AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Après la pluie, le beau temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Après la pluie, le beau temps   Ven 10 Juin - 2:08

Akinyi s'était levée tôt, comme à son habitude depuis qu'ils s'étaient établis dans la jungle. Mais cette fois, la pluie l'avait dérangée dans ses songes plus matinalement que d'habitude. Au final, c'était peut-être mieux, il lui était venu un cauchemar concernant Taali... La lionne en avait encore des frissons lorsqu'elle s'extirpa des pattes de son frère et se secoua machinalement.

« Chhht, Subhy, je reviens, chuchota-t-elle au lion clair ayant protesté dans son sommeil.

Une sorte de miaulement lui échappa et il se tourna sans grande délicatesse pour replonger dans ses rêves. Une de ses pattes heurta alors Khayundi qui émergea par réflexe et avisa sa fille assise à la limite de leur refuge, observant pensivement la pluie. Aussi agile que son aînée, elle parvint à ses côtés sans réveiller plus de lions et s'assit en faisant mine d'observer la pluie elle aussi.

-Tu n'as pas sommeil ? murmura la mère d'une voix douce après un silence.

-J'ai encore rêvé de Taali...avoua la lionne grisée. Je me demande si elle va bien, si je n'aurais pas dû aller avec elle...

-Ta sœur et toi êtes très différentes malgré toute votre affectivité, la coupa Khayundi. Vous avez toujours été ensemble, c'est normal que tu t'inquiètes pour elle. Mais c'est aussi ça le rôle d'une grande sœur : savoir laisser ses cadets se départir de toute protection, ajouta tendrement l'ancienne jangowa en frottant sa tête contre celle de sa fille.

-Tu as raison, reconnut Akinyi en soupirant. Connaissant Taali, ce sont les ennuis qui ont intérêt à l'éviter plutôt que l'inverse, ajouta-t-elle en riant légèrement.

Pourtant, Akinyi se perdit à nouveau dans la contemplation de la pluie et une goutte lui tomba sur le museau. Elle avait beau savoir toutes ces choses, les comprendre, son cœur y demeurait sourd et se nouait d'une inquiétude injustifiée.

-Je prends ta place aujourd'hui, annonça Khayundi pour sortir à nouveau sa progéniture de ses pensées. Cela fait quoi ? Dix jours que tu vas à la frontière ? Tu as le droit de te reposer aussi, précisa-t-elle en voyant l'air dubitatif de la jeune adulte. Profites-en pour aller sur la Lande, cela te fera du bien de retrouver ta terre natale, là où tu as le plus de souvenirs avec Taali et tes frères. »

Sa voix était douce et pleine d'assurance, trouvant échos dans un esprit attristé qu'elle connaissait par cœur. Akinyi sentait que quelque chose lui manquait et peut-être bien que retourner en ce lieu ferait remonter à sa mémoire des souvenirs capables de lui regonfler le cœur, mais cette pluie... Pourtant, comme si les esprits l'avaient entendue, les larmes du ciel se tarirent.

Ni une, ni deux, profitant d'une dernière étreinte filiale, Akinyi s'aventura sous les arbres s'égouttant paresseusement. Quelques gouttes marquèrent son pelage, mais cela n'empêcha pas la lionne de franchir la frontière après avoir passé l'intangible maillage formé par les siens. Au loin, se trouvait le Baobab qui l'avait vu naître. La mositu en pris résolument la direction, sentant foule de souvenir lui revenir en mémoire au fil de ses pas.

Peu à peu, elle bifurqua vers le fleuve délimitant une frontière naturelle entre les terres de la Lande et celles de Prideland. Elle n'eut cependant pas le loisir d'atteindre les berges de son enfance ; les pluies violentes de ces dernières semaines avaient fait entrer le fleuve en crue. Le paysage en était méconnaissable et Akinyi tenta de porter son regard au loin pour retrouver son chemin. Le ciel se chargeait de teintes sombres, la lionne n'avait pas le temps de revenir sur ses pas. Peut-être qu'en se dirigeant vers le delta, la lionne grisée retrouverait les aspérités où elle se cachait avec ses frères.

Elle pressa le pas, se dirigeant un peu au hasard, et finit par sentir sous ses pattes une matière inhabituelle pour le lieu où elle pensait se trouver. Le terrain spongieux offrait une agréable vision verte, mais la lionne ne reconnaissait nullement cet endroit ayant autrefois hébergés ses parties de cache-cache.

Qu'à cela ne tienne, Akinyi poursuivit sa route jusqu'à trouver un abri in extremis ; les premières gouttes commençaient à tomber pour conclure cette après midi. Jaugeant son hébergement de fortune, à savoir un vaste rocher plat, rassurée de s'être éloignée des eaux, la mositu s'allongea et posa sa tête sur ses pattes croisées, attendant que les esprits se calment et fassent cesser ce temps.

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Ven 10 Juin - 13:26

    A peine Hourasi aurait-il fit mine de se lever que sa mère lui aurait sauté dessus. Elle n'en avait que pour lui, mais lui n'en avait que pour la colère. Les leçons de Khiaja ne cessaient de se répéter au fil des mois, les entraînements également, tout cela en dépit du prince d'Outland. Certes, il aimait sa mère plus que n'importe qui d'autre. Mais une soif de liberté se déclinait en lui, mûrissant lentement dans son esprit de jeune adulte tourmenté. Il fallait qu'il sorte d'ici, d'une manière ou d'une autre. Le raisonnement d'Hourasi étant malheureusement limité, les options étaient peu nombreuses. Son choix fut pourtant simple.

    Comme prévu, dès lors qu'il se leva, sa mère était déjà à l'affût, prête à reprendre son fils en main pour le préparer à son avenir comme il convenait. Ce à quoi Hourasi démontra un manque d'intérêt total, s'étant contenté de se lever, et commencer à marcher vers la sortie.

    _Je vais faire un tour. Je reviens juste après, dit-il avec confiance. Avant que Khiaja ne put l'interpeller, il se retourna vers elle, et la regarda droit dans les yeux, d'une manière qu'il n'aurait jamais osé quand il était plus petit. Mais justement. Stop. Je ne suis plus un enfant. Comment un prince peut-il prétendre à rester dans un trou aussi pourri que celui-là?! Je mérite mieux que... ça!

