Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Odon, Metua, Choyo, Jen, Yetsa, Rana & Eshina

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Stardiva Music

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 192
En savoir +
MessageSujet: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Sam 2 Juil - 13:10

Bon, où avait-elle tourné après le rocher tordu, la dernière fois...? Adeleke soupira, agacée. Cela faisait un petit moment maintenant qu'elle essayait de retrouver le chemin de son trou au trésor. Elle s'y était déjà rendu plusieurs fois, cela ne devrait pas poser de problème, n'est-ce pas? Seulement elle n'y était pas allée depuis quelques semaines, il avait beaucoup plu et... la végétation avait envahi l'endroit plus que la petite lionne ne l'aurait cru. Et voilà qu'elle se trouvait réduite à tourner en rond comme un lionceau qui sortait pour la première fois du giron de sa mère! Alors qu'elle avait tout à fait l'habitude de se promener seule, merci bien! D'accord, elle n'était pas allée partout – Freeland était un grand territoire –, mais cette partie-là, elle la connaissait... d'habitude.
Elle fit encore quelques pas et s'arrêta, les yeux plissés. Adeleke n'avait aucune envie d'admettre sa défaite. Il n'était pas question de... Là! Elle reconnaissait ce vieil arbre mort tordu! Elle y était presque, elle savait où aller maintenant!

Puis du bruit se fit entendre. Plus même, une folle cavalcade. Le bruit s'amplifia. Ça venait vers elle! Il y eut un grand bruissement, les feuilles d'un buisson voisin s'agitèrent violemment; avant qu'Ade ait eu le temps de faire davantage que se crisper, une forme fauve jaillit des fourrés et la percuta de plein fouet, les envoyant tous deux bouler au sol.

- Salut, Naba, articula-t-elle d'un ton blasé en recrachant une feuille.

Vu les circonstances, la jeune femelle ne pensait guère se tromper en assertant que c'était là le plus jeune frère.

- De quoi tu fuis comme ça?


Le poussant comme elle le pouvait, elle s'extirpa de sous le lionceau orangé. Se relevant, elle s'ébroua avec une grimace. Son pelage était maculé de poussière et de feuilles. Dire qu'elle venait de prendre son bain... Elle était bonne pour en avoir un autre dès qu'elle rentrerait. Magnifique!

Citation :
Je pensais que Kama pouvait débarquer en courant après la réponse de Naba, mais c'est comme vous le sentez après =) J'espère que ça vous va!

_________________

Avatar et signature © Ermi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3322-adeleke-little-ember
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Mer 6 Juil - 7:12

TOI C'EST COMMENT, DÉJÀ ?

Je suis heureux aujourd'hui. Bien plus qu'habituellement. Je me suis trouvé un véritable ami il y a quelques jours, Nishati. Cela m’emplis de joie de savoir de quelle façon le considérer, enfin je crois. J'espérais le retrouver ce matin pour lui faire part de la place qu'il occupe dans ma tête. Seulement je ne l'ai pas vu. J'en fis légèrement déçu. Mais je retenterai demain et un nombre incalculable de fois pour le revoir. C'est important qu'il sache, je pense. Mais bon, je ne vais point m'attarder sur ces pensées qui viennent à flot dans ma tête. Je dois me concentrer sur ma course. Mes pattes galopent sur les herbes et les écrasent comme de vulgaires obstacles. Je ne regarde pas vraiment le paysage dans lequel je me noie, seule la lumière dans laquelle je baigne berce mon corps de ces volutes rayons lumineux, m'imprégnant de leurs douces étreintes. Je sens mes muscles naissant qui roulent sous ma peau, c'est une sensation étrange et un parfait exemple sur le développement physique du félin que je suis. Je suis également ravie de ce temps qui promet un bel été à venir. Je ne suis pas beaucoup sorti, à cause de la pluie…. Mais maintenant que de chaleureux lobes lumineux transpercent les nuages d'une douce exaltation, Kama et moi pouvons jouer. C'est pour cela que je suis si excité. Je cours à une vitesse folle que je compare à celle d'un zèbre, me remémorant ainsi les quelques incidents que j'ai causé à ce sujet.

J'échappe actuellement à Kama, avec qui je joue à chat. Je ne sais pas où celui ci se trouve vis à vis de moi. Je ronronne de plaisir en sachant qu'il me cherche pour qu'a mon tour je le poursuivre suite à son touché, si il y parvient. Je ne suis absolument pas épuisé. Cela ne doit faire qu'une heure ou deux que nous jouons à divers jeux qui malgré l'effort que l'on doit maintenir dans chacun de ceux là, ne parviennent pas à ma fatiguer. J'éternise ma course et, pour attirer l'attention de mon frère, je lance quelques grognements bien distinctif. J'imite les hyènes, les hippopotames. Je produis à moi seule une cacophonie digne d'un esclandre royale. J'en ris moi même, de ces bruits étranges que je produis à l'aide la mon museau, ma truffe, mes pattes… J'utilise les parties de mon corps avec amusement pour que Kama puisse plus facilement savoir où je suis. Cependant j’accélère la cadence et mon pas se fait régulier. J'accorde inconsciemment les battements de mon corps à ceux de mes pas, et souffle une endurance infatigable.

Je regarde de tout part, mes yeux roulent comme des billes et mes orbites ne sont que plus observatrices. Le mouvement circulaire de mes yeux étant lui même attrayant. Et, ne me concentrant plus sur ma course, je me heurte à un arbre. Celui ci me fait vaciller, et irrigué par ma simple intuition je cours, évitant d'être trop indiscret après cet enivrement que je me suis pris de plein fouet. Les herbes se font plus grandes et je me heurte à nouveau à un buisson. Cette seconde maladresse me sensibilise l'antérieur gauche de mes pattes. J'observe un cours instant cette légère pression qui s'exerce sur mon membre et découvre que celui ci est égratigné. Ce n'est rien. Je suis soulagé. Je peux reprendre le jeu. Mais je n'entends pas Kama. Cela m'irrite et me rappelle l'épisode précédent dans la jungle des gorilles. Un bruit agresse précipitamment mon ouï qui, intriguait, me fait agir mécaniquement. Je bondis dans un saut maladroit dû à la douleur encombrant ma patte et tombe à nouveau sur quelque chose dans quoi j’insère spontanément les griffes. Cependant celles ci se desserrent aussitôt lorsque je comprend que la matière sur laquelle je viens de me froisser est animal. C'est dans un poil doux et court que mon museau se noie. Je le retire, pris de dégoût d'avoir été si intime avec un inconnu. Je secoue donc avec précaution mon museau, ma tête, mon corps… Mes yeux se ferme et je n'ai toujours pas vu mon offenser. L'autre lionceau, enfin ce qui semble en être un, s'extirpe de sous mon anatomie, enfin essaie.

- Salut Naba.

