AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 249
Localisation : In your mind !

En savoir +
MessageSujet: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   Lun 24 Juil - 21:55

« La mort n'existe que pour ceux qui restent »
OS libre aux volontaires

Le soleil n'était pas encore levé quand Kuzaidia avait quitté la caverne ce matin là. La nuit plongeait la Terre des Lions dans un calme où le silence régnait en maître, et la mandrill aimait cette heure-là. Il n'y avait nul bruit, nul dérangement. Seuls les animaux nocturnes laissaient entendre quelques grattement tandis qu'ils vaquaient à leur occupations, guidés par leur instinct. La nature était bien faite, peut-être trop, parfois. L'instinct animal était quelque chose d'inébranlable, qu'il était impossible d'effacer. Malgré tout, ce n'était pas toujours le chemin suivi, et les voies qu'il empruntait n'étaient parfois pas les plus judicieuses. Qu'importe, le règne animal était ce qu'il était, et personne ne pouvait en changer. Il en était ainsi depuis des décennies ; les générations se succédaient sans renier leur instinct. C'était là la clé de la survie.

Bien évidemment, l'instinct n'était pas la seule voie décisionnaire. Bien souvent, le coeur ou les valeurs s'y opposaient, créant alors un dilemme difficile à résoudre pour quiconque y avait déjà été confronté. Et parfois, à l'issu de ce choix, le regret faisait surface, malheureusement trop tard. L'instinct de survie, ou les valeurs du cœur. Tel était le choix auquel tout être vivant était un jour confronté. Parfois même plusieurs fois, au grand désarroi de ceux qui n'avaient pas la chance d'être dispensé de ce douloureux choix. Kuzaidia le savait bien, elle en était la première concernée. Sa mère avait choisit le cœur et l'honneur, laissant un vide impossible à combler pour sauver ceux qu'elle aimait. Kuzaidia avait fait de même pour aider les Pridelanders. Tôt ou tard, ils auraient besoin d'elle. Que la décision soit importante ou non, son savoir et son expérience ne pouvaient qu'être bénéfique pour les héritiers du trône. Elle n'escomptait pas les influencer - loin d'elle cette pensée - mais elle espérait plutôt être en mesure de leur faire comprendre l'importance cruciale de ce choix, peu important l'heure à laquelle il surviendrait.

C'était à cela qu'elle songeait tandis que le soleil se levait lentement à l'est. Toujours à la recherche de nouvelles découvertes pour développer ses connaissances, la mandrill se plaisait à s'éloigner parfois plusieurs jours pour parcourir des terres moins connues. Évidemment, elle restait liée à Prideland, mais son statut particulier lui donnait implicitement le droit de se rendre où elle le désirait. Chacun savait que la chaman de Prideland était tout à fait pacifique, et qu'il n'émanait aucune menace de sa présence. Comment aurait-elle pu continuer de peindre la grande fresque de la Terre des Lions si elle n'était pas en mesure de se rendre auprès de chaque clan pour y apprendre les changements ? Il était certain que certains clans refuseraient toujours de la recevoir - pour ne citer que les Jangowas - malgré tout les autres clans restaient en mesure de lui fournir les détails principaux, les grands changements ne restant jamais inaperçus.

Et tandis que son regard balayait la Terre des Lions comme elle en avait souvent l'habitude, Kuzaidia finit par arriver non loin du grand Baobab, cet arbre immense que tout un chacun connaissait au moins de nom. Elle s'y rendait souvent, tant pour y méditer que pour s'y approvisionner en plantes et en végétaux. Néanmoins ce jour-là, quelque chose la troubla. Non loin du tronc, il y avait une masse inerte. Il n'était pas rare que des voyageurs s'y arrêtent pour se reposer, mais son instinct lui dictait qu'il y avait quelque chose d'anormal dans le paysage qu'elle voyait. Ce voyageur là ne se reposait pas ; il était mort. Aussi étrange fut-ce cette découverte, la mandrill était certaine d'elle. Avec prudence, elle se rapprocha malgré tout du baobab dans l'intention de trouver une explication à la scène qu'elle venait de découvrir. Kuzaidia ne craignait pas la mort, mais cette dernière n'était jamais anodine, et derrière un simple fait se cachait bien des choses. Il y avait toujours un raison. Toujours. Les coïncidences n'existaient pas.

