Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Uasi, Yetsa, Shasta and Jehara

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © This land TLK

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !
    Alter ego | PV NABA Z7dyAlter ego | PV NABA PvviAlter ego | PV NABA Y4ziAlter ego | PV NABA J3l9

Partagez
 

 Alter ego | PV NABA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyLun 1 Aoû - 9:57


Trottinant derrière les adultes, Ahva s'était vu offert le privilège d'accompagner les lionnes lors de la chasse. Très heureuse de quitter le priderock, la princesse avait été confié non pas à une nourrice mais deux. Kuzali étant toujours absente, les lionnes préféraient prendre leur précaution afin d'éviter tout drame : la réputation de la chipie n'était un secret pour personne. La traque avait été fructueuse et l'on pouvait compter trois zèbres pour ce groupe de chasse, si l'on ajoutait le butin des autres groupes de chasseurs, tout le clan mangerait à sa faim ce soir. La vie sur Prideland était décidément bien luxueuse.

La petite troupe qui avait chassé au sud du territoire remontait maintenant la rive du Mochanga vers le Priderock. La saison humide toucherait bientôt à sa fin et déjà, le soleil se faisait de plus en plus clément avec les terriens. A peine l'astre se mit-il à percer les nuages que les lionnes échangèrent entre elles un regard langoureux : une aussi bonne chance méritait un peu de repos au soleil, non ? S'agglutinant les unes près des autres, les chasseuses ne tardèrent pas à piquer un somme. Malicieuse comme toujours et ne perdant jamais une occasion d’aller s'amuser, Ahva fit mine à son tours de s'endormir comme le reste de la troupe et attendit patiemment que ses nourrices sombrent dans de doux rêves pour s'éloigner à pas feutrés. Encore une évasion réussie à son actif !

Poussée par l'adrénaline de sa fuite, l’insouciante gambadait à en perdre haleine. Elle ne semblait pas remarquer la végétation qui changeait peu à peu de nature, tout ce qui comptait était de s'éloigner de l'autorité des adultes. Finalement à bout de souffle, Ahva s'arrêta au beau milieu de nulle part et se coucha contre l'herbe grasse. La chipie reprenait difficilement son souffle et le corps haletant, elle observa les environs. Le Mochanga était depuis longtemps derrière... alors où était-elle ? Bien que peu intéressée par la politique, la princesse avait néanmoins prêté attention aux leçons de géographie. Serait-elle enfin arrivée sur Freeland ? Son cœur battait d'excitation.

Son repos ne fut que bref et déjà, la petite reprenait la route, s'enfonçant toujours plus au sud. Sûrement n'était-ce pas une bonne idée mais Ahva ne voyait que son désir d'aventure, rien n'était en mesure de l'arrêter. Elle reniflait goulûment l'air, découvrant de nouvelles odeurs exotiques. Un frisson parcourut son échine tandis qu'un sourire de satisfaction étirait ses babines. Elle ne savait pas trop dans quelle aventure elle s'était lancée mais de son point de vue, toute aventure méritait d'être vécue ! Guillerette, la princesse gambadait entre les hautes herbes et s'émerveillait de mille et une découverte quand un odeur féline attira son attention. Oh, quelqu'un approchait... Devait-elle se cacher ? Non, non, elle n'avait rien à craindre, son père lui avait assuré que les deux royaumes étaient en paix. Désireuse d'en découvrir plus à sa manière, la petite lionne traça la source de l'effluve.

Non loin de là, un jeune lionceau gambadait lui aussi dans la pleine verdoyante. Ahva haussa un sourcil, un peu surprise par son pelage. A vrai dire, elle s'était attendu à quelque chose de plus exotique. La cœur tambourinant à l'idée de rencontrer quelqu'un de totalement nouveau, elle s'avança vers lui.

« Salut ! Excuse-moi de te déranger, je suis arrivé sur Freeland ? »

Son regard était malicieux mais son sourire plus doux. A une distance moindre, elle remarqua les crins du lionceau couleur feu. Ah, ça c'était exotique ! Curieuse et enjouée, elle planta son regard ambré dans celui du jeune mâle, bien loin de s'imaginer qu'il s'agissait de son homologue de Freeland.

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
Naba*
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyMer 3 Aoû - 7:07

J'AI Cherché, MAIS EN VAIN, C'EST L'INCONNU QUI M'A Trouvé.

Un inlassable sourire maquillait mon visage jusqu’à aujourd'hui. Abrégeons; J'ai coudoyé il y a une semaine, involontairement mais à mon honneur, un Pridelander : Hotaru. Alors que je fêtais ma première année de vie et que je souhaitais avec enthousiasme aller à la rencontre de Masika pour le lui trompeter, je me suis retrouver éperdu à la frontière séparant nos deux territoires communs. Bien qu'en paix, Hotaru fut le premier métèque avec lequel je fis connaissance. Cela m'avait tant excité, malgré nos différences, que chaque jour je m'évadais pour rejoindre la frontière et essayais de sonder divers étrangers. Soit, d'autres amis ou potentielles connaissances de ma génitrice, la reine Kali. Oui, chaque jour. Prétextant vouloir jouer dans les terres du sud pour par la suite mettre en évidence un stratagème à l'aide de mon vigoureux acolyte, Kama. Et c'est ainsi que pendant maints heures nous avons attendu, nous avons exploré, nous avons jouer tout en abordant le territoire avec lequel nous sommes en pacification et conciliation. Mais en vain, en vain je n'ai trouvé ni Hotaru, ni étranger, ni inconnu, ni lycaon, ni hyène, ni rien. Ce fut un échec total qui me voua l'effet d'une gifle. Kama avait abandonné au bout de seulement trois jours. Et je m'étonna de ne pas lui en vouloir. Je me délectais de ce à quoi j'aspirais désormais, avide de curiosité et de rencontre. Quatrième jour : rien. Mais aussi peu encourageant qu'était mon frère vis à vis de mon imperceptible motivation, je n'abandonna pas. Cinquième jour : rien.

Mais aujourd'hui, j'ai le sentiment que cela va changer. Aujourd'hui, nous sommes le sixième jour. Et remonté à bloc, plus remonté que jamais, je suis certain pouvoir pénétrer les terres de Prideland afin d'y trouver ce que je cherche. L'inconnu. Cependant la tâche n'est pas facile. Mère m'a congédier dans notre grotte et je ne peux en sortir que par la seule entrée. En cause de mon comportement suspicieux et de mon silence en vu de mes actions précédentes, enfin « jeux » auxquels il manquait la participation de mon congénère, j'ai perdu l'aveugle confiance de Kali. Ainsi je réfléchis depuis maints minutes qui me font mijoter dans cette prison. Mais rien ne me vient, pas une seule idée effleure mes pensées qui se tordent et s'entremêlent sans une once d'organisation. Mon sang bouillonne et je pourrai m'abandonner à cette horrible sensation d'être séquestré. Mon impatience se sait dans le frêle tremblement de mes pattes qui n'attendaient que trop ce moment. Je dévisage les lieux, et ne perçoit que de faibles rayons lumineux qui se réfractent dans un alanguissement temporel. Je ne déciderai jamais de mettre cela à demain. Il faut donc que j'aborde mère pour le lui raconter les faits, cependant en embellissant ou cachant certaines autres choses. C'est donc en réfléchissant à mes prévisionnelles paroles que je m'avance avec lenteur vers la sortie. Quand enfin, à l'entrée, j'aperçois Kali. Je déguise mon soulagement de ne pas tomber sur père par une assurance constante. Et, parvenu aux côtés de ma mère, m'apprête à le lui émettre les anecdotes de ces derniers jours. Cependant, ma voix me manque car je ne sais vraiment pas par quoi débuté.

- Tiens, qui boilà ? Ta punition t'as fais réfléchir ?
- Ha, maman, alors c'est pour tout t'dire !

Finalement je me débrouille et lui raconte mon récit à propos d'Hotaru. Une histoire qui plaît à être raconté. Les mots me sortent et s'entre-choquent. Je combine différentes histoires et je m'exprime, comme à mon habitude, trop. Je déglutis toute cette aventure et riposte même aux remarques que pourrait émettre mère, qui reste de plomb. Si elle n'était pas là, je pourrai faire un entier monologue sans prendre en considération ce que je dis réellement. Ce qui est bien, avec maman, c'est qu'elle m'écoute silencieusement. C'est qu'elle sait me différencier de Kama. C'est qu'elle ne sait pas dire non et qu'elle me couvre d'amour. Je crache tout cela, colle certains passages et le lui offre un aimant sourire compréhensif. Me couvrant en prétendant n'avoir voulu que découvrir nos terres. Et c'est grâce à tout ce blabla qu'elle en est définitivement venu à :

- Maliki et Tafuta vont être de passage. Aller va, va vérifier s'ils arrivent. Mais fais attention, mon petit prince.

Dans un cri de joie et de mille mercis silencieux, je m'en vais machinalement courir dans les terres du sud, voulant rejoindre le pays Verdoyant. Maman m'appelle souvent comme cela, avec Kama. Elle marque beaucoup son affection dans ses mots, ses gestes. Maman est tendre et je souhaite que tous les Pridelanders soient comme elle. Enfin, Maliki et Tafuta, Pridelanders eux mêmes, sont assez différents de maman. Ce sont mon oncle et ma tante. Ils viennent parfois nous rendre visite. Cela nous apporte beaucoup de joie, de souvenirs et j'apprécie rire en leur chaleureuse compagnie. Celle ci est des plus agréables. Quant à Hotaru, il n'est pas aussi doux que Kali. J'aimerai rencontrer de nouveau un lionceau Pridelander, cela me serait totalement impossible, je pense. Je ferai plus tard la connaissance de mes équivalents de ce clan. Donc, la princesse, heu.. Les princesses ? Et le prince… Je crois bien. Je n'ai jamais pris de cours de monarchie. Ainsi, je ne connais pas très bien la famille royale de Prideland. Et cela me serai peut-être bien utile un jour. Car si je n'ai pas le choix, je crois que je devrai faire de l'une de leur princesses ma compagne. A vrai dire, je n'en sais rien, de si je pourrai choisir cela ou non. Qu'importe, je ne trouve cela aucunement attirant. Les épousailles. Parfois, j'évite presque de regarder père et mère. Ignorant leur extrême douceur amoureuse.

