AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Garde-frontière et garde-cœur [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Ven 30 Sep - 16:35

De longues foulées parfois entrecoupées de petits bons menaient paisiblement Hatima vers les frontières du nouveau territoire des Mositus. Le jeune mâle avait d'abord connu quelques problèmes d'adaptation à cause du sol inégal de la jungle. Après avoir vadrouillé dans la savane, des plaines, sur des rochers et jusque dans le désert, les pattes du félin n'étaient plus habitués ni aux racines pernicieuses, ni aux chemins sinueux. Encore moins aux lianes qui s'attachaient à son cou comme un collier étrangleur. Haut perché sur ses appuis, élancé et pourvu d'un poil fin quoique dense, l'animal se faisait aussi souvent piquer par les ronces, subissant également les assauts des branches basses. Sa configuration n'était pas bien différente de celles de sa race mais couplée à son oubli du milieu, elle lui avait causé de petits ennuis d'adaptation.

Heureusement, quelques jours avaient suffit au mâle pour qu'il tire de ses caractéristiques un brin spéciales, quelques avantages. Plus grand mais également plus mince, Hatima se faufilait aisément, il évitait également de s'embourber si d'aventure il entrait dans un marécage. Toutefois, il essayait de ne pas entrer dans l'eau qui lui rappelait de mauvais souvenirs en compagnie d'un certain chacal.

Le regard tranquille, Hatima avançait donc d'un bon pas après avoir couru à travers la jungle, s'efforçant à conserver un certain rythme d'entraînement comme lui l'avait conseillé son paternel. Ses multiples voyages et l'écoute attentive de Faro portaient leurs fruits petit à petit. Il n'était plus un adolescent maigre et dégingandé sinon un jeune adulte aux muscles légers mais bel et bien présents. Comme l'avait signifié Siri, son sourire charmeur et sa haute silhouette avaient sans doute déjà fait chavirer des coeurs, sans pour autant qu'il ne soit le plus populaire de son clan.

Aujourd'hui, ce lion normal donc, vivait un journée parfaitement normale. La donne changea légèrement lorsque sa truffe perçut une effluve particulièrement familières, inscrites jusqu'au fin fond de son nez, depuis qu'il l'avait côtoyé régulièrement. Ironiquement, c'était l'odeur d'une presque étrangère, comme lui, qui lui parlait plus que la jungle.

- Bonjour Vukia.

Perché sur un tronc d'arbre presque couché, le jeune lion offrit un sourire à la femelle suffisamment éloignée pour qu'elle prenne ses distances si elle le souhaitait, tout en pouvant accueillir son sourire. Sans chercher à s'approcher d'avantage, le félin la laissa choisir en paix, sa longue queue se mouvant légèrement, au rythme du balancement imperceptible de l'arbre dansant. Agonisant, le tronc était encore vaillant mas pas tout à fait stable, par chance, Hatima, poids léger dans sa catégorie pouvait prétendre y demeurer un moment avant qu'il ne craque.

A part son salut, rien ne sortit des babines du prédateur. Il ne voulait pas surcharger Vukia de paroles comme certains de ses camarades faisaient. Leur voyage lui avait permis d'apprendre à la connaître, et il saisissait désormais les reliefs de sa personnalité, sans compter que la femelle déjà solitaire s'était vue abandonné par cet ami, Hofu qui, après un certain intérêt pour les Mositus avait décidé de rester dans la savane. Le "ça va ?" de circonstance serait inutile, presque douloureux d'avance, comme une torture que l'on instillait sans volonté de le faire dans son esprit. Alors Hatima se contenta de son regard chaleureux pour l'inviter à venir à ses côtés et de ce sourire qui quittait si rarement ses lèvres. Il attendit patiemment, les yeux rivés sur les marques noires qui soulignaient d'avantage encore le regard souvent ombrageux de Vukia. Lui ne la trouvait pas si agressive, du moment qu'on respectait son espace. Les Mositus manquaient parfois de tact avait remarqué le jeune lion même s'il les aimait de tout son coeur. Cela dit, il espérait secrètement que son aînée aurait envie de discuter avec lui aujourd'hui.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny



Dernière édition par Hatima le Lun 10 Oct - 14:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 9 Oct - 22:14

L'odeur des arbres, la douceur de la mousse sous ses coussinets, l'ombre de la canopée qui la protégeait du soleil aveuglant de l'Afrique, la beauté de la jungle, cette verdure imposante...Bien qu'il ne s'agisse pas de l'Oasis Oubliée, Vukia éprouvait une sensation familière à l'encontre de cette jungle. Le seul endroit où elle pouvait réellement vivre. Le nouveau territoire des Mositus. La jeune guerrière était de retour chez elle.

On pourrait penser qu'il y avait tout ici pour la satisfaire. Puisqu'elle avait enfin retrouvé ce qu'elle cherchait depuis qu'elle avait été chassé de chez elle. Mais pourtant, ce n'était pas le cas. Il lui manquait quelque chose d'important. Quelque chose qui ne reviendra jamais. Mais d'un autre côté, la lionne aurait dû se douter qu'Hofu choisirait finalement de continuer sa vie en tant que voyageur. Elle aurait juste voulu se tromper pour une fois. Mais elle l'avait définitivement perdu. Jamais elle n'avait l'intention de quitter la jungle et elle doutait fortement que le lion revienne un jour. Ni les Mositus, ni les Lamasus, ne le permettraient. Ces frontières étaient bien bouclées. A nouveau, la lionne était bouclée dans son royaume. Tel était le sort des lions de la jungle. A une époque, cela ne l'aurait pas dérangé. Mais maintenant qu'elle avait une âme à l'extérieur qui l'attirait, rien n'était plus pareil. Elle se devait pourtant de l'oublier à jamais, ce lion qui avait tant fait pour elle...Comment ? Comment pourrait-elle l'oublier un jour ? Hofu lui avait sauvé la vie plusieurs fois et l'avait aidé dans son escapade égarée sur la Terre des Lions. Tout ça alors qu'elle aurait dû mourir dans le désert avec sa mère...

Vukia soupira. Elle laissa ses pattes la conduire le long de la frontière du territoire des Mositus qu'elle s'était mise en charge de surveiller. Depuis qu'elle avait enfin regagner son clan, la lionne cachait le lourd fardeau de sa séparation avec Hofu, et tout ce qu'elle ressentait de ce qu'elle avait vécu après la défaite des Mositus. Elle avait remit son masque de lionne redoutable qui n'avait que pour but de protéger les siens. Ca avait marché. La guerrière était de retour. Et sans repos, elle était déjà prête à reprendre ses habitudes. Mais pourtant, dans son coeur, tout a changé.

La lionne avançait à patte de velours parmi les racines et les épais taillis de la jungle. Son sombre pelage la fondant parfaitement dans l'ombre des arbres. La voici dans son meilleur élément. Cependant, elle n'était plus aussi attentive qu'autrefois. Le regard vague, elle s'était égarée dans ses pensées et songeait à ses jours passés avec Hofu. Tout ceci semblait être d'une autre vie, ou même d'un rêve. Un bien étrange rêve. Ou alors le rêve était-il ici ? Dans ce nouveau monde qui était à présent le sien ? Elle s'était pourtant parfaitement bien réadapté à la vie dans la jungle. Au final, elle n'avait jamais su se faire à la vie dans la savane. Les caresses des lianes sur son échine et la douceur de la mousse sous ses pattes lui avaient manqué, tout comme l'odeur de l'humus et la terre meuble sur laquelle elle vadrouillait.

- Bonjour Vukia.

La voix familière d'Hatima sortit la lionne de ses pensées. Elle se stoppa immédiatement, et braqua ses iris d'émeraude sur le jeune mâle perché en hauteur sur l'épaisse branche d'un arbre. Vukia se maudissait. Sotte était-elle de ne pas avoir remarqué la présence du lion pourtant évidente ! Elle devait absolument se reprendre et mettre une fois pour toute Hofu de côté.

- Hatima...Bonjour.

Le jeune mâle lui lança un agréable sourire, que la lionne néanmoins ne lui rendait pas. Elle peinait déjà à sourire d'ordinaire, ce n'était pas durant cette pesante période qu'elle pourrait le faire à sa guise. Néanmoins, elle n'était pas mécontente de voir le lion qui lui avait permis de regagner les siens. Lui aussi semblait se remettre doucement de sa vie dans la savane. Continuant de le scruter depuis son poste en contrebas, la femelle ajouta :

- Comment vas-tu ?

A vrai dire, depuis qu'ils avaient regagné la jungle ensemble, ils ne s'étaient plus vraiment reparler. Par manque d'occasion probablement et parce que la lionne s'était empressé de récupéré ses humeurs solitaires.

- Que fais-tu ici ? demanda t-elle par la suite.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Lun 10 Oct - 14:04

Les yeux de Vukia vissés dans les siens laissèrent penser à Hatima qu'il n'obtiendrait nulle autre réponse que ce salut. Et encore, que ce salut était déjà un honneur au vu des habitudes solitaires de la femelle. Cependant, tandis qu'il s'apprêtait à partir, légèrement déçu bien que loin d'être fâché-il connaissait suffisamment Vukia pour comprendre qu'elle n'avait pas envie de blesser en agissant de la sorte-, la lionne lui dirigea à nouveau la parole. Scotché sur son tronc d'arbre sur le coup, le jeune mâle mis une longue seconde à retrouver ses mots, alors que la question était loin d'être difficile. Quoiqu'encore un peu égaré dans ce milieu et parmi les Mositus devenus des sortes d'étrangers aimés, Hatima s'habituait facilement à a peu près tout, prenant le positif de chaque situation. Y compris dans le désert, le lion était parvenu à sourire, évidemment, ça n'avait pas été simple, mais il avait été heureux que Mère Nature lui permette ce voyage, douloureux mais fantastiques. Les dunes avaient leur propre beauté, d'une chaleur glaciale, mortellement vivantes, venimeuses. De retour dans la jungle, Hatima craignait d'être un peu inutile, ses amis de la savane lui manquaient, mais il pouvait être proche de Siri, apprendre de lui et surtout, il avait retrouvé son père ou encore ses amis. De plus, il va sans dire que le félin était heureux d'avoir ramené Vukia. Si un jour la brune considérait ne pas avoir fait le bon choix, elle pourrait s'en aller, cela l'attristerait bien sûr, mais au moins il lui aurait montré le chemin pour lui permettre de revenir un jour. Donc oui, il allait "bien" malgré ses doutes, ses frayeurs et ses difficultés à se ré-adapter.

- Je vais bien... Et toi ?

Le retour du point d'interrogation en revanche avait été plus compliqué à expulser de sa gorge, parce que le mâle sentait dans le fond qu'il était inapproprié. Vukia n'allait pas bien. Il ne la connaissait pas suffisamment pour deviner ce qui la préoccupait mais assez pour comprendre que son caractère naturellement distant n'expliquait pas tout. Cependant, le jeune lion n'avait pas désiré esquiver la chose. Il voulait que la lionne puisse s'exprimer si tel était son désir, tout en lui laissant l'occasion de se taire. C'était du moins ce que tentait de transmettre son langage corporel, détendu, calme, sans compter que le mâle demeurait volontairement éloigné. Juste assez pour que Vukia conserve son espace, tout en parvenant à lui rendre son regard.

- Je me dérouillais un peu les pattes. Mon père m'a toujours conseillé de me maintenir en forme, et je crois qu'il a raison. J'aimerais aussi pratiquer un peu le combat, mais pas simple ici.

Lui-même, profondément pacifiste n'aimait pas spécialement sortir ses griffes. Pour autant, il avait toujours pratiqué, même si de façon plus légère, l'art inter-espèce qui se pratiquait sur le champs de bataille. D'abord avec réticence, uniquement pour plaire à son géniteur -lui-même pas réellement crédible dans son rôle, affublé d'un embonpoint que l'âge faisait d'ailleurs grossir.- puis, il s'était rendu compte que c'était utile. Ses voyages lui l'avaient prouvé, le poussant à positiver encore d'avantage la dureté de cette tranche de son passé. Souvent lorsque ses yeux se fermaient, Hatima voyait des Mositus s'éteindre devant ses yeux, ou encore les autres lions lui avouer la mort d'égarés ayant précédemment trouvé refuge chez eux. Il se débattait dans les eaux troubles du torrent cruel où le plus cruel Ghoul encore l'avait jeté. Pourtant, tout cela demeurait de bonnes expériences à ses yeux. Aujourd'hui de fait, Hatima souriait, fort de son expérience, frais pour apprendre toujours plus. Le combat ne lui plaisait guère, mais il était certain que s'il trouvait un partenaire, il pourrait en faire son ami, apprendre à connaître une nouvelle âme, qui que ce soit. De plus, l'excuse de s'entraîner éliminait d'avance cette timidité encore adolescente qui l'imprégnait parfois.

