AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Votez du côté des Mythes & Légendes et faites grandir l'univers du forum.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - EKUA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 563
Localisation : Ancien royaume Marozi

En savoir +
MessageSujet: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   Dim 30 Avr - 22:36




    Les griffes de se sale bousier avait déchiré à la fois sa peau et son coeur, mettant à mal cette force dont elle se targuait en la privant de tout ce qui la rendait fier. Ah, qu'il était bon de la voir boire ses propres larmes à cette putain de reine qui avait toujours essayer de faire quelques chose pour ses sales bouseux qui l'abandonnait au premier venu. Ils avaient été bien heureux quand elle leur avait trouver un foyer, ils s'étaient tous complus à cette vie de débauche, dans leurs deuils perpétuelle d'une illusion depuis longtemps passé, mais quelle n'avait pas été leurs plus grandes joies que de lui cracher dessus. Pas la peine de parler de Sumu, elle était l'espoir, l'héritage du grand Sharkan qui était stupidement mort dans sa folie meurtrière, alors autant déferler notre haine sur sa putain.

    Sa putain... avaient-ils seulement la moindre idée le la porté de leurs propos ? Savaient-ils seulement ce qu'ils disaient ? A quel point ça faisait mal de se faire accusé de tout les malheurs du monde alors qu'on faisait de son mieux pour être heureux ? Non, bien entendu les Kulishas ne sont que des benêts. C'est un fait connus.

    La douleur fulgura la vieille lionne qui ne put retenir un grognement de douleur. La plaie que lui avait fait Wanji à l'épaule ne cicatrisait pas, pire encore elle s'infectait. Ekua connaissait quelques plantes que les guérisseur utilisait pour soigné les malades, mais elle n'avait pas le don de la médecine et, quand bien même un chaman se trouverait dans leurs rangs viendrait-il la sauver d'une mort certaine ? Depuis le combat avec la Brute et la prise de pouvoir de Mopango, Ekua avait refuser de voir quiconque. Par caprice, mais aussi par instinct de survie, elle savait leurs repères en véritable coupe-gorge, mais depuis la prise de pouvoir du Nyeusis elle était passé de " Pseudo Dame des Ombres" à "Déchet insignifiant qui a si peu de valeur que Mopango ne la verra surement plus maintenant". Pour mourir dignement, elle avait choisit de se faire aussi discrète que possible.

    Pourtant, elle était dévoré par la rancoeur. Celui qu'elle aimait, ce bougre qui l'avait sauvé d'une mort certaine, lui avait voler tout ce qui lui restait. Son honneur avait été piétiné, salie et bafoué tant de fois qu'elle aurait put s'en moquer, mais pas venant du Nyeusis. Elle le boudait, purement et simplement, allant même jusqu'à refuser de le voir lui, mais également leurs fils dont elle avait juger monsieur si puissant qu'il devait bien être capable de prendre quelques heures de son temps pour aimé et éduquer leurs enfants. Après tout, elle arrivait bien à le faire, elle, la femelle, alors pourquoi n'y arriverait-pas ?

    S'étant éxilé de son plein gré aux allentours de la Cascades aux Esprits, là où elle pouvait trouver de l'eau clair pour laver sa plaie purulente en prenant de longs bains, Ekua se nourrisait des déchets de proie voler aux vautours et, à son plus grand bonheur, personne n'avait eut l'idée saucrenueux de venir la chercher là où elle se trouvait.

    - Qu'est-ce que tu fais ici ? - Cracha-t-elle.

    Personne, sauf lui. Bien évidement. Alongé dans la source, Ekua ne faisait dépasé que sa tête et la fine ligne de son dos couvert de poils gris. Ce matin, la plaie de son épaule c'était refermer et l'eau lui épargnait de sentir le miasme qui salissait sa blessure. Tant mieux, elle n'avait pas envie que Mopango remarque à quel point elle se sentait mal.

