Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Yetsa, Dhalahi, Shasta & Soto

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Adrian von Ziegler Law of the Jungle

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Warriors bound (RASKA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Warriors bound (RASKA)   Sam 9 Déc - 12:18


Après toute cette agitation des derniers mois, le quotidien semblait maintenant bien monotone. Longtemps absente, Ahva reprenait peu à peu ses marques auprès des siens, rattrapant d’abord le temps perdu auprès de sa famille puis renouant avec ses amitiés délaissées. Beaucoup se posait de nombreuses questions, la lionne le sentait bien à leurs regards mais pourvus d’une certaine décence, ils n’osaient posé à la princesse ces questions qui leurs brûlaient les babines. Tant mieux, elle préférait qu’il en soit ainsi. Réputée pour avoir été un moulin à parole dans sa jeunesse, Ahva était devenue une lionne bien silencieuse depuis son retour. Ses songes s’accumulaient jusqu’à former un poids lourd qu’elle peinait à supporter. Il n’y avait qu’à sa sœur qu’Ahva se confiait mais là encore, certains mots demeuraient coincés dans sa gorge. Après une énième conversation entre les deux sœurs, Ahva quitta le rocher et s’éloigna en direction de l’étang.

Le temps semblait être passé sans même qu’elle ne l’ait remarqué. Les lionceaux d’hier étaient aujourd’hui adolescents, des amis étaient devenus amants et des aïeux s’en étaient partis rejoindre les Grands Esprits. Et elle dans tout ça ? Sa vendetta semblait l’avoir enfermé dans une bulle temporelle et le retour à la réalité n’était pas des plus aisées. Avant de retrouver les autres, Ahva devait se retrouver elle-même. Arrivée au point d’eau, la lionne balaya la foule du regard et s’attarda sur l’ombre d’un lion. Elle savait le connaître sans trop le connaître. S’approchant plus près, elle reconnut enfin ses traits. Raksà, l’unique fils de son frère. Trop occupée à organiser la mort du dernier Nyeusis, Ahva n’avait jamais pris le temps de connaître ses nièces et neveux. Elle le regrettait aujourd’hui mais il n’était pas encore trop tard pour se rattraper.

Fendant la foule, la lionne vint à la rencontre de l’adolescent. Elle ne savait trop comment aborder la chose. Elle savait traquer ses proies, s’allier à d’anciens ennemis pour accroitre sa force de frappe et tuer la bête mais nouer un lien avec son neveu, c’était un tout autre problème. Arrivant à sa hauteur, la lionne se racla la gorge pour ne pas trop le suspendre et s’approcha doucement. Observant leur reflet dans la surface de l’eau, elle fut surprise de la ressemblance entre le fils et le père. Cela la fit sourire. Elle s’adressa au reflet brun miroitant dans l’eau :

« Ça te dérange si je m’assois avec toi ? »

La guerrière avait conscience qu’avec tout ce temps passer à vagabonder, elle avait une longueur de retard sur son frère et sa sœur mais Raksà et sa fratrie était également de sa famille, ils étaient ses unique nièces et neveux et la lionne prenait son rôle de tante à cœur. Il n’était pas trop tard pour faire partie de leur vie, pas vrai ?

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 9 Déc - 13:51





Ses parents étaient revenus. Cela aurait dû être un moment réjouissant n’est-ce pas ? Les savoir en vie malgré leur blessures évidentes et triomphant par dessus le marché. Raksà aurait dû être emplit de joie mais en vérité il ne s’était guère approché des siens depuis leur ré-apparition. Comme si cela était si facile. Partir un jour pour revenir bien après en clamant haut et fort la mort du démon noir. Qu’est ce que cela changerait au reste ? Rien du tout. Alors Raksà boudait.

Tout n’était que contradiction dans l’esprit de l’adolescent – Mopango mort, il aurait dû retrouver une certaine sérénité, mais ce n’était de toute évidence pas le cas. Son corps se balançait, tantôt à droite, tantôt à gauche et il restait impassible. Cela faisait peut-être une heure. Deux. Peut-être plus, qui ça intéresse de toute façon ? Il était prostré devant l’étang, face à son reflet et réfléchissait.

Avaient-ils seulement pensés que tout s’effacerait aussi facilement ? Qu’il suffisait de revenir, la victoire entre les pattes pour que des mois de mensonges ne signifient plus rien ? Et tous les autres mois à être regardés comme des bêtes curieuses, maudits par leur couleur. Chayà était la plus atteinte par ces messes basses exécrables. L’adolescence rendait tout ceci insupportable. Les Pridelanders avaient certes un lourd passif avec les lions noirs mais ses sœurs … C’était tout ce qu’il lui restait dans un sens et il ne pouvait même pas les protéger. Sahàsi avait échappé de peu à la mort face à un crocodile et là encore, même s’ils avaient réussi, ce fut terriblement juste. Quant à sa son aînée… Maudite aussi dans un sens par sa couleur d’or, voilà qu’elle rappelait l’image d’une défunte qu’elle n’avait même pas eu la chance de connaître et plus ils grandissaient plus cela se voyait, pour chacun d’entre eux.

Et lui… C’était un mâle alors forcément, il ressemblait en quelque sorte à son père, chose qu’actuellement il ne désirait absolument pas. Comme assaillit par tant de pensées injustes et contradictoires, l’adolescent leva une patte toute griffes dehors et gifla violemment son reflet, faisant vaciller l’eau claire et troublant ainsi ce visage. Alors que les petites vagues s’estompèrent, un raclement de gorge lui fit légèrement pivoter les oreilles. Une remarque à faire peut-être ? Mais alors qu’il s’apprêtait à râler, il se figea en voyant le reflet d’une lionne à côté du sien.

« Tante Ahva ? »

Surpris il l’était et son visage le trahissait parfaitement et il le fut encore plus lorsque sa question lui parvint aux oreilles. Ses sourcils se surélèvent légèrement – Ahva n’était pas réellement proche de la fratrie, bien que Raksà ne soit pas réellement proche de qui que ce soit en dehors de son grand-père Fleck. Il se reprit, répondant avec une légère confusion :

« Non bien sûr. Tu es chez toi après tout. »

Chez elle plus qu’il ne l’était lui même. C’était encore bien difficile de trouver sa place parmi cette grande étendue où chacun semblait continuellement avoir une tâche à accomplir. Le lion brun n’avait tout simplement pas trouvé sa place. Pour ça, il ne l’admettrait probablement jamais, mais il était jaloux de Chayà. Il resta silencieux quelques minutes, ne sachant pas réellement comment briser la glace. Il avait toujours pensé que Ahva était sans doute celle qui les appréciait le moins et pourtant elle était venue le voir spontanément. Il y avait peut-être anguille sous roche. Avait-elle entendue parler de son escapade avec Sahàsi à la rivière des crocodiles ? Pas très à l’aise il lança la question la plus banale qui soit :

« Comment te sens-tu ? »



_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 9 Déc - 16:00


Il semblait surpris, sûrement l’avait-elle interrompu dans ses songes mais étrangement, lui-même la surpris lorsqu’il l’appela spontanément sa tante. C’était la première fois qu’elle l’entendait. Cela lui faisait tout drôle. Un peu confus, il invita la lionne à le rejoindre et Ahva s’assit à ses côtés. Pour autant, la distance entre eux demeura et un léger silence s’installa. Sûrement était-il aussi mal à l’aise qu’elle. Quelle belle brochette d’asociaux. Alors que la lionne cherchait un sujet pour commencer la discussion, ce fut Raksà qui se lança le premier, brisant ainsi la glace. Une question bien banale et pourtant à laquelle la lionne ne savait que trop répondre aussi souffla-t-elle presque amusée.

