AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Events & RPs Importants
Ne ratez pas ...
Jetez un œil à la liste des rôles importants disponibles au sein des clans.
Venez tenter les RP Missions !
Laissez un commentaire sur notre Livre d'Or !

Partagez | 
 

 Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 135
En savoir +
MessageSujet: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Mar 30 Déc - 19:38

Le temps faisait son oeuvre, Azalee avait bien grandit bien qu'elle soit toujours aussi fragile. Probablement que sa santé demeurerait toujours instable et qu'il faudrait la protéger sans cesse. C'était ce qui inquiétait et énervait Tamariu à la fois. Sa mère perdait son temps avec cette gamine. Sans lui vouloir du mal, bien au contraire, le jeune félin sombre se disait parfois qu'ils devraient la faire adopter alors qu'elle était encore un lionceau. Il y avait tellement de gentilles familles en mal de petits, des lions stables avec une terre bien à eux, où Azalee ne ralentirait pas leur voyage. L'adolescent se savait injuste avec sa soeur, tout du moins du point de vue de Tawiah, mais comment ne pas en vouloir à ce petit ange-peste qui volait toute l'attention de sa génitrice ? Le jeune lion avait quitté son clan pour elle, tout comme la femelle avait délaissé son mâle en son nom. Ils devraient être unis, ensemble, deux, soudés, sans pièce rapportée. Même cette idée fixe de grandir, d'avoir une femelle et des petits pour respecter le cycle de la vie comme lui enseignait son géniteur ne le tentait plus. Tamariu les trouvaient toutes fades, sans intérêt alors qu'il approchait de l'âge adulte. Le seul animal intrigant et intéressant jusque là était cet étrange mâle sombre couvert de cicatrices. Rien qu'en pensant à lui, le mâle sentait ses muscles se tendre sous sa peau, il lui avait vraiment fichu la trouille ce "démon dérangé" mais en même temps...

Tamariu secoua sa crinière, laquelle commençait à vraiment se densifier. Penser à un étranger de passage sans aucune raison était totalement contre-productif, il ne le reverrait pas. Pour l'instant il devait songer à la chasse qui s'approchait. Comme sa mère était occupée avec Azalee, c'était à lui de faire un travail de femelles pour lequel il n'était absolument pas fait. L'âge adulte approchant, le lion perdait de plus en plus de gazelles car il s'alourdissait malgré lui. En revanche, les gnous seraient bientôt à sa portée, à cette idée une certaine terreur l'envahissait car il n'était pas sans se rappeler suite à quoi sa mère et lui avaient fui du clan. Son paternel l'avait poussé à attaquer un adulte en bonne santé, le jeune mâle avait failli être tué, ça laissait des traces.

Sans être macho, justement adouci en ce sens depuis qu'il ne fréquentait plus son géniteur, le jeune lion en voulait à sa mère de ne pas l'aider à chasser. Elle aurait coursée et lui aurait profité de son poids pour renverser la proie justement. Maintenant, bien que l'adolescent soit plus rapide que la majorité des jeunes de son âge, beaucoup plus entraîné aussi, il avait du mal à atteindre ces herbivores lestes. Heureusement à Freeland comme Sabaru lui l'avait laissé entendre, il avait plusieurs chances de réussir.

Se tapissant dans les fourrés à la faveur d'une nuit tombante, le jeune mâle s'approcha d'une troupe de gazelles. Sa silhouette efflanquée prouvait que des voyageurs comme lui ne mangeaient pas à leur faim, bien qu'il ne soit heureusement pas au bord de l'apoplexie non plus. Rampant doucement, le lion lança une attaque éclair bien qu'hélas, un peu trop lointaine. Il eut du mal à rattraper le troupeau et lorsqu'il le fit, il sentit comme une effluve étrangère et sauvage. Un prédateur. Déconcentré, Tamariu n'eut que le temps de se dresser sur ses pattes arrières pour éviter un coup de sabot. Encore cette odeur, encore cette silhouette familière qui semblait se glisser dans les herbes hautes là-bas. Se remettant en position de chasse, muscles bandés, le lion tâcha de s'approcher un peu, espérant aussi disparaître de la vue de l'espion. Imaginaire ou pas, il était temps que ces hallucinations le poursuivant par moments imprécis, cessent.

-Qui es-tu ? Montre-toi ! J'en ai assez que tu me suives. Je pensais que tu te serais arrêté il y a deux lunes, mais te revoilà... Dévoile ton identité, lâche !

Grogna le mâle en se redressant soudain près de l'endroit où il pensait avoir trouvé l'origine de l'odeur. Les poils hérissés, il attendit, rendu nerveux par cette effluve aux relents musqués. C'était viril, sauvage, attirant, inquiétant... Et familier surtout.

_________________
Avatar/signature ©️ Kuzimu merci pour ce superbe cadeau sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - KUZIMU


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 666
Localisation : Dans les Ombres

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Dim 4 Jan - 0:38

Kuzimu avait fini ses voyages de manigances et était revenu auprès des siens quelque temps. Tout c'était passé pour le mieux de leur côté et il en était content. Adeni était très heureuse de le revoir et les chacals, surtout Nadhari, le regardaient avec attention, certain qu'il avait une solution à leur problème de terre. Ce à quoi il avait répondu : "Patience, compagnons, il me faut d'abord voir le résultats de mes paroles... Encore quelques temps et je saurais si la solution est là."

Puis, il s’éclipsa encore une fois de sa tribu, dirigeant ses pas à travers les terres libres, il voulait retrouver quelqu'un. Il arpenta les plaines, vagabonda dans la jungle, puis finalement trouva l'odeur qu'il cherchait... Il se mit à suivre les pas du félin qu'il avait retrouvé, camouflé dans la brume environnante. Ses yeux de glace observaient les moindres tressaillements de muscles, les infimes mouvements de sa fourrure et de sa crinière noire comme le geai... Hmmm, quelle perfection en devenir, ce corps excitait ses sens, sur ses babines un sourire se dessinait, malsain certes, mais une autre insanité habitait ce sourire inhabituel au démon.

La nuit tombait, Kuzimu regardait le jeune félin se tapir dans les herbes, il était juste derrière lui... Il fixait ses muscles tendus, les côtes efflanquées qui lui donnait une certaine finesse belle et appréciable. Sa langue passa sur ses babines, l'excitation le gagnait. Il l'observa se jeter en avant, en toute inexpérience due à son âge, vers le troupeau de gazelles qu'il avait fixé. Les muscles tendus par la course étaient un spectacle délectable pour Kuzimu qui n'en perdait pas une miette.

Puis l'adolescent le repéra et s'en trouva déconcentré, il le vit esquiver de justesse du coup de sabot et se retourner dans sa direction, muscles tendus... Les yeux de glaces du démon dansèrent sur la fourrure ténébreuse du félin puis se fixèrent sur les yeux des profondeurs du jeune lion qui lança, agacé :

"Qui es-tu ? Montre-toi ! J'en ai assez que tu me suives. Je pensais que tu te serais arrêté il y a deux lunes, mais te revoilà... Dévoile ton identité, lâche !"