_________________
" Love is a poison. A sweet poison, yes, but it will kill you all the same."


Sweet memory:
 

Je suis la plus belle ~ Ekua Thème
La voix d'Ekua
(c)Caractere by Ishana
(c) Design by Cynblack (Merci   )
(c) Signa by Isaiah, avatar par Voldy(merci )
(c) Lineart by Disney

( ̄^ ̄)ゞ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1767-ekua-the-viper-queen#4497
avatar
Meneur de Jeu


À mon sujet

Age : 96 Masculin
Nb de Messages : 203
En savoir +
MessageSujet: Re: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   Lun 1 Mai - 19:33


Another Love

It's better to burn out than to fade away
Mopango était de ces lions qui ne devaient rien à personne, et qui n’avaient besoin de personne. Pour exister, le Démon Noir n’avait besoin que de respirer : tout le reste n’était que vanité et détails superflus. Ce qui était arrivé à cette brute de Wanji avait été visible et prévisible, comme inscrit à l’avance dans le marbre. Wanji avait eu la malchance d’endosser ce destin, mais le scénario aurait été exactement le même si un autre que lui avait pris sa place. La décadence de la Reine Vipère avait été inévitable et Mopango savait qu’un jour, son tour viendrait aussi. C’était ainsi que la roue tournait, avait toujours tourné, et tournerait toujours.

Mopango avait pris le contrôle des Kulishas, privant Ekua de toute cette gloire qu’elle avait jusqu’à présent si farouchement et jalousement gardée pour elle. Du point de vue de la Reine Vipère, Mopango lui avait volé son trône, mais en réalité, le lion noir n’avait fait que récupérer ce qu’elle avait déjà perdu. Depuis longtemps déjà, les Kulishas n’étaient plus à elle ; les signes avaient été nombreux et beaucoup les avait vus. Tapis dans l’ombre, ils avaient attendu le bon moment, sans ne jamais savoir vraiment qui agirait le premier. Wanji avait fait ce choix à leur place, et désormais, tout le monde savait ce qu’il en coûtait d’aller à l’encontre des volontés du seul et unique seigneur de ce clan de malfrats. Désormais, le pouvoir avait changé de pattes et à mesure que le temps passait, il se rassemblait sous le joug d’un seul, répétant inlassablement les histoires du passé. L’héritage des Nyeusis était fin prêt et les pions en place … bientôt, le Roi n’aurait qu’à s’avancer pour dévoiler son jeu, et lorsque les habitants de la Terre des Lions comprendraient la règle, Mopango, lui, aurait déjà gagné la partie.

Pour l’heure, cependant, Mopango était en proie à un problème bien moins glorieux. Cette sale mégère d’Ekua avait décidé de cracher sur le cadeau qu’il lui avait fait – celui de la vie – délaissant tout ce qui avait jadis su l’animer, son fils compris. N’en déplaise à Mopango, Gizani avait besoin de sa mère … le Démon Noir aurait pu aisément lui en trouver une autre – ce n’était pas cela qui manquait – mais le jeune prince des ombres savait de qui tenir. Physiologiquement parlant, Gizani n’avait plus besoin d’Ekua : il était suffisamment grand depuis longtemps pour se passer du lait maternel et son père était là pour lui donner l’éducation nécessaire à sa survie, mais Gizani – et Mopango rechignait à l’accepter – avait psychologiquement encore besoin de sa mère … preuve en était : il n’arrêtait pas de chouiner, ce qui ne manquait pas d’agacer Mopango, qui en attendait plus de sa part. Après avoir laissé macérer tout ce beau monde, le lion noir avait fini par se rendre à l’évidence : les choses ne pouvaient pas continuer ainsi. En d’autres temps, Mopango n’aurait pas manqué de briser le petit cœur encore tendre de son fils en lui affirmant que sa mère était morte et qu’elle ne reviendrait pas … peut-être aurait-il mieux valut que les choses se passent ainsi, finalement, mais le Nyeusis avait été encore plus cruel que cela : il avait permis à Ekua de survivre – car elle ne vivait plus désormais – en l’abandonnant à l’opprobre du peuple, ce peuple qui l’avait si longtemps respecté, sinon soutenu. Cette histoire, pourtant, était bien complexe … Mopango en avait saisi toutes les subtilités, mais de toute évidence, il était bien le seul.


