AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Lun 18 Avr - 20:00

Se reposer.

Enfin, après un si long périple, Hatima avait pu retrouver les siens. Venant juste de débarquer, le jeune mâle n'avait pas encore eu l'occasion de voir si son message s'était réellement transmis parmi les Mositus égarés après l'assaut raté de Kwadja. A peine avait-il eu le temps de frotter sa tête contre celle de son paternel, toujours plus dégarnie, que le jeune lion tournait déjà son regard rubis vers tous les horizons possibles, cherchant à explorer par anticipation leur lieu d'accueil. Il l'avait quitté il y avait longtemps et très peu de temps après sa trouvaille par Siri, dans le but de voler au secours des familles déchirées. Après avoir perdu sa mère, le mâle s'était senti forcé de tout faire pour permettre aux proches éloignés de trouver le chemin de la terre promise. C'est pourquoi il avait tant voyagé et perdu de vue les lionceaux de sa génération comme Baradi. Hatima se souvenait peu de la guerre, trop jeune à l'époque, néanmoins, il se rappelait parfaitement du regard de la lionne chocolatée qui avait fait parti de l'escouade de lionceaux menée dans un traquenard par deux Jangowas qui s'étaient finalement repenties. Il lui semblait aussi que c'était elle dont il avait capté le regard lorsqu'elle avait compris que sa mère ne reviendrait pas, tandis que la sienne agonisait sur le dos d'un jeune mâle miraculeusement épargné, un moignon sanguinolent à la place de la queue.

Quoiqu'il en soit, la dite Baradi avait mit au monde des petits, c'était l'une des nouvelles l'ayant assailli lorsqu'il était arrivé. Sur toutes les lèvres, on murmurait que la première génération de nouveaux mositus était enfin arrivée, via le ventre de la jeune lionne. A cette pensée, Hatima se sentit lui aussi effleuré par la joie, mais aussi un brin de tristesse. Lui n'avait personne à part son vieux géniteur. Aucune femelle, aucune attache, mais après tout, il avait choisi de voyager au nom de Siri, personne ne l'avait forcé.

Un peu honteux de l'ombre qui avait voilé ses yeux, le jeune mâle s'était empressé de s'enquérir de la situation auprès des vieilles commères. Ces dernières lui avaient finalement signalé quand il pourrait espérer présenter ses voeux à la femelle sans la déranger. Après que toute la famille et les amis soient passés donc, Hatima osa s'approcher du "nid" de la nouvelle maman.

- Bonjour

Fit-il timidement, se sentant de ridicule tout en se sachant qu'il était trop tard pour reculer.

- Je... Euh, venais présenter mes félicitations. Enfin. Vois-tu Baradi, je me rappelais de... D'il y a longtemps et enfin, c'est ridicule. Tu dois avoir beaucoup à faire.

Soudainement, il se sentait étranger dans son propre clan. Non, pas comme un banni, pas chez les Mositus trop pacifiques (tout du moins ceux qui avaient suivi Siri.) sinon accueilli poliment comme un lion perdu. Lequel n'avait certainement pas à fourrer son museau dans des affaires aussi intimes. Qu'avait-il espéré ? Que Baradi soit aussi petite qu'avant, perchée sur ses pattes costaudes de lionceau ? Quant à sa mémoire, elle avait sûrement effacé Hatima, et puis, il ne ressemblait plus au bébé d'avant, grand ado presque adulte à la fourrure envahissante, aussi grand que dégingandé malgré des muscles plus dessinés que ceux de son âge dû à ses nombreux voyages.

- Je suis Hatima.

Acheva-t-il dans une tentative un peu plus misérable.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER06


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 2003
Localisation : Sur ta tête o/

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Lun 18 Avr - 22:49

Baradi dormait à moitié, surveillant ses petites boules de poil. Ils étaient encore tout jeune, âgé d'un mois seulement. Elle ne les quittait que pour aller se désaltérer, Nsaï se chargeant de chasser pour elle. Les lionnes du clan lui tenaient souvent compagnie, ainsi que Chezo, son père, et Ima, la mère de son compagnon. Elle avait d'abord craint de s'ennuyer, loin de l'action et de l'aventure, mais il n'en était rien. Elle passait ses journées à contempler ses petits, qui, peu à peu, grandissait. Ils étaient toujours minuscules, et rampaient faiblement autour de son ventre, mais bientôt ils se dresseraient sur leurs pattes et partiraient explorer le monde comme leur mère l'avait fait avant eux. Elle rêvait, en les regardant, aux aventures qu'ils vivraient, aux manières qu'ils auraient de réagir face aux choses, face à l'histoire de leur clan. Ils ne connaîtraient heureusement pas tous les maux que Baradi avait du affronter lorsqu'il était enfant, la guerre, l'exil, la perte d'un parent... Et cela la soulageait grandement. Ils auraient tout le temps de grandir et de profiter de leur enfance. La jeune mère s'épanouissait en tous cas pleinement dans son nouveau rôle, savourant chaque secondes qu'elle passait avec ses enfants.

Lorsqu'elle avait envie de se dégourdir les pattes, elle confiait ses petits à Ima, qui veillait sur eux avec la tendresse d'une grand mère. Baradi regrettait que Moka ne soit plus de ce monde, elle aurait sans doute adoré surveiller ses petits enfants. Les Grands Esprits en avaient cependant voulu autrement. L'esprit de la lionne brune vagabonda, se rappelant les autres décisions importantes que les Grands Esprits avaient pris, qui avaient séparé des lions chers à son cœur de sa vie. Elle songea notamment à Jango, qui était peut-être sur Outland désormais. Elle réalisa que cela faisait un an qu'elle ne l'avait pas vu, et cela la rendit nostalgique. Elle n'avait guère eu le temps d'y penser, avec leur voyage vers Apeland, puis leur installation, et puis ses petits désormais... Tant de choses avaient changés depuis leur départ de la Lande. Elle ne savait toujours pas ce qu'il était advenu des lions partis avec Kwadja pour reconquérir l'Oasis. Un jeune lion s'était proposé pour partir à leur recherche, mais elle ne savait pas où il en était. On disait qu'il était revenu sur Apeland dernièrement. Comment se nommait-il déjà ?

- Bonjour

La Mositus cligna des yeux et leva la tête, croisant le regard d'un lion massif, dont les prunelles lui disaient quelque chose. Encore endormi, elle se demanda si elle était en train de rêver. L'instant d'avant plongé dans ses rêveries, Baradi était encore dans cet interstice très mince entre songe et réalité, où le doute était permis.

- Je... Euh, venais présenter mes félicitations. Enfin. Vois-tu Baradi, je me rappelais de... D'il y a longtemps et enfin, c'est ridicule. Tu dois avoir beaucoup à faire.