Il n'y avait nulle âme qui vive aux alentours de la dépouille. Il s'agissait d'un mâle, plutôt grand et trapu, mais moins que les Nordiques ou les Nyeusis. Son pelage clair témoignait d'un lien avec les Jangowas. S'il ne semblait pas en être un - il était trop massif pour cela - le lion avait certainement vécu un moment dans le désert pour que sa silhouette et son pelage se soit à ce point adaptés. S'il avait été un de leurs, ou du moins un membre de leur clan, alors sa dépouille ne serait pas restée là. Pas comme ça. En l'observant de plus près, il semblait clair qu'il s'était récemment battu. Des larges plaies, désormais taries, étaient visibles à plusieurs endroits. Sa crinière et son pelage étaient tâchés de sang, et sa gueule entrouverte laissait entrevoir des crocs eux aussi sanguinolents. A n'en pas douter, ce lion-là s'était battu. Mais qui était-il ? S'il avait été un Jangowa, il serait mort dans le désert. S'il avait été un de leurs ennemis aussi, car les Jangowas ne laissaient jamais partir un adversaire. Ils l'achevaient, sans aucune pitié. Comment ce mâle pouvait-il alors être arrivé jusqu'ici ? Songeuse, Kuzaidia se tenait toujours près du mâle, tentant de démêler le mystère qui se tenait devant elle. Bien évidemment, cela n'était sans doute qu'une mort comme une autre, mais la mandrill doutait d'être arrivée à ce moment précis par hasard. Si ses ancêtres l'avaient guidés jusqu'ici aujourd'hui, c'était pour qu'elle trouve ce mâle. Mais pourquoi lui ?

Et tandis que les heures passaient, la primate de Prideland était restée là, à chercher la raison de la présence de ce mâle ici. Elle avait observé la masse inerte pendant de longues heures ; passé sa main dans le poil terne à maintes reprises, sans comprendre. Il avait des cicatrices ; de nombreuses cicatrices, comme des trophées de guerre. L'une de ses oreilles était déchirée, et des marques bien particulières soulignaient ses yeux. Et pourtant, il ne disait rien à Kuzaidia. La mandrill était loin de connaitre tous les lions de cette terre, et s'il n'était jamais venu sur Prideland, il était peu probable qu'elle l'ait déjà vu. La nuit était tombée, désormais, et le pelage couleur sable s'était terni dans l'obscurité tandis que Kuzaidia cherchait toujours à comprendre. Certains auraient appelé ça de l'obstination, d'autant que cette information n'intéresserait sans doute personne, mais elle avait à coeur de découvrir qui il était pour honorer sa mémoire. Chaque lion ne méritait-il pas qu'on se souvienne de lui ? Il était mort seul - probablement - mais quelqu'un devait bien le connaître. Si seulement elle avait pu savoir son nom, peut-être quelqu'un aurait-il pu l'éclairer ?

