AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - RANA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 1337
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Dim 19 Mar - 14:42

« La vengeance est une justice sauvage. »
Feat. Kaïad & Vako (PNJ) + Jangowas

Le soleil n'était pas encore au zénith, mais pourtant la température était déjà lourde. Hatari en avait perdu l'habitude. S'il avait su s'adapter à ce climat chaud durant ses années passées dans le désert, ses années d'exil lui avait fait perdre cette capacité à réguler sa température aussi bien que le faisaient les Jangowas. Son poils plus épais et son âge avancé lui pesaient désormais sur les épaules, et rendaient son pas lourd sous ce soleil éblouissant. Mais pourtant, il n'aurait reculé devant rien, car plus rien ne le séparait désormais de sa vengeance. Ni la chaleur épuisant son corps, ni le sable lui brûlant les pattes ne lui auraient fait faire demi-tour. Ce n'était rien en comparaison de la colère qui l'animait. La douleur liée à la perte de Safi et de Rána mêlé à la haine qu'il ressentait envers ses anciens compagnons de route s'étaient mêlées pour le faire basculer inéluctablement vers une sombre folie meurtrière. Celle qui le mènerait à sa perte, à n'en pas douter, mais cela lui importait peu. Maintenant que Rána était en lieu sûr, plus personne ne le retenait ici ; sa vie n'avait plus de sens désormais, et il était temps qu'elle s'achève.

C'était la raison pour laquelle l'exilé avait voyagé des jours durant pour rejoindre le désert. Il savait pertinemment qu'il était en train d'enfreindre les lois les plus communes en franchissant impunément les frontières des différents royaumes, mais il n'en avait que faire. Il n'attendait qu'une chose, que les Jangowas le trouvent. Dès lors, il s'en prendrait au premier venu, puis à celui d'après, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'un d'eux finissent pas l'arrêter. Il était certain qu'il ne ferait pas le poids, et que son âge serait un handicap, mais il restait un mâle aguerri - et surtout - en colère. Rien ne pourrait lui faire oublier l'assassinat de Safi, cette perte qui avait laissé un trou béant dans son cœur. Hatari ne serait jamais capable de pardonner, et quand bien même il l'aurait été, il ne le désirait pas. Les Jangowas lui avait trop pris pour qu'il pardonne, désormais. Si Kifua avait été le principal coupable au début, les autres n'avaient fait que suivre. Aucun d'entre eux n'avait eu assez d'honneur pour choisir une voie différente.

L'exilé ne savait pas où les Jangowas avait s'étaient établi en cette période, mais il savait pertinemment qu'il avait déjà été repéré au moment même où il avait posé la patte dans le désert. Les Jangowas étaient parfois bornés et orgueilleux, mais pas naïfs. Ils surveillaient leurs frontières presque mieux que quiconque. A l'heure actuel, il était probable qu'une patrouille soit déjà en route pour venir l'intercepter, et même plus, puisque l'exil était synonyme de mort chez les lions du désert, et qu'Hatari les narguait depuis bien trop longtemps déjà. Il aurait suffit à Vako, quand l'exilé était jadis venu le trouver, de lever son exil. Hatari ne serait de toute manière pas revenu dans le désert, mais l'histoire se serait terminé là. Mais, par crainte des représailles de son propre clan, il avait refusé. Le grand mâle se souvenait parfaitement de leurs dernières paroles, ou du moins, des siennes. « Tu as pris la place de celui qui avait ordonné mon exil, te voila donc à la place de celui que j'ai juré de mettre à terre. Je reviendrais, Vako, et ce jour-là, l'un de nous deux verra le soleil pour la dernière fois. Ne l'oublie pas. » Il saurait le rappeler à l'Empereur du désert, car il n'avait nulle intention de revenir sur ses propos. Il y avait bon nombre de Jangowas qu'Hatari souhaitait voir disparaître, à commencer par Kaïad, Mombasa et Skaro. Les trois meurtriers de sa douce compagne. Khassim, également, et Vako. Il fut un temps où Léhona avait basculé du mauvais côté dans son cœur également, mais Hatari se doutait que la veille lionne ne devait plus être de ce monde. Le temps avait fait son devoir, et ce devait désormais être la nouvelle génération qui trônait en tête du clan. Alibi, Shabel, Wema. Ils n'étaient que des lionceaux lorsque l'exil avait été prononcé, mais qu'importe. Ils étaient jangowas, et Hatari ne laisserait de chance à personne. Il n'aurait pas de pitié. Ils n'en avaient jamais eu pour lui.

Règles et Contexte:
 

_________________
Rapport du MatinDemandes de RP'sGalerie

We hide our emotions under the surface and tryin' to pretend ♪

Rána découvre le monde en #742a28 ─ Kit © Tatous
Anciennement Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4441-rana-son-of-a-broken-hear
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 151
Localisation : De retour dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Mar 21 Mar - 12:37

Les griffes du Désert se refermaient doucement, bientôt le sang coulerait enfin et soulagerait les cris de vengeances du l'immensité de sable dont l'honneur avait été souillé. Depuis bien trop de temps, l'Exilé s'était ris du Désert et de sa colère en parcourant la terre des lions en toute impunité. Mais le Désert n'oublie pas, il n'oublie jamais et lorsqu'on le défis on joue de sa vie.

Les vautours volaient haut et s'agitaient autour de l'indésirable depuis que de ses pattes pleine de salissure il avait foulées les terres Désertique. Les uns volaient autour pendant que les autres se relayaient, certainement pour livrer des indications sur sa position. Rapidement c'est un nuage noir et bruyant qui se forma autour de l'intrus. Les rires, les railleries, les cris, les menaces et les insultes fusaient.