Naba. Cette personne à dit Naba. Je cesse de me secouer promptement et tousse les quelques grains de poussière agitants mes papilles gustatives et chatoyant mes narines. Je lève donc les yeux. Dévisageant une frêle créature aux couleurs réfractés par les jeux de lumière, je découvre une jeune femelle. Je ne suis point certain de connaître son nom. Ayant côtoyer tous les lionceaux Freelander, je n'ai jamais prêter une réelle attention à leur identité… Je crois que celle ci se nomme Adlek…. Heu..

- De quoi tu fuis comme ça ?

Elle n'hésite pas à me sortir de ma rêverie et mon regard reste perché sur son visage qui mériterait d'être lavé. Sa bouille enfantine et sa voix me rappelle la doucereuse mélodie de ma mère. Je n'ai pourtant rien vu de commun entre elles. Elle me procure une sociabilité compétitive. Je laisse s'échapper de ma gorge des toussotements secs. Il me faudrait m'abreuver. Mais je n'ai pas envie de prendre cette initiative de peur que Kama ne puisse me retrouver. Emmêlant mes pattes, je repense à la douleur de mon antérieur gauche. Je le chevauche du regard et regagne les yeux verts de la jeune lionne. J'hésite à lui répondre ce que je fuis. J'hésite même à lui dire que je suis Naba. J'aimerai passer pour Kama afin d'examiner sa réaction. Mais cela serait tellement plus amusant accompagné de mon semblable. Kama et moi sommes similaires, identiques, à quelques détails près. Seule mère sait vraiment nous différencier. Je suppose qu'Adlek, ou Adekele, un nom comme ça, à dit cela sans véritablement réfléchir.

- Je suis (tousse à cause des grains de poussière) Kama.

Heureux de mon stratagème débutant, j'essaie de jouer son rôle. Kama serait inquiet de ce que Naba, moi, trame. Ainsi je me retourne, observe la faune et plisse les yeux, faisant retroussé mon museau. En étant simplement Naba, je m'inquiète. Une réelle interrogation vient me déraciner de ma douleur à la patte avant gauche. Je regarde encore, j'écoute, je sens. Mais il n'y a que l'effluve de la jeune femelle qui titille mon olfaction. Je tourne sur moi même, l'observe. Celle ci a une feuille sur l'une de ses oreilles.

- Hé ! Adleke ! Tu as une feuille sur ton oreille.

Je glousse, je rigole franchement quand je me rends compte que ça n'a physiquement pas l'air d'être son prénom. Je réfléchis et creuse un peu dans mes souvenirs qui s'éloignent de moi. Mais rien ne me reviens.

- Désolé, heu tu t'appelles comment déjà ?

Je lui souris, imitant Kama, essayant de l'imiter plutôt. C'est donc un sourire qui se fait hésitant, temporaire et timide qui se dégrade sur mon visage quand j'entends enfin un signe de vie autre que celui de la féline. Kama ! Ho j'espère que c'est Kama. Il en a mis du temps. Je soupire présomptueusement et balaie quelques buissons d'une patte, ne pouvant faire usage de l'autre. Mes sourcils s'arquent et je déforme ainsi mon visage en maints grimaces qui s'associent à mes recherches, ma douleur et mes questions… Kama, je t'attends ! Ho… Et comment te ferai-je comprendre que je me fais passer pour toi ? C'est amusant comme situation. J'en rigolerai presque. Je promène mes yeux ambrés sur plusieurs mètres quand je vois surgir ce qui me semble être une forme identique à la mienne et aux même reflets roux.

- Naba, c'est toi ?

Il faut bien que je joue précautionneusement mon rôle de Kama. Essayant de faire en sorte qu'il comprenne que je joue à notre jeu préféré, sans lui avoir laissé la chance d'aboutir à notre « chat ». J'amplifie mon regard et je sens mes muscles se contractés à chaque picotement dû à l'égratignure. Mais ce n'est rien, voyons. Cependant, j'hésité à attirer l'attention de la jeune lionne sur ma blessure. Jouant le rôle de Kama, je devrais lui passer sous le nez pour qu'elle puisse penser s'en apercevoir sans que j'ai le besoin de lui dire.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
MEMBRE - KAMA


À mon sujet

Age : 21 Masculin
Nb de Messages : 308
Localisation : Dans mon TARDIS, quelque part dans le temps et l'espace.

En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Jeu 7 Juil - 22:17




Anything you can do, I can do better


« Je vais t'attraper, tu ne courras pas longtemps ! »

Kama était à la poursuite de son frère. Comme souvent, il avait décidé de jouer à chat avec lui. Et pour ce tour, c'était à son tour d'être le chat. Son frère courrait vite, il se devais de l'avouer, et il n'était pas sûr de l'attraper tout de suite. Il se concentrait sur ses pattes, essayant de ne pas trébucher, où il aurait eu l'air idiot. Et puis, ça ne l'aurait pas aidé à gagner. Son frère prenait de la distance par rapport à lui et le jeune prince était presque totalement essoufflé. Depuis toujours, il savait que son frère était plus rapide que lui. S'il jouait donc sur l'unique vitesse, il y avait peu de chances qu'il réussisse à le toucher. Il faudrait donc que son jumeau commette une erreur, qu'il tourne trop souvent par exemple, ce qui permettait à Kama de couper en diagonale pour le rejoindre plus vite.

« Grands Esprits, faites que Naba se casse la figure ! »

Loin de lui l'envie de blesser son frère. D'ailleurs, il y avait peu de chance qu'il dise ça réellement sérieusement. Il ne voulait pas que son frère se blesse, il s'en serait voulu si ça avait été le cas. Ceci dit, si ce dernier tombait, on moins Kama pourrait-il l'attraper plus facilement. Ça aurait peut-être été trop facile, certes, mais au moins il aurait réussi.

Mais il vit finalement sa chance arriver quand Naba se cogna contre un arbre, ralentissant considérablement la distance qui séparait les deux lionceaux. Kama s'approcha en espérant que son frère ne se soit pas fait mal. Puis, une fois assuré que c'est le cas, et alors que son jumeau repartait, il explosa de rire. Car il faut l'avouer, cela resta comique, très comique même, de se prendre un arbre en pleine tronche dans cette situation.

La course continua, et les deux lionceaux furent entraînés dans les hautes herbes. Cela dérangeait quelques peu le champ de vision du prince héritier, mais il n'était pas pour autant prêt à abandonner. Mais plus il avançait, moins il voyait son frère. Il s'arrêta, afin de reprendre son souffle. Son jumeau était sûrement encore plus éloigné désormais, et en tournant la tête, il ne vit aucune trace de lui.
Il se calma pour ne pas céder tout de suite à la panique, il n'y avait pas de raison. Cela lui rappelait forcément l'épisode de la Jungle des Gorilles, mais il se résonna en se disant que cela n'avait rien à voir. Ils étaient en terrain connu cette fois-ci, et ils savaient que s'ils se perdaient, ils se retrouveraient au Repère, c'était ce dont ils avaient convenus.

