AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 17 Masculin
Nb de Messages : 84
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Lun 17 Juil - 20:20

Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis l’adoption de Sayidi par la famille de Kina, et il s’habituait peu à peu à sa nouvelle vie sur Prideland. Toutefois, même après tous ces cycles passé parmi les Pridelanders, l’adolescent ne pouvait réellement s’empêcher d’être surpris face à l’ambiance paisible qui régnait sur le territoire, au fait que les étrangers étaient facilement acceptés, ou encore à l’absence de purisme. Oh, Hofu le lui avait bien dit du temps où ils voyageaient, mais le savoir et le vivre se révélaient être des expériences très différentes.
Surtout lorsqu’on a dû souffrir six mois chez les Mositus en étant maudit d’être né avec l’apparence d’un Jangowa …
Songea amèrement Sayidi. Il avait très mal vécu ce racisme, notamment à cause des lionceaux du clan, qui eux, n’avaient jamais fait preuve du même tact que certains adultes. L’adolescent soupira, secouant légèrement la tête. Tout cela appartenait au passé, il n’avait plus besoin de remuer ces sombres souvenirs. L’esprit toujours un peu occupé malgré sa bonne volonté, le jeune, après une courte pause, recommença à errer le territoire, sans but précis. Puis il repéra le repère des Gardiens alors qu’il s’approchait du Rocher de la Fierté.

Les Gardiens. Voilà une structure qui avait toujours intrigué Sayidi depuis son adoption. Il ne connaissait pas grand-chose d’eux, si l’on omettait le savoir commun à propos de leur neutralité et de leur fonction de garant du respect du cycle de la vie. Dans tous les cas, l’adolescent était extrêmement curieux à leur sujet, observant régulièrement leurs moindres faits et gestes depuis un endroit stratégique. Ces lions, bien qu’il ne les connût pas, l’inspiraient et il n’était pas rare qu’il se surprît à rêver d’être un jour l’un des leurs. Son regard se posa alors naturellement sur un des Gardiens qui venait de sortir du repère.
Comment s’appelle-t-il, déjà ? Hidafiki ? Hifadhi ?
Sayidi détourna son regard. Ah, il ne se sentait jamais à l’aise avec ce gardien-là. Il lui rappelait bien trop les Mositus, avec son pelage brun, bien que plus clair que celui des lions de la jungle. Malgré tout, l’adolescent espérait un jour pouvoir surmonter sa méfiance, ne serait-ce que pour pouvoir tenter d’intégrer les Gardiens sans arrières-pensées. Tout cela dans l’espoir de se sentir un jour utile, à sa place ; car Sayidi ne se sentait pas Pridelander, pas plus qu’il ne s’était senti Mositu. Pourquoi donc ? L’adolescent ne pouvait expliquer cette impression que par l’intime sentiment qu’il avait de gêner sa famille adoptive.
En effet, malgré le temps qui s’était écoulé, il n’oubliait pas l’hostilité avec laquelle Dafina l’avait… Accueilli. Une vague de culpabilité le prit à ce souvenir. Si sa propre famille ne pouvait l’accepter, comment les Gardiens pourraient-ils daigner de le prendre sous leur aile en tant qu’aspirant, et peut-être apprenti ?

Sayidi soupira une nouvelle fois, complètement abattu. À quoi bon espérer ? Il était un moins-que-rien, une souillure. Maafa, ce Mositu cruel, n’avait jamais raté une occasion de le lui rappeler. L’adolescent s’avachit alors à l’ombre de son arbre de prédilection (celui qui lui permettait d’observer ses modèles), la tête posée sur ses pattes antérieures, n’ayant plus la motivation d’avancer. Son regard se riva de nouveau vers le repère des Gardiens, comme s’il s’agissait de la seule chose qu’il pouvait voir. Peut-être, ferait-il mieux d’abandonner avant d’essayer quoi que soit. Après tout, il n’avait pas spécialement envie de devoir revivre les railleries de Dafina, ou de faire honte à Djaili. Un petit gémissement s’échappa des babines du jeune. Ah, pourquoi ne pouvait-il pas être normal ?


