AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 390
En savoir +
MessageSujet: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Mar 8 Nov - 8:39

Couchée dans une fente, bien à l'abri du sol tassé par la chaleur, Dhoruba contemplait l'astre roi sur sa petite plateforme. A moitié bénie par les rayons et à l'ombre, c'était un lieu idéal pour la géante qui s'y reposait avec ses petits, Usawa et Khabel. Ce nouvel "accouchement" un peu particulier, résultant en fait d'une adoption quelques jours après sa mise-bas, avait achevé de fâcher Thamani avec elle. Les deux lionnes ne s'adressaient plus la parole au grand regret de la rousse. Seulement, après l'ultimatum, elle s'était décidée pour le nouveau petit, incapable d'abandonner un lionceau dans le désert... Ou n'importe quel enfant d'ailleurs, preuve en était sa première grossesse qui l'avait empêché de tuer un bébé gnou. Depuis, elle se refusait catégoriquement à porter la griffe sur un de ces petits innocents qu'elle adorait tant après avoir été privée de leur présence par les autres qui la pensaient trop lourdaude physiquement et mentalement. A ses yeux, remettre Khabel où on lui l'avait donné aurait été lui porter le coup de grâce, c'est pourquoi elle avait choisi douloureusement d'accepter que sa fille biologique lui tourne le dos. Adulte, cette dernière pouvait se débrouiller, alors que le brun, non.

Bien accepté au contraire de ce que pensait Thamani, l'enfant évoluait en parfaite harmonie avec Usawa, son frère de coeur. Ils se ressemblaient en âge, ironiquement nés à quelques jours d'intervalle tout au plus. Bien sûr, le nouveau bébé était différent, même Dhoruba s'en rendrait compte, mais ça n'était pas un souci, inutile d'inventer un mensonge, puisqu'elle comptait lui parler de sa triste maman qui avait dû l'abandonner. L'esprit de la lionne en effet, n'allait pas plus loin que "moi j'aurais voulu savoir, et puis ce serait injuste pour la maman". Elle ne songeait pas au traumatisme sur Khabel mais c'était sans doute mieux au final vu le nombre de jeunes adoptés qui le découvraient seuls, à l'insu de leurs parents. La seule chose que s'était promis Dhoruba, c'était de garder l'identité de celle ayant abandonné son enfant secrète car c'était ce qu'elle avait promis à la maman déchue.

Autour d'elle, les enfants s'amusaient, glissant sur son dos à cause du manque d'espace ou trébuchant sur sa queue. Mais peu importe, Dhoruba n'était pas impatiente, au contraire, elle se piqua au jeu pendant un moment, récupérant les petits effrontés dans sa gueule pour les ramener entre ses pattes et engager un combat sans griffe. Pour l'autre, elle remuait sa longue queue, alternant le rythme, offrant son plumeau dense comme proie. L'endroit n'était pas habituellement celui auquel penserait une lionne pour emmener ses enfants, mais la rousse n'avait pas peur de leur faire grimper des lieux escarpés dès leur prime jeunesse, dûsse-t-elle les aider en les transportant un à un dans sa gueule. Ici, la sécurité était optimale, pour peu qu'on connaisse ses limites.

Un bruit raisonnant en écho la fit toutefois dresser les oreilles et cesser ses jeux. D'un petit grognement la femelle fit stopper les jeux, se levant à moitié. L'écho reprit, léger mais suivi d'une effluve qui ne trompait pas. Il y avait quelqu'un. D'un nouveau feulement doux mais ferme, la rousse incita ses enfants à rentrer dans l'ombre de la fente et à n'en plus bouger. Elle étira son long corps élancé et entreprit de descendre lentement la paroi escarpée. Si c'était un herbivore égaré, Dhoruba le chasserait, toutes les occasions étaient bonnes à prendre. Toutefois, sa surprise fut grande lorsque son museau devina à qui appartenait l'odeur. Précisément deux secondes avant l'apparition d'une boule de poils venant confirmer ses prédictions.

Une hyène, ou plutôt un chiot. Certains prédateurs l'auraient tué pour éliminer d'office un futur rival pour la nourriture ou le territoire, voir capturé pour que ses enfants "jouent avec" et s'habituent au combat. Pour autant, la géante se contenta de s'allonger, les yeux mi-clos. Elle laissa le canidé s'approcher, adoptant toutes les signaux d’apaisement communs aux deux espèces. Corps détendu, queue balayant légèrement le vide, sourire aux babines et oreilles pointées en avant démontrant son intérêt pur.

- Tu t'es perdu toi. Non ? Où alors t'es avec tes parents, mais faut vite partir d'ici, ce n'est pas votre territoire tu sais. Si tu ne sais plus où sont les tiens, je peux t'aider.

Les enfants de Dhoruba était habituellement très disciplinés, emmenés le plus tôt possible dans des lieux où il leur était facile de se perdre. La lionne était tendre mais sans demi-mesure. Avec elle, il fallait rapidement s'adapter, marcher, courir, se cacher. Du coup, Usawa et Khabel avaient appris à être sages lorsque la géante le leur signifiait, même si leurs pattes les démangeait. Ils s'approchèrent d'ailleurs finalement sur la pointe de la plateforme, le nez au vent. Dhoruba émit un grondement mécontent à leur égard, mais ils revinrent bientôt. Bon, ils étaient presque sages... Juste assez pour ne pas s'aventurer en bas, malgré leur terrible envie.

- C'est dangereux sur ce sol, il faut monter sur les rochers...

Les troupeaux de gnous étaient rares mais quand ils passaient ici, c'était généralement lors d'une partie de chasse, et c'était donc en courant, affolés qu'ils le faisaient. Pour l'instant tout était calme, mais pourvu qu'une seule fois coïncide avec leur présence en bas, et ce serait la catastrophe. Dhoruba restait malgré tout allongée, scrutant l'horizon tout en essayant de rassurer le bébé. Même si c'était plus sûr, grimper n'était pour l'instant pas une option, elle voulait retrouver les parents du chenapan. Pas question d'adopter encore, et moins un bébé hyène, car cette fois, c'était Kubeba qui risquait de ne plus lui parler.