Kama allait se risquer à un appel, quand il entendit un bruit de feuille. Il trottina en direction du bruit, et aperçut bien vite un buisson. Se disant que c'est de là que ça devait provenir, il s'en approcha, et perçut le son d'une conversation. Reconnaissant bien évidemment la voix de son frère, en plus d'une autre qu'il n'identifia pas, et il se rua vers l'emplacement.

Naba ? Aux mots que son frère prononça, il compris tout de suite à quel jeu il voulait jouer. Leur préféré, l'échange d'identité. Prenant son rôle à cœur, il se jeta sur son jumeau avec un rire, roulant un peu au sol avec lui. S'il voulait prendre le rôle de Naba, il devait y aller à fond, où ça ne marcherait pas.

« Touché Kama ! Je savais bien que j'étais plus rapide que toi ! »

Il ajouta un rire à cette remarque, puis porta son attention sur la jeune lionne qui se trouvait là. Kama de son côté était plutôt bon pour retenir les noms des membres du clans, et les abordaient toujours avec un salut de formalité. Mais sachant que son jumeau était toujours plus décontracté que lui, il prit son rôle et joua l'acteur.

« Salut, comment ça va toi ? »

code by Panda

_________________

Avatar : image ©️ Kiowara

Kama bavarde en #9D6000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3156-kama-prince-heritier-de-f
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 192
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Dim 10 Juil - 1:19

Le lionceau fauve hésita un moment avant de répondre quoi que ce soit. Adeleke tapa de la patte sur le sol, s'impatientant. Il avait perdu sa langue ou quoi?! Plutôt inhabituel s'il s'agissait vraiment de Naba – le prince ne savait pas se taire. Il toussa et, enfin, sortit quelques mots un peu étranglés par sa toux.

- Je suis Kama, articula-t-il avant de jeter des regards inquiets aux alentours.

Elle leva un sourcil tout en jetant au lionceau un regard incertain. Difficile de savoir s'il disait la vérité ou non. Les deux cas étaient plausibles, et de toute manière la jeune femelle était bien incapable de différencier les deux fils d'Haki. Autant partir du principe qu'il disait la vérité. Ade haussa les épaules, parla d'une voix égale.

- D'accord, Kama.

- Hé! Adleke! s'exclama-t-il. Hein? Comment il l'avait appelée? Est-ce qu'il déformait son nom exprès? Tu as une feuille sur ton oreille. Désolé, heu tu t'appelles comment déjà?

Prise de court, ne sachant pas très bien où se donner de la tête, Ade donna priorité à son oreille. Elle la secoua brusquement, et pour faire bonne mesure, la frotta de la patte. Une feuille morte qui s'était accrochée à son pelage tourbillonna jusqu'au sol, donnant raison au jeune prince. Qui, elle ne l'oubliait pas, ne connaissait pas son nom.

- Ade. Je m'appelle Adeleke, dit-elle, un peu froissée.

Certes, c'était l'héritier et il était plus jeune qu'elle, mais il aurait pu connaître son nom! Dans son petit caprice personnel et enfantin, la petite lionne ne songeait pas que bien des membres du clan ne connaissaient pas son nom. Elle n'était qu'une enfant, encore anonyme... Qu'importe, se disait-elle, elle aurait le temps de se faire connaître, ne serait-ce qu'en parlant avec les siens. Ce n'était même pas comme si elle aspirait à la célébrité. Ce n'était qu'une réaction puérile provoquée par les "offenses" que lui avaient faites Kama.
Ade n'eut toutefois pas l'occasion d'ajouter grand-chose: le jeune mâle tourna la tête vers une silhouette dorée qui approchait à vive allure et appela son frère. Évidemment. Là où il y avait un des jumeaux, il y avait l'autre. Les deux frères étaient presque inséparables, et les voir l'un sans l'autre était pratiquement impossible.
Naba surgit des fourrés et se jeta sur son frère sous le regard blasé du troisième lionceau. Ade était habituée à leurs comédies diverses et variées: elle en était témoin depuis leur naissance ou presque. Surprenant comme on s'habituait vite à ce genre de choses, pensa-t-elle en baillant légèrement pour marquer son ennui.
Naba s'adressa à elle. L'intéressée releva la tête tandis qu'il la saluait et lui demandait comment elle allait.

- Ça irait mieux si ton frère ne m'avait pas écrabouillée, ironisa-t-elle, mais je survivrai.

Adeleke assortit sa réponse d'un grand sourire narquois qui montrait qu'elle ne lui en tenait pas rancune. En même temps, avec ces deux-là, il valait mieux ne pas prendre la mouche pour si peu.
Son regard se fit malicieux, son sourire espiègle et tout en dents. Son entrain et sa compétitivité avaient été titillés.

- Alors comme ça, vous jouez à chat? Vous voudriez d'un troisième joueur? lança-t-elle avec un air de défi.

Elle plaqua son avant-train au sol, montrant clairement son envie de jouer. Toute pensée de sa cachette aux trésors oubliée pour le moment, elle ne pensait plus qu'au jeu.
Elle avait un certain avantage sur les deux princes: plus âgée de quelques mois, elle était légèrement plus grande et plus rapide. Mais ce n'était pas un détail pareil qui allait l'empêcher de jouer – et de gagner, pensait-elle.

Citation :
Désolée, c'est un peu brouillon, je me fais la main avec Ade x) Pour le chat, vous pouvez bien évidemment accepter comme refuser, et même si vous acceptez on peut faire en sorte que ça ne dure pas trop longtemps pour réserver un peu plus de temps aux interactions entre les lionceaux.

_________________

Avatar et signature © Ermi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3322-adeleke-little-ember
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Dim 10 Juil - 20:08

JEU A TROIS ? MAIS, ON JOUE DÉJÀ A UN JEU !

J'avais rejoins Kama dans une trotte démesuré de par ma légère blessure. Celle ci me rappelle celle de mon ami. Ce qui me fait sourire car je pourrai, une fois rentrer, la lui montrer. Kama avait joué le jeu, et avec si bonne imitation qu'il me procura l'envie de mieux faire que lui ! C'est pour cela que lorsqu'il m'eut attraper, je ria en acquiesçant de la tête. Ne prêtant plus grande attention à notre précédent jeu, mon regard se tourna vers Adeleke. Cette fois ci, interdiction d'oublier son nom. Ce fut une erreur fatale avec laquelle j'aurai pu facilement me faire attraper. Et j'aimais trop me faire passer pour mon frère pour laisser une médiocrité pareil faire barrage à mes plans. Le jeu était simple. Je suis Kama. Kama est moi. Il fallait précautionneusement s'en tenir à cela.

- ça irait mieux si ton frère ne m'avait pas écrabouillé. Mais je survivrai.