HRP:
 

_________________

Avatar © Fy & Signature © Sayed
Sayidi parle en #ad5223


Dernière édition par Sayidi le Jeu 20 Juil - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4265-s-a-y-i-d-i-rapport#93706
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 377
En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Mer 19 Juil - 15:32

    Bien qu’elle ne fut pas du genre à s’inquiéter ni à s’apeurer, Chayà restait encore en proie à un vif traumatisme. Sa rencontre avec un Jangowa dans les gorges remontait à déjà quelques jours, et pourtant, les souvenirs étaient toujours aussi tenaces. Elle pensait qu’elle avait failli mourir ce jour là. Elle se souvenait de la peur, de son allégeance à un mort certaine, de cette paix intérieure qu’elle s’était octroyée et qui n’avait d’égal. Aujourd’hui seule la peur restait. Seule l’angoisse persistait dans son ventre, dans ses tripes, et elle s’en voulait.

    Par ailleurs, son sauvetage par Awena lui avait offert de nouvelles perspectives – et c’était d’ailleurs ces mêmes perspectives qui rendaient son effroi agaçant. Awena l’avait sauvée, et elle s’était jurée, au plus profond d’elle même d’en faire autant. Mais pour cela, elle ne devait plus avoir peur, elle ne devait craindre les bruits alentours, elle ne devait douter de Prideland. Pourtant, c’était un fait. C’était physique. Elle d’habitude si curieuse, si solitaire, avait préféré rester dans les environs du rocher, se murmurant à elle-même de se calmer, de ne pas se laisser envahir par ses souvenirs... Elle espérait qu’avec le temps, cette attitude s’évapore – tout comme la rancœur contre son propre père. Mais pour le moment, ni l’un ni l’autre ne semblaient être victime du temps et cela la rendait triste.

    Son père, c’était une chose, mais cette peur viscérale en était une autre. Elle était un handicap, un fléau à son but : celui de protéger l’héritière. Comment être bonne garde du corps si l’on a peur soit même. Comment avoir l’esprit libre et objectif, comment être de bon conseil quand les idées noires et les angoisses vous tourmentent ? Oui, elle était fâchée, si bien qu’elle ne fit pas bien attention et fonça, tête baissée, dans la croupe d’un adolescent qui était assis là – et qui n’avait rien demandé soit dit en passant. La petite femelle de suie s’ébroua un peu et leva les yeux vers lui les joues rouges. Elle lui dit d’une voix calme :

    « Excuse moi je ne t’avais pas vu j’étais... ailleurs. »

    Malgré sa faiblesse passagère, elle ne souhaitait pas qu’on la voie en proie au doute. C’était pourquoi, face à Sayidi, elle avait adopté une attitude semblant normale – bien que désolée. Espérant chasser les tracas, elle se dit qu’elle pourrait engager la conversation avec lui – de plus, son histoire l’intriguait. Elle savait qu’il n’était pas d’ici et qu’on l’avait retrouvé presque mort non loin des frontières. Depuis, il avait grandit – récemment arrivée, Chayà n’avait pas vraiment vu le changement - mais n'en restait pas moins mystérieux. Il était un lion qui avait déjà piqué son intérêt de par sa nature calme et réservée et elle n’avait jamais vraiment eut l’occasion de lui adresser réellement la parole. C’était le parfait moment pensa-t-elle, ravie. Il était assis face à l’entrée du repère des Gardiens et semblait songeur. Il n’était pas si difficile de deviner à quoi il pouvait penser mais qui sait, peut-être n’y pensait-il pas.

    « Ils t’intriguent ? » Demanda-t-elle, afin d’en avoir le cœur net. Elle s’avança un peu, s’asseyant à ses côtés et portant son regard sur l’entrée de la grotte, à son tour. Elle ne lui avait pas vraiment demandé son avis et s’était imposée près de lui d’un naturel déconcertant. Mais elle ne voulait pas se justifier, ni même lui demander la permission. Au fond d’elle, elle savait qu’elle avait bien plus besoin de compagnie qu’elle ne l’aurait imaginé...