La féline secoua la tête pour se réveiller. Elle était désormais en état d'écouter et peut-être de reconnaître ce lion qui lui faisait face. Elle le connaissait, elle en était sûre, son visage lui était familier. Etait-ce ce fameux lion qui voyageait à travers la Terre des Lions pour retrouver les Mositus égarés ? Il devait donc savoir ce qui était arrivé à ceux qui avaient suivis Kwadja ! Elle avait donc l'occasion de lui parler, et peut-être de lui poser la question. Mais avant elle voulait se souvenir de son nom...

- Je suis Hatima.

Les souvenirs déferlèrent en Baradi comme un torrent. La guerre lui revint, ce jour terrible où elle avait entraîné les lionceaux du clan entre les branchages épais de l'Oasis puis dans les dunes du désert pour se cacher des combats. Elle se rappelait maintenant, ce petit lion, si jeune, si innocent, au milieu de ces tensions, de ce chaos... Un immense sourire se dessina sur les babines de la femelle. Elle se tourna vers Ima et lui fit signe de surveiller les petits. Elle se leva et laissa place à sa belle-mère, à qui elle faisait pleinement confiance pour protéger ses enfants. Elle pivota ensuite vers Hatima et s'éloigna un peu de sa progéniture pour les laisser dormir. Voilà, maintenant elle allait pouvoir lui parler librement.

- Hatima, souffla-t-elle en souriant. Je me souviens de toi bien sûr. On était si petits et le monde était si grand... Je te remercie d'être venue me voir en tous cas, ça me fait vraiment plaisir.

Elle le regarda de haut en bas, ses prunelles d'émeraudes luisant d'un éclat joyeux. Il avait bien grandi, voilà qui était sûr ! Il était presque adulte à présent, les dernières traces de l'adolescence semblait disparaître peu à peu, tandis que sa crinière était bien fournie. Il était bien battit, grand et costaud, il devait sans doute plaire à bien des lionnes !

- Alors comme ça tu vadrouilles pour retrouver les nôtres maintenant ? Quand j'étais enfant, je rêvais de voyager, et maintenant me voilà bien installé avec mes petits ici ! La vie ne nous réserve pas toujours ce que l'on pense, n'est-ce pas ? Elle ria doucement avant de reprendre. Comment se passe ta mission ? Tu as retrouvé nos compagnons ?

Elle se posait en effet la question, et éprouvait une certaine appréhension à ce sujet. Kwadja avait-elle réussi à vaincre les Jangowas ou la mort leur avait-elle tendue les bras une fois entré dans le désert ? Baradi sentit un frisson glacé lui parcourir l'échine. Hatima avait sans doute beaucoup de choses à raconter, et après tout ce temps, la féline était heureuse de le retrouver, lui qu'elle connaissait depuis bien des années, finalement.

_________________
Jalan se vante en #FBF4D0

Avatar © IXsln et signature © Cynblack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3674-jalan-jeune-jangowas#8320
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Mar 19 Avr - 10:55

Les oreilles d'Hatima se redressèrent soudainement sur sa tête, avec tant d'ardeur que cela lui dessina quelques plis comiques sur le front. Il semblait aussi surpris que pensif, essayant de saisir comment la jolie lionne chocolatée parvenait à se souvenir de sa personne. Ici, l'adolescent se sentait décalé, loin de son rôle de diplomate-guide par-delà les terres. Maladroit face à sa camarade et sa portée composée de minis lions tous plus adorables les uns que les autres. Sur le coup, il s'attendait tellement à une réponse vague qu'il avait préparé un mini discours cousu de souvenirs pour essayer de lui rafraîchir la mémoire, mais aucune réponse face à un accueil aussi chaleureux, spontané et sincère.

Sa queue remuant légèrement de contentement, le grand dadet ferma à demi ses yeux obliques et ronronna de joie. Il était finalement très heureux du constat et tout à coup plus à l'aise. Suffisamment en tout cas pour se permettre de regarder plus attentivement les bébés.

- Hum, c'est un autre type de voyage, mais un voyage tout de même.

Philosopha un peu le jeune lion en parlant du nouveau style de vie de la femelle. Il se rappelait bien maintenant de l'esprit leader de ce lionceau chocolat qui ne tenait pas en place. Quelque part, les enfants égarés de l'époque devaient la vie à ses réactions intelligentes prises sur le tas.

- J'en ai retrouvé certains, oui, et même rencontré Janga, l'exilée, tu sais, l'ancienne reine. J'ignore si les lions que j'ai guidé sont revenus, le fait que tu me poses la question m'inquiète un peu j'avoue. N'en as-tu donc vu aucun ? Mais tu as raison, pour ma part, c'est une simple promenade qui m'a décidé pour cette quête. J'ai rencontré Léhona, l'Impératrice Jangowa. Elle aussi désirait la paix, seulement je ne suis jamais parvenu à réunir les deux clans... Alors j'ai décidé de partir à la recherche de ceux qui avaient suivi Kwadja.

En disant tout cela à haute voix, Hatima se rendait soudain compte de l'ampleur de son périple. Il n'en retirait aucune fierté, songeant que c'était son devoir, En revanchem le parallèle ironique avec l'exil des Jangowa ne lui échappait guère. Parti au même âge et revenu à l'aube d'être un adulte, le jeune lion avait fait son propre exil.

- Tes petits sont adorables, comment s'appellent-ils ? Et si je peux me permettre, qui est le père ?

A son âge beaucoup d'ados avaient déjà eu des amourettes ou avaient un groupe de copains. Lui non. Comme l'avait dit Baradi, la vie vous menait toujours sur les sentiers les plus incongrus, ceux que l'on ne pensait jamais prendre à l'instar d'Hatima si sociable qui s'était retrouvé seul pendant un an. Heureusement, il ne regrettait rien malgré une légère inquiétude vu que son aînée ne semblait avoir vu aucun Mositu du groupe de Kwadja.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER06


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 2003
Localisation : Sur ta tête o/

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Dim 24 Avr - 15:49

Le visage du jeune lion s'éclaira devant l'attitude amicale de la féline. Cette dernière fut soulagée de le voir se détendre, il eu soudainement l'air bien moins nerveux. Sans doute avait-il craint un comportement différent de la part de Baradi, ce que cette dernière avait du mal à concevoir. Était-elle intimidante ? Il lui arrivait encore se voir comme l'enfant qu'elle était jadis, petite et agile, courant partout avec excitation. Elle était à présent adulte, entièrement formé, et mère de trois petits. Tant de choses avaient changés depuis son enfance à l'Oasis ! Elle avait encore du mal à réaliser que le clan habiterait désormais sur Apeland, loin des conflits, et pourtant cela faisait déjà une année entière qu'ils étaient là. Il allait lui falloir du temps pour assimiler cette nouvelle vie.

- Hum, c'est un autre type de voyage, mais un voyage tout de même.

