AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 AINSI SOIT-IL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 626
En savoir +
MessageSujet: AINSI SOIT-IL    Jeu 1 Juin - 17:09

    Delicieuse, Taali l’attendait. La nuit tombait doucement, dévoilant ses premières étoiles. Son voyage avait été accompagné par le soleil, et voilà que maintenant son fils arrivé, il pouvait se coucher tranquille. Sa compagne lui coula un regard tendre, si tendre qu’il en flancha presque. Ces derniers jours n’avaient été que mort, trahison, insultes, peine, cris et déchirement. Un regard si doux ne pouvait être, ou alors, il rêvait. Pourtant non, Taali l’attendait bel et bien à l’entrée de la grotte, accompagnée de ses quatre petits qui tétaient les yeux à moitié clos. Sadaka sourit, ou essaya. Mais les cernes sous ses yeux devaient le trahir – au moins pour sa compagne. Il blottit sa tête contre celle de la mositu et ferma les yeux, comme un enfant. Les petits, à l’arrivée de leur père, semblèrent reprendre vie, tous à l’exception de Sahàsi qui continuait son repas sans se préoccuper du reste. Aithya, Chayà et Raksà vinrent se frotter tendrement contre les pattes de leur père. Celui-ci déposa sur leurs têtes des coups de langue affectifs, sincèrement heureux de les voir.

    Ils semblaient si grands déjà. Sadaka les regardait sourire, les yeux vagues. Leurs vies allaient changer drastiquement, celle de Taali aussi. Allaient-ils se plaire là bas ? Mais par où commencer ? Il savait bien qu’il devait leur raconter la vérité à eux aussi, mais pas ce soir. Il était déjà trop tard. Ils attendraient le lendemain. Après quelques tendresses, leur mère les envoya dans la grotte afin de se calmer et de dormir. Evidemment, nul n’avait envie d’arrêter les rires et interrompre ces retrouvailles les rendait capricieux. Néanmoins, Sadaka ne put qu’appuyer les propos de leur mère, promettant aux lionceaux qu’ils auraient tout leur temps demain et, semant une première graine, avoua qu’à présent, ils se verraient bien plus.

    Tous avaient relevé, et ce que venait de lancer le grand mâle n’était pas tombé dans l’oreille de sourds. Cependant, aucun des enfants ne tenta d’en savoir plus et tous obéir en rentrant - presque - sagement dans l’antre de pierre. Sadaka tenait férocement son sourire afin de ne pas les inquiéter, mais il sentit, une fois que les petits furent rentrés, ses forces le lâcher. Il fit quelques pas maladroits et s’affala à quelques mètres de là. Assez loin pour que personne n’entende ce qu’il allait dire. Taali était évidemment conviée. Il devait parler, oui, il le devait, mais tout semblait le quitter d’un coup. Ses yeux s’embuèrent de larmes et finalement craqua. Tout comme Taali quelques temps plus tôt. Dire qu’il l’avait sommé de ne pas se montrer si faible. Aujourd’hui il comprenait sa détresse, mieux, il la ressentait à son tour. Les raisons étaient différentes, mais comme elle, il se retrouvait au pied du mur, vidé.

    Il ne faisait pas de bruit. Ses larmes coulaient sans qu’il ne tremble. Pourtant, il se sentait plus démuni que jamais, et face à Taali, il savait qu’il pouvait se montrer ainsi. Il lui avait juré d’être toujours entier et honnête. Aujourd’hui, il mettait en pratique. Et c’était tout nouveau. Leur dernière dispute lui avait fait comprendre qu’il n’avait plus le choix. Mais, il s’y faisait, et même l’en remerciait. Car ses larmes, bien qu’il ne les ait pas cherché, lui faisait du bien.