_________________


kit ©Anoki

Speach: #000000 | Rapport du Matin | Présentation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4194-chaya#92680
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 17 Masculin
Nb de Messages : 84
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Sam 22 Juil - 19:16

Tellement concentré qu'il était d'observer les faits et gestes d'Hifadhi, qui se préparait à partir en patrouille, Sayidi ne vit pas arriver l'objet noir non-identifié qui lui fonça subitement dessus, et il sursauta comme jamais. Ce fut donc avec de grands yeux écarquillés que l'adolescent tendit le cou pour examiner la chose, ou plutôt le lionceau : il s'agissait de Chayà, sans aucune doute. Malgré le fait qu'elle venait d'arriver que récemment sur Prideland, il était impossible de ne pas la connaître, de nom du moins. Petite fille de feu la reine Kuzali, et fille de Sadaka, le fameux lion au sang de Nyeusis. Si Sayidi avait eu la chance de n'avoir pas connu la sombre époque de terreur imposée, l'adolescent ne pouvait s'empêcher de se sentir curieux à leur sujet. Il y avait de quoi : comment une bande de cinq lions avait-elle pu prendre le contrôle d'une grande partie de la Terre des Lions ? Cela semblait vraisemblablement impossible. Cependant, Sayidi était de l'avis que leurs pelages noirs avaient tout de même contribués à leur image.

Et en effet, le jeune lion n'avait jamais osé s'approcher véritablement de Chayà, son pelage sombre lui rappelant la mauvaise époque de son séjour chez les Mositus. D'ailleurs, la mère de la petite était justement originaire de ce clan. Un frisson parcourut le pelage de l'adolescent à cette idée, malgré la chaleur accablante de la savane. Il mit à espérer que peut-être... Peut-être que cette rencontre avec la petite pourrait l'aider à surmonter sa crainte des lions sombres.

Chayà, qui venait de reprendre son sang-froid, s'excusa d'une voix suspicieusement calme, si l'on prenait en compte le teint rougeâtre de ses joues. Cependant, Sayidi décida de ne pas creuser l'affaire. Si elle voulait parler, elle le ferait d'elle-même, n'est-ce pas ? Ou du moins, elle n'agirait pas comme si de rien n'était. Concluant qu'elle partirait, l'adolescent reporta son regard vers le repère des Gardiens.

Chayà : “ Ils t’intriguent ? „


Sayidi sursauta de nouveau lorsque la voix de la petite brisa le silence. Les yeux lavande du jeune lion se focalisèrent aussitôt sur elle, et ils s'écarquillèrent davantage lorsqu'elle prit place à côté de lui. Il retint sa respiration à cela, louchant presque sur la jeune. Il ... N'aurait jamais imaginé qu'un autre félin que Djaili voulût passer du temps avec lui (et son traumatisme mositu expliquait certainement la boule qui s'était formée dans son ventre). Et puis ... Elle avait les yeux bleus. Bleus comme ceux de Maafa. Ceux de Kutoa. Voyant Chayà lui jeter un regard, Sayidi se rendit alors compte qu'il mettait beaucoup trop de temps à répondre à une question pourtant simple. Ce fut donc au tour de l'adolescent de rougir. Il tourna brusquement la tête vers le repère, pour faire comme si de rien n'était, mais lorsqu'il prit la parole, sa voix, un peu tremblante, le trahit :

Sayidi : “ E-euh ... O-Oui. Ils m'intriguent beaucoup. J'aimerais être l'un des leurs, un jour. „


Et il s'arrêta là, n'osant pas approfondir la chose, parler de son désir de se rendre utile ou de son besoin de trouver un sentiment d'appartenance à quelque chose.