Baradi hocha la tête, une lueur amusée dans le regard. En effet, le périple qu'il vivait à travers la Terre des Lions en quête des Mositus égarés n'était pas vraiment le même genre d'aventure qu'elle avait elle-même connue lorsqu'elle parcourait les mêmes territoires, une année en arrière. Elle devait avoir le même âge que Hatima, à ce moment là, mais n'avait aucune conscience de ses responsabilités envers les siens. Elle les avait comprises au bout de quelques mois de voyage aux côtés de Nsaï, et avait réalisé où se trouvait sa véritable place. Le frisson de l'aventure lui manquait parfois, mais il lui suffisait de contempler le visage des membres de son clan pour l'oublier aussitôt. Hatima semblait possédé une maturité toute autre, il s'était engagé, alors qu'il était très jeune, à retrouver les Mositus qui n'avaient pas pu partir avec eux. C'était une décision très brave, et très adulte.

- J'en ai retrouvé certains, oui, et même rencontré Janga, l'exilée, tu sais, l'ancienne reine. J'ignore si les lions que j'ai guidé sont revenus, le fait que tu me poses la question m'inquiète un peu j'avoue. N'en as-tu donc vu aucun ? Mais tu as raison, pour ma part, c'est une simple promenade qui m'a décidé pour cette quête. J'ai rencontré Léhona, l'Impératrice Jangowa. Elle aussi désirait la paix, seulement je ne suis jamais parvenu à réunir les deux clans... Alors j'ai décidé de partir à la recherche de ceux qui avaient suivi Kwadja.

Les battements du cœur de la femelle s'accélérèrent en entendant le nom de la meneuse. Le jeune lion sous-entendait-il que ceux qui avaient décidé de suivre Kwadja... Étaient morts ? L'angoisse lui noua l'estomac, son regard exprima aussitôt son inquiétude. Que pouvait-elle bien faire ? Si elle n'avait pas eu ses enfants, elle aurait proposé à Hatima de partir avec lui, pour tenter de retrouver leurs confrères. Mais elle ne pouvait quitter Apeland pour l'heure, pas tant que ses petits auraient besoin d'elle. Et ce serait le cas durant les deux prochaines années à venir. Elle espérait que le jeune mâle parviendrait à trouver quelques uns de leurs camarades, mais elle n'osait lui demander ce qu'il savait exactement. Pourtant, elle devait l'entendre de sa bouche. Que leur était-il arrivé exactement ? Avaient-ils perdus contre les Jangowas ? Combien avait réussi à survivre ? Kwadja et son lieutenant étaient-ils encore en vie ? Et si oui, où étaient-ils à présent ? Même s'ils avaient menés les leur à une mort certaine, ils restaient des Mositus, leur place était sur Apeland.

- Tes petits sont adorables, comment s'appellent-ils ? Et si je peux me permettre, qui est le père ?

Les paroles de Hatima tirèrent la féline de ses funestes pensées. Son visage s'éclaira et son regard sa posa sur sa portée, tandis qu'un grand sentiment de fierté l'envahissait. Le lion n'était pas présent lors de la naissance, moment où tout le clan était venu la féliciter et où les enfants avaient reçu leur nom. Baradi n'oublierait jamais cette journée féerique, où les Mositus, d'une seule voix, avaient exprimé leur joie devant cette nouvelle génération qui venait de voir le jour. Elle s'empressa donc de les présenter, en les désignant chacun du bout de la queue en donnant leur nom.

- Celui qui dort comme un loir, c'est Jekhat. Le brun, qui n'arrête pas de gigoter à côté de lui s'appelle Ajjin, c'est l'aîné. Et la petite grise qui nous regarde se nomme Heshima.

Ils étaient encore très jeune, mais ils avaient déjà chacun un caractère bien défini et cela se sentait. Baradi avait hâte qu'ils grandissent pour apprendre à découvrir toutes les facettes de leur personnalités, mais elle savourait également les moments innocents et paisible de leur toute petite enfance. Elle reporta son attention sur Hatima, et son sourire disparu, rapidement effacé par les pensées qui l'avaient taraudées quelques instants auparavant. Elle hésita, puis lui demanda, d'une voix bien moins joyeuse :

- Dis moi Hatima... Qu'est-il arrivé à ceux qui ont suivis Kwadja ? Je suppose qu'ils n'ont pas réussi à traverser le désert, les Jangowas ont du s'opposer à eux mais... Ont-ils survécu à cet affrontement ?

Elle n'était pas sûre d'avoir très envie d'entendre la réponse mais il était important qu'elle sache la vérité. Cela ne ferait pas revenir à la vie ceux qui étaient morts, mais elle pourrait ainsi faire son deuil de ses camarades disparus.

_________________
Jalan se vante en #FBF4D0

Avatar © IXsln et signature © Cynblack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3674-jalan-jeune-jangowas#8320
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Dim 24 Avr - 23:03

- Alors, tu n'en as vu aucun ? Aucun de ceux que j'ai conduit ici n'est arrivé ?

Un mal-être pernicieux s'installait petit à petit dans les entrailles du jeune Mositu qui avait l'impression que sa mission n'avait servi à rien. D'un pèlerinage d'adieu à l'Oasis, en passant par une tentative de fomenter la paix, et finissant par la recherche des siens égarés, apparemment, Hatima n'avait rien réussi. La tête basse, et l'air triste, le mâle jeta un coup d'oeil attendri mais désolé aux petits, détournant ses prunelles couleur rubis de la petite Heshima semblant tout à coup bien inquisitrice.

- Malheureusement, j'ai trouvé bien peu de rescapés. Je crains que... ceux qui ne sont pas encore rentrés ne le feront désormais plus.

Le jeune lion baissa à son tour la tête. En ce moment, il désirait bondir hors de leurs nouvelles terres pour retourner fouiller chaque territoire, dégager chaque pierre et plonger dans tous les ruisseaux, quitte à ramener des cadavres. Malheureusement, il ne pouvait rien faire d'autres que compatir à la douleur de la nouvelle maman qui venait d'apprendre de la bouche du mieux placé pour affirmer ce genre de choses. En effet, si l'espoir était toujours permis, il s'amenuisait vu la conclusion à laquelle était arrivé Hatima après sa longue expérience.

- Comment s'est passé l'installation ici ? Que s'est-il passé en un an ?

