AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 75
Localisation : Dans le désert ~

En savoir +
MessageSujet: Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.    Sam 18 Juil - 4:51

C'était une journée chaude. Je veux dire vraiment chaude. Même pour un désert il faisait anormalement chaud.
Évidemment, c'était cette journée que Tahos, mon grand-père avait choisis pour m'emmener chasser. Bon je vous l'accorde, il ne pouvait pas savoir. Ce petit cour de chasse 101 avait été organiser hier soir et nous étions partis au petit matin alors que l'air était encore frais et que le sable était toujours froid suite à une nuit désertique.
Nous étions à la recherche de nourriture, perdus dans les dunes depuis je dirais une éternité. Et le pire dans tout ça c'était que le soleil n'avait même pas encore atteint son zénith donc on pouvait se laisser aller à croire que la température non plus n'était pas à son summum.
J'en avais mal aux pattes à force de marcher sur le sable brûlant. J'avais soif, j'avais chaud, j'étais fatigué et j'en avait plus que ma dose de ce désert sans fin. En gros, j'étais plus ou moins vivable. Ce qui avait pousser mon grand-père à avoir la brillante idée de trouver une oasis pour se reposer et récupérer un peu.
Sauf que son idée il l'avait proposer il y avait déjà de cela vingt minutes. Et vingt minutes sous un soleil de plomb c'est pas ce qu'il y a de mieux sur les nerfs.
— Dis, grand-père, on arrive bientôt ?
Dis-je avec cette voix fluette qui ne se décidait pas à évoluer. Elle devait faire un pacte avec le reste de mon corps...
Il m'a regarder et, dans le reflet de ces yeux j'ai vu que je faisais pitié à voir. Maigrichon, en sueur, oreilles et queue basse avec un regard plus ou moins belliqueux.
Ma mère m'aurait porté à ce moment là, avec ou sans mon consentement, pour évacuer son surplus de pitié en mon égard. Pas mon grand-père. Il m'a jeté un regard provenant d'un croisement entre la fatigue, l'énervement et la lassitude puis il m'a dit sans même avoir besoin de se forcer pour que ça ai l'air autoritaire ;
— Tais-toi. Tu gaspille tes forces à piailler. T'es un lion du désert oui ou non ?
La réponse que je lui ai fournie je ne l'ai même pas entendu moi-même. Je l'ai grommelée en baissant la tête, marabout. Il a continué son chemin et j'ai continuer de le suivre. M'énerve.
Alors que je commençais à désespérer tranquillement, une grande ombre à recouvert ma minuscule silhouette.
J'étais si soulagé par le bien que ça faisais de marcher sur du sable un peu plus frais que j'ai pris mon temps pour relever le menton. Nous étions devant une immense Oasis. J'ai inspirer profondément et l'odeur humide qui environnait les cours d'eau m'est parvenue. Je ne saurais pas comment décrire la joie qui m'a saisit à cet instant. Avec un grand sourire, une joie de vivre retrouvée et une vivacité qui n'existait pas quelques secondes plus tôt, j'ai foncé vers mon salut en riant aux éclats comme un vrai gamin (ouais bon, en même temps c'est ce que je suis, non ?) quand tout à coup une voix grave et forte m'a fait figé sur place me ramenant à la réalité.
— Azaki !
Je me suis retourné, oreilles baisées et honteux pour une raison toujours inconnue alors que mon grand-père fixait les arbres, l'air dur en se tenant bien droit. Il m'a dit sans même me regarder :
— On n'ira pas dans cette Oasis. Trouvons-en une autre.
Les yeux écarquillés, je l'ai regardé, consterné ;
— Quoi ?! Mais... Mais... Pourquoi...?
Il tournait déjà les talons, sans porter attention à ce que je disais.
— C'est complètement stupide !
Ai-je fini par lâcher.
Il a vivement tourné la tête vers moi, le regard dur.
— Sais-tu de quel Oasis il s'agit gamin ?
Je me suis tut. Évidemment que je ne le savais pas. Alors j'ai attendu qu'il ajoute :
— C'est l'oasis oubliée.
Boum. Dans les dents : je n'avais plus rien à dire. Je savais tout ce que mon grand-père allait dire avant même qu'il ne le prononce ;
— Habituellement, j'y serais aller juste pour boire un peu. Je connais quelques lions plutôt bien là-bas, mais depuis la dernière bataille....
Son regard devint triste quelques instants, mais d'un coup de paupières il chasse le tout et ajouta, d'une voix redevenue solide :
— Pas question que je te mette en danger. Ta mère m'arracherais les oreilles.
J'ai jeté un regard désespérer à mon grand-père et il arqua un sourcil me faisant bien comprendre qu'il tenait plus à garder ces oreilles qu'a étancher ma soif dans l'immédiat.
Furieux, j'ai baissé la tête alors qu'il s'éloignait en longeant l'oasis en question.
De l'eau, de l'ombre, de la fraîcheur : si près !
Mon grand-père avait gagné un peu d'avance quand, du coin de l'oeil j'ai vu un rongeur passé en trombe. Et tout ça pile au moment où mon ventre gargouillait.
Allez savoir ce qui m'est passé par la tête à ce moment là. Peut-être que j'ai penser que mon grand-père serait fière, qu'il s'était trompé d'oasis ou n'importe quoi... N'empêche que j'ai bondit dans les taillis et que j'ai pris cette souris en chasse.
Je sais. Ne dites rien. Je suis complètement stupide. Je me suis enfoncé sur le sol ennemi comme un couteau dans du beurre chaud.
Pour peu je m'y serait brûler. Au lieu de ça j'ai terminé brutalement ma course en percutant quelque chose... Ou peut-être quelqu'un ?
Spoiler:
 