- Il court à sa perte! Avait crié le premier.
- Droit dans la gueule du lion! Riait cyniquement un second.
- Et il pense avoir une chance de faire quelque chose? AH!
- Que les lions sont stupides! Avait fini par pouffer un quatrième pour compléter les dires du troisième. C'était un véritable escadron volant, incapable de tenir le silence plus de deux minutes. Mais soudain, ils avaient semblé se taire. Au visage de chacun d'entre eux venait de s'être inscrit un sourire malveillant, cependant quelque chose avait aussi l'air de les réjouir.

Loin vers l'est Kaïad et Nasr arrivaient en direction du traitre. Le lion blond avait le regard froid, planté sur l'horizon et sur l'Exilé qu'il tentait de discerner. Le nuage de vautour, toutefois, lui suffisait à indiquer sa position. Le lion d'habitude si las semblait déterminé; enfin il foulait de nouveau le Désert, enfin ils allaient mettre un terme à cette traque et enfin, Chenko allait être vengé. À chacune de ses foulés sa rage enfouie paraissait ressortir, il n'avait jamais ressenti ça ailleurs que lors de son exil, cette rage meurtrière qui vous aurait fait tuer n'importe qui, même votre propre frère...

- Les autres ont-ils bien fait leur travail? L'Empereur et les autres sont au courant de la venue d'Hatari? Avait demandé le blond à l'égard de son compagnon ailé.
- Oui, je vois Driah qui s'en va vers l'intérieur du Désert, je pense qu'ils se relaient pour donner à Vako la position du traitre! Avait répondu Nasr alors que Kaïad accélérait le pas pour intercepter le dit traitre. Ce dernier semblait se fatiguer plus rapidement, son âge le rendait moins résistant de plus le Désert ne l'acceptait plus comme l'un de ses fils et ne l'épargnait pas de sa lourde chaleur. S'il fallait, il aurait succombé au Désert lui même...

Plus que quelques mètres.
On se rapprochait, lentement mais surement. La crinière de Kaïad ne lui avait jamais semblé si lourde. Il aurait voulu s'en débarrasser pour prendre encore plus de vitesse.
Bientôt le Traitre fût dans son champ de vision, et rapidement ensuite il fût même à une dune de lui.

- HATARI! Avait rugit le grand blond et à ce même moment les vautours se posèrent tous lourdement sur le sol, autour de l'Exilé comme si la gravité les avait durement rappelé à l'ordre, comme si le cris de Kaïad avait été si fort qu'il les avait cloué sur place.

Le grand blond se stoppa net en admettant que l'autre aurait fait pareil. Il ne manquait plus que Mombasa et Skaro qui avaient préférer suivre leur propre piste plutôt que de faire une nouvelle fois confiance aux vautours. Ils ne tarderaient assurément pas d'arriver.

- C'est ici que s'arrête l'affront que tu fais subir au grand Désert, Hatari... Il avait retroussé les babines prêt à bondir, prêt à attaquer. Accepte ton sort, soumet toi à la volonté du Désert!

_________________
Couleur de RP: LIGHTYELLOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2572-kaiad-the-one-who-knows
avatar
MEMBRE - RANA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 1337
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Mar 21 Mar - 20:17

« La vengeance est une justice sauvage. »
Feat. Kaïad & Vako (PNJ) + Jangowas ─ Protectors of the Earth

Les vautours ne furent pas longs à venir voler en groupe au-dessus de lui, s'agitant et poussant des cris aigus qui vrillaient les tympas de l'exilé, mais qu'importe, ils annonçaient sa venue. De part et d'autres, ils allaient et venaient, criant au fou et à l'exilé. Une lueur sauvage traversa les yeux d'Hatari en les voyant se démener de la sorte. Après tout, même s'il n'étaient là que dans le but de le voir tomber, leur simple regroupement en masse montrait à quel point il était devenu une priorité pour le désert, et cela lui plaisait. Oui, il était l'exilé qui avait défié Akili, et Vako après lui. Celui qui avait transgressé toutes les lois du désert pour mieux défier ses conquérants. Qu'ils viennent, car il les attendait ! Et bientôt, un cri résonna :

─ HATARI !

Dans un réflexe, le dénommé avait levé les yeux pour découvrir qui serait le premier à tenter de l'arrêter, et il eut le plaisir sauvage de constater que ce n'était autre que Kaïad. Qui aurait-il pu vouloir de plus ? Il avait là, face à lui, le meurtrier présumé de sa compagne, car c'était le lion aux vautours qui avait mené et commandé la traque. Mombasa et Skaro n'avaient fait que lui obéir. Et intimement, l'exilé était certain que c'était le mâle qui se trouvait face à lui qui avait ordonné la mort de sa douce compagne.

─ C'est ici que s'arrête l'affront que tu fais subir au grand Désert, Hatari ... Accepte ton sort, soumet toi à la volonté du Désert!

Se soumettre ? Croyait-il réellement que l'exilé se soumettrait ? Il était trop intelligent pour ne pas l'ignorer, et n'attendait donc que la confrontation. La fureur carnassière qui transgressait des deux mâles laissait deviner à quel point chacun désirait briser l'autre. Evidemment, Kaïad était plus jeune, et plus habitué au climat du désert, mais Hatari restait plus trapu que lui, et avait l'atout de l'expérience. Le combat promettait d'être rude, mais pour rien au monde il n'aurait tourné le dos. Il attendait depuis trop longtemps sa vengeance envers les Jangowas, et l'assassinat de Safi avait été la goutte d'eau de trop. Kaïad en était l'auteur, et à n'en pas douter, il ne le regrettait aucunement, et s'en était peut-être même amusé. Une fraction de seconde durant, Hatari l'imagina regarder Safi se faire peu à peu épuiser pour finir par être achevé, et cela sans ciller. Qu'il vienne, cet assassin ! Ils avaient le même rang, désormais, et ni l'un ni l'autre ne pouvait nier avoir tué, comme aucun des deux ne regrettait son crime. Laissant toute sa rage déferler, Hatari poussa un puissant rugissement qui résonna dans le désert, les crocs dévoilés et la gueule béante.