L'adolescent avait seulement eu le temps d'arriver sur Apeland avant de repartir avec son père pour le dernier voyage de sa mère sur l'Oasis. Ensuite, il avait rencontré Léhona. Après une longue discussion avec l'Impératrice du Désert, Hatima était rentré prévenir son géniteur. La guerre avait éclaté, la mission du jeune lion était donc morte dans l'oeuf. Le jeune lion avait alors décidé de partir chercher les Mositus perdus après avoir obtenu l'approbation de Siri. Parti relativement tôt donc, Hatima ignorait tout de la vie sur ce territoire.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER06


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 2003
Localisation : Sur ta tête o/

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Lun 25 Avr - 11:32

Le regard du jeune mâle s'assombrit devant les réponses de la Mositus. Cette dernière s'en voulu de décevoir son interlocuteur ou de l'inquiéter, mais elle devait répondre à ses propres interrogations, ce qui n'était pas une mince affaire. Elle avait pensé que plus rien ne viendrait troubler la paix de son clan, mais c'était en oubliant que la moitié des leurs n'avait pas pris part à ce voyage. Où étaient-ils à présent ? Hatima en savait sans doute plus qu'elle.

- Alors, tu n'en as vu aucun ? Aucun de ceux que j'ai conduit ici n'est arrivé ?

Baradi fronça les sourcils. Elle devait avouer n'avoir pas prêté beaucoup d'attention à la totalité du clan ces derniers temps, très préoccupés par ses petits. Sans doute était-elle passée à côté de nouveaux arrivants, ce qui ne lui ressemblait pas. Il fallait qu'elle se renseigne très vite et qu'elle aille saluer ceux qui avaient fait un long trajet pour rejoindre Apeland. Maintenant qu'elle y pensait, elle avait en effet aperçu des visages moins familiers lors ces dernières semaines, mais ne s'était pas posé beaucoup de questions. Elle s'empressa de répondre, ne voulant pas affoler le jeune lion qui s'était donné beaucoup de mal pour retrouver les leurs.

- J'en ai sûrement vu quelques uns, mais je t'avoue que depuis que j'attends les petits et encore plus depuis qu'ils sont nés, je n'ai pas fais très attention à ça. Je suis sûre qu'en regardant bien, on les trouvera ici en train de se reposer !

Elle offrit un sourire optimiste à Hatima, espérant qu'il s'apaiserait. Il ne devait pas se faire de soucis, ceux qu'il avait mené jusque ici avaient sans doute trouvé leur chemin. Peut-être certains s'étaient-ils égarés dans la Jungle, car cette dernière était très vaste, mais il ne tarderait pas à faire leur apparition si c'était le cas. Peut-être faudrait-il envoyer des patrouilles de reconnaissance à leur recherche ? Siri avait sans doute pensé à ça, c'était lui le chef après tout. Baradi n'avait guère eu l'occasion de penser à leur meneur depuis qu'ils étaient là, mais elle ne regrettait à aucun instant de l'avoir suivit. Il avait réussi, il les avait mené sur une terre agréable et paisible. Le leader se faisait un peu vieux à présent, sans doute une nouvelle élection aurait-elle lieu bientôt, mais Baradi n'avait pas hâte de voir Siri être remplacé. Il accomplissait son rôle à merveille, après tout.

- Malheureusement, j'ai trouvé bien peu de rescapés. Je crains que... ceux qui ne sont pas encore rentrés ne le feront désormais plus.

La Mositus baissa la tête, le cœur lourd. Comme elle le pensait, la guerre avait été rudement perdu par les siens. La colère l'envahit un instant une colère puissante et terrible contre Kwadja, qui, par fierté, avait guidé la moitié du clan vers une mort certaine. Pourquoi avait-elle été élue chef ? Elle avait commis une erreur dévastatrice en voulant se venger. La fureur de Baradi retomba néanmoins très vite, remplacé par une grande peine. Il était trop tard pour être en colère, les choses étaient faites, il n'était pas possible de revenir en arrière. Elle regrettait simplement de ne pas pouvoir aidé davantage ceux qui avaient survécus. Il fallait espérer que Hatima arrive à tous les retrouver.

- Comment s'est passé l'installation ici ? Que s'est-il passé en un an ?

Baradi esquissa un sourire, retrouvant un peu de sa bonne humeur. Si les nouvelles de son interlocuteur n'étaient pas joyeuses, ici les choses allaient pour le mieux. Ils n'avaient connu que la paix depuis leur arrivée, une paix tranquille et reposante. Le clan avait repris des forces, chacun avait calmé ses craintes et peu à peu, ils se reconstruisaient. Ils allaient avoir besoin d'encore un peu de temps pour retrouver l'éclat qui les animait jadis, mais cela revenait. La Mositus répondit donc, d'une voix enjouée :

- Depuis que nous avons fais un pacte avec les Lamasus, tout va parfaitement bien. Nous sommes en paix avec nos voisins, qui sont par ailleurs assez discret, nous avons du gibier en quantité et cet endroit rappelle suffisamment l'Oasis pour satisfaire les plus anciens. Les Jangowas ne viendront pas nous chercher ici. En fait, personne ne se risque dans la Jungle, nous sommes véritablement tranquille. Une ère de paix nous est enfin accordé, que les Grands Esprits en soient remerciés.

Une douce chaleur s'émana de sa voix alors qu'elle prononçait ces derniers mots. Les Mositus avaient été malmenés par la vie depuis trop longtemps, ils méritaient le repos que Apeland pouvait leur offrir.

_________________
Jalan se vante en #FBF4D0

Avatar © IXsln et signature © Cynblack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3674-jalan-jeune-jangowas#8320
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Dim 1 Mai - 20:54

Tandis que Baradi s'exprimait, le jeune lion s'allongea tout près. Ses pattes le brûlaient encore de son dernier voyage et la voix de sa compagne du moment l'invitait à la détente. Petit à petit, ses muscles se dénouaient, l'ancien exilé volontaire perdait ses réflexes d'animal solitaire, toujours être en mouvement, avoir les yeux, le museau partout, posés sur la moindre ombre inquiétante ou en train de décrypter toute effluve suspecte. Ici, sous la protection du clan, Hatima pouvait se concentrer sur le filet de voix chaude de Baradi, les herbes qui chatouillaient ses pattes ainsi que sa crinière. Son arrivée était encore suffisamment récente pour que la sensation lui paraisse nouvelle, et qu'il soit encore en train de s'étonner d'être aussi fatigué après avoir arrêté la machine. Sous ses poils fins mais fournis, le Mositu sentait ses muscles se contracter sous l'ordre de ses pattes malaxant la terre meuble. Sans s'en apercevoir, l'adolescent était devenu un animal à la silhouette fine mais puissante, imposante au moins de part sa taille et sa constitution sèche. Pour autant, il n'était pas offensif dans l'âme comme le prouva sa tête glissant doucement, presque rêveusement sur ses pattes avant bien étendue, ou ses mots prudents concernant la partie guerrière du pacte des Lamasus.

- J'ai entendu dire que les Mositus doivent patrouiller en échange du droit de "logement" dans cette jungle. Qui se charge de cela ? Y a-t-il eu des défiances de territoire ?

