lion et lui demanda, curieuse :

« Et ta place, quelle est telle ? »


_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 98 Féminin
Nb de Messages : 177
Localisation : Sur le plus merveilleux royaume qui soit : Le Mien.

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Jeu 8 Fév 2018 - 19:16




Reflets des Ancêtres

Feat Ahva


Il fallait croire que la sincérité ne s'accompagnait pas de tact dans cette famille...


Les propos du fauve semblèrent trouver un certain écho quelque part en Ahva, puisqu'elle se sentit comme investie d'une mission de correction vis-à-vis de ce qu'il disait. Le mâle eut un sourire ironique, et se décida à faire part à la princesse de son défaut d'interprétation de ses paroles :


- Justement, c'est bien parce que je suis un lion désagréable que voir la Princesse en compagnie d'un personnage si peu fréquentable est admirable. Et c'est en cela que ça peut lustrer une image. Et, sans doute que j'aurais préféré que vous m'ignoriez plutôt que de venir me parler de cette lionne qui n'existe plus.



Ou alors, qu'elle lui dise juste bonjour aurait suffit. Hotaru avait une nette préférence pour qu'on l'ignore au lieu de parler d'Inuwa. Même quand elle n'était plus là, il n'y en avait que pour elle, c'était d'une folie incroyable ! Et ça le sidérait. Elle était partie, ils n'avaient qu'à l'oublier tous. Mais non, c'était à croire qu'ils voulaient savoir où et pour y faire quoi. Et puis, ils savaient tous bien quels étaient les rapports entre lui et elle, alors pourquoi penser à tord qu'il pourrait répondre à leurs questions ?

Loin de là l'envie de mettre des tensions entre lui et sa cousine, Hotaru demeurait d'un calme presque imperturbable alors que dans son esprit, un vent de chaos était en train de ravager le peu de réflexion qu'il pouvait encore avoir. On aurait pu croire que rien ne l'aurait ébranlé maintenant. C'était à l'opposé parfait de ce qu'il pouvait se passer dans sa tête. Là, il n'y avait plus rien que désolation. Il détestait qu'on parle d'elle. Vraiment. Et si Ahva n'avait pas été sa cousine, et une personnalité importante, il l'aurait déjà envoyée paître de bien honteuse façon. S'il ne le faisait pas, c'était d'abord par respect, puis pour lui rendre sa politesse d'être venue le saluer, et enfin parce qu'il était assez intelligent pour ne pas créer de mauvaise relation alors que ç'aurait été inutile. Surtout sur un sujet aussi trivial.

Lorsque la lionne lui avoua trouver cela dommage, Hotaru eut un soupir presque imperceptible et rétorqua dans une expiration qui vidait ses poumons :


- Moi aussi.



Mais on ne peut rien y faire. C'était ce qu'il avait envie d'ajouter, mais il savait qu'elle allait le contredire, alors il se tût simplement. Après tout, c'était sans doute mieux ainsi. Qu'il garde le silence ne pourrait pas lui porter préjudice.

Il regarda d'un œil la lionne s'allonger non loin de lui. Après quelques secondes de rien, elle lui demanda où était sa place. Il fut un peu pris au dépourvu, même s'il n'en montra rien, se contentant éternellement de regarder au loin, tout en demeurant dans une tranquillité olympienne. Il répliqua simplement, sur un ton neutre :


- Ma place n'est pas clairement définie. Elle est sur Prideland, rien de plus. J'y suis né, c'est pour y rester, et y mourir. Entre ces deux étapes, il ne se passera pas grand-chose, et si j'ai franchi la première, je n'attends plus que la deuxième.



Il leva un instant la tête pour regarder le ciel. Mais à quoi pensait-il ? Farao ? Ses ancêtres qui faisaient de lui ce lion aux affreuses origines ? C'était comme s'il pensait à tout et rien à la fois. Comme si son esprit était à la fois tourmenté de mille et une choses et comme s'il était vide dans le même temps. Lui même ne savait plus. Il se disait juste que ce monde n'avait pas vraiment de place pour lui, ou que lui n'était pas fait pour en trouver une qui lui aille. Ce monde lui offrait juste cet abri qu'était Prideland, et qu'il devait garder. Ensuite, il partirait à son tour. Il se considérait un peu comme une ombre, comme la nuit, qui ne fait que passer sans qu'on s'en aperçoive. On ne le voit pas tomber, ni s'en aller. Une ombre qui, un peu comme la nuit, plus ou moins sombre, s'éclairait parfois. Mais toujours cette ombre qui passe, calmement. Il ne s'en plaignait pas. Il était très serein. Il était en paix.