─ Assassin que tu es, crois-tu réellement que je vais me plier devant toi ? Le désert n'est qu'orgueil et lâcheté, et tu n'es qu'un pion de plus dans son jeu.

Debout face à Kaïad, séparés de quelques mètres seulement, il le toisa de toute sa hauteur. Le désert s'apprêtait à laisser déferler toute la violence et la haine dont la nature était capable, mais c'était ainsi depuis des décennies.

Règles et Contexte:
 

_________________
Rapport du MatinDemandes de RP'sGalerie

We hide our emotions under the surface and tryin' to pretend ♪

Rána découvre le monde en #742a28 ─ Kit © Tatous
Anciennement Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4441-rana-son-of-a-broken-hear
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 151
Localisation : De retour dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Mar 4 Avr - 18:17


Celui d'en face avait réagit de la façon plus ou moins escomptée; Hatari s'était stoppé et tourné vers Kaïad prêt à en découdre pour venger la mémoire de sa chère et tendre, sauvagement assassiné par l'un des membres de l'escouade, si ce n'était tous. Mais le rôle de Kaïad dans cette tuerie n'était que sans importance, ce qui importait désormais c'était de marquer le désert du sang du traitre.

- Assassin que tu es, crois-tu réellement que je vais me plier devant toi ? Le désert n'est qu'orgueil et lâcheté, et tu n'es qu'un pion de plus dans son jeu. Ce à quoi le grand blond avait tiqué aussitôt. Quel culot il avait cet Hatari, Chenko s'en serait certainement retourné un trop grand nombre de fois dans sa tombe pour que l'on puisse les compter.

- Orgueil et lâcheté? Avait-il répété comme pour réaliser les dires de son adversaire pendant qu'ils continuaient leur macabre danse. Qui est le plus lâche et le plus orgueilleux, Hatari? Celui qui trahi sa patrie et y revient pour prouver je ne sais quoi à je ne sais qui ou bien celui qui applique simplement les lois du Désert? À coter, les vautours s'était galvanisés, ils avaient tous hurlés comme s'ils avaient acclamés Kaïad, mais en réalité tout ce qu'ils désiraient c'était de faire monter la tension.

Au fond de lui, Kaïad avait toutefois entendu les paroles de l'exilé et aurait peut-être même voulu en discuter, en savoir plus sur ce qu'Hatari reprochait au Désert. Par curiosité? Par manque de confiance? La traque avait été épuisante et parcourir différent royaume aurait fait ouvrir les yeux au maitre des vautours si seulement il avait eut le temps d'y prêter attention. Du jour au lendemain, n'importe lequel d'entre eux pouvait devenir un Hatari si tôt qu'il n'adhérait pas aux idées de l'empereur et aux coutumes désuètes du Désert.

Il y avait eu comme un moment d'hésitation dans les mouvements du blond à la crinière emmêlée bien avant que le lavage de cerveau ne vienne refaire surface; Il était lui, il était comme lui, il était comme il fallait être.
Un grondement précéda son assaut, comme un éclaire vif - ce qui était assez surprenant de la part d'un lion comme Kaïad - il avait fondu sur le traitre toutes griffes dehors. L'idée était de l'affaiblir, il fallait le fatiguer et s'éviter de graves blessures en attendant le reste du clan qui était sur son chemin.

- Le Désert à tout ce don un besoin, pourquoi fallait-il que tu partes?! Il y avait de la fatigue dans sa voix mais son corps ne laissait rien paraitre. Les coups de pattes fusaient, tentant d'atteindre la cible aux endroits stratégique. Bientôt Kaïad s'était même mis à le heurter par coups d'épaule pour tenter de déstabiliser l'adversaire. Qu'est-ce qu'il y a de mieux là bas?! Ces questions avaient-elles seulement un sens dans une telle joute? La curiosité - peut-être - avait pris le dessus à moins que ce ne soit une espèce de jalousie mal placée?

- Qu'est-ce que tu imagines en revenant ici?! Avait crié le mâle, toujours sur le même ton, époumoné au fur et à mesure qu'il frappait. Tu es vieux et tu vas mourir! Chacun de ces mots portaient une haine grandissante à mesure qu'allait le temps; C'était quelque chose de plus que cette histoire de traque et d'honneur du Désert, quelque chose de plus profond.
Kaïad accusait les coups pendant qu'il continuait lui même à en assener. Il avait pris un dernier élan entre deux grognements pour lever l'antérieur et le laisser lourdement retomber sur la face d'Hatari si le Désert le voulait.

_________________
Couleur de RP: LIGHTYELLOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2572-kaiad-the-one-who-knows
avatar
MEMBRE - RANA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 1337
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Sam 8 Avr - 17:38

« La vengeance est une justice sauvage. »
Feat. Kaïad & Vako (PNJ) + Jangowas ─ Protectors of the Earth

Les piques que s'envoyaient les deux mâles n'avait pour seul but - plus encore que de déverser leur rancœur - de les monter l'un contre l'autre, car chacun attendait avec impatience de pouvoir enfin meurtrir le corps de l'autre.

─ Orgueil et lâcheté ? Qui est le plus lâche et le plus orgueilleux, Hatari ? Celui qui trahi sa patrie et y revient pour prouver je ne sais quoi à je ne sais qui ou bien celui qui applique simplement les lois du Désert ?