Une légère brise faisait bruisser le feuillage des arbres tandis que la mandrill méditait sur une branche. Les Jangowas n'acceptaient pas les étrangers dans leurs clans - sauf cas très rare - et il était évident que le grand mâle - s'il avait du sang Jangowa - n'était pas entièrement un lion du désert. Malgré tout, il y avait vécu. Et il semblait s'être mis quelqu'un à dos. Cela aurait pu être n'importe qui, bien sûr, mais les plaques de sables collées au sang séché étaient la preuve qu'il s'était battu dans le désert. Contre un Jangowa, donc. S'il était étranger au désert, alors deux solutions s'étaient sans doute offerte à lui lorsqu'il était tombé sur une patrouille : tourner le dos, ou faire face. Puisque toute vie l'avait quitté, il était évident qu'il n'avait pas baissé la tête, à moins que les Jangowas l'aient pourchassé. Dans les deux cas, cela l'avait mené à la mort, ou presque. Puisque sa dépouille se trouvait là, alors il avait quitté le désert en étant encore en vie. Les Jangowas ne laissaient pourtant pas de blessés, préférant l'honneur de la mort à la défaite. Mais si tel était le cas, cela signifiait que le mâle avait été laissé pour mort volontairement, sachant pertinemment que le désert était une terre hostile qui reprenait tout ce qui lui appartenait tôt ou tard. Un tel déshonneur ne pouvait être celui d'un étranger quelconque, ni même d'un ancien membre du clan. Sauf si ce dernier était un exilé.

Hatari. Ce nom lui revînt en mémoire comme un éclair en plein jour. Exilé du désert, sa réputation n'était plus à faire. Il avait tué Chenko, et obligé l'Empereur du désert à dépêcher une patrouille hors du désert pour le retrouver, tant son affront avait entaché l'honneur des lions du désert. Banni par Akili pour avoir refusé de s'en prendre aux Mositus, il avait été exilé étant jeune, à peine adulte, mais il avait pourtant survécu là où personne ne donnait cher de sa peau. Ce nom n'était pas inconnu non plus chez les Pridelanders, puisque c'était précisément près du rocher que l'exilé avait vu le jour avec son frère jumeau, Usiku. Kuzaidia n'avait pas eu l'occasion de rencontrer leurs parents - morts avant son arrivée - mais elle connaissait Usiku. Il parlait peu de son frère, leur dernière rencontre ayant été plus que blessante pour lui. Et comme ils ne se ressemblaient pas, elle n'avait pas pu deviner que la dépouille était celle de son jumeau. L'histoire des jumeaux étaient assez floues, et plutôt anciennes ; peu de Pridelanders la connaissaient. Malgré tout, Kuzaidia savait que Kumpa connaissait Hatari. Le Roi de Prideland lui avait interdit l'accès à ses terres après qu'il ait menacé de s'en prendre à Usiku.

Il y avait bien autre chose à propos de ce grand mâle ; mais Kuzaidia était l'une des seules à le savoir. Elle gardait avec elle le secret de l'existence du fils d'Hatari : Rána. La mandrill ne pouvait dire où il se trouvait actuellement, mais ce n'était pas l'important. Il y a plus d'un an de cela déjà, Safi était venu la voir. Jeune lionne faisant partie du clan, elle menait une existence des plus ordinaires, jusqu'à ce qu'elle donne naissance à un petit mâle. Si c'était monnaie courante chez les Pridelanders, le fait que le père soit absent l'était moins. Et les membres du clan avaient beau avoir posé la question, Safi était restée muette comme une tombe. Et un jour, elle était venu trouver Kuzaidia. La primate s'en souvenait sans difficulté. La jeune lionne lui avait tout raconté. L'existence d'Hatari, et son statut. Son histoire, ou plutôt la leur, qu'elle avait cru oublié lorsqu'il avait disparût, jusqu'à ce qu'elle entende à nouveau parler de lui. Elle avait confié à Kuzaidia toute l'histoire, sans oublier aucun détail, en lui demandant - lorsque le temps viendrait - de savoir l'expliquer au sien. Il n'était pas bien vu de s'accoupler avec un exilé, et Safi craignait pour la vie de son compagnon et celle de son fils. Son silence n'avait pour seul but que d'éviter à Rána d'être rejeté par les siens. Pourtant, elle n'avait pu se résoudre à taire complètement son secret, dans l'éventualité où Rána aurait un jour besoin de trouver refuge chez les siens, là où il était né.