J'ai enfin rejoint les hautes herbes, et me trouve à plus d'un kilomètre de la faune. Mes pattes s'électrisent quand une effluve familièrement rare m'incite à accélérer le pas. J'opte pour penser qu'il s'agit de ma famille. Ma famille Pridelander, Maliki et Tafuta. Tout émoustillé et excité, je les cherche du regard en perçant de mes ambres les fines herbes couleur de craie. Néanmoins je reste trop jeune et donc trop petit pour percevoir ne serait-ce que l'ombre d'un grand animal. Je rejoins donc avec aisance les herbes moins hautes qui ne dissimulent mon corps que jusqu'au corsage. Je sens le haut de mon poitrail émerger de ce camouflage bien que suffisant et me sens attiré à nouveau par cette fragrance. C'est une odeur qui me rappelle moi même. Le soleil. Maman m'a toujours dit que je sentais comme cela, et par moment même j'en confondrai mon odeur avec le paysage. Mon pelage s'y accorde en étant parfois pailleux. Et je déteste cela. Mais l'odeur actuelle ne me dérange pas, elle me semble bien trop douce et j'en sentirai presque une certaine vivacité. C'est étrange de sentir les émotions de par le parfum. Et je doute avoir déjà senti ça sur mon oncle ou ma tante. Et c'est donc mécaniquement que je sillonne cette étendu d'harmonie. Ne voyant rien, je décide de poursuivre l'odeur, et reprend avec obstination ma marche. Mon sang s'échauffe et mes membres tremblent de frénésie. Quand, alors que je reniflais cet air, l'inconnu m'a trouvé. Six jours que j'avais chercher, six jours mais en vain. C'est elle qui m'a trouvé.

- Salut ! Excuse-moi de te déranger, je suis arrivé sur Freeland ?

C'est un lionceau, une jeune demoiselle qui en plus de sentir cette agréable odeur dompte le soleil. Elle est presque aussi clair que celui ci, aussi lumineux et pétillant. Jamais je n'avais vu jusque là une telle Pridelander ! Son corps entier respire la joie, et en elle, je ne sais pas pourquoi, je me vois. Ses yeux plantés dans les miens sont de la même couleur que ceux que je possède. Nos mirettes restent semblables et seul son doux sourire me faire comprendre qu'elle n'est pas moi. Cette jeune lionne ne me dit physiquement rien, je ne la connais pas. Et de plus, c'est un lionceau. Ma chance est tombé et une telle joie s'imprègne de moi que je lâche un gloussement légèrement nerveux. Six jours, six jours que j'attendais cela ! Je ne le réalise pas ! Mon cœur en raterai presque un battement. Mes fins cils fouettent le vent avant de ne réellement réaliser que mes efforts ont été récompensés. Peut être est-elle l'enfant de mon oncle ou ma tante, et qu'elle est pris de l'avance ? Cela expliquerait donc le fait qu'ils ne soient point dans mon champ de vision.

- Ho salut ! Heu.. Ouep, tu es sur Freeland, et tu ne devrais pas si tu es seule. (Mais que dis-je ? On s'en fou de ça, une Pridelander est en face de moi, non d'un singe !) Heureusement pour toi, je suis pas Kama, ça ne me gêne pas que tu sois ici et je ne dirai rien, haha. En fait, je voulais trop revoir un Pridelander ! Ho tu t'appelles comment ? Moi c'est Naba. Enfin, tu peux me surnommer Nab.

Je parle et la dévisage sans honte. Je lui adresse la parole sans véritablement prêter attention à mes mots, et cela ne semble pas me déranger. J'hésite à lui demander si elle accompagne mon oncle et ma tante, et aussi bavard que je puisse l'être, cette question ne tardera pas à sortir de ma gueule. Je me demande si celle ci connaît Hotaru. Ou même ma mère. Je me pose un tas de question et si je venais à ré-ouvrir le museau j'en mélangerai toutes ces interrogations et cela ne donnerait qu'une cacophonie animalière désastreuse. Je décide donc d'attendre, malgré que l'impatience me ronge, mais impossible. Et je m'avance, sans paresse et avec nonchalance, réduisant ainsi les quelques mètres qui ne deviennent que poussière. Cette fille m'intrigue. Réellement. Elle est peut être de ma famille. M'enfin, je n'avais jusque là jamais vu de postiche. C'est une sorte de crinière, de bosse ? C'est étrange, cela lui offre un certain charme. Plus animal et sauvage, je suppose. Je détache mes yeux des siens quand j'observe son anatomie, chaque parcelle, chaque contour, comme je le fais souvent. C'est devenu une habitude, depuis que l'on ne sait pas nous différencier Kama et moi, je différencie tout le monde de tout le monde. Et, après avoir étudier son élégante morphologie qui m'irrite parce qu'elle ne me paraît pas inconnu, mes yeux retombent dans les siens. Qui est-elle ?

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

Alter ego | PV NABA 212533NabaSigna
cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyVen 5 Aoû - 14:45


Lui aussi semblait la détailler avec une grande attention. C’était nouveau pour la princesse, personne sur Prideland n’osait la reluquer de la sorte mais sa fierté n’en fut pas trop touchée après tout elle n’était pas ici chez elle et ce lionceau n’avait pas la moindre idée de qui elle était. C’était plutôt amusant à vrai dire, en dehors de son royaume Ahva était une parfaite inconnue, une lionne comme une autre et ces expériences étaient enrichissantes. Tout comme la chipie était heureuse de braver les interdits et de rencontrer quelqu’un d’un autre monde, son comparse d’outre terre semblait tout aussi excité.

La voix un peu hésitante, le jeune lion lui affirma être arrivé sur Freeland. Nom d’une gazelle, elle avait enfin atteint les terres libres ! Le grand sourire d’Ahva en disait long sur sa satisfaction. Néanmoins, il ponctua ses dires d’une remarque qui déplut à la princesse. Qui était-il pour lui faire la leçon, lui aussi était seul ! Ahva fronça les sourcils, agacée. Depuis quand les lionceaux sermonnaient d’autres lionceaux… C’était le monde à l’envers ! Alors qu’elle s’apprêtait lui répondre en faisant honneur à sa réputation, elle fut coupé net par l’inconnu qui revenait déjà à l’assaut. Ses paroles déboussolèrent la chipie.

« Kama et Naba ? Tu es le fils d’Haki et de Kali, l’un des deux princes ? »

Sa mine ébahie trahissait son étonnement. Alors ça pour une coïncidence ! Amusée de la situation, Ahva rigola doucement. Elle qui s’amusait de cette situation d’anonymat allait voir ses plans contre carrer par la bienséance et les coutumes royalistes. Naba ou Nab’ comme il lui avait demandé de le surnommer, s’approcha de la lionne à plus courte distance pour mieux l’observer. Ahva en fit de même. Elle savait le prince plus jeune qu’elle de plusieurs mois et que sa mère était auparavant l’une des leurs, une Pridelanders mais qu’en était-il de plus, plus personnellement ? Aujourd’hui était l’occasion parfaite de le découvrir.

Peu gênée par l’insistance de son regard, Ahva émit une petite courbette ponctuée d’un malicieux sourire et se présenta :

« J’ai beaucoup entendu parler de toi, je suis heureuse de pouvoir te rencontrer. C’était toujours mieux d’avoir un visage sur un nom, pas vrai ? » introduit-elle, rendue plus affirmée par son avantage sur la situation. « Ton vœu est exaucé, voilà une fière Pridelanders devant toi ! Mon nom est Ahva, je n’ai de surnom à te donner mais peut-être en trouveras-tu un ! »

Elle sourit et ses paupières se plissèrent sous le poids de la malice. Il était différent de ce qu’elle avait imaginé, plus … insouciant et passionné. C’était le premier Freelander qu’elle rencontrait, elle espérait apprendre beaucoup de lui. Le regard ambré de la princesse se planta dans celui du jeune prince et elle lui sourit. Ses parents souhaiteraient sûrement qu’elle se présente dans les règles de l’art et qu’elle fasse honneur à son clan en étant irréprochable mais… ce n’était pas de l’avis de la princesse. Oh non, elle avait bien autre chose en tête et elle espérait du fond du cœur que Naba soit de la même trempe qu’elle. Décidée, elle lui fit part de son idée :

« Bon je te propose deux choses : soit on fait comme les adultes c’est-à-dire qu’on se parle en respectant le protocole et toutes ces choses ennuyantes que se tapent les héritiers … ou alors on agit autrement, on se comporte comme deux lionceaux anodins et on oublie les leçons. »

Haussant un sourcil, elle défiait son comparse à accepter son offre. Ahva ne voulait pas connaître le prince, elle voulait connaître le lion et pour une fois qu’elle s’aventurait aussi loin de sa prison, elle avait bien pour projet d’agir comme bon lui semblait !

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
Naba*
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyLun 8 Aoû - 15:15

ALTER EGO ? IDENTIQUE OPPOSER ?

Cette lionne ne me laisse pas indifférent, je sens son regard pesé sur moi et j'aime cette malice qui s'incruste dans son séraphique sourire. Elle n'a physiquement l'air absolument pas timide, ni irrité par ma compagnie, enfin.. Comme moi, quoi. Et il faut que je me l'avoue, j'apprécie cela. Je glorifie presque sa présence ici, sur Freeland. Cette jeune lionne m'apparaît soudain comme un rêve réalisé. J'attendais cela depuis six longs jours qu'aujourd'hui je pourrai me délecter de son assistance étrangère toute l'après midi, jusqu'au couché du soleil. Les règles n'existent plus, mon oncle et ma tante non plus. Il n'y a que mon but enfin atteint. Je regrette un peu l'absence de Kama, à qui je voulais absolument présenté un étranger. Cependant celui ci n'ayant pas voulu me croire s'en est allé choyer quelques avortons, je présume, naïvement. Et j'ai une inconnu Pridelander à moi, pour moi, face à moi. Mon sourire fait écho tandis que je me rend compte qu'il ne s'est toujours pas terni et effacé de ma dentition immaculé de blanc. Et mes yeux eux, ne lâchent pas la jeune femelle qui avec courtoisie fit mime d'une digne révérence, aussi cajolée que princière. J'en viens à me demander si celle ci ne serait donc pas une cousine de la famille royale dont j'ai tant parler avec Hotaru. Parce qu'il faut admettre que sa considération respective m'apparaissait comme une énonciation d'un membre de famille royale. Jamais je n'avais vu avant cela un lion faire de tel adulation, même indélicate et brève. C'est quand enfin j'entends la voix de mon interlocutrice qu'une image mémorial s'évade d'outre tombe pour immergé. Mais j'y échappe en secouant la tête, parvenant à écouter la jeune féline.