La féline nous adresse un sourire étonnamment amical. Et c'est à cela que je comprends instinctivement qu'elle ne m'en veut pas, moi, « Kama » . Ce qui est amusant, c'est qu'elle y croit, ne sachant pas nous différencier. Il est donc vrai que seule mère sait le faire. Et j'en ai la preuve sous le museau. Je renvoie gentiment mon sourire à la jeune femelle. Un sourire aimablement renvoyé, cachant le fond de ma pensée taquine qui voudrait bondir et poursuivre ces jeux inlassables. Mais je me concentre sur mon rôle de Kama. Je ne dois pas être trop surexcité, trop joueur, trop bavard. Je dois éliminer cette adrénaline oppressante de mon corps. Mais il est difficile d'y parvenir. Très difficile. Mes pattes me suggèrent de courir, de sauter, de chasser, de griffer, de s'enfouir dans la terre moulu, d'attraper … Cela ronge chaque parcelle de mon pauvre corps en surcharge d'énergie. D'autant plus que c'est mon tour de saisir Kama. Je retrousse le museau, discrètement. Je me concentre. Je ferme les yeux.

Quand la femelle me coupe dans mon effort surnaturel, nous interrogeant sur nos actions précédentes. J'ouvre à nouveau les yeux, pour dévisager de mes mirettes celles d'Adeleke. Je fais offense à un vert si vivant qu'il me ferait songer à un fruit ; une pomme. Ses yeux sont clair et vif, énergique. Cette activité ne se lit donc pas que dans sa voix, mais également dans son regard, dans ses mimiques, dans son comportement actuel, dans lequel elle se propose troisième joueuse. Ce qui ferait que nous devrons improviser notre délectable partie de « chat ». Cela ne me dérange point. Je suis toujours le regard de notre Freelander, il s'abaisse pour se retrouver presque aussi bas que terre. Détachant mes mirettes des siennes, je peux voir son corps, paraît à jouer. Il est tapie, certain. Je vois en elle une certaine sûreté dans son mouvement. Elle désire jouer, et cela ne parviens qu'a m'empêcher de garder ma stabilité royalement contrôlée jusque là ! Je veux aussi jouer ! Tout autant qu'elle ! Mes pattes me rongent, je veux tant courir et tant m'amuser. Qu'aurait fait Kama ? Il aurait accepté poliment, je pense.

- C'est toujours mieux à plusieurs ! A moi d'attraper ! Je vous laisse un peu d'avance.

Kama est généreux, contrairement à moi qui ne prend jamais le temps de penser à autrui. Je suppose donc avoir marquer un bon point dans mon rôle d'aîné.

J'essaie à nouveau de contrôler mes pulsions hyperactives. Mais il m'est impossible d'attendre plus que cela. L'impatience me submerge et je me mets à galoper rapidement dans les fougères. Commençant ainsi à compter, je saute sur mes pattes pour maintenir une certaine fragilité remuante. En comptant, je chante presque. Pressé et désordonné, à 10, je me retourne sauvagement. La crinière défaite, le poil décoiffé, je continuer de me balancer d'une patte sur l'autre. Il faut que je ne quitte pas mon rôle de Kama. Pas tout de suite. Je dois limité ma course, étant plus rapide. Et je dois réfléchir, lui même étant plus stratégique. Kama devrait, à mon avis, entreprendre une course endurante dans laquelle, au lieu de foncer n'importe où, observerait de gauche à droite, silencieusement. Kama est doué pour se tapir dans les hautes herbes, pour la discrétion et tout ce blablabla dans lequel mes capacités sont limités. Il faut que je donne tout de moi. Il faut qu'Adeleke croit en cette comédie. Je crois que jamais Kama et moi avons fait plus d'un jeu à la fois, car je crame bien trop souvent ma couverture lorsque je m'amuse en sa compagnie. Aujourd'hui, il n 'en n'est pas question.

Je me dégage des buissons et des herbes piquantes pour accéder à l'endroit dans lequel nous avions une si fascinante discussion. Mon pou se fait plus lent, m'ordonnant de bouger plus dynamiquement que cela. J'en meurs d'envie, tant ! Mais Adeleke pourrait me voir, non ? Je ne risque pas encore le coup. J'avance, encore… Je bondis d'entre les mottes et rejoins ce petit coin similaire à une forêt. Je reconnais, après une trotte de quelques minutes, l'arbre que je me suis pris. Spontanément, je pose mes yeux sur ma patte. Celle ci ne saigne pas, n'est pas plus égratigné que cela. J'esquisse un sourire et poursuis ma route. L'énergie m'emporte et je passe du trop au galop. Ma course se fait dangereusement insouciante. Et c'est par cette indifférence que je me suis heurter, tout à l'heure.

J'étudie les recoins du regard, je passe en un saut une fente, je chuchote leur prénom, je monte sur des rochers à la recherche de l'un d'eux. Quand j'aperçois enfin une silhouette qui s'efface en s'éloignant de moi. Je ne sais absolument pas lequel des deux cela aurait pû être. Mais je dois l'attraper. Etre « chat », ce n'est pas mon hobby.

Je parcours quelques mètres en pas même une seconde ! Je passe furtivement devant une drôle de petite grotte dans laquelle un lionceau pourrait passer, et je rejoins, avec un besoin primaire d'attraper ma proie, le point de départ. Celui où je suis tombé sur la femelle. Mais elle n'est pas là. Kama non plus. Et si c'était Adeleke qui m'a il y a quelques instants à peine devancé, ma position « d'héritier » est menacé. Kama et moi sommes connu pour ce genre de différence. Le seul remède à deviner lequel est lequel. Soit je suis fichu. Soit c'est Kama que je viens de courser. Et cela m'irrite légèrement. Que devrai-je faire ? Aucune idée ! Je me dirige donc d'un pas pressé vers la faune, je plisse les yeux, j'examine jusqu'aux plus fins des détails, et, entre deux brindilles trempé pas je ne sais quoi, une couleur se fondant dans ce chaleureux paysage attire mon attention. Mimant de ne pas l'avoir vu, je recule prudemment. Et, dans un demi tour calculé et furtif, je bondis sur ma proie. Tel un prédateur avide de tuer. Ne faisant aucun mal à ma prise, je crie :

- chat !

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
MEMBRE - KAMA


À mon sujet

Age : 21 Masculin
Nb de Messages : 308
Localisation : Dans mon TARDIS, quelque part dans le temps et l'espace.

En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Mar 2 Aoû - 19:25




Anything you can do, I can do better


Jouer le rôle de l'autre. Le jeu préféré des deux jumeaux. Kama devient Naba, et inversement. Quelque chose qui n'était pas trop difficile, puisqu'il se ressemblait tout à fait physiquement. Après, il leur restait à adapter leur caractère respectif et tout allait bien. Avec cette technique, ils arrivaient même à piéger leur propre père. Alors, quand il s'agissait d'une jeune lionne qu'ils ne connaissaient pas bien... c'était encore plus simple. Cependant, le jeune héritier devrait faire bien attention à imiter correctement son frère. Il pressentait que la dénommée Adeleke était observatrice, et saurait déceler une erreur de l'un des deux.

