AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 TENDRESSE ? - GIZANI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: TENDRESSE ? - GIZANI   Lun 8 Mai - 10:09

    Bien que sa mère lui ait offert le portrait de son père, aujourd’hui Sadaka savait que Mopango ne lui ressemblait en rien. Il s’était laissé berné par ses illusions et le regrettait amèrement. Cela dit, parmi les exilés, il ne pouvait s’empêcher de nuancer ses avis. Gizani était son cousin, et entre les deux demi-Nyeusis, une affinité réelle s’était créée. Bien que Sadaka ne vienne que très rarement sur la Lande, les deux cousins s’appréciaient. Puis d’autres encore, comme Odon par exemple qui avait su lui montrer autre chose...

    Depuis qu’il était père, Sadaka avait réussi à trouver les chemins de travers pour aller voir ses petits sans être vu et nul ne semblait trop s’inquiéter. Cependant, il avait apprit que les eaux troubles des exilés avaient été quelque peu chamboulées ces derniers temps et il avait besoin de savoir de quoi il s’agissait ainsi que de s’assurer qu’il n’était pas en ligne de mire. Il s’était donc éclipsé, sans tant de discrétion, sous le regard soucieux de sa mère.

    Il avait couru afin de ne pas perdre de temps et d’aller s’enquérir des nouvelles au plus vite. Arrivé sur les Terres Marozi, il fut vite salué en coin. Bien que d’habitude peu sympathique, aujourd’hui les exilés le connaissaient et jamais l’ambiance ici n’avait été si tendue. Beaucoup manquait à l’appel. Ekua, Wanji, Mopango.... et les Outlander d’Hourasi semblaient bouillonner. Le regard mauvais, Sadaka s’immisça dans la masse sans passer inaperçu. Il s’avança vers une des femelles et lui demanda d’un ton sec ce qui se passait. Celle-ci, d’un ton presque las, lui conta le récit des exilés. Elle lui raconta la mise à mort de Wanji, l’allégeance des Kulishas à Mopango et la déchéance de la Reine mère Ekua. Tant de choses en si peu de temps... Sadaka la remercia et se mit à observer les lions et lionnes autour de lui. Un peu plus loin, il aperçu Gizani qui avait déjà bien grandi et dont le regard s’était étrangement durci.

    Le mâle de suie s’approcha de lui et lui dit d’une voix se voulant douce :

    « Bonjour Gizani... Je viens d’apprendre ce qu’il s’est passé depuis que je suis rentré sur Prideland. Comment vas-tu ? »

    Il n’espérait rien de cet échange. Juste prendre des nouvelles, voir comment un être si jeune pouvait appréhender toute cette haine et cette violence. D’ailleurs, le pouvait-il ? Il ne s’inquiétait plus de sa peau ni de celle de sa famille, avec tous ces évènements, le cas Sadaka devait se placer tout en bas de la liste, et ce à son plus grand soulagement. Cependant, il ne voulait pas s’enfuir tout de suite et négliger son cousin et son ami. Il voyait bien que l’enfant avait le cœur gros – il avait vu la même négligence dans les yeux de sa fille, Sahàsi, qui ne pouvait passer outre les absences de son père. Ici c’était différent, certes, Mopango était présent aux côtés de Gizani. Mais il était dur, et le petit avait aussi beaucoup d’amour pour sa mère trop souvent négligée – surtout ces derniers temps. La vie semblait difficile pour lui, et les choix qu’il prendrait étaient bien plus complexes que ceux de Sadaka à son âge. Non, la vie de Gizani s’annonçait bien plus dure...


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 105
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Lun 8 Mai - 22:52



    Rien de bon n’était sorti de cette querelle de pouvoir. Gizani se noyait dans une solitude sans fin qui écartelait son cœur fragile, torturait son esprit malléable à souhait. Le petit Nyeusis était des plus manipulables en cet instant décisif, pourtant derrière des larmes et des yeux rougis se tenaient une détermination sans faille. En effet, Gizani semblait avoir pris sa décision.

    Après avoir vu ce qu’entrainait le jeu du trône et d’avoir compris que le roi était seul malgré le grand entourage qu’il pouvait avoir, l’enfant prodige avait choisi de renier ce destin qui l’attendait. Il était du sang du démon, un véritable Nyeusis autant dans sa façon de penser que dans sa manière de faire, mais Gizani avait hérité ce défaut de sa mère qu’est celui d’être sentimental. Il ne supportait tout simplement pas cette solitude qu’on lui imposait, quand bien même il se sentait fort et puissant comparé aux autres lions qui composait sa plèbe, l’idée de vivre aussi seul que son père le gênait. Et puis, il se sentait de plus en plus étouffé par la responsabilité. Hérité était un fardeau bien lourd qui lui mettait des plombs dans les pattes alors que sa tête c’était déjà envoler vers de nouvelles étendu encore inconnu.