Lorsqu’il s’approcha de la vieille lionne, Mopango ne put retenir un air de dégoût. Ce n’était pas tant Ekua qui l’écœurait, mais bien la scène qui s’offrait à lui … la Cascade aux Esprits ne faisait pas partie de leur territoire. Elle avait été reprise par les Lamasus et Mopango connaissait mieux que quiconque les dangers qu’ils courraient en traînant ici. Ekua en avait-elle conscience ? Elle était intelligente, pourtant …

Comme Mopango s’y était attendu, Ekua l’accueillit dignement. Face à tant d’animosité, le lion noir ne put qu’esquisser un sourire. Mauvaise comme la peste, Ekua restait égale à elle-même.

« — Je fais ce qui me plait » rétorqua Mopango « C’est là un luxe que tu n’as jamais été en mesure de connaître, ma chère » ajouta-t-il d’une voix grave. Il s’approcha de l’eau, tourna un instant autour de la source « Sort de là, vieille carne » ordonna le grand mâle « La Cascade n’est pas pour les gens comme toi » affirma Mopango.

Sa queue fouetta l’air un instant. Cette maudite cascade lui rappelait les Lamasus … Mopango n’avait pas mis longtemps à retrouver Ekua. Sa chair pourrissante empestait à des kilomètres à la ronde et elle avait laissé des traces partout où elle était allée.

« — Tu lambines, Ekua » continua Mopango « Ton fils chouine et quémande ton retour. J’hésite encore à lui dire que c’est là un rêve qui jamais plus ne pourra se réaliser » Il fit une pause, mais il était loin d’avoir terminé « Tu t’es habituée au luxe, Ekua, et maintenant que tu n’as plus rien, tu refuses de vivre sans. Le présent que je t’ai fait est inestimable. Je t’ai offert la paix, j’ignorai simplement que tu ne savais pas la reconnaître »

Incarné par Tadji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - EKUA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 563
Localisation : Ancien royaume Marozi

En savoir +
MessageSujet: Re: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   Lun 1 Mai - 22:32


    Elle l'avait agacer. La lionne le savait, on ne désobéit pas à Monsieur, pourtant quand elle avait choisit de quitter ce petit groupe de tire-laine elle savait déjà qu'elle allait s'attiré la colère de Mopango. Peu lui importait vraiment, de toutes les personnes présente dans l'Ancien Royaume elle était celle qui le connaissait le mieux malgré ce halo de mystère terrifiant qui l'entourait. Ce n'était pas par pur hasard qu'elle avait choisit de venir s'exilé dans la Cascade aux Esprit, outre l'eau clair et limpide qui y coulait cet endroit avait comme pouvoir de tenir éloigné Mopango de part son rattachement aux Lamasus. Les seuls lions capable de tenir aisément tête à un lion des ombres, soit dit en passant. Cependant, elle n'ignorait pas non plus que sa présence en ses lieux allait le mettre sur les nerfs comme elle l'était en ce moment même.

    - Sort de là, vieille carne. La Cascade n’est pas pour les gens comme toi.
    - Tu es aussi pourris que moi, alors garde tes remarques pour toi.

    Son oeil ambré fixa la queue battant du Nyeus qui rodait tour du point d'eau sans pour autant osé y mettre une patte, Ekua contempla la colère palpable de Mopango. Elle ne se délecta pas de ce qu'elle avait fait, s'attiré sa rage était bien la pire des choses qu'on eut put faire, pourtant elle se consola en ce disant qu'elle l'avait attiré dans un endroit qu'il répugnait. Surement avait-il encore besoin d'elle, Monsieur Tout-Puissant.

    - Tu lambines, Ekua - Encore et toujours des remarques... - Ton fils chouine et quémande ton retour. J’hésite encore à lui dire que c’est là un rêve qui jamais plus ne pourra se réaliser.

    Le contraire l'aurait étonné, comme si Mopango avait besoin d'elle pour autre chose qu'enfanté.

    - Tien donc, je te croyait le centre de l'attention de tout le monde. Eh bien, je doit me réjouir qu'au moins une personne pense à moi.

    Détournant les yeux du grand mâle, Ekua posa sa tête lourde sur la pierre qui la maintenant hors de l'eau. Elle ne ferma pas les yeux, préférant posé son regard sur le reflet de celui qui, malgré la rancune, faisait encore battre son coeur. Elle lui en voulait affreusement, mais n'arrivait pas entièrement à le détester.