_________________

Avatar © Fy & Signature © Sayed
Sayidi parle en #ad5223
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4265-s-a-y-i-d-i-rapport#93706
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 377
En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Jeu 3 Aoû - 11:07

    Chayà qui s’était cru envahissante n’avait pas pensé qu’elle le déconcerterait autant. À peine eut-elle ouvert la bouche qu’il la dévisagea avec de grands yeux ronds. Elle déglutit, presque mal à l’aise. Ce lion était-il bien plus que timide ? Etait-ce maladif chez lui ? Elle n’avait pas voulu le brusquer tant que ça. De plus, il ne répondit même pas. Le silence planait et elle ne put s’empêcher de planter sur lui ses yeux océans. Elle ne voulait pas être insistante mais bien le calmer un peu. Après tout, il n’avait rien à craindre d’elle. Elle aurait aussi pu s’en aller, le laisser tranquille. Mais quelque chose en elle refusait de s’éloigner, d’abandonner face à son air absent. Chaque conversation était un nouveau défi, chaque être était à découvrir, et elle ne pouvait se priver d’apprendre des autres. Elle ne le voulait pas.

    D’un coup, comme s’il eut comprit qu’elle ne s’en irait pas, il se mit à parler. Sa voix était gauche et tremblante mais néanmoins, il dégageait une assurance sûre. Ses propos étaient clairs et cohérents. Il voulait être gardien. Chayà ne le quittait pas des yeux, voyant bien que, malgré ses mots tremblants, son attitude était droite. Il ferait un bon gardien pensa la petite lionne de suie. Sayidi avait cette humilité là. Il faudrait surement qu’il s’affirme un peu mais Chayà se dit de suite que c’était une bonne idée.

    Elle souriait à présent. Détendue par cette conversation qui commençait.

    « C’est bien je trouve. Mais ça n’a pas l’air simple. C’est quand même renoncer à tout. La vie de famille, soi même. C’est ton toi tout entier qui se dévoue et s’abandonne... Je trouve ça courageux. » Dit-elle, calme.

    Elle avait parfaitement remarqué l’inquiétude de Sayidi lorsqu’elle était arrivée. C’est pourquoi elle essayait de le calmer un peu. Elle ignorait cependant la raison de cette crainte. Craignait-il seulement Chayà ou tout les lions ? Elle avait bien envie de lui demander – car, après tout, elle ne voyait pas en quoi elle était à craindre. Surtout face à un adolescent qui la dépassait en muscles et en taille... Mais la conversation était ailleurs et elle ne voulait pas l’amener dans sa direction. Ils verraient bien ce que tout cela leur réserverait. Puis, ses propos sur les Gardiens l’amenaient à des réflexions qui intéressaient tout autant la petite lionne de suie.

    Il s’agissait de dévotion, de don de soi. Mais fallait-il que cèlent soit si entier ? Elle était encore jeune et tout abandonner lui paraissait difficile, elle qui avait tant. Mais pour quelqu’un qui n’avait rien, la retenue n’avait pas la même signification.

    « Pourquoi tu voudrais être l’un d’eux ? » Demanda-t-elle tout aussi doucement. Elle ne lui reprochait rien mais voulait savoir. Après tout, peut être que, comme elle, il sentait qu’il avait une dette envers quelqu’un, quelqu’un qui l’avait sauvé : Prideland.


_________________


kit ©Anoki

Speach: #000000 | Rapport du Matin | Présentation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4194-chaya#92680
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 17 Masculin
Nb de Messages : 84
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Ven 25 Aoû - 19:15

Lorsque Sayidi risqua de nouveau un coup d'œil vers le visage de la petite, il y découvrit un large sourire, ce qui lui permit de se détendre quelque peu. Peut-être ... Peut-être qu'apprendre à la connaître et passer un peu de temps à se sociabiliser n'était pas une si mauvaise idée en soi ? Oui. Il pouvait faire cela, ce n'était pas compliqué. Djaili serait fier de le voir ainsi.

