Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Odon, Metua, Choyo, Jen, Yetsa, Rana & Eshina

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Stardiva Music

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Le grand lion et moi - MASIKA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Le grand lion et moi - MASIKA    Dim 19 Juin 2016 - 16:33

DECEPTION... ?


- Maman, Maman ! Je peux aller jouer maintenant ? S'il te plaiiit !

Je le lui offrit un sourire que j’étirai jusqu'aux oreilles, ainsi, je sais que maman me laisserai. Sa gentillesse trahi parfois son autorité, et, comme je l'eu espéré, celle ci daigna de me laisser m'en aller d'un geste de la tête. Une telle joie s'étant éprise de moi, je me laisse porter par mon enthousiasme et bondis dans le repère des lions.

- Cependant…

Je me retourne. Oups… Lorsque maman dit cela, je ne vois rien de bon ! Ma grimace se fait plus large et je retiens un étranglement. Maman laisse sa phrase en suspend tout en faisant régné un silence qui ne semble pas accablant. Elle me regarde d'une tendresse maternelle qui lui donne un charme méconnaissable. Ses yeux, ses ambres qui me dévisage d'une doucereuse mélodie viennent se poser sur ma frêle anatomie de lionceau. Ainsi, elle ferme les yeux quelques secondes, un souffle léger rejoint le creux de mon cou, et, lorsqu'elle prend enfin la parole, je sens mon cœur raté un battement.

- Une connaissance à moi viendra avec toi.

Une connaissance à elle ? Je le sentis soudainement mal… Maman avait diverses connaissances, farfelues, étranges, ennuyantes. Je sentis soudainement mon enjouement scellé, limité. J'aurai à nouveau droit à un vieux, barbant et irritant qui ne saura que m'avertir du danger imminent de l'eau où des buffles. Seul un profond soupire s'échappa de mes babines, si profond qu'il se perdit dans cet atmosphère décourageant. Kama est allé voir père chasser. Et comme je n'ai pas été sage, me voila séquestré dans le repère des Lions. Quelle plaie, être surveillé…

- Ho non maman s'il te plait ! Je parie que ce sera encore un vieux chnoque ennuyant !

Je m'approcha d'elle avec un entrain démesuré, les pupilles aussi grandes que suppliantes, je n'eu droit à aucune réponse de la part de maman. Elle se contenta de me faire ma toilette, m'attrapant adroitement d'une patte.


- Maman arrête, je suis déjà propre ! Hoo ! J'avais bien coiffé ma crinière ce matin !


- Il te faut être présentable.

Je hoqueta. Elle n'avait donc pas abandonné son idée. Il fallait donc que je supporte un lion qui allait certainement me faire les leçons de la vie, qui depuis longtemps je connais. Je bredouilla quelques salinités avant que maman ne me dépose sur le sol. Spontanément je re-brossa ma crinière, comme à mon habitude et resta fixe, sur le sol, à l'implorer du regard. Elle gloussa élégamment, et dans un élan contrôlé pencha sa tête.

- Tu sais, ce n'est pas si horrible.

Je nomina ma colère dans un lourd soufflement. Je ne pouvais plus rien y faire. Maman n'abandonnerai pas cette idée…

- Il t'attend dehors. Va marcher avec lui dans les terres du sud. Tu verras, celui ci est très aimé de Kama.

- Mais je ne suis pas Kama, maman ! Et puis, je connais déjà toutes les règles !

- Je sais, mon petit prince. Elle s'approcha de moi et me fit une tendre caresse, que je poursuivit en longeant son museau de mon dos. Allez, va tout de même avec lui, tu m'en diras des nouvelles. A tout à l'heure.

Je ne pressa donc point le pas, mes pattes ne pouvaient qu'avancer sans motivation. Ce fit dans cet élan peu excité que je rejoignis l'entrée de notre « grotte » ou quelques lions se reposaient encore. Mes yeux balayèrent le paysage, je ne vis qu'un groupe de lionceau jouant gaiement, et un lion, étrange était-il, je ne l'avais jusque là vu qu'une ou deux fois. Je le rejoignis donc, le regard las, les yeux baissés. J'espère ne m'être point trompé d'individu.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 15 Masculin
Nb de Messages : 757
Localisation : FREELAND. (Repère)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Sam 25 Juin 2016 - 20:48


Masika & Naba.
Le grand lion et moi
Pff, n'importe quoi, je suis pas si grand que ça, quand même !

D'un pas calme mais décidé, Masika s'approchait du Repère des Lions. La brise du vent frôlait sa robe brune et laissait s'envoler de légères mèches de sa crinière dans le vent, telle que la Nature faisait lorsqu'elle désirait s'amuser avec l'une de ses créations. Au loin, le jeune félin pouvait apercevoir, non sans s'angoisser, la silhouette des Freelanders qui rentraient dans la tanière commune et en sortaient toujours aussi vite, défilant les types de fourrure possible, passant du pelage le plus clair à la fourrure la plus sombre. Masika était angoissé, c'était exact, pour une raison inhabituelle : Celle de garder le frère de Kama, le deuxième fils de celui à qui il avait juré de servir, Haki, et de sa douce compagne qu'était Kali. Celle-ci semblait lui faire un minimum confiance car, à sa plus grande surprise, elle lui avait proposé de passer un peu de temps avec Naba, quitte à lui apprendre quelques petites choses. Le fils de Kamba ne refusait jamais une occasion pour apprendre à connaître ses plus jeunes, car un jour ou l'autre, ce seraient eux qui dirigeraient le royaume de Freeland vers un temps d'éternelles paix et de joie. De plus, Masika avait déjà vu Naba … Ce n'était pas comme s'il était un lion tout droit sorti du Nord, n'est-ce pas ? Dans le sens que les différences n'étaient pas si grandes, fallait-il préciser.