    - Tu t’es habituée au luxe, Ekua, et maintenant que tu n’as plus rien, tu refuses de vivre sans. Le présent que je t’ai fait est inestimable. Je t’ai offert la paix, j’ignorai simplement que tu ne savais pas la reconnaître.

    Pas entièrement, mais elle n'en n'était pas loin quand le mâle persiffla sa remarque et fit monté la femelle sur ses grands chevaux d'un bond. Ekua se redressa d'un coup, foudroyant Mopango d'un regard acéré, visiblement le temps de la dispute avait sonner.

    - Quelle paix ?! Celle d'être qu'un postiche, un larbin parmi tant d'autre qu'on s'amuse à bousculer ? Ne te fout pas de moi, Mopango, ton cadeau n'est qu'un fruit pourri dont je me serait bien passé. La paix... quelle blague. - Elle poussa un grognement avant de reprendre. - Je passe mon temps à craindre pour ma vie, si tu appelles ça la paix, alors je peux rêver que tu viendras me lécher les pattes dans les secondes qui suivent.

    Ekua c'était souvent disputer avec le grand mâle, mais jamais aussi fort. Son coeur se serra malgré elle, de tout les idiots à qui elle avait voler le coeur c'était bien le dernier avec qui elle avait eut envie d'avoir une tel discutions.

    - J'ai perdu ce que j'ai mis une vie à gagner. Est-ce que ton esprit étouffé par l'orgueil peut-il seulement comprendre cela ? La gloire n'est pas acquise par la naissance à tout le monde, d'autre doivent se battre corps et griffe pour l'obtenir.

    Et elle c'était battu, comme une forcenée, comme une folle, une démente, mais quelle avait été la reconnaissance de son dure labeur : " Elle se languie trop".

_________________
" Love is a poison. A sweet poison, yes, but it will kill you all the same."


Sweet memory:
 

Je suis la plus belle ~ Ekua Thème
La voix d'Ekua
(c)Caractere by Ishana
(c) Design by Cynblack (Merci   )
(c) Signa by Isaiah, avatar par Voldy(merci )
(c) Lineart by Disney

( ̄^ ̄)ゞ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1767-ekua-the-viper-queen#4497
avatar
Meneur de Jeu


À mon sujet

Age : 96 Masculin
Nb de Messages : 203
En savoir +
MessageSujet: Re: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   Sam 6 Mai - 13:03


Another Love

It's better to burn out than to fade away
Si Ekua ne cachait pas sa colère, Mopango, lui, restait terriblement impassible. Ce calme, qu'il gardait presque à toute épreuve, le rendait méprisable et méprisé. Il avait cette suffisance propre aux narcissiques, il était inatteignable et Ekua l'avait toujours su. Mopango avait passé sa vie à parfaire ce talent, celui de ne jamais rien laisser paraître … à ce jeu, personne ne l'avait jamais battu, et personne ne le battrait jamais.

Le Nyeusis avait fini par s'immobiliser à quelques mètres des berges de la Cascade aux Esprits. Le mâle n'avait absolument pas l'intention d'y mettre les pattes … les lois qui régissaient cet endroit étaient plus vieilles que le monde lui-même. Elles appartenaient à un autre temps, et même si Mopango se moquaient des Pridelanders et de leurs croyances à la mords-moi-le-nœud, il respectait celles qui lui appartenaient, non par crainte, mais par égard. C'était bien la seule chose que le Nyeusis considérait … Ekua ne pouvait le comprendre, car ils n'appartenaient pas au même monde. Mopango se fichait bien de l'ironie qui avait gagné le timbre de sa voix. Pour lui, le Dieu parmi les lions, elle n'était rien qu'un petit pion. En réponse à ses paroles, le grand mâle se mit à sourire.

