AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Quand on est deux copains | PV ENAPAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 20 Féminin
Nb de Messages : 695
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   Ven 24 Juin - 13:04


Le soleil brillait avec ardeur, c'était un vrai bonheur que de ne plus avoir un ciel parsemé de nuage grisonnants. Les lions en profitaient pour se prélasser paresseusement sur les plates-formes du rocher et l'on pouvait entendait entendre quelques ronflements de part et autre. Parmi tout ce méli-mélo de corps parsemant le rocher, une petite tête reconnaissable à sa mèche rebelle se frayait un chemin parmi la foule. La sieste n'était vraiment pas une activité prisé par la jeune princesse qui préférait davantage profiter de ce moment pour s'éclipser de l'attention des adultes.

Ahva avait grandi et bientôt, elle serait une fière adolescente. Elle se délectait de ce moment à venir et guettait impatiemment les premiers changement de son corps. Bon pour le moment ce n'était pas flagrant mais déjà, elle avait grandi et son corps était plus élancé. C'était un bon début. Ses parents continuaient de guetter ses escapades mais elle sentait leur attention s’amoindrir. Elle était plus libre. Arrivant à hauteur de celui qu'elle cherchait, la princesse salua la mère du lionceau avant de se pencher à son oreille :

« Psst, psst ! » fredonna-t-elle pour le tirer de ses rêveries. « Viens on va jouer ! »

Plongeant son regard dans celui d'Enapay, elle lui adressa un sourire malicieux. Si Ahva aimait se faire de nouveaux copains, elle n'en oubliait pas ceux qu'elle avait déjà. Enapay et elle avait souvent joué ensemble étant plus petits et l'habitude était restée. Une fois son partenaire opérationnel, les deux lionceaux quittèrent le rocher à base de grandes foulées.

Fière d'expérience nouvelle et de pouvoir les partager avec ses amis, Ahva emmena avec elle le lionceau jusqu'aux abords de la Colline du Peponni. C'était différent de leur terrain de jeu habituel mais depuis qu'elle avait foulé cet endroit avec son grand frère et son amie, la jeune princesse aimait revenir en ces lieux.

« Regardes, c'est pas beau ici ? » avançait-elle un grand sourire aux babines tandis qu'elle-même s'émerveillait.

Tel l'enfant qu'elle était, Ahva se précipita vers les herbes dorés et dessina plusieurs cercles le tout en riant jusqu'aux éclats. Enapay ne pouvait qu'être charmé par l'endroit ! Essoufflée par sa course et tout ce chemin parcourut, la petite chipie s'allongea paresseusement dans l'herbe. Comme l'air était pur ici ! Elle coula un regard vers son ami qui s'approchait et soudainement joueuse, elle lui sauta dessus, l'entraînant dans sa chute ce qui provoqua à nouveau son hilarité.

_________________
Image © Ajjin


Ahva s'affranchit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 20
Localisation : Next To You... 8D

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   Ven 24 Juin - 15:26

Faire le Mort.
Penser à ce que la vie nous réserve, et faire le mort. Parce que de toute manière, on sait où elle nous mène. Regarder nos proches mourir, se dire qu'un jour, ce sera notre tour. Faire le mort. Voir passer le temps, le sentir glisser sous la peau et arracher notre jeunesse, et blanchir notre poil, et asséché notre vitalité. Fondre sous un soleil caniculaire, sortir la langue à la recherche vaine d'un peu d'humidité. Fermer les yeux pour ignorer le regard agacé de votre mère, qui en a ras-le-bol de vous voir glandouiller dans l'ombre d'un pauvre rocher, et de vous entendre vous plaindre, alors qu'au fond, vous savez que sa peau reflète la votre, et qu'elle fond autant que celle qui couvre votre chair, maintenant brulante et cuisante sous l'astre du jour, qui se marre et s'esclaffe en voyant votre détresse. Aucun nuage, aucun vent. La mort arrive...