Le désert avait-il jamais été sa patrie ? Hatari avait toujours vécu seul et reclu dans le désert, et malgré ses efforts, il n'avait jamais réellement été intégré, qu'il l'ai voulu ou non. Néanmoins, il savait parfaitement pourquoi il était de retour, et ne le regrettait pas un instant. Seulement, il savait que répondre à Kaïad à cet instant précis était inutile, ni lui ni le jangowa ne prêterait réellement attention aux mots qu'ils entendraient. Et soudain, Kaïad s'était jeté sur lui, lui rentrant dedans de part et d'autre. Des coups de pattes pleuvaient régulièrement, mais Hatari n'en avait cure. Leurs masses trapues s'entrechoquaient dans des bruits sourds tandis que chacun tentait de conserver son équilibre en affaiblissant l'autre. Si carrure trapue compensait son âge, l'exilé savait néanmoins que l'endurance ne lui permettrait pas de gagner le combat, il lui faudrait plutôt compter sur sa force et son expérience pour asséner les coups au bons moments.

─ Le Désert à tout ce don un besoin, pourquoi fallait-il que tu partes ?! Qu'est-ce qu'il y a de mieux là bas ?!

Pourquoi partir ? Parce qu'Hatari n'en avait pas eu le choix. En suivant ses valeurs, il n'avait eu d'autre solution que la fuite pour éviter la mort. Paradoxalement, son exil avait à la fois signé sa seule chance de survie et son arrêt de mort, mais ce choix valait tous les sacrifices. S'il était certain que la vie ne l'avait pas épargné, et qu'il regrettait bien des choses, l'exilé était pourtant sure d'une seule : il ne regrettait pas son exil. Jamais. Le désert ne lui avait jamais manqué, pas plus que ses anciens compagnons. Le temps lui avait fait prendre conscience que même ceux qu'il avait considéré comme ses amis ne l'avaient en fait jamais été, se contentant de suivre les ordres d'un Empereur trop prétentieux pour se rendre compte de ses erreurs.

─ Qu'est-ce que tu imagines en revenant ici ?! Tu es vieux et tu vas mourir !

Et tandis que Kaïad avait rugit ses mots, il avait continué ses coups d'épaules, avant de venir asséner un violent coup de patte sur la face de l'exilé. Si ce dernier eut le réflexe de détourner la tête, il ne peut éviter les griffe puissantes de son rival qui entaillèrent la chair au niveau de sa joue. Mais qu'importe, ils en venaient au principal. Repoussant Kaïad de toutes ses forces, Hatari retrouva son équilibre, et frappa à son tour.

─ La liberté de penser, et de choisir. Voila ce qu'il y a au-delà du désert.

Étonnamment, il avait prononcé ces quelques mots d'une voix grave, presque condescendante, comme si l'idée que Kaïad ne découvre jamais cette liberté puisse le peiner. En d'autres conditions, l'exilé était certain que ce jeune mâle aurait pu briller d'une toute autre façon que par sa capacité à tuer, mais il n'aurait jamais l'occasion de le lui dire. Alors, plongeant en avant, il visa les flancs du Jangowa pour tenter de déchirer la peau de ses crocs puissants.

Règles et Contexte:
 

_________________
Rapport du MatinDemandes de RP'sGalerie

We hide our emotions under the surface and tryin' to pretend ♪

Rána découvre le monde en #742a28 ─ Kit © Tatous
Anciennement Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4441-rana-son-of-a-broken-hear
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 151
Localisation : De retour dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Jeu 13 Avr - 18:50


Si plusieurs de ses interrogations restèrent sans réponse Hatari fini par cracher le morceau, par lâcher cet vérité garder si précieusement par ceux qui fuyaient le Désert. Au delà de ces frontière, loin de cette chaleur insoutenable et de cet empire fermé il y avait la liberté. Kaïad s'était arrêté un instant comme s'il encaissait les mots de l'exilé qui en avait largement profité pour riposter et dévaster les flancs du grand blond à qui le traitre avait également arraché un hurlement tout droit venu du fond de ses entrailles.
De nouveau piqué par la colère - et la douleur - Kaïad essaya de repousser le gêneur par un semblant d'attaque qui visait juste à engager un mouvement de recul de la partie adverse, pour s'assurer qu'il ne vienne plus lui lacérer les cotes. Les vautours, tout le tour, étaient en ébullition jamais on ne leur avait donné de spectacle aussi divertissant.

- Alors c'est parce que tu as choisis d'être un traitre que tes entrailles viendront décorer le Désert. À l'instar de groupies stupides, les pestes ailées s'étaient tous mis à rire aux provocations de Kaïad. Ils ne faisaient que faire monter la tension en espérant pouvoir être éblouie devant le plus sanglant des actes.

Mais de son coté, le grand blond priait pour que les autres Jangowas arrivent. Il était fatigué par les recherches, il était épuisé par cet échantillon de combat et les coups d'Hatari l'avaient éreinté; Par moment il sentait presque sa tête tourner, sa vision se brouiller: La chaleur et la fatigue devenaient pesantes. Alors qu'il avait pris du recul de son coté le maitre des vautours s'élança une nouvelle fois en direction de sa cible, visant cette fois son poitrail qu'il comptait percuter avec force. C'était une manoeuvre dangereuse car il se mettait à disposition de son adversaire s'il n'était pas assez rapide et puissant, mais s'il frappait assez fort il pouvait très bien couper le souffle de son ennemi. Kaïad avait toujours misé sur ce genre de coup de poker en combat et ce qui lui avait permis d'être remarqué par certain lors du grand carnage.
Si le coup était correctement porté alors le traitre chuterait probablement ce qui permettrait quelques secondes de répit au grand blond qui avait envoyé trop de regards en direction de l'horizon, cherchant les siens...