« Ahah, Kama à pas l'air comme ça mais qu'est-ce qu'il est maladroit parfois ! »

Pile le genre de réflexion qu'aurais fait son frère. Bon, pour le moment, il lui semblait qu'il ne jouait pas trop mal son rôle. A son plus grand bonheur d'ailleurs, car la lionne avait l'air d'y croire. Et les deux lionceaux n'allaient sûrement pas s'arrêter tout de suite. Souvent, il leur arrivait même de ne pas dévoiler leur supercherie. Au pire, ils reprenaient leurs réels rôles au bout d'un moment, sans que les autres ne s'en aperçoivent. Ils pouvaient par exemple disparaître derrière un buisson et ré-échanger leur rôle, puis recommencer, de quoi en faire tourner plus d'un en bourrique.

Adeleke leur proposa alors de jouer avec eux. Kama laissa son jumeau répondre à sa place, se disant intérieurement que c'est justement la phrase qu'il aurait sortie. Définitivement, les deux frangins se connaissaient par cœur. Après tout, c'est vrai que ce serait encore mieux à trois. Kama adressa un sourire rieur à la petite lionne. C'était donc à son frère de les poursuivre. Là, il devrait donner tout ce qu'il a, car Naba était plus rapide que lui, et s'il devait jouer son rôle, il se devait aussi de copier ses attitudes.

« Alors on y va ! Mais tu nous toucheras pas, on est bien plus rapide que toi ! » dit-il d'un air moqueur.

Et, sans prendre le temps d'attendre Adeleke, il s'élança dans la direction inverse. Sa première envie fut d'aller se cacher quelque part, mais il savait que Naba aurait courut plus longtemps. Il se fatiguait moins vite et avait d'une façon générale plus la bougeotte, et plus l'envie de courir à découvert. C'est donc ce que Kama décida de faire, luttant contre son envie de ralentir sa course, ou d'essayer de voir ou était la lionne qui jouait avec eux. Il résista aussi à l'envie de se retourner, de humer l'air pour savoir ou se trouvait son frère. Non, il continua d'avancer, de courir même, espérant qu'il ne se fera pas toucher tout de suite.

Mais apparemment, il ne se trouvait pas aussi bon que son frère de cette façon là. C'est trop tard qu'il le remarque, Naba s'étant mis à jouer son rôle à la perfection. Ne l'ayant pas vu venir, Kama poussa un cri de surprise quand son frère atterrit sur lui, le renversant par la même occasion. Il se releva en se secouant, donnant un coup de patte taquin à Naba. Pourtant, avant de laisser le temps à ce dernier de repartir dans l'autre sens, il lui fit signe qu'il avait quelque chose à lui dire. Craignant qu'on les entendent, il lui chuchota :

« Il faut qu'on la perturbe ! Qu'on change sans cesse nos rôles ! Si on se met tous les deux à la poursuite d'Adeleke, elle n'y comprendra plus rien ! Par contre, faut faire attention à pas apparaître en même temps dans son champ de vision quand on la poursuit. T'en dis quoi ? »

code by Panda

_________________

Avatar : image ©️ Kiowara

Kama bavarde en #9D6000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3156-kama-prince-heritier-de-f
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 192
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Sam 6 Aoû - 23:43

Citation :
Je suis désolée du temps de réponse, je n'avais pas vu le dernier message de Kama... Je me suis un peu laissée emporter, désolée si le post n'est pas très intéressant x)

Ce fut le sourire aux lèvres que les deux lionceaux royaux acceptèrent la proposition d'Adeleke, maintenant leur partenaire de jeu. Ravie, la petite lionne se redressa d'un bond avec un éclat de rire. Ça s'annonçait bien! Ses pattes la démangeaient, elle n'avait qu'une envie: s'élancer dans une course folle à travers la végétation... et gagner, si elle le pouvait. C'était ça qui était drôle!
Kama se proclama chat et accepta de leur laisser un peu d'avance – comme c'était magnanime de sa part, songea Ade avec malice.

- Alors on y va
, s'écria l'autre lionceau fauve. Mais tu nous toucheras pas, on est bien plus rapide que toi!

En effet, il lui semblait se souvenir que Naba était plus rapide que son jumeau. Elle devrait donc être prudente, car Kama risquait de se rabattre sur elle, sachant son frère particulièrement vif. Eh bien, qu'il vienne! La pré-adolescente saurait leur montrer à tous les deux qu'il ne fallait pas la sous-estimer, se disait-elle avec un sourire roublard. Et s'ils la touchaient... Ce serait là que le jeu deviendrait drôle.
Ade se rappela sur terre d'une petite voix interne sarcastique: bon, tu comptes rester là encore longtemps, prête à te faire attraper par Kama? Ou tu vas filer quand tu en as encore le temps? Elle se secoua donc et déguerpit sans demander son reste. Heureusement, elle n'avait pas perdu trop de temps, mais la moindre seconde supplémentaire ne serait pas de trop pour semer son poursuivant.

Avec un nouveau sourire, elle accéléra un peu, poussant sur ses pattes autant qu'elle en était capable. Elle s'efforçait de rester alerte à tout bruit et tout signe que le chat se rapprochait, mais elle ne captait rien. Par prudence, la petite tâcha de faire des zigzags, de ne jamais rester en ligne droite trop longtemps – plus imprévisible elle restait, plus difficile ce serait pour Kama de la toucher.
Bon, courir à en perdre haleine, c'était drôle deux minutes mais ça devenait vite énervant... C'était fatigant, n'empêche! Ade ralentit, se tapit sous un buisson et tendit l'oreille, étouffant tant bien que mal son souffle court pour ne pas se faire repérer. Son poursuivant se rapprochait-il? Où l'héritier pouvait-il bien être? Prudemment, elle s'extirpa de sa cachette et rampa au sol sur quelques mètres. Elle ne pouvait pas continuer à courir en tous sens comme ça, elle allait s'épuiser inutilement. Mieux valait rester à l'affût du lionceau fauve et de courir quand il se trouverait non loin, n'est-ce pas?

- Chat!

Le cri la fit bondir. Elle avait eu peur que le traqueur ne déboule d'un buisson sans prévenir et de se faire prendre par surprise, et il semblait qu'elle avait eu raison. Elle se crispa, ferma les yeux sous l'attente de l'impact... mais rien ne vint. Elle ouvrit un œil, puis l'autre. Ah, non, manifestement ce n'était pas elle qui était visée. Haha... elle avait paniqué un peu rapidement. Le cri avait toutefois été suffisamment fort pour que les jumeaux soient proches. Adeleke se remit en marche, à bonds prudents mais décidés.
Soudain elle les vit. Ils étaient là tous les deux, à quelques mètres d'elle. Kama – enfin, elle supposait que c'était lui – avait plaqué son frère au sol, un air triomphant au visage. Étrangement, aucun d'eux ne bougeait. Qu'est-ce qu'ils faisaient? Le chat-qui-n'était-plus-chat était penché sur son jumeau, comme s'ils... parlaient? Mais qu'est-ce qu'ils fabriquaient? Leur aînée était trop loin pour capter le moindre mot de ce qu'ils disaient, mais cela lui importait peu. Elle se dégagea visiblement des épaisses fougères qui l'entouraient, se rapprochant des deux lionceaux tout en gardant une distance de sécurité suffisante – pas folle la lionne, elle n'allait pas se faire avoir si bêtement!