- C'est tout.



Il expira une nouvelle fois, comme empli d'une quiétude irrationnelle, et demeura silencieux. Personne ne pouvait le comprendre. Lui-même parfois, ne comprenait pas. Alors il ne faisait que s'enliser chaque jour un peu plus à l'écart des autres, et de ce monde qui avançait sans qu'on lui demande son avis. Au moins cela lui permettait de songer... Que certains meurent ou s'ignorent, que certains pleurent ou rient, souffrent ou éclatent d'euphorie, le Cercle de Lumière s'en moquait. Il se coucherait encore ce soir, et se lèverait toujours le lendemain matin, sans pleurer pour qui que ce soit, et sans faire quoi que ce soit de plus que ce à quoi il était destiné. Et ainsi de suite. La vie se faisait sans rien. Tout lui sembla futile tout à coup. Même cette conversation. Cependant, après de longues minutes de silence, il poursuivit, sans même regarder la jeune lionne qui profitait du soleil :


- J'imagine que pour vous, la place est toute faite. Vous allez épauler votre sœur, et votre frère, dans les grandes affaires comme dans les personnelles. Voilà qui doit représenter bien du travail, n'est-ce pas ?



Il se demandait pourquoi elle était venue perdre son temps à lui parler. Elle devait être occupée, alors pourquoi, au lieu de simplement le saluer, tenait-elle à entretenir cette conversation ? Les interrogations allaient bon train dans la tête du lion.







To be continued ...


©️ Halloween



_________________
« Il n'y a rien de plus flamboyant que le pelage fauve d'un Pridelander ayant le sang pur. Sachez-le. »


Avatar ©️ Gahiji
Signature ©️
Yetsa
MERCI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Ven 16 Fév 2018 - 9:44


A sa correction, Hotaru ajouta qu’il aurait préféré qu’elle l’ignore plutôt qu’elle vienne lui parler de sa sœur. Ahva agita sa queue d’un geste d’agacement mais ne relança pas, préférant passer à autre chose avant que ça ne s’envenime. Elle n’avait pas la tête à se chiffonner avec qui que ce soit, pas même Hotaru. Pourtant à son étonnement, le mâle doré clôtura le sujet en confiant que lui aussi trouvait cela dommage. Oui décidemment elle ne comprenait rien à leur relation.

Lorsqu’elle l’interrogea sur sa place dans le Cycle de la vie, sa réponse la déçu. Ahva ne portait pas son cousin dans son cœur, ce n’était pas un secret mais elle s’était attendu à plus de conviction de sa part. Naître pour attendre patiemment la mort ? C’était triste et profondément vide.

« C’est tout. »
« Vraiment ? Juste ça ? Je m’attendais à plus de ta part. Tu n’as donc aucune ambition, aucun rêve qui te tient à cœur ? »

Hotaru était fier de ses origines Pridelanders, plus que nul autre aussi s’attendait-elle à ce qu’il lui confie mener toute sa vie un combat pour cette cause, protéger les frontières de toute intrusion ou bien même s’évertuer à transmettre cet amour du pays aux nouvelles générations pour en former de fervents partisans.

Après quelques instants de silence où Hotaru semblait plongé dans ses songes, il retourna sa propre question à la princesse ou plutôt s’imagina la réponse. Un sourire mua sur ses babines.