Lorsqu'enfin la géante trouva l'effluve correspondante, elle se redressa sur ses pattes pour héler l'animal.

- Hey, j'ai votre enfant, venez le chercher.

Invita-t-elle d'un ton cordial... Jusqu'à ce qu'elle s'aperçoive de qui était le père du bébé... Lui. Sérieusement, ce devait être justement lui ? La hyène qui l'avait éborgné ? Les poils de son encolure se redressèrent, pourtant après un temps d'arrêt, la lionne décida de s'assoir à côté du chiot, moins chaleureuse mais pas agressive. Le charognard n'avait fait que défendre son territoire à l'époque, et surtout n'avait pas tué un de ses enfants. Peut-être l'avait-il voulu mais la lionne préférait ne pas y songer. Elle pouvait lui pardonner quelque chose d'aussi "matériel" qu'un oeil, n'est-ce pas ?

- Je ne lui ferai rien, et à toi non plus.

Signifia-t-elle, méfiante mais honnête et décidée. Elle humait toutefois l'air à la recherche d'autres hyènes. Si ces dernières étaient nombreuses, la guerrière devrait songer à se retirer pour sauver ses propres bébés sans doute, mais pour l'instant, elle voyait juste un papa et un enfant séparés.

La lionne coula un regard aimable au chiot. Lui n'était coupable de rien, ni d'avoir violé un territoire, ni d'avoir éborgné quelqu'un. Son père venait, qu'il reprenne courage. Elle ne le lâcherait pas, tant que les crocs paternels se referment sur sa nuque pour s'assurer qu'un troupeau ou un prédateur isolé n'apparaissent pas entre temps. Du haut de la plateforme, ses propres petits étaient visibles, animés de curiosité autant que de peur.

_________________
Avatar: ©️ Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso

Invité


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Dim 13 Nov - 21:19

Les chiots avaient bien grandis, ils étaient en bonne santé et leurs parents faisaient tout leur possible pour satisfaire tous leurs besoins et demandes. Par exemple, leur faire visiter le territoire de la meute. Aujourd'hui, Zeke passait une bonne partie de la journée avec le petit mâle de la portée : Itzamna ! Ce dernier était nettement moins bagarreur que sa sœur. Il était du genre prudent mais curieux et il avait une soif d'apprendre qui semblait impossible à étancher ! Tout l'intéressait et le balafré avait toutes les peines du monde pour le faire marcher à ses côtés. Le petit était également très malin et il échappait aisément à la vigilance du vieux mâle. Il s'arrêtait pour jouer avec un insecte, une plante, un os abandonné...

Zeke voulait montrer au petit une partie de la frontière avec Prideland. Était-ce vraiment une bonne idée ? Sans doute voulait-il éviter que le petit curieux ne s'y aventure tout seul. Mais il ne toucherait jamais au but avec un compagnon de marche aussi distrait ! Le vieux mâle finit par hausser le ton, parvenant à ramener le chiot « dans le rang ». Était-ce la bonne méthode ? A voir, l'éducation n'était pas vraiment le point fort du charognard...
Ce dernier était complètement absorbé par l'histoire qu'il racontait à son fils. Il décrivait ses passages sur Prideland, évoquant succinctement les combats qu'il avait mené et sa rencontre avec Kuwili.

Tu vois, je...

Le balafré tourna la tête mais le petit n'était plus là !! Paniqué, il commença à observer nerveusement les alentours avant de se mettre à courir dans tous les sens ! Décidément, ce petit allait le rendre fou...

Itzamna, où es-tu ? Ce n'est pas le moment de te cacher !

Sauf que ça n'avait rien d'un jeu... Zeke finit par retrouver la piste du chiot mais ça n'avait rien de rassurant ! Itzamna, sans doute poussé par sa curiosité, s'était rendu dans les gorges et admirait le paysage. Il était là, les oreilles dressées, ébahi par ce décor rocheux et par l'ambiance particulière qui régnait ici. Mais l'exploration coupa court lorsque la boule de poils se retrouva nez à nez avec une lionne ! Il se figea et, les yeux grands ouverts, il fixa longuement cette créature impressionnante. Devait-il s'enfuir ou s'approcher ? Les paroles de la lionne se voulaient rassurantes mais d'un autre côté, ses parents lui avaient déjà ordonné de ne pas s'approcher seul des lions. Il en avait déjà aperçu mais de très loin...

Itzamna fit un pas en arrière, prêt à prendre la poudre d'escampette en couinant mais l'apparition des petits de la lionne représenta un intérêt nouveau ! Si elle était avec des petits, elle était forcément gentille ? Toutes les mamans du monde sont gentilles, c'était évident. La preuve, elle l'invita à monter sur les rochers pour échapper au danger. Le chiot ne comprenait pas pourquoi mais si elle s'inquiétait pour lui, c'était une bonne chose !
Pendant de ce temps, Zeke suivait la piste du chenapan à une vitesse qui ferait rougir de honte un guépard ! Le possibilité qu'il soit arrivé quelque chose au petit l'horrifiait ! Et l'odeur d'un félin dans les gorges n'arrangeait pas les choses. Il imaginait déjà que son fils vive la même chose que lui, qu'il soit laissé pour mort dans un endroit pareil... Et puis une voix résonna brusquement : « Hey, j'ai votre enfant, venez le chercher. » Dans la panique, le balafré voyait cela comme un ultimatum ou une menace. Avant même d'apercevoir le supposé félin, il vociféra :

Dégage ! Je t'interdis de le toucher ! Si tu lui fais du mal...