Aah, il l'avait déjà remarqué ? Kuzimu sentait que l'excitation monter encore plus haut. Le lion brun se dévoila donc et regarda le jeune lion agacé, le sourire aux babines. Il sentait la tension de l'adolescent et s'en délectait. Puis il prit la parole, d'un ton calme mais peu engageant :

"Un lâche, non, prudent seulement. Je préfère observer avant de m'avancer... Tu me semble tendu. Est-ce la chasse qui te rends si nerveux ?"

Il fit quelques pas vers le jeune lion, détaillant ses moindres nerfs à vif, ses moindres muscles tendues. Puis il fixa son regard dans le sien, un défi ? Pas que... Il reprit :

"Je suis satisfait que tu m'ai repéré, je te savais instinctif, mais je me demandais si tu saurais me reconnaître, il semblerait qu'une seule rencontre n'ai pas suffit... Soit. Maintenant que tu me vois, il doit être aisé de mettre un nom sur ma silhouette et mon odeur, n'est-ce-pas ?"

Il le regarda encore, il était encore si jeune... Mais il avait déjà l'étoffe d'un lion, Kuzimu voyait qu'il serait d'exception, il avait eu un entrainement du corps forcené, mais son esprit ne demandait qu'à s'épanouir encore plus, et l'environnement de sa mère était le mieux qu'il pouvait avoir. Le démon savait qu'il était destiné à être un lion capable de survivre seul et capable de penser seul. c'était quelque chose qu'il aimait tout particulièrement chez l'adolescent ; son futur.

_________________
DC de Lakini et Vako

Avatar et Signature (c) Loumun-Versen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t863-kuzimu-hell-is-home
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 135
En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Dim 4 Jan - 1:30

L'antérieur droit de Tamariu se leva pour mieux s'arrêter à mi-hauteur, ne sachant que choisir entre se reposer où il était précédemment ou reculer. Pendant un moment, totalement immobile, le jeune félin observa la silhouette qui venait de sortir de l'obscurité. D'un côté il ne s'y attendait pas du tout, de l'autre il avait déjà été persuadé d'avance que ce serait précisément ce prédateur qui jaillirait de l'herbe. L'adolescent ignorait pourquoi cet étrange personnage le suivait, il savait simplement que c'était la seconde fois, et pour éviter de perdre patte, il choisit de travailler son agacement plus qu'autre chose. Avant de devenir fou en tentant de répondre à la question "pourquoi", mieux valait se concentrer sur le simple constat que ce sans-gêne le pistait encore, sans souci de la vie privée.

-Je ne savais pas que l'Enfer aimait être prudent. Encore moins qu'il perdait son temps à observer.

Railla Tamariu en répondant implicitement à la remarque de Kuzimu. Effectivement, maintenant qu'un rayon de lune éclairait le pelage troué de cicatrices de son aîné, il ne pouvait que le reconnaître. Celui qui s'était présenté à sa mère comme un démon en personne pour ensuite espérer un meilleur accueil de sa part. Après avoir vécu sous le joug de Mujiba, un mâle dominant, fort certes, mais rustre et injuste, Tawiah ne voudrait certainement pas de ce Kuzimu. Et si c'était le cas, Tamariu se chargerait de lui rappeler ce qu'était la vie à côté d'une personne probablement instable. Sans se montrer spécialement agressif, le jeune félin conservait ses muscles tendus et les poils de son encolure, par pur réflexe demeuraient hérissés. Certes, vu la carrure du mâle en face de sa personne, cette posture d'intimidation risquait de ne pas vraiment servir, mais Tamariu agissait avec les armes qu'il avait, elles étaient peu nombreuses et la fuite directe n'était pas une option. Pour commencer, son aîné serait bien assez rapide pour le rattraper, en second lieu, l'adolescent ignorait pourquoi Kuzimu s'intéressait à lui, mais il avait le pressentiment que le "décevoir" ne serait pas une bonne chose. Or un pressentiment sous-jacent au premier lui indiquait que fuir déplairait fortement au lion chocolat. Troisièmement, il en allait de son honneur, Tamariu ne fuyait pas, il avait passé l'âge. Quatrièmement, ne voyant aucune autre véritable raison, il avait l'impression que son aîné jouait avec sa personne à cause de sa mère. Cette dernière était à nouveau féconde depuis plusieurs mois, en cela le jeune félin sombre ne gênait plus, et Azalee était seulement un lionceau adoptif. Pour autant, le mâle pouvait songer qu'il était un obstacle ou qu'il serait un allié en le "séduisant" à travers ses paroles ? Qui savait ce qui se passait dans la tête de ce perturbé ? Mais quoiqu'il en soit, le voyageur pensait que la réponse à cette question qu'il n'avait même pas posé tournait autour de Tawiah, d'une manière ou d'une autre. Or personne, pas même l'Enfer ou la mort ne toucherait à sa génitrice sans lui passer sur le corps.

-Ma mère n'est pas disponible. Et elle ne le sera jamais pour vous. Elle n'est pas comme la majorité des lionnes qui cherchent le mâle le plus fort pour sa descendance. Elle veut autre chose que vous n'avez certainement pas.

*Elle cherche l'Amour, tu connais ça toi, l'Enfer ? Je ne laisserai personne s'accoupler avec elle sans son consentement. Jamais*

Choisit-il finalement d'indiquer d'un ton laconique, tandis que ses pensées défilaient en ce qui concernait cet étrange principe que lui-même ne connaissait pas très bien. L'Amour, était-ce vraiment légitime dans cette vie, Tamariu peinait à y croire mais il aimerait tant y parvenir un jour, alors en attendant, il protégeait le secret espoir de la lionne. Il le protégeait face à des opportunistes tel que ce grand mâle apparemment solitaire qui devait chercher à transmettre ses gênes. Si cela se trouvait, Kuzimu avait simplement eu l'intention de discuter avec lui, voir obtenir son aval-non pas qu'il en avait besoin, juste que ce serait plus simple.- pour saillir Tawiah. Le jeune lion ignorait comment fonctionnait les chaleurs des femelles, il aurait peut-être dû commencé à s'y intéresser mais bizarrement, l'idée de se trouver une lionne le rebutait. Il se fichait pas mal de leurs silhouettes pourtant jugées appétissantes par ses semblables, sans doute avait-il trop vécu pour de telles futilités.

En attendant, face à l'Enfer, Tamariu était toujours immobile, sa longue queue légèrement recourbée pour ne pas toucher le sol oscillait doucement. Il ne quittait pas son potentiel adversaire des yeux. Certes, il n'était pas rassuré au fond, tremblant intérieurement devant ce lion impressionnant qui l'inquiétait et le fascinait à la fois. Combattre un aîné expérimenté mais encore jeune, c'était s'assurer un quasi suicide, il n'avait aucun avantage sinon la chance. Or vu son statut de voyageur, on ne pouvait pas dire qu'il pouvait s'appuyer sur ce facteur. Choisissant donc le tout pour le tout, Tamariu joua dans le même registre que l'autre lion, passant à côté de lui en le frôlant, sentant ses yeux de glace percer sa nuque, il l'ignora, entamant même un petit trot pour rejoindre le troupeau de gazelles. Ces dernières étaient encore alertes mais à la faveur de la nuit, il avait encore une petite chance d'en attraper une.

-Excusez-moi, je n'ai pas de temps à perdre, je dois chasser pour ma famille.