Hatima n'était, en soi, pas contre l'idée. Il apprécierait beaucoup moins celle d'avoir été pris en pitié par des Lamasus leur offrant le gîte par pitié. Cependant curieux et intrigué, le jeune lion aimerait savoir comment fonctionnait l'organisation d'une troupe de surveillance dans un clan si pacifiste que les Jangowas n'avaient rencontré presque aucune résistance lors des deux échauffourées. En revanche plus inquiétant encore, la deuxième exigence du pacte dont Hatima avait également entendu parler. Les adolescents étaient difficiles à contrôler, tel un vieux sage, il le savait déjà, apte à prendre de la distance par rapport à ceux de sa génération. Seraient-ce les voyages ou son tempérament naturel qui lui l'avaient enseigné ?

- Ils ne veulent pas non plus de mélanges entre les deux sous-races de lions que nous sommes. J'espère qu'il n'est pas trop difficile pour les adolescents des deux bords de s'y astreindre. Parfois, l'Amour est aussi fort qu'égoïste.

Combien de magnifiques et terribles histoires le jeune félidé avait entendu lors de son périple. Des animaux s'unissant contre l'avis de leurs parents, clans voir celui de Dame Nature elle-même. En luttant contre vents et marées, ils avaient quelque part raison, car rien ne devrait entraver l'Amour en tant que droit. Pour autant, les choses étaient souvent bien compliquées, et ces couples faisant front contre l'injustice alliée de l'intolérance brisaient des paix vieilles de plusieurs millénaires pour une impulsion de l'âme. C'est pourquoi, bien qu'amoureux de l'Amour lui-même, Hatima le rêveur espérait que les adolescents ou jeunes adultes sauraient contenir leurs hormones. Il avait mené des Mositus égarés jusqu'à ce paradis, ce n'était pas pour qu'ils se fassent chasser à peine arrivés.

- Tes enfants sont adorables. Pensais-tu en avoir moins ou plus de base ? J'imagine la pauvre mère, si elle donne naissance à une portée de 5. 3, c'est déjà pas mal, surtout que dans le lot, tu en as un qui promet.

S'amusa Hatima, ayant également à coeur de radoucir l'atmosphère. D'un regard entendu, il fixa le plus turbulent des lionceaux. S'il désirait rencontrer l'Amour comme tout jeune de son âge, surtout quand on était un brin chevalier servant des anciens temps, avec l'image de ses parents comme couple parfait, le félin ne s'imaginait absolument pas père. Rien que de contempler les minuscules boules de poils, il ressentait un frisson de frousse le parcourir. Ils étaient si beaux mais si fragiles, lui les casserait juste en les frôlant !

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER06


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 2003
Localisation : Sur ta tête o/

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Lun 2 Mai - 10:47

Malgré le sujet grave de leur conversation, Baradi sentait qu'ils étaient tous les deux apaisés. Peut-être était-ce la présence de ses petits non loin ou simplement l'attitude très calme de Hatima qui adoucissait la discussion. Le jeune mâle semblait plutôt fatigué et désireux de se reposer, ce que la féline pouvait aisément comprendre. Elle se souvenait de son propre soulagement lorsqu'elle était revenue à la Lande après ses quelques mois de voyage. Elle avait été accueilli par le clan, puis avait aussitôt essayé de dormir. C'était également ce jour là qu'elle avait revu Jango, son ami d'enfance. Elle essaya de ne pas trop y penser, cela la peinait. Elle avait du lui dire adieu, les Mositus partant pour Apeland et lui devant rejoindre ses parents sur Outland. Il y avait peu de chance qu'elle le revoit à nouveau à présent, étant donner la distance qui les séparait. Il resterait néanmoins présent dans ses souvenirs, comme un ami sincère.

- J'ai entendu dire que les Mositus doivent patrouiller en échange du droit de "logement" dans cette jungle. Qui se charge de cela ? Y a-t-il eu des défiances de territoire ?

Baradi hocha la tête. C'était en effet l'une des deux parties du marché qu'ils avaient passé avec les Lamasus. La femelle brune s'était, au début, beaucoup questionné, comme le faisait à présent son jeune interlocuteur. Puis les choses s'étaient faites d'elles-mêmes, assez naturellement en vérité. Ils n'avaient pas une éducation martiale stricte, comme les Jangowas, ils étaient le clan de la paix, après tout, et cela se ressentait même ici. Les Lamasus ne comptaient pas sur eux pour tuer tout ceux qui franchissaient la frontière, mais pour les prévenir en cas de présence non désirée. Ils étaient des sentinelles, mais pas des guerriers.

- En fait, nous ne sommes pas vraiment très organisés. Nous avons des patrouilles quotidiennes, mais elles ne sont pas très utiles. Personne n'a jamais essayé d'entrer dans la jungle jusqu'à présent. Le mythe des Lamasus suffit à effrayer les curieux, il faut croire.

Sa voix était légère, presque amusée. Elle se souvenait de sa première et unique rencontre avec un Lamasus, le messager qui était venu leur annoncer le pacte que leur roi proposait. Ce lion était si grand, si magnifique ! Une aura de puissance se dégageait de lui. Il était presque aussi blanc qu'un nordique, et tout aussi massif qu'un Nyeusis. Sauf qu'aucune méchanceté n'émanait de son regard. Ces lions étaient d'une pureté déconcertante, et leur générosité était grande. Les Mositus avaient une grande dette envers eux, ils feraient en sorte de respecter leurs engagements pour l'honorer.

- Ils ne veulent pas non plus de mélanges entre les deux sous-races de lions que nous sommes. J'espère qu'il n'est pas trop difficile pour les adolescents des deux bords de s'y astreindre. Parfois, l'Amour est aussi fort qu'égoïste.

Devant cette interrogation, Baradi eu un rire sincère. Hatima n'avait pas encore eu l'occasion de vivre dans la Jungle du Zawadi, il ignorait beaucoup de chose et cela le rendait très touchant. Néanmoins, il n'avait pas tord de se poser ce genre de questions, car cela pouvait arriver. Ils devaient tous être prudent, car comme il le faisait remarquer, les jeunes lions pouvaient parfois se montrer impulsif. S'ils rompaient leur parole, les Lamasus les chasseraient sans doute sans pourparler, et ils se retrouveraient à nouveau sans territoire. Cela faisait un an qu'ils étaient ici, et pour l'heure, il n'y avait eu aucun problème de ce type. Il fallait espérer que cela continue ainsi, et qu'il n'y ai jamais de rapport entre les Mositus et leur hôtes.

- Eh bien, pour tout dire, nous ne voyons jamais les Lamasus. Ils vivent plus au nord, là où nous n'avons pas le droit d'aller, et ils ne viennent jamais nous rendre visite. Je pense qu'aucun d'entre nous n'a tissé d'amitié avec l'un d'entre eux, et c'est sans doute mieux ainsi. Même si j'avoue que ces grands lions m'intriguent...