Alors Kuzaidia avait promis de garder le secret. Elle ne savait ce qu'il adviendrait de Safi, de Rána et d'Hatari, mais la confiance que lui avait donné la jeune lionne l'avait touché. Et puis Safi avait disparut. Du jour au lendemain, elle était partie sans prévenir personne. Durant des mois, la mandrill avait enterré ce secret au plus profond d'elle-même, jusqu'à aujourd'hui. Hatari n'était plus, mais Safi n'était jamais revenu chez les Pridelanders. Cela ne pouvait signifier qu'une chose. Le cœur de Kuzaidia se serra quand elle compris. Safi n'était plus de ce monde non plus, sans quoi elle serait venu retrouver la sécurité des siens, elle en était persuadée. La jeune lionne était trop loyale pour abandonner totalement les siens. Si Hatari et Safi était mort, cela signifiait que le jeune Rána se trouvait désormais orphelin, à moins qu'il soit mort également. Kuzaidia ne connaissait pas la raison de la mort de Safi, mais celle d'Hatari était évidente. Il avait bafoué l'honneur des Jangowas, et ils ne sauraient l'oublier. C'était aussi la raison pour laquelle Safi avait tenu à garder secrète l'ascendance de son fils. Si un lion mal attentionné venait à découvrir la vérité, alors Rána serait en danger. Les Jangowas ne laissaient personne bafouer leur lois impunément, et si l'exilé était mort, nul doute que les lions du désert ne se priveraient pas d'essayer de faire disparaître la moindre trace de son sang, peu importe l'innocence de son descendant.

Le mystère désormais résolu, Kuzaidia se sentait apaisée. Elle était peinée pour Safi, et pour Rána, pour Hatari aussi, mais cela ne changerait pas les choses. Désormais, il lui appartenait d'annoncer la mort d'Hatari aux Pridelanders, car il restait un ancien membre de leur clan. Peut-être était-il également temps de révéler à Kumpa que l'exilé avait un descendant qui appartenait directement à leurs lignées, et qui pourrait un jour avoir besoin d'eux. Descendant de son arbre, la mandrill s'approcha à nouveau de la dépouille, en bien piteux état. Nul doute qu'il s'était battu jusqu'au bout pour sauver l'honneur des siens. Kuzaidia ne l'oublierait pas. Un jour, elle irait trouver Rána, et elle lui conterait l'histoire de son père comme le lui avait demandé Safi. En attendant, il était temps de rentrer. Elle ne pouvait plus rien pour Hatari, désormais. Posant une main sur la joue du grand mâle, elle la plongea ensuite dans la longue crinière du mâle, et en arracha doucement une mèche. Une simple poignée de crin, comme un dernier souvenir d'un père à son fils.

_________________
Kuzaidia conseille en #B3564A

Kit © Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3587-kuzaidia-suivre-les-pas-d
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 460
Localisation : En vadrouille.

En savoir +
MessageSujet: Re: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   Lun 7 Aoû - 10:30


Le lion rouge marchait un peu aveuglément, le regard plongé dans l'horizon, vague. Il songeait à maintes choses tracassant son esprit : sa sœur, les responsabilités qu'il prenait sur les épaules après ce qu'il avait promit à sa sœur. Être présent. Cela voulait dire qu'il se coupait les ailes, qu'il se mettait une chaîne et ne partirait plus vagabonder loin, sans savoir où aller, porté par des pattes et des désirs de voir du pays, de voir d'autres têtes. Vita avait toujours été un lion libre de toutes entraves, déjà petit, malgré les interdictions de son oncle et de sa mère, il trouvait le moyen de déguerpir. On lui disait de ne pas poser les pattes sur Pridelands ? Alors il y allait. On lui disait de ne pas aller au delà d'un certain périmètre de la grotte familiale ? Il y allait. Ne pas aller plus loin que ces rochers, ces arbres ? Il y allait ! Autant par esprit de contradiction que par dégoût de devoir rester coincé au même endroit.