HORS JEU a écrit:

Je pense qu'on peut laisser Vako intervenir après ta réponse ou bien la mienne au prochain tour, nope?

je suis pas forcément bonne dans les RPs de combat et je pense que ça se voit xD

_________________
Couleur de RP: LIGHTYELLOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2572-kaiad-the-one-who-knows
avatar
Meneur de Jeu


À mon sujet

Age : 96 Masculin
Nb de Messages : 229
En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Dim 30 Avr - 22:04


« Parjure »



    Les vautours c'étaient mis à chanter. Ne perdant pas une seconde, l'empereur c'était lever d'un seul mouvement et, après avoir appeler son clan, s'était élancer à la suite de ses oiseaux de malheur. Fasciné par l'aisance qu'ils avaient à parcourir des kilomètres avec leurs grandes ailes, Vako ne perdit cependant pas de vue la raison de leur venu. Hatari était ici.

    La simple évocation du nom du traître avait soulever les foules et déchaîne des torrents de haine et d'insulte que le lion des sables ne cautionnait pas, malgré le fait qu'il ne reprocha leurs amertumes à aucun membre de son clan. Parfois, il lui arrivait de regretter le manque de compassion chez les Jangowas, pourtant même-lui, aujourd'hui, n'avait pas la moindre envie d'accorder le pardon à ce traitre qui, par de nombreuses fois, avait lacérer l'esprit du Désert par ses actes.

    On ne sut exactement combien de temps l'Empereur et sa cour mirent à arriver sur les lieux du massacre, mais pour Kaiad il était sûr que cela avaient sembler une éternité. Les vautours posé aux sols s'écartèrent à l'arriver du grand mâle qui, bien qu’essouffler par la course effréné qu'il avait entreprit pour arriver sur les lieux, gardait cependant la tête haute et le buste altier. Nul doute que le traître ce parjure saurait le reconnaître, mais la prestance avait son importance lors de ses moments historique. Pénétrant dans l'arène former par les grands rapaces, Vako parla d'une fois forte et ferme :

    - Kaiad. Il suffit, tu as bien fait ton travail.

    S'avançant de quelques pas supplémentaire, l'empereur se tient face à Hatari auxquels il faisait l'honneur de s'opposer comme rival. Les commères se mirent à chuchoter leurs indignations, alors que leurs maris grognait leurs indignations devant ce spectacle, mais le lion sable s'en moquait bien. Si cela honorait Hatari de se présenter comme son adversaire, il en était également de son devoir de dirigeant de mettre lui-même à terre cette vermine qui contrariait sans cesse ses plans.

    - Tu es venu en ses lieux pour une bonne raison, ce me semble, que la loi du désert s'applique. Je serai ton adversaire.
Incarné par Ishana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 101
Localisation : Dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Lun 1 Mai - 18:17

Je m'ennuyais. Le jour s'était levé depuis déjà un moment mais je n'avais rien trouver à faire. Les garçons se préparaient de leurs côtés en prévision de l'Exil et aucune idée d'occupation ne m'était venue à l'esprit. J'avais donc passé une partie de la matinée en compagnie de ma mère mais lassée, je l'avais quittée pour me poster au sommet d'une dune. Balayant le camp du regard, je voyais ainsi quelques mères s'occuper de leurs enfants, des jeunes qui se chamaillaient ... bref, l'agitation standard. Je soupirais tout en m'allongeant. La journée promettait encore d'être longue et insipide, chose récurrente ces derniers temps.

Résignée à ne rien faire, je profitais des rayons du soleil lorsque le chant des vautours perturba le silence. Intriguée, je relevai la tête pour voir qu'ils transmettaient un message à l'Empereur. D'un bond, le dirigeant du peuple des sables s'était relevé et avait lancé un appel à le suivre : le traître Hatari était revenu.

Je connaissais l'histoire de ce lion, mes parents me l'ayant racontée. Je ne pouvais donc m'empêcher de ressentir de la haine à l'évocation de son nom et la simple idée de le savoir revenu dans le Désert me révoltait. Je me relevais puis dévalais la dune en vitesse pour suivre mes parents et l'Empereur.

Je ne sais combien de temps nous avons mis pour atteindre le lieu où le traître avait été intercepté mais le soulagement s'empara de moi lorsque l'attroupement de vautours et leur maître ne fut plus qu'à quelques foulées. Mes pattes me faisaient souffrir à cause de cette course mais plutôt mourir que de l'avouer !

Formant comme une arène, certains vautours s'écartèrent pour laisser passer Vako. Le grand male se tenait droit face à Hatari et s'adressa en premier lieu au maître des vautours :

- Kaïad. Il suffit, tu as bien fait ton travail.

Puis il s'avança encore avant d'élever à nouveau la voix, parlant cette fois-ci au traître :

- Tu es venu en ces lieux pour une bonne raison, ce me semble, que la loi du désert s'applique. Je serais ton adversaire.

Je jetais un oeil à mon père. Sa moue réprobatrice me fit vite comprendre qu'il n'appréciait pas la manière de faire de Vako. Captant alors mon regard, il s'adressa à moi d'une voix claire :

- Regarde bien, Hatasa. Aujourd'hui le Désert va rendre son jugement.

Je reposais alors mon regard doré sur les deux lions et attendais la suite des évènements, certaine que le combat qui s'ensuivrait serait bref mais intense.

_________________

Hatasa grogne en PeachPuff
Présentation - Rapport du matin - RPs & Liens

Avatar ©️ Kosa et Signa ©️ Rinkisha, merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4399-hatasa-daughter-of-the-de
avatar
MEMBRE - RANA


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 1337
Localisation : Outland

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Mar 2 Mai - 18:11

« La vengeance est une justice sauvage. »
Feat. Kaïad & Vako (PNJ) + Jangowas ─ Into the fire


© Ajjin

Les vautours s'agitaient autour d'eux tandis que les coups pleuvaient, sans réellement être réfléchis. Chacun se battait par instinct, pour un idéal qu'il s'était toujours efforcé de suivre, mais qui n'avait peut-être plus réellement de sens à cet instant précis.

─ Alors c'est parce que tu as choisis d'être un traitre que tes entrailles viendront décorer le Désert.