« Je ne suis pas une lionne de politique. Azaan est bien plus porté vers les réflexions et la sagesse, de notre trio il a toujours été celui qui s’évertuait à trouver les meilleures solutions. Moi je fonce, Awena agit pour son peuple et Azaan conseille. J’ignore encore quelle sera ma place dans tout ça. Evidemment je soutiendrai ma sœur corps et âme mais je ne pourrais me contenter d’une vie sage au rocher comme mes aïeux. »

Ce n’était pas son chemin, ça ne l’avait jamais été. Ahva aimait sa famille plus que tout mais elle ne pouvait taire ses envies. La politique l’avait toujours profondément ennuyé et bien que malgré elle la lionne ait été contrainte d’y poser les pattes, elle ne s’y laisserait pas couler. Elle serait toujours là pour épauler sa sœur et répondre à ses appels mais Ahva avait ce défaut d’écouter son cœur plutôt que sa raison, quitte à agir de manière irréfléchie. Elle était trop impulsive. Ses récentes discussions avec autrui, notamment Sekhmet, avait réveillé en elle cette vieille passion de l’aventure. Ahva était tout le contraire d’Hotaru, elle était née sur Prideland et y mourrait certainement mais sa vie ne se cantonnerait pas à ces frontières. Elle voulait en voir davantage, s’enrichir de connaissance qu’elle ne pourrait acquérir en restant ici. Sa vie ne se résumerait pas à naître pour attendre la mort, elle laisserait son empreinte.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 98 Féminin
Nb de Messages : 177
Localisation : Sur le plus merveilleux royaume qui soit : Le Mien.

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Sam 3 Mar 2018 - 14:53




Reflets des Ancêtres

Feat Ahva


Le discours d'Hotaru était direct, c'était le moins que l'on puisse dire.


D'ailleurs, il sembla si cru qu'il en laissa Ahva surprise. Hotaru avait beaucoup de prestance, mais derrière ses précédents mots demeuraient un vide presque inquiétant. Né pour attendre la mort ? Vraiment ?


- Je suis mort aux yeux du clan. Que puis-je faire d'autre que d'attendre de l'être complètement à présent ?



Comme toujours, son ton était indifférent. Face à tout ça, il restait étonnement calme et immobile, presque détaché. Mesurait-il vraiment ce qu'il disait ? L'ampleur que ses termes pouvait prendre ? On sentait que oui pourtant. Le mâle avait toujours été un excellent orateur, tout comme son père d'ailleurs, donc on ne pouvait penser que ses adages aient été choisis par hasard ou sur le compte d'une maladresse. Il savait très bien ce qu'il disait, néanmoins, le fait qu'Ahva rebondisse sur ses affirmations le déstabilisa un peu. D'autant qu'elle le faisait en l'interrogeant sur ses ambitions, ou un... Rêve ? Ses questions le poussèrent à plonger une nouvelle fois son regard bleu dans le lointain, le temps d'une infime réflexion, en soufflant :


- Un rêve hein... ?



C'était un peu comme s'il découvrait le concept, voire l'existence du mot. Pourquoi tout le monde se sentait-il obligé de poursuivre des chimères ? Parce que c'était ce qui les faisait avancer ? Mais quel rêve pouvait avoir une personnalité comme la sienne ? Il était peut-être trop terre-à-terre pour vivre d'illusions, même s'il devait reconnaître qu'Ijin, qui était carrément son opposé dans le domaine, était pourvu d'une auréole magnifique. C'était beau de voir son jeune frère raconter des histoires, se perdre dans des contes qu'on idolâtrait, rassembler des foules juste par le pouvoir de ses mots, et croire qu'il deviendrait Gardien. Il était beau de voir un jeune lion comme Ijin croire à des choses pareilles, c'était vrai. Hotaru à côté de lui était bien terne. Taciturne, à ne pas vouloir perdre son temps à s'inventer des fables ridicules. Quitte à parler de quelque chose, autant évoquer les faits concrets, la dure réalité. Les récits imaginaires aux personnages rayonnants n'éteindraient jamais la menace d'autres dangers comme les Nyeusis l'avaient été.


- Non. Non je ne vois pas. Moi je ne vis pas de rêves, Princesse. Je vis de rancune.



