AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Sangs-Noirs ft. Sadaka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 245
En savoir +
MessageSujet: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Mer 18 Jan - 19:40

Sangs-Noirs

NEDGE
(3 ans & 6 mois)

&

SADAKA
(4 ans)

Les Gorges étaient si grandes, si tortueuses, si pleines de petites failles creusées par les crues du fleuve - tant de nouveaux chemins s'élargissant année après année, tant de nouvelles additions à la complexité de ce labyrinthe de pierre... Elles t'avaient parues plus simples, du temps où tu vivais avec le clan. Mais, après ces trois derniers mois à y vivre, tu prenais enfin conscience de tous les secrets qu'elles avaient à offrir. Mais malgré ta curiosité et ton intérêt pour les chemins cachés des Gorges, tu n'avais plus le temps de les explorer : très bientôt, ton père et toi atteindriez Freeland. Le Mochanga, frontière naturelle entre les deux territoires, n'était plus si loin - comme les quelques herbes qui poussaient tant bien que mal entre les rochers en témoignaient. Parfois, tu avais l'impression d'entendre le murmure de l'eau - mais tu te refusais à croire si facilement tes oreilles, craignant être victime d'illusions auditives causées par ta terrible soif. Car oui, tu avais soif, tu étais fatigué, tu te languissais des vertes prairies des Terres Libres - le voyage n'était pas de tout repos et l'intense stress provoqué par la perte de Jioni et de ta tante épuisait toutes tes forces. Autrefois, marcher en compagnie du groupe semblait si facile, si parfait... Mais dorénavant, l'inquiétude te rongeait les nerfs, t'empêchait de dormir correctement et de reprendre du poil de la bête : tu souffrais, comme malade, et souffrirais sans doute jusqu'à ce que tu puisses serrer Jioni contre toi. Elle seule pouvait te libérer de tes démons et tu prenais de plus en plus conscience qu'il t'était réellement impossible de vivre sans elle. Tu te dis malade... malade d'amour, sans doute.

La piste de Lava s'était faite plus faible, plus difficile à déceler. Plusieurs sentiers permettaient de rejoindre Freeland par les Gorges et, même si vous parviendriez à votre objectif d'une façon ou d'une autre - dussiez-vous vous tromper de chemin -, vous économiseriez de précieuses journées en suivant à la lettre la voie qu'avait choisie ta tante. Mais, comme dit plus haut, sa piste s'estompait dangereusement - craignant la perdre, ton père et toi aviez décidé de vous séparer sur une courte distance afin de chercher des signes du passage de la voyageuse chacun de votre côté. Tu t'y appliquais sérieusement, l'ouïe, la vue et l'odorat aux aguets : ta mission était des plus importantes, presque vitale. Et si ton père avait assez d'expérience pour retrouver une piste perdue, c'était loin d'être ton cas - encore en apprentissage, il te fallait redoubler d'efforts pour déceler le moindre indice... Tu n'aurais jamais cru que, même si loin, Lava serait encore capable de t'apprendre des choses !

Tu scrutes les murs de pierre, le sol de roche, la moindre plante sèche poussant par là - en vain. Peut-être Kigeni aura-t-il eu plus de chance... Mais tu n'es pas encore prêt à déclarer forfait. Déterminé, tu fronces le museau et, malgré la chaleur oppressante des Gorges, presses le pas et affermis ta démarche. Tu es fier, résolu et presque têtu - plus rien à voir avec le frêle lionceau de Prideland. Tu as un objectif, une raison de vivre, et tout cela t'a renforcé plus que n'importe qui l'aurait cru. Grand, imposant, bien bâti, ton corps reflète ton état d'esprit et ta croissance, aussi physique que mentale, qui t'éleva dès le début de ton voyage - et qui continue de te faire mûrir chaque jour. Tu es presque méconnaissable... Mais quiconque aurait été assez proche de toi n'aurait, en vérité, aucun mal à deviner ton identité au premier coup d’œil.

Commençant doucement à fatiguer, tu décides d'économiser tes forces à l'ombre d'un renfoncement rocheux dans la paroi des Gorges - une semi-grotte, en somme. Tu t'assieds là, attendant que le pic de chaleur passe, le dos bien droit et la tête haute. Tes yeux, plissés pour contrer la luminosité du soleil si habilement réfléchie par la clarté des pierres, scrutent la paroi opposée, s'arrêtant sur chaque mouvement dans le tableau si immobile formé par les falaises - un lézard courant par-ci, un brin d'herbe jauni ployant sous une chaude brise par-là, ou encore, un peu plus loin, une ombre mouvante s'approchant pas à pas...

_________________
Fiche Lionceau & Fiche Jeune Adulte & Demande de RP
Personnage © Cynblack | Avatar © IXsln | Signature © Rinkisha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2591-nedge-the-sinner-s-soarin
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 617
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Lun 23 Jan - 13:48


    On n’avait pas rechigné à l’arrivée de Sadaka. Beaucoup se montrait plus méfiant encore que d’habitude. Le lion maudit qui revient ne peut être que mauvais présage. Certain semblaient l’attendre au tournant mais lui se sentait loin, si loin de tout ça. C’était comme si il ne les voyait plus, se concentrant sur ceux et celles qui l’aimait. Ahva, sa soeur, avait été touché de le revoir. Elle qui avait tant grandit. Sa mère aussi. Il avait vu la vieillesse sur son visage, mais le bonheur dans ses grands yeux doré brillait du même éclat qu’auparavant. Cela dit, il voyait qu’elle même semblait curieuse, presque inquiète face au périple de son fils. Qu’avait-il fait, qu’avait-il vu ? Il tentait de la rassurer par de doux sourires, après tout, elle n’avait pas à s’inquiéter.