« — Regarde-toi, Ekua » déclara le Nyeusis « Tu es comme une enfant à qui l'on vient de retirer son jouet le plus précieux » affirma-t-il « Tu as perdu le véritable sens de la vie, Ekua. Tu te morfonds pour des illusions. La Vie et la Mort, voilà tout ce qui importe. Tout le reste n'est que diversion » Être roi, être reine, être seigneur ou vagabond, tout cela n'était que temporaire, alors que la mort, elle, était permanente. Dans ce monde, rien n'était jamais acquis ni aussi certain que la vie et la mort « Une reine règne en son temps, puis elle s'efface. Ainsi va la vie, ainsi va le Cycle. Tu savais que ce jour viendrait et tu l'as toujours craint au plus profond de toi » continua Mopango « La fin vient pour chacun d'entre nous. Accepte-là avec dignité, et non pas comme une enfant gâtée »

Malgré la haine d'Ekua, Mopango resta de marbre. Brusquement, elle se leva et l'eau s'agita autour d'elle, dévoilant ses plaies pourrissantes qui annonçaient sa décadence. Le grand mâle n'y fit même pas attention … au lieu de cela, il écouta avec une attention toute particulière les propos de la vieille lionne. Cette fois, Mopango ne put retenir un rire glacial.

« — Pauvre petite reine, la vie a été dure pour toi, n'est-ce pas ? » déclara Mopango, la voix emplie d'ironie « Naître sur les Terres Libres et y charmer les rois est une vie bien difficile, il est vrai » Mais bien vite, son sourire se dissipa pour de nouveau laisser place au marbre et à l'indifférence. Dans ses yeux d'ambre, des flammes naquirent soudainement « Ne me parle pas de mérite. Tu es née sur la Terre des Lions. Certains voyagent toute une vie pour permettre à leurs enfants d'avoir cette félicité »

Ekua était née sur la terre promise, comment pouvait-elle le comprendre ? Freeland n'était, certes, pas aussi glorieuse que Prideland, mais elle restait un paradis comparé à certains territoires au-delà des frontières … Mopango, qui avait voyagé toute sa vie, le savait bien. Il était né sur les chemins avec la mort aux trousses, avec cette ombre constante planant au-dessus de lui ; dans le monde qui était le sien, survivre était une nécessité et vivre un luxe. C'était une chose que seul les exilés pouvaient vraiment comprendre. Ekua et les Kulishas avaient été bannis de Freeland, certes, mais ils n'avaient pas erré bien longtemps ; ils n'avaient pas connu l'incertitude concernant l'existence d'un lendemain. Personne, sur ce royaume méprisable, ne pouvait comprendre ce qu'il avait vécu et ce qu'il vivait en tant que Nyeusis : ils avaient été les derniers de leur race, et Mopango était le dernier d'entre tous. A sa mort, leur race s'éteindrait et ils ne deviendraient alors plus qu'un mythe, qu'une légende. Sur ses épaules reposait l'héritage qu'ils lègueraient aux générations futures. Sa tâche était ô combien plus glorieuse que celle de rester reine jusqu'à la toute fin …

« — Ravale ta fierté, Ekua. Tu as un fils, et tu es en vie, cela ne saurait durer » affirma Mopango « Concentre-toi sur les choses que la vie t'a laissés, au lieu de pleurer sur les choses que tu as perdues. Si tu étais moins orgueilleuse, tu te rendrais compte de la valeur de ce que tu as »

Mopango avait tant de ressources, et tant de sagesse qui lui était propre. Ses actions étaient méprisables, ses choix odieux, mais la force de ses convictions était insondable. Il avait su trouver la paix au cœur des ténèbres, une paix que certains ne seraient jamais en mesure d'atteindre … Ekua en faisait partie. Mopango le savait, elle resterait malheureuse jusqu'à la toute fin, car elle faisait partie de ceux qui voulaient toujours plus. Elle idéalisait tellement le bonheur qu'elle ne le reconnaissait plus lorsqu'il se présentait devant elle. C'était sa malédiction à elle.

Finalement, le Nyeusis se décida enfin à bouger. Il fit quelques pas autour de la cascade, s'éloignant d'Ekua, scruta un instant l'horizon, avant de finalement revenir auprès d'elle. Froidement.