- Et puis j'en profite pour surveiller les frontières. Nous devons scrupuleusement accomplir notre devoir pour ne pas être en dette avec les Lamasus.

Fit-il avec une certaine fierté, ayant à coeur de démontrer cet honneur dont parlait souvent sa mère. Non seulement il était naturel pour les lions de marquer leur territoire -une habitude ayant tendance à se perdre chez les Mositus d'ailleurs.-.

- Je vois le magnifique paysage qui nous entoure et je tombe sur toi. Une journée aussi productive qu'agréable.

Acheva le jeune mâle avec un sourire étincelant de sincérité. Le caractère revêche de son aînée ne la rebutait pas. Il avait suffisamment de joie en lui pour deux. Après avoir vu sa mère mourir dans d'affreuses souffrances à cause de ses plaies, le lion valorisait chaque pas esquissé sans douleur. De plus, son supposé géniteur était déjà vieux lorsque lui-même n'était qu'un bébé. Il savait donc ce qu'était l'arthrose, de la même façon qu'un jour ou l'autre, cette dernière le toucherait. Il n'avait pas le temps de pleurer, ni celui de reprocher quoique ce soit à qui que ce soit. Vukia avait ses défauts mais surtout ses qualités, à son instar. Alors, il accueillerait sa réponse avec respect et bonne humeur.

Sautant sur une branche parallèle, le jeune mâle invita silencieusement sa compagne à le suivre dans ses pérégrinations, sans toutefois lui imposer un rapprochement. De loin, ce n'était pas forcément pratique mais plutôt amusant. Un rideau de lianes venait justement de lui voiler une partie de sa vue, le forçant à étirer le cou pour apercevoir la silhouette fine mais musclée de sa compère. Derrière les plantes, son oeil rubis luisait de malice. Malgré son caractère joyeux, il était certain que voir Vukia semblait toujours le rendre plus content encore. Jusque là, Hatima expliquait ce fait par son désir d'éclairer un peu les jours de la femelle si tourmentée. Ce devait être ça, oui. Le défi de la faire sourire.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Sam 15 Oct - 17:44

Vukia ne pouvait pas ignorer Hatima après tout ce qu'il avait fait pour elle. De même, elle n'avait aucune raison de mal se comporter avec un membre de son clan. Bien évidemment qu'elle salua le jeune mâle à son tour. Ca faisait plaisir de voir qu'il avait l'air de bon poils, lui. Mais le mâle semblait surpris par la question de la lionne qui lui demanda de ses nouvelles. Vukia ne parvint pas trop à comprendre cette stupeur. Elle ne se doutait pas que le lion avait déjà eu tout le temps d'apprendre à la connaître. Peut-être encore un peu mal du coup, pour s'étonner d'elle. Mais Vukia n'oubliait pas ce que Hatima avait fait. Sans lui, peut-être n'aurait-elle jamais retrouvé les siens. Mais d'un autre côté, peut-être n'aurait-elle jamais eu à quitter Hofu. Pour trancher dans ces options, la lionne se disait que de toute façon, sa place était dans la jungle. La vie dans la savane était rude, même pour elle et si loin de ses origines. Vukia était trop attachée au monde dans lequel elle avait grandi pour changer de mode de vie ainsi. Elle jugeait que chacun devait rester à sa place. Au moins ici, la menace des Jangowas était écartée pour toujours. Il y aurait bien d'autres dangers cependant. C'était la raison pour laquelle jamais la lionne ne baissera sa garde. Il n'était plus question pour elle que les siens subissent encore des dommages. Plus jamais !

En ce simple secours qu'avait été Hatima dans la Vallée Abandonnée pour ramener la femelle à la maison, Vukia lui serait reconnaissant pour toujours. Il avait été depuis toujours son unique espoir. Hofu bien sûr, avait été là pour l'aider et n'oublierait également jamais ce lion. Mais Hatima, lui, avait réussit.

- Je vais bien... Et toi ?

- Ca va, répondit assez rapidement la lionne comme si elle récitait un texte.

Vukia avait peut-être un peu changé à cause de tout ce qu'elle avait subit. Mais elle avait su tout de même rester un peu près elle même. C'est à dire une lionne qui cachait le fond de ses pensées et surtout de son coeur. Pour être honnête, elle n'était mentalement pas au meilleur de sa forme, ce qui contrastait avec le physiquement de la chose. Hofu l'a hantait encore. Et pourtant elle voulait vraiment l'enfermer quelque part dans son esprit. C'était toujours plus facile à dire qu'à faire. Mais jamais elle n'oserait se dévoiler à quiconque sur ce sujet, pas même à Hatima. Elle devait rester et paraître forte aux yeux de tous. Elle devait rester sans faille. Cette image était essentielle pour elle. Quelque peu curieuse néanmoins, elle prit la peine de demander à Hatima ce qu'il faisait dans les parages. Elle s'approcha un peu de lui, restant néanmoins sur la terre ferme, histoire d'être sûr qu'il l'entende bien de là où il se trouvait.

- Je me dérouillais un peu les pattes. Mon père m'a toujours conseillé de me maintenir en forme, et je crois qu'il a raison. J'aimerais aussi pratiquer un peu le combat, mais pas simple ici.

Vukia leva un sourcils. Pas simple ? Pourquoi pas simple ? Au contraire, à son avis, la jungle était un lieu idéal pour apprendre beaucoup de chose. On avait pas forcément besoin d'espace pour combattre. Et puis, quitte à vivre dans la jungle, il fallait s'y adapter et adapter ses techniques.

- Ah bon...? répondit la femelle suite à ses pensées.

Elle était aussi un peu étonné de savoir que le jeune lion s'intéressait à cela. Les Mositus normalement pacifiques n'étaient pas les premiers à montrer les crocs. Et Vukia ne tenait cette ardeur que de sa mère qui lui avait tout appris.

- Et puis j'en profite pour surveiller les frontières. Nous devons scrupuleusement accomplir notre devoir pour ne pas être en dette avec les Lamasus.

Vukia approuva d'un signe de tête. Elle-même était justement en train d'assurer cette tâche. Une tâche qu'elle faisait même lorsque son clan était égaré dans la savane.

- Je vois le magnifique paysage qui nous entoure et je tombe sur toi. Une journée aussi productive qu'agréable.

En voilà une autre qui ne manqua pas d'étonner la féline. Cette bonne humeur de la part du lion et ses sous entendu formait un certain malaise en elle qui n'avait pas l'habitude de tels propos. L'enthousiasme du lion faisait néanmoins plaisir à voir, même si elle ne le montrait pas. Les Mositus avaient le droit de vivre en paix et heureux et le jeune Hatima l'avait mérité tout autant que les autres. Alors qu'elle le regardait Curieusement, Vukia vit le lion bondir sur une autre branche avant de l'inviter à le rejoindre. Elle hésita. Elle pensait poursuivre sa route, sa patrouille de frontière, ne pensant pas devoir l'interrompre pour quelqu'un. Mais d'un autre côté, elle était également curieuse. Finalement, elle entama l'ascension de l'arbre jusqu'à l'épaisse branche sur laquelle Hatima se trouvait l'instant d'avant, ne le quittant pas des yeux, même à l'instant où il disparu derrière un voile de liane.

Vukia était très à l'aise dans les hauteurs. Dans toutes les formes de décor que l'on pouvait dénicher dans une jungle aussi luxuriante. Elle atteignit sans encombre la même hauteur que le lion.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Sam 22 Oct - 7:23

Ah bon ? Pourquoi Ah Bon ? Une méthode, un groupe de soutien pour les Mositus se refusant à la mollesse agréable d'un pacifisme poussif existerait-il ? Bon, le jeune félin exagérait, surtout qu'il serait le premier à ouvrir l'association des griffes dans leurs fourreaux. Cela n'empêchait pas qu'il trouve que les siens avaient tendance à rejeter en bloc ce qu'ils n'appréciaient pas, s'endormant sur leurs lauriers. Qu'on ne s'y trompe pas, le clan était tout pour Hatima, élevé par des parents patriotiques, pour autant, ces derniers possédaient aussi un certain esprit critique, le transmettant à leur fils, et ce dernier pour le moment était persuadé d'une chose. Apprendre à se battre ou plus simplement, s'entraîner, était compliqué en ces lieux. Du coup, il songea que la lionne avait plutôt dû réagir à son désir de travailler un peu ses tactiques défensives et son corps.

Au fond, quelle importance, Vukia semblait encline à ce qu'ils se parlent. Enfin se parlent... Discrète, mystérieuse, la femelle ne ressemblait pas aux autres connaissances du jeune lion. En général, ce dernier était plutôt attiré par les animaux pourvu d'un caractère semblable au sien, vif quoique calme, exposant leur joie avec une certaine tranquillité dans le regard. Cette félicité pourtant, le mâle espérait un jour la revoir dans les yeux de son amie, car elle avait existé, il en était sûr. Une simple cynique n'aurait pas bondi de la sorte en sachant que son clan avait survécu et l'aurait encore moins accompagné. Vukia avait du coeur, mais il ne savait pas encore trop comment la prendre, n'imaginant guère que c'était en réalité plus facile que ce qu'il pensait. Loin de s'imaginer que la lionne était surprise par ses réactions "trop" prudentes, hasardeuses, le félin se contenta de sourire lorsque la brune sauta près de lui. Le museau légèrement dressé, il atteignit une grande feuille étendue parmi ses soeurs quelques peu serrées pour la renifler. A l'odeur fraîche de gouttes d'eau matinales prisonnières, s'était ajouté celle de Vukia qui venait de la frôler.

Femelle en bonne santé, d'un an son aînée. Avec l'âge, Hatima avait naturellement commencé à décoder le parfum de ses compagnons, surtout celui de la gente féminine, à savoir si elle était réceptive pour l'accouplement ou pas. C'était un phénomène naturel parfois embarrassant, surtout quand la dite fille avait un mâle ou qu'on s'appelait Hatima, incapable de butiner de fleur en fleur malgré cet air charmeur collé au visage. S'il devait un jour fonder une famille, ce serait avec le coeur, pas le flair et les hormones. A son tour, par automatisme, Hatima frotta la base de son encolure contre la plante, laissant sa propre marque. Voilà qui devrait subtilement aider à éloigner les avides de territoire.

- Qu'est-ce que tu penses de cette nouvelle jungle ? Je la trouve plus fournie que l'ancienne, avec d'autres plantes, mais basiquement c'est pareil. Il y a aussi des proies en quantité suffisante. Le seul problème est l'isolement. D'un côté c'est mieux, certes, mais de l'autre... Ne trouves-tu pas curieux que les Lamasus s'allient avec nous sans vouloir nous rencontrer ?

Pour des lions, animaux de groupe, c'était quand même un peu spécial comme logique, d'autant plus que s'ils confiaient la garde de leur territoire à d'autres félins, ils devraient les rencontrer un minimum pour parler stratégie et nouveautés. A moins que Siri ne le fasse, seul à seul avec le chef de ces mystérieux lions clairs ? C'était à n'y rien comprendre et Hatima s'en trouvait légèrement troublé. Il doutait un peu de ces bienfaiteurs "surnaturels", même si ça ne l'empêchait pas de se sentir coupable de le faire. Tout le monde leur mettait une auréole autour de la crinière. Lui aussi serait tenté bien sûr, ils avaient été si bons, mais certaines choses n'étaient pas logiques comme cette défense de territoire décidément peu prise au sérieux.

Le jeune lion posa rudement une de ses larges pattes sur une branche adéquate. Il était moins trapu que les siens mais aussi plus grands, ce qui compliquait parfois son évolution dans la jungle, sans parler de son poil dense le bloquant parfois sans pour autant le protéger des piqûres car fin. Pour autant, il avait fini par s'habituer; profitant même de son corps haut et élancé pour écarter une branche flexible et laisser galamment passer Vukia tandis qu'ils devisaient.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Sam 22 Oct - 18:42

La conversation avec autrui était rarement accepté avec Vukia. Elle n'engageait les mots que lorsque c'était réellement nécessaire. Sa mère était jadis tout de même plus sociable que sa propre fille. Comme quoi, tout ne déteignait pas sur la progéniture. Vukia avait développé elle-même ce comportement unique et solitaire et cela ne lui déplaisait étrangement pas. Elle appréciait le calme et la solitude tout autant qu'elle aimait son clan et ferait tout pour lui. Car ce n'était pas parce qu'elle vivait en retrait qu'elle ne s'inquiétait guère des siens. Si quelqu'un avait besoin de quelque chose, elle accepterait volontiers de rendre service. Mais elle s'était elle-même spécialisé dans son rôle de guerrière, entraînée par une mère qui jugeait qu'un clan trop antimilitariste en avait bien besoin. Mais ça, c'était à l'époque où les Mositus vivaient dans l'oasis, entourée d'un désert abritant les terribles Jangowas. Cette menace était à présent écartée mais Vukia ne rechignait pas à garder sa place. Elle n'était pas dupe. D'autres dangers, inconnus encore, pouvaient provenir de cette nouvelle jungle. Après tout, si les Lamasus avaient demandé à ce que les Mositus gardent les frontières, il devait y avoir une raison.