Affirma-t-il d'une voix assurée alors qu'au fond, ses poumons brûlaient, se consumant de peur à l'idée que le lion sombre se jette sur lui et qu'il doive se défendre contre toute cette masse. D'ailleurs, sa démarche était moins "majestueuse" que lorsqu'il avait joué les petits durs face à Kuzimu. La tête légèrement rentrée par réflexe comme pour se protéger en cas d'assaut, les pattes légèrement ployée, l'échine courbée prête au choc et les oreilles couchées en arrière, l'adolescent continuait sa route d'un pas plus hésitant et certainement pas concentré sur sa chasse. Son esprit était resté en arrière, avec ce mâle qu'il trouvait irrémédiablement terrifiant et somptueux malgré ses cicatrices. Qu'il ait pu trouver Sabaru majestueux dans sa robe brune quelques mois plus tôt l'avait étonné mais avait fini par lui sembler normal. Après tout, c'était sa prestance, son phrasé qui avait déteint sur son physique, il s'était sentit "attiré" par son charisme... Mais cet étranger sans manière, avec ses blessures de guerre serpentant son corps, pourquoi ? Pourquoi cette dualité refaisait-elle surface ? Fascination mais peur. Dégoût mais attirance. Agréable et désagréable, il était content de cette situation autant qu'il la haïssait.

S'aplatissant au sol, l'adolescent entama une nouvelle partie de chasse, nerveux. Par on ne sait quel miracle, sans doute grâce à la nuit particulièrement généreuse, il se révéla juste à côté d'une gazelle inattentive. Profitant d'être sur son flanc, le jeune animal délia son pas pour en venir à un galop qui le caractérisait, souple et très rapide. Malheureusement Tamariu manquait de puissance du à cette constitution ainsi qu'à son inexpérience, il sauta sur le dos de la proie et la marqua de ses crocs. Pour autant, projeté sur le côté le lion vit avec rage son repas s'éloigner en bramant de douleur quoiqu'encore assez vaillante pour courir. Déboussolé, l'herbivore fit demi-tour, fonçant droit entre les pattes de Kuzimu, comme si après cette morsure, elle reconnaissait l'appel de l'Enfer qui l'attendait sagement.

_________________
Avatar/signature ©️ Kuzimu merci pour ce superbe cadeau sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - KUZIMU


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 666
Localisation : Dans les Ombres

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Dim 4 Jan - 22:25

Kuzimu se délectait des réactions nerveuses du jeune lion, l'observant sous toutes ses coutures, ravi de l'avoir sous les yeux, non dissimulé derrière les herbes et les fourrés. La brume, légère, lui plaisait grandement, car elle ajoutait à la rencontre... Le démon ne broncha pas quand l'adolescent lui rappela sèchement le concept de vie privée, tout en indiquant qu'il l'avait bien reconnu, Kuzimu ne fit que sourire au son de sa voix, un sourire étrange et malsain.

L'assumant complètement, le démon aimait voir les muscles tendus du jeune lion brun et sentait les siens tressaillir, ses griffes lacérant la poussière sous la tension, un frisson de plaisir. Puis l'adolescent lança, d'un ton simple, comme si c'était forcément ce que voulait le lion brun :

"Ma mère n'est pas disponible. Et elle ne le sera jamais pour vous. Elle n'est pas comme la majorité des lionnes qui cherchent le mâle le plus fort pour sa descendance. Elle veut autre chose que vous n'avez certainement pas."

Le lion brun se sentit outré qu'il pense ainsi, mais calculant la jeunesse de son interlocuteur et l'amour qu'il portait à sa mère, il n'en tint pas rigueur, gardant une attitude neutre quoique impressionnante, et fixant les yeux bleu océan de Tamariu. Il le regarda s'approcher et le frôler, réprimant un frisson extatique à son contact, le suivant du regard, un sourire entrouvert aux babines.

"Excusez-moi, je n'ai pas de temps à perdre, je dois chasser pour ma famille."

Une pathétique excuse, pensait le lion brun tant il sentait la peur au fond du jeune félin. Mais il le laissa partir à l'assaut les gazelles, prévoyant la suite. Il se dirigea également vers le troupeau, suivant de loin le jeune lion. Ses griffes étaient prêtes, il regarda la scène, le sourire parfait et inquiétant.

Lorsque Tamariu planta ses crocs dans une gazelle, ce sourire s'agrandit, dévoilant ses crocs aussi pur que la neige. Et la proie l'éjecta avant de s'enfuir, confuse, vers lui. Il avait effacé sa présence l'espace d'un instant, si bien que la gazelle avait cru pouvoir s'échapper, mais le voilà devant elle, un sourire de démon aux babines, des yeux tout aussi engageant qu'un feu de brousse gargantuesque.

Un seul puissant coup de sa patte droite, il plaqua l'animal affolé au sol, maîtrisant sa gorge de ses griffes plantées. Le sang gicla et l'Enfer acheva cette proie d'un craquement sinistre de vertèbre. Il leva la tête vers Tamariu, ce sourire mauvais entrecoupé d'un coup de langue psychotique sur ses babines.

"Je crains que tu n'ais pas bien compris... Ta mère, aussi belle et intelligente soit-elle, ne m'intéresse pas... Je ne t'ai pisté que pour une raison, toi. Je n'ai cure de ton entourage, à moins qu'il ne te soit néfaste et auquel cas je me ferais une joie de t'en libérer."

Il garda une patte posée sur la gazelle, les griffes plantées dans la chair et savourait les réactions de Tamariu, ses yeux de glace perçant l’océan des siens. Qu'il aimait ce jeune, il le voyait, le sentait, l'assumait. Il reprit, un ton presque moqueur, le sourire dessiné sur ses babines dévoilant clairement ses inclinaisons...

"J'espère que tu ne m'en veux pas, tu viens de faire le travail des lionnes... Et tu l'as très bien fait. Je suis certain que ce n'est pas cette chère Tawiah qui t'a appris ces fondements, n'est-ce-pas ? Je ne la vois pas vraiment chasser... Elle doit avoir mieux à faire."

Kuzimu ne savait rien de la petite Azalée, adoptée par la mère de Tamariu, mais il savait que la lionne ne chassait pas, sinon elle serait là avec l'adolescent qu'il se plaisait à voir seul. Il était tellement plus admirable lorsqu'il n'y avait pas cette Tawiah pour l'aveugler et se l'accaparer... Il était bien satisfait de cette opportunité...

_________________
DC de Lakini et Vako

Avatar et Signature (c) Loumun-Versen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t863-kuzimu-hell-is-home
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 135
En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Dim 11 Jan - 18:16

Pisté ? Ça, Tamariu le savait. Pourquoi ? Il ne s'en serait jamais douté et était encore loin de comprendre les desseins du lion. Trop surpris pour réagir à ses derniers propos concernant la chasse, le jeune félin demeurait immobile, tellement que sa position raide n'avait rien de naturelle, ni de confortable. Sur le qui-vive, la gueule close malgré le besoin de haleter après l'effort, Tamariu oubliait de respirer suite aux révélations qui lui avaient été faites. Qu'est-ce qu'un mâle pouvait bien chercher d'autre sur un territoire qui n'était pas le sien à part à manger et des femelles ? Mais pister un adolescent de sa race ? Mis à part pour le tuer et pouvoir féconder à nouveau la lionne, aucun intérêt, jusque là Tamariu aurait compris, néanmoins à presque 3 ans, il n'enrayait plus la machine reproductrice de sa génitrice. La seule gêne qu'il représentait était qu'il la défendrait jusqu'à la mort, sachant le lien qui les unissaient. Normalement un jeune de son âge aurait déjà pu quitter la fourrure de sa mère, mais les nomades restaient plus longtemps, finissant par adopter une relation d'alliés plus que de parents au fur et à mesure que le lionceau devenait indépendant. Donc, Kuzimu pourrait l'avoir pisté pour le tuer, sauf qu'apparemment, ce n'était pas le cas, et l'adolescent en avait la preuve puisque son aîné ne lui sautait pas à la gorge.