_________________

Avatar & Signature: ©️Nsai
Textes ajoutés par moi-même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.    Jeu 23 Juil - 15:04

Ewa était morte. Ses longs mois de souffrance s'étaient conclus par un petit soupir à l'aube après une nuit particulièrement agitée entre les pattes de son compagnon et de son fils. Le vieux mâle avait paru aussi triste que soulagé tandis qu'il faisait ses adieux à la lionne de sa vie, soutenu par un Hatima secoué de sanglots silencieux. Une dernière prière au Grand Cycle pour le supplier de donner à Ewa une prochaine vie pleine de prospérité puis Faro déclara à son fils qu'ils partiraient le lendemain rejoindre les landes-sans-terre. Hatima n'avait émis aucune objection, se sachant assez grand pour revenir ici quand bon lui semblait. Peu lui importait les Jangowas, il ne les craignait ni ne les haïssait. N'étaient-ils pas que des lions comme lui ou comme son paternel ? Pourquoi cette guerre inutile ? N'y avait-il pas eu assez de victimes, décédant sur le champs de bataille mais aussi des suites de leurs blessures, parfois de longs mois après comme sa mère ? Après sa rencontre avec Léhona l'impératrice des lions du désert, le jeune prédateur savait qu'il était loin d'en avoir fini avec son ancienne terre. Il lui faudrait la connaître sur le bout des pattes, sans compter que de nombreux voyages l'attendaient au vu du plan qui s'esquissait petit à petit dans sa tête d'adolescent. Pour que son nom de messager s'étende, Hatima avait fort à faire, mais aujourd'hui, il se contenterait de dire au-revoir à l'Oasis Oubliée jusqu'à sa prochaine venue. Demain, il lui faudrait être en forme pour accompagner son vieux père, désormais fragilisé par la mort d'Ewa en plus de son âge.

Suivant le lit d'une petite rivière qui semblait pleurer elle-même la fin d'une lionne douce et gentille, le jeune mâle laissa ses pattes le guider, jusqu'à ce que quelque chose de mou frappe sa poitrine déjà bien développé. A peine ses yeux glissèrent-ils sur l'intrus qu'il reconnu un Jangowa. Tout du moins, il présumait que s'en était un avec son corps svelte-que lui aussi possédait inexplicablement d'ailleurs, pourvu d'une constitution bien plus légère que ses parents.-, son pelage peu fourni et jaune, tirant sur le crème. Le lionceau devait être âgé de 8 ou 9 mois vu son absence de crinière, mais le plus marquant chez lui est qu'il semblait particulièrement faible. En effet, si Hatima était lui beaucoup plus grand que ses comparses du même âge, et surtout bien taillé-tout en restant fin- avec une sous-couche de poils importante et un début de crinière prometteur, ce petit était son oxymore. Le jour et la nuit.