Enfin bon. Lorsque le jeune chasseur parvint à atteindre le Repère des Lions, Naba s'y trouvait déjà à l'entrée, prêt à se diriger vers un autre Freelander. Masika ne retint que légèrement sa surprise. Le prince voulait voir … une autre Freelander ? Kali lui avait-il déjà expliqué qui il était, ou tout du moins comment il s'appelait ? Qu'importe.
Un léger sourire amusé se dessina sur ses babines, et il s'approcha, doucement, en direction de Naba. Il s'assura de parler avant même que le maladroit n'adresse la parole à l'autre Freelander.

«  Naba, psst. C'est moi ton interlocuteur de la journée ... » souffla-t-il à son adresse, espérant que le petit comprendrait par quoi il entendait « interlocuteur de la journée ».

De profil simplement, Masika pouvait remarquer la lassitude et l'ennui que ressentait Naba à devoir passer du temps avec un adulte. Au fond de son cœur, il espérait que les Grands Esprits l'aideraient à réussir sa mission et à s'entendre avec le jeune garçon.



Hors RP a écrit:

Désolée du retard et pour ce post court ! ♥ :')

_________________
IMPORTANT : Baisse d'activité à partir de Septembre. Je ne pourrais répondre à mes RPs que pendant les week-end et les vacances. Désolée.
M A S I K A
RAPPORT DU MATIN.
SUJET DE RPs & LIENS.

Kit ©️ Moyo
Masika conseille en #006600. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4664-masika-soldat-de-la-liber
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Lun 4 Juil 2016 - 8:07

BON, ON FAIT QUOI ?

Enfin face à ce lion inconnu de notre clan, je l'examina du regard afin de cerner cet étrange personnage qui ne semblait aucunement attendre quelqu'un. Je pris pour décision de ne pas l'aborder, mais je ne pouvais savoir qu'en demandant ! J'ouvris alors le museau que je referma aussitôt, indécis sur ce que j'allais exactement demander. Cependant une question aussi bête devrait sortir naturellement. Je m'apprêta donc à demander à ce vieux croûton s'il m'attendait quand une voix grave, masculine et dans laquelle se sentait une puissante… Sagesse ? (ironie) M'interpella.

- Naba, psst.

Tout éperdu, je dirigea ma tête vers l'individu m'ayant abordé. Celui ci est doté d'un charisme bien distinctif, de deux grands yeux verts qui me dévisagent avec une moquerie illisible. Mon museau se retrousse rapidement et je m'avance de quelques pas vers lui tandis qu'il poursuit sa phrase.

- C'est moi ton interlocuteur de la journée.

Je le regarde de haut en bas, l'observe brièvement et regrette aussitôt que ce soit lui et non pas l'autre « ami de maman » qui me surveille. Quand je dis l'autre, je parle du lion que j'allais malencontreusement interpeller. Je lui jette un œil, espérant au fond de moi que ce spécimen qui vient de me parler me face une blague. Cependant, l'autre individu s'éloigne et me fait comprendre indirectement que je vais devoir rester avec ce grand sage, je présume. Un vieux reste un vieux, je suppose. Je m'avance donc vers cet animal et lui passe à côté, attendant qu'il déambule et suive mon pas.

Je marche un peu sans le regarder, une dizaine de seconde s 'écoule et je m'ennuie déjà. Une lassitude incomparable. J'aurai beaucoup aimer avoir été sage ce matin pour m'en aller avec Kama et père en chasse. Mais je ne l'ai pas été. Cela devient une habitude. Kama reste souvent avec moi, en fait, tout le temps ! Nous sommes inséparable, c'est pour cela que quand il n'est pas là je ne fais rien de bien intéressant, parce que quand il n'est pas là je suis puni. Je m'arrête soudainement, après avoir mener cette promenade. Je ne cesse de fixer mes pattes qui me semble lourdes et je m'épuise dans le simple fait que je ne bouge pas. Je n'arrive pas à tenir en place, habituellement.

Aujourd'hui, ne pas bouger m'épuise d'avantage que lorsque je gambade un peu partout. Mais aujourd'hui, je suis surveillé par un adulte qui j'en suis sur, va me faire un pitoyable discours que l'on m'a répété 188 fois, ce qui est égal au nombre approximatif de jours que j'aie. Je me retourne nonchalamment vers mon interlocuteur, comme il le dit si bien, et lui adresse une sourire déguisé d'une grimace légèrement pendante de détresse et d'ennui. J'espère simplement que d'instinct, ce lion don je ne connais pas le nom sait que je connais tout un tas de truc que l'on m'a répété tout un tas de fois dans un tas de situation inutile… Bref. Je m'assis, penche la tête comme un chiot (enfants des hyènes) et prend un air interrogateur. Voulant que celui ci me parle, j'engage la conversation qui je sens sera des plus… Intrigantes. Youpi ! (nouvelle ironie)

- Moi c'est Naba, et toi ? Heu.. Maman m'a pas dit ton nom, je crois.

Où je ne l'ai pas écouté, ma maman. Je m'adresse à lui d'un ton ironique. Bien sur qu'il sait que je suis Naba. Kama ne peut être interdit, puni et surveillé comme je le suis si souvent. Kama est bien plus sage. Plus poli. Plus respectueux. Mais il faut savoir qu'il n'hésite pas à se tremper les pattes pour moi. Je l'aime énormément.

Pour retourner là où nous en sommes, je n'attends pas spécifiquement une réponse de cet adulte. Je me contente de marmonner quelques idioties. Marmonner met place au silence, ainsi j'attire l'attention sur moi. C'est très efficace. Je grommelle quelques «J'espère qu'on va pas me faire la leçon.» et «bon, hé bien je n'ai pas le choix.», tout sourire je lève les yeux, espérant qu'il comprenne rapidement mon message. Les vieilles histoires racontées milles fois, pas mon truc. Je dévoile donc à ce grand lion toutes mes canines en laissant la moitié de mon visage dévorée par un immense sourire. Ce qui semble différent des autres fois, c'est que Maman m'ait donné si peu d'information sur ce prédateur. Et lui tout entier semble particulier. Il se démarque de par ses yeux, et son pelage semble moins orangés et moins clair que ceux de la plupart des Freelander. Je ne dis pas qu'il est unique, simplement il est… Étrange. Il m'intrigue. Mais je n'aime pas faire paraître cela.