-Pourquoi ?

Parvint-il seulement à articuler, la gorge étranglée et ses muscles toujours exagérément tendus. L'odeur du sang lui parvint, il avait faim, très faim mais n'osait pas s'approcher. Kuzimu était un lion si particulier, ce dernier coupait complètement les réponses toutes faites du jeune félin, celles inscrites dans ses gênes qui lui expliquaient pourquoi les choses se déroulaient ainsi. Décidément son aîné échappait à  toute logique, il perdait son temps à pister un adolescent, même pas dans l'optique de le tuer, au lieu de chercher à s'accoupler avec sa mère. Seraient-ils parents ? Tamariu toisa avec espoir la stature du lion sombre. Malheureusement, mis à part cet aspect foncé de fourrure, rien ne trahissait un tel lien qui aurait enfin pu expliquer l'acharnement de l'Enfer sur sa personne. Mis à part que son aîné était particulièrement fascinant et inquiétant à la fois, Tamariu ne notait aucun indice de ressemblance, sans compter que sa troupe avait toujours vécu à l'écart, difficile donc de croire à une histoire de famille.

Sous les cicatrices, les muscles de Kuzimu se dessinaient d'avantage, l'adolescent malgré ce qu'il avait apprit, ne pouvait détacher ses yeux de celles-ci. Qu'est-ce qui l'attendait face à un tel lion ? Forte carrure, puissance à l'état pur. Les femelles devaient certainement courir après lui dans l'espoir de transmettre d'excellents gênes à leurs progénitures, quant à sa survie malgré son pelage foncé, cela ne faisait que souligner sa capacité de résistance. Qu'est-ce qu'un spécimen parfait comme celui-ci faisait seul, sans harem ?

N'ayant aucune réponse, Tamariu choisit de reprendre les choses en pattes. Il s'assit et patienta, comme un dominé face à l'autre qui s'arroge la proie. Sa tête dressée le montrait fier, probablement plus une apparence qu'autre chose d'ailleurs, mais ses yeux évitaient ceux de son aîné. Là, on revenait sur un langage qui lui parlait, qu'il comprenait, celui de la race. Kuzimu l'avait aidé à chasser, il avait donc le droit à une part sans que le jeune ne tâche de le défaire, sans quoi, la gêne face à lui l'aurait pousser à essayer, comme pour évincer ce monstre attrayant de ses pensées. Là, il ne pouvait rien dire et devait manger après. Question de hiérarchie.

-Ma mère chasse et sait se défendre, c'est une puissante lionne

Fit le jeune en espérant protéger ainsi sa génitrice qui paraissait si fragile aux yeux des autres. D'ailleurs elle savait effectivement chasser mais il est vrai que cette fois, elle avait boudé l'exercice. Aux yeux de Tamariu, elle se montrait trop faible, il avait peur qu'on s'en prenne à elle ainsi qu'à Azalee, d'avantage plus fragile encore. Dans la savane tout était question de paraître, il ne s'agissait pas d'être puissant intérieurement comme l'était sa mère, si intelligente. Non, il fallait donner l'impression d'être en excellente santé et sûr de ses capacités-d'autre part, Tamariu vénérait réellement la force de sa génitrice.- C'est pour cela que face à Kuzimu, il s'était reprit et adoptait une attitude respectueuse mais déterminée. Il y aurait plus de chance pour que l'adulte le charge avec une attitude trop pitoyable. Et de toutes façons, ça n'était pas dans sa nature.

-Mais elle est en effet occupée avec d'autres affaires pour le moment. Ce qui ne semble pas être votre cas sans vouloir vous manquer de respect. Vous ne perdez pas un peu votre temps en pistant un banal adolescent ?

Voilà, décidé, malgré ses tentatives pour rétablir une situation normale, Tamariu ne pouvait ignorer ses questionnements. Il devait savoir pourquoi. Quelque chose lui disait que son aîné n'était pas un lion juste dégénéré. Il y avait autre chose, l'excuse de la folie, c'était trop simple.

_________________
Avatar/signature ©️ Kuzimu merci pour ce superbe cadeau sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - KUZIMU


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 666
Localisation : Dans les Ombres

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Lun 19 Jan - 9:38

Le lion brun se délectait des réactions de l’adolescent et souriait en le fixant, c’était pour lui un double délice ; il se plaisait à observer le jeune lion presque noir et la peur des autres le fascinait. Quel étrange concept de craindre des rumeurs, si Kuzimu avait bien commis des atrocités dans sa vie aux yeux des autres, elles avaient toujours eu cause et raison, du moins, à sa connaissance.

« Pourquoi ? »

Une question que le démon se contentait de laisser sans réponse dans un premier temps, pour observer les efforts mentaux de Tamariu pour trouver sa propre réponse. Il aimait sentir le regard de l’adolescent voler sur sa silhouette, déterminer ses détails, oui… Kuzimu savait ses atouts et le jeune lion ne pouvait que les assumer. Un moment passa sans qu’aucun des deux prédateurs ne bouge, puis l’adolescent s’assit face à lui et reprit la parole, tentant de rendre à sa génitrice son honneur de lionne :

« Ma mère chasse et sait se défendre, c'est une puissante lionne. »

Une bien piètre excuse, en vérité, mais Kuzimu n’en dit rien, il écoutait. Patient et calme, une patte sur la gazelle qu’il ne touchait pas de ses crocs. Tamariu adoptait une attitude respectueuse à son égard et attendait qu’il se nourrisse, paraissait-il. Mais l’Enfer n’avait aucun plan de dévorer la proie de l’adolescent.