Et le balafré fit irruption devant la lionne ! Il la dévisagea un court instant et finit par se rappeler. C'était il y a longtemps maintenant mais il n'avait pas oublié. La lionne du cimetière ! Celle qu'il avait frappé au visage avant d'être poursuivi par les deux lions qui se trouvaient avec elle. Visiblement, le coup de patte de la hyène avait laissé des séquelles... Pourtant, la lionne mentionna qu'elle ne ferait rien et son attitude physique semblait le confirmer. Itzamna était complètement perdu, effrayé par l'apparition de son père en sueur qui hurlait comme un putois. Après un grondement rauque, Zeke osa enfin s'approcher mais restait sur ses gardes. D'une patte, il ramena son fils près de lui et se recula de quelques pas. Il finit par reprendre la parole, à demi-mot :

Moi aussi... Je ne ferai rien et je suis seul...

Tactiquement parlant, c'était une erreur de dévoiler cela. Mais d'un rapide coup d’œil, le charognard avait remarqué la présence des lionceaux sur un promontoire et il préférait sans doute « rassurer » la lionne. Le chiot se blottit dans ses pattes en tremblotant... Difficile de dire ce qui l'effrayait le plus au final. L'attitude de son père ? La lionne ? La peur de la correction sur le chemin du retour ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 390
En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Lun 14 Nov - 1:22

Toujours couchée en sphinx, la lionne planta son oeil chocolatée sur la petite queue de la hyène qui s'agitait au rythme de sa course. Dhoruba se savait plus rapide que lui de part sa constitution, bien qu'elle peine, plus lente que ses pairs, à distancer les charognards particulièrement agiles. Néanmoins, s'énerver ou paniquer ne servirait à rien, alors sereine, elle demeura plantée sur ses positions, pacifique quoique préparée. Lorsque le mâle arriva à sa hauteur, elle se leva, le dominant de toute sa taille, grossie par la crête qui hérissait son dos. Ses oreilles rondes se couchèrent sur le sommet de son crâne tandis que ses petits retenaient leur souffle. Usawa allait en fait lui crier "vas-y maman, fais- en qu'une bouchée" mais Khabel prudent lui avait fermé la gueule de sa patte. Son frère grogna et recracha les poils qui étaient entrés dans sa bouche mais ne dit rien de plus, contemplant la scène.

La tension baissa d'un cran lorsque la hyène se calma, probablement à la vue de son chiot sans égratignure. Preuve de bonne volonté, Dhoruba recula de deux pas, sans tourner le dos au charognard et se hérissant un peu plus lorsque ce dernier posa ses yeux sur ses lionceaux. Elle aurait préférée que ces derniers demeurent cachés, mais ce qui était fait, était fait. La féline n'était pas du genre à pleurnicher sur des "et si", elle avançait avec ce que le destin lui mettait entre les pattes.

- D'accord.

Annonça la géante pour commencer, tournant à nouveau la tête vers la hyène désormais si proche qu'elle pouvait apercevoir la puissante mâchoire qui aurait pu lui sectionner le cou à l'époque. Les dents de Dhoruba étaient quant à eux plus impressionnants-malgré le fait que le bout de l'un d'eux soit cassé et les trois autres légèrement émoussé- mais question tendons et muscles, il était évident que la hyène gagnait. Toutefois, la rousse se savait plus agile. Elle espérait juste ne pas en arriver au combat. Pour autant, bien qu'elle ait perdu son "otage", le carnassier en face n'attaqua pas, se ceignant à sa promesse.

- Vous devriez quitter ce territoire qui n'est pas le vôtre. D'autres ne seront pas aussi cléments que moi.

Dit Dhoruba, incapable d'ironie là où cette dernière aurait parfaitement eu sa place. En effet, bien que la lionne n'avait très visiblement pas choisi ce territoire pour se perdre à l'époque, le canidé l'avait attaqué en pleine mise-bas. Pour autant bien plus simple, la femelle ne faisait qu'énoncer une vérité générale à la hyène qui s'exposait à des représailles. Malgré le fait que certains lions s'étaient calmés vis à vis des charognards en particulier, ils restaient jaloux de leurs terres, tout comme la rouquine défendant ardemment les frontières. Néanmoins, l'intrus étant accompagné d'un enfant et semblant plutôt raisonnable, elle avait décidé de lui laisse sa chance.

- Mais avant. Montez, il y a des gnous ou un truc comme ça.

Soudain les oreilles de la féline s'étaient redressées. Si elle était inapte à faire de l'ironie, la vie avait décidé de s'en charger en son nom. Peu nombreux étaient les herbivores choisissant les gorges comme passage, mais cela arrivait et c'était généralement en trombe que ces animaux les parcouraient. D'ailleurs les petits gravillons ne tardèrent pas à se soulever. Dhoruba se retourna, choisissant de tourner le dos à la hyène pour bondir sur les premiers roches. Une mini avalanche la fit trébucher mais son dos et sa queue longue lui permirent de se rattraper pour gravir les cailloux jusqu'à mi-chemin de sa tanière improvisée où ses enfants admiraient ébahis le spectacle qui se préparait.

- Tu t'en sors hyène ?

Demanda la géante sans agressivité, même un peu inquiète. D'ailleurs elle se retourna, consciente que ce n'était pas le territoire de l'animal, lequel aurait en revanche été plus à l'aise qu'elle dans son cimetière. A chacun ses capacités naturelles, mais qui sait, peut-être que ce papa avait des capacités de cabri cachées ? Dhoruba elle-même parvenait à grimper les roches car ses appuis forts lui permettaient de se propulser puissamment, en revanche mieux valait pour elle de ne pas s'amuser à escalader les pentes parsemées de cailloux plus fins. Quoiqu'élancée, elle était plus lourde que de nombreuses lionnes, et sa taille la privait de certains interstices protecteurs comme celui disposé devant son museau. Ainsi, bien arrimée, elle avait décidée d'attendre la réponse de la hyène, prête à se retourner s'il avait besoin d'aide.