    Il engloba d'un regard l'intérieur de la termitière, vaste et vétuste à la fois. Habitat indigne de lions de leur rang selon lui, même si sa mère semblait s'y être adaptée depuis le temps. Tout comme elle s'était adapté au caractère docile de son fils... Le répondant de ce dernier la laissa perplexe, Hourasi le voyait bien. Il regrettait de devoir en arriver là avec sa mère, qui l'avait toujours soutenu. Il lui était reconnaissant de tout ce qu'elle lui avait appris. Mais le prince savait que sa mère n'en aurait plus pour longtemps, qu'elle serait amenée à partir pour un autre monde rejoindre son père. Il devait apprendre à se détacher d'elle autant que possible, tout en gardant en tête la tâche qu'elle lui a confié.

    Sans regarder derrière lui, Hourasi s'éclipsa de la Termitière. Empruntant des chemins détournés pour que personne ne puisse le voir, il entreprit d'explorer SON territoire plus en détail. Il se rappelait de tête des différents endroits, alors visités avec son père lors de rares moments de complicité qu'ils avaient pu partager tous les deux. A la différence près que lorsqu'ils s'y étaient aventurés, le temps était plus clément... Le ciel s'obscurcit rapidement, mais le prince resta là sans bouger. Il subit une première averse sans plus bouger, désirant ressentir le fouet de la nature, tout ce qu'elle était capable d'infliger aux pauvres errants comme lui. Une telle force était... Prodigieuse. L'instinct de survie l'était plus. Hourasi se remit en marche sur ses terres, subissant la colère des éléments, et y trouvant là une leçon: sa colère à lui était insignifiante à côté.

    Une possibilité d'abri se profila non loin, aussi le prince s'y dirigea-t-il avec calme. Nulle raison de se précipiter pour le moment, il ne s'agissait là que de pluie innocente. Et puis, méfiance naturelle oblige, Hourasi devait faire preuve de sang-froid. Peut-être ne serait-il pas le seul à chercher un abri, et aurait à se battre pour celui-ci. En approchant, il finit par distinguer une silhouette, et s'immobilisa. L'autre ne semblait pas bien costaud, mais ç'aurait été trop facile. Il devait avoir d'autres atouts. Une approche directe n'apporterait rien tant qu'il ne pourrait pas jauger son potentiel adversaire. Il fallait faire preuve d'un peu de jugeote, ce dont Hourasi manquait cruellement de son propre aveu. Tant pis après tout.

    _Vous êtes qui vous ? Et qu'est-ce que vous foutez là ? Lança-t-il avec autorité.


_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Dim 12 Juin - 2:18

Alors que la pluie commençait à la bercer, la lionne interpelée releva la tête vers la source du dérangement. Intriguée et l’œil curieux, la mositu devinait une silhouette féline sous les larmes du ciel. Un mâle même, mouillé et grognon peut-être ? En tout cas bien mal poli et l'aimable Akinyi fronça les sourcils en répondant à l'inconnu.

« Pardon ? s'étonna Akinyi face à cette familiarité. Bonjour, d'abord, entama-t-elle avec un sourire dans la voix. On commence plutôt par là entre lions civilisés d'habitude. J'ajouterais même que l'on se présente en premier lorsque l'on désire connaître l'identité d'un de ses semblables.

Le souvenir de l'accueil des Lamasus lui revint en tête, contrant cette entrée en matière, mais la situation était bien différente ; les lions de la jungle du Zawadi avaient hélé des inconnus pénétrant leur territoire, alors les incivilités étaient excusables avec le recul. Il n'y avait cependant ici aucune corrélation, personne ne possédait la Lande des Sans-Terres et tout le monde pouvait y circuler. C'était en tout cas ce dont Akinyi se souvenait, mais il était vrai qu'il avait pu s'en passer des choses en presque deux ans.

- Ensuite, ce que je « fous » ici ne vous regarde pas : personne n'a de compte à rendre sur la Lande, maintint la mositu en se relevant en position assise. De toute façon, votre état devrait suffire à vous renseigner sur la question, ajouta-t-elle avec un brin de malice en avisant l'allure ruisselante de son tempétueux interlocuteur.

Elle le jaugea, cette malice toujours brillante dans son regard malgré la douceur qui commençait à l'effacer. Akinyi était une lionne relativement calme et ouverte d'ordinaire, mais la moindre once d'animosité faisait remonter en elle ces relents d'espièglerie hérités de son enfance. Malgré tout, une certaine empathie la forçait à taire ces sentiments tandis qu'elle voyait encore et toujours la pluie s'abattre sur le félin.

- Venez vous abriter, l'invita-t-elle avec un ton plus aimable. Je m'en voudrais si vous attrapiez du mal, avoua la lionne dans un sourire.

Se faisant, elle se leva pour se pousser et laisser loisir au mâle de prendre place. Peut-être que la pluie et le jour déclinant faussaient sa vision, mais il lui semblait plus imposant que les mâles de son clan...

- Je m'appelle Akinyi, finit-elle par avouer comme pour mettre en confiance le lion étranger. »

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Mar 14 Juin - 0:10

    Il ne s'agissait pas d'un autre, mais bien d'une. Dès les début de réponse, Hourasi savait à quoi s'en tenir: il avait en face de lui une femelle qu'il ne reconnaissait pas. Une étrangère au territoire. Le doute le saisit rapidement. Quel devait être le comportement d'un prince dans une telle situation? La renvoyer chez elle sans tarder, ou bien risquer un contact quitte à la raccompagner aux frontières? Cette situation le perturbait. Il n'avait jamais perçu une telle éventualité, et à ce titre, n'avait pas été entraîné pour. La situation interne chez les Outlanders était suffisamment compliquée comme ça, Khiaja n'avait pas dû juger utile de le former sur ses moeurs avec des extérieurs au clan. Bien mal lui en pris, ou comment paraître plus stupide encore qu'on ne l'était déjà.

    Les réponses que le prince reçut frisaient la limite de l'insolence, mais il en fit abstraction. Elle ne savait pas qui elle avait en face d'elle, ainsi un tel comportement pouvait-il être excusé. Pour tout dire, cela l'amusa même un peu. Il se sentait en saine opposition, comme si cette confrontation n'était pas foncièrement teintée par quelque chose de mauvais comme il pouvait l'être avec Tadji par exemple. Peut-être justement le fait qu'ils ne se connaissaient pas était un facteur prépondérant à ce calme dans les réponses de la lionne, aussi cinglantes fut-elles.