Lorsque Chayà prit de nouveau la parole, l'adolescent se redressa un peu plus, comme pour se donner contenance, puis il l'écouta attentivement (enfin, ce n'était pas comme s'il avait autre chose à faire de toutes les façons, espionner les Gardiens n'étant pas un passe-temps réellement recommandable). Globalement ? Elle avait raison, même complètement raison. Toutefois, l'idée de s'abandonner entièrement à une cause effrayait-elle Sayidi ? Nullement. Il avait beaucoup réfléchi lors de sa période d'adaptation à Prideland, sur ce qu'être Gardien signifiait, et les sacrifices qui en découlaient : famille et clan, entre autres. Toutefois, lui n'avait rien de tout cela. Certes, il avait une famille adoptive, mais il l'avait intégrée tard, et ne ressentait pas vraiment de liens familiaux avec elle. Djaili était à ses yeux plus un sauveur qu'un frère, même si l'adolescent avait fini par associer les deux. Le clan ? Honnêtement, Sayidi ne se sentait pas Pridelander, pas plus qu'il n'avait été Mositu.
Voilà une belle devise que je ressors assez souvent, aha ...
Sayidi avait fini par arriver à la conclusion qu'il ne possédait rien d'autre que son nom, donné par sa mère avant qu'elle ne rendît l'âme. Et comme les Gardiens gardaient leur nom ... L'adolescent n'avait rien à perdre.

Chayà lui demanda alors inévitablement pourquoi il voulait être Gardien, et Sayidi nota le ton doux de sa voix. Avait-elle remarqué la crainte qu'il éprouvait envers elle ? Cherchait-elle à le calmer ainsi ? Si c'était le cas, il lui était reconnaissant pour le geste. Dans tous les cas, Sayidi n'avait plus besoin de réfléchir pour connaître la réponse, mais comment la formuler ? Il ne voulait pas bégayer comme la dernière fois. Qu'elle image ridicule il avait dû dresser de lui-même ! Comment pourrait-elle le prendre au sérieux ? Les Gardiens étaient tous charismatiques -regardez Ateyo !- et lui ? Il était bien tout le contraire. Sayidi ferma soudainement les yeux et secoua la tête.
Pas maintenant, anxiété, pas maintenant.
Le jeune lion se força alors à rouvrir ses yeux lavande pour les poser sur la petite. Toutefois, il détourna de lui-même son regard, ne pouvant supporter le bleu frappant de celui de la lionne. Il l’avait encore une fois bien trop fait attendre. Il prit donc une grande inspiration, et se lança, sans finalement chercher à structurer tout cela :

Sayidi : “ J'aimerais ... J'aimerais me sentir utile, tu comprends ? J'ai le sentiment d'avoir toujours été un poids, pour quiconque m'ayant pris sous son aile. Hofu, Djaili, Kina ... Ils ont tous beaucoup fait pour moi, et je n'ai jamais fait quoi que ce soit d'utile pour eux, ou pour la Terre des Lions. Parce que, j'imagine que tu le sais, depuis le temps, je ne suis pas Pridelander de naissance. Et ... Et je ne sens pas Pridelander. J'appartiens au clan sans vraiment y appartenir, tu vois ? Alors je n'ai rien à perdre sur le fait de renoncer à mes origines. Je suis un bâtard, de toutes les façons. J'ai presque le sang de tous les clans qui coule dans mes veines, si j'en crois ce que m'a toujours dit Hofu. Je suis plus un enfant de la Terre des Lions tout entière qu'autre chose. J'ai comme le sentiment que c'est presque ma destinée d'être un Gardien. Ah ! Je dois avoir l'air bête de parler de telles choses, excuses-moi. „


Essoufflé, Sayidi s’arrêta un instant pour reprendre son souffle, puis il baissa la tête et ajouta dans un murmure :

Sayidi : “ Quant à la vie de famille ... Je ne vois pas ce qu'on pourrait me trouver. Je ne perdrais rien là non plus. „



HRP:
 

_________________

Avatar © Fy & Signature © Sayed
Sayidi parle en #ad5223
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4265-s-a-y-i-d-i-rapport#93706
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 377
En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Jeu 7 Sep - 16:47