Elle dit avoir beaucoup entendu parler de moi, et ainsi, mes frêles pommettes chambrées et revivifiées par le soleil rougissent dans un timbre malséant. Je suis ambitionné par cette nouvelle, cherchant dans le regard de la demoiselle ce qu'elle a entendu, ainsi que l'individu l'ayant côtoyer de la sorte. Je me questionne aussi pour deviner si elle se doute réellement du lion que je suis. Cela m'étonnerait, à la façon dont elle me regarde, je pense qu'elle confond mon caractère avec celui de Kama. Puis, l'élégante fauve me souffle également être heureuse de faire ma connaissance. Comme si elle avait attendu ce jour. Mon intrigue s'approfondit à cet instant et je doute de la personnalité qui m'adresse la parole. Qui est-elle ? Mais elle me fait patienter par quelques flatteries, ajoutant qu'il est mieux de mettre un nom sur un visage. Je ne suis pas très attentif à cela, mais j’acquiesce silencieusement, laissant ma tête se cambrer d'avant en arrière afin d'accentuer ma réponse. J'aimerai également mettre un nom sur son visage, à elle aussi. Néanmoins je m'attends à une officielle salutation à tout moment, et trop impatient je n'ose l'importuné pour l'instant, fixant ses lèvres vibrantes qui s'apprêtent à m'en révéler plus sur sa personnalité. Je me demande quel dignitaire est cette impertinente enfant, qui m'amuse autant qu'elle sollicite l'envie d'en apprendre d'avantage sur sa personne.

- Ton vœu est exaucé, voilà une fière Pridelanders devant toi ! Mon nom est Ahva, je n'ai de surnom à te donner mais peut-être en trouveras-tu un !
- Ravie dt'e rencontrer ! Et oui, fils d'Haki et Kali !

Je suis persuadé d'avoir eu écho de cette appellation. De mère. J'ai du mal à me remémorer, cependant à l'intensité du regard de la femelle, un flash back me submerge et je recouvre un instant un souvenir d’idolâtrie passagère. Me révélant à moi même qui est Ahva. Et, comme je m'y attendais sans m'y attendre, c'est une princesse. La première princesse d'un territoire autre que le mien. Non, la première princesse que je rencontre de ma vie entière, n'ayant jamais eu de sœur. Je réduis encore un peu la distance à cet instant et frôle presque le museau de ma camarade. Ses yeux dans les miens, je vois pratiquement mon visage dans ses prunelles, me rendant compte que je suis trop près. C'est pourquoi je me recule avec paresse et oisiveté, m'éloignant un peu de son argentin pâturage. Mes mirettes s'arrachent des siennes quelques instants, alors que je me retrouve à nu devant la princesse du clan voisin, avec qui nous sommes en armistice, voir carrément allié. Je me pose une immensité indéfini de question. J'aurai, avant aujourd'hui, jugé les princesses d'autres tribu raffinées et délicates, cependant son altesse Ahva semble indifférente quant aux présentation. Malgré le fait qu'elle se soit inclinée, celle ci porte des airs complémentaires à mon caractère. Je l'imagine machinalement plus joueuse. Elle n'a pas l'air calme, plutôt que ça elle est assuré et aimable. Vraiment étrange, ces Pridelanders.

- Bon je te propose deux choses : soit on fait comme les adultes c'est-à-dire qu'on se parle en respectant le protocole et toutes ces choses ennuyantes que se tapent les héritiers … Ou alors, on agi autrement, on se comporte comme deux lionceaux anodins et on oublie les leçons.

obnubilé par chacun de ses mots, j'en conclus donc que la princesse possède un sacré caractère. Je les imaginais différentes, les princesses. Douces, fragiles et in-intéressée par tout ces jeux d'efflanqués et avortons, ne souhaitant qu'être la fifille à papa et à n'avoir que des bonnes manières coutumières, pensant avoir la beauté des anciens et un sourire d'ange. Cependant, mis à part le fait qu'Ahva ait le physique ensoleillé et un agréable sourire, elle ne paraît ni fragile, ni fifille à papa, ni dans les règles. Et j'adore ça ! Elle dépasse et de loin mes attentes, et j'espère faire d'elle mon amie, sauf si ce trait de caractère commun n'est de son côté que mascarade. Mais bon, je ne pense rien d'elle pour le moment. Je me contente de lui renvoyer brièvement son sourire et de détourner le regard, l'air réflecteur. Je ne réfléchis cependant pas à sa question, je connais ma réponse. Et même si elle ne m'avait pas fait cette allégation, j'aurais fait ce que bon me semble sans même prêter intérêt à un sois disant protocole dont je n'ai pas eu connaissance (n'écoutant jamais les leçons). Je ne pourrai, pour le moins pas maintenant, jamais me comporter différemment qu'un lionceau naïf et joueur. Si celle si me fait une tel proposition, c'est qu'elle veut exercer l'une de ces deux « choses » comme elle le dit. Et je pense qu'elle souhaite comme moi, sauter l'étape du protocole « ennuyant ». Alors, je fais retombé ma tête sur le côté, la penchant en la direction d'Ahva, ayant mon corps à son horizontal.

- Je connais même pas le protocole. Et j'aime pas les choses ennuyantes.

Lui adressai-je tout en lui faisant un clin d’œil. Requinqué. Dans un sursaut indélicat je me lève et m'avance à nouveau vers la fière Pridelander sans pour autant la regarder. Je tourne sur moi même un instant, observant les hautes herbes au loin, les deux étangs plus loin, la faune représentée par de petits points indistincts. Ahva ne doit pas connaître tout cela, elle n'a certainement jamais vu un animal autre qu'un lion sur nos terres, ainsi je présume qu'elle ne connaît pas les hippopotames, que je pourrait bien évidemment lui présenté. Il ne faudrait pas que père me voit, et en cet instant celui ci est au Repère des Lion, donc.. A mon « est » ! Si je dis « mon » c'est parce que je ne suis pas positionné comme le soleil le voudrait. Et donc, dans mon « nord » il y a les deux étangs, ou s'étendent plus loin différents animaux, y compris les crocodiles. A mon « ouest », là d'où ma rejoins Ahva, et à mon « sud »,   nous nous approchons du territoire des hyènes, ainsi que les montagnes humides et le cimetière d'éléphants : que jamais plus je revisiterai. Ainsi, un milliard de proposition me surplombent.

- Alors, miss étrangère, ça te dit de visiter les lieux ? Je suis un guide de qualité, je connais tous les recoins ! Et je pourrai te montrer des animaux que tu n'as peut être jamais vu ! Girafe, hippopotame…

Je laisse un sourire taquin et espiègle s'étendre sur une partie de mon visage, c'est un peu ce genre de sourire que font les mâles pour inspirer confiance et montrer que l'on veut s'amuser. Ce n'est ni provocateur, ni méchant. Ce n'est qu'une aimable invitation. Je suis certain qu'elle n'aurait pas meilleur guide que moi, et puis, elle est sur Freeland, alors je me dis qu'elle doit vouloir visiter tout en s'amusant. Je l'espère, parce que si celle ci refuse mon invitation, je me retrouverai dans l'obligation de faire ce que j'ai jusque là toujours fait. Pas très amusant. Je me redresse vigoureusement en observant de gauche à droite tel un perroquet. Je commencerai la visite par mon nord, afin qu'elle puisse s'imprégner et familiariser avec les lieux, qu'elle découvre des espèces animalières, qu'elle puisse se rafraîchir et s'amuser un peu. Après, je l'emmènerai peut être vers ce qui sera mon est, donc la jungle des gorilles, sans bien évidemment l'y entraîner, et puis… Je pourrai lui faire voir de loin quelques membres de mon clan, y compris mon père, le roi Haki.

M'enfin, il ne faut jamais rien prévoir, qui sait ce qui nous attend. Je me retourne vers miss princesse Ahva, et je me souviens du fait que je puisse essayer de lui trouver un surnom, avec humour : altesse, héritière, miss princesse, l'étrangère… Hum.. Rien de très original. Ahva… Va, Ahv', Vava… Difficile de trouver. Habituellement, les surnoms me viennent rapidement et sans véritable réflexion, néanmoins je n'ai aucune idée ! J'aimerai que ce soit court, net, précis et bien évidemment UNIQUE. Hum… Cette fille est comme le soleil, elle est clair, Pridelander, c'est une princesse, elle s'appelle Ahva, c'est mon aînée, elle est gentille… Et dans tout ce que j'ai émit, il n'y a rien correspondant à mes critères, c'est embêtant. Je chercherai sur le chemin, non, je trouverai sur le chemin ! Une dame tel qu'elle ne peut pas avoir pour moi qu'un simple nom avec lequel tout le monde l'aborde. Et, de toute manière, jamais je n'interpelle quelqu'un que j'apprécie par son nom de naissance. Père reste papa, mère maman, Kama est une exception, Nishati c'est Shat's pour moi, Masika est égal à Monsieur (M'sieur) Ka, Hotaru est Hota, donc Ahva ne peut pas simplement rester Ahva.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

Alter ego | PV NABA 212533NabaSigna
cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyLun 8 Aoû - 15:50


Il s'approche d'elle, toujours plus et ne semble même pas conscient que leurs deux museaux se frôlent. Ahva reste silencieuse, intriguée et curieuse. Que cherche-t-il à voir en s'approchant si près ? Dans les prunelles du jeune prince, elle pouvait voir son reflet miroiter. Proches. Très proches. Trop proches. Finalement, il se retire et la princesse expire enfin. Ouah, c'était... étrange.

Taquin, il lui répond sans tarder qu'il n'aime pas le protocole ni les choses ennuyantes. Le sourire de la princesse n'en est que plus délicieux et ses paupières se plissent malicieusement. Il l'observe, encore et toujours.