    _Hrmpf. Grommela-t-il. Bonjour.

    Attendant toujours là au-dehors, Hourasi était aussi mouillé qu'il était possible de l'être, mais réticent, il n'osait approcher de l'abri offert par la lionne. C'était limite trop beau. Une machination de Tahani ? Par réflexe, le prince jeta un long regard dans les environs. Le terrain était dégagé en grande partie, pas beaucoup de possibilités de cachettes pour une embuscade. Mais contrairement à ce que la lionne disait, on ne se trouvait pas sur la Lande. Cette partie de la rive appartenait aux Outlanders, Hourasi se trouvait toujours dans sa juridiction, et à fortiori dans son plein droit. Il n'avait pas vraiment besoin d'en savoir plus, si ce n'est qu'en théorie, c'est lui qui était actuellement en position de force.

    Le regard du prince était dur et fier, comme il seyait à quelqu'un de son rang. Il devait s'efforcer de faire bonne mine malgré son état actuel à la limite du déplorable. Quelle pitié, être "tenu en respect" par une lionne étrangère sur son propre territoire. C'était intolérable.

    _Hourasi. Lança-t-il simplement. Juste après, il s'engagea partiellement dans l'abri, sans jamais quitter du regard la lionne. Hors de question de se faire surprendre. Il garda partiellement le plus de distance possible avec elle. Héritier d'Outland, reprit-il, Fils de Massempo. Et tout le blabla qui va avec.

    A une évocation aussi vide du nom de son père, il pria mentalement les esprits de l'excuser pour ce manque de respect envers son parent. Mais la situation était quelque peu délicate, le protocole ayant de toute manière volé en éclat dès l'étape où Hourasi s'était manifesté avec si peu de respect. Il s'ébroua longuement avant de s'allonger avec calme, comme si Akinyi n'était tout simplement pas là, comme un caillou en plus parmi l'amas. Puis il se mit à regarder au loin, dans le vide, tout en conservant une certaine vision sur l'autre lionne, juste au cas où. Elle ne semblait pas bien farouche de prime abord, si ce n'est qu'elle pouvait visiblement faire preuve de répondant. Mais Hourasi n'avait pas envie de tester la lionne, intimidé comme il était. C'était son premier contact avec une étrangère. Son coeur se serra momentanément dans sa poitrine, lui arrachant un petit frisson.

_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Lun 20 Juin - 2:29

Si elle garda pour elle ses réflexions, ce ne fut pas pour autant qu'elle apprécia de ce faire éclabousser par l'inconnu. Enfin, non, par Hourasi. Un nom qui lui était étranger d'ailleurs, comme beaucoup de ce qui concernait les autres territoires. Plongée alors dans une tâche consciencieuse visant à se débarrasser des gouttes l'ayant atteinte, elle songea à ces états de faits. Son regard se perdit dans sa tâche et ce fut plus pour elle-même que dans une réelle quête de réponse qu'elle répéta le nom du père de son interlocuteur éveillant des souvenirs flous.

« Massempo ? interrogea la lionne d'un air pensif.

Il était vrai que la lionne ne savait plus trop ce qu'il se passait au sein des autres clans. La vie dans la jungle avait coupé les lions sombres du reste du monde et Akinyi ne faisait pas exception à la règle.

- Le roi d'Outland ? supposa-t-elle après un moment de réflexion.

Peut-être que le chef des outlanders désignait un lion digne de lui pour lui succéder et alors Hourasi devait être un jeune mâle exceptionnel pour mériter ce titre. Cependant, la lionne ne connaissait que trop peu les mœurs de cette terre, et, à cause du comportement peu sympathique de l'héritier, elle craignait qu'il ne s'agît d'une monarchie à l'image de celle ayant cours chez les pridelanders.

Malgré tout le respect qu'elle pouvait avoir pour Kumpa, et depuis qu'elle était en âge d'y songer, elle s'était toujours demandé ce qui pouvait assurer à un clan que la descendance de l'un ou l'autre de ses leaders saurait se montrer plus compétente qu'un lion lambda ayant fait ses preuves et gagné la confiance des siens par ses actes. Transposant souvent ce modèle à son clan, Akinyi ne pouvait s'empêcher de se demander quel aurait été le destin des mositus entre les pattes de Nyoka, premier né de leur ancien chef Haramu, ou même entre celles de Kwadja, si celle-ci avait été reine et non candidate au poste de chef.

Un frisson lui parcourut l'échine à cette funeste pensée et elle se coucha à son tour, non loin de son compagnon d'infortune, mais respectueusement éloignée. Si Hourasi semblait prêt à faire preuve d'un minimum de civisme, cela devrait peut-être briser la glace.

- Enchantée, Hourasi, finit-elle par dire. Je n'avais jamais rencontré d'outlander avant vous, déclara la lionne pour lancer la conversation. Quand je vivais sur la Lande, il n'en venait pas souvent.

Pour sûr, elle ne l'avait jamais vu et elle était certaine qu'il avait bien plus de deux ans. Cela amena la lionne à s'interroger sur ce clan étranger et, à en croire celui-là, bien méfiant.

- Les vôtres ne s'approchent-ils jamais des frontières d'ordinaire ? Je pensais que seuls les jangowas et les nordiques ne sortaient jamais de leur territoire ? taquina la femelle.

En réalité, nombreux étaient les mositus à se complaire dans la jungle et à ne plus en bouger, mais beaucoup venait encore s'égarer sur la Lande des Sans-Terres. Cela faisait trop peu de temps et jamais encore elle n'avait vu de lion étranger s'approcher de la jungle, à croire que la peur et la superstition nouaient les entrailles des plus téméraires. C'était à la fois rassurant et triste ; toujours les mêmes têtes, les mêmes connaissances... Akinyi aimait en savoir plus, en témoignaient ses nombreuses balades durant son enfance. Aussi, la lionne fixa son homologue avec une curiosité des plus amicales, attendant qu'il lui narre ce qu'il souhaiterait partager.