Beaucoup lui avaient déjà fait la remarque acerbe que si c'était pour exister dans une réalité aussi sombre et en devenir aussi désagréable, ils préféraient de loin se murer dans leurs illusions. Phrase qui faisait toujours rire Hotaru. Il les enviait parfois d'être aussi naïfs... Mais ne l'était-il pas lui, à penser qu'il fallait toujours rester aussi pragmatique ? Hotaru était un personnage mystérieux, cynique, qui faisait se poser beaucoup de questions...


- Quel rêve pourrais-je bien avoir, hm ?



Puisqu'elle semblait s'y connaître, ou faire partie de la majorité d'êtres vivants qui se construisaient autour d'objectifs à atteindre, il s'attendait peut-être à ce qu'elle l'éclaircisse un peu sur le sujet. Des rêves hein... Mais quel genre ? Pourrait-il accepter de se laisser bercer par ce qu'il savait ne pas être concret ? Accepter de se laisser envahir par une idée, sans qu'elle n'ait quoi que ce soit de réalisé, ou de réalisable, qui lui permette de l'apprécier à sa juste valeur ? Ou à ce que lui considérait comme une juste valeur peut-être...

Suite à la réponse d'Ahva, Hotaru lui lança un regard interrogateur.


- Oh ? Tiens donc, vous me surprenez. Vous allez les abandonner alors, et quitter Prideland, vous aussi ?



Il eut un sourire à la fois narquois, amusé et nostalgique, et répliqua sur ce même ton emprunt de ces sentiments mélangés :


- Je comprends mieux pourquoi vous défendez ma sœur. Vous n'êtes pas bien différente d'elle. Vous aurait-elle contaminée ? Ah ! Je ne sais pas ce qu'elle a bien pu vous dire, mais force est de constater qu'elle sait au moins se montrer convaincante.



Il plaisantait, mais c'était d'un rire jaune. Son but n'était pas de provoquer sa cousine, loin de là. Peut-être qu'il ne se rendait pas compte lui-même qu'il critiquait les autres d'évoquer Inuwa, mais que c'était sûrement lui qui le faisait le plus depuis qu'elle était partie. Parce qu'elle restait quand-même sa sœur, et que même si ça le tuait d'avoir à le reconnaître, il ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter pour elle, et ça l'énervait. Avant c'est vrai, il voulait défendre Prideland, devenir un grand... Peut-être un Gardien, lui aussi ? Comme son frère ? Et puis... Et puis le feu de ces passions s'était éteint, et il avait sombré dans la désillusion. Après tout, à quoi bon devenir un gardien si ce n'était pas pour protéger son royaume comme il l'entendait ? Sa vision de Prideland et celle du roi n'avaient rien en commun, et la venue des Mositus avait achevé de le sombrer dans un désespoir évident.


L'invasion de ce clan qu'il détestait, le départ de sa sœur... Tout ça, au fond, ça l'avait peut-être déjà tué.







To be continued ...


©️ Halloween



_________________
« Il n'y a rien de plus flamboyant que le pelage fauve d'un Pridelander ayant le sang pur. Sachez-le. »


Avatar ©️ Gahiji
Signature ©️
Yetsa
MERCI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 944
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   Sam 3 Mar 2018 - 18:05


« Je suis mort aux yeux du clan. Que puis-je faire d’autre que d’attendre de l’être complètement à présent ? »
« A t’entendre parler on dirait un lion malheureux. Tu t’apitoies toujours autant sur ton sort ?

Cette fois-ci aucun reproche de la part de la princesse si ce n’était qu’elle tentait de bousculer son cousin pour le faire réagir. Ils étaient jeunes, ils avaient encore toute la vie devant eux mais lui parlait de mort ! Si Ahva ne comprendrait sans doute jamais la relation liant Hotaru et sa sœur, il lui semblait toutefois mieux comprendre le lion. Il était seul, terriblement seul et ne trouvait rien à quoi se raccrocher comme s’il se contentait d’errer pour justement attendre cette mort qui semblait tant l’attirer.

Le ton indifférent du lion ne faisait qu’accroître ce sentiment. Hotaru n’avait jamais été un grand amoureux de la vie, lionceau déjà il était très sérieux et sûr de lui mais il semblait avoir changé et son regard ne brillait plus avant. Ahva en regrettait presque son air arrogant.