[HJ: Je me suis permis de mettre en place cette situation pour les empêcher d'aller chacun de leur côté haha. Dis-moi si ça te va Smile Sinon je changerai. ]

_________________
Avatar: ©️ Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso

Invité


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Mer 16 Nov - 17:08

Hrp:
 

Zeke n'était pas très fier et le retour à la tanière l'inquiétait. Néanmoins, ce n'était pas à cause de la lionne et de ce qu'il lui avait fait par le passé. Il appréhendait surtout la réaction de Kuwili ! Lui qui s'était juré de protéger ses enfants aussi longtemps qu'il resterait en vie, voilà qu'il avait failli perdre son fils à la frontière avec Prideland ! Quel genre de père était-il donc ?
Enfin, il fallait voir les choses du bon côté, il était parvenu à récupérer Itzamna sain et sauf. A présent, il suffisait de retourner sur les terres des hyènes et l'histoire serait terminée. Mais c'était sans compter sur une petite phrase de la lionne qui l'obligea à rester pour répondre !
Quitter le territoire ? C'était bien ce qui était prévu mais ce serait mal connaître le balafré que de croire qu'il partirait sans rappeler certaines choses...

Tu penses sincèrement que j'ai envie de m'éterniser ici ? Je vais partir mais jusqu'à preuve du contraire, je le droit de me trouver sur Prideland tant que je respecte les lois régissant ces terres. Un juste retour après nous avoir injustement exilé et ignoré durant des lunes... Mais avec les Nyeusis, vous avez également connu l'exil ! Comment était-ce ? Ce sentiment d'injustice, cette envie de se battre et même de tuer pour récupérer ce qui vous revient de droit...

Ni le ton ni les mots choisis par Zeke n'étaient laissés au hasard. Une façon de dire qu'à un moment, pour les hyènes, ce sont les Pridelanders qui se comportaient comme des Nyeusis... A croire que pour les hyènes qui avaient connu la vie de misère dans le cimetière des éléphants, rien ne serait jamais totalement pardonné.
Le balafré voulu s'emparer de son chiot et quitter les lieux sans même vraiment attendre une quelconque réponse de la lionne. Pourtant, les mots de cette dernière bousculèrent à nouveau les projets du charognard. Des gnous ! Pas la peine de vivre ici pour savoir que ce n'était pas une très bonne nouvelle... Et dans ce lieu exigu, inutile de fuir ou d'espérer les distancer. La meilleure stratégie était bien celle de la géante : escalader les rochers et s'abriter en hauteur en attendant que le troupeau poursuive sa route.

Zeke n'était pas rassuré. Il n'aimait pas trop l'escalade en dehors du cimetière et il s'était déjà blessé dans une situation semblable lors de son expédition avec Kuoza. Mais il devait le faire pour protéger son fils donc la question ne se posait même pas ! Seul, il aurait peut-être tenté autre chose... Il attrapa vivement Itzamna et débuta son ascension, parvenant à donner un peu d'élan au chiot pour le déposer en sécurité. Le plus dur restait à venir pour l'adulte : réussir à se hisser lui-même sur la plate-forme ! Ses pattes arrières dérapaient et ses pattes avants luttaient pour ne pas glisser ! La voix de la femelle se fit à nouveau entendre et la balafré répondit sèchement :

Très bien !

Traduction : je galère mais je préfère encore crever plutôt que de demander de l'aide ! Après un ultime effort et une série de contorsions, Zeke parvint finalement à grimper sur le promontoire. Il n'y avait pas beaucoup de place alors d'un coup de museau, il invita son fils à se glisser dans une fissure de la paroi rocheuse. Il n'avait pas envie que le petit perde l'équilibre et chute !
Il observa discrètement la lionne et ses petits du coin de l’œil. Elle était grande pour quelqu'un de son espèce. Le balafré détourna finalement le regard, faisant mine d'ignorer les félins. C'était évident, il n'était pas à l'aise et il avait hâte que tout cela se termine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 390
En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Dim 20 Nov - 20:09

Sous l'oeil avide de Dhoruba, des gnous déferlèrent dans les gorges. Le troupeau se calma et s'arrêta pile sous eux, comme pour les défier. La lionne passa une langue gourmande sur ses babines, pour autant, seule -ou presque- elle ne pouvait pas tenter sa chance. Les herbivores auraient vite fait de démarrer comme un seul géant pour l'acculer contre une paroi ou l'écraser. Pire, la hyène et la géante étaient prisonnières de leur abri jusqu'à ce que les gnous décident de s'en aller. Certains se couchèrent, profitant sur sable chaud tandis que d'autres fouinaient sous les petits rochers à la recherche de rares plantes. Souvent des mauvaises herbes encore tendres qu'ils semblaient apprécier, à moins que ce ne soit la relative assurance qu'aucun prédateur ne se risquerait à les tuer ou le fait qu'ils attendent quelque événement qui les avaient décidé à se parquer là.

Un grognement de dépit surgit du fond de la gorge de la lionne qui se rallongea le plus confortablement possible. Les yeux plissés, elle glissa un regard sur le canidé qui était parvenu à monter seul les gros cailloux. Un exploit vu sa constitution et son âge, mais la rousse doutait qu'il puisse l'atteindre facilement, d'où sa sérénité certaine. Tout au plus, elle se montra ennuyée par la véhémence du mâle et la situation, découvrant ses 3 crocs blancs indemnes et l'autre cassé au bout.

- Je ne sais pas. Je n'étais pas là tu sais. Faudrait arrêter de regarder des lunes en arrière, sinon on n'en finit jamais.

Prononça la lionne, prouvant ses propres dires en accordant à la hyène un regard sans haine, pourtant diminué par cette dernière. Dhoruba se leva en grognant sous l'effort pour enfoncer la moitié de sa tête dans la cavité où ses bébés avaient précédemment trouvé refuge. Elle en sortit un gros os de buffle et s'installa à nouveau à sa place, rognant avec précision le reste d'une ancienne proie. C'était cette habitude couplée à une excellente génétique qui avaient maintenu les dents de la féline aussi blanches.

- Et puis la justice à long terme ne fonctionne jamais... Pour un drame arrivé il y a des saisons, on ne te laissera pas plus le droit qu'un autre de venir sur un territoire, sauf si y'a un accord. Pour moi pareil. Moi je te préviens juste gentiment.

Prévint-elle le plus simplement du monde avant de daigner répondre au vieux mâle, de manière tout aussi naturelle par ailleurs.