Ainsi, je détourne mes mirettes ambrées vers les terres du sud. Elles sont vastes, fraîches et attrayante. Je perçois de mon œil le plus habile de nombreux points d'ombres. Ce qui démontre que c'est une heure à laquelle le soleil ne tape pas fort, où que celui ci est camoufler par quelques nuages. Je n'aimerai pas attraper précipitamment un coup de chaud. Nous gérons la chaleur difficilement. Haletant, nous pouvons, nous les lions, brusquement nous évanouir s'il fait vraiment trop chaud. Heureusement, les quelques étangs, flaques, points d'eau, rivières et fleuves sont suffisant pour calmer cette calamité. Une agonie qui trahit notre égaux.

Je plisse les yeux pour voir plus loin. Les détails sont d'une infinité qui ne me laisse pas le temps de tout étudier visuellement. J'analyse les terres afin de connaître lequel de ces endroit serait le mieux. Ainsi, j'opte pour les herbes abordées par moment de quelques flaques d'eau. Les animaux tel que les buffles, hippopotames, girafes et autres sont actuellement beaucoup plus loin. Là où père et Kama sont allés. Sans regarder le vieux chnoque, je tends une patte devant moi, fort intrigué par ce que je pourrai découvrir sur nos terres.

- Et si on marchait jusque là bas, dans les herbes ? Hein, dis, dis ! S'il te plaiiiiit !

Je me retourne vers le grand lion qui ne m'intimide absolument pas. Pour preuve, je le tutoie déjà. Cela est involontaire. Je n'avais absolument pas réfléchis sur la façon de m'adresser à l'individu. Je ne cogite et ne remet absolument pas en question mon caractère trop amical et sociable. J'avance donc de quelques pas et entreprend une marche qui pourrait me paraître amusante.


_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 


Dernière édition par Naba le Dim 10 Juil 2016 - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 15 Masculin
Nb de Messages : 757
Localisation : FREELAND. (Repère)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Dim 10 Juil 2016 - 14:14


Masika & Naba.
Le grand lion et moi
Pff, n'importe quoi, je suis pas si grand que ça, quand même !

À toute attente, Naba l'entendit, et croisa son regard émeraude en tournant la tête dans sa direction. Lorsque le jeune Prince s'avança vers lui, Masika eut une angoisse éphémère  : Et si c'était Kama, qu'il avait appelé  ? Non. Kama ne ferait jamais une pareille tête, après tout, le fils aîné d'Haki ne l'avait jamais détesté depuis leur aventure dans la Jungle aux Gorilles. Durant quelques secondes, il crut que le lionceau était renfrogné par sa présence. Seulement, Naba se contenta de lui jeter un bref regard de la tête aux pattes. Le guerrier aux marques crème se sentit alors gêné, et pria plus sérieusement encore que les Grands Esprits ne lui fassent pas une farce.

Naba l'évita en passant sur le côté. Masika pivota au fur et à mesure que le petit l'ignorait en traçant son chemin. Ni un «  bonjour  », ni une quelconque parole afin de débuter une jolie et intéressante petite conversation … Rien de tout cela. À vrai dire, il était déçu. Il avait longtemps pensé, malgré les bêtises et le caractère aventureux de Naba qu'il soit agréable et sympathique, tout comme Kama. Mais si l'un des jumeaux attirait sa sympathie, alors le deuxième la repoussait directement …
Se retenant de soupirer, Masika suivit Naba et garda le silence.


Au fur et à mesure que le temps passait, le paysage se construisait et se transformait sur Freeland. Naba ne lui parlait toujours pas, semblait regarder n'importe où sauf dans sa direction, et l'ennui, contagieuse sans doute, frappait les deux félins à une hauteur abominable. Masika s'impatientait à croire que Naba daignerait lui engager la conversation, alors il se prépara à le faire lui-même.

Soudain, l'enfant aux yeux chocolat cessa la marche et se retourna avec bien peu de vivacité au goût de son aîné. Masi' ressentit de la surprise mais la chassa bien vite, constatant le sourire presque grimaçant que Naba lui adressait. Il s'assit, pencha légèrement la tête sur le côté et afficha un air interrogateur.

Non Naba, ce n'est pas avec tes petits airs d'ange que je vais te laisser faire ce que tu veux.

«  Moi c'est Naba, et toi  ? Euh … Maman m'a pas dit ton nom, je crois.  »

La voix ironique du Prince ne lui plût pas particulièrement.
Comme Masika ne répondait pas, Naba se mit à marmonner des choses inaudibles. Le mâle brun et crème ne fit pas attention aux mots qui n'étaient pas à sa portée d'oreille et se contenta de répondre, sagement  :

«  Je suis Masika.  »

Qu'importe si le jeune Freelander n'avait pas fait attention à sa présentation, Naba leva un regard vers lui, et lui offrit un très grand sourire que le fils de Kamba peina à s'empêcher de le lui renvoyer par un haussement de sourcils. Finalement, le lionceau tourna son regard vers les formes verdoyantes des Terres du Sud.

«  Et si on marchait jusque là-bas, dans les herbes  ? Hein, dis, dis  ! S'il te plaiiit  !  » le supplia son cadet.

Il se retourna vers lui. Masika haussa les épaules, soupirant légèrement  :

«  Bon, allons-y,  » se laissa-t-il convaincre.

Il n'attendit pas la réaction de Naba et continua de progresser jusqu'aux Terres du Sud. Sachant que la route serait assez longue pour les replonger dans un ennui et un silence quasi-insupportable, le garde du jour de Naba lui engagea la conversation, moins rancunier que précédemment  :

«  Tu viens souvent là-bas avec Kama, non  ?  » dit-il premièrement, avant de s'interroger lui-même sur les réactions de Naba. Est-ce que le lion de famille royale allait encore se renfermer en l'écoutant ? Il proposa  : «  On pourra faire une pause et s'abriter sous l'ombre d'un arbre, si tu veux.  »

En parlant de pause, Masika se détourna brièvement de la présence de son plus-jeune en jetant un simple regard en direction des alentours.