    Sayidi se mit à parler. Il avait l’air soudain si facile. Pourquoi tant de complications quand les mots semblaient si justes. Être utile, bien sûre qu’elle comprenait. Bien qu’elle voit qu’en tant que Gardien, c’était se rendre utile. Elle pensait également qu’il y avait bien d’autres manières de procéder. Mais elle ne le dit pas. Il était si beau une fois lancé. Il lui dit ensuite des mots qu’elle, mieux que quiconque – hormis les membres de sa fratrie – ne pouvait comprendre. Elle aussi ne se sentait pas Pridelander, et même si elle aimait ça, ils étaient et seraient toujours différents. Pas forcément pour les autres mais pour eux même. Ils ne venaient pas d’ici et c’était un fait. Ils avaient cette chance – en tout cas à ses yeux. Cela faisait d’eux des êtres meilleurs, ou en tout cas, plus ouverts car ils avaient put voir autre chose et avaient été confronté à ça. Ce qui vint lui plu moins – l’offusqua presque. Tout le sang de la Terre des Lions coule dans ses veines et cela fait de lui un bâtard. Pourquoi le disait-il avec tant de mépris ? Elle aussi, et alors ? À quoi bon se justifier d’être qui l’on est ? Et pire, s’en sentir coupable et peu fier ? C’était ridicule ! Elle fronça les sourcils mais il continua, rattrapant quelque peu sa cause. Cela faisait, effectivement, de lui le candidat parfait. Car après tout, c’était ça les Gardiens. La cohésion et le mélange. Une question vint à l’esprit de la petite. Mieux, une critique. Pourquoi ce mélange avait-il choisi un camp ? Car après tout, ils restaient sous le joug de Kumpa. Pas si étonnant que certain soient si retissant à choisir un champion. Il semblait s’agir plus d’une offrande qu’autre chose. Où étaient les Gardiens lorsqu’Hourasi avait mit Outland sans dessus dessous ? Où étaient les Gardiens quand les Hyènes avaient décidés de se rebeller face aux lions envahisseurs ? Où étaient-ils lorsque Kuzali avait périt ?

    Elle était un peu ailleurs quand il clos son discours. Il se foutait de la vie de famille. Soit, c’était son choix. Mais de là à prévoir qu’elle ne lui enlèverait rien, c’était un peu prétentieux. Voilà que cette conversation l’avait amener à de sombres réflexions. Elle ne voulait pas se taire. Sayidi venait de s’ouvrir à elle et elle avait bien vu que ça n’était pas facile pour lui. Elle reposa ses yeux sur lui. Une fois de plus, elle se dit qu’il était beau et que ça serait dommage pour les femelles de perdre tel Apollon.

    « Je comprends ce que tu dis, ça me semble logique d’une certaine manière. Mais plus on en parle, plus je doute... Enfin, je comprends hein, encore une fois. Mais je me dis que les Gardiens c’est quand même un drôle de truc. Le don de soi, ok. Tu veux te rendre utile, soit. Mais c’est un système encore jeune et ces lions là restent sous la commande de Kumpa, qu’importe ce qu’ils en disent. C’est pas forcément équitable si on parle vraiment de gardiens de la « Terre des Lions » non ?» Ce qu'elle voulait dire par là, c'était tout simplement que, malgré ce qu'on puisse en dire, les Gardiens étaient affiliés à Kumpa, point.

    « Puis tu sais, être un bâtard, c’est pas une mauvaise chose. Moi aussi j’ai plein d’origines, mais je les porte fièrement, et pas comme un fardeau. Faut pas se soucier trop de l’avis des autres sinon on n’en aura jamais fini. Je sais qui je suis. Ma grand-mère est Jangowa, mon grand-père un mositu. Ma grand-mère est une lionne du soleil et mon grand-père un Nyeusi. Alors quoi ? Je ne vaux rien du tout ? Bien non, j’en connais deux fois plus que les autres car je m’intéresse et je comprend les choses autrement. Je ne suis pas sur une idée de bons et de méchants, c’est nul et ça t’ôte tout. Certains lions font de mauvaises choses, et ça, tu ne pourras jamais leur enlever, mais ces lions là c’est pas toi ! Et tu ne dois pas avoir honte d’être qui tu es... »

    Elle s’était, à son tour, un peu emportée. Tout comme Aithya, Raksà et Sahàsi, Chayà était une lionne fière de ses origines, et même fière tout court. Elle savait que Sayidi ne l’accusait de rien et ne souillait pas ses origines à elle. Mais il fallait arrêter avec tout ces blasphèmes, et même s’il ne s’agissait que de lui, c’était au moins un lion de convaincu. Le reste suivrait plus tard...



