Informations
Topsites

Votez et réclamez vos points ICI !

Réseaux
Crédits

Bannière dessinée par Odon, Metua, Choyo, Jen, Yetsa, Rana & Eshina

Design & Codage © Tadji, Soto & Angola

Musique du lecteur © Stardiva Music

Optimisé pour Mozilla Firefox

Jeu déconseillé aux -12 ans

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 SON OF MINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 18 Masculin
Nb de Messages : 57
Localisation : Sur la Terre des Exilés

En savoir +
MessageSujet: SON OF MINE   Sam 6 Fév - 0:27

A l'aube, le pas rapide, la Commandante foulait le sol Outlander dans un rythme étonnement fébrile. Ses prunelles rouges dévoraient les terres Interdites du regard, ses pattes martelaient avec hâte la terre humectée par les averses récentes, et ce dans un but particulier.

Depuis quelques jours encore Kalahani avait tenu à s'isoler des Outlanders, et avait bien sûr informé Tahani et Jicho de son absence encore inexpliquée durant quelques nuits seulement : elle n'avait pas tenu à leur annoncer la raison véritable de sa disparition temporaire – Son instinct de mère quémandait, Kala exécutait : comme tout bonne lionne gestante, elle s'isolaient du groupe pendant quelques temps – , mais Tahani ne s'était pas faîte priée pour accorder à sa mère la faveur. La présence de Jicho, son apprenti au côtés de la Reine rassurait amplement la brune dont les craintes s'étaient d'ores et déjà dissipées, et elle comptait sur son élève de servir sa fille de son mieux comme lorsqu'il sera mené à guider les Outlanders dans un futur proche; elle le savait déjà capable d'une telle tâche.

Bien que la termitière restait avant tout le nid des nombreux insectes qui peuplaient encore ses talus, elle était aux yeux de la plupart des exilés un véritable foyer qui offrait bien des commodités malgré le désagrément que pouvait provoquer les vrombissements des petites bêtes : en plus du confort dont jouissait les nombreuses cavités qui trônaient contre ses parois, la Termitière dotait également ses structures d'une fraîcheur très patente, un don du ciel lors des journées où la température semble égaler celle du Grand Désert. La commandante ne manquerait pas de tirer profit de ses conditions de luxes pour mener à bien sa mission, tout lui avait été servi sur un plateau d'argent et leur repère était l'endroit idéal.

Pourtant, alors qu'elle pouvait se vanter de connaître les moindres recoins de leur repère et de ne jamais s'égarer dans ses antres, tout lui semblait être différent en ce moment précis. D'ordinaire un chemin bien banal qu'elle empruntait quotidiennement sans jamais hésiter dans ses pas, la structure était aujourd'hui un véritable labyrinthe inconnu où s'y perdre serait bien aisé. S’engouffrant anxieusement dans l'obscurité des alcôves à pas de velours devant ses camarades plongés dans les bras de Morphée, la femelle hésitait entre plusieurs chemins qui pour la plupart menaient à des impasses ou simplement à d'autres cavités qui proposaient aussi d'autres allers. Elle qui souhaitait simplement un endroit reculé sans pour autant être enraciné sous terre ignorait quelle voie prendre, la Termitière semble être vouée à une infinité sans fin où le moindre faux pas serait fatal, du moins dans ses songes qui exagéraient bien la réalité en raison de son anxiété qui prenait peu à peu le dessus.

Son ventre volumineux, là où se trouvait son trésor, se berçait doucement au rythme de ses foulées rapides. Ce qu'elle recherchait parvint à se percevoir : en empruntant l'un des vaisseaux de la territière, elle put repérer une cavité où s'étendait une butte et à ses côtés se haussait timidement un arbre dont les branches étaient parsemées de feuilles, la majorité était desséchée – mais cela lui suffisait amplement – tandis qu'un timide rayon de soleil venait percer l'un des murs de la Termitière. Soulagée par sa trouvaille elle trottina lentement vers la butte à ses yeux adéquate et arrivée sur les lieux elle se glissa aux côtés de l'arbuste, avant de se coucher sur le flanc, contre le tronc. Puis elle attendait sagement le présent de Mère Nature. Ces quelques minutes suffisaient pour une succession de pensée chez la Dame d'Outland quant à cet enfant qu'elle aimait déjà : quelles seraient les réactions de son entourage ? Cette nouvelle vie aux côtés de son enfant serait-elle aussi paisible qu'elle le laisse penser ? Son enfant sera-t-il mené à suivre les traces de son père ? Tant de questions qui furent interrompues par une douleur au bas-ventre, et par asservissement son corps entier se crispa.