«  Dis-moi, qu'est-ce que Haki t'as déjà appris ?  »




_________________
IMPORTANT : Baisse d'activité à partir de Septembre. Je ne pourrais répondre à mes RPs que pendant les week-end et les vacances. Désolée.
M A S I K A
RAPPORT DU MATIN.
SUJET DE RPs & LIENS.

Kit ©️ Moyo
Masika conseille en #006600. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4664-masika-soldat-de-la-liber
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Lun 11 Juil 2016 - 14:11

COMMENÇONS A NOUS CONNAÎTRE !

Masika et moi venons de débuter une marche qui vraisemblablement est peu prometteuse. J'emboîte le pas et trottine derrière le grande mâle Freelander. J'essaie de le rattraper, ce qui est un défi amusant, il faut se l'avouer. Je brasse un peu en rejoignant les côtés de Masika. Par ailleurs, j'ai déjà entendu mère parler de ce lion là. Une ou deux fois très certainement. Je n'ai pas idée de qui il est, serait-il un ami intime ? Comme je l'eut déjà entendu du museau d'un lion ? Cette interrogation soudaine trotte dans ma têt au rythme d'un pendule que je m'improvise. Et, tout en regardant le grand lion d'un œil très indiscret, je compte les « tic tac » dans ma tête. Et le fait de faire cette comptine rallonge le temps et une insupportable idée de faire cela jusqu’à notre arrivé m’envahis. Mon poil va jusqu’à frissonner de désappointement. Je suis si certain de m'ennuyer que je n'ose pas faire un bruit, cet adulte pourrait me gronder. Ce n'est pas comme ci j'en avais l'habitude, voyons…

Bon, il faut que je stoppe ce caquètement qui s'insinue dans mon système comme un poison mortel. Je me concentre donc sur le paysage, la faune, heuu… Les arbres ? N'étant pas très grand, je ne parviens pas à voir exactement ce que j'aimerai voir. Mes yeux cillent les herbes dans lesquelles nous nous enfonçons mais je n'aperçois toujours rien. Et l'imposante morphologie de mon surveillant m'offre une ouverture pour m'amuser. Mes mirettes se rivent à nouveau sur lui, quand me vient l'idée de sauter sur son dos, monter jusqu’à sa nuque et pouvoir mieux découvrir ces plaines et cette densité animalière qui reste très présente sur nos terres. Je ne parviens pas à fermer les yeux sur ce scrupuleux stratagème, ainsi, je trotte tout en regardant le corps ondulant de Masika. Comment vas-je donc procédé ? Je pourrai…

- Tu viens souvent là bas avec Kama, non ?

Je baisse furtivement les yeux, par instinct. Quoi ? Comment ? Je me sens épié, comme s'il avait compris que je m'ennuyais tant que je m’apprêtai à faire une sottise. Bougre de moi. Je suis certain qu'il m'a percé. J'essaie de jouer l'innocent, persuader qu'il sait, et moue une mine interrogatrice. Je vais partout avec Kama. Il n'y a pas un endroit où nous n'allons pas souvent, si ce n'est les coins d'ombres reposant au bord d'une source d'abreuvement. Mais.. Comment sait-il ça ? Ce Masika ! Peut être connaît-il Kama, ou que ma mère lui a simplement conter. Non, elle ne ferait point ça parce qu'elle ne le sait pas, ou elle n'en parle tout bêtement pas ? Une interrogation s'emmêle à une autre et c'est une foulée de contradiction qui fait immersion. Bon ! Stop ! Je n'ai qu'a répondre.

- Heu.. Oui, oui oui. On va souvent dans d'autres endroits qu'on garde secret aussi. Et puis, les lieux à l'ombre et où il y a à boire. Et quand on est pas ensemble je vais partouuut ! Il n'y a pas un endroit que je ne connais pas !

Je parle évidemment trop, confiant des choses qui pourraient être enregistré et répété à mes géniteurs. Un regret tremble dans ma gorge et j'aimerai dans ces moments de maladresse ravaler mes mots. Mais ce qui est dit est dit. Heureusement, Masika ne semble pas prêter une immense attention à ce que je lui répond. Il se contente d'écouté, je suppose. Il n'est pour l'instant ni méchant ni vulgaire, c'est simplement un lion plus âgé que moi qui a du vécu et qui doit être fatigué. S'il venait à s'endormir, je commettrai bien des choses irraisonnablement immatures. Ce qui me fait sourire lorsque je me dis ce que je pourrai bien faire. Je pourrai chasser, m’éloigner, explorer, jouer, le taquiner et m'approcher de je ne sais quel danger. Mais cette espérance se noie quand je me dis qu'il n'a aucunement un air fatigué.

On peut dire que dans ce que je viens de dire, j'ai à nouveau attiré l'attention sur moi, c'est toujours comme cela quand il s'agit de Kama. Je recentre le sujet sur le turbulent enfance que je suis. Une calamité dont se lasseraient bien mes parents, parfois, et si je n'exagère pas, j'évoquerai Kama. Je suis trop actif, trop blagueur.. Gnagnagna. Je suis ce que je suis, point. Et je déteste quand mes parents me font part de leur critique vis à vis de mon tempérament, j'ai l'impression de devoir me contrôler. S'il ne m'aiment pas comme je suis, tant pis. Enfin, l'on peut dire aussi que je me cherche des excuses pour tout. Ne pas avoir obéi, ne pas avoir été généreux… Blablabla.