    Pour le dissuadé, Jeuri, un grand ami, l’avait invité à aller parler de son projet à son père, mais, étrangement, suite à l’instant de terreur qu’avait entraîne la mise à tabas de Wanji la raison du petit c’était mise à tourner à vive allure. Puis, finalement, malgré la détermination qu’il avait à déclarer à Mopango le choix qu’il avait fait, la peur panique de le mettre en colère avait pris le pas sur sa témérité et avait fait remettre cet instant crucial à plus tard.

    Cela n’empêchait pas Gizani de vivre dans la solitude, Jeuri étant occupé à entraîner Ranjana, le laideron qui servait d’amie à sa sœur, Faora se remettant encore de la mort de son père, et Mopango étant ce qu’il avait toujours été : Un électron libre que jamais rien ne retenait. Contemplant l’horizon derrière lequel il l’avait vu disparaître, le petit Nyeusis se mis à soupiré en se demandant si son père l’aimait vraiment. Cette question lui pinça le cœur, mais quand il voyait la distance qu’il mettait entre eux comparé à Ekua qui était toujours là pour lui, il se posait sérieusement la question.

    C’est dans cet environnement tordu, isolé de tous, que la voix salvatrice d’un être aimé s’éleva soudain et fit s’envoler le cœur de Gizani comme une envoler d’oiseau au lever du soleil. Il tourna vivement la tête ne voulant pas croire ce qu’il entendait.

    - Bonjour Gizani... Je viens d’apprendre ce qu’il s’est passé depuis que je suis rentré sur Prideland. Comment vas-tu ?
    - SADAKA !

    Véritable phare dans une nuit sans étoile, Sadaka était le frère que la petite chimère avait toujours désiré. Bondissant de la large dalle de pierre qui bordait la grotte où résidait habituellement son père, Gizani dévala l’assemblement roché pour sauter dans les larges pattes de son cousin bien-aimé. Tel avait été la relation qu’avait toujours désiré instaurer Mopango entre les deux lions, tous deux hérités du dernier sang de Nyeusis, et son fils consommait l’amour que lui accordait son cousin sans modération. Après tout, il n’était peut-être pas là très souvent, mais il était un véritable membre de leur petite famille étrange souvent balloté par les remous colérique d’une mer indomptable.

    - Ça me fait tellement plaisir de te voir. – dit-il le nez fourré dans l’épaisse crinière du mâle. –Je … je me sens pas très bien, mais maintenant que tu es là ça va mieux. Dit, tu vas rester plus longtemps cette fois, hein ?

    Malgré la force sa force de caractère, Gizani avait encore besoin d’un repère. De quelqu’un pour l’accompagner dans les moments difficile, le conseillé ou juste … lui donner un peu d’amour dont il raffolait.

_________________

Design par PrinceVoldy
Kit par Heshima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4052-gizani-rapport-du-petit-m
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Mer 10 Mai - 23:47

    Gizani se précipita sur Sadaka comme une proie viendrait se réfugier dans le seul endroit sûr et sans danger que la terre puisse lui offrir. Il planta sa tête déjà large dans l’épaisse crinière de son ainé, comme pour s’étouffer. Comme pour ne plus voir rien d’autre qu’un noir dense et opaque. Sadaka lui sourit, doux. Ce petit le touchait sans cesse et, tout aussi étrange que cela puisse être, plus le temps passait, moins il lui semblait apte à virer mauvais garçon. C’était si étrange. Sadaka avait toujours vécu entouré d’amour, mais il avait cherché désespérément la haine. Comment ce petit être, qui avait grandit face à tant de regards mauvais, pouvait être si... aimant ?

    Le lionceau s’inquiétait, avouant ses faiblesses et ses craintes. Il le supplia presque, au moins du regard, de ne plus s’en aller comme un voleur. Sadaka semblait avoir un chemin tout tracé d’oiseau migrateur. La terre des lions était sa maison, mais nul endroit où il s’était attardé ne pouvait le retenir trop longtemps - et cette fois-ci n’y ferais pas exception. Lui qui avait prévu de ne rester qu’un bref instant du cependant se résigner. Il ne pouvait tourner le dos à Gizani, pas en cet instant où l’enfant comptait sur lui plus que jamais.

    Peu lui avait accordé tel privilège, et, bien que parfois trop peu régulier, Sadaka voulait honorer tout ceux qui comptait sur lui. Son cousin en faisait aujourd’hui parti. Il serait là autant que possible pour le conforter et l’aider à grandir, espérant sauver son âme des ténèbres que Mopango propageait tout autour de lui. Le mâle de suie posa sa large patte derrière la tête de l’enfant, s’essayant rassurant avant de lui avouer la triste vérité :

    « Non je ne pourrais pas rester, je dois repartir avant que la nuit tombe, mais je vais prendre du temps pour toi avant de repartir. Aller, raconte moi ce qui te chagrine. »

    La réponse lui semblait assez évidente, mais il voulait l’entendre de la bouche de son cousin. Il voulait entendre ses mots à lui. Après tout, la vie ici n’avait rien en commun avec le reste de cette terre, et la normalité n’y avait pas sa place. Les formules bateau que l’on pouvait trouver sur Prideland ainsi que les comportements dits « normaux » ne pouvait s’appliquer ici. La vie était dure, réellement dure, et surtout pour des jeunes enfants. La seule chose qui rassurait Sadaka face à la détresse de son cousin était de savoir qu’il n’était pas seul. Les exilés avaient su continuer, aller de l’avant, et, tout comme sur prideland un jour, les naissances avaient fleuries, signe de renouveau.