Puis très tôt, il était partit. A l'aube de ses trois ans, alors que son oncle était mort, que sa mère avait perdu la vie et que sa sœur avait rejoint Outland, le jeune lion qu'il a avait été était partit. Il avait foulé les terres, rencontré des lions, dès panthères, des singes et tant d'autre bêtes peuplant la Terre des Lions.

Maintenant ? À cause d'un imbécile qui n'avait ni su se tenir, ni faire un choix, voilà qu'il devait rester non loin d'Outlands. Il ne verrait pas la Jungle avant un bon moment, ni le désert, ni Freelands, ni les environs du Royaume Nordique. Vita soupira légèrement, les oreilles basses. Il y avait quand même un point plutôt positif : Rána, le petit serait plus âgé que le ou les enfants d'Ishana et donc, il pourrait bien aider. Car même si sa tendre jumelle était aussi superbe que forte, elle n'était pas invincible et sans repos, elle finirait par dépérir. Devoir s'occuper d'une ribambelle d'enfants, d'un Clan entier et d'elle-même, ce n'était pas une mince épreuve. Alors Vita avait décidé de rester l'aider. Tout simplement. N'était-ce pas son devoir ? Elle était celle qui comptait le plus à ses yeux, elle était celle pour qui il soulèverait des montagnes alors il acceptait de s'enchaîner quelques temps pour elle.

Vita aperçut le Grand Baobab, lieu qu'il avait souvent affectionné entre deux voyages. Passer la nuit dans ses branches était apaisant, il protégeait et abritait tout le monde. Même, parfois, les carcasses de lions venus mourir là. Pourquoi ? Le Rouge y avait longuement pensé, pourquoi ce lieu attirait tant les mourants ? Mourrait-il ici, lui ? Selon les traditions des Lions du Feu, le corps d'un Enfant du Feu devait être brûlé pour livrer bataille aux côtés de l'Esprit du Feu. Brûle par un fils. Aurait-il seulement un fils qui fêtait un tel acte comme, lui, l'avait fait pour son oncle ? Ses pensées filaient, parfois cohérentes, parfois non, les liens entre elles étaient des fois légers. Mais alors qu'il revenait sur terre, Vita s'arrêta. Il y avait là une mandrill et une carcasse couleur sable.

Intrigué, Vita approcha tranquillement, posant d'abord ses prunelles sur la mandrill qui tenait des crins, puis sur le lion mort. Son corps était particulièrement abîmé, sali autant par du sang que du sable. Qui était-il ? Un Jangowa ? Les Jangowa ne mourraient pas loin de leur Désert adoré, à moins qu'il n'ait été chassé. Mais Vita avait souvent vu des Jangowa et ils n'étaient pas aussi grands et musclés, du moins, leur musculature était différente. Vita posa à nouveau son regard orange sur le singe.

« Qui est-il ? »

L'agissement de la mandrill était plutôt étrange, il fallait l'avouer, et que faisait-elle ici ? Seule ? Vivait-elle dans les environs ? Vita était plutôt dubitatif.

_________________
Enfant du Feu.
Wild and strong, you can't be contained.
Never bound nor ever chained.




Vita vous agace en #660000
Avatar ©️ Awena. Signature ©️ Akinyi.
Personnage ©️ Prince Voldy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4011-vita-l-histoire-d-une-ame
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 249
Localisation : In your mind !

En savoir +
MessageSujet: Re: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   Mer 16 Aoû - 19:37

« La mort n'existe que pour ceux qui restent »
OS ─ Vita

Elle tenait cette simple poignée de crin dans sa main ; poignée de crins blonds ternis par l'absence de vitalité. La mort, Kuzaidia l'avait contemplé en face plus d'une fois, et si elle ne la craignait pas ni ne la redoutait, elle savait les ravages que cette dernière pouvait causer. Elle était simplement peinée pour ce grand mâle et sa famille. Malgré tout, il était désormais en paix avec ses ancêtres. Sans qu'elle s'en aperçoive, un autre lion s'était approché. Un grand mâle brun, cette fois, au pelage presque rouge et à la crinière sombre. La mandrill ne le connaissait pas, mais elle n'avait nulle raison de s'inquiéter de sa présence. Mis à part les Jangowas et quelques exceptions, les lions de cette Terre savait qui elle était, et n'avaient nul besoin de s'en prendre à elle.