-Salut, tu ne t'es pas fait mal ?

S'inquiéta le Mositu, cherchant de ses yeux couleur rubis une quelconque blessure sur le pelage du lionceau. Il demeurait calme et surtout résolument pacifique afin de ne pas inquiéter l'inconnu. Le bout de sa queue balayait doucement l'air, ses griffes étaient rentrées dans leur fourreau et il esquissait un sourire-quoique douloureux au vu de sa journée éprouvante.- aimable, accompagné d'un regard accueillant quoique bordé d'une certaine tristesse. Le tout était de ne pas faire paniquer le petit animal qui avait dû malgré lui, parcourir une certaine distance. Il pourrait se blesser.

-Tiens, regarde, je viens de quitter ces fourrés où s'achève la course d'une petite rivière limpide. Viens boire un peu.

Termina Hatima de son vocabulaire légèrement châtié provenant de parents aussi âgés que portés sur les conventions. De même que son naturel l'avait porté dans cette voie de pacificateur. Autrement dit, son attitude ne collait pas vraiment avec sa carrure fine et élégante mais tout de même impressionnante pour un mâle de son âge. Mais bon, les apparences étaient presque toujours trompeuses, ceux qui en subissaient les conséquences le savaient bien, et probablement était-ce le cas de ce petit bonhomme à l'air maladif.

-Tu t'es perdu ? Je peux te raccompagner un peu, jusqu'aux abords du désert si tu as besoin. Comment tu t'appelles ? Moi c'est Hatima.

Proposa le chevalier galant en herbe. Hatima aimait aider les autres, et de savoir qu'il lui serait impossible de traverser le désert -le prix d'une crinière touffue à souhait et de poils d'une qualité supérieure (xD).- le chagrinait déjà. Pauvre petit bout perdu.


_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670
avatar
PLAYER01


À mon sujet

Age : 19 Féminin
Nb de Messages : 75
Localisation : Dans le désert ~

En savoir +
MessageSujet: Re: Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.    Lun 27 Juil - 17:39

« Salut, tu ne t'es pas fait mal ? »

C'est cette phrase qui me parvenue en premier, bien avant que les bruits de l'oasis ne revienne m'assaillir de nouveau. Une voix masculine. Quoique plutôt jeune.
Lourdement assis sur mon arrière-train, je bas des paupières, toujours sonné par l'impact de mon crâne frêle à une surface plutôt dure. En levant les yeux je fais une pierre deux coups ; en plus de voir d'où venait la voix je remarque aussi qu'il s'agit de ce dans quoi je suis arrivé tête première. Un lion. Mais pas comme tout ceux que j'avais pût voir jusqu'à maintenant. Lui, il était de couleur foncée. Ce qui me dû sans doutes, pour quelques instants, un air plutôt niais à le regarder, les yeux ronds, ébahi.
Il me regardait, avec une lueur d'inquiétude dans les yeux. Ils parcouraient tout mon corps à la recherche de ce qui pourrait être une blessure. Ça en était presque gênant de se faire toisé comme ça de long en large... Bien que je n'en avait pas beaucoup à montrer j'eu l'impression que ce fût très long.
Malgré la petite gêne que je sentais s'installer en moi, je reporta mon attention sur lui.
Il se tenait bien droit. Dans une allure calme visiblement revêtue pour ne pas m'effrayer. Griffes cachées, posture sans agressivité, visage sympathique...
Je lui aurait donné un peu plus de deux ans et demi avec son début de crinière presque noir et sa hauteur imposante. Bien entendu, pour ce qui était de ces proportions, je savais qu'il ne fallait pas se fier aux miennes pour comparer. Alors j'utilisa le souvenir de mon frère. Et même dans ce cas là, je le trouva très grand. Il avait aisément une tête de plus que moi, et ce, sans compter la crinière (la sienne bien entendu).
Lorsque je m'aperçut que le silence s'éternisait, la gêne redoubla. Heureusement, l'autre avait utiliser ce temps pour préparer sa prochaine réplique.