Masika me sort rapidement de ma rêverie en me proposant de faire une pause là bas et s'abriter sous l'ombre. Mais ce qui m'interpelle est plus ce « si tu veux ». Presque je répondrai « Et si je ne veux pas ? » Mais cela serait certainement trop offensant, et je ne connais pas assez ce lion pour dire de telles idioties. Je m'en remets à acquiescer de la tête tout en crachant un oui. Bon, si l'on fait une pause, je pourrai boire et… Si l'on fait une pause.. Il pourrait s'endormir ! Mes yeux crépitent donc d'impatience et j'accélère ma marche. Mais le fait que je le face ne signifie point que Masika va suivre. Aussitôt compris, je décélère, le visage appauvrie d''un tourment inexplicablement désert. J'agis par moment comme un avorton à qui il manque une ou deux heures de repos. C'est fort désagréable. Alors, je me détache de ce comportement qui m'est irrationnel, et je joue pensivement.

- Dis moi, qu'est ce que Haki t'as déjà appris ?

J'arque brusquement un sourcil et dirige mon regard vers Masika. Mes yeux pourpres le dévisage et, après avoir examiner sa question, ils se retournent pour rejoindre une vaste étendu de terre, de roche et de campagne.

- Pas grand-chose. Il devait me montrer sa façon de chasser aujourd'hui, mais j'ai pas été très sage. Il m'a appris… Heu… Beaucoup d'histoire ! J'en connais énormément sur le passé de Freeland ! Déjem, Sharkan, les kulishas tout ça… J'ai aussi appris les bonnes manières, que.. Que j'ai tendance à… Outrepasser ?

Je souris maladroitement à cette idée. Bien sur que je passe le nez devant mon apprentissage comme s'il ne me servait à rien. Et je n'ai jusque là adopter aucune bonne manière ! C'est désolant, doit-il se dire. Et je n'aimerai point entendre cela de la bouche de ce grand lion. J'accélère à nouveau mon pas. Et me retourne par moment, puis, quand vient le moment où je me lasse de cette course qui ne semble réciproquement pas désiré, je reprend ma marche aux côtés de Masika. Mes yeux dévorent son visage d'interrogation. Je parle beaucoup, mais quand aucun de nous ne parle, cela devient honnêtement barbant. Je ne sais pas vraiment quoi dire, il pourrait lui aussi me trouver ennuyeux. Cependant, je ne suis jamais ennuyeux ! Il faut que je le lui face découvrir.

- Et toi, comment ça se fait que tu passes ta journée avec moi ? Tu n'avais pas des choses à faire ?

La sieste sûrement, et c'est peut être ce qu'il effectuera une fois là bas. Par ailleurs, je vois déjà s'étendre une masse d'ombre qui règne sous un arbre. Un arbre mélancoliquement vieux. Nous sommes bientôt arrivé à notre but ! Ce n'est pas trop tôt. Ma gorge s'assèche à chacun de mes mots et n'ayant pas encore manger, il faut que je me délecte d'eau. Je m'imagine déjà lapé la nappe minérale qui assouvirait ce besoin primaire pour vivre. Et c'est en songeant à cela que mon avidité augmente et que je me dirige lourdement vers une petite fente remplie d'eau. Je suis bien content de découvrir que celle ci est à l'ombre, aussi. J'ai hâte de l'atteindre. Jetant un dernier regard à Masika, je tend l'oreille tout en me dirigeant vers ce qui pourra mettre fin à cette agonie. J'ai tellement soif, tellement besoin de boire. Les rayons fulminent sur nos têtes, malgré les pluies récentes sur nos terres. Le temps aussi semble indécis. Je me sens comme lui. Et Masika, lui, comment se sent-il ? A-il tout aussi soif que moi ? Tout aussi chaud ?

S'il venait à être fatigué ce ne serait pas par son âge, mais alors, par l'étouffante chaleur qui nous emprisonne de ces serres. Je n'ai pas encore la possibilité d'être amical avec Masika. Je n'aimerai pas qu'il me déteste ou me gronde, qu'il raconte des sournoiseries à maman. Il n'a pas un comportement, pour l'instant, qui me permettrai de penser cela. Seulement je reste méfiant, patient et observateur. Me dandinant sur mes quatre appuies, j'approche de plus en plus la source. Je tirerai déjà presque la langue qui s'impatiente de ne rien avoir. Je me pose beaucoup de question sur ce lion, cela est rare que je porte un intérêt si peu commun à un adulte. J'espère m'être trompé à son sujet. S'il n'est pas ennnuyant, plus jamais je le traiterai de vieux croûton ou vieux chnoque. Il faut que je sache aussi, qu'un jour, j'aurai son âge.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 15 Masculin
Nb de Messages : 757
Localisation : FREELAND. (Repère)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Dim 17 Juil 2016 - 21:23




Le grand lion et Moi

Montage créé avec bloggif
Masika & Naba.


Sous cette question qui amenait le jeune prince à parler de son frère et de lui, il baissa les yeux, semblant tout d'abord dans le refus de dévoiler des informations. Mais quelques instants passèrent, et Naba perdit tous espoirs de garder le silence.

«  Euh … Oui, oui, oui. On va souvent dans d'autres endroits qu'on garde secret aussi. Et puis, les lieux à l'ombre et où il y a à boire. Et quand on est pas ensemble je vais partouut  ! Il n'y a pas un endroit que je ne connais pas  !  »

Masika examina avec attention, dans sa tête, chaque mot que prononçait le jeune félin. Chaque signification de ce qu'il disait se gardait temporairement dans sa mémoire, afin de pouvoir s'en re-servir plus tard. Naba était un enfant, et tout enfant avait le droit de se faire écouter. Peut-être que si le fils de Kamba parvenait à leurs trouver des points communs, ils s'entendraient mieux.

A l'idée de pouvoir faire une pause, le lionceau fauve accepta et hocha la tête. Il commença à accélérer la marche, à la fois excité et impatient. Masika ne le quitta pas des yeux. A fur et à mesure des secondes qui passaient, le gamin qu'il surveillait paraissait de moins en moins heureux. Il perdit petit à petit de la vitesse dans ses déplacements, jusqu'à que … Sa tête se tourne dans sa direction, dû au fait que son aîné lui avait posé une nouvelle question : Qu'est-ce que Haki lui avait déjà appris  ? Naba le dévisagea un instant, avant de détourner le regard en l'envoyant se promener dans le paysage.