«  Alors, miss étrangère, ça te dit de visiter les lieux ? Je suis un guide de qualité, je connais tous les recoins ! Et je pourrai te montrer des animaux que tu n'as peut être jamais vu ! Girafe, hippopotame... »

Son sourire est confiant, presque provocateur mais il ne l'a provoque pas méchamment non, c'est une invitation. Le regard de la princesse n'en est que plus malicieux et un rictus taquin étire ses babines. Elle ne savait que peu de chose sur les princes des Terres Libres : tous deux identiques, ils ne différaient que par leurs caractères relativement opposés, l'un étant calme et docile tandis que l'autre était plus vif et turbulent. Ahva devinait facilement sur lequel des deux elle était tombé. Son sourire n'en était que plus satisfait.

Miss étrangère lui répondit avec une certaine excitation dans la voix tandis que son regard criait à l'aventure :

« Oh oui j'adorerai ! Par contre des girafes et des hippopotames on en a aussi chez nous, papa dit que nos deux royaumes sont très semblables mais je sais que tout n'est pas identique, je veux voir ce qui rend cette terre si spéciale ! »

Joviale, elle abaissa sa croupe et se mit en position de jeu. Si Nava voulait rencontrer une princesse docile comme on en parlait dans les histoires, il aurait mieux fait de rencontrer la princesse héritière car Ahva, elle, n'avait rien à voir les stéréotypes.

« Alors, que vas-tu me montrer ? » reprend la chipie très enthousiaste avant d'ajouter : « Parle moi aussi de ton royaume, son histoire, de toi et ton frère ! Je veux savoir ! »

Elle trépigne d'impatience, cette occasion lui semble trop belle. Comment mieux découvrir une terre inconnue qu'au contact de l'un de ses habitants, qui plus est le prince ? Ahva croyait son nouvel ami sur parole, elle avait avec elle le meilleur des guides de Freeland. Souriante, elle trottina jusqu'au prince et abaissa sa tête près de la sienne, pressée d'entendre ses propositions.

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
Naba*
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyMer 10 Aoû - 15:44

TOI ET MOI, TROP DE SIMILITUDES.

- Oh oui j'adorerai ! Par contre des girafes et des hippopotames on en a aussi chez nous, papa dit que nos deux royaumes sont très semblables mais je sais que tout n'est pas identique, je veux voir ce qui rend cette terre si spéciale !

Ahva n'a pas tardé à me répondre, et je n'en suis que plus satisfait. Mon visage arbore un sourire suffisant tandis que je l'écoute me parler de son territoire. Cela me fait penser à ma discussion avec mon aîné Hotaru. Je ne comprendrai décidément jamais les Pridelanders. Ils sont tous étranges et d'une imprévisibilité enivrante qui malgré tout épuise ma conscience dépassée par toutes mes aventures. Cependant cette princesse est particulièrement intrigante. Elle n'est pas frêle, délicate et orgueilleuse. Non. Et c'est ce qui me motive à la côtoyer d'avantage, attiré par son audace, son esprit ludique et sa vivacité, qui, je suis sûr, ne peut égalé la mienne. Elle converse de manière légèrement différente des Freelanders, dans ses mots je me perd et affleure de son accent étranger. Elle utilise à la fois des adages soutenues, les mélangeant à son propre jargon et à divers préceptes enfantin, rendant ses phrases anormalement maladroites et amusantes. Cependant elle accorde tout ces idiomes n'étant pas censé se rencontrer avec une fluidité qui consentent à faire de ce qu'elle dit quelque chose de compréhensible. Sur Freeland nous ne faisons pas cela, soit nous abordons autrui de par un langage familier, démontrant un certain lien intime entre notre interlocuteur et nous, soit un langage courant, qui lui désigne une connaissance, soit un idiolecte soutenu, illustrant un lien très peu présent ou un respect envers un dissemblable pour son rang ou diverses autres raisons… C'est avec ce genre d'exigu détail que l'on en apprend plus sur nos accolés, néanmoins je ne suis pas assez rusé pour comprendre et faire usage de cela.

J'apprends dans ce que la jeune femelle dit qu'il y a aussi une abondance de girafe et hippopotame sur ses terres. Moi qui aspirais d'impressionner cette éphèbe princesse grâce à ces animaux peu communs et bien distincts des autres. Je devrais m'assouvir de ce qu'elle n'aura jusque là pas vu et exaucer son avidité de déceler ce qui rend Freeland divergeant de Prideland. Mais aucune idée spontanée ne me traverse l'esprit, entre les crocodiles qui seraient une hardiesse bien trop grande pour son altesse au pelage ensoleillé, les gorilles bien trop dangereux pour nos morphologies encore trop infantiles et le clan au repère des Lions dans lequel Kama pourrait nous voir ainsi que nous rejoindre… Mais bon, rien de tout ça ne me fait peur, et je risquerai indubitablement le tout pour accéder à mes fins. Que cette journée soit la meilleure de sa semaine, non, de sa vie ! Alors que je réfléchis à ce qui pourrait authentiquement l'intéresser, j'observe la jeune femelle s'abaisser avec entrain afin que son buste accoste le sol et s'y colle. Le regard presque défiant, je suis surpris par son aplomb provocateur. C'est une position qui pour les lionceaux est appelée « position d'amusement, ou de jeu». Et c'est à l'intensité de ses mirettes que je comprends machinalement que cela signifie la même chose sur Pridelander. Un sujet commun : la récréation. J'esquisse un sourire alors que celle ci ne laisse paraître qu'un air joviale. C'est un bon début.

- Alors que vas-tu me montrer ?

- Hm.. Bonne question.

Récapitulatif : Je commencerai la visite par mon nord, afin qu'elle puisse s'imprégner et familiariser avec les lieux, qu'elle découvre des espèces animalières, qu'elle puisse se rafraîchir et s'amuser un peu. Après, je l'emmènerai peut être vers ce qui sera mon est, donc la jungle des gorilles, sans bien évidemment l'y entraîner, et puis… Je pourrai lui faire voir de loin quelques membres de mon clan, y compris mon père, le roi Haki. Finalement, bouleversement d'avant-projet. Je crois bien vouloir tout lui montrer à cet instant ! Mes terres entières, les terres de père, du moins. Oncques, nous n'aurons pas le temps, pas en une journée. Je dois donc annexer le soin de réfléchir stratégiquement pour lui faire découvrir ce qu'il y a de plus palpitant, de plus abracadabrant et de plus fascinant ! Et je ne sais naturellement pas par où commencer. C'est pour cela que je dois faire le tout en une seul traité. De ce fait, longer la jungle des gorilles, le territoire des hyènes pour rejoindre l'absoluité centrale des terres du sud. Ainsi, nous irons à l'étang. Et de là bas, en plus d'obtenir la possibilité d'étudier la faune et de lui offrir la chance de voir un caïman, je pourrai le lui présenter de loin les divers membres du clan, trônants aux abords des terres du sud. Je suppose que tout cela pourrait devenir bien plus intéressant que je me l'imagine. Je fixe l'horizon, à la recherche de mes mots.

- Parle moi aussi de ton royaume, son histoire, de toi et ton frère ! Je veux savoir !

Je regarde Ahva qui semble sincèrement intrigué par tout cela. Et le fait qu'elle s'intéresse à moi, à Freeland ne me fait que l'apprécier plus encore. J'adooore habituellement attiré l'attention sur moi, c'est un constant besoin qui s'est animé en mon âme depuis que je parviens à me remémorer. Mais là je n'ai rien eu à faire, l'inconnu est arrivé, et bien plus passionnante que je ne l'aurai espérer. Mais je veux rester ce lion fier. Alors je me redresse, droit sur mes quatre piliers de lionceau, la tête haute, le sourire taquin et les yeux brillants d'impatience retenue. Je n'imite pas la jeune féline qui produit les faits et gestes que j'aurai bien voulu faire. Elle représente à la perfection tous ces adroits mouvements que j'apprécierai plus que tout au monde d'effectuer, cependant je reste debout. Je ne paraît pas stoïque, plutôt confiant. Perdu dans mes mots, j’abrégerai presque ce que sera son aventure, notre aventure.

- Patience, haha, ça va venir, mais avant, par là, suis moi ! Je te raconterai tout en ch'min !

Je lui désigne un endroit du museau, et lui aval de me suivre. La laissant emboîter le pas tandis que j'ouvre la marche. Je me dirige consciencieusement vers la jungle. Premier arrêt, où je lui expliquerai tout avec patience et attention. Mais nous avons encore plus de deux cents pas avant d'y arriver, ensuite nous en aurons deux cents quarante pour rejoindre et longer les hyènes, et puis cent soixante quatre pas pour atteindre les étangs. Si nous marchons à grandes enjambées. Mais je ne vais pas très vite pour Ahva, j'essaie aussi de rester sage, mais lorsque je parle, toute ma joie et ma sociabilité trahi ma fierté étrangère à ma camarade. Alors je n'ai plus aucune raison de rester ce lion indemne de frénésie et me contenterai d'être moi même, Naba. C'est ce côté excentrique qui me fait avoir de drôles d'idées, parfois, et le fait que je m'entraîne à jouer le rôle de Kama. C'est attrayant d'imiter mon identique congénère. Mais je ne vais point le refaire. Alors je me tourne vers Ahva, le sourire entraînant, l'envie de m'éclater et de l'amuser elle aussi, envahissant les lieux de mes pas devenant presque un trot, une danse ou un flux de données incontrôlées.

- Mon royaume est graaand, mais contrairement au tiens, il n'a pas cet espèce de rocher de la fierté, non. On a pleins de rochers nous formant une grotte dans laquelle nous dormons, j'te montrerai. Il y a des crocodiles, des buffles, des gorilles et des animaux effrayant pour certains, mais moi j'n'ai pas peur !

Je lui fais un clin d’œil et relève la tête, poursuivant avec ambition.

- Jt'e montrerai aussi.

J'avance, j'avance. Le nombre de mes pas augmente tandis que nous approchons de la lisière de la jungle, une lisière très effacé par la végétation qui désormais domine une petite partie du Pays Verdoyant, des terres du sud… Je jette un coup d’œil à Ahva, sans véritablement regarder, juste pour faire mine, je suppose. A chaque regard en arrière, je souris et poursuis, lui faisant diverses promesses comme celles que je viens d'émettre à haute voix. Je tiendrai parole. Ce jour sera définitivement un jour qui l'a marquera ! J'aimerai à la fois tout lui demander, si je suis le premier Freelander qu'elle rencontre, ou parler de l'histoire de Freeland, aborder le sujet de mon frère et moi, lui montrer de loin à quoi ressemble ces grands arbres peuplant la jungle de leur tronc fin et long qui s'affinent et possèdent à leur sommets quelques branchages plumant et planant au dessus de nos têtes, formant quelques espaces ombrageux et aidant à supporter la chaleur qui nous semble parfois chaotique. Mais nous sommes encore trop loin de tout cela. Alors, je continue. Bavard que je suis.