    Le lion ferma un instant les yeux. Il revoyait la colère de ses frères et sœurs, la déception de Fleck, le mépris de Kumpa... Malgré tout, il avait accepté que Sadaka, Taali et leurs petits s’installent sur Prideland en attendant que tout se tasse. Ensuite, ils verraient bien, eux, ce qu’ils comptaient faire. Mais nulle joie ni pardon n’avait résonné dans l’antre du rocher de la fierté. Quelle fierté... Puis Kuzali. Elle était morte, oui, bien morte et à y repenser, ses larmes se firent plus denses encore. Il était meurtri, humilié, détesté... Bien que certains aient accepté de l’aider dans la vengeance, aujourd’hui, il n’y pensait pas. Il verrait demain. Seul le chagrin le torturait.

    Il rouvrit les yeux pour y découvrir le visage inquiet de Taali. Il était heureux que sa compagne soit là. Elle était si belle... Toujours larmoyant, il se mit à sourire. Quel piètre portrait faisait-il. Pleurant, souriant, avachi et faible. Elle rirait surement de son état, et ça serait de bonne guerre.

    « Chacun son tour » déclara-t-il seulement, la voix étranglée.

    Puis, il s’allongea carrément sur le flanc. Sa tête était contre la terre chaude de la Lande. Elle sentait bon et l’aidait à reprendre un peu ses esprits. Il invita Taali à venir se blottir contre lui. Il avait besoin de la sentir à ses côtés. Il avait besoin d’elle tout comme il avait besoin d’une trêve. Juste un instant de silence à sentir le cœur de la femelle battre à côté du sien...

_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 380
Localisation : Ca dépend des jours - Terre des Lions

En savoir +
MessageSujet: Re: AINSI SOIT-IL    Ven 16 Juin - 13:48


Elle l'attendait. Couchée devant leur petite grotte familiale, elle regardait ses enfants se batailler gentiment la carcasse qu'elle avait ramené pour leur repas du soir, en attendant son compagnon. Elle le savait dans les environs, et savait aussi qu'il viendrait la voir, ce soir ou dans les jours qui venaient. Toutefois les Grands Esprits ne la firent pas attendre et bientôt le vent charria l'odeur chaude et musquée de Sadaka.

Elle l'acceuillit d'un sourire doux, le regard tendre, alors que leurs enfants saluaient le retour tant attendu de leur père. Seule Sahàsi continua sa viande, lançant à peine un regard au nouveau venu. Cela peinait un peu la jeune mère que sa benjamin tienne autant rancoeur à son père, mais elle ne pouvait décemment la blâmer. C'était la petite aux yeux dorés qui avait le plus de peine à supporter les absences de Sadaka, à croire qu'elle avait aussi récupéré sa sensibilité en plus du reste.
Toutefois, Taali remarqua rapidement que son compagnon n'était pas dans son assiette. Le regard vague, parfois perdu, et la crispation dans son corps et son sourire l'inquietèrent. Etaient-ils en danger ? Que s'était-il passé ..? Etait-il juste fatigué ..?

Inquiète et soucieuse de préserver les enfants, la jeune mère les rappela gentiment à l'ordre et leur demanda de filer se coucher. Les protestations enthousiastes et énergiques de ses enfants furent interrompues par leur père qui leur certifia qu'à partir de maintenant, ils se verraient plus. La jeune Mositu dressa les oreilles, aussi suprise et ravie de cette nouvelle que les lionceaux qui clamaient leur joie. Toutefois, l'inquiétude revint à la charge, car cette joyeuse nouvelle ne cadrait pas avec la tension qui habitait le corps et le visage de Sadaka.
Il s'était passé quelque chose.

Leurs trésors finirent par se laisser faire, et après calins et autres affections, ils disparurent se calmer et s'endormir dans la grotte. Sadaka, de son côté s'éloigna quelque peu de l'entrée avant de se laisser tomber au sol. Il ne se coucha pas, non, il se laissa tomber, comme s'il n'avait plus la force de tenir debout.
De plus en plus inquiète, Taali se releva, s'avançant vers son compagnon. Elle s'apprêtait d'ailleurs à l'interroger lorsque les larmes emplirent les magnifiques prunelles d'or pour couler sur ses joues. La jeune mère écarquilla légèrement les yeux devant cette scène, et observa les perles translucides couler sur la fourrure noire sans plus pouvoir s'arrêter.