    Il restait peu au rocher, tout comme avant. Prideland lui semblait inchangé, et bien qu’il ai vu une terre morte pendant quelques mois, celle ci ne lui semblait pas plus belle. Toujours aussi fade. Seule cette cicatrice laissé par l’incendie lui conférait un air plus mystérieux, moins lisse. Il dormait mal la nuit, songeant à Taali, à son ventre rond et à ses petits à venir. Espérant être auprès d’elle quand cela arriverait. Mais partir maintenant était trop risqué, il le savait, et il ne voulait en rien attirer l’attention sur lui pour le moment. Son retour était trop récent, et peut être même était-il suivit.

    Il se réveilla d’une nouvelle nuit sans sommeil. Une nuit crispée ou rien ne trouvait grâce à ses yeux. Une nuit ou seul le regret de ne pouvoir être présent aux côtés de sa compagne le hantait.

    Le soleil se levait doucement et il descendit d’un pas souple les dalles claires du rocher. Il allait en direction de l’étang afin de se désaltérer. Une fois arriver il rencontra quelques animaux mais pas encore de lion. Il était tôt et les pridelander étaient fidèles à l’image qu’il avait d’eux. Des feignants. Cette pensée lui décrocha un sourire, il était heureux que ses petits grandissent loin d’ici. Ils apprendraient ce qu’un lion doit apprendre pour vivre épanoui et prêt à tout affronter. Il buvait quelques gorgées quand il entendit une conversation qui ne lui échappa pas. Dans un arbre à côté de lui, deux oiseaux bavardaient sans grandes effusions.

    « Je te jure que c’est lui ! »
    « Tu délires, les Nyeusi sont morts ! »
    « Oui mais là je te dis que je l’ai vu, il n’était pas seul en plus, y’avait un jeune d’ici avec lui. »


    Sadaka feignait la plus grande indifférence mais n’en perdait pas une miette. Les deux volatiles ne parlaient pas très fort, faute de créer du scandale.

    « Mais si, un jeune, un petit clair avec des espèces de traits sur les oreilles. Ils sont vers les gorges. »
    « Tu racontes des sottises. »
    « Bien viens, viens avec moi toi qui sais tout, je vais te montrer ! »


    Après quelques secondes de silence, les deux volatiles s’envolèrent en direction des gorges. Sadaka ne perdit pas une minute. Son coeur avait fait un bond. Nedge, il ne pouvait s’agir que de lui. Lui qui était son seul véritable allié, lui qui avait, tout comme Sadaka, toujours rêvé de connaitre son père. Il n’en revenait pas et s’élança dans une course frénétique. La savane défilait sous ses yeux et bientôt il aperçut le trou béant, la plaie de roche et s’arrêta au bord. Il faisait chaud et le soleil tapait. Il regarda de gauche à droite, cherchant un chemin. Il trouva enfin un amas de roche qui lui permit de descendre sans trop d’encombre. Sa carrure imposante était, ici, un embarras qu’il n’aurait pu imaginer. Ses pattes trop larges glissaient sur la pierre et ses épaules avaient fâcheuse tendance à se cogner contre la roche, le faisant momentanément perdre l’équilibre. Lionceau, il était facile d’entreprendre la descente, mais là, tout s’avérait plus pénible.

    Une fois en bas, il ne pu que s’en réjouir.

    Il marcha alors, sous le soleil brûlant, à la recherche de son ami d’enfance. L’endroit semblait désert. Peut être que les oiseaux disaient faux. Cela dit, les gorges étaient grandes et le lion beige pouvait être n’importe où, Sadaka ne perdait pas espoir de le trouver. C’est pourquoi il continua la marche, espérant que ça le mène quelque part.



_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 245
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Mar 31 Jan - 1:03

Sangs-Noirs

NEDGE
(3 ans & 6 mois)

&

SADAKA
(4 ans)

Malgré ces mois d'errance dans les Gorges, tu ne t'étais toujours pas habitué à la chaleur. Le désert tout proche influait grandement sur le climat et tu haletais avec peine. Pourtant, tu faisais partie des plus prédisposés à vivre dans la chaleur : ton pelage clair attirait peu les rayons du soleil et ta semi-crinière laissait ta gorge respirer. Ceci dit, ta carrure n'était pas des plus adaptées à l'aridité - traîner tout ce poids sous cette température te faisait terriblement suer. Mais tu tenais bon et acceptais la fatalité sans te plaindre : en rejoignant les rangs de l'Exilé, tu avais été prêt à faire face aux conséquences. Vivre en nomade était l'une d'elles, et traverser des territoires hostiles, tant par leur climat que par leur peuple, en était une autre. Tu acceptais tout, et tu faisais face à chaque situation.

Dissimulé à l'ombre du renfoncement rocheux, tu reprends des forces et patientes en attendant que la chaleur passe pour reprendre tes recherches ou que ton père vienne te chercher. Tu espères qu'il ait plus de chance de son côté... Et, tandis que tu y penses, une vision singulière vient arracher ton esprit à ses préoccupations : pas si loin, à quelques dizaines de mètres à peine, une masse sombre se dirige dans ta direction.

Pourtant, pas une seconde tu ne penses à Kigeni. Ce dernier est plus grisé, tandis que celui qui approche tire sur le brun - et son regard d'or ne trompe pas. Sadaka !
D'un bond, tu te lèves alors que ton cœur rate un battement de surprise et d'espoir. Mais que fait-il là, si loin du Rocher ? Un peu inquiet, mais terriblement heureux de le revoir après ces très nombreux mois de séparation, tu sors de ta semi-grotte pour laisser le soleil éclairer ton visage.

— Tu es bien loin de chez toi, mon prince...