« Mais elle est en effet occupée avec d'autres affaires pour le moment. Ce qui ne semble pas être votre cas sans vouloir vous manquer de respect. Vous ne perdez pas un peu votre temps en pistant un banal adolescent ? »

Banal ? Tamariu n’avait rien de banal aux yeux de l’Enfer, bien que les sentiments qui l’animaient ne fussent pas de l’ordre de la cruauté d’un démon. Il regardait l’adolescent avec envie. Quelle folie l’habitait ? Il avait déjà goûté à l’amour interdit et l’avait payé cher… Trop cher. Il ne voulait en aucun cas payer un nouveau tribut… Non… Pas encore. Qu’avait-il à vouloir refaire les erreurs de son passé ? La vie lui avait pourtant appris à être plus prudent…

Il restait silencieux ; étrangement, les mots de Tamariu l’avaient touché. Puis finalement, il se décida et prit la parole, bien qu’une teinte d’incertitude puisse transparaître dans sa voix :

« Pour être franc, je ne suis pas sûr, Tamariu… Je te trouve vraiment différent des autres et, par la même occasion, très ressemblant de quelqu’un que j’ai jadis connu. J’ai voulu t’observer et comprendre mon attirance pour toi. »

Qu’avait-il ? Kuzimu n’était pourtant pas du genre à révéler sans y réfléchir ses pensées. Surtout à un adolescent qu’il n’était même pas sûr du destin. Il gronda tant il se sentait dépassé, il n’aimait pas ne pas avoir le contrôle… Tsss…

« Quoiqu’il en soit, jeune lion… Mes affaires ne regardent que moi. Et il en va de même pour celles de ta très chère mère. Cela dit, tu me semble de plus en plus âgé pour rester à ses côtés… A moins qu’une certaine pitié de t’anime à son égard ? »

Tant pis, pour reprendre la patte dominante, il préféra jouer la carte de la provocation, une de ses préférées. Voyons comment Tamariu allait réagir.

_________________
DC de Lakini et Vako

Avatar et Signature (c) Loumun-Versen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t863-kuzimu-hell-is-home
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 135
En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Mar 17 Fév - 11:05

Les pattes arrières ramenées sous son ventre, bien malgré lui, le jeune lion s'était mis à l'aise pour écouter Kuzimu. Il était si intrigué par son aîné que le fumet de la proie avait pour un temps, cessé de l'obséder. Différent, lui ? En quoi ? Les oreilles pointées en avant, le félin sembla inconsciemment inciter le grand mâle à lui en dire plus d'un petit mouvement de cou vers l'avant. Immobile pendant un bon moment, comme s'il craignait que bouger ne casse tout envie de parler à son interlocuteur, Tamariu attendit, impatience et inquiétude mêlées, l'issue de cette discussion curieuse. Malheureusement, l'Enfer choisit de se reprendre et cessa ses confidences pour prendre le ton supérieur d'un adulte face à un enfant. Tout du moins, c'était ce qui semblait à Tamariu qui ne savait plus très bien où classer cette conversation d'une autre dimension.

-Je pourrais vous répondre de même Cher Kuzimu. Ce sont mes affaires, or, vous vous en mêlez beaucoup je trouve en me suivant de la sorte.

Répondit le jeune félin sombre suite à la provocation de son aîné, irrité par ses changements d'humeur constants. Ce qui le gênait le plus néanmoins était sûrement de sortir de cette bulle inconsciente dans laquelle il s'était plongé. Kuzimu l'intriguait oui, en voulant en savoir plus, Tamariu avait mis ses actions du jour entre parenthèses, et même tout un pan de sa vie, court mais intense. Naturellement, se voir décroché aussi brutalement de ce petit nuage sur lequel on l'avait emmené n'était pas pour lui plaire. La chute était dure, la déception grande pour le jeune lion qui avait espéré comprendre le fin mot de l'histoire. Se redressant lentement, Tamariu prit même le temps de s'étirer, dévoilant ses griffes blanches le temps que ses muscles se tendent puis se délient, leur permettant de rentrer dans leur fourreau. Il avait décidé de jouer les désintéressés bien que son masque d'acteur ne le satisfasse pas entièrement. Impossible de feindre totalement, Tamariu était encore bien trop intéressé par ce que son aîné pourrait lui dévoiler. Au fond, oui, l'adolescent espérait en savoir d'avantage. Heureusement, il lui restait une bonne excuse pour ne pas lâcher tout à fait l'Enfer sans avoir l'air de le supplier: la proie.

-Et sinon, vous comptez la manger ? Ce n'est pas par impolitesse ou impatience, mais les hyènes ont déjà dû renifler la charogne.

Habituellement les lions solitaires s'empressaient de dévorer ce qu'ils pouvaient de leur trophée avant qu'un groupe de sa race ne lui la vole, ou alors des hyènes. Si ces dernières évoluaient à plus de trois, il valait mieux fuir aussi douloureux cela soit-il pour l'orgueil. Les Charognards étaient malgré tout de puissants prédateurs, capables de briser à peu près n'importe quoi entre leurs mâchoires qui n'avaient d'égal que dans les eaux troubles des rivières. Les crocodiles étaient à la rigueur capables de rivaliser avec leurs crocs, et Tamariu en avait la jolie illustration devant lui, à travers la cicatrice qui ornait le flanc de Kuzimu. Pour sa part, quoique courageux, le jeune lion n'avait pas envie de tenter le diable. Il avait sa mère à soutenir et Azalee à élever aussi énervante soit ce lionceau.

-Ma mère est plus que ma mère, c'est une amie.

Consentit-il à lâcher finalement en guise de réponse à l'Enfer, espérant troquer une réponse contre une autre. Tendant la patte vers le grand mâle, le jeune lion sentit ses griffes sortirent à demi bien qu'il n'acheva pas son geste et ne toucha pas la proie. Il se retenait à grande peine de se jeter sur le cuir de la bête pour l'accrocher et plonger ses dents au sein de cette chair chaude. Si Kuzimu ne se dépêchait pas, au diable la politesse, il tenterait de se nourrir avant que les charognards en tout genre n'approchent. Le grand mâle devant lui était bien bâti, sans doute pouvait-il se permettre de rater un repas. Pas lui. A tort, Tamariu imaginait que le lion brun évoluait seul et donc au fil de ses envies, alors que lui à 2 ans et 9 mois se voyait déjà incombé d'une multitude de tâches qui le faisaient réagir comme un adulte légèrement angoissé... Ou plutôt totalement stressé mais qui savait heureusement le cacher un minimum.

-On se soutient dans les moments difficiles disons, comme une sorte de mini clan.

Concéda le jeune félin qui ne supportait plus vraiment la tension régnant entre eux. Offrant un de ses rares sourires à son aîné, Tamariu s'ébroua, ayant de plus en plus de mal à tenir en place. Tant à cause de la proie que l'envie, le besoin de savoir.

-L'attirance vous disiez ? Quelle attirance ? ... Je... Je ressemble à un frère disparu, c'est ça ?

Tenta de comprendre l'adolescent au fil de la discussion à la fois décousue et pourtant parfaitement logique devinait-il-bien qu'il n'en saisisse pas vraiment le sens pour l'instant- de celui qui se faisait appeler l'Enfer. Au moins, il savait que l'Enfer en personne pouvait avoir des amis, ressentir des choses pour autrui et avoir des remords. Que s'était-il passé avec ce "frère" supposé ? Ce proche disparu ? D'ailleurs était-il mort ou juste envolé, égaré de vue ? S'étaient-ils disputés ? Certes, Kuzimu avait utilisé le passé simple, parlant d'une chose révolue mais jamais il n'avait parlé de mort. Certes, c'était aussi "ses affaires", néanmoins c'était aussi lui qui avait décidé d'en parler, qu'il assume et en finisse avec ses explications. L'encourageant d'un petit signe de tête, conscient de vivre un moment extrêmement rare en écoutant les semis-confidences de Kuzimu, Tamariu s'immobilisa, prenant sur lui pour oublier un peu son repas et les enjeux d'une telle perte de temps. Au-delà de la survie de sa famille ou de la sienne, pour une fois, il voulait vraiment savoir. Peu importe que ce soit "futile" ou pas. Pour comprendre ce que lui-même commençait à ressentir vis à vis de cet étrange mâle, il devait absolument lui soutirer quelques secrets à son égard. Qui était-il aux yeux de ce solitaire au coeur de glace fissuré ?