- Freeland est connu pour être désigné comme « les terres libres », après le règne Sharkan, bien sûr. Tu sais qui est Sharkan, pas vrai ? Ce roi tyran qui aurait tué mon grand-père, Déjem et pris le pouvoir. Il n'avait pas vu v'nir Haki, j'ai décidément le meilleur père au monde. Enfin, toi, pour toi, ça doit être ton père, le meilleur au monde, hein ? Je comprend. Un papa c'est fantastique ! J'aimerai bien rencontrer Kumpa, un jour. Hotaru, un ami à moi, m'avait fait presque penser que Kumpa était un tyran, dans le sens qu'il prenait des enfants pour en faire ses soldats. Mais Hotaru a menti. C'pas un soldat. Ho, regarde Ahva ! Tu vois ?

Je bondis sur un rocher et y invite la princesse, pouvant lui montrer de là toutes les terres qui nous entourent. Et particulièrement les palmiers abordant la pleine. Je me demande si elle en a, des palmiers, elle. Je sais qu'il y a une savane sur Prideland, toutefois je n'y ai vu aucun arbre semblable à ceux que nous pouvons percevoir de ce rocher. Je tourne involontairement ma tête vers la jeune femelle. Les rayons nitescences se disputeraient presque l'honneur de débrayer son étole immaculé de luisant reflets dorés. Son caractère n'est peut être que trop masculin, elle n'en reste pas moins une demoiselle emplie de charme. Mais je ne m'intéresse pas à cela, je ne le comprend même pas. C'est une fille. Généralement je ne m'approche pas vraiment des filles si ce n'est que pour les enquiquiner, mais Ahva n'est pas comme ces autres pies, elle me ressemble, caractériellement parlant. Elle possède le cran, la gentillesse, la naïveté, l'enjouement… Et elle porte sur moi une attention que je n'avais pour une fois pas réclamé, complétant mon manque de ténacité journalière. J'ai hâte de faire de celle ci mon ami. Elle est tel le soleil. Elle lui ressemble de plus en plus. Ahva, Bon Dieu ! Qui l'a nommé comme cela ? C'est Jua que je l'aurai nommé. C'est Jua que je vais la surnommé. Mon soleil et ma clarté, j'emploie ces mots sans véritablement comprendre la signification de telles flatteries, inexistantes dans mon univers de pré-adolescent.



_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

Alter ego | PV NABA 212533NabaSigna
cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyMer 10 Aoû - 20:15


Penchant sa tête de côté, Ahva scrutait avec grand intérêt son interlocuteur tandis que celui-ci semblait réfléchir aux lieux qu'il allait lui montrer. Hmmm, ça durait longtemps. Peut-être que ce royaume était si grand qu'il lui faudrait des semaines d'excursions pour tout découvrir. Comme si ça allait la déranger, tiens... Aux questionnements de son aînée, le jeune prince adopte une attitude fier tout en lui demandant de faire preuve de patience. Sa queue fouetta l'air de supplice. Non pas ça, elle détestait attendre ! Finalement, il l'invite à prendre sa suite et la princesse s'exécute avec entrain, ne supportant que très peu l'idée de rester à rien faire, surtout avec tant de merveilles à découvrir !

Elle trottinait derrière le prince, l'air enjoué et le regard malicieux.

« Mon royaume est graaand, mais contrairement au tiens, il n'a pas cet espèce de rocher de la fierté, non. On a pleins de rochers nous formant une grotte dans laquelle nous dormons, j'te montrerai. Il y a des crocodiles, des buffles, des gorilles et des animaux effrayant pour certains, mais moi j'n'ai pas peur ! » disait-il fièrement avant d'ajouter dans un clin d’œil : «  Jt'e montrerai aussi. »

La princesse lui sourit, charmée par ce naturel semblable au sien.

« Oh oui, j'ai hâte de voir ça ! » s'enthousiasmait-elle à son tour avant d'ajouter sur le ton de confidence : « J'ai jamais vu de crocrodiles ou de gorilles... Tu penses que c'est comme les mandrills ? Parce qu'au rocher, y'en a une qui vit avec nous et même qu'elle raconte de supers histoires ! »

Mais tous les singes ne se ressemblaient pas... Comme les lions pouvaient avoir un pelage épais dans les montagnes nordiques ou un pelage ombrageux chez les Mositus, les singes étaient eux aussi différents. Pourtant un gorille ça devait être sacrément gros non ? Les yeux de la princesse brillait d'excitation tandis qu'elle venait de se découvrir une nouvelle fascination. Croisant le regard de son guide, elle rajouta d'une voix enjouée mais aussi déterminée :

« Et puis si t'as pas peur, moi non plus j'aurais pas peur ! Je me suis déjà sortie indemne d'une rencontre avec une hyène alors ne me sous-estime pas, ahah ! »

Et oui, Ahva était une terreur. Ou du moins le pensait-elle. Les deux jeunes aventuriers continuaient leur route sans pour autant que la princesse ne sache où ils se rendaient. D'ordinaire c'était elle qui menait les expéditions et se voir rétrograder au rang de « visiteur » écorché sa fierté de lionne du soleil mais l'envie d'apprendre savait se faire plus grande et importante dans son petit cœur aussi suivait-elle docilement le lionceau.

Au cours de leur traversée, la petite ne cessait de jeter des regards à droite puis à gauche, s'engourdissant péniblement le cou mais il y avait tant de chose à voir qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Avait-elle déjà vu pays plus verdoyant que celui-ci ? Non pas à sa connaissance et quand bien même la princesse aimait son royaume de tout son cœur, elle ne pouvait être qu'admiratrice devant la beauté de ces lieux.

Alors qu'elle s'étonnait de cette végétation toujours plus abondante, le jeune prince continua à se montrer aussi bavard ce qui n'était pas pour lui déplaire :

« Freeland est connu pour être désigné comme « les terres libres », après le règne Sharkan, bien sûr. Tu sais qui est Sharkan, pas vrai ? Ce roi tyran qui aurait tué mon grand-père, Déjem et pris le pouvoir. Il n'avait pas vu v'nir Haki, j'ai décidément le meilleur père au monde. Enfin, toi, pour toi, ça doit être ton père, le meilleur au monde, hein ? Je comprend. Un papa c'est fantastique ! »

Elle hocha de la tête lorsqu'il l'interrogea sur le tyran de Freeland, évidemment qu'elle connaissait cette histoire, certaines leçons étaient impossibles à fuir d'autant plus lorsqu'elles étaient d'une importance capitale pour comprendre les différents royaumes et leurs histoires. Cependant, elle haussa un sourcil lorsqu'il évoqua un lien entre la mort de son grand-père et Sharkan. Tiens donc, elle se souvenait d'une conversation avec son père à ce propos. Était-ce donc cette vérité qu'il avait glissé dans son regard et non dans ses mots ? Elle manqua de grommeler tant il continuait à l'éloigner des vérités sombres, elle en avait assez qu'on la protège du monde extérieur. Elle ne voulait plus l'ignorer mais le connaître mais quand bien même cette rancœur contre ses parents, elle ne pu dissimuler son sourire lorsque le prince évoqua leurs pères.

« J'aimerai bien rencontrer Kumpa, un jour. Hotaru, un ami à moi, m'avait fait presque penser que Kumpa était un tyran, dans le sens qu'il prenait des enfants pour en faire ses soldats. Mais Hotaru a menti. C'pas un soldat. »

Ses yeux s'écarquillèrent de stupeur lorsqu'il prononça le nom d'Hotaru. Comment se connaissait-ils ? Et comment ça son père était un tyran ? Elle manqua de s'étrangler. Prendre des lionceaux pour en faire des soldats... non mais quelle idée ! Déjà elle apprenait qu'il harcelait des lionceaux en les accusant d'être impurs et maintenant il mentait sur les bonnes intentions du roi... il était vraiment irrécupérable.

« Tu connais donc mon cousin ? » soupira-t-elle, visiblement lasse et amère. « Oui, Hotaru est un imbécile, pas un soldat. »

Malgré son aigreur pour le principal concerné, Ahva était heureuse de constater que le jeune prince savait différencier les gens honnêtes des idiots aussi oublia-t-elle sa légère colère pour lui offrir un sourire chaleureux. Elle l'aimait bien.

« Ho, regarde Ahva ! Tu vois ? »

Soudainement très intriguée, la petite lionne bondit à ses côtés et porta son regard vers l'horizon. La plaine était grandiose, verdoyante comme jamais, peuplées d'une multitude d'arbres tous aussi exotiques les uns que les autres. Tout ici semblait animé de joie et de vie. Elle en restait bouche-bée. Très vite, la princesse regretta de n'être jamais venue ici plus tôt. Était-ce comme ça partout ailleurs, serait-elle ainsi ébahie à chaque nouveau royaume découvert ? La soif d'aventure de la lionne n'en était que plus grande et ses aspirations futures prenaient peu à peu formes. Son souhait se formulaient peu à peu et Ahva le savait, elle ne pourrait jamais passer sa vie entière sur Prideland.

Finalement, elle se tourna légèrement vers son nouvel ami qui semblait scrutait son visage à la recherche d'expressions révélatrices.

« C'est splendide. » finit-elle par murmurer, le regard égaré parmi les merveilles.

Il n'y avait pas d'autres mots et tandis qu'elle s'en retournait vers Naba, son regard ambré brillait de mille feu tant son cœur battait fort. Elle était heureuse, très heureuse mais aussi émerveillée.