Ton expression est douce et rieuse, tout comme ta voix qui témoigne de toute l'affection que tu as pour lui. Tu n'avais jamais vraiment considéré les trois rejetons de Kumpa - seul le fils de la reine méritait, à tes yeux, ce titre honorifique. Mais son père n'était pas roi. Il était bien plus...
Cependant, Sadaka n'était pas que ton prince : il était avant tout ton ami, ton meilleur ami. Le seul qui pouvait véritablement te comprendre. Étrangement, vos vies étaient le miroir l'une de l'autre : tous deux, chacun de votre côté, vous étiez partis en une sorte de voyage initiatique à la recherche d'une famille - mais l'issue de ces voyages avait été bien différente.

Heureux de le revoir, mais intrigué, tu te demandes ce qui l'a amené là. Pas un instant tu n'imagines être la raison de sa venue, et tu l'interroges, sans mots, du regard...

_________________
Fiche Lionceau & Fiche Jeune Adulte & Demande de RP
Personnage © Cynblack | Avatar © IXsln | Signature © Rinkisha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2591-nedge-the-sinner-s-soarin
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 617
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Mar 31 Jan - 17:02


    Toujours très concentré, Sadaka vit apparaître, émergeant de la roche, un félin bien clair. Il sourit, presque excité. C’était assez rare de voir le félin s’enthousiasmer outre mesure, mais il avait face à lui son ami de toujours. Lui qui avait cru qu’il ne le reverrait jamais avait fait son deuil. Tout comme lui, Nedge avait disparu sans dire un mot et nul ne savait où il avait pu aller. Sadaka mourrait d’envie de l’assaillir de question, mais les retrouvailles étaient trop douces pour tout gâcher. C’est, taquin, que le fils de Kigeni l’accueilli. Le titre honorifique de prince ne put qu’amuser le lion de suie. Nedge l’avait toujours reconnu comme tel, certes, à bon entendeur. Il ne s’agissait pas là d’être fils du roi, mais fils d’un être plus puissant encore... Fils dont on ne veut plus craindre le nom, le pelage ou le père. Quoi qu’il en soit, Sadaka rit doucement. Nedge avait grandit lui aussi. Sadaka le dépassait encore mais Nedge se défendait bien. Il était largement bâti et semblait s’être fait du muscle. Sa crinière n’étant pas aussi dense que celle du félin ébène, il perdait, à ses côtés, en ampleur, mais il avait changé. Beaucoup changé.

    « Je suis heureux de te voir mon ami, j’ai entendu les échos de la savane à mon insu. Ca fait remu-ménage ta présence ici. Mais je ne pouvais pas passer à côté, moi qui croyait ne plus te revoir ! » Il souriait toujours d’un air franc, oubliant presque la chaleur ambiante.

    « Je t’imaginais si loin, que fais tu ici, aux frontières ? On pourrait t’y trouver, et les pridelander sont sur leurs gardes en ce moment. »

    Il avait prit un air grave. Il espérait que son ami n’ai d’autre choix que de rester, car si il le pouvait, valait peut être mieux qu’il s’en aille rapidement. Sadaka n’avait pas peur pour Nedge. Il était parti, certes, mais si on le trouvait là, personne ne lui dirait rien. Après tout, il était un lion libre. C’était vis-à-vis de Kigeni que cela pourrait être problématique. Lui avait été banni et n’avait pas le droit de venir ici. Lui s’en fichait complètement mais certains lions pourraient s’en donner à cœur joie. Bien que flemmards, les Pridelander étaient des brutes et s’amusait bien à jouer les tyrans face à plus faible – et ce surtout si c’est par décret du roi. C’est tellement plus simple quand on croit obéir. Le soleil tapait de plus en plus fort. Sadaka leva les yeux au ciel, pas l’ombre d’un nuage. Il regarda de droite à gauche, apercevant un petit arbre.

    « Peut-on se mettre à l’ombre ? Je suis entrain de fondre. » Dit-il amusé. Nedge ne devait pas avoir ce problème là. Il s’avança bon train et une fois à l’ombre, il s’allongea. Comme si le soleil, en plus de l’avoir réchauffé, lui avait ôté toutes ses forces.

    « Bon, plus sérieusement, les gardes frontières sont peut-être des gens très sur les principes mais moi j’en ai rien à faire, qu’as tu fais depuis que tu es parti ? »

    Sadaka savait pertinemment que son ami était parti dans le but de rejoindre son père – privilège que Sadaka lui avait un peu jalousé. Mais il avait rencontré son oncle et c’était à son tour fait son avis sur la question. Il était débordant de question et sentait que cette conversation allait-être passionnante. Surtout que Nedge était le seul lion en qui il avait entièrement confiance. Les deux animaux s’étaient jurés une fidélité sans faille. C’était son seul confident. A lui il pourrait parler de Taali, de ses petits, des exilés, du dessein de Mopango. Egoïstement, il avait hâte que tout ça sorte enfin sans qu’on ne lui reproche rien. Mais avant, c’était à lui de parler, et le mâle ébène avait hâte d’entendre ce qu’il avait à lui raconter. Dans ses yeux brillait une lueur d’enfant que Nedge ne lui connaissait surement pas. Une lueur qui ressemblait à celle qu’avait Ahva quand elle lui parlait. Une lueur qui ici signifiait très humblement : je suis heureux de te voir mon ami.


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 245
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Mar 31 Jan - 18:53

Sangs-Noirs

NEDGE
(3 ans & 6 mois)

&

SADAKA
(4 ans)

Vous souriez tous deux, comme des lionceaux innocents. Comme deux enfants heureux de se retrouver - sans malice, sans fourberie, sans le Mal qu'on aimait tant vous prêter.

— Je suis heureux de te voir mon ami, j’ai entendu les échos de la savane à mon insu. Ça fait remue-ménage ta présence ici. Mais je ne pouvais pas passer à côté, moi qui croyait ne plus te revoir !