- Comment est-ce Outland ? Est-ce si beau qu'aucun lion ne parvienne jusqu'à nous ? Ou bien gardez-vous farouchement vos membres pour ne pas qu'ils se rendent compte que les proies sont plus grasses de l'autre côté du fleuve ? »

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Ven 1 Juil - 2:00

    A la manière dont l'étrangère prononçait le nom de son père, elle ne semblait pas savoir de qui il s'agissait. C'était une étrangère... Elle devait sûrement venir de loin pour ignorer quelque chose comme ça... Oui, de vraiment loin. Aucune autre explication n'était possible. Certes, lui avait évoqué Massempo avec vide, mais volontairement. Alors qu'elle... Rien n'en transparaissait, si ce n'est l'ignorance. De cela, il tenta de ne pas en tenir rigueur. Bien qu'il s'agisse plus d'une question de fierté personnelle que de réel respect envers son paternel. Si ce dernier pouvait être encore inconnu aux yeux d'autres, alors quel destin attendait Hourasi? Lui qui n'avait encore rien fait de notable encore pour le moment?

    Cette rencontre était une épreuve. Son premier contact avec un acteur extérieur. Un test élaboré par Khiaja? Possible. Auquel cas, il devait se montrer plus éloquent, faire preuve d'une ligne de conduite plus digne du rang qu'il convoitait. Non. Du rang qui lui appartenait. De plus, elle disait elle-même qu'il était le premier outlander qu'elle rencontrait. Plus que sa propre image, c'est alors celle de son clan tout entier qui entrait en ligne de compte. De par cet état de fait, l'esprit d'Hourasi trouva un surprenant apaisement. Pour la première fois depuis longtemps, ce n'était plus uniquement lui, mais aussi tous les autres. Le temps d'un instant, il comprit. Il comprit le véritable enjeu d'être un roi. Celui d'être prêt à endosser l'image de son clan auprès des autres. L'exemple à suivre.

    _Le roi d'Outland, oui. Mon père était quelqu'un de bien. C'est lui qui a fondé notre clan, et qui nous a permis de survivre jusqu'à son dernier souffle. Il m'a légué cette responsabilité.

    Le prince choisit volontairement de cacher la réalité. Cette lionne... Akinyi. Akinyi n'avait pas besoin d'en savoir beaucoup plus. Les petites oppositions politiques se réglaient en interne, les acteurs extérieurs n'étaient pas priés d'être tenu au courant. Le nom de Tahani n'avait aucune raison valable d'être évoqué par l'un ou par l'autre, et ce n'en était que mieux ainsi.

    _Et... Je ne suis jamais sorti de chez moi. Reprit-il avec moins de hargne qu'auparavant. Jamais je n'ai franchi les frontières. Je n'en ai jamais ressenti le besoin.

    Là encore l'entière vérité n'avait que peu de place. Le rôle de sa mère était volontairement passé sous silence, car il savait que les étrangers ne comprendraient pas tous les enjeux. Les leçons, les entraînements, les préparations... Tout cela ne pouvait porter ses fruits qu'en consentant des sacrifices. Hourasi avait sacrifié sa vie d'adolescent pour ça. Même sa soeur. Donc non, il n'avait jamais quitté les frontières d'Outland, préférant sacrifier sa curiosité au profit de la détermination. Celle-ci s'affichait désormais clairement sur chacun des traits de son visage. Un être qui n'avait connu que peu d'amusement ou de sourires, qui malgré tout tentait de faire bonne figure pour se donner l'illusion qu'il était quelqu'un.

    _Outland? Répéta-t-il, ses oreilles se dressant au sommet de son crâne. Beau?

    Son ricanement fit froid dans le dos, mais parce qu'il n'avait plus trouvé l'opportunité de rigoler depuis bien longtemps. Toutefois, une telle allusion avait une bonne dimension comique.

    _Montre moi un Outlander qui te dira que le territoire est beau, et moi je te montrerais un menteur. Répondit-il d'un ton pince-sans-rire. Ce territoire est à l'image de celui qui le peuple. Austère. Sans aucun charme. Bougon comme pas deux. Mais si on gratte bien, il y a possibilité de trouver deux trois trucs pas déplaisants.

    Pas une seule fois son regard n'entra en contact avec celui d'Akinyi. L'intimidation était réellement présente, même si le langage cru pouvait faire croire le contraire. De temps à autre il jetait un coup d'oeil furtif dans la direction de la Mositu, mais son visage restait de marbre, fixant l'extérieur mitraillé par l'averse.

_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Sam 20 Aoû - 2:22

Il n'était jamais sorti de son territoire ? Et la Lande alo... Akinyi redressa les oreilles et sentit malgré elle ses épaules se tendre en prêtant difficilement son attention à Hourasi. La lionne réalisait soudain que ses pattes avaient foulé un territoire étranger sans autorisation aucune. Comment n'avait-elle pu s'en rendre compte ?! Était-elle en droit de le faire ? Le prince ne semblant guère disposé à la chasser au delà des frontières lui laissait croire que peut-être... Mais le souvenir de son entrée en matière lui faisait penser autrement.

La lionne ne parvenait pas à lire son compagnon d'infortune ; quelque chose dans ses propos, dans sa façon d'être, titillait sa conscience. S'il était l'héritier d'un Massempo, roi d'Outland, apparemment décédé, pourquoi ne se présentait-il pas comme le nouveau roi de cette terre ? Qu'ignorait-elle des systèmes monarchiques ou que cachait-il de la géopolitique de son pays pour que cela ne fasse pas sens dans son esprit ? Pourquoi ne lui avait-il pas révélé qu'elle se trouvait en un territoire autre que celui auquel elle pensait ? S'amusait-il d'elle ou faisait-il preuve d'une sincère cordialité ? Conditionnée par les règles territoriales que leur avaient imposées les Lamasus, la Mositu ne comprenait pas la clémence de l'Outlander envers une étrangère. Paradoxe, inconstance, le prince de belle allure manquait de cohérence dans ses paroles et Akinyi en ressentait un certain malaise.