_________________
Avatar/signature ©️ Kuzimu merci pour ce superbe cadeau sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - KUZIMU


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 666
Localisation : Dans les Ombres

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Mar 17 Fév - 20:28

Tandis que Kuzimu ruminait ses sombres pensées, Tamariu avait choisi de prendre une attitude plus sereine et détendue. L'adolescent cherchait à percer les mystères du démon brun. Chose qui éveillait chez ce dernier des sentiments contraires ; autant il n'aimait pas qu'on s'immisce dans ses ressentis, autant il appréciait une attention de cet acabit. L'adolescent, cependant, répondit, sèchement :

"Je pourrais vous répondre de même Cher Kuzimu. Ce sont mes affaires, or, vous vous en mêlez beaucoup je trouve en me suivant de la sorte."

Ouch, touché... Tamariu avait plus que raison mais à présent, Kuzimu était confus, il ne savait plus trop pourquoi il avait été aussi intrusif à la base ; était-ce de l'amour qui l'attirait ? Kuzimu savait qu'il appréciait la présence de l'adolescent mais... Était-ce réellement des sentiments qui l'animait ? Alors qu'il s'était juré de ne plus jamais aimé... Il resta silencieux, le regard dur posé sur le jeune félin. Il n'y avait rien à répondre à cela...

Tamariu regarda la proie qu'avait abattu le lion brun, et Kuzimu suivit son regard. Si bien qu'avant même qu'il prenne la parole, Kuzimu se mit à sourire, sa patte posée sur le corps inerte, ses griffes noires plantées dans la chair.

"Et sinon, vous comptez la manger ? Ce n'est pas par impolitesse ou impatience, mais les hyènes ont déjà dû renifler la charogne."

Les hyènes ? Tsss, Kuzimu ne les craignait pas. Mieux, il aimait déchirer leur peau et briser leur os, un délice pour ses instincts primaux qu'il refrénait sans cesse. Il lui fallait se tenir, sans quoi Tamariu aurait été quelque peu endommagé, ce qui n'était pas son but premier.
Il regarda la proie puis l'adolescent, eut un sourire mystérieux mais resta silencieux, sa patte posée sur l'animal et ses griffes prêtes en guise de défi ; il ne craignait pas les hyènes.

"Ma mère est plus que ma mère, c'est une amie."

Tiens ? Il consentait à répondre à la provocation ? Kuzimu garda son sourire, mais ses yeux s'ouvrirent un peu plus, lui donnant un air plus sympathique et compréhensif. C'était une excuse pitoyable pour l'Enfer, mais une excuse valable. Si Tamariu était du genre à épauler sa mère toute sa vie, Kuzimu avait été le fils indigne l'abandonnant. Il ne pouvait pas donner de conseil sur ce domaine. Mais quoiqu'il en soit, lorsqu'il vit l'adolescent tenter d'atteindre la proie, il eut un grondement sourd dans la gorge, un réflexe, mais le jeune n'allait pas au bout de son geste, si bien qu'il stoppa lui aussi l'agression et reprit son sourire mystérieux tandis que le jeune lion continuait à se justifier :

"On se soutient dans les moments difficiles disons, comme une sorte de mini clan."

Un mini-clan ? Alors pourquoi cherchaient-ils à en rejoindre si ils en étaient déjà un ? C'était la chose qui irritait le plus Kuzimu chez les voyageurs en groupe. Pourquoi cherchaient-ils à rejoindre un clan alors qu'ils étaient déjà suffisamment forts entre eux. C'était surement quelque chose qui le dépassait, lui qui dirigeait d'une patte de pierre la tribu de l'Enfer. Cela dit, il était resté silencieux, qu'aurait-il à lui répondre après tout...

"L'attirance vous disiez ? Quelle attirance ? ... Je... Je ressemble à un frère disparu, c'est ça ?"

Hmm... Kuzimu cessa de sourire, il aurait voulu répondre au plus vite, mais les mots ne venaient pas. Un frère ? Son frère... Nafsi... Le lion brun soupira en repensant à son jeune frère qu'il avait autant abandonné que sa mère ou son père. Et si c'était ça, cette sensation étrange qu'il avait eu la première fois ? Pourtant il lui semblait avoir surtout comparer aux sentiments qu'il l'avait animé en présence de Mwokozi des années auparavant... Pourquoi le doute revenait planer dans son esprit ? Ça n'était pas la première fois qu'il se perdait devant des témoins, il n'aimait pas cela... Il gronda, d'un grondement sourd et triste...

Il ne pouvait nier la vérité, il se sentait coupable d'avoir abandonné le jeune Nafsi et Tamariu le lui rappelait un peu trop vivement... En effet, le jeune lion ressemblait bien plus au frère de Kuzimu qu'à son amour. Et de par son âge, Tamariu était plus proche de Nafsi que de Mwokozi qui aurait eu l'âge du lion brun si les choses avaient été différentes...

Le démon devait-il révéler les blessures de son coeur à ce jeune inconnu ? Après l'avoir pisté si longtemps, peut-être lui devait-il au moins cela... Une réponse... Une réponse qui n'endommagera pas son esprit comme l'avait-il utilisé sur la lionne de ses hantises...

"Un frère... ? Oui... Tu me rappelle mon jeune frère Nafsi..." Commença-t-il, d'un ton un peu tremblant, quoique sombre. "Tu es certainement plus âgé que lui... Mais..."

Il se leva, la patte toujours sur la proie, griffes plantées et continua, d'un ton plus assuré :

"Cette puissance particulière que je sens émanant de toi me rappelle mon frère, que j'ai lâchement abandonné, lui faisant croire que je reviendrais un jour vers lui. Et aussi le seul lion que j'ai aimé, celui qui m'a sauvé des crocs dont je porte encore la marque. C'est une étrange attirance que j'ai pour toi, Tamariu... Mais je la sais sans fondement, il ne s'agit que d'un amalgame de coïncidence, rien de plus."

Surement essayait-il lui même de se rassurer, la chose commençait à être claire qu'il avait mal jouer... Quelles conséquences allaient avoir ses actes ? Il se demandait maintenant si son plan s'était réellement bien dérouler... Discuter avec ce jeune lion le mettait dans un état où il était rarement, celui du doute et de la remise en question. Il ne savait plus ce dont il était capable et peinait à mettre des mots sur ses pensées.

Cependant, il reprit, si Tamariu voulait des réponses, il les aurait, qu'importe le résultat, Kuzimu n'était plus en mesure de tamiser ses propos et si donner ses pensées l'empêchait de perdre le contrôle de ses pulsions, il le ferait, plutôt perdre la face que d'abîmer son joli museau.

"Je croyais moi-même devoir te suivre pour savoir ce qui m'attirait, il semble que tu m'as donné sans le vouloir la réponse. Aussi, je te la rends : Je sentais en toi l'essence de mes proches... Ceux que j'ai un jour aimer... Lorsque j'en étais encore capable. Désormais, je ne sais plus exprimer ce sentiment, aussi je ne comprenais pas... Tu n'es qu'un adolescent parmi tant d'autres, alors pourquoi ?... Je m'en veux de m'être laisser aller à de telles actions, sois en sûr. Mais soit, je les ai commises. J'assumerai chacune de mes erreurs..."