    Mais quel triste tableau d’une jeunesse déjà malmenée. Voilà que Jahvis et Faora se retrouvait sans père, avec pour seul souvenir de lui ses entrailles béantes et ses boyaux à nu. Il eut envie de soupirer mais il devait attendre et, surtout, ne pas montrer à Gizani sa peine face à la vie que menait l’enfant. Rien n’était figé, et Sadaka espérait que ces lionceaux grandiraient en opposition à toute cette terreur plutôt que fiers soldats, tête baissée, et cerveau perdu. Il était bien placé, pensa-t-il ironiquement, pour donner des leçons de conduite. Après tout, cette terreur, il l’avait cherché, il avait marché dans les pas que les pridelander avaient tracés pour lui et aujourd’hui, il se sentait bête et démuni face à sa bêtise. Le conditionnement est la pire des prisons, et même face à la plus puissante des armures, il en ressort vainqueur.


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 105
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Dim 21 Mai - 12:18


    - Non je ne pourrais pas rester, je dois repartir avant que la nuit tombe, mais je vais prendre du temps pour toi avant de repartir. Aller, raconte-moi ce qui te chagrine.

    Gizani détourna ses prunelles tristes de son cousin, se disant qu’il était comme tous les autres Nyeusis au final : Toujours occuper à autre chose. Le jeune lionceau aimait les siens, glorifiait ses origines, mais en même temps se sentait exclus par ce besoin d’amour qui lui tordait l’estomac. L’enfant avait hérité ce défaut de sa mère, il était très sentimental, en perpétuel besoin d’attention et surtout d’amour. Très tôt, il avait connus la solitude et l’ennui, la rancœur de Sumu n’avait fait qu’accentuer cet isolement qui n’avait été chassé à grand coup de griffe qu’à la naissance de Faora et Jahvis. Un fin rictus éphémère naquit sur les lèvres de la petite chimère quand elle songea au petit mâle dont, au début, il avait souhaité se faire le défouloir et qui finalement comptait d’avantage pour lui que tous les entrainements du monde.

    La patte rassurante de Sadaka ne le consola pas, c’était juste une façon à lui de dire « pardon », comme Mopango le regarderait sévèrement pour lui dire qu’il l’aimait. Il avait appris très tôt à comprendre ce genre de geste, après tout seule Ekua c’était montré très démonstrative à son égards. Gizani inspira profondément, dirigea ses prunelles écarlate vers son ainé, déterminé à lui montré sa force et sa résolution malgré l’abattement qu’il avait laissé paraitre au grand jour, car si Sadaka était un membre de sa famille en qui il pouvait avoir confiance (dans le cas contraire, ce dernier ne ferait pas partie de sa famille) il devait tout de même lui montré qu’il était fort pour qu’il le considère !

    - Je suis seul. Je déteste ça, Sadaka ! Maman n’est pas là en ce moment, Papa est partie tôt ce matin et je ne sais pas où il est non plus, quand à Faora et Jahvis …

    La petite Faora était encore tout chambouler par la mort de son père. Le demi-Nyeusis avait essayé de compatir, mais la douleur avait été si vive qu’il avait vite arrêté de pensé à Wanji pour se concentré sur son amie en essayant, en vain, de lui remonter le moral.

    - Sadaka… J’ai pris une grande décision… mais j’ai … je ne sais pas comment le dire à Papa.

    Il en avait parlé à Jeuri, bien entendu, qui l’avait vivement invité à en parler à son père. Pourtant, l’idée le refroidissait toujours malgré sa détermination à ne pas suivre les traces de son père… du moins celle qui menait à une éternelle solitude. Gizani avait toujours admiré Mopango autant pour sa force physique et psychique, et il désirait toujours autant être aussi fort et impressionnant que lui pour rendre honneur au sang du dernier Nyeusis, mais en même temps il craignait cette aura de vide qui entourait son géniteur.

    - Je ne veux pas prendre la place de Papa. La solitude… être seul … c’est nul. Je déteste ça ! – Gizani secoua la tête, chassant quelques perles clair qui c’était nicher aux coins de ses yeux en pensant à la réaction que pourrait avoir son père le jour où il le lui dirait. – Je ne veux pas être aussi seul que lui et, en voyant Maman se battre contre Wanji, c’est ce que j’ai réalisé : Les chefs sont forts, mais sont toujours seuls. Alors, je ne veux pas être chef.