Les échos de la savane ? Ton expression si gaie s'assombrit soudain et un air soucieux fait se froncer tes sourcils. Des rumeurs circulaient donc sur votre présence dans les Gorges... Au fond, ce n'était pas si étonnant, et c'était déjà un exploit d'avoir réussi à rester aussi indétectables si longtemps : il était logique que l'affaire s'ébruite au bout d'un moment.

— Je t’imaginais si loin, que fais-tu ici, aux frontières ? On pourrait t’y trouver, et les Pridelanders sont sur leurs gardes en ce moment.

Sur leurs gardes ? Quelque chose était-il arrivé, une chose assez dangereuse pour les faire se réveiller ? Il était vrai que tu avais vu une épaisse fumée s'élever de la savane, quelques jours auparavant - mais en pleine saison sèche, les incendies n'étaient pas si inhabituels. Y avait-il eu des problèmes ou des tensions vis-à-vis des autres clans ? Reclus et isolés, ton père et toi étiez rarement au courant des événements qui prenaient place sur le territoire : seuls les ragots et les rumeurs mis en circulation par les oiseaux faisaient office de source d'informations, mais elle était assez peu fiable. Oh ! Mais peut-être était-ce ainsi que Sadaka avait eu vent de ta présence ici ?
Perdu dans tes pensées, tu en viens à négliger ton ami, qui te rappelle à l'ordre avec un petit rire.

— Peut-on se mettre à l’ombre ? Je suis en train de fondre.
— Oh ! Bien sûr, excuse-moi ! Je t'en prie...


Tu le suis au couvert du feuillage sec d'un petit arbre et t'y couches auprès de lui. Malgré tes inquiétudes, tu es très heureux de le revoir et très reconnaissant qu'il vienne ainsi t'offrir un moment de repos après ces mois de tension.

— Bon, plus sérieusement, les gardes-frontières sont peut-être des gens très sur les principes mais moi j’en ai rien à faire, qu’as-tu fait depuis que tu es parti ?

Tu ris doucement, ravi de sa franchise. Sadaka n'avait jamais eu peur de dire ce qu'il pensait, et surtout pas avec toi ! C'était d'ailleurs réciproque.

— Je suis tellement heureux de te compter parmi mes amis ! Merci d'être venu, commences-tu en toute honnêteté. Il fallait que tu le dises, c'était plus fort que toi. Des amis, tu n'en avais pas des tas - à Prideland, seuls Djaili et Jioni avaient su s'attirer tes faveurs. Mais pouvais-tu vraiment continuer à considérer Jioni comme une simple amie... ?

— Jioni a décidé de m'accompagner quand je suis parti. Nous nous sommes d'abord rendus sur la Lande des Sans-Terre - elle ne l'a jamais connue, et je voulais la lui montrer.

Jioni s'était toujours comportée en parfaite petite Pridelander, se coulant dans le moule imposé par le clan à la perfection. Enfin, jusqu'à ce que tu viennes bousculer ses idées... De ce fait, malgré son dynamisme et son énergie, elle avait toujours été un peu passe-partout et tu n'étais pas sûr que Sadaka voyait exactement de qui il s'agissait. Elle faisait partie de la génération née après la guerre contre les Nyeusis, celle qui n'avait pas connu la Lande - une génération dont tu t'étais complètement désintéressé, Jioni mise à part. Il serait logique qu'il en soit de même pour ton ami.

— Et puis, la Lande est le seul endroit où un Exilé peut se réfugier en toute légalité... J'avais un petit espoir en y allant, et je n'ai pas été déçu.

Autrement dit, tu y avais bel et bien retrouvé ton père. Pourtant, tu n'avais bénéficié d'aucun indice permettant de déterminer sa localisation : juste ton instinct et, peut-être, l'appel du sang, plus fort que tout.

— Kigeni y était, confirmes-tu en baissant inconsciemment le ton de ta voix. Sa demi-sœur était avec lui - apparemment, elle l'avait cherché longtemps avant de le retrouver sur la Terre des Lions. J'ai donc une tante, d'une certaine manière. Ainsi, du jour au lendemain, tu avais trouvé un père et une tante, une nouvelle famille prête à t'accueillir. Ils étaient tous les deux heureux de me voir et d'enfin pouvoir faire connaissance. Ils ont accepté que je me joigne à eux... et Jioni aussi.

Le petit groupe de nomades s'était donc formé. Des lions loyaux avaient longtemps cherché et s'étaient réunis autour d'un Exilé sans foi ni loi - Kigeni avait eu une chance immense. Ou peut-être était-ce là l'intervention des Grands Esprits qui, ayant vu le changement de son cœur, lui accordaient un peu de répit pour terminer sa vie en paix... ?

— Ensuite, nous avons longé la frontière de Prideland jusqu'à arriver aux Gorges - nous voulions passer par-là pour atteindre Freeland. Mais nous avons été surpris par un éboulement. Tes épaules s'affaissent et ton regard se fait plus sombre à l'évocation de l'accident. C'est pour ça que nous sommes encore là - même si, tu as raison, la prudence devrait nous faire presser le pas. L'éboulement a séparé notre groupe en deux et, maintenant, je suis seul avec mon père. Il a d'ailleurs été blessé, et nous avons dû trouver un autre chemin pour contourner l'éboulement... C'est ce qui nous a fait prendre tant de retard.

Par bonheur, Kigeni était remarquablement robuste, et très habitué aux cicatrices. Il tenait le coup.

— Et toi ? fais-tu d'un ton plus enjoué, comme pour alléger l'atmosphère qui se faisait un peu lourde. Que s'est-il passé de ton côté, depuis que je suis parti ?