Voila à peu près près ce que je ne cessais de me dire depuis le début de la journée. A philosopher sur le sens de la vie et de la canicule, j'y ai perdu des poils. Mais le fait était là : je cuisais. Je mourrai à petit feu sous cette saleté de chaleur, le corps affalé sur la pierre en essayant d'y déceler de la fraîcheur, et ma mère à côté de moi qui tentait tant bien que mal à me motiver pour que je me bouge le derrière. La folle ! Elle voulait me voir me déshydrater plus vite ? Remarque, ma mort sera plus rapide. J'ouvris un œil, le posant sur l'hécatombe devant mes yeux. Bah. Je crois qu'aucun lion aujourd'hui n'aura le courage de bouger son cul sous prétexte d'une quelconque activité. Au bout d'un certain temps, je la sentis abandonner, et ne put retenir un sourire victorieux et plein de dent. Enfin la paix. Et l'agonie. Chouette. Je refourra mon museau sous ma patte en essayant de suivre la cadence infernale de la sieste, ce que j'arrivai à faire sans aucun mal jusqu'à ce qu'une voix harmonieuse et oh combien familière ne me sorte de ma transe.

« Psst, psst ! Viens on va jouer ! »


J'ouvris une nouvelle fois les yeux, un peu grogui et les posa de manière nonchalante vers la petite princesse qui, elle, rayonnait littéralement d'énergie. A côté, ma mère émit un petit rire moqueur auquel je répondis par un ronchonnement fort peu mature. Son museau se glissa sous mon derrière, et avant de pouvoir protester, mon corps s'éleva du sol, et je me retrouva sur mes quatre pattes. Je la foudroya un bref instant du regard, avant de suivre Ahva dehors, avec le plus d'énergie que je pouvais fournir. C'est à dire pas grand chose. Quittant mon petit repère ombragé, je ferma les yeux lorsque le soleil se révéla une fois et grogna. Trop de lumière. Trop de lumière. Je suis ma précieuse camarade de jeu sans protester, sachant que c'était peine perdue lorsque celle-ci avait décidé de sortir s'amuser. Bah ! J'allais finir par me réveiller un moment ou un autre ! Ou bien mourir de chaud. A voir. A essayé. Bizarrement, cette idée ne me donna pas extrêmement envie. Bientôt, le rocher s'éloigna, et je regarda en ravalant un petit sanglot désespéré l'ombre froide et apaisante de mon doux petit foyer et lieu de repos. Chauuuud... Chauuuuud ! Nan, plus sérieusement, on avait à peine de quoi saliver ! Si j’exagère? Tss. J'aime pas le soleil, c'est tout. Du moins, pas en quantité excessive. Je me demandais même où elle réussissait à puiser son énergie sous un temps pareil. Je continua de la suivre... mais pas là où l'on se rendait d'habitude. Ma curiosité s'attisa, écartant pour un temps le fait qu'il fasse aussi chaud de ma tête, et éclaircissant un peu mes pensées. On arriva bientôt à une espèce de colline. J'arquai un sourcil, plus qu'intéressé par ce nouveau paysage qui s'offrait devant moi. Tout était doré, encore plus grâce à la lumière du soleil.

« Regardes, c'est pas beau ici ? »


- Bah, par rapport à moi, j'dois dire que c'est...


Je coupa ma phrase en la voyant bondir dans l'herbe, et me renfrogna. Elle avait cassé ma réplique de beau gosse ! Elle allait le regretter plus tard. Un sourire carnassier illumina mon visage à la pensée de ce que je pourrais lui faire subir. Les guilis... personne n'y résiste. Je pouffa en la voyant s'épuiser dans la plaine, comme une grosse sauterelle qui aurait le feu au derrière. Ma fatigue depuis longtemps oubliée, je m'approchai dans le but de prendre ma petite revanche, riant également, la bonne humeur d'Ahva étant des plus contagieuses. Je sauta un peu, et me mit à courir aussi, jusqu'à ce que je ne la vois s'arrêter et bondir vers moi. Oh oh... Dans un cri fort peu masculin, je tomba en arrière, le poids lourd de ma camarade m'étouffant légèrement. Je cracha un peu de poussière, alors qu'elle se mit à rire de plus belle. Ah ! elle voulait jouer à ça ? Très bien ! Dans un cri de guerre digne des plus grands guerriers, je me redressa et commença à essayer de la plaquer au sol à son tour, mais cela finit en roulade dans l'herbes et au dévalement de la colline. Une fois les roulades terminées, je parvins à la maintenir (merci les biscottos) et mon plan diabolique se mit en marche:

- Tu vas voir qui c'est qui va rire, maintenant !