« Hey Naba, si tu veux, je pourrais te montrer Prideland moi aussi ! Enfin sauf si t'es déjà allé là-bas, ça expliquerait sûrement comme tu connais mon cousin... »

Voilà qu'elle se retrouvait bien embêtée en songeant à cette hypothèse. D'ordinaire, elle aimait partir sur un procédé d'échange, elle montrait quelque chose de nouveau et en retour, on lui montrait quelque chose de nouveau. Actuellement la première étape se réalisait puisque Naba lui faisait découvrir les Terres Libres mais et s'il avait déjà vu Prideland ? Ahva n'aurait alors rien à lui montré ! Confiant son terrible dilemme existentielle, elle reprit :

« Hmm mais si tu connais déjà Prideland, je ne vois pas quoi t'offrir en retour... »

Gênée, elle lui offrit un sourire maladroit. Ce n'était en rien une dette dont elle s'accablait à chaque nouvelle rencontre, elle aimait simplement donner autant qu'on lui donnait et pouvoir elle aussi faire apparaître de beaux sourires en s'improvisant guide.

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
Naba*
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyJeu 18 Aoû - 12:08



sorry:
 

EN AVANT !

- C'est splendide !

Fier, ému et satisfait je rejoignis de mes mirettes ambrées le paysage qui se dévoilait à nous. La forêt était à elle-même un tableau dans lequel s’enlaçaient d’innombrables teintes qui voguaient au dessus de nos yeux émerveillés. Jamais je ne me lasserai de ce chambardement cardiaque qui produit en moi une résonance théâtrale. La tête haute, je laisse flotter dans mes tympans les doux mots de la Pridelanders à mes côtés. Une béatitude tel que celle ci ne peut se dissimuler dans une harmonie silencieusement agréable. Je sens mon noyau battre et se heurter d'une hardiesse peu raisonnable contre mon poitrail enfantin. Un sourire, à nouveau, se colle à mes babines et s'insinue afin d'envahir toute ma pensée comblée. J'évoque mon ébahissement égal à celui d'Ahva au travers de mon regard étanché de cette représentation. Les reliefs naturels sont d'avantage soulignés par les confusions ombreuses, permettant aux animaux de posséder quelques mètres d'ombres par ci, par là. Je ne pense plus, je ne suis qu'immergé par mes propres terres, ayant pourtant déjà vu cet endroit auparavant.

Je n'avais jusque là jamais ressenti cela, et je m'en abreuve encore plus tandis que je repose mon corps endolori. Mes paupières s'abaissent pour se ré-ouvrir quelques instants plus tard, me répétant tous les mots qu'a prononcé la princesse, n'ayant avant cela prêter attention qu'a mon objectif visuellement face à nous. Ainsi, j'assimile le fait qu'Hotaru est son.. Cousin ? Et qu'elle serait sortie indemne d'une rencontre avec une hyène ?!! Whaou ! Si je n'avais pas cette lisière forestière devant moi, je jugerai ce qu'elle m'a confié comme la chose la plus choquante de la journée : Néanmoins, mon sourire devient suffisant, me rendant compte qu'elle s'éloigne de plus en plus de la princesse que j'imaginais, ainsi, une joie se pose délicatement sur mon cœur. Je suis heureux de constater qu'Ahva n'est pas ce genre de délicate princesse, et je l'observe, trouvant tout de même en elle une once de féminité. Incroyable.

- Hey Naba, si tu veux, je pourrai te montrer Prideland moi aussi ! Enfin sauf si t'es déjà aller là bas, ça expliquerait sûrement comment tu connais mon cous..

- Vraiment ?! Vraiment… Vraiment !? WHAAA super !

Irrattrapable. La coupant de vive voix j'ai instinctivement tourné la tête vers la jeune féline, lui criant presque mon ressenti, bien évidemment avide d'aventure, de joie et d’excitation. Laissant un souffle espérant prendre l'avantage sur mon visage illuminé de par sa proposition. Je balança mon corps entier vers elle, laissant trôner mes pattes avants fièrement, avant de ne les plier de gaieté et d'amusement. Je ne pu m’empêcher d'enlacer sans véritable contact tactile son altesse Ahva, lui tournant autour en quelques bonds adroits, festifs et bien trop énergiques. Ainsi j'enrobe son anatomie princière, braillant mon humeur. J'en remercie ma mère de m'avoir laisser partir, j'en remercie le timing de m'avoir fait rencontrer Ahva, j'en remercie le passé qui m'a aujourd'hui motivé ! Toutefois ma joie ne semble point transpercé la lionne que j'arrête de contourner, me tenant désormais face à elle afin d'examiner son expression faciale. Je n'y vois qu'une légère hésitation, m'incitant à penser qu'elle ne désire probablement pas me rencontrer à nouveau. Mais pourquoi m'a-t-elle donc fait une telle proposition ? Si jamais plus je ne serai mener à le revoir, de par son envie de tout simplement ne plus être avec moi. Un instant, mes sourcils se dessinent de façon à laisser penser que je suis inquiet, puis triste.

- Qu'est-ce qui va pas ?

Je laisse s'échapper cette phrase tremblante, dans un souffle inquiet et inspirant la déception. Je ne sais pas vraiment si je veux savoir cela...

- Hmm mais si tu connais déjà Prideland, je ne vois pas quoi t'offrir en retour…

Ahva m'observe, tout en daignant sacrifier un de ses merveilleux sourires à ma merci. Bien que maladroit, il n'en reste pas moins beau ! Il offre à cette princesse ci un charme amical que je ne révoque pas, avalant son offre et lui en recrachant une. (De ce fait, je lui dédie également un sourire plus adroit et moins vivace). Je fixe son aspect qui n'en reste pas moins gêné, et j'essaie de comprendre la raison d'une attitude comme celle là, comprenant qu'elle fait allusion à son cousin. Hotaru. Et qu'elle pense que j'ai visité Pridelander avec celui ci. Je n'imagine pas Hotaru laisser passer quelqu'un sur les terres de Kumpa en sa propre compagnie. Je n'imagine pas Hotaru très gentil et honnête non plus. Je me demande l'image qu'il renvoie à « Jua », s'il porte un masque, s'il change de personnalité, s'il est plus amical, joueur, amusant, sympathique, aimable, sociable et tout ce tralala qui ne répondait point présent le jour de notre rencontre. Car le fait qu'Ahva pense que j'ai visité Pridelander en compagnie de son cousin, c'est qu'il ne doit très certainement pas lui renvoyer la même image.

- Ha, tu penses à ça ? Figure toi que je ne suis jamais aller sur Pridelander, et je serai super content, si c'est avec toi ! Hotaru est pas très amical, je n'aurai jamais pensé que vous soyez cousin, vous ne vous ressemblez pas vraiment, il faut dire. Donc, pour dire, nope, je ne connais pas encore Pridelander !

Je laisse paraître mes canine, accentuant mes mots et mon envie sauvagement rependu dans tous mes membres vitaux. Je me retourne afin de sauter du petit rocher, rejoignant les herbes. Nous allons passer à côté de cette forêt pour rejoindre mon objectif principal. Ici, juste d'ici, je suis certain que nous verrons un gorille ou deux. Très observateur, ils doivent déjà nous étudier, et veiller à ce qu'Ahva et moi ne pénétrons pas leur forêt.

- Viens !

Je fais quelques pas en avant, avec un entrain démesuré. Mon regard reste haut, élevé et fier. Avant que je n'observe la faune d'un œil indiscret, cherchant à montrer à ma camarade l'une de ces créatures plus grosses, plus poilus et plus attractives que les singes dont elle m'a parlé. Mes yeux se posent sur chaque recoins, alors que je restreins d'un côté ma vision, l'ouvrant de l'autre, et m'offrant la possibilité de démasquer, même de loin, l'un de ces prédateurs. Les gorilles sont très étranges très imprévisibles et perturbateurs. J'ai déjà fait la rencontre d'un des leurs, d'un bambin affamé, alors que je cherchais ma cabane secrète. Mais je ne l'ai pas raconté, même si j'aurai adoré faire part de cette rencontre inattendu. Seulement si père l'avait su, je reste persuadé qu'il m'aurait d'avantage grondé, et m'aurait fait promettre de ne plus retourner dans la jungle des gorilles. Me taisant, j'ai évité une leçon plus lourde que celle à laquelle nous avons eu droit. Même si ce n'était qu'un avorton criant famine. C'était une bête à peine plus grande que moi. Plus fine et moins mignonne. Ce nourrisson bavait tout en braillant, il se tenait assis sur son fessier, les deux pattes du haut sur celles du bas. Drôlement souple. De plus, son pelage semblait dégarni à certains endroits, et plus épais à d'autres. Ses yeux étaient grands, ronds, aguicheurs. Et d'un marron indissociable au noir pupillaire. Son ventre était rond, remplie d'air, visiblement. L'on aurait dit qu'il avait déjà mangé. Le plus étrange resteront ses pattes, d'une souplesse inégalé d'un lion. Voluptueuse, dansantes, et moins poilus. Portants des coussinets bien distincts des nôtres. Les gorilles n'ont pas de griffes, non.. Il ont des petits bouts arrondis desquels ils possèdent l'accès à attraper de la nourriture de tel que des fruits. Nous, les lions, nous ne pouvons pas.

Mon regard se pose en arrière, un instant, puis, quand il s' élance vers l'avant, il bloque. Ma tête repart en arrière et mon corps suit ce mouvement si brusque. Je plonge mes ambres dans les abords de la jungle, criant « gorille en vue ! » je m'approche d'Ahva dans un élan intimement amical, et rapproche mon profil du sien, afin de pointer du bout de la griffe ce que je vois. « Regarde… C'est un gorille adulte ». Il est adulte parce qu'il est bien plus gros que celui que j'avais entrevue, et qu'il ne pourrait pas plus impressionner s'il était encore plus robuste et imposant. Avec hésitation, je repose ma patte, rentrant ma griffe. Je ne sais pas si Ahva le voit, mais à son regard, je me dis que oui. J'espère que oui. Car il ne passa pas trente seconde que l'animal se retourna, ne nous laissant voir que son dos poilus. Et, encore après, l'animal disparaît dans une intrigue tapante. J'éloigne mon visage de celui d'Ahva, presque collé à sa joue chaleureusement chaude. Et reprend ma marche. Je sens se placer en moi une certaine gêne, née plus tôt de mon audace. Je ne comprend pas.

- B-Bon.. Maintenant, on continue. Nous sommes bientôt arrivé à notre prochain point… Hum.. En attendant, tu peux me parler de TA famille, tes frères, tes sœurs, ton père et toi.