« Je ne sais pas trop. Étrange je crois. »

Elle observait son regard bleuté dans le reflet miroitant de l’eau. Elle n’avait pas envie de mentir ou de se cacher derrière une fausse impression. Ahva avait toujours prôné la sincérité et c’était donc en étant sincère qu’elle découvrirait son neveu. Elle hasarda son regard parmi la foule avant de reprendre, doucement :

« Je crois que je suis partie trop longtemps de chez moi et maintenant je peine à retrouver mes marques. »

Elle laissa sa phrase en suspens, comme si elle s’apprêtait à ajouter quelque chose avant de se reprendre. Sincère oui mais elle n’avait pas déjà étalé tous ses troubles au pauvre adolescent qui penserait sûrement que sa tante était folle. Elle ne savait pas encore comment s’y prendre mais elle voulait qu’il l’apprécie. Elle souhaitait réintégrer cette famille qu’elle avait délaissée, pourtant dans le but de les protéger, et ses neveux et nièces étaient les premiers qu’elle visait. Pourquoi Raksà en particulier ? Le hasard sûrement qui avait fait qu’ils s’étaient trouvés ici au bord de l’eau ou peut-être que dès leur rencontre, Ahva avait décelé en lui cette flamme guerrière qui elle-même l’animait.

« Et toi, comment vas-tu ? T’intègres-tu au clan ? Ce ne doit pas être évident pour toi et tes sœurs. Je veux dire, d’avoir quitté la Lande spontanément et de découvrir toute cette famille ainsi que ce clan … »

Se faisait-elle du souci ? Oui, en quelque sorte. Sa famille avait toujours été sa prioriété et les protéger était sa principale mission, quitte à parfois les blesser en faisant ses choix. Ahva songeait alors à sa propre sœur qu’elle avait meurtrie en l’évinçant de leur vendetta. Heureusement, Awena avait pardonné à sa sœur et Ahva continuait de tout faire pour regagner tout l’amour de cette dernière dont elle dépendait.

A nouveau, la guerrière observait son neveu au travers du miroir de l’étang. Elle avait passé sous silence les mensonges de Sadaka qui avaient blessé beaucoup de personnes, ses enfants peut-être les premiers. Bien sûr, ceci était sous-entendu dans sa question mais elle n’avait souhaité l’évoquer de vive voix, de peur de bousculer l’adolescent. C’était une découverte pas à pas, elle ne savait encore rien de lui mais ce soir en se couchant, elle espérait en avoir appris sur ce lion qui partageait son sang.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 9 Déc - 16:45





Étrange ? Partie trop longtemps ? Raksà ne savait pas trop quoi dire. Il ne savait pas lui même ce que cela lui ferait de retrouver la Lande, il n’avait jamais osé y retourner depuis qu’ils en étaient partis suite aux révélations de son père.

« Et toi, comment vas-tu ? T’intègres-tu au clan ? Ce ne doit pas être évident pour toi et tes sœurs. Je veux dire, d’avoir quitté la Lande spontanément et de découvrir toute cette famille ainsi que ce clan … »

L’adolescent cligna des yeux – il découvrait une toute autre facette de la lionne dorée et ça lui faisait carrément bizarre. Surtout que ses questions … Eh bien il ne savait pas comme y répondre. Du moins pas sans la froisser ou blesser l’estime qu’elle avait de son royaume. Raksà ne détestait pas vivre sur Prideland, bien au contraire, il adorait cet endroit luxuriant. Il n’y avait pas de limites aux jeux, il pouvait s’entraîner toujours aussi dur, passer du temps avec Fleck, apprendre de nouvelles choses. D’abord hésitant, il finit par dire avec un léger sourire :

« Eh bien… Grand-père Fleck m’a appris à construire une catapulte ! »

Bon, cela ne répondait absolument pas à la question de sa tante, mais il lui fallait au moins du temps pour réfléchir à la manière dont il pouvait amener la chose. Mentir n’était pas la solution, en fait il la répugnait avec toute la ferveur du monde. Mentir c’était faire comme son père, mentir c’était perdre la confiance des autres, mentir c’était mettre en danger, mentir c’était conduire à la mort. Mentir c’était beaucoup trop de choses pour l’adolescent. Il poussa un profond soupir avant de murmurer un « Oh et puis zut » et se jeta à l’eau. Pas littéralement, soyons clair, ce n’est pas parce que l’étang est en face qu’il faut tout prendre au premier degrés :

« Je pense que c’est le clan qui ne désire pas que je m’intègre. »

La famille était loin d’être le problème, bien au contraire ils avaient été très prévenants, aux petits soins pour eux. Mais voilà, Raksà voyait aussi au-delà de ce petit cocon qu’ils tentaient tous de consolider. Si certains ne semblaient pas d’animosité envers la fratrie, le guerrier de la Lande était bien conscient que le passage des démons noirs restait profondément ancré dans les esprits. Prenant conscience qu’il n’avait pas continué, il avait probablement dû inquiété la lionne, alors il tenta de la rassurer :

« Ce n’est rien, Tante Ahva, je les comprend. C’est juste… compliqué. Les Pridelanders sont… Ils vivent dans le passé et j’ai pas envie d’être une ombre.»

Je ne veux pas être comme mon père. Parce que c’est ainsi que Raksà considérait son paternel pour le moment. Comme une ombre, celle qui a décidé de faire les mauvais choix qui plus est – revendiquant une mauvaise intégration dans un clan encore trop marqué par les guerres récentes, il ne voulait pas lui ressembler à ce point là, avoir le même parcours, les mêmes malaises, les mêmes peurs. Il essayait pourtant, il faisait de son mieux pour passer au dessus de tout ça mais l’adolescence ne faisait qu’exacerber tout le reste. Néanmoins, il se redressa et annonça avec le peu de fierté qu’il lui restait :

« Mais je suis Raksà, le fier guerrier. Peu importe que cela soit de la Lande ou de Prideland. Je serai un fier guerrier. Le meilleur même. Mes sœurs trouveront leur place aussi et on les verra autrement qu’à travers une simple couleur de pelage. J’y veillerai. »

Beaucoup de belles paroles et d’ambition et même si ça le confortait un peu, il était quand même réaliste. Ce n’était pas dit que cela fonctionnerait. Mais lui au moins, il s’en donnerait les moyens. Il ne serait pas un pleurnichard, il ne s’apitoyrait pas sur son sort, il ne conduirait pas à la mort. Il ne serait pas un lion maudit. Il protégerait ses sœurs de la bonne façon. Il remua légèrement le museau, fit basculer sa queue de droite à gauche avant de demander brusquement :

« Tu lui as pardonné ? »


_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Dim 10 Déc - 15:15


A en observer son neveu, Ahva se demandait si elle n'avait pas été trop directe avec lui. Elle ne masquait jamais ses pensées ni même son ressenti mais peut-être devait-elle songer à maintenir un minimum pour cette première découverte. Sans trop répondre à sa question, l'adolescent lui confia que Fleck, qu'il surnommait affectueusement son grand-père, lu avait appris à construire des catapultes. Oubliant tout idée de réserve, la guerrière éclata de rire.