«  Pas grand-chose.  » avoua-t-il finalement. «  Il devait me montrer sa façon de chasser aujourd'hui, mais j'ai pas été très sage. Il m'a appris … euh … Beaucoup d'histoires  ! J'en connais énormément sur le passé de Freeland  ! Déjem, Sharkan, les Kulishas et tout ça … J'ai aussi appris les bonnes manières, que … j'ai tendance à … outrepasser  ?  »

Déjem, Sharkan, les Kulishas … répéta songeusement le Freelander. Son cœur se serra sous l'horreur et la colère qu'il avait ressentie, il y a bien des temps, lorsque le Royaume était dirigé par ce Tyran et sa famille. Son regard émeraude se dirigea sur la cicatrice que Sharkan lui avait offerte sur l'épaule, et ses sourcils se froncèrent. Sale époque.

Naba souriait maladroitement à ses confidences, jusqu'à que ses gestes se répètent à nouveau  : Sa vitesse de marche augmenta, il se retournait quelques fois afin de regarder Masika, se détournait de lui, repartait s'amuser et tout le blabla. Ce dernier se réduisit au silence et continua, l'air de rien, à progresser jusqu'aux Terres du Sud.

L'enfant royal, de son côté, finit par se lasser de son statut solitaire. Il revint jusqu'à lui, et ramena la conversation entre eux deux  :

«  Et toi, comment ça se fait que tu passes ta journée avec moi  ? Tu n'avais pas des choses à faire  ?  »

Excellente question, tiens …

«  Pas vraiment. Me balader seul sur Freeland m'ennuie, à force. Aujourd'hui, les patrouilles frontalières n'avaient pas besoin de mon aide, ni les groupes de chasseurs. Il m'arrive souvent d'aider les nourrices à s'occuper des enfants, dans ces moments-là. Mais Kali m'a proposé de m'occuper de toi. Je suppose que tu aurais préféré jouer avec Kama, au vu des expressions que tu affiches depuis tout à l'heure … n'est-ce pas ? Relativise, cette journée te permettra de te détendre et surtout, d'apprendre des choses dont tu n'aurais pas la chance d'en entendre parler en temps normal, en t'amusant avec ton frère. »

Ils étaient arrivés. L'herbe fraîche faisait guerre avec l'herbe sèche, sous l'impuissance du vieil arbre. Masika se détacha du duo qu'il formait avec Naba et s'allongea simplement contre le végétal immense. De là où il était, ses mirettes se posèrent sur l'emplacement exacte du prince et se mirent à le surveiller. Pas loin, l'eau formait un petit bassin.

«  Si tu comptes aller boire, fais attention à ne pas t'approcher de trop près de l'eau, Naba, » lui lança-t-il en guise de mise en garde. C'était un rappel inutile, mais au moins Naba saurait les désirs de son surveillant.


made by guerlain - epicode


_________________
IMPORTANT : Baisse d'activité à partir de Septembre. Je ne pourrais répondre à mes RPs que pendant les week-end et les vacances. Désolée.
M A S I K A
RAPPORT DU MATIN.
SUJET DE RPs & LIENS.

Kit ©️ Moyo
Masika conseille en #006600. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4664-masika-soldat-de-la-liber
avatar
MEMBRE - NABA


À mon sujet

Age : 17 Féminin
Nb de Messages : 532
En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Mer 3 Aoû 2016 - 8:03

PAS LA SIESTE !

- Pas vraiment. Me balader seul sur Freeland m'ennuie, à force. Aujourd'hui, les patrouilles frontalières n'avaient pas besoin de mon aide, ni les groupes de chasseurs. Il m'arrive souvent d'aider les nourrices à s'occuper des enfants, dans ces moments là. Mais Kali m'a proposé de m'occuper de toi. Je suppose que tu aurais préféré jouer avec Kama, au vu des expressions que tu affiches depuis tout à l'heure …

Tout ce qu'il me dit sur l'instant me paraît intéressant et un peuplement de questions se logent dans ma tête. Dans tout ce qu'il a dit, j'ai l'impression qu'il est incroyable. Ainsi, je décortique toutes ces informations. Masika, lorsqu'il parle, et de mon point de vu, à physiquement l'air de connaître tout notre territoire Freelander. Ceci me semble extraordinaire et mes yeux s'écarquillent tandis qu'il poursuit, précisant que cela l'ennui. Il rajoute également que les patrouilles frontalières et les chasseurs n'ont aucunement eu besoin de son soutien. Et cette confidence m'étonne d'autant plus. Il n'est décidément pas qu'un vieux chnoque. Il ne fait pas que la sieste. Il traque et surveille les délimitations territoriales. Mon museau en tombe et je laisse un sifflement s'échapper et s'envoler aussitôt sorti. Whaou ! Mais là n'est pas terminé son travail. Lorsqu'il continue, il me révèle qu'il aide également les nourrices. Les nourrices... Comme Kamba ? Peut être s'est-il déjà occuper de Nishati ? C'est fantastique d'autant faire d'effort, il n'a jamais de pause, à croire. Moi je ne veux que jouer, m'amuser. Pas garder, et ce volontairement, des petits avortons (tel que moi). Mon admiration silencieuse s'étend dans mon cœur. Mais je n’omet aucun commentaire, alors qu'il abrège la demande de ma mère. Et en plus de tout cela, il sait aussi viser. Touché. J'aurai adoré jouer avec Kama, aller voir père en chasse, en traque, et pouvoir dégusté avec respect et excitation une proie qui aurait été des plus délicieuses. Cela aurait dû être ma première fois. Mais je dois avouer que dialoguer en compagnie de ce travailleur hors père n'est pas si mal.

- N'est ce pas ? (j'acquiesce dans un bref mouvement de tête, sachant que celui ci n'a pas encore fini son discours qui, d'une phénoménale rareté, m'intrigue.) Relativise, cette journée te permettra de te détendre et surtout, d'apprendre des choses dont tu n'aurais pas la chance d'en entendre parler en temps normal, en t'amusant avec ton frère.