« Tiens, regarde, je viens de quitter ces fourrés où s'achève la course d'une petite rivière limpide. Viens boire un peu. »

Ça voix était plutôt jolie maintenant que je l'entendait sans les falsifications apportées par le choque. Elle était douce et amicale. D'ailleurs, je remarqua qu'il s'exprimait de façon bien raffinée pour un individu de son âge, mais je n'en fit pas vraiment un cas. Cela lui donnait un air plus distingué qui me plaisait bien.
C'est après toutes ces remarques mentales que je prit enfin conscience de ce qu'il avait dit. Un cours d'eau. Ma soif revint au galop pour me piétiner la gorge brutalement. Je ravala ma salive, tenté, tout en passant un tout petit peu ma langue sur ma lèvre supérieur. J'avais très envie d'y aller, il n'y avait pas à y redire. Seulement, je ne connaissais pas ce lion et on n'était jamais trop prudent quand on possédait mon imposante carrure.
Pourtant, malgré le refus de ma conscience, j'hésitais. Il fallait dire que l'inconnu avait le talent requis pour rendre les choses déjà désirées encore plus alléchantes... limpide... Mmh... Je pourrais en avoir des frissons. J'ai d'ailleurs retenu un ronronnement de très peu.
Mon attention fût rapatriée d'un coup lorsque mon interlocuteur reprit la parole ;

« Tu t'es perdu ? Je peux te raccompagner un peu, jusqu'aux abords du désert si tu as besoin. Comment tu t'appelles ? Moi c'est Hatima. »

Ce mystérieux inconnu au pelage sombre s'appelait donc Hatima. Il s'agissait là d'un nom bien joli.
Et il était clair, grâce à cette simple phrase qu'à ces yeux je ne représentait qu'un pauvre petit tas d'os perdu. Mais bon, en quoi cela différait-il du point de vu de tout les autres lions rencontrés jusqu'alors ? En rien.
Je n'en fit donc pas cas. Et je décida de chasser toutes mauvaises pensées d'un mouvement de queue. Je me releva, tentant tant bien que mal d'avoir fière allure malgré ma petite taille et décida de prendre enfin le parole.

« Je me nomme Azaki. Et contrairement à mon habitude, je ne suis pas perdu. Je suis désolé de t'avoir percuté, d'ailleurs... »

J'avais détourné les yeux, un peu gêner avant de les ramenés vers lui, déterminé à faire face à ce lion si différent.

« Je crois que je pourrai retrouver le désert sans problème. En revanche, je boirais bien un peu d'eau... »

Sur la fin de cette phrase, je lui offrit un petit sourire. J'avais décider de lui faire confiance et je crois bien qu'il le savait.

HRP:
 

_________________

Avatar & Signature: ©️Nsai
Textes ajoutés par moi-même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 125
En savoir +
MessageSujet: Re: Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.    Lun 10 Aoû - 0:05

Le freluquet, comme l'auraient méchamment appelé certains, décida de suivre Hatima. Un choix qui, dans d'autres circonstances aurait pu lui coûter cher, mais heureusement, le destin avait décidé d'être clément aujourd'hui. Le Mositu avait l'occasion de rencontrer un lion de l'autre côté de cette barrière qu'il rêvait de détruire entre leurs deux clans, tandis que le Jangowa avait l'occasion d'étancher sa soif. Ecartant les fourrés de sa patte pour révéler à Azaki une petite rivière timide, le jeune félin esquissa ensuite un pas en arrière pour s'assoir. Il savait que ce moment était assez intime pour tout animal car dangereux. Boire était tout un art, surtout pour les girafes mais ça concernait quiconque sur la savane. Il fallait accepter de baisser la tête et la vigilance, ne plus avoir de vision aux alentours pendant un temps et présenter sa nuque. Autant dire que beaucoup d'animaux, d'avantage les proies encore, préféraient souvent se sustanter au minimum, quitte à conserver le palais sec en échange de leur vie.