« Vraiment ?! Oh cela ne m'étonne pas, ma mère m'avait déjà raconté les exploits de Fleck durant la Grande guerre, faute de se battre comme un lion il avait utilisé ce stratagème pour persécuter ses ennemis. »

Son rire s'évanouit peu à peu tandis qu’un voile de tristesse couvrait son regard. Kuzali ... Cela avait d'abord étonné sa fille que la lionne soit si proche d'un lycaon pourtant les deux amis avaient partagés de nombreuses aventures et Ahva savait combien le lycaon avait été important aux yeux de sa mère. Fleck avait une extraordinaire capacité pour se lier aux lions, particulièrement avec la famille de la Fille du Soleil. Son sourire demeurait au coin de ses babines, mêlant nostalgie et douceur.

Heureusement, quoique, Raksà mit fin à ses songes en se confiant avec une étonnante sincérité. Attentive au ressenti de son neveu, Ahva l'observait d'un air inquiet. Prideland faisaient-elle à nouveau des siennes ? Ahva aimait son clan, c'était une grande famille mais elle n'avait jamais accepté l'idée qu'ils rejettent ceux qui étaient différents. D’abord l'étaient-ils vraiment ? Un passé ne définissait pas un lion. Longtemps la lionne s'était battu pour son frère, cognant ses amis qui osait profaner l'honneur de son héros mais malgré tous ses combats, elle n'avait pu que partiellement changer leurs idées. Voilà maintenant que l'histoire se répétait. Son regard était sévère, non pas pour Raksà mais envers ces conservateurs et leurs idées à la noix. Souhaitant probablement rassurer la lionne dont l'agacement était palpable, l'adolescent compléta ses dires en se montrant particulièrement compréhensif. Le regard de la lionne s'adoucit devant une telle preuve de maturité mais cela ne taisait en rien son ressenti. La voix douce, quoi que ferme, elle ajouta :

« Non, ce n'est pas rien. Tu n'as pas à payer les erreurs de lions que tu n'as jamais connu, tu n'es pas comme eux, ce n'est qu'un sang lointain et je sais que tu n'en as pas hérité. »

Pourtant, Raksà disait affreusement vrai. Les Pridelanders vivaient dans le passé de ces ombres qui avaient ô combien sévis sur ces terres. Plus doucement, elle ajouta :

« Tu n'as pas à être une ombre. Je trouve moi-même cette idée fâcheuse car tu as le droit de marcher sans sentir ces regards affligeants mais montre-leur que tu n'es pas le vestige d'un passé sanglant. »

Elle lui offrit un sourire d'encouragement. Ahva s'était toujours battu contre les différences et à de nombreuses reprises, elle s'était dressé contre les siens pour cela, que ce soit pour Sadaka ou encore Vita. S'il le fallait, la lionne recommencerait sans hésitation.

Si elle craignait que l'adolescent ne se laisse abattre par ces idées, Raksà lui montra avec brio qu'elle se trompait. Convaincu par ses mots, il lui disait être un fier guerrier. Elle l’écoutait, sourire aux babines. Au-delà du miroir offert par l’étang, il lui semblait voir en Raksà son propre reflet. Une détermination guerrière, cette volonté à protéger les siens … Plus que des liens de sang, ils avaient beaucoup en commun.

« Donne toi les moyens de réussir et tu seras victorieux. » lui glissa-t-elle avec encouragement avant de reprendre, un brin malicieuse : « Prends toutefois garde, il me semble que nos ambitions vont se heurter, j’aspire également à devenir la meilleure des guerrière de Prideland ! Mais je peux me montrer généreuse, je te laisserai le titre de la Lande. »

Ses paupières se plissèrent d’amusement. Autrefois, il lui semblait que beaucoup aspiraient à entrer dans la sphère politique ou à devenir des sages. Aujourd’hui, bien des ambitions étaient tournés vers la voie guerrière. Fallait-il réellement s’en réjouir ? Ahva ne saurait toutefois réprimander l’adolescent pour une passion commune.

Brusquement, l’adolescent lui demande si elle lui avait pardonné. Ahva dressa vers lui un regard surpris. Elle savait bien pertinemment à qui il faisait référence mais cette question venue de nulle part l’avait étonné. Elle observa quelques instants le regard du lion avant de se détourner vers la surface claire de l’eau et soupira.

« J’avais beaucoup de colère et de rancœur, c’était tout un monde qui s’écroulait. Dans un premier temps, je pensais qu’il était le seul à blâmer et c’est vers lui que j’ai tourné ma colère. J’ai été abominable avec ton père mais autant que la mort nous a éloigné, celle-ci nous a également rapproché. C’est ensemble que nous avons mis fin à ce calvaire et que nous avons vengé notre mère. Je ne dis pas que ma rancœur a complétement disparu mais j’ai maintenant compris qu’il était tout autant victime dans cette histoire. Cette relation qu’il avait avec Kuzali… personne ne l’a jamais eu. Sans doute que je jalousais aussi pour cela. »

C’était la première fois qu’elle l’admettait. Son immense colère avait mêlé bien des sentiments mais la mort du démon avait su l’apaiser dans sa colère. Du moins le pensait-elle. Ahva était maintenant en proie à sa peine et soucieuse de son avenir, notamment des conséquences de ses choix qui annonceraient sans doute de nouveaux orages. Elle s’accorda un temps de silence avant de lui retourner sa propre question :

« Toi, lui as-tu pardonné ? »



_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Mar 12 Déc - 13:21





Entendre le rire de sa tante avait quelque chose de réconfortant, c’était comme se sentir en sécurité à nouveau et cela arracha un sourire à Raksà. Mais cela ne fut aussi que de courte durée puisque son précédent discours semblait avoir assombrit le regard de la lionne du soleil. Elle lui disait qu’il n’avait pas à payer pour les méfaits de lions qu’il n’avait pas connu mais malheureusement il en avait connu un. Il réussit cependant à taire cette pensée et à écouter le discours de sa tante jusqu’au bout.

« Prends toutefois garde, il me semble que nos ambitions vont se heurter, j’aspire également à devenir la meilleure des guerrière de Prideland ! Mais je peux me montrer généreuse, je te laisserai le titre de la Lande. »

Cette fois-ci il ne put s’empêcher de rire franchement. Au moins il aurait le titre de la Lande, c’était déjà pas mal et l’idée d’entrer en compétition avec sa Tante ne lui plaisait pas vraiment. Bien sûr il décelait là toute la plaisanterie de la situation mais il marchait encore sur des œufs en ce qui la concernait. C’était tout nouveau comme relation, alors il se contenta de dire :

« J’espère t’arriver à la cheville un jour alors ! »

Et pourquoi pas pouvoir s’entraîner en sa compagnie également. Il savait qu’un guerrier ne devait pas receler seulement la force – il lui fallait la stratégie et ça, il l’apprendrait d’autant mieux avec son grand-père. Il était étonnant de voir à quel point l’ingéniosité du lycaon avait su fasciner le jeune adolescent. Mais il ne doutait pas non plus qu’avoir sa tante en tant que professeur puisse lui permettre de s’améliorer davantage.