« — Je te conseille de bien réfléchir aux choix que tu vas faire » affirma finalement Mopango après un long instant de silence « Si tu n'es pas de retour au coucher du soleil, ta présence sur ce royaume ne sera plus tolérée » déclara-t-il. Ce n'était pas une menace mais une promesse « Et fait moi confiance pour dire la vérité à notre fils »

Incarné par Tadji
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - EKUA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 563
Localisation : Ancien royaume Marozi

En savoir +
MessageSujet: Re: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   Sam 6 Mai - 22:13


    La vieille lionne s’était lever d’un seule mouvement brusque, emporté par cette colère qui lui retournait les entrailles, et depuis un filet de sang putride coulait de sa blessure fragile. Elle souffrait le martyr, mais elle ignorait cette bagatelle, car une bien plus grand souffrance lui brulait les lèvres. Celui qu’elle aimait, celui qu’elle haïssait par-dessus tout, lui aurait enfoncé la tête sous l’eau pour la noyer avec ses reproches qu’Ekua aurait ressentie la même chose qu’à l’écouté parler. Elle ne trouvait rien à redire, même si elle aurait pu se défendre la lionne n’avait pas la force d’argumenter contre un homme qui ne l’écoutait pas.

    - Pauvre petite reine, la vie a été dure pour toi, n'est-ce pas ? Naître sur les Terres Libres et y charmer les rois est une vie bien difficile, il est vrai. – Se moqua le lion noir. - Ne me parle pas de mérite. Tu es née sur la Terre des Lions. Certains voyagent toute une vie pour permettre à leurs enfants d'avoir cette félicité

    Parce qu’il était plus facile de vivre en tant que marginal d’un clan qu’on aime ? Parce qu’elle avait toujours mené une vie de rêve surement, qu’est-ce qu’il en avait à faire ? La pensé que Mopango se considère comme tout puissant, comme aillant tout vu et comme aillant le plus souffert lui provoqua une monté de miasme, peu importait les coups qu’il lui balançait au visage elle n’aurait pas peur de lui rétorquer pareille gifle au visage.

    - Oh… Parce que naitre au-delà des frontières de donne ne droit de nier la souffrance des autres et de relativiser leurs plaintes, peut-être ? – Siffla-t-elle avec mépris. – Que sais-tu réellement de cette « terre de paradis » ? Comme toutes les idylles elle possède son lot de vermines qui crée ses propres démons. Tu devrais pourtant bien le savoir, vu que tu t’es attirés les faveurs de ton neveu de cette façon.

    Ekua n’éprouvait pas de sentiment particulier pour Sadaka, à qui elle donnait ses amitiés parce que Mopango le voulait, mais elle haïssait l’égoïsme des Pridelanders et cette obsession de vouloir garder leurs auréoles au-dessus de leurs têtes. Ne pouvait-il pas faire preuve d’honèté en reconnaissant leurs racismes débordant ? Au lieu de se prendre pour les rois incontesté de la Terre des lions, la vieille lionne se disait qu’il ferait mieux de prendre de la graine des petits Freelanders qui leurs servait de gentils voisins.

    - Ravale ta fierté, Ekua. Tu as un fils, et tu es en vie, cela ne saurait durer. - Il était difficile pour l’ancienne reine de garder son calme et ce stoïcisme qui l’avait toujours accompagné, Mopango la faisait sortir de ses gonds. - Concentre-toi sur les choses que la vie t'a laissées, au lieu de pleurer sur les choses que tu as perdues. Si tu étais moins orgueilleuse, tu te rendrais compte de la valeur de ce que tu as.

    Et elle ne trouva rien à répondre au Nyeusis que des battements de queues nerveux et colérique. Le suivant du regard, elle le vis roder à nouveau autour de la cascade dans laquelle il ne souhaitait pas pénétrer, bien qu’elle ne le croyait pas capable de foi – et c’est cela qui, en soit, lui permettait de contenir sa fureur car elle se disait que sortir de la source lui causerait une mort d’autant plus atroce – l’eau limpide lui permettait de réfléchir. Les insectes c’étaient depuis longtemps tût et on n’entendit pas les esprits chanter que le soleil soit au plus haut ou au seuil de la mort. Tous écoutaient. Seule le coulait de l’eau perdurait.