Vukia, aussi agile qu'une panthère, rejoignit avec aisance le jeune lion qui lui avait proposé la suite de l'excursion dans les hauteurs des branches. La jungle regorgeait d'énormes branches qui s'entrelaçaient aussi bien à des mètres du sol qu'à même la terre recouvertes de mousse verdoyante. De grosses racines sortant de la terre pouvaient elles aussi former des ponts et obstacles à la progression des deux félins parmi la flore diversifiée des lieux. Vukia avait finalement compris que tout ce que voulait alors Hatima à ce moment là, c'était de marcher un peu avec elle. Elle accepta dans le silence en se glissant à travers les feuillages relativement bas des arbres. Loin au dessus de leur tête se dessinait encore la canopée, mais les fougères de tailles raisonnables formaient comme une mini-jungle à l'intérieur de la jungle. Agilement, Vukia bondit discrètement sur une branche voisine qui se contenta de se pencher doucement sous son poids. La lionne y atterrit à patte de velours, souple, dans cet environnement qu'elle chérissait tant. Elle ne prit pas le soin de regarder derrière elle si Hatima suivait son chemin, ou même s'il suivait tout court. Il savait se débrouiller tout autant qu'elle ici et elle le savait.

- Qu'est-ce que tu penses de cette nouvelle jungle ? Je la trouve plus fournie que l'ancienne, avec d'autres plantes, mais basiquement c'est pareil. Il y a aussi des proies en quantité suffisante. Le seul problème est l'isolement. D'un côté c'est mieux, certes, mais de l'autre... Ne trouves-tu pas curieux que les Lamasus s'allient avec nous sans vouloir nous rencontrer ? demanda alors le lion sombre qui faisait tout pour garder la proximité avec la femelle.

Vukia poursuivait sa marche à pas calculé sur les branches, sa queue ondulant derrière elle comme un serpent attentif. Une de ses oreilles noires pivota en arrière en entendant la voix du mâle qui suivait.

- Non, lâcha t-elle alors subitement à la dernière question du lion.

Elle laissa écouler un temps de silence. Juste le temps de se faufiler sur un nouveau terrain plus solide d'une branche qui grinçait sous son poids. Elle atteignit finalement un énorme tronc d'arbre mort qui gisait là et ferait, dans plusieurs années, partit du système organique du sol. La féline au sombre poils s'arrêta là ainsi, et pivota vers le lion, la tête haute.

- J'aime autant que les Lamasus se tiennent à distance des nôtres, ajouta t-elle.

Elle fixa le mâle un instant de ses prunelles verdoyantes puis lui tourna le dos pour reprendre une marche un peu plus calme.

- Je doute qu'on puisse les nommer ainsi nos alliés, poursuivit la Mositus, qu'ont-ils fait ? Juste nous offrir un territoire. C'est appréciable de leur part et notre clan a de quoi leur être redevable. Pour ça, nous exécutons la tâche qu'ils nous ont demandé, rien de plus. Nous ne sommes pas allié. Nous sommes voisins. Nous ne les connaissons pas plus que ça.

Elle marqua à nouveau un temps de pause avant de lever les yeux vers le ciel qu'elle ne pouvait pas voir à cause de l'épaisse canopée.

- Quand à cette jungle...Elle me plaît. Et cet isolement me convient.

A nouveau, la femelle se stoppa et fit volte-face vers Hatima.

- Nous avons toujours vécu ainsi. Isolé. Il n'y a pas de raison que ça change, ou que cela pose problème. Mais...Peut-être as-tu prit goût à un autre style de vie ?

La lionne marqua une courte pause avant d'ajouter :

- Ce voyage dans la savane, je suppose que cela a changé un peu ta façon de voir le monde. Je me trompe ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 23 Oct - 0:13

Plus réservée, Vukia trouvait l'idée que chacun reste dans son clan excellente. D'un côté, Hatima la comprenait, n'était-ce pas l'idée d'un groupe justement ? S'ouvrir juste ce qu'il faut, sans accueillir n'importe qui, ne serait-ce que par sécurité ? Il savait d'ailleurs que les Mositus avaient eu divers problèmes pour s'être montrés trop laxistes en ce qui concernait leurs frontières, tant physiques que spirituelles. Pourtant, après avoir voyagé de longs mois, le jeune lion comptait aussi sur certaines connaissances scientifiques basiques. Il craignait que cet isolement tue à petit feu les Mositus, victimes de consanguinité. Certes, avant ils étaient également éloignés des autres, mais rencontrer des félins de la savane n'était pas impossible. Aujourd'hui, il fallait de nombreux jours de marche pour parvenir aux autres territoires où vivaient leurs semblables. Le clan ne risquait-il pas également de perdre sa proverbiale tolérance au fur et à mesure que les générations grandiraient, le regard loin des autres couleurs de pelages ? Les Jangowas n'en étaient pas encore au triste point d'avoir des petits déformés par des sangs qui refusaient de se mélanger, mais ils étaient déjà têtus, violents et quelque part, contre-nature. Les femelles ne voyageaient pas à la recherche de nouveaux clans comme Hatima avait pu l'observer, s'assurant ainsi le renouvellement du sang.

La question était difficile à mettre sur la table, issue d'une longue réflexion, couplée à de l'observation. Tout le monde n'avait pas eu le privilège et fardeau à la fois de poser ses yeux sur ce type de problèmes si terre à terre. Du coup, il prit son temps pour répondre, choisissant soigneusement ses mots. Avec un autre compagnon, probablement n'aurait-il pas insisté, mais à ses yeux Vukia était intelligente, aussi pouvait-il lui exposer une partie de ses craintes.

- Nous étions tout de même plus proches de nos voisins, et quelques soient les problèmes que cette réalité nous a causé, il faut aussi prendre en compte certains avantages que cette proximité relative nous offrait. Les Mositus ne risquent-ils pas de s'ennuyer, de s'enfermer et de dépérir à force de voir toujours les mêmes museaux ? S'il y a une perception que les voyages m'ont en effet permis d'aiguiser, c'est celle de notre place dans ce monde. Nous sommes si petits Vukia, minuscules. Certaines espèces ont un mode de vie fascinant duquel nous pourrions apprendre. Il existe des lions très évolués, plus que nous, d'autres en revanche plus primitifs. Je crois que l'isolement est bon tant que nous pouvons nous en défaire à volonté. Pour cela l'ancienne Jungle était idéale malgré la présence de nos ennemis. Je penche naturellement pour une entre-deux. Une rencontre avec les Lamasus me rendrais, je l'avoue, moins méfiant à leur égard, même si chacun pourrait conserver sa place, sans nécessairement se mêler, mais je n'aime pas avoir des fantômes pour alliés... Car vu notre pacte, nous sommes quoiqu'on en dise, unis à eux.

Le regard rubis du mâle glissa sur la croupe souple de sa compagne de marche. Il profita qu'elle prenne les devants pour marquer un arbre d'une griffure destinée à prévenir d'éventuels ennemis et définir les limites du territoire pour les Mositus les plus aventuriers.

- J'ai vu des spécimens absolument surprenants de lions, même si je n'ai jamais eu l'occasion d'observer ces Nyeusis que l'on disait exceptionnels question proportions. Les mélanges ont indubitablement du bon, surtout que j'ai pu aussi rencontrer des petits groupes soumis aux lois de la génétique se mourir de la plus horrible des façons qui soit. Sans chercher la perfection d'une race évidemment, je pense simplement que la nature aime les mélanges et que la contrarier peut s'avérer préjudiciable.

Des harems isolés comptant déjà plusieurs générations, Hatima en avait peu connu mais l'un d'eux l'avait particulièrement marqué. Les lionceaux avaient presque systématiquement des déformations. A l'orée du désert, les animaux dégénérés vivotaient en attendant une mort qui venait de l'intérieur. Méfiants, souvent retardés, ces lions n'avaient pas fait le poids contre le grand mâle qui avait fuit à toutes pattes ce lieu si cauchemardesque qu'il le pensait tantôt réel, tantôt issu de son imagination perturbée à ce stade de son voyage. Mais bon, il ne fallait pas non plus tomber dans la frénésie génétique. Ce genre de phénomène arrivait avec le temps, sans compter que les Mositus n'étaient pas parentés, issus pour la majorité de divers horizons grâce à la tolérance proverbiale de ce clan. Restait le mental. Les lions sombres tiendraient-ils bien longtemps sans accueillir de voisins ? Comment transformait-on des pacifistes amoureux de la bonne conversation en félins renfermés sur eux ?

- Oui ce voyage m'a changé. J'aime d'avantage encore les miens après ce que j'ai vu, mais je sais qu'il n'y a pas que ça et qu'on ne peut pas l'ignorer, avec un simple rideau de branchages. Le monde viendra à nous, malgré nous. C'est juste une question de temps. Et toi, en quoi ton voyage t'as changé ? -Car au fond, elle aussi avait vu le "dehors". Il aimait à croire qu'ils avaient une expérience comparable quoique légèrement distincte. Est-ce que tu as revu des proches que tu t'attendais ou ne t'attendais pas à retrouver ? Ce retour s'est passé comme tu te l'étais imaginé ?

Demanda-t-il curieux, espérant du même fait que la lionne avait été correctement accueillie. Vue ainsi, elle semblait plus s'inquiéter pour le clan que ce denier à son égard. Si solitaire. Choix ou obligation ? Etait-ce ce une lionne isolée au sein même de ce clan isolé parce qu'elle l'avait voulu ou parce que les circonstances l'y avaient poussé ? D'autre part, le Mositu se doutait que Hofu manquait à Vukia, il était évident qu'elle aurait aimé qu'il s'intègre ici, étant donné comme elle lui en avait parlé lors de leur rencontre. Seulement, Hatima ignorait si le mâle avait décidé de se donner un temps pour clore ses affaires à l'extérieur, si Siri l'avait déjà refusé ou si simplement, le sang-mêlé avait décidé que leurs chemins devaient se séparer.

Pour sa part, Hatima s'était trouvé plus seul qu'il ne l'aurait cru. Ses connaissances étaient devenues des étrangers aimables mais affairés, ayant déjà évolué là où lui était en apparence demeuré immobile. Pas de famille, ni même de femelle, il ne faisait plus partie du "cercle" de ceux de son âge habitué à causer grossesse et allaitement. Certes son père l'avait bien accueilli, mais désormais ils n'avaient plus besoin d'autant se voir, autonomes, même si Hatima devait chasser pour le vieillard. Il avait sans doute trop idéalisé son retour. Heureusement, le jeune mâle demeurait aimant envers son peuple qu'il pensait d'origine, juste un peu plus isolé... Oui, comme Vukia, isolé malgré lui et malgré un caractère en apparence si sociable. La connaissance acquise pendant son voyage l'avait changé certes, mais surtout rendu décalé vis à vis des autres, à moins que ce ne soient eux qui le soient ? Hatima n'aurait pas la prétention de croire en cette seconde hypothèse. Définitivement, c'était lui qui ne répondait plus totalement aux critères du clan, sans pour autant trop y déroger. Intégré mais écarté. Solidaire mais solitaire.

D'un coup de rein vif, le prédateur échappa à un retour de branche, il quitta sa position en queue de la file pour se positionner en parallèle à son aînée, un peu en contrebas. La tête dressée vers la gauche pour mieux l'observer quand elle lui répondrait, il lui offrit un petit sourire, un peu confus qui se voulait réconfortant. Sans doute. Pouvait-on s'isoler à deux ?

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Jeu 27 Oct - 0:04

Hatima n'avait pas vraiment la même façon de penser que Vukia. Difficile à savoir pourquoi car Vukia n'avait jamais vraiment eut la même façon de penser que ses congénères Mositus. Mais Hatima, qui en avait vu beaucoup durant son voyage, a pu ainsi développé un autre regard. Ce confinement imposé dans la jungle le gênait probablement parce qu'il savait ce qu'il y avait de l'autre côté des arbres. Mais Vukia aussi le savait et était bien heureuse d'être coincée ici. Elle s'y sentait bien mieux, comme une Mositu devrait être : attachée aux racines de la jungle. C'étaient les lions de la jungle. A chacun son territoire. Le petit moins pour elle dans cette nouvelle forêt tropicale, c'était qu'elle devait prendre en compte le partage des terres avec les Lamasus, des lions qu'elle ne connaissait même pas. Contrairement aux autres Mositus, Vukia ne les avait jamais vu, puisqu'elle était arrivée après.