Le discours qui suivit fut plus grave, faisant réfléchir Raksà sur l’impact des actes qu’ils avaient tous engendrés. La mort les avait rapprochés ? Vraiment ? Cette idée fit frisonner Raksà. Une vie pour une vie, est-ce que c’était aussi facile ? Non. Non, il n’était pas d’accord avec cette conception de la vie. Il ne suffisait pas de simplement achever le démon noir pour que tout s’arrange, rien ne ramènerait grand-mère Kuzali auprès d’eux et c’était sa responsabilité. S’il rentrait à nouveau dans les bonnes grâces d’Ahva, ça ne serait pas le cas de Raksà. Il fronça les sourcils, fixant un point vers l’horizon avant de répondre à la question de sa tante :

« Non. »

Il n’avait pas fléchi, il était catégorique et ne laissait pas passer la moindre hésitation dans sa voix. C’était peut-être l’adolescence après tout. Qu’importe. Mais il n’en voulait pas seulement à son père, il trouvait également que sa mère avait cette part de responsabilité dans cette affaire et ça le rendait malade. Si tout était aussi simple que d’emménager sur Prideland, alors ils auraient dû le faire dès le début. Toute cette réflexion amena la gorge de Raksà à se serrer. Il ne lâcherait rien, pas ici, pas devant sa tante.

« Il a fait un choix, en connaissance de cause. Il a menti. Une vie pour une vie, ça ne me rend pas tout ce que j’ai perdu. S’il croit que c’est aussi simple que ça, il se trompe. Il a été égoïste. Tu dis qu’il avait un lien privilégié avec ta mère, ma grand-mère. Quel droit s’est-il octroyé pour juger que nous n’avions pas l’autorisation de vivre en sa compagnie, de la voir au moins une fois, d’avoir ne serait-ce qu’un seul souvenir d’elle ? Tu dis que je ne mérite pas de vivre dans l’ombre de lions que je n’ai pas connu, mais est-ce que c’est seulement vrai ? N’en ai-je pas connu un seul ? »

Pendant sa tirade, il avait planté ses iris bleu dans ceux flamboyants de sa tante. La glace et le feu, le jour et la nuit. Ils étaient bien différents physiquement mais animés par les mêmes ambitions. Raksà n’avait jamais osé exploser ainsi. Pas même avec ses sœurs. Il avait toujours tout pris sur lui même, ne s’était jamais plein, avait posé des questions certes mais sans jamais aller plus loin.

« Si vraiment il était conscient du danger que représentait Mopango alors il aurait mieux valut ne pas avoir d’enfants. »

Voilà. C’était pour ça qu’il blâmait ses deux parents, pour leur égoïsme à tous les deux. Pour vivre leur pseudo amour comme ils l’entendaient. Quel était la fantastique résultat à présent ? Tss. Mais il y avait autre chose que Raksà avait avoué à travers ces mots. C’était sa propre culpabilité. Sa grand-mère était morte, parce qu’il était né. Tout n’était que centré autour de cette protection des lionceaux qui n’avait servie à rien du tout. Alors peut-être que oui, il aurait mieux valut qu’il ne voit jamais le jour et que sa grand-mère puisse éclairer encore de sa lumière la terre des Lions.

Prenant conscience de la faiblesse dont il venait de faire preuve, il passa sa patte rapidement sur son museau en reniflant. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits. Ce n’était pas ainsi qu’il deviendrait une figure de combat d’exception. Chialer c’était pour les trouillards et les bébés.

« Je serai un guerrier. Le meilleur, après toi bien sûr. Je ferai honneur à la famille. »

Une légère prétention probablement mais au moins il lui laissait volontiers la place de numéro un au sein de Prideland. Il n’était plus réellement question de retourner vivre sur Lande, il n’y avait plus personne à protéger là bas. Prideland ça serait son foyer, celui qu’il défendra jusqu’au bout. Il lui adressa un sourire avant de déclarer solennellement :

« Mais moi, je ne mentirais jamais, je te le jure Tante Ahva. »



_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Mer 13 Déc - 10:58


Intransigeant, l’adolescent lui répondit par la négation. La princesse était surprise de son ton catégorique. Bien que jeune, Raksà semblait déjà avoir sa propre opinion sur toute cette histoire. Ahva ne pipa mot, laissant simplement son regard ambré s’attarder dans celui du jeune lion. Elle en était presque peinée pour Sadaka. Que ce soit sa famille de Prideland ou sa famille de la Lande, tous lui avaient tourné le dos. Si la princesse s’évertuait sur le chemin du pardon, les paroles du lion trouvèrent un écho étourdissant dans son cœur. Oui il leur avait menti, oui il avait brisé leur vie mais n’avaient-ils pas droit à leur clémence pour avoir tout autant souffert ? Ahva se tatait dans ses mots, elle avait connu cette souffrance qui peinait le jeune lion et cela l’avait conduit à oublier une part de son humanité, délaissant les proches qui demeuraient à ses côtés pour s’évertuer à venger un mort. Parfois, Ahva se demandait si elle avait véritablement agi pour protéger les siens ou simplement pour satisfaire un désir personnel.

D’une dureté sans pareille, Raksà cracha que son père aurait mieux de ne jamais les mettre au monde. S’il avait obtenu l’appréhension de la lionne sur ces précédents ressenti, ces paroles la fâchèrent.

« Ne blâme pas ta naissance Raksà, la vie est un cadeau que l’on doit chérir. » lui dit-elle d’un ton dur. « Ton père a peut-être fait les mauvais choix mais avec ou sans votre naissance, Mopango serait tout de même venu chercher la Fille du Soleil. Il nourrissait pour elle une rancœur sans pareille. »

Elle souhaitait croire en ces mots, croire que le destin était le réel fautif dans tout cela plutôt que les actions d’un lion perdu, blessé et en colère. Raksà ressemblait bien plus à son père qu’il ne le croyait. Le vrai blâme de Sadaka n’était pas la mort de leur mère mais son hésitation à suivre le droit chemin. Il n’aurait jamais dû s’allier à son oncle, c’était un fait mais cela n’aurait pas changer l’issu.

Reprenant ses esprits, l’adolescent semblait mettre de côté sa rancœur, révélant alors son ambition première. Ahva sourit, presque attendrie. Il lui avait également fallu subir un événement malheureux pour se lancer dans cette voie, peut-être parce que l’esprit guerrier semblait offrir une protection, l’idée qu’on pourrait agir face au danger et protéger les siens pour vaincre le malheur. De la douleur naissait la révolte. La lionne dorée hocha simplement de la tête, approuvant ses dires. Puis solennellement, l’adolescent lui jura qu’il serait toujours de ceux qui prêchaient de la vérité.

« Tâche de ne pas l’oublier alors, la sincérité est une vertu qui se perd et pourtant ô combien précieuse. Elle te vaudra parfois de causer du tort mais elle demeure essentielle. Un lion ne peut vivre dans le mensonge ou il finira ronger. »

C’était une valeur que sa mère avait pris soin de lui enseigner, elle ne lui connaissait aucun mensonge et sans doute était-ce pour cela qu’elle l’admirait tant. Si elle avait parfois tardé à leur révéler certaines choses, ce n’était que dans le but de les protéger mais jamais elle ne s’était caché derrière un mensonge, seulement des réponses évasives. Kuzali avait toujours assumé son passé d’exilée, son lien autant passionnel que fusionnel avec Samekh, grâce à elle, la lionne avait appris à ne voir si blanc ni noir. Le monde recelait de nuance qu’il fallait comprendre et même chérir. Seule son histoire avec le père de Sadaka demeura un interdit que la lionne n’évoqua jamais. Elle songea au regret de Raksà de ne pas avoir connu sa grand-mère.