_________________

Design par PrinceVoldy
Kit par Heshima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4052-gizani-rapport-du-petit-m
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Lun 5 Juin - 14:49

    Gizani semblait plus troublé encore qu’il ne l’avait imaginé. Dans ses grands yeux luisaient la tristesse et l’agacement, comme s’il accusait son cousin de n’être pas assez là, près de lui. Comme si tout le monde semblait le fuir, lui, un Gizani qui n’avait rien demandé et qui se retrouvait porteur d’une charge déjà trop lourde. Son corps déjà trop grand ne semblait pas supporter le poids de son avenir. Sadaka eut presque envie de sourire. Comme quoi, les Nyeusis n’avaient put transmettre dans leurs gênes l’envie de pouvoir. Mais Gizani n’en était pas plus proche de Sadaka, il semblait lui en vouloir. Il n’était pas le seul. La vie fractionnée de Sadaka faisait bien des malheureux, et voilà qu’il en découvrait un de plus.

    Le lionceau se mit à se confesser. La solitude le peinait. Pire, elle l’horripilait. Elle était son fardeau, sa plus grande peur. Sa mère était partie, elle était loin. Surement pleine de rancœur face aux exilés qui ne voyaient en elle qu’une déception. Face à Mopango qui n’avait vu qu’elle un pantin – comme tout ceux qui l’entouraient d’ailleurs, et Sadaka en était un bel exemple.

    Le petit disait qu’il ne voulait suivre les traces de son père et cela étonna le grand mâle de suie. Lui qui avait cru Gizani pur produit de la dévotion voyait qu’il s’était trompé, et c’était tout à son honneur. Cette nouvelle le ravie mais il ne le montra pas. Gizani n’avait pas terminé de parler et, pour l’instant, il se devait de l’écouter. Il parlait des chefs, les croyant seuls. Pourtant, ça n’était pas vrai. Kumpa n’était pas seul par exemple. Il avait une compagne qu’il aimait, des enfants fidèles et aimants. Pourtant, il hésita à en parler à son cousin. Devait-il le rassurer sur ce titre fier qu’il tendait à vouloir oublier ? Devait-il l’encourager à suivre le chemin que Mopango avait imaginé pour lui et dont il ne voulait plus ? Fallait-il prendre ce risque ? Il aurait aimé lui parler en conscience de cause, car aujourd’hui, son cousin faisait preuve de grande maturité. Mais s’il ne craignait pas Gizani, il craignait l’obstination de son père, et à cela, il se devait de résister.

    « Tu sais Gizani, personne ne t’obligera à faire quoi que ce soit. C’est à toi de décider de ta vie... » Lâcha-t-il alors.

    Il aurait aimé avoir put appliquer ces préceptes à sa propre vie, mais aujourd’hui, à son âge, il se retrouvait prit au piège. Il souhaitait cependant que ça n’arrive à personne, et surtout pas à son cousin. Lui qui faisait preuve d’une telle obstination, la voir s’évaporer serait regrettable. De plus, il savait également qu’à son âge, Sadaka avait été borné. Et bien qu’aujourd’hui il s’en morde les doigts, ses revendications n’étaient en rien semblables à celles de Gizani qui, elles, devaient être renforcées dans leur sens.

    « Ne crois qu’en ce que tu veux croire. Tu dis que tu ne veux pas être chef, c’est tout à ton honneur. Et même si ton père est déçu, c’est de ta vie qu’on parle. Ne fait pas les erreurs que j’ai put faire. Ne t’entête pas à faire ce que tous te poussent à faire. Grandis comme tu le souhaites. »

    Il essaya de sourire à son cousin. Ses paroles étaient tendres, et peut-être trop pour un Gizani qui ne connaissait que la violence d’ici. Les exilés, les grands leaders jamais ne semblaient s’assouplir sur les anciennes terres Marozis. Mais si Sadaka pouvait lui offrir cette occasion d’être doux, alors soit. Il ne pensait pas à l’avenir, à la guerre, à la vengeance, il ne pensait qu’à son cousin. Un lionceau apeuré et non désireux de violence et de solitude. Quelqu’un qui, comme lui auparavant, se sentait seul, sans attache, sans personne pour le comprendre. De plus, il se montrait déjà plus mature que lui en osant la confession. En osant se rattacher à quelqu’un. Sadaka avait put le faire mais jamais il n’en s’était senti la force. Jamais il n’avait été assez malin pour se dire qu’il pouvait croire en quelqu’un d’autre que lui même. Aujourd’hui, Gizani faisait preuve de bien du courage et pour cela, Sadaka le respectait d’avantage. Il ne s’agissait pas de force, de muscle, mais bien d’intelligence et de prise de décision. Chose que son ainé peinait encore à faire...

    « Que veux-tu faire Gizani ? »

    Voilà une question qui lui semblait nécessaire. Il ne voulait pas être chef, soit, mais qu’était la raison de vivre de l’enfant ? Qu’est-ce qui le stimulait ? Comment compenser cet aveu, cette démission ?