« Si ta vie n’a vraiment aucune valeur vas donc te jeter du haut des gorges, ça sera moins pénible que d’attendre la mort car tu en as encore pour longtemps tu sais. »

Une façon un peu dure de le remuer mais une personne comme Ahva, ce genre de pensée était tout simplement inacceptable. Même en proie au plus désarroi, elle n’avait pas abandonné et sa colère l’avait rendu plus forte. Hotaru lui semblait lâcher prise. Le départ d’Inuwa l’avait peut-être plus touché qu’il ne voulait le laisser paraître.

« Un rêve, hein … ? »

Son souffle paraissait lointain mais surtout, cela semblait être la première fois qu’il prononçait ce mot. Il n’allait quand même pas dire qu’il n’avait jamais rêvé ? Il nia en bloc, affirmant qu’il ne vivait pas de rêve mais de rancune. Oh encore ces mots pleins de désespoir … Ahva roula des yeux, ne sachant quel chemin emprunter avec ce lion qui se plaçait si loin de tout.

« Quel rêve pourrais-je bien avoir, hm ? »
« Des rêves il y en a des tas, ils sont aussi nombreux que nous sommes de lions ! Pour certains c’est l’aventure mais hmm je ne pense pas que ce t’emballe mais je pensais que devenir le meilleur défenseur de Prideland t’aurais plu, non ? Tu sais il ne faut pas voir la notion de rêve comme un concept enfantin, ça peut être un simple désir qui nous tient particulièrement à cœur. Je suis certaine que nos parents aussi ont encore des rêves ! »

Alors pour la première depuis qu’ils avaient entamé cette discussion, Ahva adressa un léger sourire à son cousin comme pour l’encourager mais à quoi ? Sûrement la simple idée que la vie valait la peine d’être vécue et qu’il ne fallait pas se contenter d’attendre la mort.

Quand elle lui révéla son propre désir de ne pas croupir éternellement sur Prideland, Hotaru lui lança un regard interrogateur. « Les abandonner » disait-il … Ahva n’aimait pas ce terme et cela se sentit par son regard toutefois avant qu’elle ne lui réponde, Hotaru reprit dans un sourire mêlant bien des émotions et à sa surprise, parla de sa sœur. Tiens donc alors il ne fallait pas aborder mais lui se permettait de l’évoquer comme si de rien n’était ! Injustice. Ahva aurait pu s’emporter dans son caractère volcanique mais elle n’en fit rien et rit même cyniquement en compagnie du lion.

« Pourquoi l’envie de voyager serait forcément un tort ? Moi je trouve ça fabuleux et oui je soutiens Inuwa dans cette cause mais elle n’est pas celle qui m’a donné l’envie de voyager. Tu vois, ça c’est mon rêve justement et il demeure inchangée depuis que je suis petite. Ça me stimule, j’aime me dire qu’un jour je pourrais céder à mes envies mais je sais aussi que tous les rêves ne sont pas fait pour être vécus. J’aimerais partir c’est un fait mais le pourrais-je seulement ? »

Certaines responsabilités la retenait clouée sur Prideland, Ahva se devait d’attendre la bataille d’Outland pour en connaître l’issue et les éventuelles conséquences sur son peuple et Kumpa s’amusait même à lui faire prendre ses responsabilités de princesse mais avant que tout ça ne devienne trop sérieux, ne devrait-elle pas justement saisir sa chance et s’en aller pendant qu’il était encore temps ? Oh elle n’avait pas spécialement l’envie d’abandonner son clan comme sa cousine et de devenir une voyeuse mais elle pourrait concilier sa vie de clan et ses envies nomades. Pourquoi ne partirait-elle pas dans le Nord en compagnie de Sehkmet ? Ce serait un merveilleux voyage et puis elle ne partirait pas longtemps, une semaine à peine voir deux s’ils trainaient en route. Elle devait songer à tout cela.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Reflets des ancêtres (HOTARU)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reflets des ancêtres (HOTARU)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La légende de l'astre aux milles reflets
» Mashiro Hotaru
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» Citations et dictons célèbres !
» Reflets de soi-même [pv: Beast]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Glorieux Royaume — Prideland
 :: L'Etang
-