« Kuzali était de ceux-là également, c’était une grande lionne. La meilleure de tous. Je comprends ton regret de ne pas l’avoir connu mais cela ne t’empêche pas d’en apprendre plus sur elle. Tu sais, elle avait un visage pour son peuple et un visage qu’elle ne montrait qu’à ses proches. Elle a porté beaucoup de chagrin, supporter tant de vice et pourtant, elle s’est élevée plus haut que quiconque avant elle. Elle était mon modèle et aujourd’hui encore, son enseignement continue de guider mes pas. »

Sensible à la nostalgie mais surtout désireuse de lui offrir ce partage ô combien précieux pour elle, la princesse offrait à son neveu un sourire chaleureux et doux, espérant qu’il saurait oublier sa rancœur pour prendre ce qu’elle avait à lui donner.

« Elle n’était pas seulement une Fille du Soleil, elle était le soleil lui-même. Personne n’était indifférent à ses rayons et j’espère un jour accomplir autant qu’elle. Ma mère n’était pas une guerrière aguerrie, elle avait choisi d’emprunter un chemin plus vertueux, sans doute en raison de ses souffrances passées. J’admire sa force, elle n’a jamais prôné répandre tout ce mal qu’on lui a fait subir. Elle avait appris à pardonner et je pense que si elle était là aujourd’hui, elle te dirait de chérir la vie et ce qu’elle à offrir, pardonner à tes proches ces torts qu’ils t’ont fait car la famille demeure l’essentiel de la vie. Sadaka t’as menti et t’as trompé mais il voulait vous protéger toi et tes sœurs. Peut-être pas de la meilleure façon, je l’entends bien, mais la maladresse est commune aux lions. Je sais que cela prendra du temps mais tu trouveras la force de lui pardonner. Moi-même je m’y efforce car j’ai déjà trop perdu pour tourner le dos à ceux qui restent. »

Demeurant un instant interdite, comme emportée par ces mots, Ahva offrit finalement un sourire à l’adolescent. Oui, c’était ce que Kuzali leur dirait, elle en était certaine. Lorsqu’elle était encore qu’une enfant grandissante, sa mère lui avait compté son histoire, ses origines et les raisons qui avaient fait qu’elle avait du quitter les siens. Longtemps, Ahva en avait terriblement voulu aux Lions du Soleil, du moins à son grand-père pour avoir banni sa fille parce qu’elle avait aimé. Cette douleur n’avait jamais quitté la reine et pourtant, à l’aube de sa vie, elle avait confié leur avoir pardonné. La force du pardon était grande et salvatrice.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Ven 15 Déc - 14:03





« Mais peut-être qu’elle aurait pu avoir encore un peu plus de temps. Je ne blâme pas ma naissance mais … Je ne sais pas Tante Ahva. Est-ce que ça aurait pu être mieux si nous étions arrivés bien plus tard ? »

Peut-être qu’alors elle n’aurait pas croisé la route du démon noir et aurait pu vivre encore une année de plus, voir même deux, personne ne pouvait affirmer ou infirmer le contraire. Mais d’un côté cette simple pensée torturait l’esprit de Raksà. Sa responsabilité dans cette histoire le prenait aux tripes bien qu’il n’ait même pas été assez âgé pour comprendre la situation.

Néanmoins il ne put qu’approuver les dires de sa tante en ce qui concernait la notion de sincérité. Il s’y tiendrait, fièrement et pour le montrer il gonfla la poitrine. De plus, il ne s’y attendait pas venant d’Ahva, mais il apprit que c’était une qualité à laquelle tenait beaucoup sa grand-mère. Un flot de parole à son sujet se déversa et Raksà écouta attentivement.

« Merci Tante Ahva. »

Il savait pertinemment que ce n’était pas une chose aisée pour elle que de parler de sa mère et rien que pour l’effort qu’elle venait de faire, il lui en était reconnaissant.

« Tu sais… Je n’ai jamais osé demander à personne de me raconter des histoires sur grand-mère Kuzali, ou même à quoi elle ressemblait. Je crois que c’était autant pour me protéger moi que pour protéger les autres. Ils ont tous l’air si triste que je n’ai pas envie de le leur rappeler… Même grand-père Fleck et pourtant il a tellement d’histoires à raconter. »

Quant à se protéger lui, et bien c’était surtout pour ne pas nourrir davantage cette rancoeur, cette culpabilité presque constante qui le dévorait à l’idée de ne pas l’avoir connu. Il ne savait pas si le discours de sa tante lui permettrait annihiler ce blocage, mais au moins il était heureux d’avoir pu entendre parler d’elle. Malgré tout, il resta un peu morose. Savoir qu’il ne verrait jamais ce visage rayonnant qui avait tant accomplis pour son clan, c’était une grande perte pour lui.

« Peut-être que j’y arriverai un jour… Mais c’est trop dur pour le moment. Tu crois vraiment que je j’aurai assez de force pour ça ? »

Trop dur mais surtout ce serait trop simple à ses yeux. Celle qui serait probablement la plus rancunière était sa jumelle. A n’en point douter, Sadaka aurait encore un long chemin à parcourir avec elle mais le cœur de Raksà allait en faveur de son double. C’était aussi pour ça – parce qu’il n’avait pas fait seulement du mal aux héritiers du soleil, il n’avait pas seulement conduit – certes par erreur – sa mère à la mort. Non, il avait aussi peiné sa fratrie toute entière. Sahàsi était déjà rancunière quant à ses absences régulières… Qui pouvait blâmer sa petite sœur pour ce qu’elle ressentait ?

Il y avait aussi autre chose qui le hantait maintenant, si bien qu’il redressa son regard vers sa tante avant de demander sans réelle introduction :

« Est-ce que je peux rester sur Prideland ? »

Cette question, totalement dépourvue de contexte devait lui sembler bien étranger mais Raksà n’avait pas su trouver les mots tout de suite pour s’exprimer, aussi il s’attela à trouver rapidement une explication à son interrogation :

« Je veux dire, maintenant qu’il est mort, il n’y a plus de danger. Mais… Est-ce que je peux quand même rester ? »


_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 16 Déc - 15:20


Plus de temps. Ils auraient tous aimé en avoir. Ahva gardait cette douleur pénible ne pas avoir pu faire ses adieux à sa mère, lui dire combien elle l’aimait, combien elle façonné son âme par ses récits et son amour. Il y avait encore tant de questions qu’elle aurait aimé lui poser. Elle ne pouvait reprocher à Raksà son ressenti mais leur naissance à lui et au reste de sa fratrie n’était pas à blâmer. Cela n’aurait rien changé. Après que la guerrière lui ait confié quelques récits de sa grand-mère, le jeune lion la remercia. Elle dressa à son intention un regard doux. Ce n’était pas chose facile pour elle que d’évoquer sa mère au passé mais cela lui plaisait de partager ses souvenirs. D’une certaine façon, cela la faisait vivre encore. Kuzali ne quitterait jamais. Elle était son soleil par-dessus les montagnes, celui qu’elle ne pouvait voir mais dont elle sentait les rayons chaleureux qui la guidaient au travers de la pénombre.