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 105
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Jeu 8 Juin - 13:17


    A chaque personne qu’il racontait ses buts et intentions, Gizani obtenait une réponse différente. Il aurait aimé que quelqu’un lui dise quoi faire, quel chemin prendre les yeux fermer sans qu’il eut besoin de trop réfléchir, mais visiblement cela était impossible. Si Jeuri le mettait doucement en garde et le conviait à aller se confier à son père en qui Gizani n’avait, pour le moment, aucune envie d’avoir affaire, Sadaka lui chuchotait une mélodie alléchante. Faire ce qu’il voulait de sa vie, prendre ses propres choix, c’était doux à entendre mais si compliquer à réaliser. Il s’en rendait bien compte aujourd’hui qu’il désirait prendre un chemin différent que celui qui lui était destiné.

    L’enfant chimère n’avait pas peur que son père le contraigne à faire ce qu’il désir, mais qu’il le renie, l’oubli, parce qu’il l’avait déçu. Certes, Mopango lui faisait peur, mais il restait son père et il l’aimait d’un amour simple et limpide comme de l’eau de roche. Comment pourrait-il seulement le haïr ? Alors qu’il l’avait vu naitre et qu’il l’accompagnait dans sa croissance malgré que ses attaches n’existe pas et que son ombre s’envolait tel une nué d’oiseau dès qu’il le pouvait. Gizani était admiratif de cette faculté à prendre sa vie en main et de faire ce qu’il voulait, quand il voulait, où il voulait, mais il adorait aussi cette force naturel qu’il ressentait quand il était à ses côtés et se sentait honoré de voir ses prunelles écarlates posé sur lui. Mopango était son papa, bien plus que le diable auquel on ne cessait de le comparé, et c’était bien pour cela que la chimère se tâtait à lui annoncer sa triste décision.

    Après tout, être libre et être chef ne semblait pas s’accorder… du moins, pas toujours.

    - Grandis comme tu le souhaites. – Finit son cousin.

    Là était bien le problème, car il aurait souhaité que tout soit plus simple et grandir en rendant fier le lion qu’il allait surement trahir un jour malgré lui. Gizani détourna les yeux de Sadaka pour chercher, dans son dos, l’ombre menaçante du grand Nyeusis auquel il souhaitait ressembler. Y arriverait-il seulement un jour si jamais il s’éloigné de ses griffes protectrices ? Etre lui, prendre un jour sa place dans la ligné funeste des lions noirs, c’était cela son but après tout. L’enfant Nyeusis poussa un long soupir, Sadaka continuait à le questionné sur ce qu’il comptait faire, mais ses paroles réconfortante n’avait pas réussi à faire avancer le lionceau qui, au fond, se cherchait encore.

    - Je veux … qu’il soit fier de moi. Qu’il m’aime et que nous continuons à vivre comme avant avec lui, maman et même cette idiote de Sumu. Tout parait soudain plus vide et ça me tord le ventre.

    Cela faisait des mois, bientôt une année qu’il n’avait plus vu sa demi-sœur qui était parti, au dépourvu de tous, rejoindre la terre qui l’avait vu naitre pour une raison que le lion noir n’avait pas encore bien saisit, mais malgré l’animosité qu’il y avait toujours eut entre eux elle se mettait à lui manquer. Surement parce que sa présence lui rappelait le temps où ses parents lui paraissait encore souder.

    - Je le connais bien, tu sais. – fit-il en retournant son regard sanguin vers son cousin. – Je sais qu’il sera très triste de savoir que je ne veux pas être chef après lui, mais je veux lui ressembler sans être aussi seul que lui. Je veux être fort, brave et rappeler au monde que le sang des Nyeusis n’est pas une légende. Seulement, j’ai le sentiment que si je le déçois je ne pourrai jamais faire tout ça.

    Il voulait être un Nyeusis, un vrai, dépourvu du sang bâtard qui coulait malgré lui dans ses veines.

_________________

Design par PrinceVoldy
Kit par Heshima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4052-gizani-rapport-du-petit-m
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Mar 13 Juin - 11:47

    Les dires de Sadaka ne semblaient réconforter en rien son cousin. Sur son visage, un air triste ne le quittait pas. Il avait envie que tout change, il avait envie que tout soit plus simple et que leur foyer soit de nouveau uni. Ses envies semblaient triviales, et pourtant naissait en lui un véritable paradoxe. Il souhaitait que son père soit fier de lui. Les réponses, il les possédait déjà. Il avait un choix à faire. S’il décidait de faire part de sa décision à Mopango, alors il le décevrait forcément. Ca n’était pas évident à entendre mais c’était une réalité, et Sadaka ne voyait pas en lui un ennemi mais un fils. Il était fou de penser que, lui reprenant la place de chef, était une bonne idée, surtout s’il conservait ce discours sur son sang. Cette promesse de légende. Cependant, il ne pouvait être insensible face à la peine de son cousin. Malgré tout, il restait sa famille.