─ Qui est-il ?

Pas d'introduction, pas de prélude, pas même un simple bonjour. Ce simple fait en disait long sur lui pour Kuzaidia, elle qui passait tant de temps à étudier le monde. Cela ne signifiait pas forcément qu'il était mené par des valeurs peu empathiques, mais plutôt qu'il n'était pas de ces lions extravertis qui peuplaient la terre des lions. Un taciturne, rien de moins sans doute. Le primate se tourna donc vers lui, le regard doux et la mèche toujours à la main, avant de répondre simplement :

─ Un lion en paix.

Pas très explicite, certes, mais c'était la réalité aux yeux de Kuzaidia. A dire vrai, la mandrill aimait s'exprimer par ce genre de phrase assez vague, parfois profonde, qui donnait à son interlocuteur tout loisir de s'exprimer. Néanmoins, elle ne manquait jamais de s'expliquer plus en détail par la suite, son intention n'étant pas de cacher la vérité aux yeux des autres, mais plutôt de leur ouvrir les yeux et le cœur lorsqu'ils seraient prêts. Kuzaidia ne doutait pas que tout un chacun était en mesure de pacifier sa propre existence pour vivre sereinement. Elle posa à nouveau une main sur l'épaule du grand lion doré, caressant son pelage fin et dessinant la courbe de ses muscles puissants.

─ Il était l'un de ces exilés traqués par la vie. Les lions du désert ne lui ont jamais pardonné son offense.

Pas beaucoup plus, mais cela donnait déjà une idée au mâle de qui cet exilé pouvait être. Ils n'étaient pas si nombreux. La suite viendrait si le mâle au pelage brun le souhaitait, et le lui demandait. Il avait le droit de savoir, et indirectement, cela contribuerait à répandre la nouvelle, car nul ne se doutait sans doute que l'un des derniers exilés Jangowas était tombé.

_________________
Kuzaidia conseille en #B3564A

Kit © Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3587-kuzaidia-suivre-les-pas-d
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 460
Localisation : En vadrouille.

En savoir +
MessageSujet: Re: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   Mar 29 Aoû - 0:07


Vita observait la mandrill, l'air tranquille, les traits du visage détendus. La connaissait-il ? Peut-être avait-il entendu parler d'une mandrill affiliée à Prideland, à vrai dire, l'information ne lui remontait pas à l'esprit pour le moment. Ou peut-être était-ce simplement qu'il n'en avait pas grand-chose à faire, plutôt intrigué par ce cadavre. Malgré le regard doux du singe, l'Enfant du Feu ne fut guère plus souriant, agacé par la réponse de la femelle. Un lion en paix ? Certes, mais cela ne lui apportait pas réponse sur son identité, du moins, pas entièrement. Vita soupira donc un peu, glissant ses prunelles orangées sur la lion sablé, fronçant un peu les sourcils, le détaillant davantage, observant les gestes doux et légers de la mandrill sur son corps amoché. Il se dégageait d'elle quelque chose de presque apaisant et le rouge se débarrassa bien vite de sa pointe d'agacement, l'observant attentivement.