    - Comment peux-tu juger alors que tu ne comprends même pas ma souffrance ? Sais-tu seulement ce qu’est la solitude… la vrai. Pauvre petit, tu as perdu ton frère, ton compagnon de route sur les chemins, et le choc qui s’en suivit t’a marqué à vie par la haine ? Mais durant tous les passages de ton existence, Mopanga a été à tes cotés. Il t’a toujours accepté et c’est ensemble que vous avez accomplie nombres d’exploits. Contrairement à toi, je suis devenu ce que je suis seule et par ma seule force. – Il allait répondre à cela, elle en était certaine, mais il ne comprendrait pas. – Tu es fort, tu n’as besoin de personne, c’est vrai, mais ne vas pas me dire que tu es devenu ce que tu es par la seule et unique volonté. Mopanga et toi étiez bien trop proche de son vivant pour que je te crois ne serait-ce qu’un seul instant. Tu ne sais rien de la solitude, Mopango.


    Elle touchait là à une corde extrêmes sensible, si jamais elle faisait un faux mouvement s’en état finit d’elle et de cette chance qu’il lui offrait.

    - Je t’ai déjà dit de garder tes conseils pour toi. Avant de me faire de nouvelles promesses tient celle que tu m’as déjà faite.

    Elle n’oubliait pas, elle n’oubliait jamais les mâles qui avait pactisé avec elle et malgré le serment que lui faisait le Nyeusis de la noyer dans l’oubli, elle osait encore le défier et le regarder droit dans les yeux.

    - Tu veux que je revienne, j’ai beau être étouffé par la colère je ne suis pas encore assez aigris pour être aveugle au point de ne pas remarquer tes maigres efforts, mais je ne tolérais pas que tu impliques Gizani dans nos disputes. Je crois que tu l’as déjà fait assez souffrir comme ça.

    Parfois, elle se demandait s’il aimait vraiment son fils. L’amour d’un père pouvait être très subtil, elle-même se demandait pourquoi Mopango l’avait sauvé ? Le lion était l’archétype du pervers narcissique, il aurait très bien put mentir. Comme il pourrait dire la vérité également.

    - Je reviendrai, si et seulement si, tu me déclares devait cette assembler de lèche-botte que je suis tienne. Oh, serait-ce trop présomptueux ? Mielleux peut-être ? – Le mince rictus qui apparut sur ses babines à ce moment s’effaça pour laisser place à un visage d’autant plus sérieux. – J’applique tes conseils. S’il ne me reste plus que la vie, alors je veux la conserver. Retournez là-bas me condamnerait. Je ne suis même pas la mère du prince à leurs yeux, juste une putain. Je suis d’avantage en sécurité en attendant la venue des Lamasus qu’en à tes côtés, si tu étais moins orgueilleux tu l’aurais sut.

    La vieille et hideuse lionne avait posé ses cartes sur la table de jeu. Ce n’était, certes, qu’une maigre consolation comparé à ce qu’elle aurait voulu, pourtant elle trouvait ses menaces légères comparé à celle que portait Mopango au poing. Le nom de Gizani vibrait encore à ses oreilles, le fait qu’il lui eut rappelé que c’était « leur enfant » et que ce fils n’était pas seulement celui des ombres l’avait calmé. Elle aimait son fils, comme elle aimait sa fille et l’idée de le faire souffrir lui était impensable.

    - Tu m’as vendu ton âme je te rappelle, j’attends toujours ce trésor que tu m’as promis. Alors, cette fois c’est à moi de posé les conditions, Mopango. Si tu veux que je revienne, je serai officiellement et aux yeux de tous ta compagne. Dit toi que c’est pour ma survie et que ton petit cœur de pierre est aussi intéressant pour moi qu’une fiente de vautour. L’idée te paraitra peut-être plus légère. – Ekua lui souris mauvaisement et continua. – Après tout, personne ne veut craindre la colère du dernier Nyeusis.

_________________
" Love is a poison. A sweet poison, yes, but it will kill you all the same."


Sweet memory:
 

Je suis la plus belle ~ Ekua Thème
La voix d'Ekua
(c)Caractere by Ishana
(c) Design by Cynblack (Merci   )
(c) Signa by Isaiah, avatar par Voldy(merci )
(c) Lineart by Disney

( ̄^ ̄)ゞ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1767-ekua-the-viper-queen#4497

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]   

Revenir en haut Aller en bas
 
S'il existe un mot qui puisse t'atteindre[Pv Mopango]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» Le hasard n'existe pas
» N'existe pas dans One piece !
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Free reward n'existe plus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Au delà des Frontières ...
 :: 
L'Ancien Royaume des Marozis
-