- Nous étions tout de même plus proches de nos voisins, et quelques soient les problèmes que cette réalité nous a causé, il faut aussi prendre en compte certains avantages que cette proximité relative nous offrait. Les Mositus ne risquent-ils pas de s'ennuyer, de s'enfermer et de dépérir à force de voir toujours les mêmes museaux ? S'il y a une perception que les voyages m'ont en effet permis d'aiguiser, c'est celle de notre place dans ce monde. Nous sommes si petits Vukia, minuscules. Certaines espèces ont un mode de vie fascinant duquel nous pourrions apprendre. Il existe des lions très évolués, plus que nous, d'autres en revanche plus primitifs. Je crois que l'isolement est bon tant que nous pouvons nous en défaire à volonté. Pour cela l'ancienne Jungle était idéale malgré la présence de nos ennemis. Je penche naturellement pour une entre-deux. Une rencontre avec les Lamasus me rendrais, je l'avoue, moins méfiant à leur égard, même si chacun pourrait conserver sa place, sans nécessairement se mêler, mais je n'aime pas avoir des fantômes pour alliés... Car vu notre pacte, nous sommes quoiqu'on en dise, unis à eux.

Même si Vukia était têtue et soudée à ses avis personnelles, elle ne perdait pas une miette de ceux présenté par son compagnon de chemin. Mine de rien, le débat était assez intéressant mais elle voyait ainsi à quel point les deux félins ne pensaient pas du tout de la même façon. Elle nia doucement de la tête en fixant Hatima.

- Quels voisins ? Les Jangowas ? Nous vivions au milieu du désert, là où très peu de lions hormis nos ennemis pouvaient voyagé. Je ne vois pas en quoi nous étions plus proche des autres.

Elle haussa une épaule.

- Nous sommes loin d'être un clan imposant, certes, mais c'est ainsi que nous sommes. Et malgré tout, nous survivons, ce qui est une preuve de notre force.

Cela dit, Hatima avait raison sur un point : il n'y avait rien de rassurant à vivre à côté de lions que l'on ne voyait jamais. Mais les Lamasus avaient ainsi exigé cette distance. Vukia en ignorait les raisons. Se percevaient-ils trop parfait pour oser fréquenter un clan réduit et exilé ? Quelle odieuse façon de penser ça serait ! Mais inutile de faire de conclusion hâtives. Il était impossible de savoir pourquoi les Lamasus souhaitaient maintenir cet écart. Peut-être n'avaient-ils pas confiance aux Mositus, pas plus que Vukia n'avaient confiance en eux. La lionne sombre se plongea dans la réflexion.

- J'ai vu des spécimens absolument surprenants de lions, même si je n'ai jamais eu l'occasion d'observer ces Nyeusis que l'on disait exceptionnels question proportions. Les mélanges ont indubitablement du bon, surtout que j'ai pu aussi rencontrer des petits groupes soumis aux lois de la génétique se mourir de la plus horrible des façons qui soit. Sans chercher la perfection d'une race évidemment, je pense simplement que la nature aime les mélanges et que la contrarier peut s'avérer préjudiciable.

Vukia reporta son regard sur le jeune mâle.

- Crois-tu peut-être que ces misérables Jangowas osent mélanger leur sang à des lions étrangers à leur clan ?

La lionne s'approcha alors du lion, le regard figé dans le sien.

- Tu as voyagé. Tu dois connaître le Royaume du Nord. Les Nordiques. Je n'en ai jamais vu, mais j'en ai beaucoup entendu parler.

Elle devait la majorité de ses connaissances à Hofu car il fallait avouer qu'elle n'avait pas fait trop d'effort durant son exil pour en apprendre plus sur la Terre des Lions.

- Ces lions vivent dans un climat que personne d'autres ne peut supporter. Ils sont loin d'être au bord de l'extinction, pourtant ils préfèrent de loin éviter de se mêler aux félins des basses terres.

Pour Vukia de toute manière, puisque les Mositus avaient toujours vécu ainsi, elle ne voyait pas l'intérêt de devoir changer uniquement pour une hypothèse. Elle trouvait Hatima un peu trop pessimiste. La nature, le destin des lions, tout ceci fera son chemin de toute façon. A voir si les Mositus étaient condamnés ou non. Ils avaient déjà eut la chance de voir le jour. Ce clan aurait très bien pu ne jamais naître. Les premiers Mositus auraient pu être tué simplement au lieu d'être abandonné dans le désert et trouver refuge à l'oasis. Mais encore une fois, le Cycle de la Vie ne avait décidé autrement.

- Oui ce voyage m'a changé. J'aime d'avantage encore les miens après ce que j'ai vu, mais je sais qu'il n'y a pas que ça et qu'on ne peut pas l'ignorer, avec un simple rideau de branchages. Le monde viendra à nous, malgré nous. C'est juste une question de temps. Et toi, en quoi ton voyage t'as changé ? Est-ce que tu as revu des proches que tu t'attendais ou ne t'attendais pas à retrouver ? Ce retour s'est passé comme tu te l'étais imaginé ?

Vukia s'assit et enroula sa queue entre ses pattes. C'était l'évidence même que Hatima avait changé grâce à son voyage. Mais Vukia, pouvait-elle en dire autant ? Quand aux proches, il n'y en avait qu'un seul. Hofu. Il était unique pour ça. Pour s'être lié à la femelle qui pourtant ne voulait laisser aucun étranger pénétrer sa vie. Elle l'avait connu avant la bataille et l'avait retrouvé après. La féline jeta un oeil autour d'elle, considérant un temps la question du mâle. Elle cherchait au fond d'elle ce qui avait changé. Elle n'y trouva pas grand chose en revanche. De tout temps qu'elle avait passé dans la savane, elle n'avait gardé qu'un seul objectif en tête : retourner dans la jungle. Et jamais elle ne s'était détourné de cette voie. Ramenant ses prunelles sur Hatima, elle finit par répondre :

- Je dirais que ce voyage n'a rien changé en moi. Il n'a fait que me faire comprendre que je n'étais pas faite pour une vivre dans la savane.

Elle marqua une pause avant d'ajouter :

- Ce retour que tu as permis, c'était tout ce que j'attendais. Hofu est probablement la seule âme que je m'étais attendu peut-être à voir durant mon égarement sur la Terre des Lions, mais toi, tu as été une plus grande surprise. Un espoir que je n'attendais pas, ou plus.

Elle soupira. A l'époque elle n'était même pas sûr qu'il y ai encore des Mositus en vie. Elle avait même demandé à Hofu en désespoir de cause si durant ses vadrouilles, il n'en avait pas aperçu.

- Tu auras toujours ma reconnaissance Hatima. Toujours.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 30 Oct - 15:29

- J'ai aussi entendu parler d'eux -Souffla Hatima, comme imprégné du mystère qui entourait ces curieux lions blancs alors qu'il abordait le sujet.- Certains disent qu'ils ont des pouvoirs magiques et que les choses matérielles telles que les maladies ou la famine ne les atteignent pas.

Et cela incluait la consanguinité, mais le Mositu ne croyait guère en ces légendes perpétrés par les madones accrochées à leurs terres et portées successives qui n'avaient rien vu mais savaient tout. Pour lui, le clan se renouvelait grâce à des arrivées inopinées comme celle de Khésia qu'on disait impur, même si évidemment Hatima n'en était pas sûr. Les Jangowas quant à eux finiraient par disparaître, ce n'était qu'une question de temps pour que la Nature les balaye, à moins qu'ils ne brassent leur sang à d'autres avant que l'échéance n'arrive. Néanmoins, ce sujet hautement scientifique échappait un peu au jeune lion et n'ayant aucune preuve à ce propos, il préféra prendre en compte les arguments de son aînée. Il serait très heureux qu'elle ait raison en réalité.

- Que le ciel t'entende.

Conclut doucement l'animal en posant ses yeux couleur rubis sur Vukia. Il espérait en outre que ce refus de se mélanger des Lamasus ne se déclinerait pas en un mépris total de ces derniers pour les Mositus. S'ils se lassaient ou considéraient leur part du contrat mal accomplie, les lions sombres pourraient encore souffrir des pertes. A vrai dire, Hatima détestait le donnant-donnant, même si la prise en pitié était encore pire.

- Au contraire, j'ai vu les horizons s'ouvrir, et j'ai compris que nous pouvons nous adapter. Le plus important n'est pas le territoire, sinon le concept de "foyer". Personnellement je ne regrette même pas notre ancienne jungle, bien que j'ai hésité à la défendre plus hardiment. Se laisser marcher sur les pattes n'est pas non plus une solution mais il faut savoir lâcher prise. Les Mositus sont plus forts qu'ils ne le croient ou ne le laissent paraître... J'ai été dans le désert et j'en suis revenu. Quel dommage que notre clan ne puise pas plus dans ses réserves.

Car si Hatima ne défendrait pas un simple tronçon de terre matériel, il serait prêt à donner sa vie pour chacun des membres de son groupe. Mais pour cela, le jeune lion rejoignait l'avis que Vukia laissait transparaître dans son attitude. Les Lamasus n'auraient pas dû être les moteurs de cette surveillance de territoire, sinon les Mositus eux-même qui devaient apprendre de leurs erreurs. Si des ennemis arrivaient, ils ne seraient aujourd'hui, guère mieux préparer que lors de leur affrontement avec les Jangowas. Or, même organiser un replis stratégique prenait du temps, et la fuite par refus d'entêtement pour un territoire n'excusait pas la mollesse.

- Je suis désolé pour Hofu.

Murmura doucement Hatima qui lui non plus, ne comprenait pas que l'ancien exilé n'ait pas tenté sa chance auprès de Siri. Il espérait que le mâle n'avait pas agi par manque d'intérêt envers Vukia qui s'était si attachée à lui.

- Peut-être craignait-il de diminuer tes chances de réintégration en apparaissant ? Voudrais-tu que j'aille le chercher ?

La savane était vaste, mais Hatima était passé maître dans l'art de pister des disparus. Porté par les remerciements de Vukia, le jeune mâle désirait achever ce qu'il avait commencé, c'est à dire l'aider jusqu'au bout en lui permettant de clore ou de rouvrir le chapitre "Hofu", pourvu que le félin ait eu des soucis ponctuels. Qui sait si le mâle n'était pas en train de chercher la terre des Mositus pour se présenter mais ne trouvait pas le chemin ?

- Toi aussi tu m'as aidé, tu as donné un sens à ma quête qui fut si longtemps infructueuse. A part toi, j'ai trouvé deux ou trois Mositus égarés qui sont venus ici, un autre Taa, fils d'Haramu et Janga était légèrement blessé, je lui ai indiqué le chemin mais ne l'ait pas aperçu en rentrant. Quant aux autres que j'ai pu pister, j'ai dû apporter la nouvelle de leur mort à leurs parents. Quelque part, je te suis également reconnaissant.

Agilement le mâle sauta sur le sol meuble. Ses longues pattes avant amortirent le choc, mais l'espace étant quelque peu réduit, le mâle se vit gratifié d'un coup de ronces dans le flanc. Grimaçant légèrement le Mositu se dégagea puis leva la truffe vers son amie.

- Pas de doute, je vais devoir encore me ré-habituer et m'entraîner d'avantage.

Ses longues marches dans la savane avaient dessiné des muscles sous son pelage luisant, mais il avait perdu la coutume d'évoluer dans des terrains fermés, sa taille n'aidant pas. S'ébrouant succinctement, le lion sortir les griffes de son antérieur droit pour gratter le sol et humer les traces.

- Viens voir, une odeur étrangère.

Musquée, puissante, sans concession, l'effluve indiquait le passage d'un animal revendiquant clairement les lieux. Au final Hatima s'était inquiété pour rien, ils n'étaient pas si isolés. Légèrement inquiet, ce dernier retroussa ses babines, esquissant une grimace typique comme s'il allait éternuer, cela lui servait à mieux analyser l'odeur. Un mâle, certes, mais de quelle espèce ?


_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Sam 5 Nov - 19:08

- J'ai aussi entendu parler d'eux, répondit Hatima.

Vukia hocha la tête. Ca ne la surprenait pas trop. Hatima avait sûrement eu la curiosité de découvrir plus de chose qu'elle durant son escapade dans la savane. Mais pour les Nordiques, il ne semblait pas plus au courant qu'elle sur leur véritable existence. Pour Vukia, ils semblaient bien réels, bien qu'il était difficile d'en être certain sans en avoir vu un seul. Mais qui, en ce bas monde, irait se risquer dans un monde aussi dangereux que les Montagnes du Nord ?

- Certains disent qu'ils ont des pouvoirs magiques et que les choses matérielles telles que les maladies ou la famine ne les atteignent pas.