Ici en revanche, les lieux étaient suffisamment calmes pour permettre à Azaki de savourer tranquillement sa pause. En se mettant en retrait, le Mositu espérait d'ailleurs accentuer l'impression, il avait à coeur d'être un bon hôte. S'il avait été sur la lande-sans-terre, ça aurait été un peu différent. Hatima l'aurait pressé de partir, de peur qu'un lion de son clan revanchard ne pointe le bout de son museau. Il détestait la guerre, ayant déjà vu trop de sang pour son jeune âge. Les frontières étant en jeu, Hatima ne se serait donc pas amusé à tarder, mais aujourd'hui, il prenait son temps, observant tantôt son camarade à la dérobée, tantôt ce paysage dont il ne se lassait pas, laissant d'ailleurs dériver ses yeux sur l'étendue sableuse quand le Jangowa en parla. Ainsi, le mâle avait fait tout ce chemin seul ? Avec son pelage clair, autant dire qu'il était avantagé, capable de survivre sous de grosses chaleurs mais aussi dans la jungle, là où Hatima pourrait suffoquer sous un soleil d'applomb. Certes, entre les feuillages denses et les troncs sombres, une fourrure toute aussi obscure aidait beaucoup, mais dans l'ensemble, les lions crèmes avaient sûrement moins de soucis.

De toutes manières, aucun d'entre eux n'avait la vie simple, il fallait chasser ou être chassé, boire avant d'être tué, se nourrir pour tenir sur ses pattes et avoir des forces pour la prochaine chasse. Bref, une véritable bataille qu'Hatima estimait pourtant plus facile à mener avec des alliés. Pourquoi donc les félins s'entredéchiquaient ? Se perdant assez rapidement dans les méandres de son esprit déjà travaillé par le sujet, le jeune mâle peina légèrement à revenir au sujet principal: Azaki qu'il ne pouvait qu'admirer pour son voyage, probablement court mais intense.

-As-tu réellement atteint le but de ton périple ? Etait-ce l'oasis ? Que viens-tu donc faire là ?

Demanda le félin curieux en s'approchant finalement du ruisselet pour étancher également sa soif un peu plus bas. L'eau était légèrement trouble à cause des coups de langues qu'Azaki avait probablement donné, mais qu'importe, l'eau restait délicieuse. Surtout parce qu'elle offrait un beau contraste avec cette chaleur intense qui perçait à travers les feuillages, preuve que le désert était vraiment tout près.

-Et tu te promènes toujours seul comme ça ?

Acheva Hatima, conscient d'être un peu trop curieux. Cela faisait-il de lui un mauvais hôte ? Inquiet à cette idée, il se mordit légèrement les babines... Mais comment s'empêcher de poser ces questions ? Le lionceau maigrelet était diablement intriguant et impressionnant à la fois. En le contemplant à travers le début de son récit -en espérant que le reste arrive- Hatima le trouvait soudainement plus grand, beaucoup plus grand. Comme il aurait aimé avoir le courage et surtout la possibilité d'aller dans le désert pour retrouver l'impératrice. Malheureusement, à l'instar de la paix, il semblait que son corps soit incapable de faire face au désert. En grandissant. Peut-être.

_________________
Signature: Disney et Prince Voldy (Merci !!)
Avatar: Merci Kuzoa pour ce cadeau ! Et merci Ajjin pour le fond et l'ajustement sunny

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t3631-hatima-prend-racine#82670

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Si tu me manges ; je te promets de te faire faire une indigestion.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» je promets que je serai plus sévère (cours 1 - terminé )
» Dans les abîmes du monde [LIBRE]
» Hyndie Evans ~ Je te promets le sel au baiser de ma bouche.
» Je ne te promets pas de rester calme. [ Shiraishi Nanami/Dongwoo Jang] [Terminé]
» Je te promets l'enfer et le paradis. [Sucre][olé][temps actuel: F.l.u.f.f.y.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: RPs abandonnés
-