Taali fut touchée par la détresse et la peine qu'elle pouvait lire dans le regard de son compagnon, et par l'abandon dont il faisait preuve devant elle. Il osait se montrer tel qu'il était, ses sentiments et ce qu'il considérait comme sa faiblesse, devant elle. Et rien que pour cela, son coeur se gonfla d'autant plus d'amour pour ce lion. Elle s'approcha doucement, léchant ses joues et son museau sans rien dire, avant de s'écarter un peu.
Le regard larmoyant de Sadaka se posa sur elle, et il lui adressa un sourire bancal.

- Chacun son tour.

Un petit rire échappa à la jeune mère qui comprit de suite à quoi il faisait allusion. Elle lui renvoya un sourire tendre avant qu'il ne s'étale sur le flanc. Contrairement à ce qu'il attendait d'elle, elle ne vint pas se blottir contre son ventre, mais fit le tour pour se coucher dans son dos, prenant la lourde tête de suie sur ses pattes antérieures. La crinière épaisse de son compagnon lui chatouillait le poitrail et le cou, mais elle trouvait agréable d'être celle qui prenait soin de lui.
Taquine, et désireuse de rendre le sourire à son lion, la Mositu lui chompa gentiment l'oreille avant de répondre doucement.

Tâchons de ne pas en faire une habitude, veux-tu ..?

Ils avaient vécus assez de dispute pour une bonne décennie à son sens. Elle posa doucement sa tête sur la sienne, la laissant caler là, fermant les yeux. Elle écouta leurs respirations, le battement synchronisés de leurs coeurs et la plénitude qui la remplissait à cet instant. Elle savait que Sadaka parlerait lorsqu'il serait prêt, pour l'instant, elle profitait de sa présence, de sa proximité, sachant que les nouvelles qu'il apportait n'étaient pas bonnes.
Elle était toutefois loin de se douter à quel point...

_________________

Kit par @Dhalahi ♥️ Encore merci mon Trésor ♥️

Taali exprime sa joie en #457DBB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3081-taali
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 626
En savoir +
MessageSujet: Re: AINSI SOIT-IL    Mer 21 Juin - 13:43

    La lionne arriva par derrière pour prendre la large tête de son compagnon dans ses pattes. Il aurait aimé s’y endormir mais les paroles quelques peu amusées de la lionne le ménagèrent doucement. Il était épuisé mais il ne pouvait se taire. Pas après tout ce temps, toutes ces promesses. Voilà qu’après la rage de ses mensonges elle allait découvrir jusqu’où ils les avaient menés.

    « Kuzali est morte... » Déclara-t-il, sans prendre de gants.

    Il avait perdu son regard dans le lointain sans rien vraiment y voir. Il ne pouvait passer par quatre chemins, puis prononcer ces mots l’aidait aussi à guérir et voir la vérité en face. Kuzali était morte. Plus jamais il ne pourrait la voir. Il se remémorait encore les visages durs, les reproches, la nuit.

    « Mopango l’a tué. Je l’ai trouvé sur la colline du Peponi, agonisant. Elle a perdu la vie dans mes bras miséreux... Je suis allé l’enterrer sur la Lande, là où j’ai grandi. C’est un endroit qu’elle aimait et qui représentait beaucoup pour elle. C’est Samekh, c’est Kumpa, c’est la liberté. »

    Voilà encore qu’il tenait à se justifier. Il ne faisait que ça depuis plusieurs jours, plusieurs semaines même, et à chaque nouvelle confession, les coups durs tombaient. Nul ne s’apitoyait, nul ne semblait voir sa peine, ni la comprendre. Il aurait pu être fâché mais à quoi bon. Il savait qu’il méritait les blâmes. Il savait qu’il s’était lui même perdu et avait entrainé sa mère dans sa chute. C’était juste insupportable pour lui de se rendre compte de tout ça trop tard. De se rendre compte qu’il n’était plus rien pour personne et que personne ne croyait plus en lui... Les larmes se mirent à jaillir de plus belles, toujours aussi silencieuses. Il souffrait, profondément, et il espérait que le temps soigne les blessures et qu’on lui pardonne, qu’il se pardonne de cet échec.