A vrai dire, tu t'étais senti coupable de laisser Sadaka derrière. Tu avais pensé à lui chaque jour - au début de ton voyage, lors de ta rencontre avec Kigeni, lors des entraînements imposés par Lava... Tu aurais tant aimé que Sadaka soit aussi de la partie ! Mais il avait lui-même ses propres ambitions, et vous rejoindre ne rimerait sans doute à rien pour lui. De plus, tu n'ignorais pas que Kigeni ne portait plus les Nyeusis dans son cœur - comment réagirait-il face au fils de Mopanga, qu'il avait connu en chair et en os ?

_________________
Fiche Lionceau & Fiche Jeune Adulte & Demande de RP
Personnage © Cynblack | Avatar © IXsln | Signature © Rinkisha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2591-nedge-the-sinner-s-soarin
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 617
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Mer 1 Fév - 15:02


    Le lion beige commença, toujours aussi poli, par le remercier. Déjà d’être son ami, ensuite d’être venu dès qu’il avait entendu parler de lui. Aujourd’hui plus doux et plus sûr de lui, Sadaka comprenait la valeur des mots et savait ce qu’ils représentaient l’un pour l’autre. C’était agréable d’être plus lucide sur le monde qui vous entoure, cela permet de vous rassurer dans certaines de vos convictions : être là pour Nedge en était une, et être son ami un privilège qu’il honorait.

    Il mentionna ensuite la présence de Jioni dans leur petit convoi. Sadaka avait vu la jeune lionne de loin, il visualisait très bien qui elle était mais ne lui avait jamais adressé la parole. Connaissant le dégoût de son ami pour bien des lions de Prideland, il fut presque étonné de savoir qu’il s’y était fait des proches sur qui compter. Qu’on puisse aimer le lion beige n’était pas le doute principal de Sadaka. Il voyait en lui une personne rare. Mais que ce dernier accepte de vouloir ouvrir son cœur à d’autres était plus surprenant. Cela dit, il était heureux de voir que, comme lui, il avait réussi à accepter qu’on lui tende la patte. Il avait décidé de l’emmener voir la Lande. Le lion ébène sourit, imaginant les deux félins se promener sur la terre de leur enfance. Jioni ne connaissait pas cette terre, Sadaka le savait. Bien qu’il ne la connaisse pas personnellement, il savait qu’elle faisait parti de cette jeunesse dorée qui n’avait pour souvenir que les jours glorieux de Prideland. Il s’imaginait bien qu’elle ne pourrait comprendre l’affection de lions comme Sadaka et Nedge pour une terre comme la Lande, en apparence si pauvre et dénuée de charme. Pour eux, elle représentait bien plus...

    Le beige lui confia y avoir trouvé son père – ce dont Sadaka avait douté en le voyant seul. Et ce malgré les dires des volatiles qui avaient juré avoir vu un Nyeusi. Il sourit, une nouvelle fois. Nedge parlait avec tant de simplicité. Il semblait y avoir trouvé son compte. Un père, une tante et Jioni. Ce tendre portrait lui rappela son enfance. Lui et sa petite famille, vivant de peu et dans une atmosphère qui semblait – en apparence – paisible. L’Histoire avait voulu qu’ils s’inscrivent dans une réalité plus grande, plus compliquée... C’était aussi pour ça que Sadaka se plaisait à penser que Taali était en sécurité, loin de tout, loin du monde, afin d’élever ses enfants sur un modèle moins fabriqué.
    Mais l’histoire de son ami ne s’arrêtait pas là. Il lui conta ce qui l’avait amener ici, dans les gorges. Parlant d’un éboulement, d’une séparation. Son ami affichait un air plus dur lors de son récit. Il ne parlait plus de Jioni, ni de sa tante. Peut être ignorait-il où elles étaient, et même si elles étaient vivantes. Sadaka aurait aimé le consoler en lui disant qu’il les avait vu mais il ne pouvait lui mentir. Il voulait lui demander mais celui-ci embraya rapidement, demandant au lion ébène de lui parler de lui. Sadaka aurait voulu insister mais se dit que Nedge se livrerait autrement, plus tard. Nedge n’était pas de ceux qui s’étalent et Sadaka avait cru comprendre que Jioni comptait pour lui, peut être plus que comme une simple amie... Encore novice dans le domaine de l’amour, il ne pouvait pleinement comprendre les sentiments de son ami pour sa compagne de route, mais il semblait assez préoccuper pour laisser percevoir la tendresse.

    Assez penser, il allait parler à son tour, afin de le mettre plus à l’aise.

    « Et bien comme toi je suis parti. Je devenais noir ici, tu t’en serais douté. J’ai une fois rencontré mon oncle, Mopango, le frère de mon défunt père lors de mon adolescence. J’ai donc décidé d’aller le voir... »

    Il aurait aimé pouvoir lui dire que, tout comme pour Kigeni, le monde s’était trompé. Mais son oncle était un lion avide de pouvoir et rongé par la vengeance, et ce encore aujourd’hui.

    « Plus loin encore que la Lande, il était avec un groupe d’exilés freelander. Il a un fils, j’ai donc moi aussi plus de famille que je ne l’imaginais. Mon cousin Gizani est encore jeune mais déjà dans les rails de son père. Ô mon ami... » Soupira-t-il «... Je suis si heureux que tu ais découvert un père qui se révèle finalement un lion aimant et simple. Le lion que j’ai vu sur la Lande est un lion rongé par la haine. Les lions qui le suivent sont puissant mais peu nombreux. Pourtant, il est persuadé pouvoir reprendre Prideland un jour. »

    Il leva les yeux au ciel, l’histoire ne faisait que commencer.