Et je commença à agiter la touffe de ma queue sur son ventre, en la chatouillant le plus que je pouvais.

HS:
 


_________________



Kit © Itan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2846-enapay-pridelander#67935
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 20 Féminin
Nb de Messages : 695
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   Dim 26 Juin - 14:42


Hilares, les deux lionceaux riaient de bon cœur. Comme il était plaisant de s'éloigner du rocher et de la surveillance permanente des adultes ! Ici, ils pouvaient être qui ils voulaient et faire ce qui leur plaisait. Ils étaient libres de toutes contraintes et de tous ranges ; simplement deux amis qui s'amusaient. Ahva se délectait de ce semblant de liberté.

Rancunier et peu fuyard, la victime de sa pitrerie revint bien vite à la charge et les deux lionceaux se bagarrèrent quelques instants en équilibre sur leur patte arrière avant de flancher, dévalant à toute allure la colline. Les quelques égratignures étaient évasives et seul l'hilarité persistait. Plus grand en taille et fort en muscle, Enapay parvint à maîtriser la jeune princesse et la maintenait impitoyablement au sol. La petite lionne miaulait de protestation mais c'était peine perdue, son rival avait le dessus. Alors qu'elle se pensait simple prisonnière, Ahva réalisa très vite qu'elle allait devenir victime de son bourreau qui, au rythme de plaisantes menaces, mit à exécution la pire des attaques : les chatouilles.

A peine les crins du lionceau glissèrent le long du ventre de la chipie que celle-ci se tordit dans un cri de protestation qui, bien vite, fut remplacé par un suffoquement hilare. Rares étaient les personnes à connaître le point faible de la princesse mais au fur et à mesure de leurs jeux, Enapay avait découvert son sombre secret.

« Non non arrêtes ça, c'est pas juste, c'est... c'est... » articulait difficilement la petite lionne caramel avant de succomber aux éclats de rire.

C'était un supplice mais un supplice délicieux. Ahva s'amusait comme une petite folle mais elle ne tolérait jamais longtemps la soumission. Petite par la taille mais débordante de fierté, elle mordit subitement la patte avant de son ami pour le faire flancher et profita de cet instant de faiblesse pour se déloger de son emprise. Enfin libre ! Elle s'éclipsa très vite et tira la langue au lionceau pour le provoquer.

Prenant alors une attitude de guerrière, Ahva s’aplatit au sol en maintenant son arrière train redressé et fusilla son ami du regard, non sans qu'un sourire malicieux étire ses babines :

« Alors comme ça on ose attaquer la fille du roi ? Prépares-toi à une sanction royale ! »

Imitant le précédent cri du guerrier précoce, elle le chargea à son tour mais à défaut d'utiliser le poids de son corps pour le faire basculer, elle s'attaqua à ses oreilles qu'elle croqua gentiment, chose que son ami avait en horreur. Après qu'un poil ondulé se soit faufilé entre ses crocs, la princesse lâcha prise de dégoût et s'appliqua avec ses pattes à enlever cet intrus. Fichu poil.

Lassée de la bataille, elle se retourna vers son camarade et lui lança sur un ton de défi :

« Tu verras plus tard, de nous deux, ce sera moi la meilleure guerrière ! Et je n'aurais plus jamais à supporter des chatouilles ! »

Elle lui tira la langue de nouveau avant de partir un rire frais et joyeux. Enapay était vraiment un chouette copain mais elle avait hâte de pouvoir lui faire mordre la poussière plus tard parce ce que c'était évidemment elle la plus forte des deux. Cet esprit de compétition n'était jamais très loin, ils aimaient se lancer des défis mutuels car tous deux portaient l'ambition d'être le meilleur. Ils n'étaient pas rivaux car leur amitié était bien réel mais, il fallait bien que l'un soit meilleur que l'autre.