    Il avait déjà trop failli perdre Taali, et voilà qu’une fois de plus il se mettait en danger, il les mettait en danger. Allait-elle supporter une fois de plus son fardeau, sa peine. Il pensa à ses petits, et il savait que sa compagne ne supporterait pas qu’il ne leur dise pas la vérité. Eux aussi seraient déçus de lui. Elle aurait peur pour eux et lui en voudrait encore. Ce cauchemar allait-il se terminer enfin ?

    La seule promesse de repenti à l’heure actuelle était la mort de Mopango. Pas pour lui, pour eux, pour tous. Il n’était pas revanchard, il voulait simplement se racheter aux yeux de tous et épargner un nouveau conflit. Il voulait empêcher à tous de souffrir comme lui avait souffert à cause de ce tyran sans cœur.

    « Ca n’est pas prudent de rester ici. » Dit-il en reniflant.

    Il sous-entendait qu’il fallait aller ailleurs, mais pas dans la jungle. Il savait aussi qu’une fois de plus, ses mots lui feraient mal. Quitter la Lande, c’était s’éloigner encore plus de sa terre natale, et Taali en serait peiné. Il aurait voulu lui dire que tout ceci n’était que temporaire, mais pour l’instant, il s’en sentait incapable. Il était incapable de tout, même de parler. Il déglutit, toujours larmoyant. Il avait peur, plus peur que jamais et se sentait vulnérable. Une fois de plus, au dessus de lui planait la hache meurtrière de Taali. Elle était là, chancelante. Tout comme lui... Prête à lui dire que cette fois, s'en était trop. Elle avait juré fidélité, mais il savait qu'elle avait ses limites et que l'amour n'était pas contre toute épreuve.

    Il aurait voulu être un enfant pour pouvoir pleurer, simplement, éprit de spasmes et pour seuls mots : c'est ma faute...


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 380
Localisation : Ca dépend des jours - Terre des Lions

En savoir +
MessageSujet: Re: AINSI SOIT-IL    Jeu 27 Juil - 16:47


Comme elle s'y attendait, il finit par prendre la parole. Mais les mots qui atteignirent ses oreilles étaient loins, très très loins de ce à quoi elle s'attendait. Elle sursauta, relevant vivement la tête sans pour autant déloger son compagnon.

Quoi...?

Son murmure était incrédule. Non, Kuzali ne pouvait pas... Elle ne.. Non !
Mais Sadaka continua, implacable, semblant parler autant pour elle que pour lui même, comme s'ils avaient tous deux besoin de l'entendre, de se faire à l'idée que la Reine de Prideland, la mère, la grand-mère, le modèle, était partie...

- Mopango l’a tué. Je l’ai trouvé sur la colline du Peponi, agonisant. Elle a perdu la vie dans mes bras miséreux... Je suis allé l’enterrer sur la Lande, là où j’ai grandi. C’est un endroit qu’elle aimait et qui représentait beaucoup pour elle. C’est Samekh, c’est Kumpa, c’est la liberté.

Taali ne répondit rien. Il n'y avait rien à répondre, son esprit même refusait de procéder à l'assimilation de toutes ces informations. Mopango, la mort de Kuzali, la Lande... Les larmes atteignirent ses yeux en même temps que la douleur poignardait son coeur, et elle joignit son chagrin à celui de son compagnon, le serrant plus fort contre elle. Ses rencontres avec Kuzali avaient toujours été pleines d'émotion et de vie, mais celle de la Lande restait ancrée dans son esprit au fer rouge. Elle avait créé un lien, elle lui avait dit faire parti de la famille, et l'héritière du Soleil avait rencontré ses petits enfants... Mais elle n'avait manifestement pas réussi à la rassurer au mieux.. Kuzali s'était-elle jeter dans la gueule du Nyeusis, ou ce dernier s'était-il avancé jusqu'aux terres verdoyantes de Prideland pour accomplir son ignoble méfait...?