- On était bien sur les Landes-Sans-Terre... Faut toujours se battre au maximum pour nos terres, mais quand des plus forts gagnent, faut tourner la page, explorer, partir plus loin.

Jadis grande voyageuse par la force, Dhoruba avait toujours fait primer l'aventure à la sédentarité têtue. Elle avait haï les Nyeusis parce qu'ils mettaient la vie de ses petits en danger et parce qu'ils avaient achevé son compagnon, pas parce qu'ils lui avaient volé son territoire. C'était la nature. Si demain des hyènes envahissaient encore Pridelands, la femelle se défendrait hardiment, mais si les guerriers tachetés le méritaient, elle se retirerait, non sans un pincement au coeur, clairement, mais sans colère abusive. Dhoruba trouvait ces sentiments de rancoeur envahissants et fatigants.

- T'en veux ? J'ai encore un bout.

Proposa-t-elle naturellement d'une voix un peu rude mais pas méchante, au contraire puisqu'elle offrait à la hyène une partie de son butin. Pour s'occuper depuis petite, la lionne jadis isolée parmi les siens, réunissait des gros os dans diverses caches, elle adorait les mordiller en écoutant les lionnes "intelligentes" converser quand on la laissait faire, ça l'aidait à réfléchir et ça l'occupait quand son pauvre cerveau décrochait.

- Et sinon, voici Usawa et Khabel, et moi c'est Dhoruba, comment t'appelles-tu ?

Encore méfiante mais encline à la conversation, la géante posa son oeil unique dans celui de la hyène encore peu défiante. Le calme de la femelle, son indifférence face à sa haine résoudrait-elle les tourments de la hyène qui semblait présentement avoir quelque chose à prouver ?

_________________
Avatar: ©️ Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso

Invité


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Mar 22 Nov - 22:31

Au grand dam de Zeke, les gnous décidèrent de s'établir dans les gorges au lieu de simplement poursuivre leur chemin. Parfait, le voilà définitivement coincé avec cette lionne... Du moins, jusqu'au départ des gros lourdauds. L'espace d'un instant, le charognard imaginait pouvoir se faire discret et partir. Mais il fallait être réaliste, c'était une folie et cela se solderait par le seul dénouement possible : se faire écraser et piétiner...
Rester là et discuter avec la lionne, il n'avait pas vraiment le choix. Celle-ci évoqua l'idée de pardonner, de ne pas sans cesse regarder le passé pour nourrir une haine présente. Elle semblait calme alors qu'elle avait sans doute toutes les raisons du monde pour en vouloir au charognard. Ce dernier restait nerveux et méfiant, aveuglé par sa haine viscérale pour les lions. En guise de réponse, il se contenta de lâcher un bref grondement, traduisant ainsi son profond désaccord.

La lionne se leva et commença à fureter dans une cavité rocheuse pour finalement sortir un vieil os qu'elle s'empressa de mordiller grâce à ses imposants crocs d’albâtre. Elle déclara avoir juste voulu prévenir le mâle et c'était tout à son honneur ! Malheureusement, Zeke restait quelque peu ironique et acerbe quand il s'agissait d'avoir une conversation avec un félin.

Je te remercie pour ta bienveillance à mon égard ! Dés que le chemin ce sera dégagé, je quitterai ce territoire afin de rejoindre des contrées sans lions, tu peux compter sur moi ! J'aurais bien tenter ma chance mais j'ai le petit avec moi et je ne suis pas assisté de mes gardes personnels aujourd'hui...

Petite référence subtile aux deux lions qui accompagnaient la lionne le jour où la hyène l'avait attaqué. Le charognard coula un regard vers Itzamna, esquissant un sourire qui se voulait rassurant et protecteur. En effet, le chiot n'était pas rassuré et il ne comprenait pas pourquoi son père paraissait si stressé et vindicatif. Il regrettait d'être venu ici et comprenait que tout cela était de sa faute...
Le regard du vieux mâle revint sur la lionne lorsque celle-ci évoqua l'idée de partir loin en cas de victoire d'éventuels envahisseurs. Inutile de préciser que celui qui avait risqué sa vie pour la meute voyait les choses différemment...

Partir ? Tu veux dire faire comme les tiens et se proclamer voyageurs pour s'établir ou chasser sur des terres qui ne sont pas les vôtres ? S'immiscer partout et se mêler d'affaires qui ne vous concernent nullement ? Vous semez la discorde et la mort partout où vous passez et vous récoltez la guerre. Vous ne respectez rien ni personne...

Voilà, Zeke avait craché sa haine et son regard se perdit sur les parois rocheuses environnantes. Kuruka ne serait sans doute pas très fière de lui... Mais cette rancœur était plus forte que tout ! Il ne pouvait soutenir le regard d'un félin sans voir les corps des hyènes mutilées et le visage au regard désespérément vide de son frère... Se remémorant les paroles de la cheftaine, il tenta tant bien que mal de se calmer. La lionne proposa de partager son butin et Itzamna, curieux, fit un pas en avant avec les oreilles dressées. Mais le balafré plaça une patte devant le chiot, lui barrant la route et mettant un terme à l'espoir de voir l'os de plus près.

Non ! Ça va aller merci, nous trouverons tous les os dont nous avons besoin en rentrant chez nous...

Une fois de plus, on vous avait prévenu : la hyène n'avait pas usurpé son surnom de « tête de buffle »... Mais à sa grande surprise, la géante se présenta et fit de même avec sa petite famille. Zeke ne répondit pas immédiatement mais après un long soupir, il daigna tout de même faire entendre sa voix.

Je m'appelle Zeke, guerrier de la meute de Kuruka. Et voici mon fils, Itzamna.

Il retira sa patte, laissant son fils faire un timide signe de la tête en guise de bonjour. Le balafré n'était décidément pas doué pour les relations amicales avec ses « ennemis naturels ». Il avait conscience que beaucoup faisaient un pas vers lui pour chercher la paix mais de son côté, lui avait toutes les peines du monde à accepter les marques d'amitié.