Étouffant son rire sous un sourire satisfait, elle s'approcha de son ami pour lui donner un bref coup d'épaule avant de lui dire :

« En plus j'ai été entraîné par un guerrier l'autre jour, il m'a montré les positions de bases ! J'suis sûre que toi tu les connais pas d'abord ! » arguait-elle, espérant attiser la jalousie du lionceau.

Très fière d'elle, Ahva se pavanait sans gène et et bombait orgueilleusement le torse.



_________________
Image © Ajjin


Ahva s'affranchit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 20
Localisation : Next To You... 8D

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   Lun 27 Juin - 10:20

« Non non arrêtes ça, c'est pas juste, c'est... c'est... »

Atroce? Insupportable? Ouais, je sais, j'suis méchant. Mais on me pardonne. Pourquoi? J'suis parfait. On ne peut pas en vouloir à la perfection après tout. Un sourire carnassier déforma mon visage, alors que j'accélérai le rythme en riant. Haaaa, les positions de forces. Mais la connaissant, celle-ci ne durera pas longtemps, alors autant en profiter un maximum. Surtout que je commençais à fatiguer. C'est pas tout d'agiter sa queue pour embêter quelqu'un, mais faut savoir la maintenir aussi. En l’occurrence, en plus d'exercer un système de rotation sur ce membre agile, je m'efforçais de la retenir au sol. Et bien évidemment, n'ayant aucune endurance, mes membres finirent par lâcher et amoindrir leur prise sur Ahva. Si je m'en servais d'excuse pour exprimer le faire qu'elle venait de me mordre la patte et réussir à s'enfuir, et de ce fait atténuer l'impact que cet acte ait pu avoir sur mon ego de mâle dominant? Nooon, vous allez cherchez ça où, franchement ! Enfin, le fait étant qu'elle avait réussit à se libérer. Pas de morsure méchante, on étais pas là pour se faire du mal après tout. Sinon j'aurais fait bien pire. Huhu. Elle tira la langue, ce à quoi je répondis en en me mettant en position "d'attaque" et en souriant de toutes mes dents, maintenant recouvertes de terres suite aux roulades de toute à l'heure. Les choses sérieuses allaient commencés. Mes membres en trépignaient d'impatience, mais j'attendis qu'elle fasse le premier geste. Les dames d'abord !

« Alors comme ça on ose attaquer la fille du roi ? Prépares-toi à une sanction royale ! »


Si je m'attendais à ce qu'elle me saute dessus? Oui. Si je m'attendais à ce que ce soit aussi rapide? Non. Aussi, veuillez excuser le petit cri manquant clairement de virilité qui échappa à ma gueule lorsque je vis un corps bondir vers moi à la vitesse d'un éclair. J'atterris une nouvelle fois sur le sol, mais cette fois-ci, j'étais prêt à riposter. Enfin, c'était avant bien sur qu'elle ne se mette à grignoter mes oreilles, et cette fois-ci, ce fut à mon tour de rire. Bah quoi? Sensibilité accrue ! Pas touche aux oreilles... Néanmoins, cette attaque ne dura pas longtemps. Je la vis reculer et s'éloigner, semblant se débattre avec un poil de ma petite crinière, et le rire reprit de plus belle. Ho, je ne voulais pas l'offenser, mais disons que de voir la fille de sa majesté grimacé avec un poil coincé entre les crocs étaient particulièrement hilarant. Je me roulais en boule, secoué de ricanement intempestif en admirant la scène devant mes yeux, et remerciant intérieurement ma pilosité pour m'avoir évité une mort par hilarité. Oh, oui, c'était vraiment beau. Le rire se calma peu à peu alors qu'elle se débarrassait de la gêne et, toujours souriant, je me redressa, prêt à accuser sa prochaine attaque qui, je le sais, ne tardera pas à arriver. Mais je risquais de retenir cela : Ahva, grande princesse de Prideland, vaincue par un poil. Elle allait en entendre parler pendant longtemps de cela.