Quelques années, c'était ce qu'il avait gagné à devenir un traître. Jadis, lorsque les Mositus leur avaient fait face, Hatari avait compris que le peuple du désert ne représenterait jamais la famille qu'il espérait toujours trouver. Celle qu'on lui avait pris. Tout était déjà perdu à cette époque, et pourtant il s'était voilé la face en repoussant ses plus profondes convictions pour devenir un lion froid et indifférent. Il ne l'avait jamais été réellement été. Si la vie lui avait laissé l'occasion de grandir parmi les siens, alors nul doute que tout aurait été bien différent. La guerre, la vengeance, l'indifférence ; tout cela ne lui appartenait pas. Ce n'était qu'un masque endossé pour mieux cacher sa douleur, celle qui menaçait de pointer au grand jour. Celle qui avait toujours maintenu cette petite flamme allumée au fond de lui, sans jamais perdre espoir. Cette petite flamme que Safi avait ravivé, avant de l'éteindre à tout jamais. Il était déjà mort à l'intérieur, désormais, à quoi bon attendre plus longtemps ?

Malgré les apparences, les deux mâles commençaient à s'épuiser dans ce combat de titans fait d'endurance et de brutalité. La chaleur et l'âge ne jouaient pas en sa faveur, et si Hatari était expérimenté, il sentait sa résistance faiblir. Faille qui manqua de le faire chuter lorsque son rival le percuta de plein fouet, mais qu'il parvînt à contrer en y mettant toutes ses forces. Malgré tout, il entrevoyait peu à peu la fin de ce combat, en ayant pertinemment connaissance de son issue. Malgré tout, il ne reculait pas devant cette fin si violente. Mais bientôt, lorsqu'une ombre massive se dessina sur le sable des dunes, la donne changea. Vako était là, désormais, suivi par bon nombre de Jangowas désireux de voir le traître périr. L'exilé recevait à cet instant plus d'attention qu'il n'en avait jamais reçu de leur part, mais qu'elle en était la raison ? La mort. Une issue fatidique. Voila ce qui animait le cœur de peuple du désert : la violence. Ils ne vivaient que pour elle, il en était la preuve.

─ Kaiad. Il suffit, tu as bien fait ton travail.

L'empereur s'était avancé de quelques pas, pour faire face au traître.

─ Tu es venu en ses lieux pour une bonne raison, ce me semble, que la loi du désert s'applique. Je serai ton adversaire. !

Enfin. Que ce soit Vako, Kaïad, ou n'importe qui d'autre, ce n'était plus de la colère qui animait Hatari, mais de la compassion. Il avait pitié de tous ces lions qui ne sauraient jamais vivre autrement que sous le joug d'un Empereur trop ambitieux pour leur permettre de découvrir la liberté de penser. Trop attentif à son rang pour oser leur montrer une voie différente. Tous ces lions ne connaitraient rient d'autre que les ordres, et les tradition. L'honneur, comme ils appelaient ça. Mais comment pouvait-il s'agir d'honneur lorsque le maître mot était la violence ? Qu'y avait-il de noble dans la mort ? Dans le sang et l’orgueil ? Bien sur, il leur en avait voulu pendant des années, et il leur en voudrait toujours, mais le temps avait permis à Hatari de comprendre qu'il y avait mieux que la revanche à trouver dans la vie. Mieux que la soif de pouvoir à assouvir. Safi et Rána en étaient la preuve même. Ils avaient fait disparaître cette colère sourde qu'il avait traîné pendant des années là où la soif de revanche n'avait fait que la rendre plus amère. Alors, l'exilé s'avança également d'un pas, ma tête haute face à l'Empereur. Il n'y avait nulle once de violence dans son regard, et aucune trace de peur ou de regret. Il perdait la vie pour donner à son fils ce que lui n'avait pas eu la chance de trouver dès le début : la liberté d'être et de penser. Et tandis qu'une légère brise vînt soulever sa crinière tâchée, quelques filets de sang continuaient de maculer son pelage clair tandis qu'il s'épuisait peu à peu. Malgré tout, sa voix était assurée lorsqu'il parla :

─ Peu m'importe la loi du désert, Vako. Je ne crains plus la mort, la vie m'a donné à vivre tout ce que j'avais à découvrir. Profite de l'honneur que tu gagneras en me voyant enfin mort, car cela ne vaudra jamais tout ce que ton peuple manquera.

Nulle trace de colère, ni même de tristesse. Comme s'il était détaché de tout ça. Enfin, il partait. Il partait le cœur léger de savoir Rána entre de bonnes pattes, de savoir Usiku heureux chez lui, de savoir qu'il allait enfin retrouver sa douce compagne. Non, il ne regrettait rien. Alors, dans un regain d'énergie, il se jeta sur Vako. Bien sur, il savait qu'il n'avait aucune chance, et que quand bien même il existait une minuscule chance de s'en sortir mieux que l'Empereur, ses sujets ne manqueraient pas de le rattraper. Non, il savait pertinemment qu'il ne ressortirait pas de ce combat, mais il tombait pour mieux se relever ailleurs. Qu'il vienne, ce coup qu'il attendait tant, celui qui saurait déchirer son corps plus que son cœur. Alors, dans un nouveau combat de titan, il repris ses coups. A gauche, à droite, il feintait. D'un côté ses griffes acérées, de l'autre ses crocs puissants. Encore et encore. Maintes fois, il parvînt à toucher Vako, et maintes fois, l'Empereur parvînt à l'atteindre également. A coup égaux, les plaies causées par Kaïad causeraient sa perte, car même si Vako était touché, lui l'était plus encore. Et peu à peu, son énergie le quittait. Hatari commençait à se sentir vide, asséché, comme une coquille morte. Ses réflexes se faisaient moins rapides, ses coups moins puissants. Et sa détermination vacillait.