J’embellis ma pensée dans mes mots, ne voulant véritablement n'enttendre Ahva que parler d'elle. Qu'est ce que je m'en fiche de sa fratrie. Toutefois je l'écouterai, j'en apprendrai sûrement plus sur elle de par ses confidences familiales. Je ne ralenti pas le pas, mais j'essaie de me tenir éloigné de la jeune femelle, ne voulant pas qu'elle puisse voir mon visage. Je ne veux pas. Par pour l'instant. Ce serait embêtant si celle ci me percevait gêné. Ne comprenant pas, je poursuis, absorbé par ces tourments. Je ne prête plus attention à la jungle, aux gorilles ni au reste, sauf aux mots d'Ahva que j'attends d'entendre. Et à la chamade résidente dans mon poitrail. Changement de point de vue: Bien sûr, Naba n'est pas amoureux, il n'y connaît rien et ne sait pas ce qu'est l'amour donc tu n'as pas à t'en faire. Néanmoins je voulais faire ressortir un peu un côté mignon de sa forte personnalité excentrique et trop énergique. Pour la gêne, c'est normal, une réaction basique XD et pour le cœur qui bat la chamade, je pense que c'est l'excitation, l'aventure, le tout. Bien évidemment, Naba ne le sait pas !

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

Alter ego | PV NABA 212533NabaSigna
cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyLun 22 Aoû - 20:05


Alors même qu'elle s’embarrassait de suppositions, la réaction immédiate et euphorique du lionceau la rassura. Rien ne semblait jouer et son engouement faisait plaisir à voir. Remarquant la retenue de sa camarade, il l'interrogea et Ahva lui confia ses doutes qui, très vite, furent balayé par les dires du prince.

« Ha, tu penses à ça ? Figure toi que je ne suis jamais aller sur Pridelander, et je serai super content, si c'est avec toi ! Hotaru est pas très amical, je n'aurai jamais pensé que vous soyez cousin, vous ne vous ressemblez pas vraiment, il faut dire. Donc, pour dire, nope, je ne connais pas encore Pridelander ! »

Oh vraiment ? Ahva affichait un splendide sourire tandis que son arrière train frétillait d'excitation.

« Alors c'est décidé, je te montrerai Prideland ! »

Les deux jeunes lions rirent en cœur puis la princesse suivit son ami qui descendait de leur perchoir pour reprendre leur excursion. Qu'allait-il bien lui montrer maintenant ? La petite lionne était toute surexcitée de partir à l'aventure dans un territoire inconnu et encore jamais exploré, qui sait quelle merveille elle allait encore apercevoir. Le cœur battant, elle suivait avec entrain son guide. Ahva avait entendu bien des choses sur les terres libres mais elle ne s'était pas préparée à un royaume si verdoyant et luxueux, elle était émerveillée. Ces terres lui plaisaient beaucoup et bien que très protectrice de sa famille et de ses valeurs, elle en jalousait presque Naba de vivre ici.

Soudain, alors qu'ils longeaient la jungle, le regard du prince fut irrésistiblement attiré par une ombre lointaine et celui-ci s'écria alors avec entrain :

« Gorille en vue ! »

Toute agitée par cette annonce, Ahva s'immobilisa sur le champ et tourna à son tour le regard vers la jungle. Où était-il ?! Oh elle ne savait même pas quoi chercher... Son preux chevalier vint alors à son aide et du bout de la patte, collant sa joue à la sienne, il lui montra la direction. Plissant avec précision son regard, la princesse se concentra sur la voie indiquée et miracle, elle vit enfin la grosse bête. Les deux lionceaux étaient bien éloignés de la jungle et leurs regards n'étaient pas aussi précis qu'ils le souhaitaient mais malgré cette distance, la princesse put se faire une idée de l'apparence des gorilles. Celui-ci était immense, très poilu et était bien plus impressionnant que les macaques ou mêmes les mandrills. Quel gabarit costaud ! Alors qu'elle voulait s'approcher pour mieux voir la bête, celle-ci s'en retourna dans la pénombre de la jungle, quittant avec hâte les petits curieux.

Quand bien même le spécimen envolé, Ahva continue de parcourir la lisière du regard, espérant trouver un gorille qui pourrait assouvir sa curiosité toujours plus grande mais l'intrusion semble terminé, les gorilles s'en sont retournés dans les profondeurs de la jungle et eux, petits lionceaux qu'ils étaient, avaient encore bien des choses à voir.

« Anh ça n'a rien à voir avec les mandrills ou autres bêtes, ils sont énormes ! Tu en as déjà vu de plus près ? Ça doit vraiment être très impressionnant ! »

Son regard pétillait d'excitation et de curiosité, elle était euphorique. Quand elle raconterai à son frère et à sa sœur qu'elle avait vu un vrai gorille en chair et en os, ils seraient fou de jalousie ! S'ils refusaient parfois de la suivre dans ses aventures hasardeuses et périlleuses, Ahva n'oubliait jamais de rappeler à sa fratrie ce qu'ils avaient manqué en écoutant leurs raisons et non leurs cœurs. C'était comme ça depuis toujours, des trois héritiers de Prideland, Ahva était la passionnée et l'intrépide.

Alors que les deux aventuriers reprenaient tranquillement leur marche, Naba interrogea sa nouvelle amie sur sa famille le temps qu'ils atteignent le prochain point d'exploration. D'abord très curieuse, Ahva lui demanda :

« Tu m’emmènes où cette fois ? »

La princesse n'osait même pas imaginer le prochain lieux de leur ballade. Qu'en serait-il cette fois, quelles merveilles lui ferait-il partager ? Freeland semblait être une vrai mine aux trésors. Mettant son impatience de côté, elle se concentra sur la question posé par son ami. Sa famille... que pourrait-elle bien lui confier et qui ne l'ennuierait pas ? Il y avait beaucoup à dire... Parlant avec son cœur plutôt qu'avec sa tête, la princesse se livra en toute spontanéité :

« D'ordinaire c'est plutôt mouvementé à la maison, on est une famille nombreuse surtout si on ajoute au compte tous les oncles et tantes ainsi que leurs enfants mais en ce moment, maman voyage avec Sadaka – mon grand frère - et Rono – mon oncle- . Ça fait un grand vide, on est pas habitués à son absence... Mais le monde continue de tourner et c'est amusant de voir papa à notre merci, ah ah ! Sinon l'envers du décors, je pense que tu le connais toi aussi : papa est souvent occupé par l'administration du royaume et même s'il est présent pour nous, je t'avoue que j'envie parfois ma sœur aînée non pas pour son rang d'héritier mais tout simplement parce qu'elle passe beaucoup de temps avec papa. Azaan lui est aussi libre que moi donc il m'accompagne très souvent jouer ou explorer, c'est mon plus fidèle copilote mais il aime aussi le calme et s'inquiète déjà de la politique donc ça m'arrive de partir seule. Heureusement j'ai beaucoup d'amis pour m'accompagner et parfois, j'arrive même à engrainer mon grand frère, Sadaka ! Lui par contre il a pas énormément d'amis et quand il ne s'entraîne pas, il ne reste qu'avec maman. On n'a pas le même père mais ça ne nous empêche pas d'être très proche, je l'aime vraiment beaucoup et je suis très fière d'avoir un grand frère comme lui ! »

Comme à son habitude, Ahva s'était un peu égarée dans ses mots, filant au fil de ses pensées et traduisant chaque ressenti. A vrai dire, elle aimait parler de sa famille, de ses lions qu'elle chérissait plus que quiconque et simplement penser à eux lui réchauffer le cœur. Elle avait vraiment hâte que Kuzali et Sadaka reviennent, leur absence se faisait davantage ressentir chaque jour qui passait et la petite chipie commençait à se sentir seule. Oh elle avait bien son père ainsi que sa fratrie mais rien ni personne ne remplaçait une maman.

Sortant alors de ses rêveries, la petite lionne s'approcha de son nouvel ami et dans un sourire enjoué, elle lui demanda :

« Et toi alors, parle moi aussi de ta famille ! »

La tête penchée vers le lionceau, Ahva avait hâte d'entendre ses histoires, elle aussi voulait savoir et en apprendre plus sur Naba comme par exemple comment était la vie princière sur Freeland, quelles étaient ses relations avec sa famille et toutes ces choses qui allaient de mêlés. Elle le regarde et lui sourit, découvrant avec malice que tous deux se ressemblent beaucoup : cette même fougue, cette envie de découvrir des horizons toujours plus large et cette fâcheuse manie de désobéir... rien n'avait été dit clairement mais il lui suffisait de plonger son regard au plus profond des iris chaleureuses du lionceau pour le savoir, ils étaient de la même trempe. Alors son sourire n'en est que plus large et plus resplendissant. A aucun moment la petite chipie ne regrette de s'être volatilisée de la surveillance des lionnes, c'était même l'une de ses meilleures idées réalisées et elle était très heureuse de la tournure qu'avaient pris les choses, Naba était un chouette copain et un excellent guide !

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
Naba*
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 18 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyMer 14 Sep - 14:14

ALLONS YYY !

Tu m’emmènes où cette fois ?

Je regarde malicieusement Ahva, sans caché véritablement cet enthousiasme qui m'envahit un peu plus chaque minute, mes yeux reprennent leur "route" tandis que mes pas se font rapide et court. Je sens tout autour de moi un ensemble élémentaire m'offrant l'impression d'être un rebelle, ramenant son amie sur des terres dont elle ne doit peut être pas avoir l'avale de ses parents pour y mettre une patte. Cela m'excite de penser que je ramène ici ma première étrangère, et que cela pourrait rendre Kama bien trop fou de jalousie. C'est pour cela que lorsque la jeune Jua, comme je l'a surnomme, me pose la question, j'aborde un satisfaction faciale tout en prenant cette fière allure qui m'habille si souvent.

- C'est un secret !

Alors que je tourne habilement ma tête afin de lui dédier un clin d’œil des plus indiscret, j'opte pour inciter la jeune féline à poursuivre. J'attends tout de même une réponse.

- « D'ordinaire c'est plutôt mouvementé à la maison, on est une famille nombreuse surtout si on ajoute au compte tous les oncles et tantes ainsi que leurs enfants mais en ce moment, maman voyage avec Sadaka – mon grand frère - et Rono – mon oncle- .