Il y avait de quoi. Les Lamasus appartenaient presque à la légende à présent. Ils étaient venu aider les Pridelanders lorsque ces derniers avaient repris leur territoire des Nyeusis, et s'étaient montrés plus terrible combattant que quiconque. Ils étaient mystérieux, possédait un langage bien à eux et semblaient avoir des traditions très anciennes. Une certaine magie se dégageait d'eux, quelque chose de presque divin. L'imagination de Baradi la faisait sans doute exagérer un peu les choses, mais sa curiosité était, elle, bien réelle. Elle n'irait toutefois pas franchir la frontière pour aller leur rencontre, elle n'était plus une enfant irresponsable. Néanmoins, si un Lamasus venait un jour leur rendre visite, elle essayerait de lui parler, cela ne faisait aucun doute.

- Tes enfants sont adorables. Pensais-tu en avoir moins ou plus de base ? J'imagine la pauvre mère, si elle donne naissance à une portée de 5. 3, c'est déjà pas mal, surtout que dans le lot, tu en as un qui promet.

Une fois de plus, Baradi ria avec légèreté. Sa portée lui demandait beaucoup d’énergie, elle n'osait imaginer à quoi cela devait ressembler avec encore plus de petits. Il était possible qu'elle ait, plus tard, une autre portée, mais ce n'était qu'une hypothèse. Pour l'heure, elle se concentrait sur ses enfants et sur le présent. Ses petites boules de poil avaient besoin de toute son attention et de tout son amour, ce qu'elle s'empressait de leur offrir. Nsaï était devenu un père émerveillé et débordant de tendresse. Quant à Chezo, le père de Baradi, et Ima, la mère de Nsaï, ils prenaient leur rôle de grands-parents très au sérieux. Les petits ne manqueraient de rien, cela ne faisait aucun doute.

- Oui, Ajjin promet de devenir intenable quand il pourra marcher tout seul ! Il faudra le tenir à l’œil. J'étais pareille à son âge, et j'échappais toujours à la surveillance de mes parents. Ici, il sera plus libre que je l'étais : il ne vivra pas avec la menace des Jangowas.

C'était en effet un grand soulagement pour la jeune mère. Elle ne voulait pas que ses enfants connaissent les mêmes peurs qu'elle avait du affronter jadis. La guerre et l'exil l'avaient fait grandir trop vite, ses petits auraient le droit de connaître l'innocence et la paix, le plus longtemps possible.

_________________
Jalan se vante en #FBF4D0

Avatar © IXsln et signature © Cynblack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3674-jalan-jeune-jangowas#8320
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Ven 27 Mai - 20:46

- Mmmh

A vrai dire, Hatima doutait que les Lamasus aient proposé une fausse monnaie d'échange, demandant le gardiennage de leurs frontières si leur légende suffisait. Il se préparait quelque chose dans l'ombre, un danger qui les effrayait, ou alors c'était sincèrement de bons samaritains qui voulaient donner l'impression aux Mositus de en pas être des pique-assiettes. Néanmoins ces grands lions comme le disait Baradi, l'intriguaient également. A peine arrivé, Hatima commençait déjà à formuler des questions dans sa tête, ses nombreux voyages l'avaient rendu hermétique à la méconnaissance de son entourage. Pour être heureux, il devait apprendre, en savoir autant que possible.

- Je ne suis guère convaincu, sachant que nous avons dû quitter un conflit pour se compromettre dans un autre, aussi hypothétique que flou, cependant, on pourrait aussi en tirer profit, sachant que les Mositus devraient sans doute commencer à apprendre à se défendre. Pas à attaquer, nous sommes pacifiques, mais au moins à lutter pour sa vie et celle des nôtres.

Tout aussi curieux en ce qui concernait les Lamasus, Hatima essayait déjà de dessiner leur silhouette dans sa tête. La jungle ici ressemblait à l'Oasis, ces lions mystérieux auraient-ils donc une morphologie semblable à la leur ou le climat du nord était-il réellement différent ? Au fil de ses voyages, le jeune mâle avait apprit que ce facteur météo influençait beaucoup le physique des animaux dont on pouvait parfois prédire l'origine sans sentir leur odeur.

- Quelqu'un sait à quoi ils ressemblent ? Toi tu en as vu un, au moins une fois ?

En avaient-ils seulement le droit ? Juste les apercevoir ? Et que se passerait-il le jour où ils se croiseraient ? Hatima supposait que si Siri avait fait un contrat avec eux, lui devait connaître leur visage, mais qu'en était-il des autres Mositus ? Certains pensaient-ils qu'ils n'étaient que pure invention ? Bien que confiant envers leur monarque improvisé, Hatima peinait tellement à penser qu'ils existaient... Ils étaient comme de la fumée sans feu, leur présence ardente se faisait désirer et sentir sans qu'ils ne puissent jamais les entrevoir. Frustrant.

-Vois le côté positif, si tu as été comme ton fils, tu pourras anticiper la plupart de ses trucs pour s'échapper ou faire des bêtises.

Pour sa part, le jeune lion avait été plutôt sage, voir inhibé à cause des soucis de santé de sa mère. Il s'en était occupé de son mieux aux côtés de son père vieillissant, ou tout du moins avait essayé, disposant d'un “géniteur” compréhensif qui l'animait quant bien même son enthousiasme de lionceau lui compliquait la tâche.

- Comment se déroule la vie ici ? Les Mositus ont l'air de s'être bien habitués, mais s'y sont tous résignés ?

Demanda le mâle en revenant au sujet de l'intégration des siens. Il fallait l'avouer, la conciliante Baradi l'aidait à saisir une dynamique qui, jusque là lui échappait.

- Y a-t-il eu d'autres naissances ?

Curieux et bienveillant, Hatima se demandait si ses aînés qu'il connaissait s'étaient eux aussi reproduit. Il eut une songerie furtive concernant l'isolement de leur clan. Peut-être étaient-ils condamnés à disparaître par manque de brassage de sang, mais ils avaient encore le temps et le lion n'avait franchement pas envie d'avoir des idées apocalyptiques. Par contre cela lui avait inspiré une nouvelle question.

- Vous ne vous ennuyez pas trop sans visite ?

Portant encore en lui le sang bouillonnant du voyageur, Hatima peinait à s'imaginer enfermé sur lui-même, sans voir d'autres visages que ceux pourtant aimés des siens.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER06


À mon sujet

Age : 21 Féminin
Nb de Messages : 2003
Localisation : Sur ta tête o/

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Mar 14 Juin - 21:09

Hatima sembla quelque peu perplexe devant les explications de la lionne aux prunelles de jade. La situation ne paraissait pas l'enthousiasmait, et cela pouvait se comprendre, en un sens. Pour Baradi, le pacte qui avait été passé entre son clan et les Lamasus était un soulagement, mais pour d'autres, cela ressemblait fortement à du chantage. Les mystérieux félins de la jungle gardaient leurs précieux secrets et faisaient en sorte de garder une frontière bien distincte avec les Mositus. Cependant, rien ne les avait obligé à faire don d'une partie de leur territoire aux exilés qu'ils étaient alors, ils devaient être, quelque part, profondément bon. La jeune mère était peut-être excessivement naïve de croire en la simple gentillesse de leur voisin, mais elle ne parvenait pas à se méfier d'eux. Ils étaient si impressionnants, ils débordaient de sagesse et de noblesse... Comment pouvaient-ils être mal intentionné ?