Il aurait pu s'arrêter là, et attendre que Vako crois pouvoir profiter d'une ouverture pour le toucher à la gorge, mais il n'en fut rien. A chaque fois qu'il trébuchait, il se relevait. Son corps entier n'était qu'une douleur sourde, mais la sérénité intérieure qu'il pouvait ressentir apaisait tous ses maux. Alors il frappait encore, mais sans conviction. Juste dans le souhait de se battre jusqu'au bout, pour lui, pour Valaka, pour Rána. Pour tous ceux qui n'auraient jamais la chance de se tenir debout face à leur convictions. Cette chance, il la dédiait à tous ceux qui ne verraient jamais ce que le monde avait à offrir en échange d'un choix, d'une décision. Peut-être aurait-il souhaité pouvoir le dire à Rána, mais c'était trop tard désormais. Qu'importe, Hatari ne doutait pas qu'Ishana saurait le lui raconter. Au moins son fils était-il en sécurité, à l'abri des Jangowas, qui croyait sa descendance inexistante. C'était mieux comme cela. Alors, peu à peu, l'exilé cessa de se battre. Il se contenta d'éviter comme il pouvait le coups débordants d'énergie de son rival, encore jeune et endurant. Malgré tous les tords qu'il pouvait avoir, nul ne pourrait reprocher au vieux mâle d'avoir baissé les bras. Sa fatigue était visible à ses déplacements pesants, et à son immobilité tremblante, mais sa sérénité n'avait pas failli. Ni colère, ni peur, ni regrets. Voila comment il partirait. Alors, lorsque que son corps fut complètement vide, sans plus une once de vivacité, il s'écroula lentement. Ni coup fatal, ni blessure mortelle. Seulement les multiples coups reçus, et la vieillesse qui faisait bien son travail. L'exilé avait sombré dans une douce inconscience, qui le verrait probablement partir sans s'en rendre compte.

_________________
Rapport du MatinDemandes de RP'sGalerie

We hide our emotions under the surface and tryin' to pretend ♪

Rána découvre le monde en #742a28 ─ Kit © Tatous
Anciennement Hatari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4441-rana-son-of-a-broken-hear
avatar
Meneur de Jeu


À mon sujet

Age : 96 Masculin
Nb de Messages : 229
En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Lun 15 Mai - 15:36


« Parjure »


    - Peu m'importe la loi du désert, Vako. Je ne crains plus la mort, la vie m'a donné à vivre tout ce que j'avais à découvrir. Profite de l'honneur que tu gagneras en me voyant enfin mort, car cela ne vaudra jamais tout ce que ton peuple manquera.

    Malgré la rancœur que lui vouait son adversaire, l’amertume qu’il glissait dans chacun de ses mots et la tension palpable causé par la multitude de félins assoiffé de sang qui les entouraient, Vako approuvait un profond respect pour Hatari. Ce respect n’entachait rien au fait qu’il comptait l’affronté et lui faire mordre la poussière pour lui rappeler ce qu’il était réellement, un sale traître qu’on avait par plusieurs fois condamné à mort, mais malgré sa divergence brûlait en lui cette flamme typiquement Jangowas. Il ne renoncerait qu’au moment de son trépas.

    Les deux males s’entrechoquèrent à de multiples reprises. Vako, malgré la surprise qu’eurent la plèbe de voir son sang coulé, n’était pas invincible et par égard pour son adversaire il n’hésita pas à jouer réellement le jeu d’un défi perdu d’avance. Ses blessures, aussi nombreuses étaient-elles n’était que des égratignures comparé à celle qu’il avait reçu durant son exil il y a des années de cela et celle qui lui brûlait encore le cœur, alors que celle d’Hatari étaient bien plus profonde et salit par la corruption. Le combat dura étonnamment longtemps, alors que le vieux exilé était épuisé et sanguinolent, pourtant la lassitude ne gagna l’Empeureur à aucun moment du duel. Au contraire, un fin rictus naquit sur ses lèvres.

    Adversaire de valeur, Hatari n’abandonnait pas parce que la noirceur de la haine noyait son esprit troublé dans un bourbier putride, mais bien au contraire il voyait dans ses yeux noisette cette lueur de sérénité et d’acceptation qu’on les plus grand guerriers lors de leurs derniers combats. Vako eut envie de rire, voilà qu’il croyait se battre contre un héros qu’on citait lors des histoires de lionnes au coucher du soleil alors qu’on ne se souviendrait que de ce parjure que le mal qu’il avait fait.

    Finalement, au bout d’une éternité qui lui parut trop courte, Vako n’eut plus besoin de bataillé contre le vieux solitaire qui se mit à chanceler, secouant doucement une tête alourdit par la fatigue et chassant de ses yeux des filets de sang qui lui brouillait la vision. Hatari tomba, inconscient, mais personne ne cria sa joie. L’Empereur se tient droit devant le corps agonisant de l’exilé contre qui il avait livré bataille et contre qui son cœur c’était emballer. Le combat lui avait plu, pourtant il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas durée. Il songea que, s’il l’avait connu dans une autre situation, il aurait pu s’entendre avec lui, mais avant ses propres sentiments l’avis du peuple du désert primait et il ne pouvait se permettre de se montré sentimentale en une telle situation. Ainsi donc, Vako oublia cette affection naissance pour le traître qui reprit sa juste place de déchet.

    - Peut importer ton choix, tu ne peux se soustraire à la loi du Désert. – Entonna-t-il, réveillant de ce fait les êtres engourdit par cette aura étrange qui entourait l’arène de volatile. – Envers les pouvoirs qui me sont confié par cette terre, pour ta trahison, les meurtres que tu as commis et pour être un jour revenu sur les terres desquels tu as été chassé tu es condamné à la mort.