J'écoute, et ce silencieusement. Pour une fois. Décortiquant ainsi tout ce que je pourrai absorber comme informations si intéressantes. Et, à vrai dire, tout l'est pour le moment. Ahva aurait donc une grande famille et cela ne fait qu'attiser ma curiosité grandissante, non, dévorante ! J'imagine déjà quelques membres de sa famille, créant à partir de mon esprit leurs corps, leurs allures ainsi que leurs visage bien trop similaires à ceux de mon acolyte. Je me demande s'ils ont le même pelage, les mêmes goût, les mêmes yeux où les mêmes tâches, qui personnellement n'offrent que trop de charme à la princesse que j'accompagne. Alors que nous nous enfonçons un peu plus sur Freeland, je continue d'écouter la jeune femelle désormais à mes côtés.

- Ça fait un grand vide, on est pas habitués à son absence... Mais le monde continue de tourner et c'est amusant de voir papa à notre merci, ah ah !

J'aime beaucoup son rire, à cette fauve ci. J'ai un piquant lorsqu'elle parle de ce genre d'absence, je me sens à mon tour vide, vidé, incomplet. C'est étrange car je n'est point ce manque là, j'ai mon père, ma mère, mon frère. C'est toute ma fortune, mes biens. C'est le fait de m'imaginer loin d'eux qui me fait mal, qui m'envoie cet électrique sentiment dans la poitrine. Et cela n'est pas contrôlable. Je me demande si c'est ce qu'Ahva ressent lorsqu'elle pense à eux. Néanmoins je décèle en elle énormément d'optimisme et c'est pour cela que je souris. Parce que tout en elle repousse l'idée d'être éloigné de ses proches, mais sa raison combat cet obstacle et trouve cette source de lumière qu'on ne perce pas chez tout le monde. Et que je n'avais jamais vu dans aucun regard si ce n'est désormais le sien. Avide d'en savoir plus, d'en apprendre plus sur ces étranges facette de Pridelander, je ne brise pas son éclosion spontanée de confiance, attiré par tout et rien à la fois.

- Sinon l'envers du décors, je pense que tu le connais toi aussi : papa est souvent occupé par l'administration du royaume et même s'il est présent pour nous, je t'avoue que j'envie parfois ma sœur aînée non pas pour son rang d'héritier mais tout simplement parce qu'elle passe beaucoup de temps avec papa. Azaan lui est aussi libre que moi donc il m'accompagne très souvent jouer ou explorer, c'est mon plus fidèle copilote mais il aime aussi le calme et s'inquiète déjà de la politique donc ça m'arrive de partir seule. Heureusement j'ai beaucoup d'amis pour m'accompagner et parfois, j'arrive même à engrainer mon grand frère, Sadaka ! Lui par contre il a pas énormément d'amis et quand il ne s'entraîne pas, il ne reste qu'avec maman. On n'a pas le même père mais ça ne nous empêche pas d'être très proche, je l'aime vraiment beaucoup et je suis très fière d'avoir un grand frère comme lui !

C'est vrai. Je l'a comprend. Je comprend Ahva et cette certaine solitude, moi aussi je passe moins de temps que Kama avec notre géniteur. C'est renversant par moment, l'on se sent moins proche, moins... Aimer ? Non. Mais il demeure toujours en nous un certain doute, une incertitude pesante qui nous confirme notre parfaite solitude. De plus, je viens d'apprendre qu'Ahva n'est point héritière, et que comme moi, elle s'en fiche ! Voit-elle donc le luxe que nous avons elle et moi de faire ce que l'on veut tandis que nos congénères doivent attentivement travailler avec dureté pour plus tard diriger un royaume et être la nouvelle égérie. Je découvre aussi que "Jua" possède un frère, avec qui elle jouerait ? Hum... J'aimerai tant avoir un triplé. Mais pas une sœur dont je ne pourrai point tirer la crinière ! Elle est chanceuse d'avoir une famille nombreuse, mais je suis certain que cela à ses avantages comme ses inconvénients. Ho, mais il faut tenir compte qu'Ahva possède de nombreux amis, tel que moi ! Les amis, il faut bien l'avouer, sont essentiels dans différentes situations à l'atmosphère souvent amusant. Hoo entendre Ahva me fascine et m'étonne à la fois ! Sa famille est plus complète encore, car celle ci possède un autre frère qui lui est plus âgé ! Pourquoi n'est-ce donc pas lui l'héritier ? Je ne sais pas mais je ne dis rien non plus, ne souhaitant pas couper son élan. Un Sadaka bien réservé de ce que j'entends. Et cela m'intrigue, bien plus maintenant que la seconde d'Ahva, et cela m'intriguera encore plus dans la seconde qui suit. Ho ! Mais Sadaka serait donc son demi-frère ? Cela m'impressionne, me fascine et me fait me questionner sur son physique. Ahva aurait-elle des airs à lui ? Peut être aucun ? Hooo quel hâte de voir sa famille !

-Et toi alors, parle moi aussi de ta famille !

Ahva m'éjecte de mes pensées et je réalise enfin qu'elle penche la tête vers moi afin d'en savoir plus à mon sujet. Je n'ai pas même entendu sa phrase, et je ne sais pas quoi dire. Pas quoi répondre. Toutes ces récentes révélations bourdonnent encore dans ma tête tandis qu'une huée d'interrogation s'encre en moi. Tout se mélange et quand j'essaie de parler en vain à la jeune femelle avant de lui répondre, mes mots s'entre mêlent dans une vague cacophonie illicite:

- Heu.. Heu... Et, quand enfin je remets de l'ordre dans mes pensées, j'ajoute: Bah je suis pas héritier non plus, j'en suis bien content ! Tous les cours de Kama ont l'air ennuyants ! Et puis nous ne sommes pas une famille nombreuse, il y a juste mon père, ma mère, mon frère et moi. Ce qui est drôle, c'est que c'est mon parfait sosie, je te montrerai !

Et alors que je lui confiais sans une once de scepticisme le paysage s'ouvrait à nous comme une civière illustré de beauté. Nous étions arrivé. L'étang, bordé d'un millier de trèfles. Et, bien plus loin dans un arrogant paysage qui ne se soucie que de sa splendeur, le Repère des Lions.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

Alter ego | PV NABA 212533NabaSigna
cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
Ahva
MEMBRE - AHVA


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 1057
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA EmptyMar 20 Sep - 21:54


Alors qu'elle l'observait avec un grand sourire, Naba semblait pensif. Était-ce par rapport à ce lieu secret où il désirait l'emmener ou s'était-il simplement perdu dans son flot de parole ? La petite lionne avait tendance à s'emballer lorsqu'elle parlait de chose qu'elle aimait. Son air perdu l'amusait et la jeune lionne pouffait doucement, le regard rieur. Son visage était aussi expressif que le sien et la jeune lionne aimait cette similitude. Elle était très heureuse d'avoir croisé son chemin et se félicitait d'avoir faussé compagnie aux chasseuses qui étaient loin d'avoir une tête aussi attendrissantes que celle du prince.

« Ton parfait sosie ? » répétait-elle un peu surprise.

La fratrie de Prideland était de faux triplés et chacun était facilement dissociable de l'autre pourtant, la princesse avait déjà eu l'occasion de jouer avec des jumeaux dont la ressemblance était troublante. Serait-elle apte à discerner Naba de son jumeau ? Elle l'espérait de tout cœur. Tandis qu'elle croisait le regard du lionceau, elle pouvait reconnaître cette même flamme qui brillait dans le sien. Oui elle en était persuadée, Naba et elle étaient de la même trempe et son manque d'intérêt pour la politique ne faisait que la conforter dans cette idée. Elle lui sourit de nouveau et en proie à un stratagème, elle lui proposa :

« Dis si toi et Kama êtes si semblables, peut-être qu'on devrait instaurer un code toi et moi, qu'est-ce que tu en dis ? Comme ça avec un code secret, je saurais toujours vous différencier ! »

Son rire était gai et frais tant elle était emballée par cette idée, ce serait comme un jeu et ce serait fort amusant ! Mais alors que son regard pétillait d'excitation, elle vit un merveilleux paysage se refléter dans les yeux du prince déjà empli de merveilles. Réactive, la petite lionne s'en détourna immédiatement pour ne plus se satisfaire d'un simple reflet mais de la réalité telle qu'elle était. Son ébahissement était tel que sa bouche se dessinait en un « o » de surprise. Tout était si verdoyant, si frais et débordant de richesse. C'était donc ça les terres libres. Au loin, dominant les collines de verdures, s'étendait le fameux Repère des Lions qui n'avait rien à envié à la majesté du priderock.

« Oh Naba, c'est magnifique ! » s'extasiait la princesse.

Son sourire béat semblait infini et son regard parcourait chaque parcelle du paysage, dévorant avec avidité sa beauté. Ahva était aux anges et son petit cœur d'aventurière battait à tout rompre. Tant de possibilités... Elle s'en retourna alors vers son ami sans perdre son joli sourire.

« J'aurais du venir ici bien plus tôt, merci de me faire découvrir tout ça Naba. »

Très enjouée, la petite lionne se rapprocha de lui et lui donna un léger coup de tête amical avant de s'enfuir en riant, avançant avec hâte dans l'étendue de verdure. L'herbe caressait son pelage avec douceur et semblait même accueillir la princesse en son sein. Une légère effluve de fleur sauvage agitait son museau et le cri lointain de la jungle tambourinait dans ses oreilles. Un paradis.
Après avoir gaiement gambader, la petite se dirigea vers le prince mais loin de réduire son allure, elle fonça sur lui à pleine vitesse et effectuant un écart au dernier moment pour ne pas être trop brutale, elle lui sauta dessus et le plaqua gentiment au sol, écrasant l'herbe sous son pelage doré.

« Attention, maintenant je veux que tu me livres tout les secrets de Freeland ! » grondait-elle l'air faussement menaçant.

Mais malgré ses intentions, Ahva était loin d'être une lionne effrayante et son naturel jovial la rattrapa bien vite si bien que la princesse éclata soudainement de rire. Dominant son ami, elle s'amusait de sa petite mèche rebelle identique à la sienne qui était maintenant toute ébouriffée.

_________________
Alter ego | PV NABA 1557150410-signa

Image © Hecate
Ahva rugit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Alter ego | PV NABA   Alter ego | PV NABA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Alter ego | PV NABA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Alter ego | PV NABA
» Enfermé ? Pouvoir ? Alter Ego ? C'est un GAG ??!!!!.... [Libre]
» Quete " Mon alter ego" ville felicitas
» Chambre Naba Chizuru et Murakami Natsuma
» Lerena Evergreen [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-