Je me demande si Monsieur Ka a raison. Je n'ai pas envie de me détendre, de me poser. Mon sang boue et chambre mon corps que je m'en vais rechargé. Ho, et Monsieur Ka ? C'est un surnom que je viens de lui donner à l'instant. C'est mieux que vieux croûton ou que tête de hyène. Je ne peux pas le nommer comme cela, simplement parce que Masika a quelques airs communs avec mon père. Mais ça, je ne lui dirai pas. Je me contenterai de l’appeler comme cela. Monsieur Ka… Ce n'est pas trop long et c'est amusant, j'aime bien. D'ailleurs, nous voilà à destination, et c'est la gorge sèche que je rejoins l'abreuvoir d'un pas las. Masika se détache de moi et, pendant que je m'avance vers mon but j'observe celui ci s'allonger. Mais ne voulant pas croiser son regard, je retourne à mes occupations incontestablement plus intéressantes. Boire. Sans hésitation, je plonge mes pattes et me revitalise à ce simple contact avec l'eau. Elle est fraîche et j'en ferme les yeux pour en savourer la récompense. Mes quatre pattes rejoignent ainsi le bassin et je me délecte de cette source en lapant vivement l'eau. Pour après, relever les yeux envers mon accompagnateur. Néanmoins, ce geste est bref et je retourne à cette occupation que j'attendais depuis plus de trois cents pas. Je me jette à cette pensée furtive dans l'eau. Celle ci n'étant pas profonde, je peux me permettre de rouler sur le dos sans plonger la tête dans le baquet. Mes rires se font sourds quand j'avale un peu de ce liquide transparent. Il reflète tout. Mon anatomie, mon visage, les rochers, le soleil, les nuages. C'est comme un autre monde, et quand je plonge dans l'eau, je m'imagine y plonger. C'est tout simplement amusant d'avoir autant d'imagination. C'est peut être excentrique, également. Je stop tout mouvement quand je m'observe, et j'admire mes crins couleurs feu.

Je me rappelle que Monsieur Ka m'a interrompu, m'ordonnant de me pas m'approcher de trop près de l'eau. Seulement je ne viens que maintenant de réaliser ce qu'il m'a aimablement demandé. Quand j'observe le bassin, je remarque que plus loin, je n'ai pas patte. Plus je m'éloignerai de la bordure, mois j'aurai patte. C'est assez troublant de ne plus pouvoir voir la lisibilité des eaux profondes. Bon. Je sors du bassin et me sèche. Ma tête bascule de gauche à droite et mon corps suit le mouvement, tandis que mon poil fouettent l'air et, immaculé de gouttes d'eau, les éjecte. Je m'extraie avec ces mouvement fait sans réflexion, la majeur partie de l'eau qui pesait sur moi. Je me sens plus léger et décide de laisser le soleil sécher ce qui reste d'eau sur ma morphologie rigide. Je rejoins Masika (monsieur Ka, Ka de Masi KA, Monsieur Ma ou Monsieur Si ne le faisaient point). Je déambule avec entrain et plonge mon corps dans l'ombre. C'est un temps appréciable. Je ne sais pas trop quoi faire. Il est certain que je vais beaucoup parler, prendre la parole, abréger et même répondre à la place de Masika sans la certitude qu'il me dise cela. Mais là, je ne sais point par quoi commencer. Une curiosité déjà imprégné en moi surgit et je dévisage sans commentaire mon interlocuteur.

- Monsieur Ka, vous travaillez souvent. C'est bien de surveiller les frontières ? Vous rencontrez souvent des intrus ? Vous devez connaître tout le territoire. Moi, je le visite encore, avec Kama. Mais parfois il ne veut pas, où il a cours de monarchie, ou comme aujourd'hui, il n'est pas puni. Alors que moi si. C'est vraiment énervant parce que je ne fais rien de mal ! Maman dit que je suis juste inconscient. C'est quoi, inconscient ?

Une fois la glace brisé, et ce par un interrogatoire qui n'en finira jamais, je m'amuse un peu avec l'arrière-garde (la queue) de l'adulte. Je la mord. Parfois je fais cela avec la crinière, pour provoquer et jouer. Cependant la matière peut être qualifié de détestable. Les cheveux de ces mâles, et les miens dans un futur que j'espère proche, n'ont aucunes résistances. Ainsi je me retrouve la gueule remplie de cette désagréable texture pailleuse. Mais bon, j'ai hâte d'avoir une crinière, comme celle de papa ou de Monsieur Ka. Cela rend plus virile, plus adulte ! Et puis, j'ai hâte de pouvoir avoir un terrifiant rugissement bestiale ! Et d'être fort, courageux ! J'ai également hâte de pouvoir chasser et de ne plus être impuissant. Mais pour l'instant je ne suis que moi, que Naba. Mais j'aime à croire que je suis fort et redoutable. Je n'ai peur de rien, je fonce dans tout, je joue toujours et je possède une énergie que père et mère ont déjà nommé de très vive, ou trop vive. Et je ne prend jamais le soin de réfléchir aux questions que je vais poser, j'entasse tout dans quelques phrases sorties sans aucune réflexion. Mais surtout, j'ai ce besoin constant d'attirer l'attention sur moi, et surtout quand il y a Kama. C'est un besoin irrévocable. J'ai également un point de vue excentrique, une pointe d'égoïsme et un trop plein d'obstination. Bref. On s'en moque. Je rejoins le dos musclé de mon geôlier pour m'y allonger et rentre mes griffes agitantes pour ne pas les lui planter dans la peau. Je ne lui demande pas son avis, je n'éprouve aucune gêne. Et s'il me viré, je resterai pour le forcer à jouer. Ma tête se pose délicatement, ainsi. Et je soupire, provoquant un courant sur son pelage exotiquement Freelander. Enfin, je pense qu'il est de ces origines.

- Dites, vous allez pas faire la sieste hein ? On peut parler et jouer. Ho, Monsieur Ka, vous êtes de quelle origine ? Je veux dire, Freelander ? C'est quoi vous, votre histoire ?