C'était l'heure. De fortes contractions lui tordirent le ventre et le feulement de la lionne rompit le silence de l'aube. Ces spasmes comblés par la violence rendaient sa respiration régulière et sujette de ses nombreuses douleurs la mère subissait la violence qui la bossuait. Fort heureusement l'endroit de la mise-bas la rassurait en terme de fraîcheur malgré le climat de la plaine, c'était suffisant pour elle. Une guerrière ne devait jamais se soumettre, voici la conviction sur laquelle se focalisait la tendre lionne en plus de se concentrer sur cet enfant qu'elle aimait imaginer lové contre elle. Elle se devait d'être forte, tout se passerait bien, elle était expérimentée et elle serait mère une seconde fois mais cette fois-ci dans un âge plus expérimenté où son corps jouissait de toute sa force, elle mènerait à bien sa mission, bien décidée à gagner cette bataille qui s'achèvera sur sa victoire. Plus persistante que les précédente une nouvelle contraction vint marteler les reins de Kalahani et la douleur était telle que la convulsion semblait déchirer ses entrailles. Ses griffes se plantèrent dans le sol et essayant de rétablir sa respiration régulière, elle poussait calmement et de son mieux à chaque contraction qui convulsait son corps. Ses griffes embrasant la terre, Kalahani accentuait ses poussées rapides pour aider son petit à extirper jusqu'au dehors, ses grondements retentissants au fil et à mesure. Son rugissement mené par l'amertume résonna dans la Plaine Aride lorsque enfin son enfant quitta son nid pour venir embrasser la vie.

Ce miaulement frêle d'enfant nouveau-né pénétra dans son âme, dans son cœur, dans tout son corps épuisé. Ce fut en la mère un élan vers un bonheur nouveau mais familier, une poussée de joie qui animait son cœur. Une seconde fois dans sa vie, elle se sentait heureuse, heureuse comme elle ne l'a jamais été, car siégeait à ses flancs un fripon envoûté par ce nouveau monde et qui était sien. Elle se releva sur ses membres fatiguées et tourna sur elle-même, embarrassée si puis-je dire, et elle se recoucha aussitôt aux-côtés de son lionceau, puis coupa le cordon ombilical et rompit ainsi les liens entre son enfant et son ancien nid. Ce dernier était même sorti avec son sac qui indiquait son destin entant qu'unique dans la portée.

Ses yeux humidifiés par des sanglots de joie pétillaient d'euphorie et pendant longtemps elle admira son bambin. Par automatisme elle saisit avec douceur son enfant et elle le plaça contre son buste pour le nettoyer avec douceur tandis qu'il petit miaulait assidûment ; c'était un mâle, c'était son fils. Enfin elle guida le lionceau vers son giron, et ce dernier glissa vers ses mamelles pour se gorger de lait. Sans plus attendre il agit avec empressement et téta goulûment le lait de sa mère, lové contre sa fourrure veloutée. Admirant ce petit être aux tâches de nouveau-né éphémères s'agitant contre son ventre, Kalahani ne tarda pas à constater que son fils était le parfait mélange entre ses traits et ceux obscurs d'Uhucha, et elle chassa aussitôt son annotation de ses songes : la simple évocation de son nom et voici que la brune se plongeait dans de moroses pensées.

L'aube caressait doucement la mère et le fils d'une brise fraîche et de doux rayons revigorants qui venaient bénir l'enfant et l'accueillir dans le nouveau monde. Elle avait oublié une chose : le nommer. Un instant elle contempla longtemps son enfant, et elle réfléchit longtemps avant de s'arrêter sur l'évidence : Sinaan, né de la force. Ce jeune bambin saurait déjà se montrer digne de son nom.

Le baptisé aux besoins comblés contre son ventre, Kalahani posa sa tête contre ses pattes, s'octroyant déjà un repos bien mérité pour son corps exténué. Ainsi dans un souffle apaisé elle s'assoupit sans grands efforts, les éclats illuminant ses membres exténués et son jeune lionceau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t1928-kalahani-commandante-des-
 
SON OF MINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-