Ces questions, elle ne voulait pas les poser. Pas tout de suite. Les réponses ne changeraient les faits en rien, et pour l'instant, elles importaient peu. Ses larmes se tarirent doucement, non pas parce que son chargin refluait mais parce que l'altruisme et le pragmatisme de la brunette prenait le dessus. Il lui fallait soutenir et s'occuper de son compagnon, d'abord et penser à la suite. Elle aurait le temps de s'occuper d'elle plus tard.
Elle frotta doucement sa tête à celle de son compagnon lorsqu'il reprit la parole.

- Ca n’est pas prudent de rester ici.

Elle se figea. Certes, elle en était arrivée à la même conclusion, mais c'est la décision suivante qui l'inquiétait le plus. Décidant que le temps n'était pas aux jeux d'allusion, elle redressa lentement la tête, baissant le regard pour rencontrer celui de son compagnon.

Ou suggères-tu que nous allions ...?

La sentence tomba. Prideland, évidemment. Les oreilles de la Mositu se couchèrent sur son crâne et elle ferma les yeux. C'était la meilleure solution, elle le savait. Elle le savait même sans que son compagnon n'alignent les arguments. Les enfants rencontreraient enfin leur famille, et avec tout ce monde autour d'eux, et les Gardiens, ils seraient en sécurité. La jeune mère aurait pu arguer que dans la Jungle aussi, ils auraient été en sécurité, car jamais les Nyeusis n'auraient pu les atteindre là. Mais elle savait aussi qu'après cette épreuve, Sadaka ressentait le besoin de rentrer auprès de sa famille, et qu'une vengeance devait sans aucun doute planer dans l'air.
Elle hocha doucement la tête. Bien sûr, ils iraient. Pour son compagnon, et pour la sécurité de ses enfants, ils iraient. Et s'il fallait pour cela qu'elle soit la seule à en pâtir... Ainsi soit-il...

La brunette s'écarta doucement de son compagnon pour se lever. Elle ne souhaitait pas particulièrement mettre de distance entre elle et lui -ou peut être que si- mais elle avait besoin de marcher et de réfléchir. Taali fit quelques pas jusque la grotte pour vérifier si les enfants dormaient. Elle les observa quelques minutes, et ressentit tellement d'amour à leur vue qu'elle sut sans l'ombre d'un doute qu'elle serait capable de faire tout cela pour eux. Pour ses trésors, mais aussi pour Sadaka. Avec un léger soupir, elle retourna près de son compagnon, se couchant face à lui, laissant quelques centimètres entre eux. Une distance confortable, toutefois intime.

Très bien, nous irons. A la seule condition que tu racontes tout, sans aucune omission, aux enfants avant cela. Et je veux aussi que nous passions dire au revoir à ma famille, et les prévenir que nous changeons de territoire.

Sa voix se cassa légèrement et elle dut faire un effort visible pour se reprendre et empêcher sa gorge de se serrer à cette idée. Elle aurait du rentrer dans la Jungle, auprès des siens, à la fin de son voyage, et voilà qu'elle continuait de s'en éloigner...
La jeune mère s'ébroua brièvement, puis reporta son attention sur le lion de suie.

Et... Il y autre chose que tu dois savoir.

Si elle exigeait une totale transparence de son compagnon, il lui fallait aussi l'être de son côté. De plus, elle espérait que cette nouvelle adoucirait un peu la peine de son compagnon, car oui, sa mère avait eu le temps de rencontrer ses petits-enfants, bien qu'elle était la seule autre personne à le savoir...
HRP:
 

_________________

Kit par @Dhalahi ♥️ Encore merci mon Trésor ♥️

Taali exprime sa joie en #457DBB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3081-taali
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 626
En savoir +
MessageSujet: Re: AINSI SOIT-IL    Mer 6 Sep - 22:36