- Bah alors, qu'est-ce qui se passe? Je suis juste là! lança-t-elle avec un sourire de défi. Venez me chercher!

Sans attendre de réponse, elle tourna les talons et repartit. Sa course avait repris, mais elle ne comptait pas courir comme une dératée sans réfléchir. Oh non, elle allait se servir de sa cervelle... C'était maintenant Naba qui était le chat, si elle gardait bien le fil, et il était rapide... plus que Kama. Elle n'avait pas droit à l'erreur, si elle voulait échapper au chat elle ne pouvait pas se contenter de courir à toute vitesse: elle ne tiendrait pas 5 minutes à cette allure.
Elle devrait ruser.
Ade examina son environnement, scannant l'épaisse végétation et réfléchissant à toute vitesse. Elle prit finalement sa décision: prenant appui sur ses membres postérieurs qui commençaient doucement mais sûrement à gagner en muscles avec le temps, elle sauta sur un tronc un peu tordu et l'escalada tant bien que mal – c'était plus facile dans sa tête... Après quelques instants de lutte intense, elle était debout sur une grosse branche et avait gagné un équilibre incertain. La Freelander avança à pas prudents – pas sûre que ce soit une de ses meilleures idées, réflexion faite... Mais il fallait bien essayer.
L'enfant poussa un grand cri joyeux qui se répercuta à travers la zone. Le message était clair: je suis là, attrapez-moi si vous pouvez. Adeleke espérait que Naba ne regarderait pas trop en haut quand il passerait près de sa "cachette".
Et après quoi? Elle ne savait pas encore. C'était drôle de laisser son poursuivant passer devant, mais elle n'allait quand même pas rester plantée sur son arbre pendant des heures. ...Oh, elle aurait tout le temps d'y réfléchir sur le moment. Pour le moment, elle attendait avec impatience l'arrivée de Naba. Elle n'avait même pas pensé au fait qu'elle ne saurait absolument pas faire la différence entre Kama et Naba. Comment saurait-elle si c'était le chasseur ou le chassé qui passerait sous son arbre? Elle ne le saurait pas, voilà la réponse, et cette pensée n'avait même pas traversé l'esprit d'Ade.

_________________

Avatar et signature © Ermi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3322-adeleke-little-ember
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Ven 19 Aoû - 12:25

IMPREVISIBLE !

Désolé:
 

- Il faut qu'on la perturbe ! Qu'on change sans cesse nos rôles ! Si on se met tout les deux à la poursuite d'Adeleke, elle n'y comprendra plus rien ! Par contre, faut faire attention à ne pas apparaître en même temps dans son champ de vision quand on la poursuit. T'en dis quoi ?

Ni Kama, ni moi ne bougeons. Je reste sur lui, les pattes bloquant son ferme poitrail. J'absorbe chacun des mots dont il me fait part, acceptant son idée de plus en plus à chaque syllabe qu'il prononce. Un sourire se forme et s'agrandit sur mon visage ahuri de par son ingénieuse idée. Un contentement se forme dans ma gorge tandis qu'il poursuit. Mon frère possède une stratégie inégalable ! Je l'admire parfois même pour cela. Son cerveau nous permet de nous amuser d'avantage et de trouver profit dans diverses situations, sans pour autant mettre à l’œuvre des actes à grandes conséquences. C'est pour cela qu'il sera bon roi. Il sait où placé les limites, et il les mets en place pour moi. Kama me complète réellement, je le complète, nous nous complétons. Départageant l'ingéniosité et l'acte fou. La raison et le désir. La limite et l'audace. Kama, lui, limite mon audace et mon désir. C'est en ça que je le retrouve en moi et que nous ne pouvons être l'un sans l'autre trop longtemps. Il m'arrive même parfois de ressentir certaines émotions de mon jumeau et d'en être contextuellement touché. Cela va jusqu’à maints douleurs, qu'elles soient mentales ou physique. Et ce qui m'est le plus étranger, c'est le fait que lorsque je ressens une inquiétude particulièrement indirect à mon égard, je sais machinalement qu'il s'agit de Kama. Lui ne le sait peut être pas, mais je sûr que notre complicité, nos mots, nos cœur jusqu’à nos pensées et nos faits et gestes tout entier… Sont liés.

- Haha ! Je marche ! Tu me prend pour qui pour refuser !!

- Bah alors, qu'est-ce qui se passe ? Je suis juste là ! Venez me chercher !

Surpris, je déracine mes pattes félines du poitrail de mon congénère, dédiant un regard à notre interlocutrice. Les mirettes d'Adeleke sont habitées d'une certaine malice qui m'incite à penser qu'elle ne nous a pas entendu. Mes ambres se jette sauvagement sur la femelle après être retombées de soulagement, puis empoignent fermement mon frère, afin d'effectuer un clin d’œil lui étant voué. Un clin d’œil que je lui offre grâce à mon profil que la jeune lionne ne peut voir. Celle ci doit encore penser que je suis Kama. Ainsi, je relève à nouveau les yeux, et découvre sans étonnement Adeleke qui s'en va, amusée de cette situation. Elle ne marque point de temps d'arrêt et s'enlise dans les quelques hautes herbes, disparaissant de mon champ de vision. Ainsi, elle nous laisse, à Kama et moi, une certaine intimité dont nous pouvons profiter quelques instants, élaborant notre plan de façon plus constructive. Je pose mes yeux sur son artistique anatomie identique ou presque à la mienne, et, le regard avide, le questionne. Reprenons ! J'ai d'abord été Naba, sans pour autant révéler mon identité et à la recherche de mon ingénieux « grand » frère, je suis tombé sur Adeleke. Par la suite, je me suis fait passer pour ma fratrie, et la jeune lionne y a cru. Bien que sa naïveté lui offre un charme, je reste un peu désappointé du fait qu'elle ne se soit pas questionné. Bref. Ainsi, Kama a joué le jeu, comprenant instinctivement. Il s'est donc fait passé pour moi ! Nous avons joué tout en ayant nos rôles échangés. Cependant, moi, « Kama » je viens d'attraper « Naba ». Naba qui est désormais le chat. Et qui est connu pour être plus rapide que son égal. Nous ramenant au fait que je dois reprendre ma véritable identité afin de ne pas cramer ma couverture.