Ton œil n'a jamais guéri ? Tu l'as perdu ce jour là ?

La question pouvait paraître bizarre et inopinée mais il avait besoin de l'entendre pour prendre conscience de la portée de son geste. Après cette attaque, il avait ignoré l'existence de la lionne durant des lunes et voilà qu'aujourd'hui, il plaçait un nom sur son visage et il découvrait une partie de sa famille...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 390
En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Mar 6 Déc - 18:55

- T'as des gardes personnels ? Alors tu es un roi ou quelque chose comme ça ?

Demanda la lionne, curieuse quoique pas du tout jalouse. Même si elle avait "profité" d'une aide salutaire au cours de sa vie, lors de son accouchement, et moins consciemment de celle d'Alois pour s'intégrer aux Pridelanders, la femelle était d'un naturel indépendant. Elle n'aimerait pas dépendre des muscles d'un autre.

- Mais non !
-S'irrita soudain Dhoruba, roulant des yeux- Je veux dire une terre ou y'a personne ! Roh... Les marquages sont faits pour les respecter, tout le monde sait ça. Après c'est vrai que y'a toujours des sans gênes pour les ignorer... Des lions, des hyènes, des gazelles... Pourquoi crois-tu qu'il y a des bagarres de griffes et de sabots tout au long de l'année ? Parce que y'a des impolis qui se moquent des marquages. C'est comme une espèce à part.

Ces voleurs de territoire étaient tant et si bien mélangés, semblables malgré leurs différences de pelage, plumage ou manteau d'écailles qu'ils formaient une bande spéciale, comme une race annulant celle d'origine. Pour Dhoruba, ces êtres méprisables étaient tous à mettre dans le même sac, et malheureusement, les lions n'étaient pas les seuls touchés par ces parasites. Néanmoins, ils étaient nécessaires à l'éco-système, pour forcer les mâles à donner le meilleur de soi, et que seuls les puissants transmettent leurs gênes. Du moins chez les herbivores, car cette tendance ce perdait chez les lions où les femelles se laissaient couvrir par le mâle ayant su les séduire avec des mots et des actes, affrontant leurs rivaux sur d'autres terrains, comme celui des petites attentions.

- Tant pis pour toi, mais laisse-en à Itzamna, il en a peut-être envie.

Bon certes, c'était un enfant, mais pour Dhoruba dont le niveau intellectuel égalait celui d'un adolescent -et encore, manquant de logique.- il était normal de les laisser décider de ce que bon leur semblait, tout du moins sur certains sujets. Ainsi, ses propres petits avaient toujours eu une certaine flexibilité. Ironiquement, cela leur avait permis de développer un certain sens critique. Akiam, surdoué, s'était parfaitement développé dans cette ambiance éducative positive. Sa mère ne lui avait pas enseigné grand chose, incapable de le faire sur le plan théorique, mais elle avait "payé" des tas de professeurs, et laissé le gamin faire des choix desquels il avait pu apprendre seul. Les autres avaient en prime gagner en confiance en soi.

- Non mon oeil n'a jamais guéri. Mais au moins j'n'ai plus mal.

Fit-elle, sans rancune, voir optimiste. L'infection ayant été de suite prise en charge et l'oeil n'étant pas crevé, Dhoruba avait "simplement", perdu la vue de ce côté du visage. Cela avait failli la tuer plus d'une fois au cours d'une chasse quand elle n'était pas encore habituée, mais elle s'y était fait, et désormais être borgne était devenue une banalité. Voilà pourquoi son ton était plutôt léger. Évidemment, elle ne pardonnerait pas une deuxième coup de pattes du genre, mais pour un oeil abîmé, il en restait un valide, n'est-ce pas ?

- Oh, moi aussi je suis guerrière... Mais alors...

Et une bombe nommée Dhoruba arriva à grande vitesse, une spécialité de la lionne... Faire un lien logique avec des propos totalement illogiques.

- Pourquoi as-tu besoin de gardes personnels ? J'ai bien vu que tu sais te battre et très bien.

L'ironie, la grande inconnue de l'équation que formait la vie de la géante. Tournant son regard vers la hyène, la lionne délaissa un instant son os sur lesquels ses enfants se perchèrent. Ils rêvaient d'aller voir de plus prêt Itzamna, songeant que des présentations faites équivalaient à un accord pour jouer sans danger. Ils hésitaient surtout encore à cause de la hyène adulte qui paraissait assez haineuse-quoique s'étant légèrement calmé-et de leur mère qui veillait encore. Heureusement, si Dhoruba n'avait pas un esprit très développé, son instinct l'était et il sentait les tensions encore présentes. En terme de diplomatie, ce serait un mauvais coup à jouer.

- Dis, tu trouves pas ça fatiguant toi ? J'veux dire... On se déteste tous. Moi pour mon oeil je serais sensée vouloir me venger, toi pour tes blessures, que j'crois que ce sont des lions qui te les ont fait, c'est ce que tu avais dis ce jour-là au cimetière, non ? Bref... Moi pour ma tante tuée par des canidés, toi pour tes proches... Ok c'est horrible, mais si on n'arrête pas de se venger et de se re-venger, les morts continueront. Et on sera tout le temps plus seul, plus triste. Moi j'aimerais que la chaîne se coupe... Tu sais, j'te pardonne pour mon oeil, je m'en fiche, c'est du passé, toi pour les blessures, l'autre pour ça et repartir à zéro. Parce qu'au final... Ce sont les anciens lions et les anciennes hyènes qui ont commencé. Pas nous.