    Faisant quelques pas vers le lion inconscient, Vako réfléchit un moment à la façon dont il devait lui donner la mort. Les Jangowas ne lui reprocheraient jamais de donner la mort à un parjure comme lui, pourtant il n’était pas dans ses habitudes d’abuser de la faiblesse d’un adversaire quand bien même il était néfaste pour son clan.

    - Le soleil sera ton bourreau. Le sang des Jangowas à beau couler dans tes veines, tu n’es plus des nôtres depuis bien longtemps. Que ton sang abreuve cette terre et que ton souffle s’éteigne avec la dernière brise du vent. Tu feras d’autant plus l’affaire des vautours que je ne souhaite me salir d’avantage les pattes pour toi.

    Calmement, Vako se retourna vers les siens et avança dans leurs directions la tête haute malgré les multitudes de petites blessures qui parcouraient son corps et son visage.

    - Hatari n’existe plus. Ce qui se trouve dernière moi n’est qu’une charogne. Rentrons. – Ordonna-t-il. Les lions et les lionnes présent commencèrent à faire volteface, certain en marmonnant, d’autre en ruminant, mais l’Empereur des sables se montra très détaché de leurs comportements. Tourna les yeux vers le lion des sables restez en retrait, il le hâla. – Kaiad ! Approche !

    Attendant que le mâle soit à proximité de lui, il l’invita à marcher en sa compagnie un petit moment le temps pour lui de lui confier ses quelques mots.

    - Tu as bien réalisé la mission que je t’ai confiée, je suis très fier de toi et de tes oiseaux…

    Oubliant ce qui restait de son combat, ils s’en allèrent.
Incarné par Ishana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 101
Localisation : Dans le Désert

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   Ven 26 Mai - 13:39

Je grognais à l'entente des paroles d'Hatari. Comment osait-il dénigrer le Désert de cette manière ? Surtout devant ceux dont il faisait autrefois partie. Je pensais finalement qu'il avait bien fait de quitter l'étendue sableuse puisqu'il ne l'aimait pas comme il se devait. Le Désert ne méritait pas d'avoir un fils tel qu'Hatari, je ne comprenais même pas comment il avait pu survivre à son exil. Enfin, cela n'avait plus d'importance. Il avait commis l'erreur de revenir fouler le sable qui l'avait vu naître et pour cela, il allait mourir.

Je finissais à peine cette pensée que les deux lions se jetèrent l'un sur l'autre. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce combat n'avait rien de ce que j'avais imaginé. Alors que je pensais assister à un combat bref et à sens unique - tellement bref d'ailleurs, que le terme de combat était inapproprié - le traître et l'Empereur se rendaient coup pour coup. Ils refusaient de plier devant l'autre, fidèles à leur sang Jangowa.

Cependant, bien que les deux lions parvenaient à porter un nombre de coups quasiment identiques, la force d'Hatari diminua peu à peu. Les blessures infligées plus tôt par Kaïad étaient de trop pour le plus âgé des combattants.

Lorsqu'Hatari se retrouva à terre, je pensais que le combat était fini. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, le vieux lion se releva. De nombreuses fois, il vacilla et de nombreuses fois je pensais que la fin du combat était arrivée. Mais de nombreuses fois, le traître se releva et continua de porter ses coups. Bien qu'il touchait le vide le plus souvent, cette détermination de ne pas abandonner avait fait naître en moi un sentiment non pas d'admiration ou de respect mais ... d'acceptation peut-être ? Il avait beau avoir trahi le Désert et les siens et mériter la mort pour cela, sa façon de se battre prouvait qu'il n'avait pas entièrement renié ses origines, consciemment ou non.

Aussi, lorsque le vieux mâle tomba lentement sur le sol, j'hochais la tête. Il y avait longtemps qu'il ne faisait plus parti du Clan mais il s'était battu jusqu'au bout, faisant honneur à l'une des caractéristiques des lions du Désert : un Jangowa n'échouait qu'une seule fois, le jour de son trépas.

Vako prit alors la parole pour énoncer la sentence que tous connaissaient déjà. La mort.

L'Empereur se rapprocha du vieux lion inconscient. Je pensais qu'il allait lui porter le coup de grâce mais sa voix s'éleva de nouveau. Il fit savoir à tous qu'il ne souhaitait se salir davantage les pattes pour ce traître et que la mort viendrait le chercher lentement, après que le soleil ait infligé sa chaleur mortelle sur sa carcasse se vidant de son sang.

Je tiquais face à cette décision. Bien que cela ne semblait pas possible, le fait de la laisser agoniser au lieu de le tuer purement et simplement pouvait lui offrir la chance de se réveiller et de partir, libre de vivre le restant de sa vie en sachant qu'il ne serait plus traqué car tous le croyais mort.
Je ne dis cependant rien de mes pensées, ce n'était pas à moi de le faire.

Lorsque Vako se retourna vers nous, il énonça que ce qu'il y avait derrière lui n'existait plus et qu'il était temps de rentrer. Je tirais donc un trait sur ce que je connaissais d'Hatari et croisait l'espace de quelques instants, le regard de Kaïad. Ce qu'il avait fait aujourd'hui était certes son devoir, mais c'était tout de même impressionnant. Je me promettais d'aller lui parler un fois de retour à notre campement.

Je me levais à mon tour et fis demi-tour, emboitant le pas de mes parents afin de rentrer et de retourner à ma vie monotone.


HRP:
 

_________________

Hatasa grogne en PeachPuff
Présentation - Rapport du matin - RPs & Liens

Avatar ©️ Kosa et Signa ©️ Rinkisha, merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4399-hatasa-daughter-of-the-de

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance est une justice sauvage || PV Kaïad & Vako [RP Imp.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» Gjaest - 1.1 - Justice Sauvage
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Grand Désert
 :: Le Désert
-