Pourtant, il y avait de la sincérité dans sa voix lorsqu'il parlait de son père, de sa terre. Quelles facéties pouvaient naître de tels aveux ? Pour Akinyi, aucune. Il lui répondait calmement, comme s'il se portait à hauteur de sa curiosité et cela rassurait un peu l'aventurière. Cela l'attristait aussi. Hourasi n'avait pas tout dit, il avait pesé ses mots ; il n'avait pas fait confiance à la jeune femelle. Quelque part, elle le comprenait même si la vie au sein du clan Mositu ne l'avait pas habituée à ce genre de chose, mais elle aurait imaginé inspirer moins de méfiance.

L'inimité naissait de ce sentiment, elle avait beau le savoir, elle-même s'était laissée prendre en cherchant le mal dans les incohérences du lion. Peut-être désirait-il se protéger ? Protéger son clan ? Elle en revenait toujours au même point ; Akinyi ne pensait pas représenter la moindre once de menace. Contrairement au mâle lui tenant compagnie, ne pouvait s'empêcher de lui souffler une petite voix.

Un soupir échappa à la lionne qui se surprit à contempler la pluie. Son regard se porta un peu plus loin, sur l'herbe que l'on commençait à distinguer sous les trombes d'eau se raréfiant, puis vers l'horizon. Son clan même avait migré pour trouver un nouveau foyer, une terre qui les accueillerait et leur conviendrait. Les Pridelanders s'étaient battus crocs et griffes pour récupérer leur terre adorée, spoilée par les Nyeusis. Les Lamasus tenaient tellement à leur territoire qu'ils en avaient conclu des alliances solides, jusqu'à la création des gardiens, pour le protéger. Comment pouvait-on demeurer sur une contrée que l'on n'aimait pas ?

« Je suis désolée pour votre père, je ne savais pas, commença par s'excuser la lionne. Puis-je savoir comment est-ce arrivé ? Si ce n'est pas trop indiscret.

Sa voix s'était faite plus douce. Akinyi ne souhaitait pas remuer de douloureux souvenirs, elle ne voulait qu'en apprendre davantage sur ce clan dont elle ignorait tant et sur ce lion qui ne semblait se confier réellement qu'en abordant un tel sujet.

- Je me demande aussi : est-ce que les deux trois trucs pas déplaisants sont si précieux que vous leur préférez votre bonheur ? poursuivit la lionne sombre après un silence. Vous semblez très attaché à cet endroit et, pourtant, vous n'avez pas l'air d'aimer cette terre. Pourquoi rester ici ? La terre des lions est vaste et ses frontières ne sont que des portes ouvertes sur d'autres territoires. Vous pourriez découvrir plus que « deux trois trucs pas déplaisants » en voyageant. Peut-être même que votre clan vous suivrait dans cette aventure, comme le mien a suivi notre chef pour s'établir en Apeland.

La Mositu laissait tourner dans sa tête les termes avec lesquels l'Outlander avait décrit ses compatriotes, elle les analysait et tentait de les rattacher à leur représentant ici-même.

- Après tout, vous employez des mots bien peu flatteurs pour parler de votre clan, il y a de quoi se demander ce que vous souhaitez. »

La faire fuir ? Dénigrer les siens ? Se protéger de l'inconnu ? Tout lion devrait se faire le devoir de défendre son clan, que ce soit par les griffes ou par les mots, et plus encore lorsque ledit lion se prétendait futur dirigeant de celui-ci. Quel Pridelander aurait eu le courage de suivre Kumpa contre les Nyeusis s'il avait ainsi parlé d'eux ? Même Kwadja avait su flatter les siens pour les mener à la mort.

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Mer 24 Aoû - 19:04

    Les premières pensées d'Hourasi se confirmèrent. Elle ne savait donc pas qui était Massempo car elle venait d'ailleurs, et ainsi, il ne pouvait pas lui en tenir rigueur. Toutefois, il ne pouvait accéder à sa requête. Il ne pouvait pas dévoiler tout ce qui s'était passé, il ne pouvait dévoiler la trahison de sa soeur pour récupérer le trône de leur père, il ne pouvait dévoiler les manigances de sa mère pour le placer sur ce même trône... A une telle perspective, la mâchoire d'Hourasi se serra de colère. Ne. Surtout. Pas. Céder. Pas maintenant. Ses crises de colère avait beau être moins courantes, elles n'en demeuraient pas moins violente pour autant. Toujours dans ces moments, il faisait en sorte d'être seul. Mais il restait comme un petit problème, sous forme d'une grosse peluche étrangère de sexe féminin.

    Les paroles d'Akinyi résonnèrent temporairement dans le vide, car le prince n'écoutait plus, occupé silencieusement à garder le contrôle de soi. Il se replaça ainsi dos à son interlocutrice, serrant les crocs un peu plus fort. Il s'agissait là d'une lutte intérieure, ne concernant que lui et uniquement lui. Il ne pouvait accorder à Akinyi le luxe de lui répondre, pas pour quelques instants du moins. Et toute façon, quoi répondre concernant Massempo? Le concept de trahison pouvait-il trouver un écho chez l'étrangère? Elle ne ferait que le juger pour ce qu'il est, un prince jaloux, n'arrivant même pas à se contrôler correctement soi-même, alors comment pourrait-il contrôler les autres.

    _Je ne peux pas... Je ne peux pas... Je ne peux pas... Murmura-t-il doucement, comme sous l'effet d'une torture l'empêchant de parler plus fort.

    Rien ne fonctionnait, ça ne fonctionnait pas! Quelque chose à détruire, vite!! Se redressant d'un coup d'un seul sur ses quatre pattes, Hourasi regarda au-dehors de la cachette comme un forcené. La pluie battait toujours son plein, et malgré le rideau d'eau, il discerna la forme d'une souche, abattue à une dizaine de pas plus loin. Ni une ni deux, l'envie de violence se faisant trop forte, il s'élança sous les trombes, se moquant éperdument de finir mouillé. Il avait besoin d'évacuer cette violence, et tant pis s'il y avait des spectateurs, il s'était retenu beaucoup trop longtemps jusque là.

    Il couvrit bien vite la distance le séparant de la souche, et ainsi, ses griffes s'enfoncèrent dans le bois humide, lui procurant une sensation terriblement bienvenue. Puis il s'acharna alors, déchiquetant le pitoyable morceau de bois en usant de ses griffes et ses crocs, sans aucune retenue. Lentement, la tension redescendait au fur et à mesure que les copeaux s'amoncelaient. Les coups se faisaient moins vifs, son pelage était aussi mouillé qu'il était possible, et sa respiration était lente et saccadée. L'instant de rage fut court, mais particulièrement violent, Hourasi le savait bien. Même pas il n'osait se retourner pour affronter le regard d'Akinyi, dont il s'imaginait bien le dégoût qu'elle pouvait ressentir. Et surtout, elle ne devait pas comprendre.