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18



Dernière édition par Sadaka le Dim 26 Fév - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 245
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Dim 26 Fév - 14:43

Sangs-Noirs

NEDGE
(3 ans & 6 mois)

&

SADAKA
(4 ans)

Sadaka semble te comprendre et écoute ton récit sans chercher à t'interrompre. Respectueux quant à ta douleur qui pouvait se faire sentir, il enchaîne directement sur sa vie à lui, sur son propre voyage et ce qu'il y avait vu. Tu écoutes avec grand intérêt - d'abord avec espoir, pour finir par froncer les sourcils au fur et à mesure du récit de ton ami. Si Kigeni n'était pas exactement un lion simple et aimant, il avait bel et bien laissé toute haine derrière lui - bêtement, naïvement, tu avais cru qu'il en serait de même pour les Nyeusis. Qu'ils avaient appris leur leçon, qu'ils n'aspiraient plus désormais qu'à vivre une vie heureuse loin de tout danger - au pire, d'aller envahir une autre terre, plus facile à conquérir, s'ils tenaient tant à piller davantage ! Comment pouvaient-ils encore croire qu'ils avaient une chance face à Prideland et à ses alliés, maintenant qu'ils étaient si diminués en nombre et en puissance ? Tu fixes tes yeux au sol, pensif. Peut-être ce Mopango comptait-il assouvir sa vengeance de part sa descendance, sans la voir de son vivant... Dans ce cas, ce jeune Gizani déjà endoctriné allait prendre la relève, avec la nouvelle génération d'exilés - mais ce sang neuf servirait-il à quelque chose ? Changerait-il la donne ? Non, même avec des recrues supplémentaires, les ennemis de la Terre des Lions restaient faibles et en sous-nombre. De plus, Pridelanders comme Freelanders se montraient à présent plus vigilants et ne comptaient pas se laisser ré-envahir de sitôt. Mais, à bien y réfléchir, peut-être était-ce là une bonne chose, au fond : qu'ils essaient donc de s'attaquer au Rocher ! Ils seraient vite exterminés, et on en parlerait plus.

Peut-être était-ce encore là une pensée naïve et irresponsable. Mais, d'une certaine manière, tu te sentais loin de tout ça : tu vivais à présent dans ton monde à part et, s'il arrivait des malheurs à Prideland, tu ne te sentirais pas coupable de fuir vers des terres plus clémentes. Après tout, on n'en attendait pas moins de toi... Cependant, tu n'oubliais pas ta mère, ton frère et tes sœurs restés là-bas et, au fond de ton cœur, craignais que Nawapa redevienne un jour prisonnière des Nyeusis. Tu ne voulais pas que son cauchemar recommence, qu'elle n'ait connu de sa vie que souffrance et détresse - cette pensée t'étant trop horrible, tu préférais croire que jamais les Pridelanders ne seraient vaincus, qu'ils écraseraient leurs adversaires et remporteraient tous les combats à venir haut la patte. Mais si ce n'était pas le cas... Si les Pridelanders se retrouvaient vraiment en difficulté, alors tu viendrais sans doute te battre à leurs côtés. Un seul lion ne changerait pas grand-chose à l'issue d'une bataille, mais si tu pouvais juste permettre à Nawapa, Sora, Tahora ou Sahale de s'enfuir... Non, ils ne le feraient jamais. Trop fiers, ils n'abandonneraient jamais leur patrie pour sauver leur peau. Soit, tant pis; tu étais tout de même prêt à te tenir auprès de Sadaka sur un champ de bataille si jamais la situation l'exigeait.

Parler de possibles guerres n'était décidément pas le meilleur sujet à aborder lors de retrouvailles mais, pourtant, pouvoir discuter avec ton Prince aussi ouvertement et librement t'avait manqué. Tu esquisses un faible sourire en relevant ton regard vers lui.

— Il s'accroche désespérément à ses ambitions passées... Mais il n'a plus aucune chance face aux Pridelanders. Ni lui, ni sa descendance.

Tu essaies un peu de te convaincre toi-même... Les Pridelanders, alliés aux Freelanders et aux hyènes, constituaient une grande armée - et il y avait toujours la possibilité que les Lamasus ou les Nordiques reviennent les aider. Comment les Nyeusis pouvaient-ils encore garder l'espoir de contre-attaquer ? Non, Mopango n'arrivait juste pas à tourner la page, voilà tout. Mais... si Sadaka savait où ils se terraient, pourquoi une coalition du Bien n'allait-elle pas les déloger et en finir avec eux pour de bon ? Tu entrouvres la bouche, prêt à poser ta question, avant de te raviser : il n'y avait pas question plus stupide, dans ta situation. Si on suivait ta logique, alors pourquoi Sadaka ne livrait-il pas ta position pour qu'une bande de Pridelanders vienne en finir avec ton père ? C'était du pareil au même.

— Je suis content qu'il ne te soit rien arrivé, là-bas, finis-tu par dire. Si Mopango était si haineux que Sadaka le disait, il aurait pu attenter à sa vie, ne serait-ce que par vengeance envers la royauté de Prideland... Mais que vas-tu faire, maintenant ? Vivre sur Prideland ?

Vivre normalement, trouver compagne et fonder une famille ? Ça semblait si irréaliste, bien trop simple et facile pour un être tel que Sadaka. Et pourtant, toi-même n'aspirais pas à bien plus, et tu étais réellement curieux de savoir dans quelle direction ton ami comptait-il diriger sa vie, maintenant que vous aviez chacun trouvé réponse à toutes vos questions et que tous vos troubles d'enfance étaient derrière vous...