Vukia fronça légèrement les sourcils. Ca en revanche, elle était trop rationnelle pour y croire. Mais les Nordiques devaient sans doute être très spéciaux pour pouvoir vivre dans le froid. Spéciaux, mais pas non plus surnaturel. Car certains attribuaient les mêmes capacités aux mystérieux Lamasus. Mais pour Vukia, encore une fois, il ne s'agissait que de lions un peu trop secret, sans plus. D'ailleurs, les deux clans partageaient cette animosité envers les mélanges de sang apparemment. Vukia ne voulait cependant pas commencer à faire des suppositions sur des lions qu'elle ne connaissait pas. Ce n'était pas dans ses habitudes de s'intéresser à cela. Elle ne s'occupait pas des affaires qui ne regardaient ni elle ni son clan.

- Que le ciel t'entende.

Le ciel n'entendra personne. Il n'en fera qu'à sa tête. De toute façon, il n'y avait rien de bon à s'imaginer les pires scénarios pour un peuple.

- Au contraire, j'ai vu les horizons s'ouvrir, et j'ai compris que nous pouvons nous adapter. Le plus important n'est pas le territoire, sinon le concept de "foyer". Personnellement je ne regrette même pas notre ancienne jungle, bien que j'ai hésité à la défendre plus hardiment. Se laisser marcher sur les pattes n'est pas non plus une solution mais il faut savoir lâcher prise. Les Mositus sont plus forts qu'ils ne le croient ou ne le laissent paraître... J'ai été dans le désert et j'en suis revenu. Quel dommage que notre clan ne puise pas plus dans ses réserves.

- Les survivants du désert ont simplement eu de la chance, répliqua la lionne, nous ne sommes pas fait pour ce genre d'endroit, ça se saurait. Nous sommes tous deux des chanceux Hatima.

Savoir lâcher prise, ce n'était pas du tout de l'avis de Vukia, qui n'avait pas hésité, elle, à suivre Kwadja pour tenter de reprendre l'oasis. Au final, c'était surtout qu'elle ne voulait pas laisser ses camarades partir à l'assaut et se faire tuer. Elle avait décidé de les accompagner dans cette épreuve et surtout de crier vengeance et de faire payer aux Jangowas leur mépris. La bataille fut un échec, mais Vukia en aura collé des raclées mine de rien. La défaite avait été dure à encaisser, mais la lionne ne pouvait plus que se reposer sur le fait qu'elle avait pu servir et casser du lion des sables en laissant son agressivité libre. Les oreilles de la femelle se baissèrent légèrement. Néanmoins, sa mère ne serait peut-être pas morte si elle avait pris une autre décision. Ou alors aurait-elle dû la supplier de suivre Siri malgré tout. La vieille lionne ne l'aurait jamais accepté.

- Je suis désolé pour Hofu.

La femelle redressa les oreilles, endurcissant son visage pour camoufler ses émotions.

- Peut-être craignait-il de diminuer tes chances de réintégration en apparaissant ? Voudrais-tu que j'aille le chercher ?

Mais Vukia nia d'un signe de tête.

- J'ignore pourquoi il n'est pas revenu, mais il a pris sa décision. Je savais qu'il y avait plus de chance qu'il reste là où il est. Il a toujours été un voyageur né.

Hofu ne se serait sans doute pas plus dans la jungle, encore moins dans un clan inconnu. Hofu avait l'âme libre, il voyageait partout où bon lui semblait. Etre coincé dans la jungle l'aurait peut-être rendu malheureux, même si Vukia aurait vraiment voulu qu'il se décide à rester. Elle soupira. Tant pis...Elle n'aurait sans doute jamais le fin mot de l'histoire. Peut-être qu'il reviendra un jour, ou non, durant un voyage, qui sait.

- Toi aussi tu m'as aidé, tu as donné un sens à ma quête qui fut si longtemps infructueuse. A part toi, j'ai trouvé deux ou trois Mositus égarés qui sont venus ici, un autre Taa, fils d'Haramu et Janga était légèrement blessé, je lui ai indiqué le chemin mais ne l'ait pas aperçu en rentrant. Quant aux autres que j'ai pu pister, j'ai dû apporter la nouvelle de leur mort à leurs parents. Quelque part, je te suis également reconnaissant.

Si peu de Mositus retrouvés ? Les autres étaient-ils tous décimés ? Ou bien Hatima ne les avait pas trouvé ? Cela dit, la lionne était assez étonnée des mots du mâle devant elle. Elle n'avait été qu'une âme errante durant tout ce temps, ce n'était pas en étant secouru qu'elle espérait servir à quelque chose. Mais c'est vrai que cela avait du redonner un peu d'espoir à Hatima qui avait passé son temps à chercher les rescapés. C'était un acte héroïque de sa part. Peu de Mositus auraient accepté de quitter leur jungle adorée pour chercher des lions qu'ils n'étaient même pas sûrs de savoir encore en vie.

- Tu n'as pas à l'être, répondit la féline, mais tu peux être fier de ce que tu as accompli.

Alors qu'ils continuaient à vadrouiller, le jeune mâle tenta une manœuvre qu'il manqua et s'égratigna sur un buisson de ronce.

- Pas de doute, je vais devoir encore me ré-habituer et m'entraîner d'avantage.

Vukia avait observer son camarade, peu habile encore sur ses pattes. C'était étrange de voir un Mositu mal à l'aise dans une jungle. La lionne s'approcha alors du lion et le contourna, le museau pointé vers les éraflures qui avait abîmé son pelage sombre. Il n'y avait fort heureusement rien de grave. Après s'en être assurée, la femelle redressa son regard vers le mâle.

- Veux-tu que je t'aide pour cela ? proposa t-elle alors, j'ai passé ma vie à m'entraîner et à me battre dans la densité de la jungle depuis que je sais tenir sur mes quatre pattes. Peut-être pourrais-je t'apporter mon soutien et mes conseils pour que tu puisses te réadapter et te perfectionner au combat ?

C'était venu tout naturellement pour la lionne. Elle devait tellement à Hatima et en plus ce dernier semblait avoir besoin d'un coup de main. Pourquoi ne pas l'aider à son tour ? C'était bien là tout ce qu'elle pouvait faire pour lui. Mais ce n'était pas qu'une proposition de reconnaissance. La lionne était aussi tenté de mettre Hatima sur des pattes de guerrier. Le clan avait besoin de lions sachant se battre. Hatima ne sera jamais aussi hargneux qu'elle, mais elle était prête à tout lui apprendre, autan que sa mère l'avait fait avec elle depuis qu'elle était lionceau.

- Viens voir, une odeur étrangère.

Vukia dressa les oreilles en avant, subitement aux aguets. Elle rejoignit Hatima à grands pas, vers la marque odorante qu'il avait déniché. Au côté du lion, elle baissa la tête pour flairer à son tour l'effluve inconnu. Elle ignorait de quel genre d'animal cela pouvait bien provenir, mais ça avait l'air d'être un individu imposant. Mais pour Vukia, peu lui importait, tout étranger devait être chassé avec pertes et fracas s'il le fallait ! La femelle émit un grondement sourd, à peine audible, avant de redresser la tête pour guetter les environs. Il fallait à présent retrouver celui qui avait osé passer la frontière.

- Allons-y, fit-elle alors avant de se mettre en marche.

Une marche bien plus rapide cette fois-ci. Vukia était pressée de mettre la patte sur l'étranger en question. Ses oreilles guettaient le moindre son suspect et sa tête, légèrement penché en avant, cherchait du museau toute nouvelle marque de la présence indésirable. Elle ne faisait pas un bruit, marchant à pattes de velours, contournant les obstacles et se déplaçant avec aisance et agilité. Une vraie panthère parfois, pouvait-on se demander.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 13 Nov - 1:14

Ce que disait Vukia était vrai, les Mositus n'avait pas la chance de l'ambivalence au contraire des Jangowas capables de se déplacer dans le désert comme dans la savane. Dommage et ironique, sachant que les premiers plus pacifistes auraient profité de ce don d'avantage que les seconds, généralement racistes. Néanmoins, le jeune mâle n'avait rien eu le temps de répondre, car l'odeur étrange les avaient interrompus. Hatima la flaira à nouveau lorsque Vukia se mit en marche, mais rien à faire, aucune trace familière. C'était un parfait inconnu, et toujours aussi masculin après ce nouveau reniflement. Le Mositu espérait éviter un affrontement, cependant, difficile d'être optimistes avec de tels indices.

- Merci, c'est gentil... D'autant plus que je peux commencer à pratiquer plus tôt que prévu visiblement.

Le félin avait failli rétorquer à Vukia de ne pas se sentir forcée de l'aider parce qu'il l'avait ramené au clan par exemple, mais il pensait que refuser la proposition en tortillant du derrière aurait fini par irriter à juste titre la guerrière. C'était un des défauts d'Hatima, tourner autour du pot et compliquer des choses simples. Un Merci et ce petit trait d'humour suffiraient.

- Je ne comprends pas, mes parents étaient comme toi, peut-être un peu plus trapus donc légèrement gênés... Mais moi, je le suis à cause de ma taille et de mon poil trop fin même si j'en ai beaucoup. C'est un peu ironique d'avoir les mêmes soucis que ses géniteurs mais pour la raison opposée. Bon après je ne les ai jamais connu jeunes, donc ils pouvaient être plus minces...

Le fait est que les parents d'Hatima ne lui avaient légué ni gênes, ni éducation. Si Faro avait eu à coeur de lui enseigner les bonnes valeurs, il était déjà vieux à la naissance de son enfant. Les blessures très sérieuses de sa compagne n'avaient fait qu'empirer le souci, et c'était Hatima qui avait commencé à prendre soin de sa mère, très tôt, trop probablement. De ce fait, le jeune lion avait des carences au niveau de l'apprentissage basique. Il s'était éduqué seul en explorant, loin d'être aidé par une poussée de croissance peu commune pour ceux de sa race. Sans doute que grandir ne lui avait pas permis de prendre plus de poids. Bref, peu importe les curiosités de Dame Nature ne devaient pas l'empêcher de travailler pour pallier à ses défauts. Que Vukia l'aide pourrait lui apporter énormément, ne serait-ce que maintenant pour vérifier d'où venait l'odeur étrange. Discipliné, Hatima hocha du chef puis se mit en marche.

- D'accord.

A grandes foulées puissantes, le jeune lion rejoignit sa compagne. Physiquement, Hatima n'était pas le plus fort, abordant une physique plutôt effilée. Néanmoins, sa taille lui permettait de faire de grandes enjambées que ses pattes parcouraient avec flexibilité. Silencieusement les animaux trottèrent sur un bout de chemin où Hatima prenait parfois les devant ou prenait un léger retard à cause de la végétation dense. Toujours est-il qu'il pouvait noter facilement l'élégance de sa compagne, loin d'être gâchée par la pression qui venait soudainement de se poser sur leurs épaules.

- Là.

Apparemment, les craintes du Mositu étaient infondées, et il venait de l'apprendre à l'instant plus tôt que prévu. Un lion mâle, d'environ 8 ou 9 ans, puissant malgré son âge avancé buvait tranquillement dans le cours d'un ruisseau. Curieux et légèrement inquiet mais prêt le jeune mâle jeta un coup d'oeil à Vukia. Il espérait pouvoir parler à l'intrus poliment pour lui dire que le territoire était occupée et le raccompagner à la sortie, mais était-ce trop demandé ? Barré de cicatrices, le "monstre" de muscles-quoique légèrement fondus par l'âge- à la crinière clairsemée mais au port vaillant, ce dernier ne ressemblait pas spécialement à un diplomate. Pourraient-ils faire mentir les stéréotypes ?

[HJ: Désolée, je trouve ça nul :/]

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 27 Nov - 17:45

Vukia n'était pas impressionnée par les marques laissées par l'inconnu qui avait passé la frontière. Au contraire, un tel affront faisait monter la colère en elle. L'animal, quel qu'il soit, regrettera son geste. Sauf s'il acceptait de faire demi-tour sans demander son reste mais ça, rien n'était moins sûr. La lionne traquait la bête, suivait les traces odorantes qui se faisaient de plus en plus fortes au fur et à mesure que les deux félins progressaient dans la jungle.

- Merci, c'est gentil... D'autant plus que je peux commencer à pratiquer plus tôt que prévu visiblement, finit par répondre Hatima à la proposition de la femelle.

Cette dernière, bien que restant concentrée sur son but premier, prit tout de même la peine de répondre au mâle :

- Ce sera un plaisir.