- Je ne suis guère convaincu, sachant que nous avons dû quitter un conflit pour se compromettre dans un autre, aussi hypothétique que flou, cependant, on pourrait aussi en tirer profit, sachant que les Mositus devraient sans doute commencer à apprendre à se défendre. Pas à attaquer, nous sommes pacifiques, mais au moins à lutter pour sa vie et celle des nôtres.

La femelle brune haussa un sourcil. L'idée d'apprendre à se défendre n'était pas sotte, loin de là, mais les Mositus n'avaient jamais été des guerriers. Ils avaient tenté de le devenir pour prendre leur revanche, et avaient été décimés. La guerre n'était pas pour eux, ils l'avaient tous compris à présent, et Baradi espérait de tout son cœur que les Grands Esprits ne mettraient plus aucun péril sur leur chemin. Elle priait donc pour qu'aucun intrus ne tente de pénétrer Apeland, et que plus jamais les Mositus n'aient à se battre. Peut-être était-ce idyllique de penser ainsi, mais Baradi refusait l'idée que de nouveaux combats viennent troubler leur paix. Elle garda ses réflexions pour elle, ne voulant pas contredire son interlocuteur. Il avait raison, et la jeune mère le savait au fond d'elle. Son regard glissa vers ses enfants, tandis qu'elle priait qu'ils ne connaissent jamais les terribles conflits que les Mositus avaient traversés, qu'elle-même avait traversé, des années en arrière. L'exil, la perte de proches, la guerre, la peur de ne plus avoir de foyer... Non, Ajjin, Jekhat et Heshima ne connaîtraient pas tout cela. Ils auraient une enfance heureuse.

- Quelqu'un sait à quoi ils ressemblent ? Toi tu en as vu un, au moins une fois ?

Baradi cligna des yeux et se focalisa à nouveau sur la conversation. Elle se permis quelques instants de réflexion avant de répondre, reformant le souvenir de sa première et dernière rencontre avec les Lamasus. Elle se souvenait sans mal l'inquiétude, l'angoisse, puis le soulagement et la gratitude qui l'avaient traversé lors de cette bien heureuse rencontre, qui avait été décisive pour le clan tout entier.

- Oui, nous en avons rencontré quelques uns, il y a un an, lorsque nous sommes entrés dans la jungle pour la première fois. Ils sont venus à nous et nous ont proposés l'accord qui nous lie désormais, puis ils sont repartis et nous ne les avons plus jamais revus. Je me souviens qu'ils étaient tous très grands, massifs, leur pelage était clair et parsemé de motifs dessinés par un babouin sans doute, avec un liquide rouge. Ils ne parlaient pas comme nous, ils utilisaient parfois un langage étrange, des mots que je ne comprenais pas... Il y avait quelque chose d’irréel dans cette rencontre. Je dois t'avouer qu'ils n'ont pas quitté mes pensées depuis ce jour, j'espère secrètement que j'aurai l'occasion d'en revoir un, un jour.

Elle se rendit compte que sa tirade avait été longue, bien plus qu'elle ne s'y attendait. Elle n'avait vu les Lamasus que durant un bref instant pourtant, et elle avait bien des choses à dire sur eux ! Elle était sans doute plus fascinée qu'elle ne voulait l'admettre, et si elle n'avait pas eu ses petits, peut-être aurait-elle pris quelques risques pour essayer d'en apercevoir un. Cependant, avec l'installation du clan, petit à petit, puis sa gestation et enfin la naissance de ses enfants, elle n'avait pas vraiment eu l'opportunité de laisser son côté aventureux prendre le dessus. Et ce n'était pas maintenant qu'elle pourrait le faire. Elle avait de nouvelles responsabilités, de nouveaux devoirs, elle devait montrer l'exemple à présent. Il n'était plus temps de vagabonder et d'aller au devant du danger ! C'était au tour de ses enfants de prendre la relève à présent, et elle était sûre qu'ils seraient son digne héritage.

- Vois le côté positif, si tu as été comme ton fils, tu pourras anticiper la plupart de ses trucs pour s'échapper ou faire des bêtises.

La féline éclata d'un rire léger. Elle était terrible étant enfant, et faisant sans cesse tourner en bourrique ses parents. C'était une belle et heureuse époque, quand elle y repensait. Elle ne se sentait pas tellement menacée par les Jangowas, lorsqu'elle était toute petite, incapable de comprendre le danger qui dormait non loin de l'Oasis. Aujourd'hui, elle songeait avec amertume à ses amis Jangowas, comme Suki et Vako, qui avaient du participer au massacre des Mositus. Vako en était même à l'origine, puisqu'il était devenu l'Empereur. Baradi n'avait pas de mot pour décrire à quel point elle était déçue par l'attitude de son ancien ami, même si au fond d'elle, elle savait bien qu'il n'avait sans doute pas eu d'autre choix que d'agir pour son clan. Malgré tout, elle éprouvait une violente rancœur envers lui, et était bien contente de se trouver à des kilomètres du désert. Si elle avait toujours été sur la Lande, elle n'aurait sans doute pas résisté à l'envie stupide de venir lui demander des comptes.

- Comment se déroule la vie ici ? Les Mositus ont l'air de s'être bien habitués, mais s'y sont tous résignés ? Y a-t-il eu d'autres naissances ?

Le terme "résignés" employé par Hatima ne plu pas énormément à la féline, mais elle se garda de le faire remarquer. Elle ne pensait pas que la vie dans la jungle soit une punition, bien au contraire. Ils étaient ici bien mieux qu'à l'Oasis, malgré l'image idyllique et fantasmé que certains en avaient gardé. Ils avaient bien plus d'espace, et étaient plus loin que jamais de leurs ennemis de toujours, les Jangowas.

- La plupart d'entre nous sont heureux de leur sort je pense. Nous sommes bien ici, la Jungle nous rappelle l'Oasis, en plus vaste. Il est temps que nous cessions de regarder en arrière pour nous concentrer sur notre avenir, philosopha la jeune mère.

Les Mositus avaient passé trop de temps sans terre et sans chemin, mais les Grands Esprits ne les avaient pas abandonnés, contrairement à leur crainte. Ils leur avaient offert la paix qu'ils cherchaient tant, et à laquelle ils ne croyaient plus. Depuis son propre périple, Baradi éprouvait une foi nouvelle envers les esprits de jadis, et leur faisait désormais aveuglément confiance.