« Tu verras plus tard, de nous deux, ce sera moi la meilleure guerrière ! Et je n'aurais plus jamais à supporter des chatouilles ! »

J'affichai une mine ridiculement offusquée devant ses dires. Elle ? La meilleure guerrière? Après moi j'espère ! J'allais répondre, mais elle partit une nouvelle fois dans un éclat de rire. Un peu frustré par ce manque de considération, je laissa échapper un petit grognement et prépara à sauter. Elle avait voir qui était le meilleur ici... Ce genre de défi n'était pas rare, et bien que je l'appréciais énormément, remettre en doute mes capacités de futur roi du monde avait tendance à me titiller un peu. Trop de confiance en moi? Rien à voir ! L'avenir m'est tout tracé, c'est tout. Et qui serais-je si je ne relevais pas ce défi? Je ne vaudrais pas mieux qu'une mangouste ! Et Ahva avait la mauvaise manie d'attiser cet ego mal placé. Elle adorait ça. Ne pas tomber dans ce jeu, ne pas tomber dans ce jeu...

« En plus j'ai été entraîné par un guerrier l'autre jour, il m'a montré les positions de bases ! J'suis sûre que toi tu les connais pas d'abord ! »

- Ha ouais ? grognais-je un peu, une petite rougeur s'installant sur mon visage.
Et toi est-ce que tu sais faire ça?

Je me recula un peu, regarda aux alentours, et souris une nouvelle fois, dans une expression pleine d'orgueil et de confiance. Hou, elle avait voir ! Je m'assis, pris appui sur mes pattes avant, et hissa l'arrière de mon corps vers le haut. Ce que je faisais? Vous verrez. Au bout de quelques efforts, je réussis à stabiliser mon corps et à le maintenir en l'air. Ainsi, mes pattes avant prenaient appui vers le sol, tandis que mon arrière train tenait dans le vide, en suspend. une espèce de poirier. Merci les muscles, encore une fois. Tentant de ne pas tomber, je leva la tête rougie à cause du flux de sang qui descendait en bas vers Ahva, fier de moi. Ha ! c'était pas avec ses muscles à elle qu'elle pourrait faire ça ! J'allais répondre, lorsque l'équilibre s'acheva. Mon corps plongea vers l'avant, et je retins un petit cri de surprise lorsque je me mis à rouler une nouvelle fois vers ma camarade de Jeu, qui n'eut pas le temps de s'écarter, tandis que je la percuta de plein fouet. Je gémis, peiné. Ma tête se redressa. Plus de peur que de mal après tout. Me rendant soudainement compte de la situation, mes yeux s'écarquillèrent et je m'écarta brusquement, mettant une distance suffisante entre nous deux. Je me racla la gorge pour enlever ma gêne et ma honte, et retrouva un visage confiant et assuré. Lui faire croire que tout était orchestré. Surtout, ne pas céder à la panique. Faire comme si j'avais réussi ce que j'avais voulu faire à la base.

- Je suis certain qu'on ne t'apprend pas ça chez toi !


Sourit, sourit, sourit, sourit... ! Tu t'enfonces, mais c'est pas grave, sourit !


_________________



Kit © Itan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2846-enapay-pridelander#67935
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 20 Féminin
Nb de Messages : 695
Localisation : Prideland

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   Lun 27 Juin - 11:34


Elle riait de lui, il riait d'elle mais ils riaient surtout ensemble. Réunis, Ahva et Enapay étaient de véritables petits diablotins et ce n'étaient pas leurs mères qui iraient dire le contraire. Orgueilleux tel qu'elle le connaissait, le lionceau tarda guère à réagir à sa pique. Ahva affichait un sourire satisfait tandis que le lionceau piquait un fard. Et ouais d'abord. Elle voulait en rajouter une bonne couche mais Enapay releva le défi, avançant que lui aussi avait une technique secrète. La chipie haussa un sourcil, intrigué. Comment ça ? Non, non, non, c'était son heure de gloire ! Boudeuse mais intriguée, elle s’aplatit au sol et attendit la fameuse démonstration de son ami. Les deux lionceaux se toisaient du regard, prêt à tout pour remporter le titre.