Je redresse la tête, ayant abandonné sans même m'en apercevoir toutes ces idées farfelues qui m'envahissaient avant d'arriver. Mais s'il s'endort, je n'hésiterai pas à lui faire un tour, évitant qu'il ne soit mauvais. Monsieur Ka n'est définitivement pas un vieux chnoque débile. C'est Monsieur Ka. Il travaille énormément, il est fort et musclé, et j'ai envie d'en savoir plus à son sujet. Mère ne m'ayant rien dit et m'ayant laisser rester sur ma faim, j'exige de mieux connaître mon consignataire. Seulement je ne vois pas ses yeux, ses mirettes vertes qui lui offraient ce regard lointain que j'observais sans mot. Je ne sais pas s'il s'est assoupi. Je ne sais rien, je ne vois rien, et je n'opte pas pour me lever de son confortable corps. C'est comme s'il avait été moulé pour moi.

_________________
(ATTENTION !) Je ne rp que le mercredi et le w-e en vue des cours en semaine.

cadeau de (c)Karatasi <3

Naba - Freelander à l'âme de voyageur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3260-naba-prince-revoltant?hig
avatar
PLAYER05


À mon sujet

Age : 15 Masculin
Nb de Messages : 757
Localisation : FREELAND. (Repère)

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    Mer 10 Aoû 2016 - 14:18




Le grand lion et Moi

Montage créé avec bloggif
Masika & Naba.


Malgré tout, Masika jeta un œil intéressé en direction de Naba. Allait-il écouter ? Sa satisfaction fut au rendez-vous lorsque le lionceau fauve sortit de l'eau et se sécha. En voilà un qui éviterait de se noyer !
Les pattes avant croisées, le mâle brun attendit la venue de son petit protégé. Naba pénétra dans ce monde qu'était l'ombre de l'arbre, protecteur des chauds rayons du soleil qui régnaient en maîtres sur Freeland, l'après-midi, lorsque la pluie boudait et que les nuages s'enfuyaient. Dévisageant son aîné avec une drôle de lueur dans le regard, Naba laissa place à sa curiosité comme le feraient habituellement tous les enfants :

«  Monsieur Ka, vous travaillez souvent. C'est bien de surveiller les frontières ? Vous rencontrez souvent des intrus ? Vous devez connaître tout le territoire. Moi, je le visite encore, avec Kama. Mais parfois il ne veut pas, où il a cours de monarchie, ou comme aujourd'hui, il n'est pas puni. Alors que moi si. C'est vraiment énervant parce que je ne fais rien de mal ! Maman dit que je suis juste inconscient. C'est quoi, inconscient ? »

Monsieur Ka ?
Outre le fait que ce surnom était étrange, Masika accepta intérieurement que le petit l'appelle ainsi. Après tout, ce n'était pas insultant …
Le Freelander abandonna les futilités du discours du prince et s'attarda au mot « inconscient ». Il ne savait pas ce que voulait dire inconscient ? Lui, dans sa jeunesse, avait rapidement appris sa signification. Comme par-exemple, à l'adolescence, lorsqu'il s'était coincé dans un arbre de la Jungle aux Gorilles. Sans Inaya, il serait resté la nuit là-bas ! Oui, il avait été inconscient des conséquences de son geste stupide. En repensant à ce souvenir angoissant, Masika ferma les yeux un instant, puis les rouvrit en tournant la tête vers Naba. Ce dernier, visiblement intéressé par sa queue, la mordit comme s'il s'agissait d'un morceau de viande. Le fils de Kamba ouvrit la bouche pour en tirer un mot, mais se ressaisit juste avant.

Silencieux, il se contenta de l'agiter, afin d'augmenter l'excitation du petit chasseur. Il garda le silence et contempla le mini-lion en s'interrogeant à son devenir. Comment serait-il, plus tard ? Tandis que Kama serait probablement Roi, deviendrait-il son conseiller, son bras-droit ? Hmm, m'ouais. Naba avait plus des allures d'aventurier que de Freelander respectable dans le Clan. Masika ne pu se retenir d'un petit sourire amusé. Mais dès qu'on le regarda, le sourire disparut, laissant place à un visage innocent.

Délaissant sa queue, Naba s'attaqua au dos de son surveillant. Le félin au regard émeraude s'assura qu'il ne se fasse pas mal. Le lionceau s'allongea, épargnant l'horreur de sentir des milliers de petites épines dans la peau à sa pauvre victime. Il posa sa tête sur sa fourrure chocolatée, alors qu'il ne cessait de parler :

«  Dites, vous allez pas faire la sièste, hein ? On peut parler et jouer. Ho, Monsieur Ka, vous êtes de quelle origine ? Je veux dire, Freelander ? C'est quoi vous, votre histoire ? »

Sur ces mots, Naba redressa la tête, de nouveau pressé de savoir ce qu'il allait lui répondre. Masika bailla simplement, puis lui expliqua :

«  On m'a souvent dit que j'avais des airs de « Mositus », un Clan qui, paraît-il, est uniquement constitué de lions au pelage sombre comme le mien. Cela dit, Kamba ne m'a jamais dit que j'avais des origines autres que Freelander. Si tu veux, tu peux considérer que je suis purement un enfant de Freeland. »

Sa queue s'enroula autour de ses pattes.

«  Et toi, Naba ? Il me semble que tu as une part Pridelander, non ? »


made by guerlain - epicode


_________________
IMPORTANT : Baisse d'activité à partir de Septembre. Je ne pourrais répondre à mes RPs que pendant les week-end et les vacances. Désolée.
M A S I K A
RAPPORT DU MATIN.
SUJET DE RPs & LIENS.

Kit ©️ Moyo
Masika conseille en #006600. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t4664-masika-soldat-de-la-liber

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Le grand lion et moi - MASIKA    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand lion et moi - MASIKA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Il faut bien plus qu'un petit rayon de Soleil pour réveiller le grand Lion paresseux.
» Le grand lion convoque le chat (Tywin Lannister / Myrielle Lannister)
» Le lion de Macédoine - David Gemmell
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-