    « La solution tu la détiens déjà. La seule option qui s’offre aujourd’hui à toi c’est ce choix. Si tu refuses de reprendre la suite, le flambeau, tu l’as dit toi même, il sera déçu. Et tu vivras avec, mais peut-être qu’un jour, tout se tassera et tu seras heureux. Sinon, fais ce qu’il attend de toi, mais oubli alors tes souhaits, tes désirs. »

    Il s’était fait plus dur, espérant prouver à son cousin que la seconde option n’était pas la bonne. Mais pas malhonnête pour autant, il avait été clair sur l’avenir qui se dessinait à lui. Bien qu’il semble avoir plus besoin d’aide que de conseils flous, Sadaka ne pouvait, ne voulait, prendre cette responsabilité. Le choix, c’était le sien, et uniquement le sien.

    « Tu cherches des réponses Gizani mais personne d’autre que toi ne pourra te les donner. Ton père peut-être, mais tu te doutes bien de ce qu’il te dira. Ca ne sera pas un choix... »

    Des mauvais choix, Sadaka en avait fait beaucoup, et aujourd’hui, il en souffrait plus que quiconque. Il ne voulait pas que l’enfant fasse de même, il ne lui souhaitait pas de porter le fardeau qu’il portait aujourd’hui. Pourquoi s’obstinait-il à vouloir ancrer le sang des Nyeusi dans la légende ? Nul ne niait leur existence, tous savaient ce qu’ils avaient fait, de quoi ils étaient capables. Et endosser ce rôle, c’était endosser l’image d’un passé que Gizani refusait. Les Nyeusis étaient seuls, seuls avec leur rage et leur vengeance. S’il tenait tant à être l’un des leurs, alors il serait toujours seul.

    « Tu sais Gizani, le sang des Nyeusis n’est pas une légende, et ça, tu n’as besoin de le prouver à personne. Si ton unique désir est de lui faire honneur, de marcher dans les pas de ton père pour qu’il te reconnaisse comme son égal, alors tu seras forcément seul... Ton père est seul, mon père était seul. Il est mort, comme Gara, comme Mobaya. Ils sont tous morts seuls. Et j’ai bien peur que pour Mopango, ça soit pareil. Peut-être qu’il faudrait te demander si le sang Nyeusi n’est pas un poison plus qu’une vraie bénédiction. »

    Lui, ce sang l’avait pourri jusqu’à l’os. C’était à cause de ça qu’il s’était mis à tricher, à mentir, à haïr, à s’aveugler bêtement. Lui aussi avait espérer en venant ici qu’on le respecterais et qu’on verrait en lui un héro. Mopango n’avait jamais vu en lui un héro, mais un simple pion. Et cela l’avait déçu. Pour le lion noir, il ne serait jamais rien d’autre qu’un demi-Nyeusi, et c’était comme ça. Il ne pouvait changer la nature, il avait simplement comprit qu’il fallait arrêter de s’attacher à la partie la plus sombre, celle qui vous décevrait le plus, celle qui vous ferait le plus douter. Il avait comprit cela tard, peut-être trop, mais aujourd’hui, il avait au moins le mérite de se ficher pas mal de l’avis de Mopango sur sa personne. La seule chose qui comptait était d’être sûr qu’il n’ai pas trouvé, ni même suspecté, la présence de ses petits et de sa compagne sur la Lande...

    Mais son cousin comprendrait-il qu'il ne s'agissait pas là d'une attaque, mais la simple envie de lui faire prendre conscience à quel point sa quête était vaine.



_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 105
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Dim 2 Juil - 12:34


    Gizani trouvait ce choix cruel. Comment pouvait-on n'avait que deux choix pour dicté toute une vie de qui n'attendait qu'on emprunte un nouveau chemin ? Il aurait voulu avoir mille propositions, un milliard de choix et prendre le temps de choisir ce qu'il voulait vraiment. Parler avec Sadaka ne l'aidait pas tant que cela, car au final il se sentait aussi prisonnier qu'il ne l'était avant qu'il arrive.

    - Tu cherches des réponses Gizani mais personne d’autre que toi ne pourra te les donner. Ton père peut-être, mais tu te doutes bien de ce qu’il te dira. Ca ne sera pas un choix...

    La chimère se mordit les lèvres avec tant de violence qu'un gout métallique lui caressa la langue. Les mots sonnait vide dans son coeur, Mopango ne lui avait jamais laisser le choix, mais en même temps il n'avait jamais chercher à le contredire. Si son fils avait si peur de lui à cet instant, c'est que durant toute sa vie il n'avait voulu que lui plaire et lui ressembler, qu'elle besoin alors de chercher un chemin différent du sien ?

    Il n'en pouvait plus de cette solitude, de cet abandon volontaire de tous qui refusait obstinément de l'aider, il mourrait d'envie de leurs hurler dessus pour les réveillés et leurs faires plier le genoux devant sa volonté. "Aidez moi !", leur hurlait son âme tourmenté, mais comme toujours dans ce trou de dépave personne ne daignait répondre à son cris.