Au fur et à mesure qu'il parlait, Kuzimu reprenait peu à peu confiance et son habituelle dureté, il regarda Tamariu. Son regard, cependant, trahissait l'état dans lequel il était, en proie au doute, il avait pris conscience que les sentiments de son âme n'étaient pas morts... Et ça lui déplaisait fortement. Comment pouvait-il être le démon qu'on disait de lui si il éprouvait des émotions ? Il détacha ses griffes de la proie et fit un pas en arrière, fixant toujours l'adolescent.

"Cette proie est à toi, Tamariu, c'est toi qui l'a chassée... Si j'ai donné le coup fatal, je me permets de te l'offrir... Tu en as plus besoin que moi. Et profite bien de cet instant de bonté... L'Enfer s'offre rarement le luxe d'avoir des protégés..."

Non, il ne pouvait s'en empêcher de vouloir aider l'adolescent... Malgré les rumeurs, le démon brun avait toujours un coeur. Et bien qu'il soit recouvert de glace et de pierre, il continuait de battre et de pulser les énergies pures qu'avait un jour suivit le lion maintenant presque hermétique. Il recula à nouveau, le visage indescriptible, il commençait à s'éloigner et allait laisser l'adolescent seul... Pour l'instant.

_________________
DC de Lakini et Vako

Avatar et Signature (c) Loumun-Versen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t863-kuzimu-hell-is-home
avatar
PLAYER03


À mon sujet

Age : 29 Féminin
Nb de Messages : 135
En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Mer 18 Fév - 11:41

La crinière encore inachevée de Tamariu se gonfla sous l'impulsion d'un mouvement de sa tête vers l'arrière. Crâneusement, les longs poils sombres qui promettaient une digne parure se retirèrent à leur tour, ondulant sous la lumière pauvre d'un jour aussi ambigü que la conversation qui avait lieu entre les deux mâles. Aux grognements de Kuzimu, le plus jeune répondait pareillement, bien que ce soit d'avantage un réflexe que de l'agressivité. Ses yeux bleus tranchant avec son pelage obscur ne quittaient pas la silhouette de l'Enfer, aussi peu se mouvait-elle. Oui, l'adolescent se méfiait beaucoup de cet être intriguant, mais c'était aussi l'excuse inconsciente parfaite pour continuer de l'observer. Fixé pendant un moment sur les muscles de sa mâchoire qui se tendaient et se relâchaient au rythme de ses grondements sourds de prévention ou de peine, Tamariu dressa les oreilles soudainement, surpris lorsque le lion se décida finalement à répondre. Chassant une mèche qui chatouillait l'intérieur duveteuse de ses oreilles d'un tic, le jeune félin prit le temps de la réflexion, parvenant à ignorer encore un peu la proie.

-Le... Lion que vous avez aimé ? Qu'est-ce que ça signifie ?

Tamariu n'était pas certain de comprendre. Si l'histoire du frère lui avait paru touchante au point de baisser les yeux en signe de compassion, le jeune mâle avait à nouveau dressé la tête, la relevant même de manière exagérée à l'énonciation suivante, comme pour échapper à la fatalité qu'impliquaient les mots de Tamariu. Le félin avait déjà vu un mâle simuler une monte sur un autre mais c'était extrêmement rare et bref, en plus il y avait l'excuse de la domination. Néanmoins le cas de Kuzimu semblait différent. L'adolescent réfléchit intensément, cherchant une signification profonde ou il n'y avait en réalité aucune explication. Au lieu de "lionne que j'ai aimé", son interlocuteur avait juste dit "lion que j'ai aimé", et pourtant cela impliquait tellement de choses ! Encore à l'aube de sa vie et ayant évolué dans un milieu plutôt fermé, le voyageur avait pourtant pu écouter quelques bribes de discussions houleuses entre aînés sur les "déviants", ces parodies de mâles ou de femelles qui appréciaient de manière amoureuse leur propre sexe. Remarque, vu l'esprit tordu de l'Enfer, ça ne serait pas étonnant qu'il soit atteint de ce genre de soucis. Dommage, ses gênes semblaient excellents, ils se seraient bien transmis.

Pour autant, quelque chose arrêta la réflexion de Tamariu à un simple froncement de sourcils. Il n'arrivait pas à voir cette "chose" comme une ineptie totale, comme si au fond, peu lui importait les principes que son paternel ou que la nature lui avaient enseignés. Après tout qu'importe les préférences de Kuzimu ? Chacun son derrière, et s'il avait survécu malgré la malformation de ses hormones qui faisaient de lui un transmetteur de gênes brisé, grand bien lui en fasse. Tamariu combattait intérieurement son ignorance ainsi que son éducation si stricte, le duel était d'ailleurs si dur que ses pattes avant tremblaient légèrement. D'un côté il trouvait cette idée absolument dégoûtante, de l'autre cela l'intriguait de savoir comme un lion pouvait en aimer en un autre. Il aurait aimé savoir comment s'était possible tout en craignant d'en apprendre trop.

La tension était palpable sur son visage désormais animé de tics nerveux. D'ailleurs, ne sachant que faire, histoire de délier ses muscles et se donner un petit temps de réflexion, Tamariu porta sa pattes arrières à l'oreille qui le chatouillait précédemment pour la gratouiller. Tout à coup, il lui semblait qu'elle le gênait furieusement et il s'appliqua, en penchant la tête, à repousser énergiquement sa crinière en agitant sa patte arrière. La scène paraissait comique, d'autant plus que Tamariu se faisant abordait un air extrêmement concentré et sérieux. En réalité bien sûr, son esprit était toujours tourmenté par les révélations de son aîné.

Lorsque le mâle fit un pas en arrière, le jauchant d'un regar à la fois dur et faible, Tamariu esquissa également un geste pour reculer. Il était rendu mal à l'aise par ces yeux qui avouaient leur désir, craignant peut-être de renvoyer la même chose à travers ce qu'il croyait être une curiosité malsaine. Le jeune lion perdu pencha légèrement la tête d'un côté puis de l'autre, tâchant de contrôler ses pattes qui le brûlaient avec intensité, lui ordonnant de fuir, quitte à agir lui aussi comme un "contre-nature", c'est à dire, délaisser l'objet de sa survie et fuir cette situation.

Sous la peau de Kuzimu, Tamariu distinguait toujours plus nettement les muscles qui roulaient, il apprenait sans le vouloir le sens dans lesquels ses épis de crinière retombaient et savait qu'en fermant les yeux, il pourrait se souvenir de la teinte exacte de son pelage. Etait-ce par conditionnement de l'esprit que l'adolescent commençait aussi à trouver son aîné attirant ? Secouant vivement la tête à l'idée, le mâle se retrouva incapable de réagir aux précédentes paroles du plus vieux, finissant de se détacher de la proie en reculant d'un petit bond, comme parcouru par un courant électrique.

Tout cela était tellement contraire à ses principes, ce n'était pas naturel, et ce qui n'était pas naturel tendait à disparaître. Se sentant soudainement très faible comme si la Terre allait l'avaler pour sa propre déviance le mâle dansa légèrement sur ses pattes avant, comme pour éviter de trop toucher la poussière qui risquait de l'engloutir.