    Elle lui posa la question à laquelle il n’avait pas envie de répondre. Pourtant, il n’eut besoin de rien dire. Il vit à ses yeux, aux nuages tristes qui vinrent s’y loger qu’elle savait, tout comme lui, la réponse. Elle hocha la tête, sans trop faire attention à lui. C’était un accord muet et sans joie. Elle lui faisait de la peine dans sa tristesse et dans sa servitude. Pourtant, il lui en était reconnaissant, et il le serait toute sa vie. Taali était aujourd’hui une des seules femelles de sa vie. Ahva le méprisait, tout comme Awena. Kuzali n’était plus. Uzazi non plus. Seules ses filles restaient, mais pour combien de temps ? Un jour viendrait où elles apprendraient la vérité, et là, tout basculerait. Une fois de plus.

    La lionne chocolat se redressa, laissant s’engouffrer dans le dos de son compagnon un courant d’air glacé et désagréable. Une fois de plus, il déglutit. Elle venait de lui confirmer, de par un simple hochement de tête, qu’elle ne partirait plus. Mais pourquoi semblait-elle soudain si distante ? Elle s’approcha, maternelle et inquiète, de l’antre de pierre. Cherchant sans doute à s’assurer que leurs petits dormaient. Il était épuisé mais pourtant, il redoutait l’heure où il devrait fermer les yeux. Il savait qu’il devait redresser la tête et se montrer fort, mais aujourd’hui, il s’en sentait incapable et, même, il tenait à profiter de cette tristesse. Il tenait à enfin montrer au monde qu’il était peiné et qu’il regrettait plus que tout ce qu’il venait de se passer. Ce qui venait d’arriver à sa mère.

    Taali revint vers lui, l’air toujours aussi déconfit. Elle ne rayonnait plus. Plus pour ce soir en tout cas. Il se redressa alors, soulevant avec lui ses dernières forces, pour venir la prendre dans ses pattes mais elle l’interrompit de sa voix grave. Elle voulait qu’il dise tout à leurs enfants. Qu’il leur raconte la vérité. Mais pas que. Elle souhaitait avoir un au revoir digne de ce nom avec sa famille de la jungle.

    Il aurait put dire que ça n’était pas prudent de trainer ici. Il aurait put dire qu’ils auraient tout le temps d’en parler lorsqu’ils seraient arrivés sur Prideland. Mais une fois de plus, c’était égoïste de sa part, et il le savait. À son tour, il hocha la tête, le regard plus dur. Les larmes avaient cessées de couler. Son regard se plongea dans celui de sa compagne. Bien qu’il s’autorise la faiblesse, il voyait qu’elle aussi, avait besoin de lui. Alors qu’elle ouvrait la gueule pour lui confier un autre secret – ou peut-être une autre condition – il fonça vers elle et vint se blottir contre elle.

    De sa large patte, il se mit à serrer le corps simple et fin de sa compagne contre sa crinière sombre. Ils n’avaient pas fini de parler, il le savait. Mais il voulait avant tout qu’elle se rende compte de son honnêteté. Il avait menti à Kuzali, aujourd’hui, elle était morte. Il avait menti à Taali et lui avait juré, aujourd’hui, d’être honnête. Jamais plus ses mensonges ne tueraient, et encore moins elle. Il voulait la protéger. Il ne vivrait plus que pour ça – et pour venger sa mère. Mais tuer Mopango n’était pas également une manière de protéger sa compagne ? C’était pourquoi il la prenait là, dans ses pattes. C’était pourquoi il allait dire la vérité à ses enfants. Et ce au plus vite. Mentir, plus jamais !

    Il dégagea son étreinte et lui dit, doux : « Je t’écoute... »

_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: AINSI SOIT-IL    

Revenir en haut Aller en bas
 
AINSI SOIT-IL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ainsi soit-il...
» Ainsi soit-il [Feat. Deria Martell] [Tour II - Terminé]
» (choquant) Un soit disant artiste ...(choquant)
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']
» MAYA • Peu importe que la route soit longue, de toutes tes forces : cours !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
La Lande des Sans-Terre
 :: Le Grand Baobab
-