    - Tu sais Gizani, le sang des Nyeusis n’est pas une légende, et ça, tu n’as besoin de le prouver à personne. - Tournant ses prunelles écarlate sur son cousin, Gizani le fusilla du regard. Sadaka ne comprendrait définitivement pas ! - Si ton unique désir est de lui faire honneur, de marcher dans les pas de ton père pour qu’il te reconnaisse comme son égal, alors tu seras forcément seul... Ton père est seul, mon père était seul. Il est mort, comme Gara, comme Mobaya. Ils sont tous morts seuls. Et j’ai bien peur que pour Mopango, ça soit pareil. Peut-être qu’il faudrait te demander si le sang Nyeusi n’est pas un poison plus qu’une vraie bénédiction.
    - Comment pourrait-il être une malédiction ?

    Furieux que son sang refuse de lui porté secours, le laissant seul avec la lourde taches de choisir son avenir, Gizani recracha sur son aîné sa rancune. De plus, ses oreilles sifflait devant un tel sacrilège. On ne blâmait pas le sang des démons qui vivaient à travers les pas et les ombres des grands seigneurs, au contraire ils offraient la supériorité envers toutes choses de cette terre. Il fallait donc les aimés et les respecter, se montré nobles de leurs héritages si ce n'était de leurs idéaux obscures.

    - Comment peux-tu dire cela alors que mon père t'aime et te considère comme son fils, mon frère ? - Le laisser choisir son destin était une chose, cracher sur ce qu'il aimait en était une autre. - Comment tu peux dire qu'être comme lui est de se condamné à la solitude alors que tu ne veux même pas m'aider. Ce n'est pas parce que tu es seul que je doit l'être et c'est à cause de lion comme toi que les Nyeusis sont seul !

    Si sont père était seul, peut-être était-ce aussi parce que dans le passé personne n'avait voulu l'aidé. Aujourd'hui il était une montagne inatteignable devant laquelle Gizani se trouvait démunie, mais jamais il devait bien y avoir eut quelqu'un pour le soutenir. Son frère par exemple, le père de Sadaka, il en parlait tout le temps avec une infime trace de mélancolie dans la bouche et même sa mère n'osait le taquiné sur le sujet. On lui avait dit que Mopango avait été le vrai jumeau de Mopanga et que, jadis, il était rare de voir l'un sans l'autre. Si son père avait aimé ce lion, alors Gizani était certains qu'il n'avait put l'abandonner à son triste sort. Malgré son armure impénétrable, il devait bien être capable de sentiment invisible qui resplendissait en restant caché des regards indiscrets.

    - Tu n'es qu'un sale menteur !
    - Des larmes de rages filèrent de ses yeux pour souillé son visage enfantin de sillion sombres. - Le sang des Nyeusis est une chance ! Il nous rend fort et non seul. Ce n'est pas parce que tu n'as pas sut te faire aimé qu'ils sont tous comme toi, car à moi on m'a raconté une toute autre histoire et elle est loin d'être aussi triste que la tienne !

_________________

Design par PrinceVoldy
Kit par Heshima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4052-gizani-rapport-du-petit-m
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Dim 16 Juil - 13:07

    Gizani ne fut pas souple, et bien qu’il ait des doutes sur moult sujets, son père et son sang n’en faisaient pas parti. Il se mit définitivement à s’énerver sur son cousin. Pleurant, rageant, il le blâmait d’être égoïste et de blasphémer et son sang, et son père. Sadaka fronça les sourcils, agacé de ce caprice. Voilà qu’il venait se plaindre et tout d’un coup changeait d’avis sur la question. Jamais Sadaka n’avait dit à Gizani de renier ce qu’il était, il avait simplement suggérer des idées, des reflexions et de prendre du recul. Il se disait perdu, il avait voulu l’aiguiller, mais l’enfant semblait bien moins pris au doute qu’au début de cette conversation.

    C’était sa certitude qu’il lui crachait à présent au visage. Celle de ses gênes. Le fait que Mopango l’aime comme un fils – encore une vision bien naïve, mais Sadaka ne fit aucun commentaire. Il ne voulait semer aucun doute dans l’esprit de l’enfant et jouer la carte de la fidélité. Gizani, de par sa faiblesse, s’était rendu, aux yeux de Sadaka, plus doux. Mais maintenant, il comprit que rien ne pourrait le dévier de cet amour du sang, ce respect du Nyeusi. Pas même les paroles sans haine de son cousin.

    Il parlait d’histoire triste. L’histoire de Sadaka n’avait été triste uniquement par sa faute, sinon, elle ne l’était en rien. Et, il n’était pas seul non plus. Mais ça, Gizani ne devait l’apprendre. De plus, à quoi bon. Il campait sur ses positions, digne fils de son père. L’esprit troublé et le cœur chancelant. Il était en proie au doute et donc, il n’était pas de confiance. Sadaka soupira doucement face au vomi verbal de l’enfant. Il était agacé de ce brusque changement, de ce mépris soudain, mais il ne voulait pas s’énerver. Cela n’avait pas d’intérêt. De plus, il aimait malgré tout son cousin et le voir si désemparer ne lui faisait pas plaisir...

    Une fois qu’il eut terminé, Sadaka se mit à parler, l’air grave mais en rien moralisateur : « J’essaie de t’aider, mais tu ne veux pas de mon aide. Alors soit Gizani. Je crois que tu es bien plus au courant de tes désirs que tu ne le laisses paraître. Tu sais déjà ce que tu veux, tu n’as pas besoin d’aide. Mais dans ce cas, pourquoi te confier à moi ? »

    C’était une question qu’il se posait sincèrement.