    Etait-ce seulement une bonne idée qu'elle comprenne?

_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Jeu 29 Sep - 1:22

Akinyi observa son compagnon de fortune lui tourner le dos non sans une certaine inquiétude. Elle s'en redressa, plaquant ses oreilles en arrière tandis que son corps maintenait une tension témoignant de son appréhension. Qu'arrivait-il à Hourasi ? La lionne déglutit et prit sur elle, poussée par la curiosité, pour s'approcher doucement du lion.

« Qu'est-ce que vous ne pouvez pas, Hourasi ? demanda calmement la Mositu.

Son calme et son assurance l'étonnaient parfois. C'étaient là des traits qu'elle avait gardé de son enfance, de son tempérament inné de chef de fratrie et bientôt de famille quand son père et sa mère rejoindraient les esprits de leurs ancêtres. Akinyi conservait ses oreilles vers l'arrière et son corps à moitié dans la même direction, légèrement sur le qui-vive, mais cela lui fut salutaire quand le mâle se retourna et fila au dehors comme un gnou enragé malgré la pluie battante.

- Hourasi ? appela Akinyi à travers le rideau sombre.

Une forme se détachait, frappant une chose qu'elle ne pouvait voir. En cet instant, elle était invisible, comme entre les feuilles de la jungle, elle en était sûre. Devrait-elle en profiter pour s'éloigner de cet être inconstant ? Une jangowa l'aurait fait, tournant le dos sans aucune pitié à la douleur d'autrui, mais une mositu chercherait à venir en aide à cette âme perturbée.

Akinyi avait toujours été ainsi, curieuse pour ne pas céder à ses peurs. Elle prenait son rôle très à cœur, désirant protéger les siens plus que tout, mais cette méfiance protectrice ne l'empêchait pas de respecter les enseignement de sa tante ; savoir, car Nkechi assurait que les haines et colères divisant même les familles découlaient de l'ignorance.

La lionne était seule avec le grand mâle. Personne ne savait qu'elle était ici. Droite à la limite de son abri, hésitante quant à s'engager sous les coulées aqueuses, Akinyi savait que ses choix des prochains n'engageraient qu'elle et personne d'autre ; ni son clan, ni sa famille ne se verraient touchés par un quelconque revirement d'agressivité de l'Outlander si elle visait mal.

Elle se rassura ainsi et l'eau plaqua rapidement son pelage fin contre sa peau, avançant une patte après l'autre en direction d'Hourasi qui expulsait un trop plein d'émotions contre une pauvre souche. Le regard bleu se voila d'une certaine tristesse, de douceur aussi. Il fallait bien souffrir pour en parvenir à une telle extrêmité, mais également se voir doté d'une belle volonté pour trouver la force de frapper ça et non pas une lionne bien plus accessible.

Comme elle était venue, malgré la boue commençant à coller à ses pattes, Akinyi se glissa dans le champ de vision d'Hourasi et demeura sur ses quatre pattes. Vivre en mositu et au contact de pridelanders avait appris à la lionne l'importance de la bienveillance, de l'observation, de l'écoute mutuelle. C'était cela qui faisait la force d'un clan, car un seul élément hésitant pouvait rendre une chasse infructueuse ou une attaque malheureuse. Elle le savait, l'avait acquis, mais est-ce que Hourasi avait déjà éprouvé ce genre de raisonnement ? Elle n'en savait rien et une phrase simple lui servit de patte tendue dans cette situation, à lui de la saisir ou non.

- Désirez-vous que je vous laisse seul ? »

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Jeu 13 Oct - 22:42

    Quelle genre de honte, d'humiliation pouvait-il bien s'agir? Qu'est-ce que le destin tentait de lui faire comprendre en le poussant dans ses retranchements, et ce sans raison apparente? Certes, Hourasi se savait délicat, voir même à fleur de peau, mais... Jamais autant. Pas à ce point, pas aussi subitement, et pas pour si peu. Lui-même en était effrayé. Il n'était pas en mesure de se contrôler, et ainsi, pouvait se mettre en danger, autant lui que les autres. Et il ne voulait aucun mal à cette étrangère, autant qu'il ne lui voulait pas particulièrement de bien non plus. Jusqu'ici, il avait tenté d'être le plus neutre possible, mais après cet accès de colère, demeurer de marbre était impossible.

    Le regard du prince s'attarda longuement sur les restes de la souche qu'il venait de mettre en pièce quelques instants plus tôt. Puis il se mit à regarder ses coussinets, là où des échardes s'y étaient fichées. Il ne sentait pas la douleur, et pourtant, ces fragments de bois étaient bien là, fichés dans son corps. Le temps d'un battement de sourcils, il crut distinguer ses pattes rendues poisseuses par le sang, comme s'il venait d'équarrir un cadavre. Mais il s'agissait juste d'une hallucination. Après tout, il ne venait que de s'attaquer à une simple souche! Un autre battement de sourcil, et ce n'était plus le sang d'un autre qui maculait ses pattes, mais bien son sang à lui. Une simple écharde un peu plus profonde que les autres, qu'il eut tôt fait de retirer en la saisissant entre ses crocs. C'était la première fois qu'il voyait son sang couler. Et il en était fasciné.

    La voix d'Akinyi le rappela alors à la réalité. Les sons de la nature semblèrent revenir à la normale, comme s'il venait de se réveiller. Son état second venait de toucher à son terme aussi vite qu'il était venu. Mais le prince se sentait encore déstabilisé.

    _Je... Je... Je ne sais pas... Répondit-il avec beaucoup d'hésitation.

    Certaines échardes étaient trop petites, inatteignables pour lui. Il allait avoir besoin de l'aide d'Akinyi, mais bizarrement, il ne se souciait plus qu'elle s'approche de lui ou non. Il ne savait pas comment se l'expliquer, mais le contact de cette lionne étrangère ne le répugnait plus autant qu'avant. Un tel apaisement était... inhabituel.