Délaissant sa colère, Raksà parla de ses regrets, soucieux et peiné d’en savoir si peu sur la Fille du Soleil. Il lui semblait comprendre ses mots. La mort de Kuzali avait creusé un grand vide, tant dans le cœur de ses sujets que dans ceux de sa famille.

« Je peux te parler d’elle, si tu le souhaites. »

Il était important que Raksà comprenne son héritage mais aussi pourquoi régnait ce climat étrange autours de lui. Son souvenir demeurait douloureux car la savoir parti sonnait la perte d’un temps ensoleillé mais la chaleur de ses rayons perdurait dans leur souvenir. Pour son neveu, Ahva était prête à surmonter son chagrin et lui confier avec tendresse ses souvenirs de la reine dorée.
Quant au pardon de son père, Raksà demeurait évasif, exprimant la possibilité de se faire tout en doutant lui-même de ses mots.

« Le temps t’en donnera la force. » lui répondit-elle dans un sourire avant de reprendre d’un air plus convaincu : « Famille, devoir, honneur. Toujours dans ce sens et jamais dans un autre. C’est fameux dicton dans la famille. »

Formée par son mentor qui était pour elle une vraie source d’admiration, Kuzali n’avait jamais failli à transmettre à ses enfants cet héritage laissé par le Fils du Feu. Ahva ne l’avait jamais connu, elle le regrettait mais à ses yeux, Samekh était également un membre de la famille. Jamais elle n’avait vu tant de tendresse dans le regard de sa mère. Elle l’avait aimé au possible et c’était par ce même amour qu’il s’était sacrifié pour elle. Pour beaucoup il était un paria, pour elle il était un héros. Samekh fut celui de sa mère comme Sadaka fut le sien. Il était tombé de son piédestal, c’était certain mais par cela, Ahva avait compris que tous les héros possédaient leur part sombre et c’était finalement cela qui les rendaient également humain.

« Est-ce que je peux rester sur Prideland ? » demanda subitement l’adolescent.

Ahva l’observait d’une mine de surprise, éberluée par l’absurdité de cette question. La dépassant dans son interdit, il construisit sa réflexion en évoquant la mort de Mopango qui avait été la raison même de leur fuite au sein du Glorieux Royaume. Chassant sa surprise d’un revers de tête, Ahva fut prise d’une sorte de rire perplexe avant de lui répondre :

« Est-ce que tu t’entends parler, Raksà ? »

Son ton n’avait rien de réprobateur, elle transcrivait simplement sa surprise. La question n’était pour elle aucunement fondée et sa réponse quant à elle coulait de source. Elle soupira, prenant un air plus doux et lui dit :

« Tu es ici chez toi Raksà. » Son regard était chaleureux, comme une promesse d’avenir. « La mort de Mopango n’y change rien. Prideland est ton foyer maintenant, si tu veux bien de lui. »

Porter en ses veines le sang bleu inculpait également une mission de représentation de son royaume aussi, si Raksà avait besoin d’une nouvelle invitation, AHva la lui offrait de grâce au nom de tout son peuple.

« Je sais que tu peines encore à trouver ta place, ce n’est pas évident pour un lion de ton âge mais tu dois te savoir chanceux, peu d’adolescents sont aussi déterminés que toi dans leur voie future. Tu sais, à ton âge, je rêvais d’être une grande exploratrice comme ma mère mais regarde-moi aujourd’hui, je suis davantage guerrière que diseuse d’aventure. Persévère dans ta voie et tu trouveras ta place, celle d’un fier guerrier. »

Son sourire perdurait tandis que la réflexion prenait place dans son regard. Kuzali lui avait inspiré de par ses récits d’aventures mais c’était également par amour pour elle qu’elle embrassait sa voie guerrière. Quoi que, sûrement la cause de cette initiation revenait-elle à Soto. Certains rêvaient de devenir guerriers à l’image de leur parents, d’autres pour surmonter leur souffrance. Soudain, elle eut une idée.

« On dit souvent qu’un guerrier se doit de trouver un apprenti pour lui transmettre son héritage. Moi-même j’ai été initié par un grand Gardien avant d’être prise en charge par mon mentor, une redoutable guerrière qui m’a beaucoup enseigné. L’histoire se doit d’être répétée et le cycle perdurer. Que dirais-tu que je t'enseigne les bases ? Ce serait un début. Je n'ai pas mené beaucoup de combat il est vrai mais j'ai acquis une certaine expérience et j'ai du potentiel à revendre. »

Son regard mutait dans une certaine arrogance frivole. Essayait-elle de se vendre ? Oh, il était vrai qu'Ahva était encore un peu jeune pour prendre un apprenti, elle-même avait encore à apprendre mais de ce qu'elle savait, elle pouvait déjà lui apprendre les bases et l'aider à se perfectionner. Raksà lui plaisait, elle se retrouvait beaucoup en lui et quelque chose les liait tous deux. Leur ambition probablement et une part de leur chagrin.

[/justify]

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 16 Déc - 17:45





« Tu m’en as déjà parlé Tante Ahva, je n’ai pas envie de … Te forcer. Peut-être plus tard. »

Après tout, ils avaient tout le temps du monde pour en discuter maintenant qu’il n’y avait plus à craindre la menace que représentait Mopango. Le dicton familiale surprit légèrement Raksà, mais il trouva une place toute particulière dans sa tête et son coeur, si bien qu’il répéta cette maxime pour s’en imprégner –  :

« Famille, devoir, honneur. » curieux il ajouta même «  De qui ça vient ? De grand-mère ? »

Le rire de sa tante le surprit – avait-il dit quelque chose de drôle ? Sa question était très sérieuse et une petite mine boudeuse fit son apparition sur le visage de l’adolescent. Il avait besoin d’une assurance.

« Est-ce que tu t’entends parler, Raksà ? »
« Bah... Je ... Euh... »

Évidemment que oui il s’entendait parler. Il gigota même les oreilles pour montrer qu’elles étaient toujours là – pas tout à fait ensevelies sous sa crinière. Prideland, chez lui ? Bien sûr c’était tout ce qu’il souhait mais l’entendre de vive voix trouvait un tout autre écho à son cœur. Oui, il se sentirait chez lui et son ambition lui permettrait non seulement de trouver ce qu’il cherchait depuis ses rêves de gosse sur Lande, mais aussi de protéger sa famille. Il serait le valeureux guerrier de Prideland. Il se sentit néanmoins obligé de justifié ses doutes :

« C’est juste que j’ai dû quitter un endroit que je considérais comme chez moi, contre mon gré. Je n’ai pas envie de recommencer. »

Mais il n’aurait pas dû douter une seule seconde. Sa famille, ce n’était pas n’importe qui. Ils étaient les têtes représentant Prideland mais c’était aussi le seul pilier qui lui restait. Bien évidemment, la famille de sa mère trônait toujours dans son cœur mais ici, il avait le droit de dire qu’il était chez lui, parce que dans un sens, il appartenait à cette famille si important au sein du royaume.