    « Mon Histoire est peut être triste à tes yeux par ce que j’ai décidé de la rendre ainsi, mais dans les faits, il n’y a aucune larme à verser. Regarde, il s’agit juste de lions qui se sont aimé, trahi et déchiré. Voilà tout. Ca n’est pas triste, c’est la vie. Chacun à son lot de malheurs et les miens ne sont pas plus importants ni plus miséreux que les tiens... Si tu penses que ton sang c’est ta fierté, alors c’est tant mieux. Fait avec ça, défend tes convictions et vis ta propre vie. Mais ne viens plus me parler de solitude avec telle attitude, car c’est ainsi qu’on se retrouve seul, en fuyant et crachant sur ceux qui nous aiment. Je peux te le dire, c’est ainsi que j’ai rendu triste mon histoire. Alors voilà, ça n’est qu’un conseil, fais en ce que tu veux cousin. Je ne suis pas là pour te dicter ta vie, tu n’as besoin de personne si ce n’est de toi même pour ça... »

    Puis il posa sur lui un regard plus grave encore. Il n’allait pas se laisser marcher sur les pattes non plus, il ne souhaitait que son bonheur... Et s'il ne le comprenait que grâce à des rapports de force, alors soit. Il essaierait.


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Masculin
Nb de Messages : 105
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Dim 23 Juil - 13:22


    Gizani n’apprécia pas le regard grave que posa son cousin sur lui. Même s’il ne le désirait pas, l’enfant vit en son discours une leçon malvenu pour lui dictée une moral qu’il ne respectait pas lui-même. La chimère, les larmes aux yeux et le cœur brouillant de rage ne sut se contenir.

    - Comment peux-tu dire que ceci est une vie ? Comment peux-tu affirmer que se déchiré est normal dans une vie, alors que tu te dis fautif de tout ce qui t’arrive ? – Le Nyeusis déglutie. – Tu renies même ce que tu es pour te faire passer pour un martyr alors que tu n’es même pas capable de changer les choses. C’est ce que je veux, moi, être fière de ce que je suis, ne pas me cacher comme toi, et changer les choses.

    Il eut une pensé pour son père qui, si jamais il aurait eu l’idée de posé les yeux sur lui à ce moment aurait surement été fière de ce caractère qu’il affirmait.

    - Est-ce que tu sais réellement ce que cela fait de se faire abandonner par ce que tu aimes vraiment ? De les voir s’éloigné de toi jusqu’à disparaître, se demander si demain tu ne feras plus que sentir un doux souvenir te lécher doucement le crâne ou si un jour ils te pardonneront ? Non, tu es simplement malheureux parce que personne dans ton maudit pays n’est capable d’accepter le sang qui coule en toi. Je suis triste, parce qu’ici cela importe peu ce que tu es et d’où tu viens, mais parce que je ne peux même pas aider ce que j’aime.

    L’image de Faora assise à l’écart de tous sur un tas de poussière à attendre, patiemment, que le soleil la tue lui tordit les intestins. Elle était son amie et malgré tout il se sentait incapable de l’aidé. Personne ne savait les efforts qu’il faisait pour elle. Il mettait volontairement sa fierté de côté pour s’excusé de lui avoir fait mal, se pliait à ses désirs et prenait un malin plaisir à la voir sourire des bêtises qu’ils faisaient ensemble. Pourtant dans tous ses moments la lionne brune n’avait jamais cessé d’être heureuse, alors que maintenant que la peine et la douleur émanait tellement d’elle qu’elle en blessait Gizani il se trouvait au dépourvu.

    - Je me suis dit que, vu que tu ne cesses de parcourir la Terre des Lions, tu dois avoir une solution à me proposer, mais au lieu de cela tu n’essayes même pas de me guider. Tu es comme tous les autres finalement, tu te plains de ton malheur, prêtant m’aimer, mais tu ne fais que renifler la morve qui te pend au museau sans essayer aller de l’avant.

    Cependant, si Sadaka venait d’apprendre quelques chose à Gizani c’était qu’il devait avancer seul vu qu’on le condamnait à l’isolement.

    - Je paris, je mettrais ma patte à couper, que si je viens sur cette terre qui est tienne, alors je serais mille fois plus aimé que tu ne le sauras jamais alors que nous somme égaux en tout point.

    A quelques chose prêt, lui il était plus fort.


_________________

Design par PrinceVoldy
Kit par Heshima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4052-gizani-rapport-du-petit-m
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 651
En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   Jeu 3 Aoû - 17:02

- RP ABANDONNE -

_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: TENDRESSE ? - GIZANI   

Revenir en haut Aller en bas
 
TENDRESSE ? - GIZANI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» De l'instint et de la tendresse ...
» Tsunami de Tendresse !
» Et la tendresse b... !
» Tendresse & Chocolat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-