    _Est-ce que vous pouvez... euh... Reprit-il en montrant ses coussinets à l'étrangère, dans lesquels les petits bouts de bois étaient toujours fichés. Hourasi espérait silencieusement qu'elle serait habile. Il était loin d'être une chochotte, mais moins de douleur il y aurait, meilleur caractère il aurait ensuite.




_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Mer 19 Oct - 2:23

Akinyi dressa les oreilles, attentive, lorsque Hourasi manifesta une certaine écoute à ses paroles. Le lion semblait s'ouvrir à elle et cela la rassurait quelque part, mais elle ne s'était pas attendue à ce qu'il passat d'un extrême à l'autre et qu'il lui demandat un tel service. Etait-ce un piège ou une preuve de confiance ? La femelle ne cilla pas lorsqu'il avança la patte, mais prit quand même le temps de respirer doucement avant de lâcher les prunelles vertes de son interlocuteur. Ses iris fixèrent alors les coussinets blessés, vaguement rouge sous la pluie battante qui diluait le sang s'échappant des plaies fines.

Il était vrai qu'Akinyi présentait quelques faiblesses par rapport à d'autres lionnes. Sa taille la classant parmi les hautes jangowas la rendait petite aux yeux des autres clans, mais à voir les handicaps qu'une taille imposante infligeait à son compagnon d'infortune, la mositu louait les Grands Esprits de l'avoir faite si menue.

Rassurée par le calme apparent d'Hourasi, mais pas exactement à l'aise, la lionne brune s'approcha un peu plus jusqu'à se trouver franchement à portée de patte du mâle. Elle ne parvenait pas à se laisser endormir par cette soudaine fragilité qu'il avait bien voulu montrer, cependant, elle lutta contre cette tension qui tendait à crisper son anatomie. Sûrement que la méfiance dont elle pourrait faire preuve pourrait à nouveau faire monter le prince d'Outland dans les tours, mais elle voulait croire que cela n'avait rien d'un piège, elle voulait saisir cette once de confiance qu'il daignait lui accorder.

Akinyi baissa alors la tête vers le membre blessé et chercha des yeux les échardes que le lion ne pouvait atteindre. La pluie n'aidait pas à la localisation des corps étrangers, alors la lionne s'aida de son sens du toucher et passa un coup de langue sur la surface lésée. Ses crocs se dévoilèrent ensuite pour saisir délicatement les petits éclats de bois qu'elle cracha dans un balancement de tête sur le côté. Il fallut recommencer le processus deux ou trois fois, mais bientôt le sang cessa d'affluer sous la gueule amie qui ne sentit plus les traces laissées par la souche.

La lionne se redressa alors et recula, mais maintint une distance de sécurité bien moindre vis-à-vis du gros lion qu'elle n'avait pas eu besoin de rappeler à l'ordre. Il lui paraissait plus déboussolé qu'apprivoisé, mais la Mositu pouvait se contenter de cela tant qu'il ne lui donnait pas un coup de pattes ou ne lui manquait pas de respect comme lors de son introduction.

« Pouvez-vous poser la patte, maintenant ? S'enquit-elle.

Akinyi possédait ce fond de bienveillance propre à ceux de son clan, mais cette part alerte qui faisait naître la méfiance dans son coeur s'était endormie comme la fougue de son camarade éreinté par des variables bien peu maîtrisables. C'était ce dont elle se convainquait, mais ces preuves infimes qu'Hourasi avait bien voulu lui dévoiler concernant ce bon fond à lui, elle les avait perçues et demeurait intriguée par cette violence dont il avait pu faire preuve. Etait-ce propre à ce territoire ? Aux règles entourant ce jeu auquel un prince devait se confronter ?

- Je suis navrée de ne pouvoir vous aider davantage, Hourasi, ajouta la lionne sans oser s'aventurer à nouveau sur des terrains sensibles. Dans la jungle, il aurait été facile de trouver de quoi vous soulager.

La pluie s'amenuisa alors, ne laissant plus qu'une légère bruine tomber sur les deux compagnons.

- Peut-être allons-nous pouvoir nous passer de notre rocher, pensa-t-elle tout haut comme si l'occasion allait lui permettre d'explorer cette terre ayant attisé sa curiosité. »

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 24 Masculin
Nb de Messages : 128
En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Mar 8 Nov - 3:51


    Malgré l'image qu'Hourasi avait donné de lui tout du long de leur rencontre, Akinyi ne semblait guère vouloir le rejeter d'une quelconque façon, comme il le redoutait au départ. En cela, il la remercia intérieurement. Peu de monde se donnerait la peine de venir en aide d'un lion aussi impulsif que lui, surtout au sein du clan, là où il se trouvait être connu pour ses accès de colère. Mais en même temps, qui avait donc bien tenté de gratter la surface, de comprendre pourquoi il agissait ainsi? D'essayer de discerner la douleur pour finalement l'en débarrasser?

    La réponse était aussi facile qu'elle en était effrayante: Personne n'avait eu l'étoffe de se confronter à lui. Et par la même, personne n'avait su déverrouiller une nouvelle facette chez le prince outlander. Il aura fallu une totale inconnue pour faire réaliser à Hourasi tout ce qu'il avait perdu depuis ces années, et parallèlement, tout ce qu'il aurait à y gagner. L'opération d'extraction des échardes de bois lui devint totalement indolore, alors que la lionne s'occupait à les retirer délicatement les uns après les autres. En un autre cas de figure, combien de temps aurait-il fallu pour qu'il les retire de lui-même? Ou même, combien de temps aurait-il fallu attendre avant que quelqu'un ne daigne se manifester auprès de lui pour l'aider? Jusqu'à présent, Akinyi avait su prouver au prince qu'elle était digne d'une certaine confiance, notamment parce qu'elle ne connaissait rien de lui excepté son titre. Si seulement elle savait qui elle avait en face, nul doute qu'elle aurait tôt fait de s'échapper le plus loin possible pour ne plus jamais revenir en arrière.

    Testant sa posture, Hourasi reposa alors délicatement sa patte au sol. Il ne sentait plus tellement de douleur dérangeante, si ce n'est les petites plaies ici et là, rien de bien grave pour un lion de forte constitution comme lui.