Un plaisir d'apprendre à un autre l'art de la tuerie et de la baston. Vukia aurait peut-être enfin quelqu'un de fiable dans le combat, quelqu'un qui pourra, tout comme elle, se permettre d'assurer la sécurité du clan qui en avait grand besoin malgré l'utopie que cette jungle offrait. Il n'y avait qu'avec sa mère que la femelle avait côtoyé dans ses entraînements barbares et elle ne pensait pas qu'il pourrait y avoir une autre âme pour cela. C'était aussi un moyen de venir en aide à Hatima. Un moyen pour elle de rembourser sa dette envers lui même si le lion ne voyait sans doute pas ça comme ça.

- Je ne comprends pas, mes parents étaient comme toi, peut-être un peu plus trapus donc légèrement gênés... Mais moi, je le suis à cause de ma taille et de mon poil trop fin même si j'en ai beaucoup. C'est un peu ironique d'avoir les mêmes soucis que ses géniteurs mais pour la raison opposée. Bon après je ne les ai jamais connu jeunes, donc ils pouvaient être plus minces...

- Le physique n'y ai pour rien, répliqua la Mositus, n'importe qui peut s'adapter dans n'importe quelles conditions et environnements avec n'importe quelle corpulence. Hm...Sauf peut-être le désert pour nous.

A ne pas en douter ! Mais même Vukia se sentait capable, avec beaucoup de difficulté cependant, de voyager dans le Royaume du Nord si elle avait les moyens de s'y préparer. Mais le désert, autant pour son climat que ses fréquentations, n'était pas un endroit où les Mositus pouvaient tester cette théorie. En y repensant, Vukia ne savait pas grand chose de la famille d'Hatima, mise à part ce que le lion venait de lui révéler juste à l'instant, ce qui n'était pas grand chose en fin de compte. Le lion accepta sans broncher la traque de l'inconnu. Vukia menait la marche, sûre d'elle et avide de tomber sur le coupable de cette effraction.

Elle filait en douceur avec assurance à travers la végétation luxuriante de la jungle, jusqu'à ce que Hatima lui fasse signe. La lionne se stoppa immédiatement pour revenir sur ses pas afin de voir ce que le mâle avait trouvé. Vukia coucha les oreilles et fronça les sourcils à la vue d'un énorme lion mâle, âgé de vue, qui buvait une eau qui n'était pas la sienne. D'où venait-il ? Pourquoi traînait-il là ? Impossible de le savoir d'un coup d'oeil et surtout, cela n'intéressait pas la jeune lionne qui échangea un regard avec son compagnon de patrouille. Elle ne craignait pas l'individu mais ce dernier avait l'air d'être un adepte des esbroufes sanglantes. Cela dit, il était seul contre deux. Peut-être que cette simple idée l'empêchera de passer à l'acte. Vukia n'était pas du genre à faire dans la diplomatie, mais elle n'était pas stupide au point de foncer dans le tas sans laisser une chance d'abord à l'inconnu. C'est alors qu'elle fit signe à Hatima de la suivre.

Vukia sortit alors de sa cachette de derrière des taillis bien fourni, glissant à travers les feuillages comme une brise sous les feuilles. Elle dressa les oreilles en avant, le bout de la queue agité, le regard noir et le poitrail bombé, se présentant volontairement en avant face au lion qui s'abreuvait sans histoire.

- Eh toi ! rugit-elle alors.

Le lion interpellé stoppa immédiatement ses lapements de l'eau pour redresser son visage couvert de cicatrices vers les deux félins sombres.

- Qui es-tu ? Et que viens-tu faire ici ? poursuivit-elle, agressive, ne sais-tu pas que tu viens de violer nos frontières ? Aucun intrus n'est autorisé à pénétrer notre territoire !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Lun 5 Déc - 11:56

L’inconnu ne s’arrêta pas, lapant l’eau avec une indécente tranquillité. Des jeunots, gonflés aux hormones, revendicatifs de leur territoire, il en avait vu un bon nombre. Néanmoins un détail fit s’arrondir ses yeux d’un jaune étincelant : le manque de testostérone de l’un de ses prétendus adversaires. Pourtant bien vite le mâle se reprit, de l’eau dégoulinant encore de son menton, les babines animées d’un sourire ironique, il fixa Hatima légèrement en retrait.

- T’as besoin de ta femelle pour te couvrir ? C’est pas plutôt à toi de la couvrir ?

Fit-il, heureux de son jeu de mots indicatif de son état d’esprit. Les femelles étaient bonnes à procréer et chasser, point. Cela ne voulait pas dire cependant qu’il les méprisait comme l’aurait voulu le cliché. Non, simplement elles avaient une place et les lions la leur. Si plus rien n’était respecté, où allions-nous ?

- Planqué derrière en plus. Tu ne te caches pas de ta couardise. Et toi ma belle, râle pas autant, ça va te rider et réduire tes ovaires à des raisins secs. Vous savez ce que sont les raisins secs au fait ?

Demanda, presque joyeusement l’intrus dont le visage s’éclaira un instant d’un bonheur moqueur.

[color=#FF0000- Trêve de plaisanteries. Je buvais avant que vous ne veniez m’accueillir aussi gentiment. J’en ai rien à faire de votre territoire. De tous ceux que j’ai vu, c’est le plus minable. Infesté de singes, même l’eau a le goût de leur derrière. [/color]

- Ah, serait-ce donc que vous y auriez goûté, pour faire cette comparaison.

Hatima s’était approché à son tour, irrité par l’inconnu, même si sa position était encore défensive.

- Ahem…- Le potentiel adversaire recouvrit de sa superbe.- Le fait est que je m’ennuie, je n’dirais pas non contre un petit combat. Enfin un échauffement vu le courage de ton mâle ma chère. D’ailleurs même si tu ne sais pas tenir ta place, tu me plais bien. Cela te dirais de voir tu pays avec un vrai lion.

- Monsieur, veuillez partir, s’il vous plaît. Vous connaissez les règles de l’espèce. Ceci est notre territoire et vous en avez violé les frontières.

Le somma le Mositu plus durement, tandis que ses griffes, une fois n’est pas coutume sortirent de leurs fourreaux. Cependant, alors qu’il pensait simplement essayer d’intimider l’adversaire comme l’exigeait le code de l’espèce -éviter le combat autant que possible par égard mais aussi pour ne pas être stupidement blessé et mourir de ne pouvoir chasser ou d’une infection- se retrouva étouffé par une masse de crins presque noirs parsemés de blanc. Le jeune mâle bascula en arrière, son dos émettant un « clac » sinistre sur le sol. Pourtant souple et porté par la présence de Vukia qui semblait le motiver, Hatima laboura le ventre de son ennemi de ses pattes arrières, faisant lâcher prise à ce dernier qui mordait précédemment sa crinière.

- C’est déjà mieux petit, allez démontre-lui que t’as pas une crinière pour faire joli. Fais vibrer ta femelle. Tu verras comme elle te présentera son popotin après pour avoir des petits de toi, beau représentant de son espèce. Ça excite leur instinct ça.

- Ne parlez pas des demoiselles ainsi ! Si âgé, mais si réducteur. Un triste personnage comme vous n'a donc rien appris après tant d'années ? Désolant, moi qui pensait que tout lion pouvait obtenir rédemption et profiter de l'apprentissage toute sa vie...

- Blabla, tu parles comme les singes puants de cette jungle. Ce sont eux qui t'ont élevés ? Tu m'ennuies. Notre gueule n'est pas faite pour parler... Mais pour servir. Tu sais quoi, ça me donnerais presque envie de conquérir votre misérable terre pour donner aux femelles, des mâles qu'elles méritent. Elles sont toutes comme toi jolie brune ? Hum. A dresser mais le caractère fort, ça me plais. C'est amusant quand il se brise. Les femelles cherchent que ça gamin, réveille-toi... Pas vraie ma belle ? Un vrai qui vous fasse des petiots forts, pour ne pas avoir à chouiner la mort des faiblards. C'est comme ça que l'espèce avance...

Outré par le comportement de l’impudent, Hatima ne chercha même pas à démentir les faits, disant que Vukia n’était la femelle de personne, libre et sauvage… Même si au fond il lui paraissait qu’elle « appartenait » à ce Hofu. Ça ne regardait pas ce rustre sur lequel il sauta, essayant d’atteindre la poitrine du lion dressé, de ses pattes avant dans l’espoir de le faire basculer.

- Allez-vous en !

- T’as pas encore compris la leçon gamin ? Quand l’ennemi est entre tes pattes, arrête de prévenir, mords et tue !

Fou, l’individu était fou… A défaut d'une mort digne pour une cause juste, une fin guerrière ?

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Ven 30 Déc - 17:35

Le lion sans identité ne prit pas en compte tout de suite les mots de la lionne en colère tandis qu'elle le toisait de long en large d'un regard noir. Elle distinguait sans crainte la carrure imposante de l'animal mais ce n'était pas ça qui allait l'effrayer. La lionne s'était jeté elle même dans la gueule de féroces Jangowas dans l'espoir de reprendre l'oasis, alors ce n'était pas un individu sans nom errant dans la jungle, son territoire, qui allait lui faire rebrousser chemin. Pas même un éléphant le pourrait. Vukia avait bien trop de courage, d'agressivité et de fierté pour cela. Maintenant qu'elle avait retrouvé les siens, elle comptait bien laisser son ardeur quitter son corps en l'occasion d'un redoutable combat. La Mositu sentait en elle un grand besoin de se défouler, d'étendre sa colère sur ce lion s'il ne lui laissait pas d'autre choix. Finalement, au bout d'un moment, l'inconnu cessa se s'abreuver pour accorder enfin son attention aux deux protagonistes, et plus particulièrement Hatima. Cette ignorance irrita légèrement Vukia, bien que ce n'était pas ce genre de provocation qui risquait de la sortir hors d'elle. La femelle savait se tenir et ne réagissait pas aux mots. Elle agissait quand elle en sentait le besoin uniquement.

- T’as besoin de ta femelle pour te couvrir ? C’est pas plutôt à toi de la couvrir ? railla alors le mâle, planqué derrière en plus. Tu ne te caches pas de ta couardise. Et toi ma belle, râle pas autant, ça va te rider et réduire tes ovaires à des raisins secs. Vous savez ce que sont les raisins secs au fait ?

- Je suppose qu'ils égalent ton intelligence, répliqua sévèrement la lionne, les oreilles plaquées dans sa nuque, la queue agitée de frustration.

Elle s'en moquait bien des moqueries stupides de son interlocuteur. Vukia prenait rarement part à la conversation si elle la jugeait inutile, ce qui était le cas en ce moment même. Elle voulait juste mener à bien ce pourquoi elle était là : chasser l'intrus. Rien de plus, rien de moins. Pour elle, cet individu ne valait pas la peine qu'elle s'occupe le temps d'avantage. Elle avait mieux à faire.

- Trêve de plaisanteries. Je buvais avant que vous ne veniez m’accueillir aussi gentiment. J’en ai rien à faire de votre territoire. De tous ceux que j’ai vu, c’est le plus minable. Infesté de singes, même l’eau a le goût de leur derrière.

- Bien, répliqua la femelle, si ce lieu t'incommode autant, tu n'as plus qu'à le quitter avant que l'on soit contraint d'employer la manière forte !

- Ah, serait-ce donc que vous y auriez goûté, pour faire cette comparaison, ajouta le jeune Hatima en sortant de l'ombre de la femelle qui tourna un léger regard vers lui, loin de voir une bonne idée de poursuivre ce genre de guerre verbale encombrante.

- Ahem…renchérit l'autre mâle, Le fait est que je m’ennuie, je n’dirais pas non contre un petit combat. Enfin un échauffement vu le courage de ton mâle ma chère. D’ailleurs même si tu ne sais pas tenir ta place, tu me plais bien. Cela te dirais de voir tu pays avec un vrai lion.

Vukia émit un grognement.

- Evite de me faire perdre mon temps, gronda t-elle en sortant les griffes, déjà prête à se ruer sur l'individu, lui accordant une dernière chance de partir sans accro.

- Monsieur, veuillez partir, s’il vous plaît. Vous connaissez les règles de l’espèce. Ceci est notre territoire et vous en avez violé les frontières, ajouta à nouveau Hatima, tentant lui aussi de maintenir sa diplomatie en place.