_________________


kit ©Anoki

Speach: #000000 | Rapport du Matin | Présentation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4194-chaya#92680
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 17 Masculin
Nb de Messages : 84
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   Ven 27 Oct - 16:13

Les griffes de l’angoisse enserrèrent les tripes de Sayidi lorsqu’il remarqua très clairement le mécontentement dans le langage corporel de Chayà. Qu’avait-il dit d’offensant ? Qu’avait-il fait ? Son cœur s’emballa aussitôt, les souvenirs de son traumatisme cherchant à bloquer toute réflexion logique. La jeune lionne planta alors ses yeux bleus dans les siens, et il dut retenir réflexe de fuite. Il devait tenir bon, surmonter sa peur. Il ne parviendrait pas à le faire sans se confronter au problème, il le savait.

Lorsque Chayà commença à lui répondre, Sayidi fut très surpris par le fait qu’elle ne l’attaqua pas personnellement. Alors … La colère de la petite lionne n’avait pas été due à quelque chose qu’il avait dit ? Cette constatation le rassura quelque peu, et il put se concentrer davantage sur les paroles de la jeune. Il devait l’avouer : elle n’avait pas tord, pas tord du tout même. Il avait déjà vaguement pensé à ce problème d’illogisme par le passé, même s’il ne s’y était jamais vraiment attardé. Elle savait placer des mots là il n’avait pas su le faire, et l’adolescent l’admira pour cela.

Puis elle parla de ses origines, du fait qu’il n’y avait pas de honte à être un bâtard, qu’elle-même en était extrêmement fière. Sayidi comprit alors la tension qu’il avait pu détecter chez la lionne juste avant : elle avait cru qu’il méprisait le fait d’être sang-mêlé ! Oh, quelle sorte d’idioties avait-il dit pour lui faire croire cela ? Il ne parvenait pas à s’en rappeler, et se frappa mentalement pour cela.

Puis Chayà lui fit remarquer que rien n’était que noir ou blanc, qu’il existait des nuances de gris pour tous les clans, que chaque lion était différent. Sayidi songea que, par extension, cela devait bien s’appliquer à toutes choses de la Terre des Lions ; et qu’elle avait visé juste dans son problème, sa tendance à voir tous ceux ressemblant à des Mositus comme cruels. Là encore, il savait en toute objectivité qu’elle avait raison. Mais la Raison suffirait-elle à dompter ses peurs ?

Prenant une grande inspiration, fermant un instant les yeux avant de les rouvrir, Sayidi fit face à Chayà, se sentant malgré tout plus à l’aise suite à leur échange.

Sayidi : “ Je partage ton avis sur les Gardiens. Ils devraient être libres, ne pas être affiliés à Prideland. Comme tu l’as fait remarquer, ça leur enlève un peu leur crédibilité. Pas étonnant qu’Outland soit si réticent à nous envoyer un guerrier pour rejoindre les Gardiens. Peut-être que s’ils m’acceptent dans leur rang, je pourrais changer cela ? „


Une pause, une hésitation, avant qu’il ajoutât :

Sayidi : “ Et … hmm. J-Je ne déteste pas forcément mes origines … J-Je pense aussi qu’il faudrait faire tomber le tabou. Sinon, les clans risquent de finir consanguins ! „


Oh, il devait avoir l’air tellement bête de dire ce genre de chose, non ? Mieux valait pour lui ne pas dire plus, ou il risquerait de définitivement perdre la face.


HRP:
 

_________________

Avatar © Fy & Signature © Sayed
Sayidi parle en #ad5223
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4265-s-a-y-i-d-i-rapport#93706

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'adolescence sera toujours cela : le partage de quelques illusions.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» #15 Ma porte te sera toujours ouverte... (Adam)
» Demain sera toujours un autre jour.
» Une aide est toujours apportée à ceux qui la demandent. Avec Caroline Sangster.
» Douce Mesange et Aigle royale [PV Hazufel]
» Toi et moi ça sera toujours une histoire de fou. [ Dono ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Glorieux Royaume — Prideland
 :: Le Rocher de la Fierté
-