-Ce n'est pas... Il ne faut pas. Ce n'est pas normal. Tu dois m'oublier et ne plus jamais me suivre ! Je veux une lionne et des petits, je suis normal, et je ne veux plus jamais entendre parler d'êtres comme toi.

Tamariu avait un ton étranglé, loin de l'ordre impérial qu'il pensait lâcher pour se défaire de son aîné. Il fit volte-face et n'eut que le temps de se retourner, à son grand regret d'ailleurs mais c'était une chose impossible à contrôler.

-Désolé Kuzimu. Tu es quelqu'un de bien
-Jugea-t-il, surpris par des propres paroles pourtant sincères qu'il ne se serait jamais attendu à prononcer puisqu'au contraire, il était sensé penser que le mâle sombre était un dégénéré.- ma mère a raison... Cesse de te faire appeler l'Enfer, tu t'isoles inutilement. Tu as un coeur et c'est une bien belle chose. J'ai été honoré d'être témoin de son existence.

Le passage au tutoiement via cette révélation qui les avaient autant rapprochés qu'éloignés lui avait ironiquement paru naturel dans tout ce désordre où il avait mis les pattes. Comme incapable de s'en dépêtrer une fois pour toutes Tamariu commença à s'éloigner doucement. Beaucoup trop doucement à son goût, d'un pas certes rapide et déterminé -en apparence en tout cas- mais il restait facilement rattrapable.

_________________
Avatar/signature ©️ Kuzimu merci pour ce superbe cadeau sunny 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE - KUZIMU


À mon sujet

Age : 23 Féminin
Nb de Messages : 666
Localisation : Dans les Ombres

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   Sam 21 Fév - 0:58

Le lion brun observait l'adolescent, sentant sa tension et l'incompréhension qui se dégageait de lui. Étrangement, il s'en voulait, en ayant ouvert son esprit, il avait fait une révélation de trop et en craignait désormais la conséquence qu'elle pourrait avoir sur Tamariu. Pourquoi avait-il fait ça ? Lui, être honnête ? Quelque chose n'allait pas et Kuzimu fixait le jeune lion avec attention, il ne pourrait jamais se pardonner de le voir sombrer dans la folie comme Ulaghaï.

Mais finalement, Tamariu prit la parole, d'un ton qui se voulait impérieux s'il n'avait pas été aussi saccadé :

"Ce n'est pas... Il ne faut pas. Ce n'est pas normal. Tu dois m'oublier et ne plus jamais me suivre ! Je veux une lionne et des petits, je suis normal, et je ne veux plus jamais entendre parler d'êtres comme toi."

Un premier temps, il crut que l'adolescent allait s'enfuir mais il fit volte face de nouveau et lança ces mots avec une inattendue ferveur :

"Désolé Kuzimu. Tu es quelqu'un de bien. Ma mère a raison... Cesse de te faire appeler l'Enfer, tu t'isoles inutilement. Tu as un cœur et c'est une bien belle chose. J'ai été honoré d'être témoin de son existence."

Une ferveur qui, d'un coup d'un seul, ébranla la forteresse de glace du démon brun, il sentit soudain un battement, une pulsation qui résonna dans tout son être ; il entendait les martèlements de ce qui s'appelait un cœur. Comme en proie à une intense douleur, il se mit à haleter entre ses crocs d'ivoire serrés avec violence, ses yeux grand ouverts restaient fixer sur l'adolescent. Qui était-il pour lui dire ce genre de choses !?

[un chouia gore, désolée]:
 

Si il voulait parler, c'est une autre nécessité qui naissait dans son âme, un besoin impérieux de laisser couler le flot de tout ce qu'il avait endurer et supporter, tout ce qu'il tenait cacher derrière le mur de glace qui enfermait son cœur endolori. Mais le mur tenait bon et aucune larmes ne perça les portes de ses pupilles glacées, Kuzimu grondait, mais il était évident que c'était de douleur, il baissa la tête, les crocs serrés et souffla avec force. Son... cœur lui faisait mal, il savait pourquoi il l'avait scellé... Il releva la tête et regarda l'adolescent qui s'éloignait, doucement. En trois foulées, il l'aurait rattrapé et plaqué au sol mais c'était loin d'être son envie, il lança, sa voix, violente et saccadée, trahissait la blessure que Tamariu venait inconsciemment de rouvrir :

"Qui es-tu pour me dire mes quatre vérités !? Connais-tu seulement les tiennes, Tamariu !? Sais-tu faire la différence entre fascination et amour ?!"

Les premiers mots qu'il prononçait était pour l'adolescent lui-même. Kuzimu n'était pas aveugle, même blessé à ce point, il avait bien vu comment Tamariu l'observait et l'origine de son malaise n'était pas forcément qu'à cause d'un aveu de mœurs. Mais le lion brun n'en avait pas fini avec ses paroles, il enchaîna, avec un ton presque brisé et pathétique, l'Enfer n'avait pas fière allure :

"Je ne suis que ce que vous avez fait de moi ! Vous avez voulu que je sois un monstre, un démon ? Très bien, j'en serais un ! Et c'est en ce sens que mon cœur n'est plus ! Je n'ai pas la force de supporter les battements agonisants d'une plaie ouverte !"

Il avait fermé les yeux et baissé la tête, comme sous la douleur, et criait ses mots qui avouaient presque tout sur ce qu'il était réellement, un démon qui n'avait pour racines que des rumeurs, des quand-dira-t-on... Il aurait pu éclater en sanglot dans l'instant si il avait été un lion normal. Mais les choses étaient malheureusement différentes et la barrière de glace qui enfermait ses sentiments restait solide, il releva la tête, les crocs serrés, et gronda, comme une brimade, envers l'adolescent :

"Cette proie est à toi, Tamariu ! Ne laisse pas ta survie pourrir, crétin ! Si tu tiens tant que ça à ta jolie mère, rapporte lui ce cadeau, dis lui ce que tu veux quand à sa provenance, je m'en moque. Qu'on sache que l'Enfer est inconsistant, peu m'importe ! Ça ne me fera qu'un défaut de plus !"

Puis, il partit, en foulées longues et puissantes. Il ne se retournerait pas, il s'en moquait, il lui fallait du temps pour reprendre son calme, et peut-être aurait-il a laissé mourir la pression qu'il s'infligeait depuis le depuis de leur entretien. Pression qui lui avait permis de ne pas tuer l'adolescent... Il lui fallait du sang, tout de suite ! Hors de question que ce soit Tamariu qui paie pour une erreur qu'il n'avait commise qu'inconsciemment.

_________________
DC de Lakini et Vako

Avatar et Signature (c) Loumun-Versen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-lion-king-rpg.com/t863-kuzimu-hell-is-home

Contenu sponsorisé


À mon sujet

En savoir +
MessageSujet: Re: Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une Ombre s'attache aux pas d'une autre Ombre [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Conseil de Shinobi Hayabusa
» Quand l'ombre s'étend [Kenny J. St-Hadès]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lion King RPG :: 
Crédits - Archives - Partenaires
 :: 
Archives & Choses Perdues
 :: CHAPITRE IV
-