    _Merci pour votre aide. Elle était tout ce dont j'avais besoin. J'aurais presque envie de vous accorder le titre d'enleveuse d'échardes du royaume, dit-il dans une ridicule tentative humoristique. L'humour et lui ça faisait quatre, sachant qu'il ne savait même pas compter.

    Libéré du fardeau de la pluie, le prince s'ébroua lourdement, faisant virevolter en tout sens les petites gouttes restées auparavant dans sa crinière. Et ce, sans se soucier du sort de sa comparse, qui dût alors faire face à nouvelle averse, mais qui cette fois ne provenait pas du ciel.

    _Vrai que ce rocher ne va maintenant plus nous servir à grand chose. Mais... Il marqua une légère pause, le temps d'une réflexion rapide, puis repris, normalement, vous êtes toujours sur mon territoire. Et normalement, je devrais vous raccompagner chez vous, où bien j'aurais des ennuis. Même en tant que prince.

_________________
"Ne me jugez pas. Je suis au-dessus de votre jugement, même si je ne suis pas digne de votre pardon." Hourasi à ses troupes après l'échec de la révolution.


© Sloë

[ Thème : https://www.youtube.com/watch?v=w3UR7nsTLlQ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t2781-hourasi-prince-heritier
avatar
PLAYER04


À mon sujet

Age : 22 Féminin
Nb de Messages : 314
Localisation : Apeland

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   Lun 13 Mar - 15:08

La lionne fut prise au dépourvu par le trait d'humour du prince et ne put retenir le rire qui naquit dans sa gorge en faisant pétiller son regard sous l'étrangeté d'une telle reconnaissance. Akinyi avait l'habitude de rire, mais pas avec tout le monde, s'amusant doucement des pitreries de sa fratrie et se permettant quelques largesses en compagnie de son ami Nyoka. Autrement, la mositu se voyait souvent moquée par sa sœur pour sa rigidité, sa méfiance, sa dignité parfois austère. Cela aurait sûrement amusé Taali de voir son aînée prendre ainsi plaisir en compagnie d'un étranger.

Enfin, Hourasi pouvait-il être considéré ainsi ? Il était vrai qu'elle savait pour l'instant peu de choses de lui, mais la jeune femelle sentait se tisser entre eux une affinité bien plus franche que celle la liant à certains membres de son propre clan. Pas de jugement sur son métissage, sur ses qualités de chasseresse, sur sa proximité peut-être excessive avec le lion gris partageant ses secrets ou même sur sa surprotection envers ses frères depuis le départ de sa sœur.

La lionne laissa son rire aussi léger que sincère s'évaporer entre les gouttes et s'éloigna d'un bond agile lorsque le mâle s'ébroua, faisant mine de se protéger de l'averse d'une patte relevée. Point de fuite dans ce mouvement, une certaine malice même avait guidé ses pattes avant que son corps entier ne se secoue à son tour, finissant par ce toupet noir lui ornant l’extrémité de la queue. Hourasi avait beau porter un titre et être visiblement destiné à de lourdes responsabilités, Akinyi avait eu l'occasion de le voir dépourvu de sa superbe ; le poil mouillé, la crinière aplatie, le cœur en détresse et capable de saigner. Ainsi démystifié, le prince n'était plus qu'un lion comme tant d'autres, mais un qui s'était quelque part attiré la sympathie de la jeune lionne.

Cette détente que lui avaient accordés les propos du mâle ne fut hélas que temporaire et la réalité rattrapa les innocents qui s'étaient égarés. Exit cette intimité forcée par les éléments et la confiance tacite qui en avait découlé, les deux compagnons d'infortunes se voyaient contraint de se rappeler leurs obligations respectives, mais Akinyi perçut dans les paroles d'Hourasi comme un appel à l'inconvenance. Se pouvait-il que le jeune adulte ait perçu la même affinité entre eux que celle qu'elle-même avait ressenti au fil de leur rencontre ?

Cependant, un bref regard voilé, presque attristé, s'abattit dans ses yeux en direction de sa terre d'adoption. La réalisation de la portée des mots d'Hourasi avaient changé sa posture de manière discrète, comme à son habitude, restant néanmoins perceptible pour un fin observateur ; ses prunelles s'étaient soudain éclairées et ses oreilles redressées lorsqu'elle avait planté son regard bleu dans celui de son compère. Sur cet instant, elle avait semblé sonder ses pensées par ce simple contact, mais cette envie passagère ne pouvait ose voir réalisée.

« '' Normalement '', répéta sérieusement la lionne avec un léger sourire relevant ses babines. Normalement, oui, souffla-t-elle en baissant légèrement la tête et les oreilles. J'apprécie votre offre, Hourasi, mais comme il ne vous est pas permis d'accepter ma présence ici, je n'ai pas l'autorisation de mener des étrangers jusqu'aux frontières de la jungle, entama la femelle d'un air sincèrement désolé.

Elle aurait aimé découvrir cette terre dont elle ignorait tout, mais elle avait plus tôt fait le choix de demeurer avec son clan sur sa terre d'adoption malgré la proposition de sa sœur. Quand bien même cette décision la taraudait, ce n'était ni le lieu, ni l'instant, pour négocier une quelconque visite avec un lion qui avait déjà fait preuve de largesse.

- Au revoir, prince d'Outland, et merci, salua-t-elle en guise d'adieu. »

Sans se dépêcher, Akinyi se détourna de cette terre découverte par maladresse et de ce lion avec qui elle venait de partager un bel instant de complicité. Il y avait longtemps qu'un inconnu n'avait pas tant mis à l'aise la mositu. Peut-être que le temps verrait cette rencontre évoluer en une solide amitié ? Songeant à cette éventualité comme elle franchissait la frontière, la lionne se permit un soupir en observant le ciel, qui savait ce que les Esprits lui réservaient...


~RP Clos~

HRP:
 

_________________

Avatar © IXsln / Signature © Akinyi

Anciennes signatures:
 

Akinyi débat en #046380
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1973-akinyi

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la pluie, le beau temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Après la pluie, le beau temps? Et si en fait, c'était plutôt un ouragan? {PV Amelian et Eliwyr} [terminé]
» Après la pluie, le beau temps.
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» Profite du beau temps ( Libre )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
La Terre des Lions
 :: 
La Terre des Exilés — Outland
 :: Le Champ Herbeux
-