Pour Vukia, la diplomatie était un peu dépassée avec ce genre d'individu. Il semblerait que l'attaque soit inévitable. Mais soudain, le jeune mâle se retrouva plaqué au sol par l'inconnu, plus rapide qu'il n'en avait l'air. A nouveau, les mâles échangèrent des mots, très indignes, certes, surtout que le grand mâle était dans le faux du début à la fin, mais peu importait à Vukia qui n'avait qu'une vision devant elle : celle de son camarade en prise avec cette masse musculaire incroyable. Elle ne s'attendait pas à autre chose en fait, elle savait que le combat allait explosé. La jeune femelle n'attendit pas plus longtemps. Puisque ce lion voulait que jaillisse le sang, alors il sera servi. Alors que le grand mâle semblait avoir le dessus sur le pauvre Hatima, Vukia chargea le fauve par derrière. Elle savait que ses crocs auraient peu de chance d'atteindre sa chair à travers l'épaisse crinière qui ornait son cou alors elle décida de viser ailleurs. De ses griffes, la Mositu hargneuse s'agrippa à la croupe de l'ennemi qu'elle lacéra violemment, s'accrochant à son flanc droit en y enfonçant ses redoutables canines dans cette zone dépourvu de côtes et de crinière pour y protéger les viscères. Cramponnée comme une sangsue à son hôte, elle n'avait pas l'intention une seule seconde de lâcher prise, la mâchoire dans sa chair, ses pattes avant bien agrippées et ses pattes arrières martelant violemment le reste de cet arrière train.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Lun 30 Jan - 1:04

Grognements, peau qui se déchire, crins qui s'arrachent, et en fond d'ambiance, des cœurs battant trop fort, tentant d'imposer leur rythme aux autres.

La musique magnifique, désagréable, attirante et terrible d'un combat avait brisé le doux silence de la jungle. Le vent avait beau siffler son mécontentement, les lions continuaient de déranger l'environnement. Envoyé boulé contre le sol, Hatima se redressa, il s'ébroua vivement, faisant voltiger la poussière autour de lui, puis après un rapide coup d'oeil, se lança dans la brèche. Même s'il n'était pas spécialisé dans le combat, sous les conseils de son paternel puis par propre goût, le Mositu s'était entraîné. Si ses coups étaient parfois imprécis, ils restaient égaux en vélocité malgré le temps qui galopait. Après dix bonnes minutes, le lion haletait certes un peu, mais il demeurait vaillant, cherchant à attraper l'oreille de son adversaire pour l'empêche de se retourner contre Vukia. L'ennemi grogna de douleur en sentant les griffes dans sa croupe; Hatima qui le tirait en arrière le forçait à maintenir la tête par terre. Un petit bruit de déchirure et un flot de sang le firent néanmoins lâcher. La surprise arrondit ses yeux l'espace d'un instant. Le pacifique Mositu venait d'arracher presque la totalité de l'oreille de son adversaire. Il cracha le bout de peau encore calé entre ses crocs, encore sous le choc. Sous les coups combinés de Vukia et de Hatima, l'adversaire semblait se laisser rattraper par son âge. Sa furie se muait en gémissements presque inquiets. Sans doute était-il un de ceux qui provoquaient excessivement, tout en craignant la mort. Que nenni... Ces suppliques n'émanaient que de son corps martyrisé, par pur réflexe, les yeux du vieux fou en revanche hurlaient leur colère, couplée à une certaine joie nocive.

Hatima se retira de la scène pour l'observer avec recul. Le lion pouvait à peine se redresser, continuer le combat reviendrait à l'achever, et bien que l'écume aux lèvres, le concerné appelait la mort "digne" à lui, le jeune mâle refusa de continuer.

- Vukia, il en a eu assez.

En effet, il n'était même pas certain que l'ancien puisse se relever facilement. Sans doute devrait-il se cacher dans les fourrages un temps pour récupérer, si les prédateurs -d'autres lions par exemple- le laissaient faire. Certains mangeaient leurs congénères, sans parler des léopards qui traînaient dans le coin. Surpris de voir les limites de sa propre force, le félin était presque effrayé par ses capacités. Sans être exceptionnelles, elles étaient simplement celles d'un lion adulte, laissant de côté les mots pour que son instinct parle. Hatima était en excellente condition physique après tout, vu son passif récent de voyageur, et puis facteur des plus importants, Vukia l'avait aidé dans ce duel. A deux, ils étaient redoutables, sans même s'être concerté, ils avaient su ajuster leurs coups, s'entendre pour frapper où c'était nécessaire. Ainsi, bien qu'Hatima se sente courbatu et devrait probablement laper ses blessures, il s'en était étrangement bien sorti.

Encore surpris par cette agressivité dormant en lui, le mâle recula un peu, sa queue s'accolant à ses pattes arrières. Il venait de prendre peur de sa propre race, de sa propre nature et de son manque de contrôle. Apprendre à se battre réellement pourrait-il lui enseigner à se tranquilliser ou le pousserait à empirer ?

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 5 Mar - 16:16

Vukia n'en démordait pas. Il n'y avait rien de plus familier pour elle que les cris de rage d'un combat sans merci. Pour elle, rien ne sera plus terrible que son dernier combat qui l'opposait aux Jangowas. Se battre contre cet inconnu vulgaire n'était rien pour elle. Et elle devait le faire pour assurer les frontières du territoire que les Mositus avaient gagné. Mais c'était aussi et surtout pour protéger Hatima qui, de toute évidence, n'avait pas beaucoup d'expérience dans le domaine des combats. Hélas pour lui, il avait la pire place qu'il pouvait avoir dans un combat : celle de devant ! Il devait lutter contre les crocs et les griffes du vieux lions tandis que Vukia maintenait ce dernier en restant agrippée toutes griffes dehors à la croupe de ce dernier dont les poils se coloraient agréablement de rouge. La lionne mordait également comme elle pouvait de sa position chaque parcelle du corps de l'individu qu'elle pouvait atteindre. Elle avait un peu de mal à suivre ce qui se passait devant, cherchant avant tout à savoir si son camarade se débrouillait. Ca avait l'air d'être le cas car la Mositu sentait une baisse d'intensité dans les mouvements de son adversaire. Il ne grognait plus non plus aussi férocement et à présent, il semblait se débattre dans le seul but de s'extraire des deux Mositus. Au bout d'un moment, Hatima se retira loin des éventuels coups de griffes. Cette fois-ci, Vukia sentait clairement que le vieux lion ne désirait plus se battre. Il s'était immobilisé, à bout de force. Mais la femelle restait accroché à lui comme une écharde, laissant échapper de sa gorge un grognement sourd.

- Vukia, il en a eu assez.

La voix d'Hatima résonna dans les oreilles de la femelle qui hésita à prend en compte cette affirmation. Fallait-il vraiment le laisser partir ? Le regard verdoyant de la lionne s'adressa à l'individu concernait dont les pattes étaient à deux doigts de lâcher prise. Peut-être qu'au final, ce combat l'aura bel et bien achevé. Vukia n'aurait aucun regret à ce qu'il meurt. La mort d'inconnu n'avait jamais eu d'effet sur elle. Finalement, Vukia lâcha prise, tout en restant sur ses gardes. Elle s'ébroua puis se plaça face au vieux mâle, le fusillant du regard, les oreilles plaquées contre sa nuque.

- Qu'on ne te revoie plus ici ! gronda t-elle.

Le vieux lion n'avait pas l'intention de lui faire dire deux fois. Avec peine, il rampa ventre à terre pour repartir de là où il était venu, sans ajouter un mot, trop faible ou trop humilié de cette défaite. Vukia attendit, droite, de le voir disparaître jusqu'à la dernière touffe de poils. Une fois chose qu'elle jugea faite, elle fit volte-face vers un Hatima désorienté.

- Tout va bien ? demanda t-elle en s'approchant de lui et scrutant son corps meurtri par le combat.

Elle le scannait des yeux, faisant le tour de sa silhouette. Mais aucune des blessures qu'elle pouvait voir, encore bien saignante, n'étaient, d'après elle, capable de mettre le lion dans son état actuel. On aurait dit que le combat l'avait traumatisé. Il n'avait vraiment pas l'habitude...Vukia retourna face à lui, intriguée par son comportement. Elle avait du mal à juger ceux qui n'avaient pas, comme elle, la rage des combats.

- Ca ne va pas ? lui demanda t-elle à nouveau, presque certaine qu'elle serait bientôt capable d'entendre le coeur du mâle tambouriner dans sa poitrine, hm...Tu sais, quand j'avais parlé de t'entraîner au combat, pour t'aider à t'améliorer, j'étais sérieuse. Tu as visiblement de grandes capacités mais tu ne sembles pas vraiment t'en rendre compte.

A vrai dire, Hatima lui faisait un peu de la peine. Pas en général, mais là en ce moment. La lionne était persuadé que s'il sortait un peu plus souvent les griffes, cela l'aiderait à se familiariser avec le monde de la guerre. Ce n'était pas un but ultime, certes, mais il en aurait bien besoin ne serait-ce que pour protéger ceux qu'il aimait. Après un moment de silence, la femelle donna un petit coup de queue encourageant à Hatima.

- Allez viens, fit-elle d'une voix plus calme, maintenant que la zone est sécurisée, nous pouvons rentrer.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Ven 10 Mar - 2:56

Harassé, les flancs abattus et la queue frôlant ses jarrets, hésitant même à s'y loger en signe de tristesse et de peur mêlées, le lion regardait l'inconnu s'éloigner en se traînant. Vu son âge et la profondeur des morsures il pourrait bien mourir à l'orée de leur territoire. Que ce soit à cause d'un ennemi, d'une incapacité de chasser ou d'infection, le vieux belligérant avait désormais une espérance de vie probablement raccourcie et Hatima se sentait horriblement mal d'y avoir participé. Tournant vaguement la tête vers Vukia, le lion chercha à saisir pourquoi ce comportement qu'il acceptait de la guerrière lui coûtait tant venant de sa part. En effet, portant loin de considérer la femelle comme un monstre, il ne pouvait s'empêcher de se songer lui-même sanguinaire. C'était la première fois que ses crocs avaient sciemment plongé si loin dans la chair d'un ennemi qu'il se serait normalement contenté de fuir ou de contrecarrer avec quelques coups de griffes. Certes, ce combat-ci avait été spécialement rude, mettant en plus en jeu le bien-être de ses siens, mais Hatima n'avait pas fait la guerre contre les Jangowas, il était donc véritablement un nouveau-né dans l'utilisation de ses griffes et dents contre un autre prédateur.

- Je... ça va. Mais... Tu vois ces capacités dont tu parles, je les trouve dangereuses... Je ne suis certainement pas un Grand Guerrier mais je suis inexplicablement plus Grand tout court que d'autres lions, également plus fort. J'ai laissé libre court à ce "tout" que je ne saurais déterminer et vois le résultat. Crois-tu qu'il va mourir ?

Vukia était assez "violente" et pourtant il la considérait sans mal plus mositu que lui. Elle au moins n'était pas un monstre géant qui essayait de se faire passer pour un membre du clan, alors que lui, soit-disant pacifique portait la marque d'autre chose... Une chose forte, violente, dont il ne faudrait peut-être pas trop réveiller le potentiel.

Le jeune mâle cligna des yeux, comme surpris d'être ramené dans le monde réel par le léger coup de queue encourageant. Il se mit à trotter doucement pour se dégager l'esprit tout en restant accessible à Vukia. Inexplicablement Hatima avait terriblement envie de lui parler, autant que d'être seul pour réfléchir. C'était contradictoire mais puissant comme sentiment. Choisissant un entre-deux, le mâle se contenta de profiter de la présence de son aînée un temps, se déplaçant silencieusement sur le chemin, avant de se retourner vers elle.

- Est-ce que tu crois que c'est réellement une bonne idée d'apprendre à me battre ? Je ne veux pas arracher la trachée d'un lion... D'un autre côté, si cela pouvait m'enseigner à me contrôler.

Loin de se penser au-dessus des autres, Hatima ne pouvait que noter sa taille et sa force naturelle. Sans être aussi doué que ces Nyeusis dont on parlait presque comme d'une légende noire, il dormait sous ses muscles une puissance préoccupante. À moins que le jeune mâle n'ait fait que découvrir le côté naturel de tout lion, celui du guerrier et pas uniquement du chasseur.

- Qui te l'a enseigné ? Tu es vraiment...

Demanda-t-il, plus doux, surpris, fasciné par ces gestes souples dont il se rappelait. S'il possédait lui, une carrure qui l'aidait à se battre sans savoir réellement le faire, Vukia avait l'art, la technique. D'où lui venait d'ailleurs cet amour pour la "guerre" alors qu'elle venait d'un clan si pacifique ? Avec elle, le jeune lion ne parvenait pas à trouver le sang qui s'écoulait repoussant, même la violence semblait... Belle.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Dim 12 Mar - 19:20

Vukia s'ébroua. Au final, elle devrait être reconnaissante de cette attaque qui l'avait sorti de son ennui devenu quotidien depuis son retour au clan. Qu'on ne s'y méprenne pas ! La lionne était plus que ravie d'être de retour chez elle, parmi les siens. Mais c'était une guerrière, et elle voulait garder sa forme, ses réflexes, ne pas se laisser amadouer par ce nouveau cadre de vie idyllique que les Mositus avaient trouvé dans cette jungle. Elle n'irait pas jusqu'à penser que se battre était un plaisir. Néanmoins, c'était une activité dans laquelle elle excellait et elle devait préserver ce talent.