Ainsi, je n'ai pas besoin de parler. J’acquiesce silencieusement et me retourne. Mon regard déshabille la faune avec intrigue. Je repère le plie maladroit de quelques fougères, signalant le récent passage de notre acolyte, et j’accours vigoureusement vers cette fente des airs. A la poursuite d'une créature que je ne connais pas vraiment. Je ne sais point si Adeleke est silencieuse, malicieuse, rapide, intelligente… Je sais que celle ci est joueuse et naïve. Tout simplement. Peut être qu'elle court spontanément sans but, sans objectif et qu'elle ne s'arrêtera que lorsque Kama ou moi l'aurons arrêter. Instinctivement, à demi embellis par les plantes, je tourne la tête vers mon compagnon et lui confie un grand sourire dans lequel mes canines ne se cachent pas, lui offrant ma joie de tant m'amuser. Mes paupières closes, de part ce grand mouvement dévorant la moitié de mon visage, je retourne la tête. Et, comme si jamais je n'avais souris, une fermeté qui m'est à moi même imprévisible s'imprègne de moi, m'offrant un sérieux trop abject et différent de moi. Quand tout à coup un cri jubilant et très peu lointain atteignit mon ouï. Il s'agissait de celui d'Adeleke, qui à mon auditive opinion ne semblait point en danger. Plutôt confiante, la jeune féline. Je m'enfonça d'avantage, guider par le récent écho de sa voix. Et, à un nombre indéfini de pas, m'arrêta. Je me posa sous un arbre, essoufflé et cherchant haleine dans des halètements continues.

Mais une chose attira mon attention, un papillon. Bien que j'en avais déjà vu, celui ci arborait un charisme authentique qui me charma jusqu’à m'envoûter, m'extirpant de ma chasse. Je dévisagea l'insecte, les pupilles dilatées et le cœur battant. Ses couleurs cristallines aux pourtours noirs domptées de tâches divergentes sillonnaient mes ambres aspirées de par la beauté de ce lépidoptère. Je m'approcha sans réflexion, absorbé, curieux, assoiffé. Et, quand je dépassa la distance respectable, je vis les deux ailes de ce magnifique papillon se déployées. Les divines couleurs qui réfractées la douce lueur rayonnante s'insinuant entre les branches luisirent jusqu’à m'en faire pâlir d'admiration. Le bleu perle s'épongea en vert et l'orange crépuscule en jaune matinale… Et, tout en étudiant ce spectacle félidé, je m’aperçus que cette sublime créature s'effaçait de mon paysage en s'éloignant de moi dans un élan danseur et majestueusement voluptueux. Mon visage se leva tant mes yeux purent suivre l'animal et je releva presque entièrement la tête. Quand… La réalité s'écrasa sur moi. Une tâche visuellement connaissable fit irruption. Adeleke. Ho, c'est vrai ! J'en avais oublié le jeu. Mais que fait-elle donc, suspendu aussi haut ? Intrigué, je me demanda si la jeune femelle m'avait vu. Je fronça les sourcils, et fit une grimace des plus amusantes, involontairement.

- Adeleke ! Qu'est ce que tu fait là haut ? Tu joues à chat ?? (Il faut que je dise quelque chose de semblable à Kama, où celle ci pourrait me démasquer). Tu vas tomber, fais gaf- attention.

Je l'observa, curieux et pensif. Comment avait-elle effectuer cela ? Je balança mon regard de gauche à droite, à la recherche de Kama. Et, quand je m'aperçus qu'il n'était ni à ma gauche, ni à ma droite, je regarda derrière moi. Héhé (Je ne dis pas si Kama est là ou pas, c'est lui qui choisit, comme cela j'ouvre une possible ouverture). J'ai par ailleurs une idée. Je me demande ce qu'en pensera ma camarade. Puisque celle ci semble avoir changer de jeu, et s'avoue être douée pour grimper dans des endroits étroits et dangereux, j'esquisse un sourire mesquin. Je lève à nouveau les yeux, observant son habile morphologie infantile qui m'inspire l'envie de la rejoindre. Que dois-je faire ? Me la jouer Kama, Naba ? Ou dire si mon acolyte est désormais le chat ? Peut être devrai-je lui donner la possibilité de savoir qui je suis. Et lui faire comprendre que je ne suis au final qu'un plaisantin, m'amusant de son esprit irréfléchi.

- J'ai une idée, Adeleke ! Tu dois me dire si je suis Kama, ou Naba ! Si tu as juste, je te laisse si je suis le chat et je monte si je ne le suis pas. Mais si tu as faux, tu devras m'aider ! Haha

J'adresse à la lionne un grand sourire courtois et raffiné, lui laissant la possibilité d'avoir raison. Elle n'a de toute manière que deux réponses au choix. Si elle devinait, cela ne m'étonnerait point. Elle aura dit machinalement sa réponse et compterai sûrement sur son ange gardien pour avoir répondu correctement. Excentrique et enquiquineur. Je compte sur l'indécision d'Adeleke pour me répondre au pif. De toute façon, je veux monter. Alors quoi qu'elle puisse me répondre, elle aura juste dans le sens que je voudrai faire cette chose dangereuse. Pff, dangereux. N'importe quoi. Cette branche à l'air solide, tout de même. Et puis si elle en est capable, je le suis aussi. Je pose sur le tronc ma patte avant droite, et jette un œil derrière moi, laissant suspendre sur le bord de mes lèvres une invitation. Kama, je n'attends plus que toi. Je m'amuse déjà bien assez, cependant sans lui, rien n'est vraiment autant amusant. Changer de personnalité est comme parfaire une journée. J'adore cela. C'est pour ça que j'espère son arrivée. Je relève les yeux sans hésitation et pose mon autre patte antérieur. Whow, c'est drôlement haut. Bon, il n'est pas question de se relâcher. Je n'abandonnerai pas, malgré le fait qu'Adeleke soit plus grande que moi. Je la cherche de mes mirettes, et, une fois trouvé, lui lance sans dépit :

- Alooors ?


PS: Naba jette un Neil en arrière tout ça, soit il pourrait justement regarder Kama qui est derrière lui, soit il entend son arrivé soit il fait ça comme ça. Je laisse à Kama se servir ou pas de cet élément =)

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
MEMBRE - KAMA


À mon sujet

Age : 21 Masculin
Nb de Messages : 308
Localisation : Dans mon TARDIS, quelque part dans le temps et l'espace.

En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Dim 11 Sep - 1:23




Anything you can do, I can do better


Kama émit un rire quand son frère accepta la proposition. Oh, ils allaient vraiment bien s'amuser ! Jouer de leur ressemblance, c'est ce qu'ils savaient faire de mieux, et c'est ce qu'ils faisaient depuis qu'ils étaient nés quasiment. Et jusque là, ça avait toujours marché à la perfection. Seule leur mère était capable de les différencier sans jamais se tromper, et elle était bien la seul/
Le jeune lionceau ne fut pas étonné que son frère accepte, c'était normal après tout, c'était leur jeu préféré, ils n'allaient sûrement pas s'en priver. Au même moment, Adeleke les appela, et le prince tourna les yeux dans sa direction, juste au moment où elle s'était mise à détaler. Est-ce qu'elle les avaient entendus ? Non, il ne lui semblait pas, du moins il n'espérait pas, sinon leur technique était fichue. Bon, même si franchement, même en savant ce qu'ils s'étaient dit, pour autant ça ne voulait pas dire qu'elle parviendrait à les différencier. Mais tout de même, c'était bien plus drôle qu'elle ne le sache pas.