Un exilé ? Les lions du désert ? Vita ne suivait pas beaucoup les histoires du la terre des lions, ennuyée par celle-ci mais retenant celles dans lesquelles, éventuellement, il pourrait mettre son grain de sel afin d'envenimer la situation. Cependant les exilés l'avaient généralement peu intéressés. Pourtant... il n'avait pas pu passer à côté des récits à propos d'un lion sable appelé Hatari, sa sœur lui en avait longuement parlé, par rapport à Ràna. Hatari avait eut un fils, mais traqué, les ennuis avaient finit par le rattraper, d'où la décision de laisser son fils aux pattes d'autres. Ce qu'il avait fait ? Sûrement beaucoup, Vita ne savait pas exactement mais le sablé était un lion connu sur la Terre des Lions, assurément.

Le rouge observa à nouveau le cadavre, remarquant que le poil sablé ressemblait à celui qu'arborait Ràna sur ses marques. Vita plissa ses yeux, songeur. Se pourrait-il que ce lion là soit Hatari, l'exilé Jangowa qui en avait fait bavé à ses anciens compagnons ? Le fameux père de Ràna, celui qui l'avait laissé aux soins de sa chère jumelle ? Le petit était très agréable à vivre et Ishana rayonnait de bonheur de s'en occuper alors, Vita n'avait pas forcément d'animosité envers l'enfant. Cependant, cela signifiait que son père ne reviendrait jamais. Qu'il était laissé aux Outlanders pour toujours mais si c'était aussi bien cela... Vita secoua la tête pour lui-même ; Il devait d'abord en avoir le cœur net. Lentement, il reposa son attention sur la mandrill.

« S'appelle t-il Hatari ? » Souffla le rouge, le faciès toujours aussi neutre.


_________________
Enfant du Feu.
Wild and strong, you can't be contained.
Never bound nor ever chained.




Vita vous agace en #660000
Avatar ©️ Awena. Signature ©️ Akinyi.
Personnage ©️ Prince Voldy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4011-vita-l-histoire-d-une-ame
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 249
Localisation : In your mind !

En savoir +
MessageSujet: Re: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   Dim 17 Sep - 17:39

« La mort n'existe que pour ceux qui restent »
OS ─ Vita

Le mâle au pelage ocre n'avait rien ajouté, se contentant de regarder Kuzaidia d'un air impassible. Son faciès n'avait pas même laissé transparaitre d'émotions lorsqu'il avait posé sa question d'une voix toujours imperturbable :

─ S'appelle t-il Hatari ?

Levant à nouveau les yeux vers le nouveau venu, Kuzaidia garda le silence quelques minutes, détaillant ce grand mâle qui lui faisait face. Qui était-il, lui qui semblait connaître l'exilé ? Certainement pas un Jangowa, impossible au regard de sa couleur de pelage. Il n'était pas de Prideland, sans quoi la mandrill l'aurait reconnu, et pas du Nord non plus. Un voyageur ? Un membre des Outlanders ou des Mositus ? Un Freelander ? La primate ne pouvait guère en deviner plus sans lui poser la question, mais cela était-il réellement nécessaire ?

─ Le connaissais-tu ?

Elle n'avait pas répondu par l'affirmative à la question du lion, mais sa réponse voulait tout dire. Oui, il s'agissait bien de l'exilé Jangowa auquel pensait ce mâle. La mandrill se sentait intriguée par les faits communs qui avaient pu réunir un jour les deux mâles ; les exilés n'avaient pas pour habitude de nouer beaucoup de liens, pourtant Hatari semblait en avoir plus que de coutume. Ou peut-être le lion le connaissait-il seulement de nom, comme elle l'avait jadis connu fut un temps ?

_________________
Kuzaidia conseille en #B3564A

Kit © Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3587-kuzaidia-suivre-les-pas-d

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La mort n'existe que pour ceux qui restent || OS libre ||
» La mort n'existe que pour ceux qui restent. [PV Tengoku no Seigi]
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^
» Shannon. ◭ Le boomerang, c'est comme le frisbee, mais pour ceux qui n'ont pas d'amis.
» Un étalon pour moi ? Il n'existe pas !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
La Lande des Sans-Terre
 :: Le Grand Baobab
-