C'était un peu confus certes, mais joliment philosophique. Avec un petit soupir, la lionne reprit son grignotage. Elle était consciente que les deux prédateurs ne seraient pas amis, mais elle sentait qu'ils pourraient cohabiter. Elle-même agissait de la sorte avec les chacals. Elle chassait et laissaient les petits charognards l'aider à nettoyer la carcasse, après ou pendant son repas selon sa consistance. Chacun obtenait ce qu'il voulait. Les chacals avaient tendance à la guider vers des proies et eux mangeaient. Des chasseurs et des charognards ne pourraient-ils pas se compléter au lieu de s'entretuer ? Et bien que les canidés tuaient aussi parfois, il y avait suffisamment de proies maintenant. Même si ce n'était pas le cas par ailleurs, les disputes pour la nourriture étaient bien plus naturels que ces vieilles histoires de haine. On se battait un bon coup, on arrachait des lambeaux de viande, on se volait les uns les autres puis chacun repartait de son côté, le gagnant sachant qu'il pourrait être le perdant par la suite. Ce qui l'énervait, Dhoruba, c'était les enjeux d'un passé qui la dépassait. ça n'existait plus, alors pourquoi toujours y revenir ?

_________________
Avatar: ©️ Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso

Invité


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Ven 9 Déc - 19:35

Un roi ?! Zeke semblait enfin comprendre que le niveau intellectuel de la lionne se rapprochait plutôt de celui d'une adolescente. Il était inutile de manier l'ironie avec elle, les choses devaient être simple et concrètes ! Et quelquefois, cela faisait du bien de débattre franchement, sans détour et sans chercher à enfoncer son interlocuteur.

Je ne suis pas un roi. Je suis juste une simple hyène avec de très bons anges gardiens...

Et sans doute une hyène avec beaucoup de chance ! La lionne ne sembla pas apprécier les paroles haineuses du balafré et on pouvait aisément la comprendre. Elle apporta quelques précisions sur sa vision des voyageurs, indiquant que ceux-ci devaient idéalement s'installer sur une terre qui n'appartenait à personne ! Elles considéraient ceux qui ignoraient les frontières comme des « impolis » qui formaient selon elle une espèce « à part ».
Zeke reconnaissait que cette vision était réaliste ! Dans tous les clans, il y avait des fauteurs de trouble qui prenaient plaisir à ne rien respecter et à semer la zizanie. Cela rejoignait le discours du Kuruka : comme pour toutes les espèces, les lions comptaient dans leur rang des bons et des méchants. Ils n'avaient pas tous un mauvais fond et le charognard s'en rendait compte au fil de ses rencontres même s'il était plus simple de déverser sa haine sur toute une espèce...
La remarque de Dhoruba sur Itzamna ramena brusquement le balafré dans la discussion :

Je ne l'empêche pas de mordiller un os, je l'empêche de s'approcher d'avantage des lions ! Je sais bien que je serais incapable de le maintenir loin de lui tous les félins mais en revanche, je sais que plus tard, il comprendra que j'ai agi ainsi pour son bien...

Zeke se garda bien de faire allusion à d'éventuels « tueurs de hyènes » et autres détails sordides, il ne voulait pas non plus terroriser le petit. Il coula un regard protecteur sur son fils, lui signifiant qu'il s'efforcerait de toujours être là pour lui.
La réponse tant redouté par le charognard arriva enfin ! La lionne avait perdu son œil et avait souffert par sa faute... A l'époque de l'incident il s'en serait sûrement vanté, fier de son geste, d'avoir blessé une ennemie potentielle de la meute. Mais aujourd'hui le contexte était différent et il percevait Dhoruba comme une adolescente coincée dans un corps d'adulte. Il ne s'excuserait pas, sa fierté l'en empêchait ! Mais les conséquences de son geste le faisaient réfléchir... La lionne se présenta ensuite comme une guerrière et évoqua les capacités au combat de la hyène avant de revenir sur cette allusion aux gardes personnels.

Je sais me battre seul mais ma vie, je la dois à certains de mes anges gardiens. L'un d'entre-eux, ou plutôt « l'une », est devenu ma compagne et la mère de mes enfants. Les hyènes s'unissent et font bloc contre les menaces. Il ricana. Certains nous jalousent et y voient de la lâcheté ! Moi je crois qu'il s'agit de stratégie et d'organisation.

Itzamna restait à moitié dissimulé derrière la patte de son père, observant continuellement la lionne et ses petits. Il ne bougeait pas, ne sachant pas trop quoi penser de tout cela. Si son père et la lionne n'avaient pas été là, il aurait sans doute tenter de s'approcher des petits ! Mais puisqu'on l'empêchait d'aller plus loin, il se disait que c'était sûrement pour une bonne raison. Si seulement sa sœur était là, elle lui aurait sans doute donner le courage dont il manquait à cet instant... Son regard se détourna sur les gnous en contrebas.
Dhoruba poursuivit son discours et put se vanter de fissurer la lourde carapace qui enveloppait le cœur du vieux mâle. Un peu comme Kuruka, elle voulait « briser la chaîne » et faire cesser les effusions de sang ! Elle avait perdu un œil et évoqua sa tante tuée par des canidés et pourtant, elle semblait pardonner. Zeke était-il prêt à faire ce même effort ? Lui-aussi voulait que la violence cesse et que son peuple vive en paix aussi longtemps que possible ! Mais serait-il capable de ravaler sa haine et oublier le passé ?

Je... Tu tiens étrangement le même discours que la dominante des hyènes et tu as sans doute raison sur certains points, je te l'accorde ! Néanmoins, ce n'est pas si simple... J'ai toujours souhaité la paix pour les miens mais pour autant, je ne veux pas être ami avec les lions et je refuse de les voir s'immiscer dans la meute. Tu ne peux pas imaginer comment les miens sont heureux et vivent paisiblement depuis que les tiens se tiennent à l'écart de nos terres ! C'est bien la preuve que pour cohabiter, nous devons nous ignorer mutuellement. Chacun reste sur son territoire sans se mêler de la vie de son voisin !

Une logique qui paraissait implacable pour le charognard et sans doute pour une bonne partie des autres hyènes ! La vie semblait tellement paisible depuis que les lions avaient « disparus du paysage ».