« On dit souvent qu’un guerrier se doit de trouver un apprenti pour lui transmettre son héritage. Moi-même j’ai été initié par un grand Gardien avant d’être prise en charge par mon mentor, une redoutable guerrière qui m’a beaucoup enseigné. L’histoire se doit d’être répétée et le cycle perdurer. Que dirais-tu que je t'enseigne les bases ? Ce serait un début. Je n'ai pas mené beaucoup de combat il est vrai mais j'ai acquis une certaine expérience et j'ai du potentiel à revendre. »
« C’est vrai ? Tu ferais ça, Tante Ahva ? »

Raksà ne doutait pas une seule seconde de l’expérience de sa tante et il n’était pas donné à tout le monde d’avoir mis en hors d’état de nuire un Nyeusis, le dernier démon noir qui plus est ! Bien évidemment elle ne l’avait pas fait seule et Raksà en était conscient, mais avoir sa tante comme mentor, avec son expérience et ses motivations actuelle, c’était comme faire un beau cadeau à Raksà – c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il affichait encore la tête d’un enfant à qui on promettait monts & merveilles. Le regard embrassé par l’ambition, cette flamme guerrière si particulière et probablement un peu de fierté, il demanda :

« On commence quand ? »


_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Sam 16 Déc - 18:41


« De qui ça vient ? De grand-mère ? »

Elle secoua la tête, presque amusée. Raksà ignorait encore tellement de chose … Elle qui n’avait jamais été qualifiée de sage, Ahva se sentait galvanisée par tout son savoir.

« Non, de Samekh. » lui dit-elle le regard étincelant. « Il fut le mentor de ta grand-mère mais plutôt de l’ordre spirituel je dirais. Je ne l’ai jamais rencontré, il est mort avant ma naissance mais pas un jour ne passait sans qu’elle ne parle de lui. Elle le désignait comme son Créateur, étrange non ? »

Un lien qu’elle jamais trop su comprendre mais qui semblait signifier beaucoup aux yeux de sa mère. Tous deux réunis dans leur exil, ils s’étaient rencontrés puis avaient construit toute une vie ensemble. Longtemps, Ahva avait soupçonné une romance entre eux, un tel lien ne pouvait que dissimuler un amour inavoué mais sa mère lui avait toujours assurer que non, s’amusant même de ses questions. A force, elle s’était convaincue que leur lien dépassait celui de l’amour et en avait même été peiné pour son père qui, elle le savait, n’avait jamais égalé le Fils du Feu dans son coeur. C’était indescriptible, voilà ce que Kuzali lui répondait toujours. La princesse regrettait beaucoup de ne pas l’avoir connu mais sans doute se satisfaisait-elle en ayant Vita, son neveu, à ses côtés. Selon les dires de Kuzali, ils se ressemblaient beaucoup.

« Je te parlerai de lui à l’occasion. » glissa-t-elle dans un sourire.

Il était presque étrange comme le flambeau se transmettait de génération en génération. Ahva n’avait jamais connu son oncle rouge mais elle pouvait pourtant écrire un grimoire à sa mémoire tant elle avait emmagasiné d’information. Peut-être serait-ce le cas de Raksà avec sa grand-mère mais beaucoup pouvaient se prévaloir de cet honneur car Kuzali avait traversé chaque frontière. Samekh, lui, était moins connu et pourtant il lui semblait que son ombre demeurait dans chaque histoire qui avait fait trembler la Terre des Lions. Père des héritiers du trône d’Outland mais également régicide. Une personne controversée mais ô combien fascinant. Surtout quand on prenait en compte qu’il avait tué Farao en vertu d’un pacte offrant terre sainte à sa protégée. L’histoire était pleine de complexité.

Justifiant ses doutes, Raksà évoqua leur abandon de la Lande. AHva ne doutait pas que cela avait dû marquer les quatre lionceaux de l’époque, elle se souvient encore de leur visage apeuré quand il les avait rencontrés. Brr, quel climat avait régner ce jour-là. Elle regrettait aujourd’hui de ne pas s’être montré plus chaleureuse à ‘l’égard des nouveaux-venu mais à l’époque, son cœur n’était pas à la réjouissance mais empli de colère et de rancœur. L’amour et la joie y trouvait alors difficilement place.

« Ça ne recommencera pas, n’ai crainte. Tu es ici chez toi maintenant, aussi longtemps que tu le souhaite. »

Son regard était chaleureux et plein de promesse. Elle n’excluait les possibles envies passagères du jeune lion car beaucoup quittaient leur foyer une fois à l’âge adulte pour voir du pays mais qu’il le sache, il aura toujours une place sur Prideland.

Quant à sa proposition, l’adolescent accepta avec joie. Son expression de bonheur était si réjouissante à voir qu’Ahva souriait d’un air attendri quoique flattée par ce bouleversement dont elle était la cause. Elle ignorait que son partage provoquerait tel réjouissance. Son regard s’embrasa quand elle découvrit chez l’adolescent cette flamme si particulière. Le potentiel était déjà là, elle le voyait. Ne restait plus qu’à l’exploiter.

« Bien, nous avons un accord alors. Voyons ce que je peux tirer de toi. »

Son regard se métamorphosa en une mine taquine. Oh il fallait se méfier de la princesse, sa malice n’avait malheureusement pas disparu avec l’âge. Quand commencerait-il ? Plus tôt qu’il ne le pensait. Ahva lui adressa un grand sourire avant d’abattre sa patte sur l’épaule de l’adolescent, le précipitant dans l’eau.

« Première leçon : l’effet de surprise ! » clama-t-elle à l’intention du jeune lion tandis qu’elle ne narguait de l’autre côté de la rive.

Ahva se retenait pour ne pas éclater de rire. Comme il était jouissif de lui jouer ce même tour que tous ses mentors avaient fait subir à leurs apprenties. Être le chef offrait des avantages considérables. Hmm, son sadisme faisait froid dans le dos, pas vrai Raksà ? Observant l’adolescent pour parer toute éventuelle représailles -comme elle autrefois-, Ahva demeurait campée sur ses positions, alertée et fluide dans ses mouvements. Elle sortit l’une de ses griffes, non pas pour blesser son neveu, mais pour la planter dans la masse boueuse mêlant eau et terre.

« Toujours étudier ton environnement. Selon sa spécificité, il pourra t’aider si tu sais le manipuler à ton avantage. »

L’eau par exemple. Sa force retient celle du lion et empêche ses mouvements. Un adversaire à l’eau est une proie facile et même après, son pelage mouillé l’handicap, il devient lent et lourd. Ahva toussota l’air innocent puis de sa griffe, envoya une pichenette en direction de l’adolescent, laissant alors échapper une étrange masse qui s’écrasa en plein entre les deux yeux du lion.

« Deuxième leçon, complémentaire de la première. Le danger peut venir de n’importe où. »

Elle lui souriait d’un air amusé. Pauvre Raksà, sûrement ne s’était-il pas attendu à ça. Si elle continuait ainsi, la lionne allait faire fuir son premier disciple. Ahva soupira, comme fatiguée par ses propres bêtises et s’approcha de la surface troublée. Âme sensible, elle tendit la patte à son neveu pour l’aider à sortir de l’eau mais aussi en gage de paix.