Il semble évident que les deux pré-adolescents reprennent leurs identité respectives. Adeleke s'attend sûrement à ce que « Naba » soit le chat maintenant, et il ne faudrait surtout pas qu'elle pense autre chose ou qu'elle y voit clair dans leur jeu. Kama est rassuré par cette idée : il est épuisé après avoir couru autant. Franchement, il se demande parfois comment son frère fait, pour être aussi rapide et endurant ! Ils ont beau se ressembler, ils n'ont décidément pas les mêmes capacités physiques !

Naba démarra le premier, et Kama lui laissa un peu de temps de s'écarter, afin qu'il y est une distance entre les deux et que la jeune lionne avec qui ils partageaient ce moment ne les voient pas arriver ensemble, ce qui la ferait indubitablement se douter de quelque chose.
De son côté, il s’aplatit dans les fougères. Il entendait au loin les paroles de ses compagnons de jeu, et compris rapidement qu'Adeleke se trouvait dans un arbre non loin. Le fils d'Haki décida donc de prendre le long chemin pour la contourner, afin qu'elle ne l'aperçoive pas. Il tourna donc, à grande distance de l'arbre cependant, jusqu'à se retrouver de l'autre côté. Là, Adeleka de dos, il put s'approcher de l'arbre. Il écouta la petite conversation qui s'en suivit. Naba proposait à Adeleke de lui dire qui il était. Malin. Elle avait une chance sur deux.

Pour signifier qu'il était en face, bien que tapi dans les fougères, allongé, Kama leva sa queue du sol et fit un battement rapide dans l'air, de sorte à ce que son jumeau, qui se trouvait donc en face, le voit, sans pour autant attirer l'attention de la jeune lionne. Il attendait lui aussi la réponse de cette dernière, qui ne devrait sûrement pas tarder, afin de savoir ce qu'il aurait à faire.

code by Panda

_________________

Avatar : image ©️ Kiowara

Kama bavarde en #9D6000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3156-kama-prince-heritier-de-f
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 192
En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   Mar 13 Sep - 17:35

La Freelander n'eut pas à attendre très longtemps après avoir lancé son appel pour voir débouler une forme fauve à toute allure. Elle se pencha légèrement, s'agrippant de toute la force de ses petites griffes à la branche sur laquelle elle se trouvait. Scrutant le sol légèrement en contrebas, un coup d’œil suffit à confirmer sa première impression: il s'agissait d'un des princes. Le problème se posa alors à elle dans toute sa splendeur: lequel des deux était-ce? Assez ennuyée, elle se rendit compte qu'elle n'avait aucun moyen de le savoir et qu'elle ne savait de toute manière pas ce qu'elle aurait pu faire si elle l'avait su.
Finalement, était-ce un bien ou un mal quand le lionceau leva les yeux, observant un papillon – très joli papillon d’ailleurs, elle comprenait sa fascination –, et la repéra? Elle ne saurait le dire. Figée, Adeleke se contenta de le regarder fixement tandis qu'il se rendait compte de sa présence.

- Adeleke! Qu'est ce que tu fais là-haut? Tu joues à chat? questionna-t-il avec une grimace comique. Tu vas tomber, fais gaf- attention.

L'intéressée pencha la tête sur le côté, perplexe. Certes, il était peu conventionnel de grimper aux arbres pendant une partie de chat. Mais... qu'est-ce que c'était que cette question? Ne savait-il pas qu'ils jouaient à chat? Ils avaient pourtant été tous les trois présents lorsqu'ils en avaient décidé. Il ne s'en souvenait déjà plus? Comme c'était bizarre. Et puis elle savait ce qu'elle faisait. Elle n'allait pas tomber, merci bien.
Elle n'eut toutefois pas l'occasion d'exiger des explications. Le prince repartit aussitôt sur une... proposition? Tiens donc... Ade étrécit les yeux et tendit ses oreilles vers son interlocuteur, hautement intéressée. L'idée du lionceau était simple: il s'agissait pour elle d'une devinette visant à découvrir l'identité du lionceau qui se tenait face à lui.
Le Freelander posa ses pattes avant sur le tronc de l'arbre, annonçant clairement son intention de monter tout en la pressant de répondre. Ade plissa encore davantage les yeux; cela ne lui plaisait guère. Elle n'avait pas encore donné sa réponse, il n'avait pas à faire comme si elle s'était trompée. La femelle ramena une de ses pattes sur sa joue dans une posture annonçant la réflexion, son esprit tournant à toute vitesse... mais pas forcément sur ce qu'imaginait son congénère.

Elle ne s'y trompait pas: le marché n'était pas à son avantage, loin de là. Qui qu'il fut, le lionceau pourrait sans problème prétendre être l'autre que celui qu'elle choisissait et Adeleke ne pourrait de toute manière rien y faire, incapable de faire la différence entre les jumeaux.
Certes, elle pouvait imaginer que c'était pas le genre de Kama de mentir à ce sujet... mais comment en être sûre? Et était-ce le genre de Kama de faire une proposition pareille? Ne lui aurait-il pas simplement demandé de l'aide pour monter? C'était impossible d'en avoir la certitude, Ade n'était pas assez proche des princes pour prétendre le savoir. Jouer aux devinettes, dans cette situation, n'avait qu'une chance sur deux de fonctionner.
En revanche... Elle pouvait peut-être pousser le lionceau à parler, le faire discuter un peu trop et révéler sa personnalité – et son identité.

- Un petit marché, alors? Intéressant... Mais qu'est-ce que j'ai à y gagner, moi? Elle regarda ses griffes avec un visage faussement indifférent. Et qu'est-ce qui me fait dire que tu me diras la vérité, une fois que j'aurai dit qui tu es?

La petite lionne s'avança un peu plus sur sa branche. Allongée dessus, elle posa la tête sur les pattes avec une prétendue nonchalance, donnant l'impression d'être très tranquille et confortable dans sa position actuelle. Avec un grand sourire denté, narquois, elle tendit la tête en direction du prince, non loin en-dessous.

- Alors quoi, Kama-ou-Naba? Il va falloir me convaincre pour me décider à deviner.

Elle lança un regard mi-hautain mi-amusé à son camarade de clan, l'invitant à poursuivre. Qu'avait-il à lui proposer? Pour quelle raison se plierait-elle à la proposition du lionceau? Pas pour ses beaux yeux, c'était certain.

_________________

Avatar et signature © Ermi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3322-adeleke-little-ember

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anything you can do, I can do better (Naba & Kama)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chambre Naba Chizuru et Murakami Natsuma
» Problèmes liés à la demande d'envoi d'informations du client DOFUS
» Modifications apportées par la mise à jour des serveurs du 05/05/09
» Aaron, un gars comme un autre.
» Un fruit pour Azraël

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-