_________________
Fiche Lionceau & Fiche Jeune Adulte & Demande de RP
Personnage © Cynblack | Avatar © IXsln | Signature © Rinkisha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2591-nedge-the-sinner-s-soarin
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 617
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Dim 12 Mar - 17:54

    Nedge paraissait amusé de telles révélations. Amusé, peut-être n’était-ce pas le terme exact, mais quoi qu’il en soit, il semblait croire que nul ne pouvait plus abattre Pridelander, et encore moins Mopango. Sadaka fut comme soulagé de voir qu’il n’était pas le seul à ne pas y croire. A se dire que nul ne pouvait bousculer cet équilibre. Il ignorait pourtant bien des choses, mais, à ce jour, ce qu’il voyait ne pouvait le convaincre. Nedge semblait un peu perdu, presque suspicieux mais toujours aussi paisible. Sadaka et lui se connaissaient bien et le mâle ébène savait que jamais Nedge ne le jugerait. Il voyait cependant qu’il avait des questions, que son regard se plissait presque, comme pour essayer de lire en lui les réponses qu’il cherchait sans oser les poser. Son ami de suie souriait. Il allait continuer, il allait lui dire ce qu’il voulait entendre.

    « Mopango est un lion mauvais mais il ne me ferait pas de mal, ou alors pas tout de suite. Je suis un bon élément pour lui, c’est tout ce qui compte là bas. Et hormis la trahison, il n’y a pas de raison pour qu’il ait recours à la force avec moi. »

    Il laissa s’échapper un soupire. C’était par là qu’il commencerait.

    « C’est aussi la raison qui fait que je ne peux plus partir, qu’il m’a prit au piège. »

    Etrangement, il se mit à sourire. C’était bien fait pour lui. A vouloir trop se prouver qu’il valait quelque chose, il s’était tirer une balle dans la patte, et voilà qu’il n’était plus maitre de lui même. Le lion posa son regard soleil dans les yeux de son ami. Celui-ci avait toujours ce même air calme, et ce malgré les tourmentes de son cœur. C’était agréable de pouvoir parler librement malgré la terreur qui grandissait dans sa poitrine à ce moment très précis. Ce moment où l’on prend conscience. Ce moment où c’est les autres avant lui.

    « Lors de mon voyage j’ai rencontré un lionne du nom de Taali. Une Mositu, amie de longue date. Nedge je crois que je l’aime et elle m’aime aussi. Cette nuit là j’ignorait tout de ce qui allait se produire. Après quelques jours passés auprès des exilés j’ai compris que ce clan non plus n’était pas fait pour moi. J’étais prêt à partir, à tout quitter avec elle, mais quand je l’ai retrouvé j’ai vu que j’allais être papa... »

    Il fit une courte pause. Tellement de sentiments s’étaient bousculé en lui ce moment là, ce moment précis où il avait découvert les rondeurs de sa compagne. La joie était immense mais comme une frustration l’avait arrêtée. Une petite voix qui lui avait dit que c’était trop tard, qu’ils ne pourraient jamais partir assez loin, assez vite, pour Mopango et ses troupes. Son oncle était son oncle, mais pour autant, une fuite de son neveu n’était pas acceptable. C’était à ses petits qu’il s’en prendrait si jamais il venait à découvrir leur existence, si il venait à découvrir que c’était pour eux que le fils de son frère avait prit la poudre d’escampette. Il serait capable de tout pour lui faire payer telle trahison.

    Rien que d’y penser, Sadaka frémit.

    « J’ai donc tu mes intentions face à Taali, assumant pleinement mon rôle de père, un rôle que je ne pourrais jamais tenir comme les pères des terres paisibles. » Presque comme Nedge et Kigeni finalement.

    « Elle va bientôt mettre bas et je ne suis pas là pour elle. Je suis épié en permanence, si je pars trop longtemps ou trop loin. »

    Il préféra préciser, Nedge n’avait pas à s’inquiéter. Les gorges n’étaient pas territoire à question, en tout cas pas pour celui qui l’observait dans l’ombre.

    « Je ne peux fuir Mopango, il compte sur moi, et si je me défile, c’est à elle et à ma progéniture qu’il s’en prendra. Je lui fais confiance pour se défaire de pitié. Si sur Prideland, cela s’ébruite, je les mets également en danger. Chaque brindille à des oreilles et nul part je ne suis à l’abri. C’est pourquoi je ne peux la voir, c’est pourquoi je me dois d’être discret. C’est difficile... »

    Il clos son discours par un nouveau sourire, plus triste cette fois. Nedge comprendrait, après tout, c’était ce qu’il faisait encore aujourd’hui. Caché les gens qu’il aimait pour les protéger. Son père devait être là, pas loin, mais invisible. Blotti dans la pénombre qui l’enrobait d’un châle opaque et protecteur. Mais enfin, enfin il avait put confier son secret à quelqu’un, et ça lui fit soudain un bien fou.


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 245
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Sam 29 Avr - 17:47

Sangs-Noirs

NEDGE
(3 ans & 6 mois)

&

SADAKA
(4 ans)

La discussion continue et, attentif, tu écoutes toujours ton ami avec le plus grand intérêt. Le sujet à l'honneur est, bien sûr, le terrible Mopango - cependant, le fil de la conversation dévie bien vite sur toute autre chose... Ainsi, Sadaka avait ouvert son cœur à une lionne. C'était merveilleux ! Tu esquisses un sourire, qui s'efface bien vite en te rendant compte où il voulait en venir : cet amour encore jeune, son fruit qui allait bientôt naître étaient déjà en danger et risquaient de servir de monnaie d'échange. Une unique faiblesse qui enfermait déjà le Prince. Un piège déjà refermé duquel on ne pouvait s'échapper, une emprise certaine que Mopango ne laisserait pas passer. Sadaka était donc pris, comme rattrapé par un immuable destin. Incapable de racheter les erreurs du passé, car il allait finalement être pareil à son propre paternel pour ses enfants. Absent. Invisible. Inexistant.