Le temps semblait passer lentement et le regard de la lionne ne quittait pas celui du lionceau. Qu'est-ce qu'il traficotait ? Cela ne lui disait rien qui vaille, surtout pas avec ce sourire débordant de confiance. Il préparait quelque chose. Sur ses gardes, Ahva observa le petit manège se faire : les pattes avants du lionceau devinrent un roc, solide appui au reste du corps qui lentement, s'étirait vers le ciel. Impressionnée, la bouche d'Ahva descendait avec lenteur, formant un « o » d'exclamation. C'est alors qu'Enapay choisit ce moment pour abaisser sa tête vers son amie qui très vite se ressaisissait, ne souhaitant certainement pas lui montré son enthousiasme. Face à la tête flamboyante du lionceau qui menaçait à tout moment d'éclater, la petite lionne étouffa un rire. Qu'il avait l'air malin comme ça ! Un sourire mêlant malice et sournoiserie étira les babines de la princesse... Comme ce serait marrant s'il tombait malencontreusement, une perte d'équilibre était si vite arrivé... Sans quitter le regard de son ami, elle lui fit une œillade provocatrice et très lentement, elle inspira une grande bouffée d'air qu'elle relâcha vigoureusement en direction d'Enapay. Hasard ou victoire, quoi qu'il en soit le résultat attendu était là mais pas vraiment comme elle l'avait espéré.

Privé de tout équilibre, le corps du lionceau bascula vers l'avant et avant que la chipie n'ait eu le temps d'éviter l'impact, la grosse boule de poil l'avait déjà percuté. Dans un méli-mélo de gémissement, les deux lionceaux enchevêtrés se redressèrent non sans quelques difficultés. Ils devaient vraiment cesser cette habitude de se percuter... Le regard encore un peu flou, la petite lionne s'assit mollement sur les herbes dorés et chercha le regard de son ami. A peine son regard eut-il croisé le sien qu'elle se souvint de la tête décomposé du lionceau au moment celui-ci avait perdu l'équilibre. Il n'en fallu pas moins pour qu'elle sombre dans l'hilarité. Se roulant à terre, Ahva semblait succomber à ses crises de rire tans ses petites pattes serraient fort son ventre.

« Oh oui c'est vrai, on ne m'apprend pas à me ridiculiser ! » répondit-elle du tac au tac.

Secouée par les rires, la princesse n'était pas pressée de quitter le confort des herbes grasses. L'égo du lionceau était à la fois source de rire mais aussi de conflit. Elle réalisa soudainement qu'elle avait suffisamment mis à mal l’orgueil de son ami, ce serait bête qu'il soit fâché. Ahva détestait quand ses proches étaient fâchés ou qu'ils ne souriaient guère, encore plus lorsque qu'il s'agissait de sa famille ou bien de l'un de ses supers copains.

Un petit sourire en coin, elle contrôla finalement son rire et s'avança vers une coupure dans les herbes où elle ne serait pas gênée puis s'assit à son tour, devenant très concentrée.

« Montre moi comment tu as fait, on pourra faire la course comme des autruches ! » proposa-t-elle dans un grand sourire.

Être un lion était la meilleure chose au monde mais si elle pouvait quelques instants tâter la vie d'une autruche, pourquoi pas ! Mais elle espérait que son visage n'allait pas se désarticuler comme celui d'Enapay, elle avait une réputation à tenir et son ami en avait déjà trop vu...

_________________
Image © Ajjin


Ahva s'affranchit en #D66A14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3329-ahva

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand on est deux copains | PV ENAPAY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on est deux copains | PV ENAPAY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» ARNOLD/ WILLY DEUX COPAINS ADOPTES PAR CHIYOU (ex VERDUN)
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux ne font qu'un
» Que faire quand on s'emmerde sur LC FRA?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-