Je veux juste rester loin des lions et en échange, ils restent loin de moi. Ils nous ont suffisamment entraînés dans leurs guerres stupides et stériles... Qu'ils continuent de se battre pour leurs sombres histoires de jalousie, de succession, de territoires ou que sais-je encore mais qu'ils laissent les autres tranquilles ! A chaque fois que les tiens ont besoin d'aide, c'est toujours pour partir en guerre contre d'autres clans ou espèces. Je refuse de voir mes enfants entraînés et mourir dans une guerre que vous aurez provoqué... Donc tu as raison, coupons cette chaîne de la violence et oublions le passé pour vivre paisiblement, chacun de notre côté...

Zeke connaissait plusieurs lions et il avait même de la considération pour certains d'entre-eux. Banguko, Hatari, Killik, Nsaï et Baradi... S'il les croisait, il pouvait les saluer et discuter un peu avec eux mais il garderait toujours une certaine distance. Il ne pouvait les considérer comme des amis et en ce sens, il ne leur faisait pas confiance... Néanmoins, oublier le passé et ne pas avoir envie de tuer tous les lions qui se présentaient demandait déjà un gros effort pour le balafré...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 390
En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   Lun 16 Jan - 15:22

- Tu as bien raison. Moi aussi j'essaye d'éviter qu'ils approchent des hyènes.

Répliqua la lionne, pas le moins du monde vexée par les propos du mâle. En fait, cette excuse semblait bien plus valable que d'empêcher l'enfant de grignoter un os. Il était naturel pour tout animal d'éviter que sa progéniture approche d'une autre espèce avec des crocs... Voire de sa propre race. On ne savait jamais. Pour un lionceau ou un chiot, tout était dangereux, y compris les buffles pouvant l'écraser ou des herbivores qui selon les rumeurs, tuaient les enfants de prédateurs pour qu'ils ne grandissent pas et ne se transforment en chasseurs.

- Les lions aussi se réunissent. C'est une bonne chose.

Ajouta la femelle, placide. Elle n'avait personnellement jamais perdu son temps à dénigrer les hyènes. Sa logique implacable lui avait toujours rappelé ses affrontements contre les charognards. Ces derniers étaient un des ennemis les plus sérieux des lions. Dhoruba ne pouvait donc pas être d'accord avec les félins qui insultaient gratuitement les hyènes. Non seulement c'était un mensonge, mais en plus, une perte de temps.

- C'est bien si ta reine pense comme ça. La princesse Avha est une très bonne princesse. Je pense qu'elle est intelligente. Elle n'aime pas la guerre gratuite comme certains lions. Alors qui sait, on arrivera peut-être à ce type de paix... Moi j'aimerais bien discuter un peu plus avec les hyènes, pour apprendre des choses tu sais. Après c'est pas non plus une absolue nécessité, mais savoir comment vivent les autres, c'est intéressant.

Dhoruba adorait apprendre, malgré son cerveau limité. Elle se couchait souvent aux côtés des anciens faisant la leçon à ses enfants ou parlant entre eux. Le problème était qu'elle apprenait tout aussi bien des potins que des informations importantes, incapable de faire le tri. Pourvu qu'une personne s'exprime correctement et lance une grande tirade, la féline était déjà en admiration. Elle appréciait remplir sa tête même si ce n'était pas forcément de la bonne façon ni utile. Certains Pridelanders la trouvaient agaçante, cependant, la majorité la pensaient attachante, et surtout pas dérangeante car elle se taisait en général, élève appliquée.

C'est pourquoi, en ce sens, Dhoruba tendait à aller contre sa nature et à s'approcher des autres animaux lui paraissant aimables ou du moins, pas totalement contre sa présence. De plus, sa grande taille lui avait toujours permis de se faire une place parmi les autres avouons-le. Puissante, d'apparence parfois farouche, la femelle imposait un certain respect, sans s'en rendre compte, elle avait été tolérée parmi des groupes de Lycaons ou des minis clans de Hyènes uniquement pour cette raison. Sa présence n'était pas dangereuse, pour autant, elle avait déjà donné des sueurs froides à de pauvres animaux en voulant simplement les observer. Si on l'avait chassé, elle serait partie, respectant la notion de territoire, cependant, rares étaient ceux qui l'avaient dissuadé de venir. D'abord parce que la lionne évoluait sur Pridelander en général, respectant ses frontières, ensuite à cause de la masse de muscles secs qu'elle représentait. Cette hyène en revanche ne se laissait pas impressionner. Une chose que Dhoruba préférait inconsciemment, car au moins, elle avait l'occasion de discuter.

- Au fait, pourquoi vous êtes-vous autant approché de cet endroit ? C'est quand même dangereux.

Évidemment, le discours du mâle allait un peu à l'encontre de sa présence ici. Dhoruba ne faisait pas le lien, mais elle aurait pu ajouter que les pattes courtaudes du chiot ne l'auraient pas mené aussi près de ces gorges-déjà bien enfoncées dans leur territoire- s'ils n'en étaient pas déjà proche.

- Et bien, ces Gnous n'ont pas l'intention de partir on dirait. T'aurais une idée pour les faire dégager ?

Demanda soudain la femelle, loin de s'ennuyer mais un peu mal à l'aise à l'idée de retenir plus longtemps la hyène. Pareillement, un faux pas de ses petits pourraient les faire chuter dans le précipice. Si la lionne était moins mère poule que bon nombre de ses comparses, elle conservait son instinct. A n'importe quel moment, une catastrophe pourrait arriver, les herbivores étant particulièrement imprévisibles. Pour cela, il faudrait travailler en équipe avec la hyène, chose qui du reste, ne la dérangeait pas spécialement.

_________________
Avatar: ©️ Prince Voldy ! Merci
Signature par Alois ! Merci

Ce qu'il y a de bien avec l'Amour, c'est qu'on n'a pas besoin d'être intelligent pour savoir aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3611-dhoruba-il-n-y-a-pas-beso

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Papa poule hyénidé et Maman gâteau félidée [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La grande évasion [Pv Darren - Natasha]
» Décès de la maman de papa Brixhe
» Lettre à papa et maman !
» Papa prend maman ou son pote Eric ! [PV. Emmy]
» Lavande, gâteau, papa et maman [PV] [T]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
Le Glorieux Royaume — Prideland
 :: Les Gorges
-