Bien sûr, tu comprenais ce que son ami te disait. S'il voulait protéger la famille qu'il venait de fonder, alors il devait la cacher aux yeux de Mopango et s'en éloigner. Mais était-ce véritablement là le meilleur choix... ? Offrir une vie à ses petits, sans jamais les connaître, sans jamais les voir, et leur laisser la chance de grandir et de trouver leur propre voie... Ou profiter d'une vie de famille, peut-être courte mais heureuse et suivant les préceptes et valeurs qu'il prônait ? Sans doute sur le coup de l'impulsivité et de la fougue de la jeunesse, tu aurais préféré la seconde solution. Mais ce n'était pas de ta vie qu'il s'agissait, mais bien de celle de ton meilleur ami - et jamais tu ne te permettrais d'émettre un quelconque jugement sur ses choix.

De plus... Bêtement, tu n'avais pas pu t'empêcher de t'imaginer à sa place. Un Kigeni maléfique en guise de père et marionnettiste, et une compagne cachée et porteuse de ta descendance... Celle-ci avait d'ailleurs pris la forme d'une jeune lionne couleur crème aux grands yeux pétillant d'émeraude - une vision que tu t'étais empressé de noyer au fin fond de ton esprit aussitôt qu'elle était apparue.

— Je comprends... fais-tu sombrement. Je ne peux pas imaginer à quel point c'est difficile... Mais je te souhaite bien du courage.

Que pouvais-tu dire de plus ? Le soutenir moralement, c'était tout ce que tu pouvais faire, même si tu aurais souhaité en faire beaucoup plus. Mais tu étais déjà occupé à ta propre mission et craignais, au fond, que vos chemins vous séparent définitivement - comme si, malgré les alliances du passé, Sadaka et toi n'étiez pas faits pour vous tenir côte à côte et suivre le même combat.

— Si je peux faire quoi que ce soit, n'hésite pas à me le dire. Je ne sais pas où mes pattes me mèneront, mais si jamais je rencontre un jour une lionne du nom de Taali... et d'adorables bébés ébène, tu peux être sûr que je leur porterai assistance. Je te le promets.

Taali... C'était là un nom qu'il fallait absolument que tu retiennes. Si un jour, elle et ses petits avaient besoin d'aide et que tu étais dans les parages, alors tu volerais à leur secours, en hommage à ton seigneur noir. Et tu leur dirais, ô ça oui, tu dirais à ces lionceaux combien leur père était un héros et un lion de grand honneur...

_________________
Fiche Lionceau & Fiche Jeune Adulte & Demande de RP
Personnage © Cynblack | Avatar © IXsln | Signature © Rinkisha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2591-nedge-the-sinner-s-soarin
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 617
En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   Dim 21 Mai - 21:36


    Son ami se montra doux et raisonné. Comme s’il ne voulait pas le brusquer. Nedge avait bien changé. Bien qu’il restait le lion calme et discret de son enfance, toute trace de rancœur semblait avoir désertée son cœur. Comme si les retrouvailles avec Kigeni avaient tout effacé. C’était une bénédiction pour lui, et Sadaka ne pouvait que se réjouir pour son ami d’enfance. Un des seuls d’ailleurs. Son cœur se gonfla, presque jaloux de tant de sérénité. Cependant, lui disait-il tout ? Les deux lions, bien qu’amis, avaient toujours été réservés, et ce sur beaucoup de sujets. Comme si un lien invisible les avait toujours lié en silence, sans que grands discours ne surviennent. Un entendement simple et mutuel. Mais voilà qu’aujourd’hui grands garçons, ce lien demeurait inchangé, obligeant Nedge à se taire. En silence, il était tout de même soulagé que son ami offre tant de bienveillance. Sur un même ton, il déclara alors d’une voix calme :

    « Je t’en remercie. Elle est sur la Lande, dans une petite grotte cachée des regards. Si un jour tu passes par là, peut-être pourra tu voir si elle va bien... »

    Il souriait toujours, l’air un peu perdu. Presque fataliste sur le reste de sa vie. Allait-elle devoir vivre seule, élevant ses enfants, toute sa vie ? Rien que d’y penser, le grand mâle se sentait faiblir, coupable de ce qu’il infligeait à celle qu’il aimait. Honteux et en colère aussi. Pourquoi ne trouvait-il pas le courage de tout envoyer balader, d’être honnête ? Il secoua un peu la tête, souhaitant chasser ces idées de sa tête. Il y pensait déjà bien assez, il voulait que cet instant avec Nedge soit bon et agréable. Il fallait trouver autre chose.

    Dans sa tentative Sadaka planta son regard doré dans celui de son ami crème et se laissa aller à l’indiscretion.

    « Mon ami, tu sembles apaisé et sage aujourd’hui. Est-ce d’avoir retrouvé ton père qui te rend si confiant et sur de toi ? »

    Il avait avancé beaucoup de certitudes sans vraiment savoir si, oui ou non, Nedge correspondait à ces critères. Mais là était toute la subtilité. Il voulait le pousser un peu dans ses retranchements. Ce silence n’avait plus lieu d’être, surtout maintenant. Après tout, les deux adultes savaient pertinemment qu’ils ne se reverraient pas de sitôt, et qu’ils devaient profiter pleinement de cette entrevue qui risquait d’être la dernière avant un bon bout de temps. Comme une douce parenthèse qui croisait leurs chemins à nouveau. Leur offrant le loisir de découvrir comment ils avaient grandi. Et ce que Sadaka voyait en son ami lui plaisait beaucoup...


_________________
________________________________________________________
signature(c)Heshima__avatar(c)Sayed// Sadaka parle en : #271e18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1824-sadaka

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Sangs-Noirs ft. Sadaka   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sangs-Noirs ft. Sadaka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Eldars noirs.
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» Les Colons Noirs
» Les Noirs interdits de bistrot à Pékin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Glorieux Royaume — Prideland
 :: Les Gorges
-