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 77
En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Dim 17 Déc - 12:53




Ses oreilles se mouvèrent légèrement quand il entendit le nom de « Samekh » - cela lui était familier sans pour autant lui rappeler beaucoup de souvenirs. En vérité il n’avait entendu ce nom qu’une seule fois et couplé à plusieurs autres dont il avait du mal à se souvenir. Alors qu’il essayait de se remémorer les noms exacts, il fut ramené à la réalité par une seule phrase qui lui fit froncer légèrement les sourcils :

« Bien, nous avons un accord alors. Voyons ce que je peux tirer de toi. »
« Hein ? »

Et la suite ne se fit pas attendre – Raksà n’eût même pas le loisir de se rendre compte de la chose. La patte de sa tante s’était abattue sur son épaule et peu importe la volonté de l’adolescent, celui-ci s’étala, la figure la première dans l’eau de l’étang. L’effet de surprise n’est-ce pas ? C’était très réussi en tout cas et lorsque Raksà se redressa, sa crinière lui collait au visage et de l’eau dégoulinait d’absolument partout. Il devait être beau à voir tiens, le poil tombant à cause du poids de l’eau.

Mais alors que ça aurait pu être tout, sa Tante passa à la seconde leçon – l’environnement. Raksà passa une patte sur son visage pour enlever les crins trempés de devant ses yeux. Il eût à peine le temps de dégager l’un de ses mèches que le sourire de sa tante fit écho à la boue qui venait de s’étaler sur son museau, pile entre ses deux yeux. Il loucha d’ailleurs pour voir l’étendue des dégâts – du point de vue de sa Tante cela devait être bien drôle à voir. Il enleva la boue d’un revers de patte avant de déclarer avec un ton faussement tragique :

« C’est malin, je suis sûr que je pèse aussi lourd qu’un éléphant maintenant ! »

Mais il ne se laisserait pas impressionner par un peu d’eau et de la boue sur son museau – il avait fait joujou avec un crocodile il n’y a pas si longtemps, alors l’eau était bien la dernière chose capable de l’effrayer. Alors qu’il réfléchissait à un moyen de répliquer, la solution apparut d’elle même. Sa tante venait de lui tendre la patte pour l’aider à sortir de là. Il fit mine de bouder en demandant :

« Tu vas encore me pousser dans l’eau ? »

Mais il tendit quand même la patte et alors qu’elle aurait pu tirer pour l’aider à se relever, il contre-balança tout son poids en arrière pour l’entraîner avec lui dans l’eau. Raksà n’était pas réellement rancunier mais il trouvait que ce n’était que justice – un sourire en coin s’était dessiné sur ses babines tandis qu’il entraînait sa Tante avec lui. Bien sûr il vacilla également, profitant encore de la fraîcheur de l’eau et de tout son poids bien entendu. Écartant encore une fois ses mèches de son front, il dit avec une certaine fierté :

« Troisième leçon, ne jamais baisser sa garde ! »

C’était peut-être un coup bas mais l’adolescent ne put s’empêcher de rire franchement en constatant les dégâts. Il réussit à articuler entre deux gloussements :

« Pardon Tante Ahva, l’occasion était trop belle ! »

Et comme pour confirmer qu’il ne faisait que s’amuser, il laissa sa patte avant heurter la surface de l’eau pour éclabousser la princesse.

_________________
©️ Kiowara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4808-raksa-the-warrior
avatar
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 977
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   Jeu 21 Déc - 9:36


Raksà avait bien belle mine ainsi et la guerrière esquissait un sourire malicieux. Tandis qu’elle lui offrait sa patte en guise de réconciliation, l’adolescent ne cachait pas sa suspicion. Oh sa petite mine boudeuse était bien succulente. Si elle allait encore le pousser ?

« C’est de l’apprentissage, pas de la persécution. » lui répondit-elle dans un sourire.

Alors, l’adolescent tendit sa patte et pris la sienne mais plutôt que de saisir cette chance de retrouver la berge, il lui offrit un sourire bien taquin. Ahva comprit son intention mais c’était trop tard. Il contrebalança tout son poids et entraîna la lionne avec lui. La lionne poussa un petit cri de protestation avant de plonger tête la première dans l’étang.

L’eau n’étant guère profonde, elle émergea aussi devant son neveu, l’air horrifié. Oh alors comme ça il osait jeter la princesse de Prideland à l’eau ? Fier comme un coq, il lui annonça la troisième leçon, celle de jamais baisser sa garde. Sourire aux babines, Ahva passa sa patte dans sa mèche dégoulinante qui lui bouffait les yeux et la dressa en arrière. Très vite contaminée par l’hilarité de son neveu, elle rit aux éclats à son tour. Et voilà, le coup de l’arroseur arrosé et c’était le cas de le dire. Combien de temps qu’elle n’avait pas ri de la sorte ? Oh trop pour qu’elle puisse s’en rappeler.

Taquin, il éclaboussa la lionne d’un revers de la patte. Ahva protesta d’un petit cri avant de se dégager avec maladresse, ralenti par l’eau. Encore secouée par quelques gloussements, elle s’ébroua l’encolure pour en dégager les trombes d’eau qui dégoulinaient.

« Hmm, je vois… » murmura-t-elle dans un demi-sourire tandis que ses pattes prenaient place sous l’eau. « Si tu veux la jouer comme ça … » Son regard prenait soin de capter toute l’attention du jeune lion pour l’attirer loin de ce qu’elle manigancer. Bien, le piège était maintenant en place. Son sourire muta en malice.« BATAILLE AQUATIQUE ! »

A peine ces mots prononcés, Ahva se propulsa à l’aide ses pattes arrière et se jeta sur l’adolescent. Ralentie par l’eau, elle n’en tentait pas moins de passer sa tête sous l’eau pour lui faire payer son insolence. Elle riait aux éclats, très énergisée par ces jeux d’enfants.

Les deux lions jouèrent ainsi quelques temps sous le regard étonné des quelques animaux venus de se rafraîchir. Captant le regard pressant d’un des guerriers du clan, Ahva comprit qu’on avait besoin d’elle ailleurs. Son sourire s’évanouit discrètement. Hmm oui, évidemment. Elle soupira brièvement avant d’assener un dernier coup d’épaule à l’adolescent puis regagna la rive. Ébrouant son pelage ambré, elle se dressa l’air fier devant son nouvel élève.

« L’entraînement commencera demain matin. Je serais en patrouille, ce sera là ta quatrième leçon : le pistage. »

Elle lui adressa un regard galvanisant. Évidemment elle ne lui faciliterai pas la tâche, ce ne serait pas drôle sinon.

« Ne me fais pas trop attendre. » conditionna-t-elle d’un air de défi.

Elle se cachait bien de le montrer mais la lionne était impatiente de commencer. Elle n’avait jamais encore transmis son savoir mais plus encore que l’idée glorifiante de devenir mentor à son tour, elle voulait voir les capacités de Raksà et l’aider à se perfectionner. Et puis, passer du temps avec son neveu ne serait pas pour lui déplaire. Ils semblaient être partis d’un très bon pied et cela la réjouissait. Trottinant jusqu’au guerrier, celui-ci lui souffla quelques mots à l’oreille puis les deux lions s’éloignèrent discrètement de la foule pour partir en direction de la savane. La journée n’était pas encore terminée pour la princesse guerrière.

@Ahva a écrit:
Fin pour moi, merci pour ce RP c'était au top I love you

_________________
Royal family:
 


Images © Awena & Akinyi
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Warriors bound (RASKA)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Warriors bound (RASKA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Warriors of Crom (WoC)
» New Warriors : semaine 1
» [Partenariat] Warriors Cats Adventure
» Unstoppable Warriors - Communauté Multi-Gaming
» [Bound For Glory] 2013 sera Gold!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: CHAPITRE VIII
-