Le regard de Vukia croisa celui de Hatima, qui ne semblait pas se remettre de ce qui venait de se passer. Cela aurait pu comprendre s'ils avaient perdu le combat. Mais ce n'était pas le cas. La lionne avait du mal à le comprendre, de même qu'elle ne pouvait deviner ce qui le tiraillait au fond de ses pensées. Bien qu'elle savait qu'il n'avait pas son expérience pour les combats, elle ne pensait pas qu'une simple intervention sur un étranger pouvait traumatisé à ce point. Hatima était un lion tout de même. Se battre devait être un minimum dans sa nature. Même s'il était Mositu, Vukia aurait pensé que son séjour dans les Terres des Lions aurait pu un peu le forger à cela. Il semblerait que non.

- Je... ça va. Mais... Tu vois ces capacités dont tu parles, je les trouve dangereuses... Je ne suis certainement pas un Grand Guerrier mais je suis inexplicablement plus Grand tout court que d'autres lions, également plus fort. J'ai laissé libre court à ce "tout" que je ne saurais déterminer et vois le résultat. Crois-tu qu'il va mourir ?

La lionne fouetta l'air de sa queue en songeant au vieux lion, puis détourna la tête vers l'endroit où il avait disparu.

- Quelle importance ? lança t-elle, ce n'est plus notre problème ! Tu as l'air de regretter ce que tu as fais. Je ne comprends pas pourquoi. Ce lion l'a bien mérité non ? Il t'a attaqué, tu n'as fait que te défendre, et défendre notre territoire et ceux qui s'y trouvent. Ce lion ne peut s'en prendre qu'à lui même, on l'avait prévenu n'est-ce pas ? Il n'a rien voulu entendre.

Reposant son regard froncé vers le jeune mâle, le scrutant de ses yeux verdoyants, elle ajouta :

- Tu n'as rien à te reprocher et tu as très bien fait. Celui qui pointe sa griffe le premier n'obtient aucun pardon !

Oui, tout était de la faute de ce lion. Il aurait pu partir, passer son chemin après les avertissements des deux Mositus. Mais il avait préféré faire le fier et s'en ai pris à Hatima. Et on ne s'en prenait pas à un Mositu devant Vukia sans en subir les conséquences. Si Hatima n'aurait pas réagit à l'affrontement, la lionne se serait chargée de ce mâle seule. Elle n'en voulait pas à son peuple de ne pas se battre. Elle le savait pacifiste. Et c'était pour cela qu'il fallait au moins un guerrier parmi eux pour les défendre. Vukia sortit le lion de sa torpeur d'un petit coup de queue avant de prendre le chemin en direction des autres Mositu. Elle avançait toujours avec une agilité certaine à travers la végétation luxuriante de la jungle, ne pensant déjà plus au combat de tout à l'heure.

- Est-ce que tu crois que c'est réellement une bonne idée d'apprendre à me battre ? Je ne veux pas arracher la trachée d'un lion... D'un autre côté, si cela pouvait m'enseigner à me contrôler.

Avec cette façon de penser, Vukia songeait qu'il sera assez difficile d'apprendre l'art du combat à Hatima. Ce lion était un vrai Mositu. Il avait cet instinct pacifiste qui était un obstacle quand il fallait devenir un combattant. La lionne était assez indécise au final. Est-ce qu'elle parviendra à transmettre le savoir de sa mère au jeune mâle ? Elle aimerait tellement au fond d'elle. Elle n'avait jamais pu rien partager avec personne de toute sa vie et même avec Hofu. Elle voudrait léguer ses talents de guerrière à Hatima. Il fallait qu'il y ai plus d'un lion capable de protéger le clan. Si elle avait des lionceaux, sûre d'elle qu'elle leur transmettrait aussi tout ça, afin qu'à jamais le clan ai des lions capable de le défendre.

- Bien sûr que ça l'est. Du moins, c'est mon avis, répondit la femelle, mais si tu en juges autrement alors je ne pourrais rien t'apprendre.

Elle s'arrêta, fixant le mâle.

- L'idée n'est pas que de te contrôler Hatima. Lorsqu'on veut se battre, il faut avoir d'autres priorité en tête, d'autres buts impératifs à atteindre. Et il faut le vouloir vraiment. Je n'ai fais que te proposer...L'engagement ne dépend que de toi. C'est ton choix.

S'approchant du jeune mâle, sans le lâcher des yeux, elle ajouta après un moment de silence :

- Alors...Le veux-tu ?

Sitôt la réponse du mâle énoncée, la lionne reprit son chemin en le contournant, prenant les devants.

- Qui te l'a enseigné ? Tu es vraiment...

Tout en marchant, la lionne jeta un oeil par dessus son épaule.

- Vraiment quoi ?

Maintenant qu'elle y songeait, il se pouvait qu'Hatima ne connaisse pas sa mère. La lionne était jadis connu de la même manière que Vukia : en tant que guerrière. Même la Mositu l'ignorait mais peut-être que sa grand-mère l'était aussi qui sait ? A vrai dire, elle n'avait jamais vraiment parlé d'elle ou de sa famille à personne, à part Hofu peut-être. Mais en bien peu de temps, elle avait appris à faire confiance à Hatima. Et il y avait de quoi. Jamais elle n'oubliera ce que le lion avait fait pour elle. Ce serait bien ingrat de rester secret face à lui.

- Ma mère m'a tout appris, répondit-il alors, depuis que je sais tenir sur quatre pattes.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Lun 13 Mar - 19:09

Hatima sauta sur une branche puis en descendit, silencieux. Même sa crinière qui suivait naturellement son mouvement semblait s'aplatir agressivement sur son encolure. Il réfléchissait longuement aux propos de Vukia. Il avait conscience de l'importance des propos de la lionne et de la gravité de sa réponse. Son père l'avait déjà encouragé à apprendre à se défendre, du coup Hatima connaissait les bases de l'esquive. Seulement aujourd'hui, cela ne suffisait plus. Malheureusement comme le disait sa comparse, apprendre à se battre ne lui permettrait probablement pas de se contrôler, sinon au contraire, cela le risquait de l'encourager à perdre la raison. D'un autre côté, la guerrière des Mositus par excellence n'était pas non plus une sanguinaire... Et vu les références que cette dernière lui donnait, le lion avait envie d'avoir confiance en elle, et surtout, en lui. Il n'avait pas participé à la guerre mais avait vu les conséquences de cette dernière sous toutes ses coutures, que ce soit dans la savane ou dans le forêt. Les Mositus devraient apprendre à se défendre.

- Je le sais, cette réplique était justifiée, cependant... Je ne sais pas, j'ai l'impression d'avoir été trop violent. Ce lion n'aurait peut-être pas dû repartir en saignant autant.

N'empêche que...


Dans sa tête, à l'instar du vrai, l'avatar de Ghoul apparut. Le chacal fou avait bien failli le tuer. Le petit sac d'os démoniaque avait réussi à le jeter dans le torrent. C'était réellement honteux, probablement encore plus que de laisser repartir un adversaire au bord de la mort.

Il fallait donc bien des guerriers capables de défendre les Mositus un peu mou, avouons-le. Sans se considérer comme un leader, le jeune lion avait conscience qu'il aimait beaucoup aider les autres. Se promenant sur tout le territoire, il était assez fréquent finalement pour lui, de rencontrer des gens qui lui demandent son aide. Petit à petit, le félin était devenu un genre de mini conseiller, un soutien au même titre que Vukia. S'il voulait encore s'améliorer, la tête ne suffirait pas.

- Je dois protéger les nôtres... Alors j'apprendrai.

Déclara Hatima après un long moment, prouvant qu'il était tout à fait honnête et s'en remettait totalement à Vukia. Pour prendre confiance en lui, le mâle n'avait de cesse de penser à la Mositu, d'imaginer son parcours. Si elle n'était pas devenue un monstre, lui non plus et tant pis pour sa taille. De plus, il était justement encouragé par sa compagne qui n'avait pas l'air de le trouver dangereux.

- Ta mère fut une merveilleuse professeur, voilà ce que je voulais dire par tu es vraiment... Impressionnante. Je... Oui j'apprendrai avec toi et je ferai ce qui doit être fait.

Évidemment le lion se doutait bien qu'en s'offrant de la sorte, Vukia n'en profiterait pas pour en faire un criminel, il se craignait encore un peu mais souhaitait se sentir sûr. Il avait confiance. C'était le prix à payer pour protéger ce clan qu'il aimait tant. Vukia ne pouvait pas décemment être l'unique protectrice du groupe.

Sans rajouter plus de compliments qui gâcheraient le seul et l'unique, Hatima esquissa quelques pas de trot pour se rapprocher de la lionne et frôler son épaule. Ses yeux de rubis se posèrent dans ceux de la femelle, sincères derrière un léger voile de trouble subsistant. Cela dit, il avait juste peur de ne pas être à la hauteur de l'entraînement qui, il le savait, serait sans pitié.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 26 Féminin
Nb de Messages : 239
En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    Ven 17 Mar - 0:25

Vukia avait conscience qu'elle avait peut-être parlé un peu trop froidement à Hatima tout à l'heure, ce qui n'était peut-être pas l'idéal dans l'état où il se trouvait. Mais la femelle avait jugé que c'était un bon moyen de lui remettre les pendules à l'heure. Il serait désespérant qu'il se prenne réellement la tête en songeant au vieux lion. Si elle voulait faire de lui un guerrier, elle devait s'assurer qu'il était capable d'être comme elle, ce qui comptait évidemment et avant tout de ne pas avoir de regret pour avoir fait ce qui semblait juste. Si on se battait pour une bonne raison, il n'y avait jamais besoin de le regretter. Vukia ne se battait jamais pour rien, jamais pour le plaisir, jamais sans une raison précise. Par ailleurs, mise à part pour sauver sa vie, elle ne se battait jamais pour elle même, toujours pour les autres. Elle ne réagissait pas aux provocations par exemple. Elle n'avait que faire ce que qu'on pouvait bien dire ou penser d'elle. Elle savait très bien qu'elle était sa raison de vivre et savait s'y tenir à la perfection. Est-ce que Hatima sera capable de la même volonté ?

- Je le sais, cette réplique était justifiée, cependant... Je ne sais pas, j'ai l'impression d'avoir été trop violent. Ce lion n'aurait peut-être pas dû repartir en saignant autant.

- Peut-être pas en effet, répondit la lionne sombre, mais si ça a été le cas, ce n'était que de sa faute. Il aurait pu passer son chemin en pleine santé. Il a fait son choix.

Elle était catégorique. Elle ne changerait pas d'avis. Avant de sauter à la gorge d'un adversaire, elle lui laissait toujours une chance de faire demi-tour. Après quoi, elle ne se sentait plus responsable de rien et tout n'était que la faute de l'autre qui aurait dû saisir sa chance. Vukia n'avertissait qu'une fois. Pas deux. On avait plutôt intérêt à prendre en compte ses menaces. Elles n'étaient jamais envoyées en l'air. Vukia respectait toujours ce qu'elle disait. Si elle promet d'arracher la gorge à un lion, ce dernier ferait réellement mieux d'aller voir ailleurs. Vukia n'appréciait ni les pertes de temps, ni les compromis.

- Je dois protéger les nôtres... Alors j'apprendrai, répondit finalement le jeune mâle.

La Mositu considéra un instant le lion. Puis hocha la tête. Ca ne coûtait rien d'essayer après tout. Elle avait confiance en lui et avait également une dette envers lui. Autant que pour le plaisir de transmettre son savoir que pour rendre la vie que Hatima lui avait offert, la lionne était satisfaite. Elle afficha un léger sourire pour le prouver.

- Bien, dans ce cas nous commencerons demain matin à l'aube, ajouta t-elle.

Elle n'espérait pas aussi bien enseigner que sa mère, mais tentera de faire le mieux possible.

- Ta mère fut une merveilleuse professeur, voilà ce que je voulais dire par tu es vraiment... Impressionnante. Je... Oui j'apprendrai avec toi et je ferai ce qui doit être fait.

A nouveau, la Mositu hocha la tête.

- Merci...Oui, tu as raison, il n'y a pas meilleure guerrière qu'elle. Je n'atteindrais jamais sa grandeur, mais ce n'est pas grave, du moment que j'arrive à défendre les miens.

La femelle reprit la marche dans la forêt tropicale. Elle croisa le regard de son congénère lorsqu'il la rattrapa pour marcher côte à côte avec elle et elle conserva son sourire dans cet échange de regard.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1709-vukia-le-moment-le-plus-d

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Garde-frontière et garde-cœur [PV]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Garde-frontière et garde-cœur [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» quelques GARDE
» Garde impériale
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Garde de la Citadelle a cheval.
» garde royal rohan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
La Jungle du Zawadi
 :: Les Frontières de la Jungle
-