- Vous ne vous ennuyez pas trop sans visite ?

La question du jeune mâle amusa la féline, qui agita ses moustaches avec espièglerie. Il était vrai qu'elle songeait parfois que la vie risquait d'être un peu ennuyeuse à présent qu'ils étaient loin de leurs ennemis, et même loin de tout. Prideland n'était pas la porte à côté, au grand regret de Baradi, elle devait le reconnaître. Elle s'était notamment liée d'amitié avec Kina, une jeune Pridelander, lors de leur séjour à la Lande, elle savait qu'elle ne pourrait sans doute plus la revoir. Tout comme Jango, son cher ami d'enfance, qui était sans doute parti sur Outland à l'heure qu'il était. Une grande peine enserra le cœur de la lionne durant un court instant, qu'elle tâcha au mieux de dissimuler.

- Certains amis me manqueront, je ne peux le nier, déclara-t-elle d'une voix où sa tristesse se faisait sentir. Je sais qu'avec mes petits, je n'aurai pas beaucoup d'occasion de quitter la jungle pour leur rendre visite, mais je ne les oublierai pas. Et je sais qu'ici au moins, nous aurons la paix, c'est tout ce que je souhaite.

Elle esquissa un doux sourire, qui exprimait à la fois sa peine d'avoir du dire adieu à des lions auxquels elle tenait, mais également son soulagement d'être désormais sur une terre où elle pourrait offrir un avenir paisible aux générations futures. Il n'était plus temps d'être égoïste, elle n'était plus une enfant. Elle devait penser aux siens, à sa progéniture, à son compagnon, à son père, à tout ceux qui portaient le nom de Mositus. Son clan.

_________________
Jalan se vante en #FBF4D0

Avatar © IXsln et signature © Cynblack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3674-jalan-jeune-jangowas#8320
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   Ven 22 Juil - 12:24

[HJ: Désolé du retard Embarassed ]

- Tu as raison. Au risque de déplaire à certains, l'Oasis n'était qu'un bout de terre. Après de si longs voyages, j'ai pu constater qu'il existe des lopins labourés par les griffes de ceux qui se les disputent, et d'autres vierges qui attendent tristement d'être conquis. Le véritable territoire d'un lion devrait être sa famille, d'autant plus qu'il y a de nombreux paradis comme cette jungle.

Certes, les lions étaient des animaux sédentaires qui avaient besoin d'un vaste territoire pour chasser. Symboles de puissance, les rois de la savane étaient également des créatures qui avaient besoin de beaucoup se nourrir, il leur était donc nécessaire d'établir un campement stable. Cependant, aux yeux d'Hatima, les félins avaient tendance à exagérer, surtout ceux qui souhaitaient agrandir leur demeure, parfois au détriment de la proportion. Que quatre ou cinq lions éparses sortent les griffes pour obtenir une centaine d'hectares qu'ils peineraient ensuite à garder à cause de frontières trop longues lui échappait. Pourquoi verser son sang pour de la terre ? Les Mositus qui avaient suivi Siri pouvaient être traités de lâches, de couards et de toute une ribambelle de sobriquets du genre, ils étaient aujourd'hui vivants, heureux sur une terre encore plus grande et plus riche. Bien sûr, fuir n'était pas toujours la solution, Hatima était le premier à se confronter au danger -pour essayer de négocier avec ce dernier tout d'abord.- mais il était un pacifiste dans l'âme. Selon lui, griffes et crocs étaient faits pour servir le moins possibles, des armes dont on devait se servir avec sagesse. Pour preuve, qui craignait-on d'avantage? L'animal colérique à toute heure ou le came qui se déchaînait de rares fois dans sa vie? Sans nul doute, le second était plus crédible. Sa salive et ses muscles, il fallait les conserver pour les causes qui en valaient réellement la peine, comme les petits de Baradi par exemple.

- Je me méfie un peu de ce pacte avec les Lamasus pour tout t'avouer, mais tu m'as d'avantage donné envie de les rencontrer. Cependant, mieux vaut éviter d'aller contre les règles. S'ils ne veulent pas être vus, c'est qu'il y a une raison.

Cela dit, le jeune mâle ne pouvait s'empêcher que cette dite raison était louche. Les lions étaient des animaux sociables, et si un pacte était fait entre deux clans, ces derniers avaient tendance à se mêler comme les Pridelanders et les Mositus. Certains avaient même des petits, c'était un processus naturel qui empêchait la consanguinité, promouvant la rénovation des gênes. Un peu étrange que ces Lamasus ne soient pas curieux vis-à-vis de leurs nouveaux voisins, mais bon, loin de lui l'idée de se montrer hostile avec ces bienfaiteurs.

- On est en effet un peu éloignés de tout et de tous.

Constata-t-il, légèrement inquiet par anticipation. En effet, le jeune mâle qui avait tant voyagé prenait déjà conscience d'éventuels problèmes à long terme. Heureusement ils avaient encore le temps avant d'en arrive à un isolement plus ou moins total. Pour le moment, les Mositus regorgeaient de sang neuf, et être seuls leur faisaient du bien pour se reconstruire. Pour les lionceaux nouveaux-nés et ceux à venir c'était idéal. Sans compétition pour les proies, avec aussi peu de dangers autour, le taux de mortalité infantile allait clairement baisser.

- Quand ils grandiront, tu pourras retourner voir tes proches, ce ne sera pas si long, surtout qu'à ce que je vois, tu vas être bien affairé, le temps passera plus vite. Quand le moment sera venu, tu pourras les faire garder. Je sais que tu as des proches pour, ne serait-ce que ton compagnon, mais si besoin... Tu peux me les confier, maintenant ou plus tard.


Proposa gentiment Hatima, espérant ne pas s'imposer, sinon soulager la mère. C'était toujours bon de pouvoir compter sur une paire de pattes en plus sans compromis, n'est-ce pas ?

- D'ailleurs tu as besoin de nourriture ou quelque chose ? Je crois que les lionnes reviennent justement de la chasse.

Les oreilles du jeune mâle pivotèrent vers l'arrière et il leva le museau pour humer l'air. Un bon parfum de nourriture flotta jusqu'à lui. Sous le coup de l'émotion Hatima se redressa d'un coup de rein. Il n'avait pas pour habitude de profiter d'autrui mais après avoir autant souffert pour attraper de menus repas lors de ses voyages, le lion était quand même excité à l'idée de juste avoir à se mettre à table. Il remercierait les chasseuses en partant avec eux la prochaine fois, son exil volontaire l'ayant rendu débrouillard dans le domaine sans être cependant un expert, il pourrait les aider.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les vieilles histoires font les nouveaux romans [PV Baradi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vin de Millet et Vieilles Histoires
» Roman photo de zouf
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» 2 joueurs nouveaux sur montréal cherchent du RPG
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-